Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La colonisation allemande et le Rio grande do Sul

 | 
Jean Roche

Chapitre IV. L’agriculture des colons

Texte intégral

  • 1 Camargo, Quadro estatistico e geografico, p. 77.

1On a dit que l’histoire économique du Rio Grande do Sul se divisait en deux périodes dont l’une commença en 1715 avec la formation des premières estancias et l’autre en 1824 avec la fondation de la première colonie allemande1. (Voir photo 18, pl. VI, et comparer avec la photo 2, pl. I.)

  • 2 Eye, Der Auswanderer, p. 27. Le rôle des Allemands dans l’agriculture riograndense est confirmé par (...)

2C’est à la colonisation allemande, en effet, que le Rio Grande do Sul doit la renaissance de son agriculture. Les immigrants allemands et leurs descendants, dont les neuf dixièmes sont encore agriculteurs, ont répondu dans une large mesure au désir et à l’espoir de l’administration brésilienne qui avait encouragé leur immigration pour peupler les zones délaissées jusque-là par les Luso-Brésiliens et pour les mettre en valeur en les défrichant puis en les cultivant. Si bien qu’en 1885 un auteur allemand a pu écrire à propos du Rio Grande do Sul : « l’agriculture est exclusivement nôtre »2.

3Mais cette affirmation cessait précisément d’être exacte : l’immigration italienne, dont l’activité agricole n’a pas été négligeable, venait de commencer ; puis l’agriculture ! fut pratiquée à partir de la dernière décennie du xixe siècle par d’autres immigrants (Slaves, Scandinaves, etc.), et à partir du début du xxe siècle par quelques Luso-Brésiliens.

4Il est cependant certain qu’entre 1824 et 1875 l’agriculture fut l’apanage exclusif des colons allemands et qu’ils fournissaient encore à la veille de la seconde guerre mondiale les deux tiers au moins de la production agricole du Rio Grande do Sul. Ils en alimentent actuellement plus de la moitié. (Voir fig. 29.) Parmi les produits agricoles essentiellement « allemands », nous pourrions rechercher ceux qui étaient ou qui avaient été cultivés dans le Rio Grande avant l’arrivée des immigrants et qu’ils lui ont empruntés, puis ceux qu’ils y ont introduits.

5On pourrait se demander si l’influence de leur agriculture dans la vie économique n’a pas été d’autant plus lente qu’elle fournissait surtout des produits vivriers et peu de produits mercantiles aisément exportables à l’étranger. Ne vaudrait-il pas mieux, alors, classer les cultures des colons soit par ordre d’importance, soit par ordre chrono logique ? Car certains produits ont connu une fortune relative avant de disparaître et d’autres n’ont accédé que tardivement à un rang élevé.

6Il ne nous semble possible ni de nous contenter d’un seul de ces points de vue ni de passer successivement de l’un à l’autre. Nous étudierons les différentes cultures en les situant dans les zones où elles ont été pratiquées et en déterminant la part que chacune d’elles a représentée dans l’histoire agricole des colonies-types. C’est ainsi que nous pourrons le mieux définir l’agriculture des colons et établir ses rapports avec l’ensemble de l’économie riograndense.

Fig. 29 A Fig. 29 B
Pourcentages de la superficie cultivée annuellement dans le Sio Grande do Sul en 1920 (A) et en 1950 (B)

7Alors qu’en 1920 la zone la plus cultivée était déjà celle de la vallée du Taquari, l’exploitation du sol s’y est encore accrue jusqu’en 1950, comme elle s’est développée dans le Nord (Haut Uruguay). Mais si l’on peut noter de légers progrès de l’agriculture dans quelques municipes essentiellement pastoraux ce sont les colonies qui en possèdent toujours le quasi monopole. A rapprocher des figures H.T., 7 et 18.

1. LES PRODUITS DE L’AGRICULTURE ALLEMANDE

8Ils peuvent être classés en deux groupes, d’une part ceux qui sont vraiment la « spécialité » des colonies, d’autre part ceux qui n’y ont joué ou n’y jouent qu’un rôle épisodique ou accessoire.

A. Les produits secondaires

a. Les denrées alimentaires

  • 3 Laytano, Historia, p. 190.

9Le blé fut cultivé tout d’abord par les colons désireux d’affirmer leur promotion en mangeant du pain blanc. Sa production, limitée à la satisfaction des besoins familiaux, déclina vite car cette culture offrait trop d’aléas mais pas assez de bénéfices pour attirer les agriculteurs malgré les encouragements donnés par les gouvernements successifs3.

10Durant la République Farroupilha, le gouvernement local avait organisé une campagne officielle en faveur de la culture du blé et São Leopoldo a exporté un peu de froment dans les années 1845-1850. Mais la production ne tarda pas à décroître à cause des intempéries, des maladies, de la dégénérescence des espèces (de 80 pour 1 le rendement était tombé à 20 pour 1).

  • 4 Relatorio do Presidente, 1860, p. 58,1864, p. 53 ; Verband, Hundert Jahre, p. 191.

11Cependant le gouvernement impérial reprit la propagande en faveur du blé, accordant des primes aux agriculteurs qui produiraient plus de mille alqueires par an (plus de 320 hectolitres). Mais en 1858 São Leopoldo, l’unique municipe d’origine allemande à l’époque, n’est que le onzième des treize producteurs de blé. En 1864 il n’y eut que 39 agriculteurs pour mériter la prime. Le blé n’est guère produit dans les colonies allemandes, où le maïs l’a emporté pour la fabrication du pain quotidien4.

12La culture du blé fut introduite dans les colonies italiennes dans le dernier quart du xixe siècle mais elle y fut entravée par les insuffisances techniques et les difficultés de transport.

  • 5 Gazeta de Porto Alegre, 7 octobre 1881 ; Funke, Aus D. Brasilien, p. 69 ; Assis BRASIL, A cultura d (...)

13Quelques précurseurs prônèrent la culture du blé en terrain de prairie : Valle et Jaques en 1881 à Alegrete, Rheingantz à São Lourenço-Pelotas, et surtout Assis Brasil5. Mais leur mouvement ne fut pas encouragé par le gouvernement positiviste si bien qu’entre 1890 et 1928 la culture du blé connut un nouveau déclin.

  • 6 Pimentel, O Rio Grande do Sul, p. 271 ; Prunes, O Problema, Correio do Povo, 12 avril 1947 ; Finamo (...)

14En 1928 Getulio Vargas, alors Président du Rio Grande do Sul, engage la « bataille] du blé ». Devenu Président de la République, il lance le slogan « Semez du blé » et encourage les emblavures nouvelles. La Fête nationale du blé a toujours été célébrée dans le Rio Grande do Sul. Les derniers gouvernements poussent à la mécanisation de la culture, investissent de grands capitaux en silos et en moulins, distribuent des semences sélectionnées dans les stations expérimentales6.

  • 7 Articles de Compagnoni, Diario de Noticias, 6 juillet 1952 ; Gobatto, Correio do Povo, 29 août 1952 (...)
  • 8 Gorga, O Problema do trigo, 1952. D.E.E., Festa Nacional do Trigo em Julio de Castilhos, novembre 1 (...)

15Mais la culture mécanisée exige des terres de prairie et surtout de grosses mises de fond ; ses résultats sont parfois décevants car le gouvernement contrôle étroitement les prix. Aussi un mouvement d’opinion se dessine-t-il dans le Rio Grande pour favoriser la culture du blé sur la petite propriété7, surtout dans les colonies italiennes et polonaises, car dans la zone allemande la culture du blé n’a pas cessé de décliner8. !

16En 1916, sur 10 municipes principaux producteurs, il y en avait 8 d’origine italienne, fournissant 93,9 % de la quote part de ces dix municipes et 2 d’origine allemande n’en fournissant que 6,1 %. En. 1940, il y avait encore 8 municipes d’origine italienne (77,1 %), deux municipes mixtes italo-allemands (22,9 %), mais plus aucun municipe d’origine purement allemande. En 1950, il n’y a plus que 5 municipes mixtes à prépondérance italienne (60,2 %) et 5 municipes luso-brésiliens. Les colonies allemandes n’ont fourni que 3,5 % de la récolte totale.

17Le blé n’y a donc jamais été un produit important et sur ce point elles n’ont pas apporté la contribution que le gouvernement brésilien en attendait. Les autres céréales « européennes » que les Açoriens avaient déjà introduites dans le Rio Grande ne connurent d’ailleurs pas un sort beaucoup plus favorable dans les colonies allemandes.

  • 9 Verband, Hundert Jahre, p. 191.

18Le seigle avait été associé au blé par les premiers colons qui se sont d’abord nourris de « pain allemand » ou pain de méteil9. Mais une série de mauvaises récoltes le fit disparaître lui aussi devant le maïs. Si on retrouve encore le seigle parmi les 22 produits de São Leopoldo énumérés en 1854 par Hillebrand, il n’a figuré que rarement, et pour des productions insignifiantes, dans les statistiques des colonies au xixe siècle.

19De nos jours c’est un produit très secondaire : en 1950, 1.413 tonnes contre 310.000 tonnes pour le blé et 1.284.540 tonnes pour le maïs. Tous les principaux producteurs sont des municipes d’origine germanique ou mixte : Sarandi 240 tonnes, Erechim 220, Santa Rosa 115, Lajeado 120, São Lourenço 90, São Leopoldo 60, Cai 54, Santo Angelo 51, Cachoeira 39, Montenegro 36... La culture du seigle n’est guère pratiquée que là où il y a des colons teuto-brésiliens, mais elle occupe seulement 0,13 % de la superficie cultivée dans les colonies allemandes et mixtes.

  • 10 Hillebrand, Relatorio... 1854, R.A.P., 15/16, p. 419 ; Porzelt, Der Deutsche Bauer, p. 32.

20L’orge a eu plus de succès parce qu’on l’utilise en brasserie10. Elle était cultivée à São Leopoldo en 1854 avec des semences sélectionnées fournies par le gouvernement. On la retrouve aussi bien dans la vallée du Taquari (120 alqueires à Conventos en 1860) que sur le Plateau (450 tonnes à Palmeira en 1936), mais toujours en petites quantités : 150 fois moins que le maïs.

21En 1950 la production d’orge était de 10.505 tonnes sur un total de 5.367.649, sa culture occupait 11.724 hectares sur 2.276.408. Les principaux producteurs étaient les municipes de Guaporé, Garibaldi, Encruzilhada, Erechim, Getulio Vargas, Marcelino Ramos, Passo Fundo et Soledade, c’est-à-dire des municipes d’origine italienne ou mixte. Alors que les « vieilles colonies » italiennes en fournissent 32 %, les « vieilles colonies » allemandes n’en donnent que 9 % : l’orge n’est plus un produit spécifiquement « allemand ».

  • 11 Hillebrand, Relatorio... 1854, R.A.P., 15/16, p. 420 ; Porzelt, Der Deustche Bauer, p. 29 ; Gobatto (...)

22L’avoine a joué un certain rôle au début de la colonisation. Mais les colons cessèrent d’en produire car ils adoptèrent le maïs pour nourrir leurs chevaux11 et le commerce de l’avoine en grains était presque inexistant. Aujourd’hui elle est utilisée en vert soit comme fourrage soit surtout comme aliment pour les porcs à l’engrais. Elle offre en outre l’avantage de protéger les sols. La contribution des colonies allemandes à la culture de l’avoine est donc ancienne. Elle n’est pas négligeable actuellement. Mais les colonies germaniques n’en ont plus le monopole. On en trouve aussi dans les vieilles colonies italiennes et dans les colonies mixtes.

23D’ailleurs elle couvre seulement 11.428 hectares en 1950, et son faible rendement (0,8 tonnes à l’hectare) n’assure qu’une production de 2.458 tonnes de grains dans tout l’État.

  • 12 Pimentel, Rio Grande do Sul, p. 326. Sur la faiblesse du rôle des céréales secondaires dans les col (...)

24Le millet a été anciennement cultivé12 mais les colonies allemandes ne lui ont pas porté beaucoup d’intérêt. En 1950 la production était de 2.031 tonnes sur 3.177 hectares, situés surtout dans la Serra du Sud-Est. On en trouve quelques cultures dans la zone du Plateau. Le municipe de Lajeado est le seul à en produire dans les anciennes colonies (66 tonnes).

25Pour aucune de ces céréales les colonies allemandes n’ont apporté la quote-part que l’on pouvait attendre de leur superficie exploitée et de leur activité agricole, d’autant que la plupart de ces cultures sont pratiquées couramment en Europe et que les colons auraient pu leur être fidèles.

  • 13 Pimentel, Aspectos gerais da cultura do arroz no Rio Grande do Sul, 156 p. ; Soveral, O Rio Grande (...)

26Le riz a eu dans le Rio Grande do Sul une histoire assez mouvementée et liée paradoxalement à celle de l’agriculture allemande13.

27On n’en récoltait que 50 tonnes par an au moment de l’Indépendance. Dès 1832 la culture du riz est signalée dans la colonie de São Leopoldo et les quantités exportées vers Porto Alegre s’accroissent régulièrement : 160 tonnes en 1859, 250 tonnes en 1863. Cependant ses progrès sont limités car ce n’est pas dans la vallée inondable du Rio dos Sinos qu’il est cultivé, mais sur les pentes des collines. C’est donc un riz sec, de faible rendement. Cette situation s’est maintenue jusqu’à la fin du xixe siècle dans les anciennes colonies et même au-delà dans les nouvelles. La production de riz y a toujours été inférieure aux besoins du marché riograndense.

  • 14 Anuarios do Instituto Riograndense do Arroz, Pôrto Alegre ; Dep. Est. de Estatistica ; Correio do P (...)

28C’est à Taquara et à Santa Cruz, entre 1890 et 1900, que furent tentées les premières cultures de riz irrigué. Et ce sont des Allemands qui ont lancé la grande riziculture irriguée. Elle s’est développée au point de fournir maintenant le principal produit agricole d’exportation14. Mais elle n’a nullement pénétré dans les colonies allemandes dont le rôle, autrefois exclusif, est devenu minime : en 1950 elles en ont produit seulement 17.148 tonnes, soit 2,8 % de la récolte riograndense de riz sur 5 % de la superficie qui lui est consacrée dans l’Etat.

  • 15 Verband, Hundert Jahre, p. 212-215 ; Album comemorativo do 75° aniversario da colonisação italiana,(...)

29La vigne est aujourd’hui révélatrice d’un peuplement d’origine italienne dans la zone où elle est cultivée. Or les Italiens avaient échoué dans leurs premières tentatives et ce sont les colons allemands de la vallée du Cai qui leur ont fourni les plants et enseigné leur technique, car depuis la fondation de São Leopoldo ils avaient cultivé la vigne et produit du vin15. On retrouve encore quelques noms Allemands parmi ceux des viticulteurs les plus réputés, mais la prépondérance des Italo-Brésiliens est écrasante. Sauf pour la production de raisin de table la culture de la vigne a été abandonnée dans les colonies allemandes.

  • 16 Truda, A Colonização, p. 97.

30Au cours de la première période de la colonisation, les immigrants allemands ont pratiqué de nombreuses cultures vivrières, apportées d’Allemagne ou empruntées au Brésil. Ces cultures ont connu des fortunes inégales et trois d’entre elles seulement se sont détachées : les pois, les lentilles et les fèves. Mais ces produits ont cessé d’être spécifiquement allemands à partir de la fin du siècle, car les colons italiens les ont cultivés eux aussi. Ce ne sont d’ailleurs que des produits secondaires, tant dans l’alimentation que dans le commerce des colonies16.

31Il n’est pas possible, faute de statistiques, d’apprécier la valeur de la production de légumes frais dans les colonies allemandes. Ni dans les anciens tableaux de production ni dans les statistiques actuelles on ne voit figurer les choux, les navets, les carottes, les haricots verts, les salades. Cependant le témoignage des documents anciens et l’observation des champs et des jardins potagers nous en révèlent la production au moins pour couvrir les besoins familiaux.

b. Textiles, oléagineux et produits divers

32Les immigrants ont essayé de produire une quantité de fibres textiles et de graines oléagineuses pour subvenir à leurs besoins pendant la première phase de la colonisation.

  • 17 Hillebrand, Relatorio 1854, R.A.P., 15/16, p. 402-403, 425 ; Verband, Hundert Jahre, p. 207.

33Le coton avait fait naître de grands espoirs17. Mais sa culture n’a pas dépassé le stade local : production de fils et tissus à usage domestique, fabrication d’huile avec les graines. Il a depuis longtemps disparu du Rio Grande do Sul où les conditions climatiques et économiques ne lui étaient pas favorables.

  • 18 Porto, A Real Feitoria, R.I.H.G.R.G.S., II, 4 p. 493-507 ; Idem, O Trabalho, p. 26.

34Le chanvre n’est plus cultivé. Sa production avait pourtant été l’objectif de l’établissement d’État qui a constitué la cellule initiale de la colonisation allemande18.

  • 19 Hillebrand, Relatorio..., 1854, R.A.P., 15/16, p. 406 ; Pimentel, O Rio Grande do Sut, p. 315-317 ; (...)

35Le lin se cultivait pour la fibre et pour la graine. Après des débuts prometteurs cette [culture a langui. C’est seulement au xxe siècle qu’elle a repris, favorisée par une industrie d’origine allemande. Mais le lin est maintenant produit aussi dans d’autres zones que les colonies19.

  • 20 Hillebrand, Relatorio..., 1854, R.A.P., 15/16, p. 424 ; Verband, Hundert Jahre, p. 204.

36Le ricin a été cultivé à l’origine pour l’éclairage domestique et pour la vente. Mais les variations du rendement et les difficultés de l’extraction de l’huile ont empêché cette culture d’avoir une importance réelle20.

  • 21 Hillebrand, Relatorio..., 1854, R.A.P., 15/16, p. 421 ; Ave Lallemant, Reise, p. 170.

37L’arachide est restée pendant toute la première partie du xixe siècle un produit caractéristique des colonies allemandes bien qu’elle fût originaire du Brésil. Elle fournissait de l’huile pour la cuisine et pour la fabrication du savon. Dès 1850 Pôrto Alegre offrait un débouché supplémentaire pour la pâtisserie et la confiserie21. Puis cette culture s’est répandue dans les colonies italiennes, dans les colonies mixtes et même dans la Serra du Sud-Est.

  • 22 Hillebrand, Relatorio..., 1854,R.A.P., 15/16, p. 422 ; Porto,O Trabalho, p. 11 ; Verband, Hundert J (...)

38La citrouille fut très appréciée des premiers colons22. Elle entrait dans leurs menus et de ses graines ils tiraient une huile de qualité. Toujours cultivée, elle est surtout destinée à l’alimentation du bétail, mais ne figure pas dans les tableaux statistiques. Elle semble d’ailleurs s’être répandue dans tout l’Etat.

  • 23 Pimentel, O Rio Grande do Sul, p. 314.

39Le tournesol a connu le même sort23.

  • 24 Pimentel, O Rio Grande do Sul, p. 314 ; Die Kultur des Tung, Porto Alegre, 1939 ; Gobatto, Consider (...)

