Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La colonisation allemande et le Rio grande do Sul

 | 
Jean Roche

Chapitre III. Une greffe vigoureuse

Texte intégral

1L’administration brésilienne qui avait tracé le cadre et fixé le statut de la colonisation européenne a déployé pendant près d’un siècle de grands efforts pour lui insuffler la vie. Ils ont été couronnés de succès. C’est grâce au concours des immigrants que le gouvernement brésilien a pu peupler et mettre en valeur des régions jusque-là désertes. Le rôle des colons allemands a été si important qu’il nous faudra plusieurs chapitres pour en faire le bilan. Cependant l’appel à l’immigration allemande n’a pas tout résolu malgré sa réussite qui a elle-même posé de nouvelles questions, comme l’intégration des colonies dans l’unité nationale, car les limites et les normes établies par l’administration tutrice ont été bousculées par le dynamisme de la population d’origine germanique. S’il nous est permis de recourir à une image, nous dirons que le tronc riograndense a porté plus de branches mais que, comme il fallait s’y attendre, les greffons ont poussé d’autres feuilles et porté des fruits nouveaux.

1. LES RIOGRANDENSES D’ORIGINE GERMANIQUE

2L’importance du rôle de l’immigration allemande dans l’histoire du peuplement du Rio Grande do Sul ne s’explique pas tant par son apport, direct que par la fécondité des familles d’origine germanique.

A. L’apport allemand

a. La fixation des immigrants

  • 1 Cf. p. ex. Moltmann, Deutsche Siedlung, p. 3 ; Mulhall, Rio Grande do Sul, p. 52 ; Pellanda, A Col (...)

3On peut dire que tous les immigrants allemands entrés dans le Rio Grande do Sul au xixe siècle ont été autant d’habitants gagnés, car ils se sont installés sans esprit de retour1. Le Rio Grande do Sul a eu la chance de recevoir surtout des Allemands originaires de zones rurales, mais de zones rurales différentes, si bien qu’ils présentaient une grande variété de types. D’autre part il a reçu un certain nombre d’anciens citadins qui étaient possesseurs de techniques plus poussées ou qui avaient une autre culture et un plus vif esprit d’initiative.

  • 2 Willems, Assimilação, p. 42-54 ; Idem, A Aculturação, p. 54-61 ; TEJO, Contribuição, P.S.P., 3, p. (...)
  • 3 Willems, A Aculturação, p. 60-61, 347-348 ; Moltmann, Deutsche Siedlung, p. 30-31 ; Martins, Imigr (...)

4Une fraction toujours plus notable de l’immigration dans le Rio Grande do Sul a été fournie par les villes allemandes dont la structure sociale s’est elle-même modifiée au cours du xixe siècle. Avant de compter de nombreux prolétaires, l’émigration d’origine urbaine a groupé des artisans et des bourgeois désireux de quitter l’Allemagne pour des raisons soit économiques soit politiques. L’échec des mouvements libéraux de 1848 et l’avènement du national-socialisme en 1933, par exemple, ont chassé d’Allemagne des sujets de valeur non négligeable pour le Rio Grande do Sul. D’autres faits, comme l’unification de l’Allemagne ou la transformation de son économie après 1870, ont exercé une influence qualitative et quantitative sur l’émigration2. Suivant leur origine et la date de leur départ, il y a donc eu diversité de professions, inégalité de niveau culturel et différence de mentalité entre les émigrants citadins. Arrivés dans le Rio Grande do Sul la plupart d’entre eux ont eu du mal à s’adapter à la vie rurale et ils ont été les premiers à vouloir s’installer dans les villes soit après un stage dans les colonies agricoles soit même dès leur débarquement. Ils y furent les initiateurs du progrès technique et leur rôle s’accrut surtout dans le dernier quart du xixe siècle3. Mais il a longtemps été effacé par celui des ruraux, bien plus nombreux.

  • 4 Kahle, Deutsche Heimat, p. 33 ; Willems, A Aculturação, p. 61-64 ; Schoenberg, Die ersten Moselane (...)
  • 5 Funke, AUS D. brasilien, p. 69 ; Portzelt, Deutsche Bauer, p. 15-16.

5De leur côté les émigrants d’origine rurale sont partis de régions très différentes. Les premiers installés dans le Rio Grande do Sul provenaient du Holstein, du Hanovre,\du Mecklembourg. Ils furent suivis presque aussitôt par des paysans originaires du Hunsruck ; ces derniers, plus nombreux, « assimilèrent » ceux qui provenaient de la Saxe, du Wurttemberg ou d’autres régions4. Les Westphaliens se groupèrent de préférence à Estrela à partir de 1868, les Poméraniens à Santa Cruz ou à São Lourenço et plus tard les Souabes à Panambi. Physiquement et mentalement les émigrants ruraux présentaient une grande variété de traits : les Rhénans étaient considérés comme plus intelligents, les Poméraniens comme plus travailleurs5. Dans l’ensemble il y eut prépondérance de l’Allemagne occidentale sur l’Allemagne orientale, mais il ne faut pas négliger l’apport de l’Allemagne méridionale qui a fourni la minorité catholique : aux différences de caractères s’ajoutaient celles des religions.