40Le tungue donne un produit commercial vendu aux fabriques de vernis24. Il a d’abord été planté dans les colonies allemandes. Sa culture est relativement concentrée : les dix principaux producteurs fournissent 78 % de la récolte totale ; les anciennes colonies allemandes en fournissent 42 % et les nouvelles 32 %, mais il y a déjà trois anciennes colonies italiennes parmi ces dix municipes (nos 3, 7 et 9). D’ailleurs le tungue n’est plus en faveur actuellement parce que ses débouchés sont très limités.

  • 25 Harnisch, O Rio Grande do Sul, p. 449450 ; Pimentel, O Rio Grande do Sul, p. 324-326 ; Taquara capi (...)

41Le pyrethre, autre produit commercial, a été cultivé d’abord dans la vieille colonie de Taquara qui est encore aujourd’hui la principale productrice (708 tonnes sur 816). Il a été exporté vers l’Allemagne puis vers les États-Unis. Mais comme il est moins recherché depuis la fin de la seconde guerre mondiale, une usine vient d’être construite à Taquara et peut être-parviendra-t-elle à maintenir cette culture en honneur25.

  • 26 Hillebrand, Relatorio..., 1854, R.A.P., 15/16, p. 408-414.
  • 27 Verband, Hundert Jahre, p. 211 ; Varela, O Rio Grande do Sul, p. 450452 ; Zimermann, OS productores (...)
  • 28 Verband, Hundert Jahre, p. 216 ; Pimentel, O Rio Grande do Sul, p. 327. Sur l’amélioration de l’arb (...)

42La plupart des cultures arbustives tentées au début de la colonisation ont échoué : ni le caféier, ni le théier, ni l’indigotier, ni le mûrier n’ont dépassé la phase expérimentale26. L’arbre à maté n’a jamais été cultivé dans les anciennes colonies allemandes ; à peine en trouve-t-on quelques plantations dans les colonies de la zone des Missions27. La seule arboriculture ayant réussi dans les anciennes colonies allemandes est celle des agrumes. Les orangers du Taquari, d’ailleurs vieillissants, ont fourni une contribution importante à l’économie locale grâce à une ébauche d’organisation collective pour la sélection et le traitement des arbres comme pour le conditionnement des fruits28. À l’exception du cerisier, tous les arbres fruitiers européens poussent dans le Rio Grande, mais les fruits n’ont jamais fait l’objet de commerce, car les colons allemands ne semblent pas avoir eu souci d’utiliser les possibilités qui leur étaient offertes dans ce domaine.

  • 29 Anais I. Cong. H.G.R.G.S., III, p. 130 ; Hagemann, A Alfafa, 1932, 106 p. Sur les Kleebauem voir Ro (...)
  • 30 (Ornithopus satinus) Cf. « culturas novas », Gazeta de Pôrto Alegre, 26 juillet 1881 ; Lange, Südbr (...)

43Les colonies du Rio dos Sinos, du Cai et du Taquari ont produit anciennement du foin, destiné surtout au marché de Pôrto Alegre sur lequel il était expédié en balles. Ce fut la lointaine origine de la culture de la luzerne, empruntée aux quelques colons français du Sud de l’État (Pelotas)29. Elle s’est implantée à la fin du xixe siècle dans les vallées du Cai et du Taquari où les colons ont été baptisés les Kleebauem et où sa culture offre une certaine importance, car elle est traditionnellement destinée à l’exportation vers les marchés urbains ou vers les magasins de l’Intendance militaire ; les municipes producteurs de luzerne ont le plus bas indice de cheptel bovin. Certaines colonies ont adopté la serradela, légumineuse d’origine portugaise qui a l’avantage d’être riche en protéines et de fournir un gros rendement, jusqu’à 40 tonnes à l’hectare30.

44Ainsi l’un des premiers aspects de l’agriculture allemande dans le Rio Grande do Sul fut-il la Variété des cultures tentées. Et pourtant les produits les plus importants ne dépassent pas la demi-douzaine.

B. Les principaux produits agricoles

45Aucune des cultures qui se sont comme imposées aux colons allemands et qui ont constitué l’essentiel de leurs ressources n’est d’origine européenne.

a. Les cultures industrielles

  • 31 Barreto, Anais I. Cong. H.G.R.G.S., III, p, 130 ; Laytano, Historia, p. 194 ; Hillebrand Relatono.. (...)

46La canne à sucre a été cultivée immédiatement par les colons31. Favorisé par la ['révolution de 1835-1845, qui a provoqué l’augmentation de la demande locale de sucre et de mélasse tout en entravant les importations en provenance du Nord du Brésil, son développement dans les colonies s’explique aussi par ses nombreuses utilisations. La canne donne du sucre brut et du sirop utilisé dans le café ou dans les marmelades ; sa pâte est la base du schmier, sorte de confiture solide composée de fruits et de manioc ; elle est utilisée aussi pour l’alimentation du bétail ; enfin et surtout elle fournit 1'aguardente.

47La canne à sucre occupe toujours de vastes surfaces dans les colonies allemandes. En 1950 on en a récolté environ 605.700 tonnes. C’est en volume le quatrième produit agricole de l’Etat. Le grand producteur est le municipe de Santo Antonio qui fournit à lui seul 37 % du total. Le reste provient pour 26,2 % des anciennes colonies (Estrela 6 %, etc.) et pour 32,8 % des nouvelles colonies (São Luiz Gonzaga 17 %, Santa Rosa 8 %). Le rapport de la production est de 6 pour les Teuto-Brésiliens à 1 pour les Italo-Brésiliens.

  • 32 Les colons ne cessent de protester contre la politique et les mesures de l’Instituto Nacional de Al (...)

48La canne a joué un grand rôle dans les colonies, surtout lorsque les communications étaient difficiles. Mais sa culture est contrariée par l’incidence des lourds impôts pesant sur l’aguardente et par le monopole du sucre blanc que possède le Nord du Brésil32.

49Le tabac a été cultivé par les colons dès leur arrivée et bien au-delà de leurs propres besoins. En 1832 déjà s’installaient à São Leopoldo et à Porto Alegre de petites fabriques | de cigares. Le gouvernement se préoccupait du tri des feuilles par qualité comme de la sélection des semences et il faisait distribuer aux planteurs des livrets de conseils rédigés en allemand et en portugais. La culture du tabac est favorable à l’économie rurale d’abord parce qu’elle comporte l’emploi d’engrais et permet une rotation rationnelle mais surtout parce qu’elle fournit un produit rémunérateur même dans les régions de communications difficiles : son prix est en moyenne de cinq à sept fois plus élevé que celui des autres produits agricoles.

  • 33 Pimentel, Aspectos geraisda culturado fumo, 32 p. ; Knoller, Der Tabakbau in Rio Grande do Sul, 193 (...)

50Son grand développement date de 1860-1865 quand Santa Cruz se spécialise dans le tabac d’exportation33. Sa culture s’étend dans les vallées du Taquari et du Cai. Puis elle gagne le Plateau à la fin du xixe siècle. Le Rio Grande do Sul occupe maintenant le premier rang dans la production brésilienne : sa contribution est de 38 %, contre 22 % pour le Santa Catarina et 17 % pour Bahia.

  • 34 Principaux producteurs : 1. Santa Cruz 458.250 arrobas (15 kg) ; 2. Santa Rosa 260.000 ; 3. Venanci (...)

51En 1950 la production est de 46.000 tonnes sur 36.234 hectares : soit, sur 1,9 % de la surface cultivée dans l’Etat, 0,8 % du total en volume mais 4,6 % en valeur. Parmi les 10 municipes principaux producteurs, qui en fournissent 83 %, 8 sont d’origine allemande (dont 5 dans les vieilles colonies et 3 dans les nouvelles) et 2 d’origine mixte34.

52Les colonies allemandes totalisent 82 % de la production ; Santa Cruz, qui consacre au tabac 29 % de sa superficie cultivée, assure à elle seule 28 % de la récolte riograndense. Les colonies italiennes n’en fournissent que 0,4 %.

53La culture du tabac représente donc l’une des contributions les plus importantes des colonies allemandes à l’économie du Rio Grande do Sul.

b. Les cultures vivrières

  • 35 Chaves, Memorias (Porto, O Trabalho, p. 11) ; Pimentel, O Rio Grande do Sul, p. 248 : la patate dou (...)

54La pomme de terre n’avait avant l’arrivée des colons allemands aucune importance à côté de la patate douce dont la consommation est d’ailleurs restée considérable35.

  • 36 Hillebrand, Relatorio 1854, R.A.P., 15/16, p. 415 ; Laytano, Historia, p. 196 ; Pimentel, O Rio Gra (...)

55Les colons se sont mis immédiatement à cultiver la pomme de terre d’autant que le climat permet d’obtenir deux récoltes dans l’année, en mai et en décembre. Elle a cependant connu toute une série de malheurs : maladies, dégénérescence des espèces, mévente en raison des difficultés de transport et de conservation. Une grave crise subie en 1928-1930 a provoqué la constitution de coopératives qui ont assuré l’élévation des prix payés à la production36.

  • 37 Secretaria da Agricultura, Cultura e Comercio da Batata Inglesa no Rio Grande do Sul, Boletim no 62 (...)

56Le Rio Grande do Sul était le plus important producteur de pommes de terre parmi les états brésiliens en 1940 (171.000 tonnes sur 464.662). En 1950 il n’avait plus que le second rang, derrière São Paulo, mais il fournissait encore 32,3 % de la récolte brésilienne. La pomme de terre est donc un produit « riograndense » au Brésil et « allemand » dans le Rio Grande do Sul, puisque les colonies teuto-brésiliennes ont fourni en 1950 83 % de la récolte riograndense : 182.805 tonnes sur 218.86537. L’association de cette plante aux usages de la colonie était si évidente pour les autres Riograndenses qu’elle valut au Teuto-Brésilien d’être surnommé « Alemão Batata ». Si la répartition géographique de la culture de la pomme de terre est liée à celle de la colonisation allemande, il convient de comparer la contribution des diverses colonies.

57En 1858-1859 São Leopoldo fournissait 74,4 % et Santa Cruz 20,2 % de la production du Rio Grande do Sul, soit ensemble 96,6 %.

58Dans le dernier tiers du xixe siècle se sont dessinées deux zones principales de production : d’une part São Leopoldo et Santa Cruz, orientées vers les marchés locaux et vers Porto Alegre ; d’autre part São Lourenço, pour l’exportation vers les autres unités de la Fédération.

59Vers 1900 le problème le plus grave était celui du prix du fret qui influait lourdement sur le sort de ce produit pauvre, d’autant qu’on vit apparaître une troisième zone de production, celle du Plateau.

  • 38 38a
  • 39 38b.

60En 1917, sur les 15 municipes principaux producteurs qui donnaient ensemble 63,7 % de la récolte riograndense, 13 étaient d’origine germanique38. L’essentiel de la production était fourni par la zone des anciennes colonies allemandes où 9 municipes récoltaient 42,9 % du total. La zone méridionale, constituée par les colonies de Pelotas, Cangussu et São Lourenço, produisait 6,8 % du total ; la zone septentrionale, autour d’Ijui et de Passo Fundo, 10 %. La carte de la culture de la pomme de terre s’est rapidement et profondément transformée39.

61En 1950, parmi les 15 municipes principaux producteurs, nous en comptons encore 11 d’origine germanique dont la prépondérance est nette (71 % du total de la récolte riograndense). Mais nous n’en retrouvons que 7 de ceux qui figuraient sur la liste de 1917.

62La zone Sud vient maintenant en tête, avec 40,2 % du total, contre 6,8 % en 1917. São Lourenço en produit à lui seul 19,9 % : c’est le municipe de la pomme de terre. L’emploi d’engrais et la sélection des semences lui assurent un rendement de 9 tonnes à l’hectare. Il est passé du onzième rang en 1917 au premier en 1950, suivi par Cangussu (17,2 %) Ces municipes cultivent la pomme de terre d’exportation, grâce aux communications terrestres et fluviales avec le port de Pelotas.

63La zone centrale, celle des anciennes colonies, fournissait en 1917 48,7 % du total ; elle n’en fournit plus que 33,4 % en 1950. On y compte encore 8 des 15 municipes gros producteurs, mais ils ont perdu des places (São Leopoldo est tombé du premier rang au treizième, Montenegro du cinquième au quatorzième) et leur production a diminué en valeur absolue. D’autre part des municipes comme Cachoeira (troisième en 1917) et Santa Cruz (huitième en 1917) ont été relégués parmi les petits producteurs parce que les colons se sont tournés vers des cultures plus rémunératrices.

64La zone Nord paraît fournir une contribution soutenue : 11,2 % en 1917, 12,7 % en 1950. Mais à côté des municipes de Santa Rosa, Julio de Castilhos et Erechim, qui se classent parmi les plus importants producteurs alors qu’ils ne pouvaient y figurer en 1917, ceux d’Ijui et de Passo Fundo ont vu leur production diminuer en valeur absolue.

  • 40 Pimentel, Aspectos gerais da cultura do feijão, 1947, 32 p. ; Idem, O Rio Grande do Sul, p. 270 : l (...)

65(Le haricot noir était cultivé par les-Indiens40 : avec les fèves, le maïs et le manioc, il'formait la base de leur alimentation. Il est resté celle de la population brésilienne. Aussi le Brésil, troisième producteur de haricots dans le monde, n’en est-il qu’un très faible exportateur (0,5 % de sa récolte en 1939).

66Dans le Rio Grande do Sul, où le haricot avait connu la même éclipse que les autres produits agricoles au début du xixe siècle, sa culture a été remise en honneur par les colons allemands. Il donne deux récoltes par an, en février et en septembre-octobre.

67Il peut s’associer à d’autres cultures mais il demande un sol riche. Aujourd’hui encore les colonies d’origine allemande fournissent la majeure partie de la production. Alors que les anciennes colonies italiennes ne lui consacrent que 1,5 % de leur superficie cultivée\en 1950, les anciennes colonies allemandes lui en consacrent 9,5 % ; cultivant 22,3 % de la surface consacrée au haricot dans l’Etat, elles récoltent 24,6 % du total. Les nouvelles colonies lui consacrent 6,8 % de leur superficie cultivée ; grâce à la fertilité de leurs terres elles récoltent 41,9 % de la production totale sur 38 % seulement de la surface qui lui est réservée. C’est donc un produit essentiellement « allemand ».

68São Leopoldo en exportait 7.000 sacs en 1849 et 27.000 sacs en 1853. La culture en avait été développée hors de proportion avec les besoins de la population (51 kg par habitant et par an) ; elle alimentait les marchés du Rio Grande, du reste de l’Empire et même du Rio de la Plata.

69Pendant près de trois quarts de siècle elle a constitué l’une des principales sources de revenu des colons. Mais au début du xxe siècle les marchés extérieurs se sont fermés, le marché national a été ravitaillé aussi par les états de Minas Gerais, São Paulo, Santa Catarina et Paranâ dont la production s’était développée, sur le marché du Rio Grande les colonies italiennes ont constitué de nouveaux concurrents. Le municipe de Cai, par exemple exportait 20.000 sacs de haricots en 1880 et 250 seulement en 1920.

70La première guerre mondiale a stimulé la production riograndense qui est passée de 75.000 tonnes en 1914 à 99.000 tonnes en 1918 et à 120.000 tonnes en 1919. La moyenne de la production fléchit ensuite puis se stabilise autour de 100.000 tonnes dans la période d’entre deux guerres. De 1940 à 1945, sous l’influence de la seconde guerre mondiale, elle était remontée à 119.000 tonnes, mais elle est déjà retombée à 109.000 tonnes en 1950.

71Il semble que ce soit là le niveau normal de sa production. C’est le quatrième produit riograndense en surface occupée, le neuvième en volume de la production, le sixième en valeur. C’est donc un produit important mais sensible aux oscillations de la demande et à l’épuisement des sols. Sa production totale en 1950 n’atteignit que 90 % de celle de 1920, alors que la superficie cultivée en représentait 130 %. A cette diminution de sa production globale correspond une modification profonde de la répartition géographique de sa culture40.

72En 1858-1859 la production du haricot noir était à São Leopoldo de 154.988 alqueires (57,4 % du total) et à Santa Cruz de 31.988 alqueires (11,9 % du total). C’était, là encore une concentration remarquable.

  • 41 40a.
  • 42 40b.

73En 1917 les 15 municipes principaux producteurs donnaient 39.180 tonnes sur 84.510, soit 46,3 % du total. 11 d’entre eux étaient d’origine germanique et 4 d’origine italienne41. Il y avait alors deux grandes zones de culture42 : Celle du Centre fournissait 42,6 % de la production et comprenait 13 des 15 plus gros producteurs : 9 municipes teuto-brésiliens et 4 italo-brésiliens. Le Sud ne comptait aucun des gros producteurs.

74Celle du Nord fournissait 12,6 % du total. C’est dans cette zone que se trouvait Passo Fundo, classé au premier rang des producteurs et qui comprenait d’importants noyaux coloniaux d’origine germanique. La prépondérance des vieilles colonies teutobrésiliennes était donc nette.

75En 1950, la liste des 15 municipes principaux producteurs n’en comprend plus que 9 essentiellement allemands, 1 italien, et 5 mixtes40a. Ils produisent 67,2 % du total. La concentration est donc plus poussée qu’en 1917. Mais 11 des municipes qui figuraient sur la liste de 1917 ont disparu (3 italiens et 8 allemands). Bien plus, leur production est tombée de 28.720 tonnes à 7.862.

76La zone Nord produit 42,9 % du total40b. Elle compte 6 municipes gros producteurs dont le premier, Santa Rosa (15,8 %). En même temps que leur contribution relative s’élevait (37 %), s’accroissait leur production en valeur absolue qui passait de 12.300 à 46.860 tonnes.

77La zone Sud a légèrement accru sa production, de 5.180 tonnes à 8.184 (de 6 % à 7,5 %). Cangussu et São Lourenço figurent au 4e et au 14e rang du classement ; la culture du haricot semble y avoir été favorisée par les avantages que lui assurent l’emploi de l’engrais et la disposition d’une bonne organisation commerciale.

78La zone du Centre ne produit plus que 33 % du total. Elle ne compte que 7 gros producteurs (1 italien, 6 allemands) au lieu de 13 en 1917. Seul Lajeado a conservé son rang en augmentant sa production. Tous les autres municipes ont reculé et leur production a diminué en valeur absolue.

79Le haricot noir, qui a longtemps été leur plus important article d’exportation, est encore produit en majeure partie dans les zones de peuplement teuto-brésilien. Mais il décroît dans les anciennes colonies et la grande production se fait actuellement dans les nouveaux municipes du Plateau. C’est un produit pionnier.

  • 43 Rotermund Kalender 1917, p. 110-115 ; Volk und Heimat 1937, p. 359 ; Gobatto, O feijão soja, Correi (...)

80Depuis la première guerre mondiale les colons ont commencé à cultiver le soja qui s’est développé surtout à partir de 194043 Son rendement est avantageux (de 30 à 40 pour 1) et il joue un rôle de plus en plus important dans l’économie des colonies. Sa production augmente assurément plus que les statistiques ne le révèlent car il est surtout destiné à alimenter le bétail, les porcs et les volailles ; cependant il commence à être objet de commerce et on en a exporté 5 tonnes à Hambourg en 1952.

81Le maïs est dans le Rio Grande do Sul le premier produit pour la surface cultivée et le deuxième pour le tonnage produit comme pour la valeur en 1950. Il est honoré de « Fêtes Nationales » qui ont lieu dans des municipes d’origine allemande, par exemple à Ijui en 1952, à Santa Rosa en 1953, généralement le 25 juillet, jour anniversaire de l’arrivée des premiers colons allemands à São Leopoldo.

  • 44 Porzelt, Der Deutsche Bauer, p. 29 ; Verband, Hundert Jahre, p. 195-197 ; Wilhelmy, Siedlung, p. 60 (...)
  • 45 Verband, Hundert Jahre, p. 196.

82Ils l’ont adopté immédiatement et en ont fait leur culture principale, évitant les régions où ils craignaient de le voir mal pousser, comme la prairie ou la forêt d’araucaria. Car le maïs est par excellence la plante cultivée sur la forêt subtropicale incendiée. Aussi est-il resté le roi de l’agriculture coloniale44. En effet, il se garantit lui-même contre les risques d’une mauvaise récolte par l’éventail de sa culture : semailles échelonnées d’août à janvier, récolte de janvier à juin. Et tout en lui est utilisable. Le bétail consomme beaucoup de maïs en fourrage vert, les chevaux en mangent en grains comme de l’avoine en Europe, il alimente surtout l’élevage des porcs, l’homme aussi le consomme frais ou en farine. Rien n’est perdu de la plante elle-même : la partie ligneuse qui reste après le dépiquage du grain sert à faire du feu ; les feuilles séchées donnent du fourrage ou de la litière ; les plus fines, celles qui entouraient l’épi, sont utilisées pour rembourrer les paillasses et même pour rouler les cigarettes à la mode gaucha ; quant aux grosses feuilles et aux tiges, elles sont enfouies pour protéger le sol contre l’érosion. Il joue un rôle si important dans l’économie rurale qu’on cite souvent ce mot d’un colon allemand : « S’il y a du maïs, nous et notre bétail nous sommes sauvés »45. Bref, il assure la satisfaction des besoins domestiques et il est la principale source du revenu dans les colonies, bien qu’on n’en vende qu’exceptionnellement.

83À São Leopoldo entre 1849 et 1853 les progrès de la culture du maïs ont été supérieurs à ceux de la culture du haricot noir parce que le marché voisin de Porto Alegre absorbait les 3/5 de la production. Mais les prix du grain y variaient de 1 à 4 suivant l’abondance ou la rareté de l’offre. Le problème d’assurer le débouché d’un produit abondant tout en conjurant l’effondrement des cours fut résolu par la distillation du maïs. Mais celle-ci était soumise à une lourde taxation et limitée par la saturation périodique du marché. Contrairement à ce qui s’est passé dans des colonies plus récentes la transformation du maïs en graisse n’a pas été à São Leopoldo la méthode fondamentale de son anoblissement.

  • 46 Pimentel, O Rio Grande do Sul, p. 173-183.

84C’est durant le dernier tiers du xixe siècle et dans les colonies situées à l’Ouest que s’est généralisée la production de la graisse, baptisée l’or blanc. Le maïs transformé en graisse rapportait trois fois plus que le maïs vendu en grains, dont le prix était le même en 1881 qu’en 1850. Les colons ont recherché des espèces à gros rendement, capables de résister à la sécheresse, au vent, à la maladie, sans se soucier de leur aptitude au transport à grande distance. Mais entre 1875 et 1880 les cours de la graisse baissèrent de 56 à 47 reis le kilogramme car sa préparation par les colons était défectueuse : comme ils ne séparaient ni l’oléine ni la glycérine, la graisse « coloniale » se conservait difficilement. Les progrès réalisés dans la sélection des animaux et dans la fabrication de la graisse permirent d’obtenir un produit de qualité supérieure, vendu dans tous le Brésil à la fin du xixe siècle46. Toutefois, les oscillations des cours sont restées redoutables pour le colon, d’autant plus vulnérable qu’il ne peut pas ne pas produire de maïs.

85C’est en effet la culture fondamentale sur les terres défrichées. On a même présenté souvent le maïs comme la monoculture du colon allemand. Mais ce n’est que le produit le plus important en superficie cultivée, en volume et généralement en valeur, comme nous le montre le tableau suivant :

86Son extension jusqu’en 1940 a correspondu à celle de la colonisation sur la dernière zone pionnière du Rio Grande. Mais bien que la superficie occupée soit supérieure en 1950 à ce qu’elle était en 1915, son importance relative a diminué depuis 1940 malgré l’influence de la guerre et malgré l’amélioration des voies de communication. Quant à son importance en volume et en valeur, elle a diminué sensiblement.

87Pourtant depuis la première guerre mondiale les colons italiens lui consacrent une superficie croissante et en récoltent davantage.

88Le maïs n’est donc plus, comme autrefois, un produit spécifiquement « allemand » (voir fig. 30).

89En 1858-1859, le Rio Grande do Sul produisait 687.222 alqueires de maïs ; São Leopoldo en fournissait plus de 50 % (344.256). C’était une concentration remarquable pour un produit d’origine américaine.

90Sa culture s’est développée avec la colonisation allemande. Le municipe de Lajeado peut être donné en exemple. On y récolta environ 1.100 tonnes de maïs en 1860, 9.070 en 1893, 11.138 en 1903, 16.892 en 1913. La production, qui s’était donc élevée régulièrement, fit un véritable bond pendant la guerre : 64.000 tonnes en 1917,70.190 tonnes en 1920 (chiffre record). La production a décliné ensuite, comme dans beaucoup de municipes teuto-brésiliens, malgré le réveil dû à la seconde guerre mondiale : 27.940 tonnes en 1939, 38.175 en 1946, 22.800 en 1950.

91Si nous comparons en effet les listes des municipes principaux producteurs à une trentaine d’années d’intervalle nous pouvons mesurer les changements intervenus dans leur répartition comme dans leurs pourcentages respectifs45.

  • 47 45a
  • 48 45b.

92En 1917 17 municipes produisaient plus de 30.000 tonnes de maïs, totalisant 63,1 % de la récolte riograndense47. C’étaient 13 municipes d’origine teuto-brésilienne, 3 d’origine italo-brésilienne et 1 d’origine mixte. La concentration de la production et la prépondérance des colonies allemandes étaient également nettes. Les vieilles colonies étaient représentées par 13 municipes dont 3 italo-brésiliens et 10 teuto-brésiliens. Alors que la zone Sud ne jouait pratiquement aucun rôle la zone Nord comptait 4 des municipes gros producteurs et fournissait 18,4 % de la récolte du Rio Grande do Sul48.

Fig. 30. — Carte de la production de maïs en 1950
Elle révèle d’une part la prépondérance des colonies allemandes et italiennes sur le reste du Rio Grande et d’autre part l'effacement relatif des Anciennes Colonies (à l’exception de celles de la vallée du Taquari) devant les Nouvelles.

93En 1950 les 17 municipes principaux producteurs fournissent 71 % de la récolte riograndense ; c’est dire que la concentration s’est poursuivie entre temps. Mais 9 seulement en produisent plus de 30.000 tonnes. D’autre part la liste de 1950 est bien différente de celle de 1917. S’il y a encore 3 municipes d’origine italienne, il n’y en a plus que 9 d’origine teuto-brésilienne mais 5 d’origine mixte. 9 des municipes de 1917 ont disparu : 1 mixte, 1 italien, et 7 allemands. La chute la plus spectaculaire a été celle de São Leopoldo dont la production est tombée de 30.000 à 4.200 tonnes. C’est l’exemple le plus saisissant de la régression agricole dans les anciennes colonies allemandes, car des 9 municipes effacés, 7 appartiennent à la zone des anciennes colonies (1 italien et 6 allemands) et 2 à celle des nouvelles (Santo Angelo, qui a été démembré ; Ijui, le premier atteint par l’épuisement du sol)45a.

94La répartition géographique des municipes principaux producteurs en 1950 révèle que la situation s’est renversée par rapport à 191745b. La plus grande production vient de la zone Nord (48,3 % du total) qui compte 8 municipes gros producteurs. Ce sont des municipes soit d’origine entièrement teuto-brésilienne (4) soit mixte (4), tous nés de colonies relativement récentes. La zone des anciennes colonies fournit encore 31,5 % du total mais sa contribution est tombée de 582.000 à 343.110 tonnes, elle a donc diminué de 41 %. L’anomalie apparente qui classe Nova Prata et Guaporé aux3e et4e rangs s’explique par le fait que ce sont les municipes italiens les plus septentrionaux et les plus récemment mis en valeur. Les six autres municipes des anciennes colonies sont classés en fin de liste. Au lieu de 10 anciens municipes gros producteurs d’origine allemande en 1917, il n’y en a plus que 5 en 1950. Ce n’est pas seulement la part relative des anciennes colonies allemandes qui a diminué, mais le volume même de leur production. Et le mouvement ne fait que s’accentuer (voir fig. 31).

95Si le maïs est le produit clé de l’économie agricole riograndense, cette clé est passée des mains des anciens colons teuto-brésiliens dans celles de leurs descendants installés sur le plateau septentrional quand ce n’est pas dans celles des colons italiens.

Fig. 31. — Carte des zones de grande production de maïs
En un siècle la zone de grande production est passée du Piedmont sur le Revers du Plateau, des Anciennes Colonies vers les Nouvelles. A rapprocher des figures 29 et 7 comme des figures 18 et 35.

96Ce qui est plus grave, c’est que malgré l’accroissement des superficies cultivées le volume de la production totale a diminué depuis 1920 :

97Alors que la superficie consacrée au maïs a augmenté de 22 % en 30 ans, la quantité récoltée a diminué de 25 %. Malgré la conquête de nouvelles terres la production a décliné dans l’ensemble de l’Etat, principalement dans les colonies exploitées depuis plus de 50 ans. Le maïs, en partie responsable de l’épuisement des terres, en est surtout la victime, comme le prouve sa substitution par le manioc, ce produit de « consolation » qui se contente de sols appauvris.

  • 49 Sur l’histoire du manioc dans le Rio Grande do Sul : Amaral, Historia Geral da Agricultura brasilei (...)

98Le manioc. Le manioc est le dernier produit important de l’agriculture teuto-brésilienne dans le Rio Grande do Sul. Comme le tabac, la pomme de terre, le haricot noir et le maïs c’est un produit d’origine américaine, déjà cultivé par les Indiens. Les Portugais l’ont appelé « pão da terra » : il a joué un rôle essentiel et dans la conquête de l’espace brésilien en permettant aux « Bandeirantes » de se nourrir au cours de leurs expéditions à travers le sertão et dans la subsistance de la population brésilienne auprès de laquelle il était très en faveur. Le Rio Grande do Sul avait importé en 1816-1822 1.200.000 litres de farine de manioc pour sa consommation. Ce sont les colons allemands qui ont donné une impulsion décisive à sa production.49

99Le manioc est. un aliment quotidien : on mange les tubercules bouillis ou rôtis, comme les pommes de terre ; la farine, généralement consommée telle quelle avec de la viande ou des légumes, peut aussi être incorporée au pain jusqu’à concurrence de 30 % ; on en fait encore aujourd’hui des pâtisseries très appréciées dans les colonies allemandes (roscas). On l’utilise aussi pour nourrir le bétail et pour engraisser les porcs.

100D’autre part, en raison de l’importante consommation qu’en fait la population luso-brésilienne, les colons allemands ont vite trouvé de grands débouchés pour la farine de manioc qui a été l’objet d’un commerce actif depuis 1842. La fabrication de cette farine a constitué l’une des activités artisanales assurant un supplément de ressources à la population des colonies. En outre le manioc fournit la matière première d’une industrie de transformation de plus en plus complexe dont les principaux produits sont le tapioca, la fécule, l’amidon, l’alcool, l’acétone, etc.

101La faveur dont le manioc a joui auprès des colons s’explique aussi par la facilité de sa culture. Il ne redoute que les températures inférieures à 16 degrés. S’il préfère les sols silico-argileux, perméables et meubles, il se contente de sols pauvres et même très pauvres, sans exiger aucun engrais. On le plante de septembre à novembre ; on le récolte d’avril à septembre. 10.000 pieds par hectare rendent de 10 à 15 tonnes de tubercules. La valeur de la production à l’hectare est de trois à six fois le prix de revient de la culture qui demande seulement un labour et deux ou trois binages. Une tonne de manioc donne 300 kilogrammes de farine (80 % de fine valant en 1948 de 600 à 800 reis le kilo et 20 % de grossière valant 200 reis) ; le coût de la mouture n’étant que de 50 reis par kilo, le manioc offre une rémunération intéressante pour le colon.

102Faute de statistiques, il n’est pas possible de préciser le volume de la production de manioc dans les colonies au xixe siècle, mais tous les témoignages concordent pour affirmer que sa culture y jouait un rôle important.

103La colonie de São Leopoldo a commencé en 1842 à exporter la farine de manioc vers Porto Alegre et elle a bientôt libéré le Rio Grande de l’importation en provenance du Nord du Brésil. En 1856 le Rio Grande devenait à son tour exportateur vers d’autres provinces brésiliennes. En 1858-1859 l’exportation s’éleva à 4.196 tonnes de farine. À la fin du siècle, après une montée régulière, elle atteignait en 1892 le niveau de 33.940 tonnes. Les statistiques de 1913 indiquent une exportation de 34.929 tonnes pour une trentaine de municipes. En 1917, la production était de 137.000 tonnes et le manioc se classait au quatrième rang en volume et au troisième en valeur. En 1920 le Rio Grande do Sul a produit 405.612 tonnes de manioc et l’exportation était de 40.000 tonnes de farine.

104La production qui s’était élevée de 250.000 tonnes en 1924 à 293.000 en 1926 et à 381.000 en 1928 était retombée à 105.550 tonnes en 1930. Les cultures étant dévastées par une maladie d’origine bactérienne, le gouvernement de l’Etat créa en 1937 une station expérimentale dans le municipe de Cai, au cœur des vieilles colonies allemandes, zone de grande production qu’il fallait sauver.

105Dès 1939 la production remontait à 557.464 tonnes. La récolte de 1940 (516.733 tonnes) donnait au manioc le troisième rang en volume, avec 16,2 % du total de la production agricole riograndense, mais le neuvième rang seulement en valeur : cette récolte ne représentait que 3 % du revenu agricole alors qu’elle occupait 7 % des surfaces cultivées.

106Une gelée exceptionnelle détruisit presque toutes les plantations en 1942. Le gouvernement riograndense intervint une nouvelle fois, acheta des plants à l’extérieur. La production reprit son développement : 581.483 tonnes en 1943, 956.106 en 1944, 1.104.000 en 1945,1.174.156 en 1946.

107La fin de la guerre n’a pas ralenti sa progression puisqu’en 1950 sa récolte s’est élevée à 1.441.417 tonnes, ce qui donne au manioc le premier rang dans les cultures du Rio Grande au point de vue du volume (27 %). S’il vient seulement au quatrième au point de vue de sa valeur (9,6 %), il occupe 5,9 % de la superficie cultivée au lieu de 2,8 % en 1917.

  • 50 47a.

108La production du manioc présente une évolution différente de celle des autres cultures47. H n’y a pas eu concentration, mais dispersion. Si nous comparons la liste des 15 municipès principaux producteurs en 1913, 1920 et 195050, nous constatons que leur part dans la production totale a constamment diminué : elle est passée de 98 % en 1913 à 92 % en 1920 et à 78 % en 1950.

109En 1913 il y avait 5 municipes de la Dépression centrale et 10 du rebord de la Serra, dont 5 avaient une population essentiellement germanique et 5 une population mixte comportant des noyaux allemands anciens et importants. Cela révèle en même temps la part du travail des colons allemands et la prépondérance du manioc dans les zones les plus anciennement cultivées.

110Dès 1920, 6 des municipes qui figuraient sur la liste de 1913 ne comptaient plus parmi les principaux producteurs ; 4 d’entre eux se trouvaient dans la Dépression centrale et 2 sur le rebord de la Serra ; 2 avaient une population luso-brésilienne et 4 une population mixte. Des 9 municipes qui subsistaient 6 étaient essentiellement teuto-brésiliens, 2 luso-brésiliens et 1 mixte. Des 6 nouveaux municipes 2 avaient une population mixte, c’est-à-dire avec des noyaux de colonisation germanique (Porto Alegre et Santa Maria) et 1 était essentiellement germanique (Lajeado) ; les 3 autres se trouvaient sur le Plateau ; leur présence sur cette liste indique que le manioc commençait à être produit en quantités notables dans les nouvelles colonies.

  • 51 47b.

111En 1950 il ne reste plus que 6 municipes de la liste de 1913 ; 8 de ceux de la liste de 1920 ont disparu eux aussi, dont 3 de la zone de la Dépression centrale et 2 du Piedmont. Sur la liste de 1950 on compte 7 municipes du Plateau peuplés par des colons allemands ou italiens. La part de la colonisation germanique reste prépondérante dans la production du manioc qui a augmenté dans toutes les régions. Mais ce sont déjà les nouvelles colonies qui occupent les premiers rangs : 1er, 3e, 4e, 5e, 8e, 9e et 13e : le mouvement d’escalade du Plateau, ébauché en 1920, est presque terminé en 195051.

112Le tableau suivant montre avec plus de précision la transformation opérée dans la répartition de la culture du manioc entre les deux régions principales, les anciennes colonies qui étaient au premier rang en 1920 avec 68 % du total, et les nouvelles colonies qui ont conquis maintenant la suprématie pour le manioc comme pour le haricot noir ou pour le maïs.

113Comme le pourcentage de la superficie cultivée en manioc est sensiblement le même dans les deux zones, comme le développement de la culture du manioc est généralement l’indice d’une décadence de l’agriculture, on peut se demander si elle ne s’est pas accélérée dans les nouvelles colonies.

114L’histoire de la production du manioc dans les colonies allemandes du Rio Grande do

115Sul établit un certain décalage de son cycle par rapport à celui des cultures « riches » telles que la canne, le tabac, le haricot noir et le maïs ; elle n’en révèle pas moins une évolution inquiétante dont la baisse des rendements nous donne la mesure.

c. Les rendements

  • 52 Petry, São Leopoldo, p. 22-24 ; Grimm, Heimatskunde, p. 123 ; Porto, Trabalho, 91 ; Pellanda, A Col (...)

116Les premiers immigrants, les voyageurs du xixe siècle, les auteurs de monographies, les fonctionnaires chargés des statistiques officielles de l’époque, tous célèbrent à qui mieux mieux l’extraordinaire fertilité de la terre riograndense, de la terre récemment défrichée52. Les rendements étaient élevés et même étonnants : le maïs rendait de 80 à 200 pour 1, en moyenne 120 pour 1, au moins pendant les vingt premières années de culture dans une colonie. Les haricots noirs rapportaient de 30 à 50 pour 1. Le blé de 20 à 80. L’orge de 10 à 20. Les pommes de terre de 10 à 20 les toutes premières années, mais bientôt 4 seulement pour 1.