6Ainsi a-t-il existé dès l’origine de la colonisation une grande hétérogénéité des éléments humains. Certes elle a parfois fondu sous l’influence des groupes majoritaires, mais elle a provoqué le plus souvent une agglutination des immigrants ayant la même origine, par.ant le même dialecte et pratiquant la même religion ; elle a encore contribué à limiter le rayon de leur horizon de vie et à entretenir les traditions familiales ou régionales ; elle a renforcé la tendance à la ségrégation que l’orientation essentiellement rurale de la colonisation n’a que trop favorisée.

1. La composition des contingents

7Il ne suffirait d’ailleurs pas de compter le nombre d’immigrants installés dans les colonies pour apprécier leur rôle dans le peuplement du Rio Grande, il faut examiner de plus près la composition de leurs contingents.

  • 6 Porto, O Trabalho, p. 62-71.

8De 1824, début de l’immigration allemande, à 1830, date de la suppression des crédits pour la colonisation, entrèrent au total 5.350 immigrants dont 4.856 s’établirent à São Leopoldo, 422 à Torres-Tres Forquilhas et 72 furent envoyés à São João das Missões. Le chiffre record fut atteint en 1829 avec 1.689 immigrants, le minimum fut de 99 en 1828 : ni la moyenne ni le total n’étaient élevés. Mais comme le Rio Grande do Sul ne reçut pas d’autres immigrants ils ont exercé une influence décisive sur l’orientation de la colonisation. Ils furent les artisans de ses premiers succès, sans doute parce qu’ils étaient jeunes et prolifiques. Parmi les immigrants entrés à São Leopoldo il y avait 1.073 « isolés » et 3.783 individus répartis entre 815 familles. Chaque ménage avait donc en moyenne 2,6 enfants, mais ce nombre était en réalité plus élevé, car certains d’entre eux n’avaient pas d’enfant ainsi que le révèlent certaines listes partielles d’entrées. Par exemple les 70 familles arrivées en 1825 sur le bateau Frederico-Henrique groupaient 359 personnes dont 224 enfants6. 7 ménages n’ayant pas d’enfants, la moyenne était de 3,5 par famille. L’âge moyen des chefs de famille était de 39 ans (mais 41 avaient moins de 40 ans), et celui des femmes de 36 ans. Parmi les enfants 10 avaient plus de 20 ans, 27 plus de 15, 41 de 10 à 14 ans ; c’est-à-dire que 65 % avaient moins de 10 ans, telle était la jeunesse de ce contingent d’immigrants.

  • 7 Monbeig, Le Brésil, p. 67-68 ; Lambert, Le Brésil, p. 39. Pellanda, A Colonização, p. 21-22.

9Cette même caractéristique se retrouve au cours de la seconde période qui s’étend entre 1844 et 1874. L’immigration d’origine allemande fut prépondérante : 19.523 Allemands sur un total de 22.392 immigrants (87 %). Il n’y a eu aucune année sans immigration : le chiffre le plus faible a été de 66 en 1844 ; 7 années ont compté plus de 1.000 entrées ; la moyenne est de 695 immigrants par an. Ce nombre, très faible si on le compare à celui de l’émigration allemande en direction des U.S.A., représente beaucoup dans le développement des colonies qui ont reçu les nouveaux venus, en particulier à cause de la composition de leurs groupes7. De 1844 à 1853 sont entrés 274 célibataires et 4.848 individus mariés avec leurs enfants, en moyenne 3,4 par ménage. En 1854 57 % des colons de São Leopoldo étaient protestants. Au cours des années 1854-1874, il y eut 15.587 immigrants allemands dont 57 % du sexe masculin. On compta 1.850 adultes célibataires, 188 chefs de famille veufs et 2.640 familles ayant chacune en moyenne 3,9 enfants. La présence de 4.339 « enfants » de plus de 12 ans explique le nombre des mariages et des naissances dans les colonies au cours des années suivantes. Ces contingents possédaient encore deux caractéristiques intéressantes : les agriculteurs ne représentaient que 51 % du total, mais les protestants 64 %. Cette structure professionnelle et religieuse n’a pas été sans laisser son empreinte sur le peuplement et sur le milieu rural des colonies.

  • 8 Lange, Südbrasilien, p. 78.

10De 1874 à 1888 il n’entra qu’un tout petit nombre d’immigrants allemands : 5.413, soit 386 par an, environ la moitié de la moyenne de la période précédente. Le Rio Grande reçut à peine 27 % des immigrants allemands entrés au Brésil, soit 1 % du total de l’émigration allemande dans le monde pendant le même laps de temps. Le recrutement allemand s’effaçait devant l’immigration italienne qui fut de 35.415 individus, 6,5 fois plus. Nous n’avons guère de renseignements sur la composition de ces contingents. Lange précise seulement qu’en 1885 les protestants représentaient 56 % de la population de São Leopoldo8.

  