117Ces chiffres sont difficilement comparables à ceux de la période actuelle, calculés à l’hectare. Or les données statistiques modernes ne remontent pas au-delà du début du xxe siècle. C’est cependant suffisant pour que nous puissions constater une diminution progressive du rendement, soit dans l’ensemble de l’Etat malgré la mise en culture de nouvelles zones pionnières, soit surtout dans l’un ou dans l’autre des districts considérés.

118Si l’on prend comme base 100 les chiffres de 1920 concernant la superficie cultivée et la quantité récoltée des trois principaux produits « allemands », les indices riograndenses sont en 1950 :

Produits

Superficie

Production

Pomme de terre

230

200

Haricots noirs

110

90

Maïs

120

70

119Pour la pomme de terre l’accroissement de la production n’a pas été proportionnel à l’augmentation de la superficie cultivée. Pour les deux autres produits la récolte a diminué en valeur absolue alors que la superficie cultivée s’est accrue. C’est donc que le rendement a baissé : celui de la pomme de terre est passé de 4,9 à 4,4 tonnes à l’hectare ; il a diminué de 10 %. Celui du haricot noir est passé de 1,1 tonne à 0,7 ; il a diminué de 36,4 % en trente ans. Celui du maïs est passé de 2,1 tonnes à 1,2 ; il a diminué de 42,9 % en trente ans. Certes les chiffres que nous venons de donner englobent aussi ceux des zones cultivées par les colons de toute origine et même par des Luso-Brésilien3 (pour le maïs), mais ils peuvent nous servir de référence pour l’étude de l’évolution du rendement dans les colonies.

  • 53 Le premier recensement agricole sérieux datant de 1920, nos bases seront les résultats des recensem (...)

120Dans les colonies allemandes la diminution du rendement est impressionnante, comme le montre le tableau suivant53 :

Rendements en tonnes à l'hectare en 1920 et en 1950

Rendements en tonnes à l'hectare en 1920 et en 1950

121En 1920 toutes les colonies allemandes avaient un rendement supérieur à la moyenne de l’Etat, sauf pour le manioc.

122En 1950 les rendements sont différents suivant la durée de l’exploitation des terres et suivant la technique employée. Pour le maïs, toutes les anciennes colonies ont vu leur rendement tomber au-dessous de la moyenne de l’Etat ; Ijui est dans le même cas ; seules les colonies fondées au xxe siècle ont un rendement supérieur. Pour le haricot noir, le rendement des anciennes colonies a diminué ; il tend à se rapprocher de la moyenne ; il lui est inférieur dans des colonies comme Cai et Ijui, dont l’exploitation a été particulièrement prolongée ou poussée ; il a diminué même à Erechim ; il n’est supérieur à la moyenne que dans les colonies postérieures à 1914. Pour la pomme de terre, le rendement a diminué dans toutes les colonies sauf à São Lourenço où l’on utilise l’engrais et à Estrela dont les terres sont particulièrement fertiles. Pour le manioc, de même, Estrela est la seule des vieilles colonies où le rendement soit supérieur à la moyenne.

123Mais la gravité de cette diminution apparaît plus nettement encore si nous la calculons en pourcentage par rapport au rendement de 1920.

124La diminution du rendement moyen s’affirme pour chaque produit. Dans toutes les anciennes colonies le rendement a diminué plus que dans l’Etat. Cela s’explique sans doute par la fatigue des sols après cent ou cent vingt-cinq ans de culture. Mais sur le Plateau cinquante ans ont suffi à produire le même résultat.

125Nous ne pouvons pas établir cette comparaison pour les municipes constitués après 1920 sur la dernière frange pionnière du Rio Grande do Sul. À Santa Rosa et à Tres Passos les rendements sont supérieurs à la moyenne générale ; ce sont ces municipes qui la maintiennent. Encore peut-on noter une légère infériorité de Santa Rosa, plus ancien, par rapport à Tres Passos, plus récent.

126La baisse du rendement apparaît donc comme proportionnelle à la durée de l’exploitation, c’est-à-dire à l’âge des colonies. C’est d’ailleurs ce que confirme l’histoire agricole des principales d’entre elles.

2. L’ÉVOLUTION DE L’AGRICULTURE DANS LES COLONIES ALLEMANDES

127Les colonies allemandes du Rio Grande do Sul ont généralement pratiqué la polyculture. Mais au cours du temps l’abandon de telle plante et la faveur nouvelle de telle autre ont transformé leur physionomie agricole. Il n’est donc pas sans intérêt de rechercher quelles étaient les cultures pratiquées à diverses époques dans une même colonie, puisque cela nous permettra de préciser l’échelonnement des cultures successives et de suivre les modifications du rapport existant entre les cultures simultanées.

128Il serait fastidieux de développer l’histoire agricole de chacune des colonies allemandes du Rio Grande do Sul. Aussi, après avoir indiqué les phénomènes qui se sont produits dans celle que ses caractéristiques rendent exemplaire, nous contenterons-nous d’indiquer les différences qui donnent leur originalité à quelques autres. Les colonies du Plateau, par contre, ne se distinguent-elles pas de celles du Piedmont surtout parce qu’elles sont plus récentes, parce qu’elles sont à une phase différente d’une évolution dont nous pouvons suivre le cycle complet dans les colonies les plus anciennes ?

A. Les anciennes colonies

a. São Leopoldo

129São Leopoldo a été longtemps cité comme la plus belle réussite de la colonisation allemande dans le Rio Grande do Sul. Mais aujourd’hui ce municipe ne contribue plus que pour une faible part à la production agricole de l’Etat : 0,6 % en superficie cultivée, 0,5 % en volume, 0,5 % en valeur. Comment la colonie, étant parvenue à un haut degré de prospérité, ne s’y est-elle pas maintenue ?

  • 54 Petry, Municipio de São Leopoldo, p. 20-21.

130Première phase. Ce fut celle de la distribution des terres, du défrichement des premiers champs, des expériences agricoles. La colonie a eu besoin des subventions du gouvernement. L’agriculture pratiquée par les colons était essentiellement vivrière54. Ils ne cultivaient encore ni orge ni avoine mais leurs produits principaux étaient la pomme de terre, le riz, les haricots, le manioc et le maïs. Sauf pour la pomme de terre, qu’fis avaient cultivée en Allemagne, fi s’agissait de produits locaux adoptés sous la pression de la nécessité. Ils consommaient aussi les fruits du pays.

131D’autre part les colons se sont mis à cultiver un certain nombre de plantes répondant à des besoins élémentaires, le lin et le coton qui sont filés et tissés sur place, la canne qui fournit le sucre et l’alcool, le tabac qui est leur seul luxe. Il faut ajouter la citrouille qui sert à nourrir les hommes et les bêtes en hiver et dont les graines donnent une huile utilisée pour la cuisine, l’éclairage et la fabrication du savon.

132Cette première phase de l’agriculture dans la colonie de São Leopoldo a duré une quinzaine d’années, entre 1824 et 1840. Sa médiocrité s’explique par les difficultés d’adaptation des immigrants à la vie sur le front forestier sous la menace des Indiens, mais aussi par les hésitations du gouvernement brésilien et par les troubles des premières années de la Révolution Farroupilha.

133Deuxième phase. Avant même la fin de la guerre civile, São Leopoldo avait profité du calme renaissant sous l’influence du comte de Caxias. Dès 1845 l’immigration reprenait et avec elle l’extension de la colonisation. Nous pouvons mesurer l’accroissement de la superficie défrichée et cultivée. Alors qu’entre 1824 et 1827 on avait distribué 155.760 hectares autour de São Leopoldo, en 1849 les colons sont installés sur les picadas Costa da Serra, Dois Irmãos, Bom Jardim, Picada Café et Linha Hortensio, c’est-à-dire sur 712.800 hectares, soit 4,5 fois plus que vingt-cinq ans auparavant. (Voir photo 18, pl. VI.)

  • 55 Hillebrand, Relatorio 1854, R.A.P., 15/16, p. 401-427.

134En corrélation avec cette conquête de la terre arable, le nombre des plantes cultivées et la quantité des produits récoltés s’accrurent rapidement. À côté du maïs, des haricots, de la pomme de terre et du manioc, qui formaient la masse principale des récoltes, on note en 1854 les cultures suivantes55 : l’orge dont une nouvelle espèce a été distribuée par le gouvernement ; l’avoine, qui réussit très bien et que les colons font consommer surtout en vert aux chevaux et aux vaches ; le seigle qui est mélangé au maïs pour la panification ; la canne à sucre qui fournit non seulement du sucre pour la consommation familiale mais surtout de l’alcool ; l’arachide qui donne de l’huile et du tourteau pour l’alimentation du bétail ou qui est exportée en cosses pour la confiserie ; le ricin (Palma Christi) dont l’huile est exportée pour l’éclairage urbain ou utilisée dans la colonie pour la fabrication du savon ; le lin, cultivé d’abord pour les besoins locaux, puis expédié à Porto Alegre où « depuis un an les fibres ont atteint un prix élevé » ; le coton dont la production est limitée à l’usage local ; le riz qui est d’excellente qualité et qui se vend 3 milreis l’arroba (15 kilogrammes), mais qu’il faut décortiquer à la main avec des pilons de bois ; le tabac, dont la moitié est consommée sur place et l’autre moitié exportée, représente 1.800 arrobas vendues de 6 à 8 milreis ; la vigne qui donne une petite production d’un vin blanc « type vin du Rhin » mais dont l’exportation n’est que de 10 pipes en 1850 et de 28 pipes en 1853 ; le maté qui est un produit de cueillette dans la forêt et qui « devrait être planté parce que d’un bon prix et d’une vente immédiate ».

135La production s’est accrue régulièrement. Celle du maïs a triplé entre 1849 et 1853 ; celle du manioc a presque doublé, grâce à l’introduction de machines pour la fabrication de la farine. Ces progrès ont continué encore entre 1854 et 1858 : 30 % pour les haricots, 50 % pour le manioc et le maïs, 100 % pour la pomme de terre. Parmi les facteurs qui ont favorisé les progrès de l’agriculture on doit compter l’acharnement des colons au travail. Mais il est certain que les facilités relatives de communication avec Porto Alegre ont contribué à l’augmentation de la production.

136L’excédent des récoltes exporté a triplé entre 1842 et 1853, puis sextuplé entre 1854 et 1860, alors que la population a seulement triplé entre-temps. En 1858 l’exportation représentait 55 % de la production de maïs, 54 % de celle de haricots, 51 % de celle de manioc, 52 % de celle de pommes de terre. Le rapport qui existait depuis 1840 entre la production et l’exportation s’est encore affirmé car l’agriculture pratiquée en vue de l’exportation englobe les céréales et les produits transformés d’abord sur place, comme l’eau-de-vie, le tabac, le lard, le beurre. Il faut ajouter les volailles et les oeufs qui sont complémentaires de l’agriculture.

137Troisième phase.

  • 56 Tschudi, Reise, p. 26.
  • 57 Gerstaecker, 18 Monate, p. 111.

138Les colons de São Leopoldo ayant le privilège de pouvoir exporter de nombreux produits, même en petites quantités, cette variété frappe encore Tschudi en 1866. Mais il souligne la prépondérance du maïs, des haricots, de la pomme de terre et du manioc56. En effet le courant que Gerstaecker avait déjà reconnu en 186357 a pris de plus en plus de force. Les progrès de la navigation à vapeur, puis l’ouverture de la ligne de chemin de fer Porto Alegre-São Leopoldo en 1874, la baisse du coût des transports et l’augmentation de leur capacité, tout cela a favorisé l’agriculture, mais surtout la production des cultures de base, celles qui ont le double avantage de correspondre aux aptitudes du sol et d’avoir des débouchés assurés. Cette phase de spécialisation a duré un peu plus de 30 ans, puisqu’elle se termine approximativement avec le xixe siècle. Et elle a vu se préciser encore davantage les rapports locaux entre l’agriculture et l’exportation.

  • 58 Pellanda, A Colonização, p. 64.

139En 1870 le meus représente 53 % de la valeur de l’exportation du municipe (maïs 32,4 %, porcs 3,2 %, lard 16,4 %), les haricots en représentent 22,4 %, la farine de manioc 9 %, les pommes de terre 1,4 % seulement. Les céréales ne représentent que 1,2 %, la vigne 1,3 %, la canne à sucre 1 % et les autres plantes 1,3 % (lentilles, pois, fèves, arachides, tabac)58. La production correspond étroitement à la hiérarchie de l’exportation. Le maïs représente 41 % de la production totale, les haricots 28 %, le manioc 23 %, les pommes de terre 4 %, tandis que les céréales n’en représentent que 2 % et toutes les autres cultures réunies 4 %.

140Cependant entre 1880 et 1885 la proportion du maïs exporté a diminué et celles du lard et de la graisse se sont accrues. En 1889 l’évolution est accomplie] : le maïs ne représente plus que 0,6 % de l’exportation, mais la graisse 33,8 %. Ainsi, même à São Leopoldo et malgré l’aisance des communications, c’est le produit « conditionné » qui est exporté et non le produit brut.

  • 59 Grimai, Heimatskunde, p. 123.

141En 1891 Grimm précise que si certaines cultures secondaires sont encore pratiquées (orge, seigle, riz sec, tabac, arachide, citrouille) elles ne sont plus destinées qu’aux besoins domestiques59. Beaucoup de produits cultivés au cours de la seconde phase ont disparu : froment, lin, coton, indigo, etc.

142Mais la production du maïs a diminué elle aussi à partir de 1890, ainsi que celle des haricots et des pommes de terre. Dans les dernières années du xixe siècle le manioc passe en tête de la production à São Leopoldo. C’étaient les indices de la régression de l’agriculture.

143Quatrième phase.

144Son déclin a été retardé un temps par l’influence de la guerre de 1914-1918, mais ni celle de la seconde guerre mondiale ni les facilités de communications ni la multiplication des consommateurs dans les centres urbains de la colonie et à Porto Alegre, rien n’a pu l’arrêter ensuite. Le manioc augmentait son avance sur le maïs, la pomme de terre, le haricot et la canne à sucre, la seule autre production qui se soit accrue.

  • 60 Exportation de São Leopoldo :

145Le conflit de 1914-1918 stimula la production par l’élévation des prix agricoles. Ce fut sans doute une nouvelle démonstration des rapports étroits entre l’exportation et la production dans la colonie, mais ce fut surtout le dernier sursaut d’une agriculture touchée à mort. Parallèle à celle de la production, la courbe décrite par l’exportation des principaux produits agricoles entre 1913 et 1919 ne saurait signifier autre chose : elle passe par un maximum en 1917-1918, mais retombe dès 1920 à un niveau inférieur à celui d’avant la guerre60.

146L’agriculture riograndense n’a guère subi le contre-coup de la crise mondiale de 1929. La seconde guerre a provoqué une élévation des demandes, une augmentation des prix et un accroissement général de la production agricole. Mais à São Leopoldo, elle n’a eu aucune influence stimulante. C’est l’évolution naturelle de la production que nous pouvons suivre sur ce tableau :

147L’examen le plus rapide nous révèle une diminution générale de la production. Pour les cinq principaux produits, elle est passée de 110.759 tonnes en 1920 à 29.346 tonnes en 1939 et à 23.062 tonnes en 1950, malgré l’accroissement de la production de canne à sucre. Par ailleurs, aucun produit de remplacement n’est venu relayer les cinq produits principaux qui représentent 85 % de la production totale du municipe. Les modifications les plus curieuses sont celles qui se sont produites dans leur hiérarchie. La production du maïs de 1950 n’est plus que le neuvième de celle de 1920. Il représentait 32 % du volume des principales cultures, il n’en représente plus que 18 % : fl est tombé au 4e rang. La pomme de terre est passée du 3e au 2e ; elle représentait 7,3 % des principaux produits en 1920, elle en représente 23,7 % en 1950 ; mais le volume de sa production a diminué d’un tiers par rapport à 1920, de même que celle du haricot passé au dernier rang. C’est le manioc qui a reculé le plus spectaculairement du 1er au 3e rang ; il entrait pour 56 % dans la production de 1920, fl n’entre que pour 19 % dans celle de 1940 qui représente seulement 7,1 % de son volume de 1920 : or le manioc apparaissait dans les vieilles colonies comme le salut de l’agriculture. Sa décadence n’est-elle pas irrémédiable ?

  • 61 Le nombre des bovins est passé de 11.000 en 1913 à 23.200 en 1950 dans les municipes de São Leopold (...)
  • 62 Ludwig, Viagens, p. 26-27 ; Secretaria de agricultura, O Eucalipto no Rio Grande do Sul, 1948.
  • 63 Harnisch, O Rio Grande do Sul, p. 373 ; Pimentel, O Rio Grande do Sul, p. 360 ; Gobatto, A produção (...)

148La dernière phase du cycle de l’agriculture a été marquée par deux tentatives pour sauvegarder la vie rurale. L’une est la production de plantes fourragères destinées à l’élevage qui alimente en lait frais Novo Hamburgo, São Leopoldo et Porto Alegre61. Mais elles ne remplacent qu’en partie les anciennes cultures de base. L’autre est le reboisement.São Leopoldo, premier producteur agricole du Rio Grande il y a cent ans, est aujourd’hui le municipe qui compte le plus grand nombre d’arbres replantés. F. Lohmann a été appelé « le père des eucalyptus »62. Il a plus que tout autre contribué à l’introduction de ces arbres dans les anciennes colonies et jusque dans la zone luso-brésilienne. On en comptait plus de 120 millions de plants, en 1950. L’eucalyptus croît rapidement et fournit une grande quantité de bois, mais il ne contribue nullement à la reconstitution de l’humus. C’est pour cela que l’on reboise de plus en plus avec l' acacia negra, une mimosée introduite par F. Lohmann à Estrela à partir de 1929, puis Tota et Kempf à São Leopoldo63. Cet arbre donne en quatre ans 300 stères d’excellent bois de chauffage par hectare et par pied 7 kilogrammes d’écorce contenant de 32 à 35 % de tanin que l’on prépare dans des usines teuto-brésiliennes pour les tanneries, également teuto-brésiliennes, de São Leopoldo et Novo Hamburgo. L’acacia économise des devises au pays, assure des revenus aux colons et reconstitue la fertilité du sol. Dès 1944, il y avait plus de 10 millions de pieds d’acacia plantés dans les municipes de São Leopoldo, Novo Hamburgo, Montenegro, Cai, Taquari, etc., et leur nombre s’est encore élevé depuis. Mais les terres qu’ils recouvrent, défrichées au xixe siècle et cultivées par les premières générations de colons sont maintenant retirées à l’agriculture. (Voir photo 19, pl. VI).

  • 64 Sur la nécessité du reboisement : Gobatto, A necessidade do reflorestamento, Correio do Povo, 1er a (...)

149São Leopoldo, fidèle à sa vocation de colonie-pilote, a parcouru entièrement le cycle de son évolution agricole, inscrivant l’histoire de l’agriculture des colons entre le défrichement et le reboisement64.

b. Exceptions

150Elles sont constituées par deux anciennes colonies : une dont le principal produit n’a pas été le maïs, mais le tabac, et une qui, sans se spécialiser, a connu une prospérité plus durable.

1. Santa Cruz

  • 65 Pellanda, A Colonização, p. 77-78 ; Menezes, O Municipio de Santa Cruz, II, 328 p.
    Santa-Cruz.
    A. Pro (...)

151Cette colonie, fondée en 1849 par le gouvernement provincial a connu une brillante histoire agricole65.

152La première phase, celle de l’agriculture de pure subsistance, a duré moins d’une dizaine d’années. Dès la cinquième année la production de la colonie était suffisante pour nourrir tous ses habitants. Ce délai a été plus court qu’à São Leopoldo car Santa Cruz comptait parmi ses premiers habitants des colons installés vingt-cinq ans plus tôt dans la vallée du Rio des Sinos et qui avaient déjà l’expérience de l’agriculture pionnière.

153Dès 1859, à côté des trois productions vivrières de base, le maïs (1.543 tonnes), les haricots (311 tonnes) et la pomme de terre (199 tonnes), d’autres cultures ont été développées en même temps que la population s’accroissait : le blé (3,5 tonnes), le seigle (2 tonnes), l’orge (2 tonnes), le riz et le tabac (14 tonnes). Venaient ensuite les oléagineux, les textiles (principalement le lin) et les légumes verts.

154La production était déjà variée, mais la plupart de ces plantes n’étaient cultivées que pour la satisfaction des besoins locaux. L’exportation, limitée à quatre produits seulement (maïs 57 %), haricots noirs (38 %), pomme de terre (4 %), riz (1 %) ne portait que sur une petite fraction des récoltes : 1/5 du maïs, 1/3 des haricots et 1/10 des pommes de terre.

155La seconde phase commença aussitôt. En trois ans, l’agriculture s’était transformée. En 1862, en effet, la surface cultivée s’était accrue de 175 % et la production plus que proportionnellement : la récolte de pomme de terre représentait 163 % de celle de 1859, celle de maïs 200 %, celle de haricots 250 % celle de tabac 800 % (97 tonnes).

156Cette seconde phase dura jusqu’en 1881, soit à peine une vingtaine d’années au cours desquelles la population continua à s’accroître (gain de 18.000 habitants), la surface défrichée à s’étendre et la production agricole à s’élever : entre 1862 et 1881 la récolte de maïs a été multipliée par 4,4, celle de haricots par 2,4, celle de pomme de terre par 2,8, celle de riz par 2,4, celle de pois par 5,5, celle d’orge par 7,7, celle de seigle par 10, celle de tabac par 16. Seul le blé a diminué (3 tonnes en 1859, 2 en 1862, 1 en 1866) puis a disparu. D’autre part étaient apparues de nouvelles cultures comme celles de la canne à sucre, des arachides, des lentilles, du coton, de la vigne. Les activités annexes se développaient : fabrication d’eau de vie et de farines, élevage (le nombre des vaches passait de 644 à 1.800, celui des porcs de 6.095 à 18.000). A la production de graisse et de beurre s’ajoutèrent celles de volailles (40.000), d’œufs, de miel et de cire. Le principal produit de cueillette était le maté.

157L’exportation a quintuplé au cours de ces vingt années, pouf la plus grande prospérité de la colonie. Cependant la part du maïs a diminué tandis qu’augmentaient celle de la graisse et surtout celle du tabac dont on expédie 95 % de la récolte (dépassant 1.000 tonnes depuis 1875). A la fin de cette période, l’agriculture de Santa Cruz avait déjà pris une orientation nettement commerciale.

158La troisième phase, celle de la spécialisation, a été marquée par la prépondérance de la culture du tabac. Les cultures secondaires comme le coton, le lin, le colza et la canne à sucre disparurent plus ou moins vite. Quant au maté, il avait décliné régulièrement avec les réserves de forêt : 900 tonnes, en 1881, 480 en 1906, 347 en 1910.

159Les cultures commerciales vivrières, les haricots, la pomme de terre et le maïs représentaient 87 % de la production agricole en 1881, 79 % en 1895, 70 % en 1924, 71 % en 1939. Toutefois, tandis que la pomme de terre et les haricots avaient augmenté régulièrement jusqu’en 1924 et étaient ensuite restés en palier jusqu’en 1939, le maïs, toujours au premier rang de la production, avait disparu de l’exportation, remplacé par la graisse (240 tonnes en 1881, 502 tonnes en 1901, 1.571 tonnes en 1921). Celle-ci représentait un sixième de l’exportation à la veille de la seconde guerre mondiale, les haricots un tiers et le tabac la moitié à lui tout seul.

160La production de tabac a doublé tous les 20 ans. Elle est passée de 1.650 tonnes en 1881 à 6.200 en 1924 et à 12.368 tonnes en 1946, croissant jusqu’à la fin de la seconde guerre mondiale, de même que son pourcentage par rapport à la production agricole de Santa Cruz : 9 % en 1881,12,4 % en 1885,16,6 % en 1899,14 % en 1924,16,8 % en 1939, 33 % en 1946.

161Pourtant malgré les avantages présentés par la culture du tabac, malgré l’emploi d’engrais qui favorisent les cultures pratiquées ultérieurement sur la même parcelle, malgré la durée de sa prospérité agricole, bien supérieure à celle de São Leopoldo, Santa Cruz connaît à son tour le déclin.

162La quatrième phase, celle de la régression de la production, vient en effet de commencer. Sauf les productions du manioc qui a doublé et du riz irrigué qui a presque quadruplé de 1924 à 1950 (389 %), toutes ont diminué dans des proportions inquiétantes : le maïs de 64 % par rapport à 1924 et de 62 % par rapport à 1939, le haricot de 81 et 83 %, la pomme de terre de 77 %. Parallèlement le nombre de porcs a diminué de 71 % par rapport à 1924.

163Le tabac, il est vrai, a légèrement gagné par rapport à 1924 (+ 10 %) mais il a diminué par rapport à 1946 (— 44 %) et même par rapport à 1939 (— 13 %). Il ne représente plus que 26 % de la production totale, au lieu de 33 % en 1946.

164Alors que le volume de la production agricole de 1939 était sensiblement le même que celui de 1924, il a diminué depuis la guerre. En 1950, il représentait seulement 57 % de celui de 1939.

165Mais ce qui fait sans doute le mieux sentir le déclin de l’agriculture à Santa Cruz, c’est l’évolution de l’importance relative des principales cultures entre 1939 et 1950 :

166Les trois principales cultures vivrières ont reculé et ne représentent plus que 43 % de la production totale au lieu de 70 %, tandis que le tabac est devenu proportionnellement plus important encore qu’avant la guerre et que la production de manioc a doublé.

167C’est seulement au bout d’une centaine d’années que Santa Cruz, la colonie du tabac, présente les signes du vieillissement. Ainsi c’est sa spécialisation qui a favorisé la longévité exceptionnelle de l’agriculture vivrière.

2. Estrela

  • 66 Waibel, Principios, p. 191.
    Sur l’histoire agricole d’Estrela consulter : Pellanda, A Colonização, p (...)

168Estrela peut être pris comme exemple des quelques colonies privilégiées dont la prospérité durable provient de la fertilité des terrasses fluviales inondables sur lesquelles elles sont installées66. L’histoire des cultures n’y suit pas exactement la même courbe que dans les autres pays du Piedmont. On ne peut pas distinguer entre elles les phases no 2 et no 3 parce qu’il n’y a pas eu spécialisation : l’agriculture s’est étendue et développée sans que diminue le nombre des cultures pratiquées sur une grande échelle.

169La première phase va de 1853 à 1858 seulement. La plupart des colons étaient originaires de São Leopoldo et possédaient donc l’expérience de l’agriculture locale ; ils s’adonnèrent immédiatement aux cultures rémunératrices (maïs, haricots, canne, pomme de terre) dont la production ne tarda pas à dépasser les besoins locaux.

170La seconde phase a commencé 5 à 6 ans à peine après la fondation de la colonie. On peut même se demander si elle est terminée de nos jours. Elle s’est donc étendue sur une période beaucoup plus longue que dans les autres colonies. Elle n’a été marquée que par l’extension des surfaces cultivées et par l’accroissement de la production. Le maïs a toujours été le plus important : depuis 1859, il a représenté un peu plus des deux tiers des récoltes. Il était suivi par un certain nombre de produits sensiblement égaux entre eux comme le haricot, la canne à sucre et la pomme de terre. Ni le blé ni le riz n’avaient pris d’importance. Les céréales secondaires et le tabac n’étaient guère produits que pour le ravitaillement local.

171En 1920 le maïs représentait 71 % de la production totale dont le reste était fourni à peu près également par la pomme de terre, le haricot, la canne à sucre et le manioc.

172En 1939 le maïs récolté en quantité nettement supérieure à celle de 1920, était encore le principal produit, avec 57 % du total. Il était suivi par le manioc (28 %) et la canne à sucre (9,5 %), puis venaient les haricots (1,3 %) et la pomme de terre (1,2 %).

173Cette longévité des cultures est réellement exceptionnelle. C’est seulement la seconde guerre mondiale qui a révélé des lignes de clivage, jusque-là invisibles, entre les cultures virtuellement décadentes et les autres.

174Les deux cultures les plus importantes autrefois, le maïs et le haricot, ont décliné. Le maïs a diminué de 50 % en 10 ans, le haricot de 20 %. Par contre les progrès du manioc, de la patate douce et de la luzerne (dont la culture a quadruplé) sont inquiétants. Cependant en 10 ans, la production du blé a doublé, celle de la canne à sucre a quadruplé, celle de la pomme de terre a décuplé. Or ce sont des produits de valeur.

  • 67 Waibel, Principios, p. 194.

175Les parts respectives des différentes cultures se sont modifiées. En 1953, l’année même du centenaire de la fondation d’Estrela, la production se classait de la manière suivante :1er manioc (35 %),2e canne à sucre (25 %),3e maïs (17 %),4e. pomme de terre (5,1 %),5e haricots (0,7 %),6e blé (0,3 %). Mais on ne peut pas parler d’un déclin de l’agriculture, puisque des remplacements se sont opérés par le jeu de la polyculture. Estrela, comme quelques autres colonies de la vallée du Taquari, continue à jouir d’une prospérité agricole exceptionnelle dans la zone des anciennes colonies67.

B. Les nouvelles colonies

176Les colonies fondées sur le revers du Plateau en sont dans leur histoire agricole à des phases différentes de celles des anciennes colonies parce qu’elles n’ont pas le même âge. Certes on peut noter l’influence de facteurs géographiques comme l’absence de fleuves navigables, la faiblesse des accidents du relief, la fraîcheur relative du climat, l’abondance des précipitations et surtout la distance à laquelle elles se trouvent de Porto Alegre. Mais elles furent avantagées par le chemin de fer relativement plus tôt que les anciennes colonies, puis elles ont été rattachées à Porto Alegre par le réseau routier moderne. Aussi les étapes de l’agriculture n’ont-elles eu ni le même nombre ni la même durée que le rebord de la Serra.

177Les différences qui existent entre les nouvelles colonies suivant qu’elles, ont soixante ans ou trente ou moins ne font d’ailleurs que confirmer l’importance du facteur temps : la situation économique d’une colonie dépend avant tout de la durée de son exploitation.

a. Les colonies du xixe siècle : Ijui

  • 68 Pellanda, A Colonização, p. 187-188 ; Ijui, Album comemorativo do cincoentenario da fundação de Iju (...)

178Ijui fut assurément l’une des plus belles réussites de la colonisation officielle68.

179La première phase de l’agriculture y a été très brève. Fondée en 1890, la colonie avait accompli sa métamorphose dès 1895, malgré les troubles de la guerre civile de 1893. Non seulement elle avait réussi à assurer immédiatement sa subsistance, mais elle présentait déjà des éléments d’une agriculture d’exportation et avait besoin de routes. Cela représente une première accélération sur l’évolution des anciennes colonies.

180La seconde phase se caractérise d’abord par le nombre relativement réduit des cultures, puisque le rapport de 1897 indique 13 produits seulement, y compris ceux qui n’avaient qu’une importance locale, comme les lentilles, les pois, l’orge et le riz. En tête de la production venait le maïs (59 %), suivi par les céréales (13 %) et les haricots (7,3 %), puis la canne à sucre et la vigne ; le maïs occupait la moitié de la superficie cultivée, la canne et la vigne un quart à elles deux. L’exportation était déjà le but principal des agriculteurs qui ne s’intéressaient qu’à quelques autres produits rémunérateurs, comme les haricots et les céréales, dont la production était bien supérieure en 1896 à ce qu’elle fut en 1950 (124 tonnes au lieu de 48).

181L’arrivée d’un nouveau directeur stimula le développement amorcé par le propre dynamisme de la colonie. Entre 1896 et 1899 la superficie a été portée de 27.259 hectares à 51.388 ; les 1.587 lots furent réunis par 205 kilomètres de chemins, 39 kilomètres de routes et un pont permettant l’écoulement des produits agricoles jusqu’à la plus proche station de chemin de fer, Cruz Alta. Mais comme il fallait transporter les denrées d’abord par bât, puis en charrette, seuls étaient cultivés les produits facilement exportables, outre ceux qui étaient nécessaires à la consommation locale. Le nombre des cultures n’a pas augmenté, au contraire, mais l’accroissement des quantités récoltées correspond à celui de la superficie cultivée. Entre 1900 et 1911 la population est passée de 7.600 à 25.000 habitants, la superficie cultivée de 51.000 à 130.000 hectares, la production de 1.800 à 5.000 contos.

182L’ouverture de la voie ferrée en 1911 fait doubler la production et tripler l’exportation. Le développement de l’agriculture, favorisé par la guerre mondiale, continue jusqu’en 1924. L’importance relative de la canne à sucre a diminué devant le maïs et d’autres produits qui ont accru leur pourcentage grâce aux facilités d’exportation : de 1908 à 1924 le maïs est passé de 69' % à 86 %, la pomme de terre de 1 % à 4,1 %.

183Tous les produits cultivés depuis les origines de la colonie atteignent leur maximum en 1924 ; puis leur tonnage, resté stationnaire un temps, commença à diminuer, bien que leurs proportions se fussent conservées jusqu’en 1932, date où le maïs représentait encore 85 % de la production et les haricots 5 %. Mais leur déclin était proche.

184La troisième et dernière phase de l’histoire de l’agriculture à Ijui a commencé à la veille de la seconde guerre mondiale. Ses caractéristiques n’ont même pas pu être dissimulées par l’influence de cette guerre qui provoqua le réveil de certaines cultures (maïs, riz, haricots, blé, tabac, canne à sucre) sans qu’aucune parvînt à retrouver son volume de 1920. Entre 1947 et 1950 la production tomba rapidement à des chiffres très inférieurs : celle de maïs ne représente en 1950 que 31 % de celle de 1920, celle de haricots 33 %, celle de pomme de terre 51 % et celle de tabac 5 %.

185Les proportions des produits principaux sont devenues entre 1939 et 1950 :

186La diminution est sensible, surtout pour les trois produits traditionnels des colonies allemandes, le maïs, les haricots et la pomme de terre. Certes le volume total de la production agricole s’est élevé depuis 1939 et il a même dépassé le tonnage de 1924, mais au prix d’une profonde transformation dans les cultures pratiquées. L’augmentation globale est due avant tout à celle du manioc et de la patate douce, passés de 5.000 à 94.900 tonnes et représentant maintenant plus des deux tiers de la production d’Ijui.

187La coexistence des divers produits qui fournissaient d’importants excédents pour l’exportation n’a pas empêché autrefois la prépondérance du maïs, plus nette encore que dans les anciennes colonies. Mais si celle d’Ijui a fait l’économie de la phase de Sélection des produits principaux et si elle a gagné plus de dix ans pendant sa croissance, en revanche elle « a vieilli » plus vite. Elle s’est trouvée en cinquante ans au même stade que São Leopoldo au bout de cent. Ijui, chef-lieu d’un municipe où l’agriculture décline, est aujourd’hui un centre commercial drainant la production et les échanges du Nord-Ouest du Rio Grande : le chemin de fer et la route lui rendent ainsi une part de sa prospérité passée.

b. Les colonies du xxe siècle

1. Erechim

  • 69 Pellanda, A Colonização, p. 189 ; Relatorios da Secretaria das Obras Publiais, 1909, 1919 ; Publica (...)

188La colonie d’Erechim a battu tous les records de rapidité de développement69. Elle occupe depuis longtemps le premier rang des principaux producteurs agricoles. C’est l’un des municipes les plus dynamiques dans tous les domaines. C’était un des municipes ruraux les plus peuplés en 1950, malgré les amputations territoriales qu’il avait subies puisque Getulio Vargas en avait été détaché en 1934 et Marcelino Ramos en 1943 ; il reculera au prochain recensement car il vient de perdre 16.000 habitants avec la séparation de Gaurama en 1954 et 22.500 avec celle d’Aratiba en 1955. Erechim restera du moins comme l’un des exemples les plus significatifs de poussée démographique due à la colonisation. Il est vrai que celle-ci s’est effectuée le long de la voie ferrée Santa Maria-Sāo Paulo, ce qui lui permit d’écouler immédiatement ses produits agricoles, facilité exceptionnelle dans l’histoire des colonies riograndenses.

189La phase de démarrage fut très courte. La colonie a été peuplée à partir de 1909. Dès 1913 les récoltes étaient suffisantes pour assurer la subsistance de la colonie et même l’exportation de bois, de maté, de haricots, de pommes de terre, etc.

190La seconde phase s’ouvrit donc presque immédiatement. La production agricole, en effet, s’accrut plus que proportionnellement aux superficies appropriées, ce qui révèle l’intensité de sa mise en valeur. De 1910 à 1914 le nombre des lots occupés était passé de 3.397 à 6.135 et la production avait quadruplé en volume comme en valeur (de 320 à 1.335 contos de reis).

191La guerre de 1914-1918 vint accélérer encore cette évolution. Si nous prenons pour base 100 la production de maïs en 1914, celle de 1916 correspond à 200 et celle de 1918 à 302. Elle n’a fait que s’élever dans l’entre-deux guerres de l’indice 800 en 1920 à 1.600 en 1934 et à 2.100 en 1946. L’influence de la fin de la seconde guerre mondiale est à peine sensible, puisque la production de maïs de 1950 est vingt fois supérieure à celle de 1914. Erechim est encore dans la phase de prospérité et de progrès : le volume total de sa production est en 1950 30 fois celui de 1914 et presque 2 fois celui de 1939.

192Comme les autres colonies du Plateau Erechim a sauté la phase de sélection des cultures, limitées d’emblée à celles qui ont fait la prospérité rapide d’Ijui.

193C’est le maïs qui peut être pris comme produit type puisqu’il a toujours été le plus important. Il représente encore presque la moitié du volume total en 1950, date où sa production est plus du double de celle de 1920. La canne à sucre et le haricot noir, produits de grande valeur sous un faible volume, n’ont par contre pas joué à Erechim le même rôle que dans d’autres colonies moins bien desservies et leur production a baissé tant en valeur absolue qu’en proportion depuis 1939. Mais la part du blé a triplé et celle des raisins a doublé. Il est vrai que ces cultures révèlent plutôt l’influence du peuplement d’origine italienne qui prédomine dans certains districts du municipe. (Voir fig. 15). Mais d’autres cultures « teuto-brésiliennes » sont en progrès comme la luzerne, la pomme de terre, le manioc et la patate douce dont le volume est passé de 30.000 à 56.600 tonnes de 1939 à 1950. Certes le pourcentage du manioc est resté stationnaire parce que toute la production agricole s’est accrue entre temps, mais l’augmentation de son volume presque du simple au double en onze ans nous semble être comme une ébauche de ride sur un visage souriant.

  • 70 Pimentel, O Rio Grande do Sul, p. 358-364.

194Erechim, en pleine apparence de prospérité, approche de la fin de la seconde phase de l’histoire de son agriculture. Celle-ci est à la veille d’être frappée de décadence : les rendements y ont déjà marqué un arrêt. Erechim arrive à l’âge où Ijui a commencé à se scléroser. De la technique employée à l’évolution des cultures pratiquées, tout porte à croire que les mêmes causes produiront bientôt les mêmes effets, à moins que n’intervienne une révolution agraire que rien ne laisse prévoir. On ne peut même pas espérer le recours préventif au reboisement, car la forêt d’araucaria n’est pas plus près d’y être reconstituée que dans les anciennes colonies italiennes, malgré les efforts d’organismes comme l’Institut du pin70.

2. Santa Rosa

  • 71 Bernardes, A Colonisação no municipio de Santa Rosa, R.B.G., XII, p. 384-390 ; Cardoso, O Municipio (...)

195Il nous suffira d’examiner un dernier exemple, celui d’une colonie récente dans sa phase d’expansion agricole, Santa Rosa71.

196Ses débuts ont été relativement rapides car la production était limitée aux produits les plus rémunérateurs comme le maïs, le haricot, la pomme de terre, la canne à sucre. Son développement a cependant été moins rapide que celui d’Erechim parce que la voie ferrée n’a atteint Santa Rosa qu’en 1940.

197Ce fut alors un progrès subit grâce aux nouvelles possibilités d’écoulement des produits. L’influence de la guerre ne fut qu’accessoire puisque la prospérité de l’agriculture a continué à s’élever même après le retour à l’économie de paix.

198De 1939 à 1950 son volume global est passé de 177.780 tonnes à 332.080 (soit de 100 à 187) et pour tous les produits sauf la canne à sucre le volume de 1950 est supérieur à celui de 1939.

199La production de la canne à sucre, qui avait été l’une des principales ressources avant l’aménagement de bonnes communications, a donc reculé et celle du tabac est restée stationnaire ; par contre celle des produits de moindre valeur sous un gros volume, comme la luzerne, le manioc, le maïs et la pomme de terre, a augmenté de 25 à 160 %. Cependant la production du blé, du riz et des haricots a augmenté davantage encore en moyenne. Ceci traduit bien la « jeunesse » de Santa Rosa et cela l’influence des possibilités de transport sur la production. Bien que le municipe de Santa Rosa soit l’un des plus éloignés de Porto Alegre dont le marché lui sert de débouché (625 kilomètres par la route la plus courte), son agriculture est d’orientation essentiellement commerciale.

200Ce qui est encore plus remarquable, c’est qu’il n’y a pas moins de neuf produits mportants, au lieu de quatre ou cinq dans les autres colonies. Grâce à la fertilité de ses terres, qui sont des plus récemment mises en valeur, Santa Rosa peut pratiquer une véritable polyculture dont on ne trouve qu’un autre exemple dans le Rio Grande, celui d’Estrela. Et encore Santa Rosa ne présente-t-elle pas les mêmes proportions entre ses différentes cultures :

201Le maïs est loin d’avoir le même rôle que dans les autres colonies du Plateau ; il n’a pas eu et n’a pas davantage la prépondérance : hier il était dépassé par la canne à sucre et par le manioc, aujourd’hui encore le manioc est le produit principal. Or la récolte de maïs a augmenté de 188 % entre 1939 et 1950 ; c’est dire la prospérité des autres cultures. Toutefois les progrès du manioc apparaissent déjà comme une menace pour cette production agricole encore en plein essor. (Voir photos 20, 21, 22, pl. VII.) Santa Rosa est déjà sinon à son apogée du moins près d’y atteindre, car la totalité des terres est maintenant appropriée et s’esquissent deux phénomènes accompagnant la maturité d’une colonie, l’arrêt de l’immigration devant le développement démographique local, l’éclatement des anciens districts en nouveaux municipes. Or Santa Rosa vient de perdre près de 70.000 habitants en donnant naissance aux municipes de Tres de Maio et d’Horizontina en 1954, de Girua, Santo Cristo et Porto Lucena en 1955, dépassant encore ainsi la fécondité d’Erechim.

202Santa Rosa était en 1950 l’image de la prospérité, du dynamisme de la jeunesse puisque, compte tenu des conditions locales de climat, de sol et de communication, c’est d’après leur âge que se situe la position des colonies teuto-brésiliennes dans leur cycle agricole.

203Telle a été l’évolution de l’agriculture dans les colonies allemandes. Sur le Piedmont, dans les plus anciennes, l’exploitation du sol a parcouru un cycle entier puisque les colons reboisent aujourd’hui les terres défrichées il n’y a guère plus de cent ans et parfois moins. Sur le revers du Plateau, les plus nouvelles se trouvent en des points différents d’une mème courbe, encore que leur évolution ait été accélérée par divers facteurs tels que l’entraînement de leur population au défrichement et la disposition de moyens de transports plus efficaces. Les nouvelles colonies, en effet, ont ignoré la phase de sélection des cultures. Mais elles semblent n’avoir brûlé une étape que pour monter plus vite à leur période et redescendre déjà la pente du déclin agricole. Elles ont vieilli plus tôt, elles vieillissent plus vite que les anciennes colonies. L’influence du temps y a donc été comme multipliée par l’accélération de leur évolution économique. Celle-ci n’est pas commandée tellement par leur position que par la durée même de leur exploitation. L’histoire agricole des colonies a été celle d’une lutte de vitesse entre les progrès des moyens de transport et le déclin du rendement provoqué par l’épuisement des sols.

C. La technique agricole des colons allemands

204On aurait attendu des immigrants allemands l’implantation de méthodes agricoles européennes ou au moins une adaptation de ces méthodes au milieu nouveau. Or les procédés scientifiques, introduits récemment, ne sont encore que très rarement employés et tous les documents que nous retrouvons depuis les débuts de la colonisation mentionnent la même technique primitive, d’origine locale, le brûlis.

a. La technique traditionnelle

  • 72 Willems, A Aculturação, p. 294 ; Lynn Smith, Brazil, p. 37. Description de cette technique : Petry,(...)

205Les colons cultivent toujours comme leurs aïeux l’ont appris des premiers occupants. Ils leur ont emprunté aussi le nom de cette pratique, la Roça (dont ils ont tiré le verbe rosen, préparer la terre de cette manière) et ceux de ses diverses opérations72.

206La derrubada consiste à couper la capoeira, la formation secondaire d’arbustes et de plantes ligneuses qui s’est développée entre deux phases de culture. Tous ces branchages sont abandonnés sur le sol où ils sèchent.

207La queimada, leur incinération sur la clairière même, est la phase décisive. A la saison, les colonnes de fumée s’élèvent partout sur les flancs de la Serra et les ondulations du Plateau. (Voir photo 19, pl. VI.) La plantação, c’est-à-dire la plantation ou les semailles, est l’opération la plus simple. Sur la couche de cendres, ou à faible profondeur dans le sol, le colon dépose des grains de maïs, de haricots, des tubercules de pomme de terre, ou bien plante le manioc, la canne à sucre, le tabac.

208Capinar, c’est façonner la terre, sarcler ou biner les cultures. Bien que le sol cendré soit assez meuble et que l’incendie ait détruit beaucoup de mauvaises herbes, l’effort est rude en été.

  • 73 Verband, Hundert Jahre, p. 220-221 ; Brasil Post, no 108, p. 14, no 118, p. 11. L’une des principal (...)

209Si ces façons lui prennent moins de temps et de peine qu’au cultivateur européen, le colon doit lutter constamment et durement contre son ennemi acharné, la fourmi. Contrairement à celui du caboclo son calendrier agricole est bien rempli, car la succession des cultures variées auxquelles il s’adonne ne lui laisse pas plus de morte saison que le climat n’en impose à la végétation73.

210Suivant la nature de la culture pratiquée et la fertilité du terrain, la même parcelle fournira une, deux ou trois récoltes, obtenues toujours d’après le même procédé. Mais le rendement diminue très rapidement. Le colon abandonne la parcelle sur laquelle se reforme une nouvelle capoeira qui est donc, avec le brûlis, la caractéristique de cette agriculture. (Voir photos 18 et 19, pl. VI, 21, pl. VII.) Pendant la reconstitution de la végétation naturelle il pratique la même série d’opérations sur une autre parcelle, puis sur une autre. (Voir fig. 32 et 33.)

Fig. 32. — Structure agraire et utilisation du sol dans une colonie ancienne
On observera la division longitudinale des lots, l’alignement de3 bâtiments le long du chemin (picada), la disparition presque totale de la forât primitive, l’importance du reboisement et l’étendue des capoeiras caractéristiques de la technique du brûlis.

  • 74 Faucher, Géographie agraire, Types de cultures, chapitre II, Culture nomade en dehors de l’Europe e (...)

211Ce système de culture désigné sous le nom de rotação das terras ou « rotation des terres » a déjà été analysé mainte fois, c’est l’agriculture itinérante sur brûlis, c’est le ray, c’est le procédé des Mois ou des Indiens. Il est inutile d’insister sur le caractère primitif de cette technique, plus rudimentaire encore que l’essartage, méthode archaïque survivant seulement dans les régions les plus déshéritées de l’Europe. Les caboclos l'avaient sans doute reçue des Indiens avant de la transmettre aux colons allemands74.

  • 75 Verband, Hundert Jahre, p. 222 ; Moritz-Schantz, Das heutige, p. 245 ; Lacmann, Bitte, p. 189 ; Por (...)

212Il ne faut surtout pas se laisser abuser par la supériorité relative de leur outillage : s’ils ont pratiqué les semailles au bâton et la culture à la houe, ils utilisent depuis plus de cent ans la charrue à soc métallique et la herse. Mais l’emploi de ces instruments a aggravé encore les inconvénients du procédé, en facilitant l’érosion des eaux courantes et la destruction de l’humus sur une vaste échelle. C’est ce qui justifie l’expression de Raubbau, « exploitation déprédative », appliquée par les auteurs allemands à cette technique agricole75.

  • 76 Monbeig, Planteurs et pionniers, p. 75.

213Comme elle est tout entière enfermée dans le cycle derrubada-queimada-plantação capoeira qui reprend régulièrement sur chaque parcelle, comme c’est cette répétition qui est catastrophique, la définition qui nous semble lui convenir le plus exactement est la suivante : agriculture temporaire et périodique sur brûlis. Ainsi dans les colonies allemandes du Rio Grande do Sul comme dans le reste du Brésil, « c’est la boîte d’allumettes qui a été l’instrument de culture favori », suivant l’expression de Setzer reprise par M. Monbeig76.

214En admettant que l’adoption de la queimada s’expliquât à l’origine de la colonisation quand il s’agissait de défricher la forêt vierge, ce qui est surprenant c’est la conservation de cette technique depuis plus de cent vingt-cinq ans, c’est son extension à toutes les zones cultivées par toutes les générations de Teuto-Brésiliens, c’est l’imperméabilité des groupes ruraux aux nouveaux procédés de culture que les immigrants postérieurs ont connus en Allemagne à la fin du xixe et au début du xxe siècles. Cela nous semble pouvoir s’expliquer par la vocation pionnière des colons.

215La permanence et l’exclusivité de cette technique sont à la fois les caractéristiques de l’agriculture teuto-brésilienne, les facteurs de son évolution et comme les termes de l’équation dont la résolution nous permettra de mieux saisir, derrière l’apparente simplicité de leur genre de vie, la complexité de l’histoire des établissements ruraux fondés et développés par les colons allemands.

  • 77 Mulhall, O Rio Grande do Sul, p. 149 ; Zoeller, Deutsche, p. 171 ; Hoeussler, Kolonisation, p. 10 ;(...)

216La routine est bien le premier défaut de cette agriculture. Dès 1873 Mulhall, pourtant sans prévention, la dénonçait ainsi que l’insuffisance de machines agricoles. De même Zoeller en 1883, au moment où elle achevait de s’étendre sur tout le rebord de la Serra. De même Hoeussler en 1903, quand est déjà bien avancée l’escalade du Plateau. A la même époque les études de Varela et de Lassance Cunha, qui soulignent le rôle des colons dans le développement de l’agriculture riograndense, constatent les mêmes défauts : routine, insuffisance de machines, insuffisance de capitaux. Après avoir cité l’analyse admirable qu’en donna M. Tonnelat, il suffit de rappeler que tous les témoignages ont été concordants et que depuis plus de cent ans l’agriculture teuto-brésilienne a souffert des maux énumérés en 1937 par Porzelt dans son livre sur le paysan riograndense d’origine allemande : manque de capitaux, manque de machines, et surtout manque d’initiative77.

  • 78 Arq. Pub. Livro 323, p. 13 verso, Officio ao Presidente da Provincia 25 juin 1861 ; Annaes da Assem (...)

217Malgré la faveur avec laquelle le gouvernement les aurait considérées les tentatives faites par les colons pour échapper à cette routine ont été très rares. L’installation d’un agronome comme Borowsky à Santa Cruz en 1861 et les expériences de la Société Hermann ne représentent que l’exception78.

  • 79 P. ex. Rotermund Kalender 1924, p. 275 ; Riograndenser Marien Kalender, 1932, p. 91.
  • 80 Verband, Hundert Jahre, p. 222 ; Waibel, O que aprendi, p. 424 ; Markus, Ensaio de adubação, Correi (...)

218Bien plus ni les campagnes de vulgarisation ni les conseils publiés dans les journaux et les almanachs ne semblent avoir eu aucun effet, en particulier ceux qui concernaient les procédés de culture et l’emploi des engrais79. Dans la mesure où ils auraient consenti à en tenter l’utilisation, les colons ont eu tendance à la rejeter même après succès parce que le coût des engrais dépasse la plus-value obtenue80. L’emploi du fumier est lui-même infiniment plus rare qu’en Europe, limité dans quëlques zones aux seules cultures rémunératrices du tabac et de la pomme de terre. Quant à l’enfouissement d’engrais verts, il est encore ignoré dans la plupart des colonies.

  • 81 Waibel, Principios da colonização europeia no sul do Brasil, R.B.G., XI, 2 p. 159-222 ; Idem, O que (...)

219Les études les plus récemment publiées sur la question de la technique agricole des colonies dans le Sud du Brésil ont été celles de Waibel81. Il a eu le mérite de revenir sur la première classification qu’il avait donnée des techniques employées, en insistant sur la distinction fondamentale entre les systèmes de rotation des terres et de rotation des cultures. Mais quelle que soit son autorité, il nous semble avoir établi dans le système de rotation des terres une distinction que l’histoire agricole du Rio Grande do Sul ne nous a pas révélée entre rotation primitive et rotation améliorée, elle-même divisée dans sa dernière étude en rotation avec pâturage et rotation avec charrue. Il a confondu technique de culture et économie.

220D’une part, en effet, comme il l’avait reconnu ensuite, l’utilisation de la charrue n’indique nullement un progrès de la technique car elle reste associée au brûlis. Ce qu’il appelle, on se demande pourquoi, « rotation des terres améliorée » a succédé presque immédiatement à la phase du défrichement dans la plupart des colonies : les éléments qu’il indique tels que l’apparition des moulins, l’amélioration des chemins, l’accroisse • ment de la production et des ventes sont d’ordre économique.

221D’autre part l’augmentation des ressources, même si elle est causée en partie par l’utilisation d’instruments aratoires plus perfectionnés, n’a favorisé aucune amélioration de la technique agricole, puisque l’élevage n’est pas davantage associé à l'agriculture.

222Quant à la rotation des cultures sans engrais qu’il appelle « système Dois Irmāos », elle aboutit de la même façon à l’épuisement des terres. Une longue enquête menée précisément à Dois Irmāos nous a permis de vérifier que si certaines cultures alternent sur une même parcelle pendant quelques années, elles sont remplacées ensuite soit par une prairie, soit par une capoeira, soit par une plantation d’acacias ou d’eucalyptus. (Voir fig. 33.) Même avec ce système les colons pratiquent une agriculture temporaire et périodique basée sur le brûlis, au moins pour le maïs qui est la première des diverses plantations effectuées entre la queimada et le retour à la capoeira ou le reboisement.

Fig. 33. — Le système de la rotation de3 terres (propriété Soine à Dois Irmãos 1949-1952)
La propriété (demi-colonie) ayant la forme d’un long ruban, son plan a dû être coupé en deux parties I et IL Chacune de celles-ci est représentée telle qu’elle était exploitée en 1949 (en haut) et en 1952 (en bas). On peut observer ici ou là le remplacement d’une culture par use autre mais surtout celui des cultures antérieures par la capoeira ou par le reboisement en acacia negra.

  • 82 Gourou, Pays Tropicaux, p. 170.

223Il n’existe en définitive que deux stades agricoles. L’un est la déprédation, et « les cultures annuelles sèches, pratiquées sans abri forestier sur un sol sarclé, réalisent le maximum de nocivité »82. (Voir photos 21 et 22, pl.VII.) L’autre est l’exploitation qui suppose la reconstitution de la fertilité du sol, non pas seulement par des assolements mais par l’usage d’engrais ou de fumier.

224Or si l’élevage du gros bétail apparaît (exceptionnellement) dans les colonies allemandes, c’est lorsque l’agriculture y décline : il lui a parfois succédé, il ne lui a jamais été associé.

  • 83 Hillebrand, Relatorio, 1854, R.A.P., 15/16, p. 335440. Il emploie le terme educar et non crear.

225Dans son rapport de 185483, le directeur de la colonie de São Leopoldo indique que l’agriculture constituait la ressource essentielle des colons, qu’elle se pratiquait sur brûlis et que l’élevage ne représentait qu’une activité très secondaire. Hillebrand cite en fait d’animaux les porcs destinés à l’alimentation familiale, les chevaux et les boeufs employés aux travaux agricoles, mais achetés dans la zone luso-brésilienne. Les rubriques d’exportation vers PôrtoAlegre comprenaient bien : beurre, bovins gras pour la boucherie, viande et graisse de porc, enfin chevaux dressés « en douceur » ét préférés pour cela par les acheteurs citadins. Mais il s’agissait de chevaux et de bœufs achetés jeunes dans la Campanha et dressés ou engraissés seulement dans la colonie : on ne peut pas parler d’élevage. Ce n’était donc qu’une activité d’appoint, favorisée par les facilités relatives de communication avec le marché de Porto Alegre. Elle n’avait pas assez d’ampleur pour fournir à l’agriculture locale le fumier qui lui eût permis d’entretenir la fertilité du sol.

226Pendant tout le xixe siècle et le début du xxe le seul élevage pratiqué à São Leopoldo a été celui du porc, dont le déclin a d’ailleurs été provoqué par celui de l’agriculture : en 1920 il y avait 10 porcs en moyenne par exploitation agricole, il n’y en avait plus que 6 en 1950.

227En revanche le nombre de bovins s’est accru depuis une trentaine d’années : il est passé de 1,7 par exploitation en 1920 à 5 en 1950. Grâce à l’amélioration des communications avec Porto Alegre (voie ferrée et route) une ceinture laitière s’est nouée autour de la métropole et de ses satellites industriels (Canoas, Esteio, São Leopoldo, Novo Hamburgo). Ce sont les districts ruraux de São Leopoldo, de Novo Hamburgo, de Taquara qui alimentent ce nouveau marché. Mais cette activité rémunératrice coïncide justement avec le déclin de l’agriculture.

  • 84 Anciennes colonies :
    Nombre de têtes de bétail par exploitation

228Quant à l’histoire du bétail dans toutes les autres vieilles colonies allemandes, elle n’est pas moins significative84.

229Santo Angelo (1857).

230Lors d’une première phase, qui dure environ dix ans à partir de la fondation de la colonie, c’est le cheval qui a la priorité. Dès que possible chaque famille en achète un ; le nombre de deux est rarement dépassé par la suite, car il correspond en gros aux nécessités de transport et de travail. Le nombre de vaches laitières ne croît que lentement et se stabilise généralement aux trois quarts du nombre des chevaux : elles assurent uniquement le ravitaillement familial. L’élevage est impossible faute de pâturages sur les petits domaines en voie de défrichement. Seul le nombre des porcs s’accroît rapidement en même temps que la production agricole et atteint à 20 ou 30 par exploitation.

231Au cours de la seconde phase, celle du développement de la colonie, le nombre des porcs s’élève encore : ce sont des machines à faire de la graisse avec le manioc et le maïs difficiles à transporter. La preuve en est que lorsqu’une bonne route s’ouvre le nombre des porcs diminue, comme à Nova Petropolis. Il arrive aussi que le succès d’une autre culture que celle du maïs entraîne la diminution du nombre de porcs, comme à Santa Cruz, devenue la colonie du tabac. Mais le nombre des bovins, restant de six à dix fois inférieur à celui des porcs, ne s’élève que très lentement et jamais assez pour fournir à l’exploitation les éléments fertilisants dont elle aurait besoin.

232Arrive enfin la troisième phase, celle de la diminution du nombre des porcs, concomitante avec la régression de l’agriculture. Le nombre des bovins augmente alors légèrement, dans la mesure où l’élevage s’accommode de l’épuisement des terres : il y remplace l’agriculture.

  • 85 C. Prado Jr, Historia economïca, p. 310 « a fatal separaçâo entre a agriculture e a pecuaria... » ;(...)

233L’histoire de l’élevage du porc dans les nouvelles colonies semble confirmer l’existence d’une corrélation entre cette activité et la production massive du maïs suivant la technique traditionnelle, indépendamment de l’élevage du gros bétail85.

234À Ijui en 1896, dans la première phase de la mise en valeur, il y avait en moyenne 1 cheval, 1,2 vache, 6,3 porcs par exploitation. Si l’on compte déjà 12 moulins dans la colonie qui possède de bons chemins vicinaux, il n’y a que 38 charrettes et 29 charrues pour 1.088 exploitations. Non seulement les instruments agricoles sont rares, mais la technique est entièrement déprédative.

235En 1920 il y avait 3.033 exploitations comptant en moyenne 3,3 chevaux mais 1,5 vache seulement contre 20,7 porcs. Cet élevage n’est donc pas plus associé que précédemment à la culture ni à la reconstitution du sol. En 1924, grâce à l’extension progressive des défrichements et à la fertilité naturelle des terres, le nombre de porcs s’est élevé à 63,4 par exploitation. Mais c’est là son période, car en 1932 il redescend à 25 et en 1950 à 22,6..

236La colonie d’Ijui est déjà entrée dans sa troisième phase, celle du déclin de l’agriculture. Certes le nombre de bovins s’est accru de 5,8 en 1924 à 12,1 en 1950. Mais pendant qu’il doublait la production du maïs a diminué de moitié.

  • 86 Santa Rosa.

237Les noyaux plus récents n’en sont encore qu’aux phases initiales de ce même cycle : Erechim comptait en 1920 en moyenne 1,2 bovin et 9,4 porcs par exploitation. En 1950 les chiffres étaient de 1,7 cheval, 4,4 bovins et 10,3 porcs. Il est vrai qu’une épidémie de peste porcine venait de sévir et qu’en 1946 il y en avait 22,1 par exploitation. C’est la fin. de la phase de développement. La prospérité plus grande des colons italiens, qui ont sensiblement le même nombre de porcs, provient de la part qu’ils font à l’élevage. D’après l’enquête que nous avons faite sur place les colons italo-brésiliens ont en moyenne un cheptel bovin double de celui des colons germano-brésiliens86.

238A Santa Rosa, colonisée réellement dans l’entre-deux guerres, les chiffres de 1950 sont : chevaux 1,3 bovins 3,5 porcs 13 par exploitation. Santa Rosa est en pleine phase de développement et la production agricole y est en progrès constants. Le nombre de porcs est relativement peu élevé parce que les communications y sont développées et que le produit principal n’est pas le maïs.

239Pas plus dans les nouvelles colonies que dans les anciennes l’élevage n’a été associé à l’agriculture dont les procédés sont restés primitifs et néfastes pour la terre. (Voir photos 20, 21, 22, pl. VII.)

b. Les techniques récentes

  • 87 Waibel, Principios, p. 190 ; O que aprendi, p. 425 ; Die europaische, p. 72.

240L’exploitation plus rationnelle du sol, celle qui permet la reconstitution au moins partielle de sa fertilité, est exceptionnelle dans les colonies. Elle correspond non pas au développement de l’élevage laitier après le déclin de l’agriculture, mais à ce que Waibel a appelé la rotation des cultures combinées avec l’emploi de fumier ou d’engrais87. Le troupeau assure la fertilisation d’une partie des terres cultivées et oblige le colon à produire des fourrages artificiels. Les cultures sont donc plus variées et leur succession sur une même parcelle serait comme l’ébauche d’un assolement.

241Sachant qu’il faudrait un cheptel d’une vingtaine de bovins au moins pour assurer la fumure des cultures les plus importantes mais que la moyenne du troupeau n’atteint pas au tiers de ce nombre, force est de conclure à son insuffisance : cette technique rationnelle ne peut être appliquée que sur une petite fraction de la propriété et Waibel estimait que 5 % à peine des colons du sud du Brésil la pratiquent.

  • 88 Soveral, O Rio Grande do Sul, p. 151. Les principaux problèmes sont la rente des terres (Alto preço (...)

242Ce sont pourtant des chefs de culture d’origine allemande qui ont appliqué les premiers et qui ont généralisé dans le Rio Grande do Sul une autre technique, celle de l’irrigation. Ce procédé a été rendu possible grâce à l’abondance des eaux courantes, mais il est limité aux zones où l’irrigation est réalisable par simple gravité ou bien où le coût du pompage n’est pas prohibitif, c’est-à-dire dans les vallées et dans les plaines traversées par des fleuves importants. Mais toutes les étendues irrigables sont loin d’être irriguées car on n’a recours à l’irrigation que pour la riziculture. La première grande rizière irriguée a été établie aux environs de Pelotas en 1903 par les frères Lang, suivis en 1905 par O. Loewen à Gravatai et par Franke à Cachoeira, municipe devenu l’un des deux principaux centres rizicoles88. Mais le statut de la terre et la nécessité de grouper d’importants capitaux pour financer l’irrigation et la façon en font une culture spéculative. Aussi, bien qu’elle soit dirigée le plus souvent par des techniciens d’origine allemande, la production est-elle entre les mains de groupes où les Luso Brésiliens grands propriétaires fonciers ou détenteurs de capitaux jouent le rôle essentiel.

243Ainsi, quelque favorables que soient les résultats obtenus par la culture irriguée, celle-ci n’a exercé et n’exerce encore aucune influence sur la mise en valeur du sol par les colons allemands. Pas plus que l’assolement ni l’emploi d’engrais l’irrigation n’a pu entamer la suprématie de la queimada dans les colonies.

  • 89 Rio Grande do Sul campeâo da agricultura mecanizada, Correio do Povo, 20 août 1954.

244Certes le Rio Grande do Sul est en tête des Etats brésiliens pour la quantité et pour la valeur des machines agricoles employées à l’hectare de cultures : les coefficients sont de 185 pour le Rio Grande contre 142 pour São Paulo, 98 pour le Parana, 61 pour Santa Catarina, 47 pour Bahia et Pernambouc89. Certes la mécanisation progresse régulièrement dans le Rio Grande do Sul. Mais elle n’a pas encore pu le libérer de l’agriculture à la houe. Elle exige des capitaux élevés et ne peut être rentable que sur une grande exploitation. Elle est donc limitée pour longtemps encore aux cultures spéculatives du riz et du blé, pratiquées soit dans la Dépression centrale soit dans la Campanha, c’est-à-dire en dehors des colonies. La mécanisation y serait d’ailleurs dangereuse pour les sols. Il est sans doute heureux que les formes du terrain et la structure agraire l’interdisent.

  • 90 Gourou, Les pays tropicaux, p. 167.

245C’est pourtant la technique traditionnelle que l’on doit rendre responsable du péril qui menace la conservation du sol arable dans le Rio Grande do Sul. « Il est maintenant établi que ce n’est pas la plante cultivée qui, par ses exigences, épuise le sol ; ce sont les maladresses de l’agriculteur qui détruisent l’humus et, partant, privent le sol de son azote et de ses bases90. »

246La queimada anéantit en quelques heures les principes fertilisants accumulés pendant des siècles dans l’humus : les sels minéraux, les micro-organismes sont détruits, l’azote du feuillage et de l’herbe est perdu. Il ne reste sur la terre calcinée qu’une mince couche de cendres dont le maigre apport en potasse ne compense nullement les pertes causées par le feu.

  • 91 Roessler, A Queimada, Correio do Povo, 29 août 1952 ; Furon, Erosion, p. 162-164 ; Valpassos, Calam (...)
  • 92 Jobim, Erosão dos solos, p. 7-9 ; Informações sobre a eroSão, Correio do Povo, 21 avril 1949 ; Ensa (...)

247Les conséquences pédologiques de la queimada sont encore plus graves91. Le sol est exposé sans protection aux radiations solaires, livré au lessivage pluvial et au ravinement des eaux courantes. Toutes les régions où elle sévit sont affectées, au bout de quelques années de culture, de cette pelade qui s’étend par la ramification des rigoles dans lesquelles s’écoulent tous les éléments fertilisants du sol. Les agronomes donnent des chiffres impressionnants sur ce genre d’appauvrissement dans des régions voisines 242 du Rio Grande do Sul92. Tout porte à croire que les études auxquelles on procédera un jour donneront des mesures du même ordre de grandeur, puisque la nature du sol, les pentes et le régime des pluies sont semblables. Or la culture sur brûlis s’étend sur des milliers de kilomètres carrés, alors que les primitifs défrichaient seulement des clairières isolées dans la forêt qui n’avait pas grand mal à les reconquérir après leur abandon.

248Si l’épuisement du sol est le cauchemar de toutes les colonies, c’est la conservation de la technique du brûlis qui a appauvri d’une part la collectivité en calcinant les terres, d’autre part le colon lui-même en réduisant le rendement, progressivement, inexorablement.

  • 93 Furon, L'érosion, p. 162. Ainsi se trouve infirmée l’opinion de Lynn Smith suivant laquelle les rég (...)

249Ainsi l’avance du front agricole n’a-t-elle été dans le Rio Grande do Sul comme dans d’autres régions du Brésil « qu’une vague qui déferle, mais laisse derrière elle une économie en ruine ?93 ».

250C’est la question que l’on peut se poser lorsqu’on se rappelle la migration des principales cultures vers le nord de l’Etat et l’évolution du cycle agricole dans les colonies : l’agriculture des colons, condamnée à rechercher toujours d’autres terres vierges, s’est déplacée de plus en plus vite à travers l’espace riograndense dont elle atteint maintenant les limites. La grosse production se trouve sur le dernier gradin que l’agriculture ait conquis, tandis que les deux précédents ne jouent plus qu’un rôle secondaire dans l’économie rurale du Rio Grande do Sul.

***

251Il n’est assurément pas facile de dresser en quelques lignes le bilan de l’apport des colons allemands, car il est loin d’avoir tout l’actif qu’on lui accorderait à première vue, ou plutôt cet actif est contrebalancé par les déficiences que nous avons étudiées.

252Certes les colons allemands ont d’abord été les seuls agriculteurs du Rio Grande, puis ils sont restés jusqu’à nos jours ses principaux fournisseurs de denrées agricoles. Mais leur agriculture a souffert de tares congénitales comme sa localisation exclusive dans les zones de forêt, sa séparation absolue d’avec l’élevage, sa prédilection tyrannique pour le fer et le feu. Elles ont pesé lourdement sur l’exploitation du sol et plus encore sur sa mise en valeur. Si bien qu’on peut se demander si les colons ne sont pas restés avant tout des faiseurs de terre, des pionniers.

Notes

1 Camargo, Quadro estatistico e geografico, p. 77.

2 Eye, Der Auswanderer, p. 27. Le rôle des Allemands dans l’agriculture riograndense est confirmé par les Voyageurs étrangers « neutres. » (Mulhall, Rio Grande do Sul, p. 57).

3 Laytano, Historia, p. 190.

4 Relatorio do Presidente, 1860, p. 58,1864, p. 53 ; Verband, Hundert Jahre, p. 191.

5 Gazeta de Porto Alegre, 7 octobre 1881 ; Funke, Aus D. Brasilien, p. 69 ; Assis BRASIL, A cultura dos campos ; Pimentel, J. F. de Assis Brasil emerito agricultor, 123 p.

6 Pimentel, O Rio Grande do Sul, p. 271 ; Prunes, O Problema, Correio do Povo, 12 avril 1947 ; Finamor, Desconhecida a assistência, Correio do Povo, 4 mars 1953 ; Costa, Aspectos, Correio do Povo, 30 janvier1953,1er avril 1953 ; Carvalho, O trigo no Brasil ; I.B.G.E. Aspectos da geografia riograndense, p. 183-195.

7 Articles de Compagnoni, Diario de Noticias, 6 juillet 1952 ; Gobatto, Correio do Povo, 29 août 1952 ; Pimentel, Correio do Povo,1er novembre 1952.

8 Gorga, O Problema do trigo, 1952. D.E.E., Festa Nacional do Trigo em Julio de Castilhos, novembre 1952, 4 p ; Municipes principaux producteurs : 1916, Caxias, A. Chaves, Bento Gonçalves, Guaporé, A. Prado, Santo Angelo, Encantado, Cruz Alta, Montenegro et Cai ; 1940, Erecbim, Passo Fundo, Guaporé, A. Chaves, Bento Gonçalves, Encantado, Getulio Vargas, Lagoa Vermelha, Prata, Santa Rosa ; 1950, Erechim, Lag'oa Vermelha, Caçapava, Sarandi, Canguçu, Soledade, Bagé, Passo Fundo, Julio de Castilhos, Getulio Vargas.

9 Verband, Hundert Jahre, p. 191.

10 Hillebrand, Relatorio... 1854, R.A.P., 15/16, p. 419 ; Porzelt, Der Deutsche Bauer, p. 32.

11 Hillebrand, Relatorio... 1854, R.A.P., 15/16, p. 420 ; Porzelt, Der Deustche Bauer, p. 29 ; Gobatto, Plantação de forrageiras, Correio do Povo, 24 avril 1953.

12 Pimentel, Rio Grande do Sul, p. 326. Sur la faiblesse du rôle des céréales secondaires dans les colonies allemandes : Ave Lallemant, Reise, p. 171 ; Porzelt, Der Deutsche Bauer, p. 30-32.

13 Pimentel, Aspectos gerais da cultura do arroz no Rio Grande do Sul, 156 p. ; Soveral, O Rio Grande do Sul, p. 150-156 ; Laytano, Historia, p. 195 ; Harnisch, Rio Grande do Sul, p. 410416 ; Cunha, O Rio Grande do Sul, p. 122 ; Verband, Hundert Jahre, p. 201-203.

14 Anuarios do Instituto Riograndense do Arroz, Pôrto Alegre ; Dep. Est. de Estatistica ; Correio do Povo, 18 mai 1952 : le riz représente 32 % de la production agricole riograndense et 15,2 % de son exportation totale.

15 Verband, Hundert Jahre, p. 212-215 ; Album comemorativo do 75° aniversario da colonisação italiana, p. 53, 94,406 ; Pimentel, Aspectos gerais da viticultura riograndense, 45 p. ; Simoes, Produção de uva no Rio Grande do Sul ; (I.B.G.E., Aspectos da geografia riograndense, p. 207-224).

16 Truda, A Colonização, p. 97.

17 Hillebrand, Relatorio 1854, R.A.P., 15/16, p. 402-403, 425 ; Verband, Hundert Jahre, p. 207.

18 Porto, A Real Feitoria, R.I.H.G.R.G.S., II, 4 p. 493-507 ; Idem, O Trabalho, p. 26.

19 Hillebrand, Relatorio..., 1854, R.A.P., 15/16, p. 406 ; Pimentel, O Rio Grande do Sut, p. 315-317 ; D.E.E., Produção... de linho, Correio do Povo, 26 mai 1950 (principaux producteurs : S. Borja, S. Angelo, Santa Rosa, Encruzilhada, São Sepé).

20 Hillebrand, Relatorio..., 1854, R.A.P., 15/16, p. 424 ; Verband, Hundert Jahre, p. 204.

21 Hillebrand, Relatorio..., 1854, R.A.P., 15/16, p. 421 ; Ave Lallemant, Reise, p. 170.

22 Hillebrand, Relatorio..., 1854,R.A.P., 15/16, p. 422 ; Porto,O Trabalho, p. 11 ; Verband, Hundert Jahre, p. 204 ; Porzelt, Der Deutsche Bauer, p. 32.

23 Pimentel, O Rio Grande do Sul, p. 314.

24 Pimentel, O Rio Grande do Sul, p. 314 ; Die Kultur des Tung, Porto Alegre, 1939 ; Gobatto, Considerações a respeito do tungue,, Correio do Povo, 4 novembre 1949, 5 février 1953.

25 Harnisch, O Rio Grande do Sul, p. 449450 ; Pimentel, O Rio Grande do Sul, p. 324-326 ; Taquara capital do piretro, Correio do Povo, 10 octobre 1954.

26 Hillebrand, Relatorio..., 1854, R.A.P., 15/16, p. 408-414.

27 Verband, Hundert Jahre, p. 211 ; Varela, O Rio Grande do Sul, p. 450452 ; Zimermann, OS productores de erva-mate, Diario de Noticias, 15 juin 1946.

28 Verband, Hundert Jahre, p. 216 ; Pimentel, O Rio Grande do Sul, p. 327. Sur l’amélioration de l’arboriculture et du conditionnement, Correio do Povo, 6 mai 1936.

29 Anais I. Cong. H.G.R.G.S., III, p. 130 ; Hagemann, A Alfafa, 1932, 106 p. Sur les Kleebauem voir Rotermund Kalender, 1914, p. 203-208 et WAIBEL, Principios, p. 191-192.

30 (Ornithopus satinus) Cf. « culturas novas », Gazeta de Pôrto Alegre, 26 juillet 1881 ; Lange, Südbrasilien, 1885, p. 48 ; Gobbato, Cultura da serradela, Correio do Povo, 10 avril 1953.

31 Barreto, Anais I. Cong. H.G.R.G.S., III, p, 130 ; Laytano, Historia, p. 194 ; Hillebrand Relatono.., 1854, R.A.P., 15/16, p. 413 ; Verband, Hundert Jahre, p. 199 ; Porto, Ô Trabalho, p. 11. La production de canne s’est élevée de 204.000 tonnes en 1939 à 607.000 tonnes en 1944. Celle de 1950 était de 605.000 tonnes, celle de 1952 de 639.640 tonnes.

32 Les colons ne cessent de protester contre la politique et les mesures de l’Instituto Nacional de Alcool e Aguardente : p. ex. : « Productores ameaçados. » Correio do Povo, 5 décembre 1952 (pour un baril de 100 litres d’aguardente payé 190 cruzeiros l’Institut de l’alcool et le fisc exigent 271 cruzeiros d’impôts et de taxes).

33 Pimentel, Aspectos geraisda culturado fumo, 32 p. ; Knoller, Der Tabakbau in Rio Grande do Sul, 1932 ; Idem, A cultura do fumo, Secretaria da Agriculture, 1947 ; Truda, A Colonisação, p. 97-98 ; Hillebrand, Relatorio... 1854, R.A.P., 15/16, p. 404 ; Menezes, O municipe de Santa Cruz.

34 Principaux producteurs : 1. Santa Cruz 458.250 arrobas (15 kg) ; 2. Santa Rosa 260.000 ; 3. Venancio Aires 220.000 ; 4. Tres Passos 210.500 ; 5. Candelaria 175.500 ; 6. Sobradinho 150.000 ; 7. São Luiz Gonzaga 90.800 ; 8. Lajeado 84.000 ; 9. Erechim 71.540 ; 10. Jaguari 64.000. Production totale : 2.203.289 arrobas. Le Rio Grande do Sul exporte 87,5 % de sa production de tabac ; D.E.E., Produção agricola. Fumo, 1950, 4 p.

35 Chaves, Memorias (Porto, O Trabalho, p. 11) ; Pimentel, O Rio Grande do Sul, p. 248 : la patate douce occupe 1 % de la superficie cultivée et représente 3 % du volume de sa production mais 2 % de sa valeur ; Dep. Est. de Estatistica, Produção agricola. Batata doce, 1950, 4 p.

36 Hillebrand, Relatorio 1854, R.A.P., 15/16, p. 415 ; Laytano, Historia, p. 196 ; Pimentel, O Rio Grande do Sul, p. 228-229.

37 Secretaria da Agricultura, Cultura e Comercio da Batata Inglesa no Rio Grande do Sul, Boletim no 62 (janvier 1938). Dep. Est. de Estatistica ; Carvalhos, A produçâo de batata inglesa no Sul do Pais ; (I.B.G.E., Aspectos da geografia riograndense, p. 197-206.).

38 38a

Image 1000000000000312000001ED8B148C16.jpg

39 38b.

Image 100000000000030500000154EFF0524A.jpg

Image 10000000000003150000014D457D6F1F.jpg

40 Pimentel, Aspectos gerais da cultura do feijão, 1947, 32 p. ; Idem, O Rio Grande do Sul, p. 270 : le Brésil en exportait 4.208 tonnes sur 844.896 ; Campos, A Cultura do Feijão, B.G., 118, p. 55. Sur l’histoire de la culture du haricot dans le Rio Grande : Hillebrand, Relatorio 1854, R.A.P., 15/16, p. 415-416 ; Verband, Hundert Jahre, p. 193-195.

41 40a.

Image 100000000000030700000253E3A68DB6.jpg

42 40b.

Image 10000000000002850000026DD942FED5.jpg

43 Rotermund Kalender 1917, p. 110-115 ; Volk und Heimat 1937, p. 359 ; Gobatto, O feijão soja, Correio do Povo, 4 octobre 1952, 6 février 1953 ; D.E.E., Produção agricola. Feijão soja, 1950, 4 p.

44 Porzelt, Der Deutsche Bauer, p. 29 ; Verband, Hundert Jahre, p. 195-197 ; Wilhelmy, Siedlung, p. 602 ; James, A expansão, B.G., 49, p. 29. Sur l’histoire du maïs dans le Rio Grande : Magelhães, Almanak, R.I.H.G.R.G.S., II, 3, p. 51-72 ; Hillebrand, Relatorio 1854, R.A.P., 15/16, p. 416417 ; AVE Lallemant, Reise, p. 200 ; Laytano, Historia, p. 191-204 ; Catalogo da Exposição Brasileira Allemã de 1881, p. 22.

45 Verband, Hundert Jahre, p. 196.

46 Pimentel, O Rio Grande do Sul, p. 173-183.

47 45a

Image 1000000000000307000002756FB830A3.jpg

48 45b.

Image 100000000000030A00000311F5C755EF.jpg

49 Sur l’histoire du manioc dans le Rio Grande do Sul : Amaral, Historia Geral da Agricultura brasileira, II, p. 9-60 ; Chaves, Memorias. R.I.H.G.R.G.S., II, 2, p. 159-159 ; Laytano, Historia, p. 197 ; Porto, O Trabalho, p. 11 ; Hillebrand, Relatorio 1854, R.A.P., 15/16, p. 186 ; Verbrand, Hundert Jahre, 205-207 ; Pimentel, Rio Grande do Sul, p. 307 et sq. ; Idem, Aspectos gerais da cultura da mandioca, 38 p. ; Waibel, Prineipios, p. 189.

50 47a.

Image 10000000000002FE000001F1641ED8C2.jpg

Image 1000000000000307000001369CB9BA2F.jpg

51 47b.

Image 1000000000000306000002C40BAEE7B1.jpg

52 Petry, São Leopoldo, p. 22-24 ; Grimm, Heimatskunde, p. 123 ; Porto, Trabalho, 91 ; Pellanda, A Colonização, p. 99-101 ; Menezes, O Municipio de Santa Cruz, p. 297 ; Relatono do Presidente, 1859, 1860,1864, 1866 ; Relatorio da Secretaria das Obras Publions, 1909, p. 1.

53 Le premier recensement agricole sérieux datant de 1920, nos bases seront les résultats des recensements de 1920-1950 (I.B.G.E.-D.E.E.).

54 Petry, Municipio de São Leopoldo, p. 20-21.

55 Hillebrand, Relatorio 1854, R.A.P., 15/16, p. 401-427.

56 Tschudi, Reise, p. 26.

57 Gerstaecker, 18 Monate, p. 111.

58 Pellanda, A Colonização, p. 64.

59 Grimai, Heimatskunde, p. 123.

60 Exportation de São Leopoldo :

61 Le nombre des bovins est passé de 11.000 en 1913 à 23.200 en 1950 dans les municipes de São Leopoldo-Novo Hamburgo. Voir Valverde, ExcurSão a região colonial antiga do Roi Grande do Sul, R.B.G., X, 4 p., 493.

62 Ludwig, Viagens, p. 26-27 ; Secretaria de agricultura, O Eucalipto no Rio Grande do Sul, 1948.

63 Harnisch, O Rio Grande do Sul, p. 373 ; Pimentel, O Rio Grande do Sul, p. 360 ; Gobatto, A produção de tanino, Correio do Povo, 6 juillet 1951.

64 Sur la nécessité du reboisement : Gobatto, A necessidade do reflorestamento, Correio do Povo, 1er août 1952 ; Campanha de reflorestamento, Correio do Povo, 10 octobre 1952 ; Roessler, Nova mentalidade florestal, Correio do Povo, 26 mai 1950 ; Décrets 4734 du 3 mars 1931,27793 du 23 janvier 1934 (Code forestier).
Même dans ses colonies allemandes le Rio Grande do Sul n’a pas échappé au sort commun à tout le Brésil (Monbeig, Le Brésil, p. 32) : Toutes choses inégales par ailleurs l’escalade du plateau riograndense est comparable à la pénétration pionnière sur le plateau de São Paulo et du Paraná (Monbeig, Planteurs et pionniers, p. 18).

65 Pellanda, A Colonização, p. 77-78 ; Menezes, O Municipio de Santa Cruz, II, 328 p.
Santa-Cruz.
A. Production agricole
Image 1000000000000303000000C4B40A07E9.jpg
B. Production de tabac

Image 100000000000023500000092E38D0154.jpg

C. Cheptel

Image 10000000000002BF0000006B19ED1F50.jpg

66 Waibel, Principios, p. 191.
Sur l’histoire agricole d’Estrela consulter : Pellanda, A Colonização, p. 110-115 ; Estrella, Album comemorativo do cincoentenario do Municipio de Estrella, 205 p.
Production en 1953 (tonnes) : Riz 198, patate douce 11.200, pomme de terre 2.730, canne à sucre 56.000, haricot 1.446, tabac 105, manioc 76.000, maïs 38.400, blé 720, luzerne 6.300.
Évolution du cheptel de 1920 à 1950 : Bovins 7.200-38.100, porcins 58.500-37.600.

67 Waibel, Principios, p. 194.

68 Pellanda, A Colonização, p. 187-188 ; Ijui, Album comemorativo do cincoentenario da fundação de Ijui, 1940, in-4° ; Relatorios da Secretaria de Obras Publicas, 1894-1912 ; Publications du D.E.E. Tableau de la production agricole à Ijui :

Image 10000000000003080000019F39E37AE0.jpg

69 Pellanda, A Colonização, p. 189 ; Relatorios da Secretaria das Obras Publiais, 1909, 1919 ; Publications du D.E.E., BOHN, Bilder aus anfangen der Kolonisation von Erechim ; Eine Reise in dem neuen Koloniegebiet, Familien Freund, 1920, p. 57-61.
Tableau de la production agricole à Erechim :

Image 1000000000000303000001C4C59785E5.jpg

70 Pimentel, O Rio Grande do Sul, p. 358-364.

71 Bernardes, A Colonisação no municipio de Santa Rosa, R.B.G., XII, p. 384-390 ; Cardoso, O Municipio de Santa Rosa, 1947, 66 p. ; Publications du D.E.E., Relatorio da Secretaria das Obras Publicas, 1915-1930 ; Amadio, Plantando, dé, Revista do Globo, 21 janvier 1947, p. 21-27.

72 Willems, A Aculturação, p. 294 ; Lynn Smith, Brazil, p. 37. Description de cette technique : Petry, São Leopoldo, p. 20-21 ; Weiss, Colonos, p. 61 ; Porzelt, Der Deutsche Bauer, p. 24 ; Waibel, Principios, p. 180.

73 Verband, Hundert Jahre, p. 220-221 ; Brasil Post, no 108, p. 14, no 118, p. 11. L’une des principales préoccupations des colons est la lutte contre les fourmis (Isabelle, Viagem, p. 42 et 90 ; Wegeneb, Petermann’s Mit, 1927, p. 354-356).

74 Faucher, Géographie agraire, Types de cultures, chapitre II, Culture nomade en dehors de l’Europe et autres formes de cultures sur brûlis ; Waibel, O que aprendi, R.B.G., XII, 3, p. 423, Die europaische, p. 61 ; GOUROU, Pays Tropicaux, p. 36-37 ; LYNN Smith, Sistemas agricoles, R.B.G., IX, 2, p. 171. En adoptant cette technique les nouveaux venus ont subi une grave régression (Idem, Brazil, p. 41 ; Maurette, Quelques aspects, p. 66).

75 Verband, Hundert Jahre, p. 222 ; Moritz-Schantz, Das heutige, p. 245 ; Lacmann, Bitte, p. 189 ; Porzelt, Der Deutsche Bauer, p. 24 ; Waibel, Principios, p. 181 ; Lambert, Le Brésil, p. 99-100.

76 Monbeig, Planteurs et pionniers, p. 75.

77 Mulhall, O Rio Grande do Sul, p. 149 ; Zoeller, Deutsche, p. 171 ; Hoeussler, Kolonisation, p. 10 ; Varela, O Rio Grande do Sul, p. 359 ; Cunha, O Rio Grande do Sul, p. 129 ; Porzelt, Der Deutsche Bauer, p. 24.

78 Arq. Pub. Livro 323, p. 13 verso, Officio ao Presidente da Provincia 25 juin 1861 ; Annaes da Assembleia, 3 décembre 1888, p. 53.

79 P. ex. Rotermund Kalender 1924, p. 275 ; Riograndenser Marien Kalender, 1932, p. 91.

80 Verband, Hundert Jahre, p. 222 ; Waibel, O que aprendi, p. 424 ; Markus, Ensaio de adubação, Correio do Povo, 6 juillet 1951 ; Gonçalves, Adubações, Ibidem, 24 avril 1953 ; Brasil Post, no 113-114 (24 et 31 janvier 1953), etc.

81 Waibel, Principios da colonização europeia no sul do Brasil, R.B.G., XI, 2 p. 159-222 ; Idem, O que aprendi no Brasil, R.B.G., XII, 3,p. 423425 ; Die europaische Kolonisation Sudbrasiliens, Bonn, 1954,152 p. Voir aussi : A lição de despedida do Prof. L. Waibel, B.G., VIII, 89, p. 597-599.
C’est dans son étude Principios..., qu’il avait établi la division en trois techniques : « rotaçâo das terras, rotaçâo melhorada, rotaçâo das culturas ». C’est dans sa communication O que aprendi..., p. 425 qu’il a introduit ses retouches. Sur la signification de l’emploi de la charrue voir Lynn Smith, Brazil, p. 219.

82 Gourou, Pays Tropicaux, p. 170.

83 Hillebrand, Relatorio, 1854, R.A.P., 15/16, p. 335440. Il emploie le terme educar et non crear.

84 Anciennes colonies :
Nombre de têtes de bétail par exploitation

Image 1000000000000349000000932C52EF6C.jpg

Nova Petropolis (1858).
Image 10000000000003070000008A37592085.jpg
Alors que la première route suffisante pour les charrois avait développé l’exportation entre 1865 et 1875, l’ouverture d’une excellente route en 1944 n’a pas pu ranimer l’activité agricole, le sol ayant été épuisé par le raubbau et l’érosion due à la pente.
Santa Cruz (1850).
Image 10000000000003080000008C88C9B309.jpg
En 1862, alors que l’élevage des bovins n’est qu’embryonnaire il y a déjà onze moulins dans la colonie. Cela montre l’arbitraire de la classification de M. Waibel.
Estrella (1853).

Image 100000000000034F000000981E4E8FE9.jpg

Estrella forme une exception : on note un accroissement simultané et récent du nombre des bovins et des porcs.

85 C. Prado Jr, Historia economïca, p. 310 « a fatal separaçâo entre a agriculture e a pecuaria... » ; Porzelt, Der Deutsche Bauer, p. 36 ; P. James, A Expansão, E.G. 49, p. 28 ; Gobatto Porcos e milho, Correio do Povo, 20 juin 1952 ; Bernardes, Notas sôbre a distribuição da produçâo de cames e banha no Rio Grande do Sul ; (I.B.G.E., Aspectos da geografia nograndense, p. 225-231.).

86 Santa Rosa.

Image 100000000000030B000001206BE6D215.jpg

Image 10000000000003040000011D21D20DB4.jpg

87 Waibel, Principios, p. 190 ; O que aprendi, p. 425 ; Die europaische, p. 72.

88 Soveral, O Rio Grande do Sul, p. 151. Les principaux problèmes sont la rente des terres (Alto preço..., Correio do Povo, 31 janvier 1953) et l’instabilité de la main-d’oeuvre (Braços para a lavoura..., Ibidem, 22 mars 1949). Cf. aussi Franco, Aspects do censo agricola de 1950, Correio do Povo, 5 juin 1951.

89 Rio Grande do Sul campeâo da agricultura mecanizada, Correio do Povo, 20 août 1954.

90 Gourou, Les pays tropicaux, p. 167.

91 Roessler, A Queimada, Correio do Povo, 29 août 1952 ; Furon, Erosion, p. 162-164 ; Valpassos, Calamidades, B.G., 86, 86, p. 213-215.

92 Jobim, Erosão dos solos, p. 7-9 ; Informações sobre a eroSão, Correio do Povo, 21 avril 1949 ; Ensaios locais sobre eroSão, 5 octobre 1951 ; A conservação do solo em São Paulo, 8 novembre 1952 ; Graves prejuizos ao solo ern Minas, 10 octobre 1952.

93 Furon, L'érosion, p. 162. Ainsi se trouve infirmée l’opinion de Lynn Smith suivant laquelle les régions « coloniales » des États du Sud échappaient à l’instabilité qui caractérise la population agricole brésilienne (Brazil, p. 304.)

Table des illustrations

Légende Fig. 29 A Fig. 29 BPourcentages de la superficie cultivée annuellement dans le Sio Grande do Sul en 1920 (A) et en 1950 (B)
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/5928/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/5928/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/5928/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Légende Fig. 30. — Carte de la production de maïs en 1950Elle révèle d’une part la prépondérance des colonies allemandes et italiennes sur le reste du Rio Grande et d’autre part l'effacement relatif des Anciennes Colonies (à l’exception de celles de la vallée du Taquari) devant les Nouvelles.
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/5928/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Légende Fig. 31. — Carte des zones de grande production de maïsEn un siècle la zone de grande production est passée du Piedmont sur le Revers du Plateau, des Anciennes Colonies vers les Nouvelles. A rapprocher des figures 29 et 7 comme des figures 18 et 35.
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/5928/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/5928/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/5928/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Titre Rendements en tonnes à l'hectare en 1920 et en 1950
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/5928/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/5928/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/5928/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/5928/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/5928/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/5928/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/5928/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/5928/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/5928/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/5928/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Légende Fig. 32. — Structure agraire et utilisation du sol dans une colonie ancienneOn observera la division longitudinale des lots, l’alignement de3 bâtiments le long du chemin (picada), la disparition presque totale de la forât primitive, l’importance du reboisement et l’étendue des capoeiras caractéristiques de la technique du brûlis.
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/5928/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 460k
Légende Fig. 33. — Le système de la rotation de3 terres (propriété Soine à Dois Irmãos 1949-1952)La propriété (demi-colonie) ayant la forme d’un long ruban, son plan a dû être coupé en deux parties I et IL Chacune de celles-ci est représentée telle qu’elle était exploitée en 1949 (en haut) et en 1952 (en bas). On peut observer ici ou là le remplacement d’une culture par use autre mais surtout celui des cultures antérieures par la capoeira ou par le reboisement en acacia negra.
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/5928/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 276k

© Éditions de l’IHEAL, 1959

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter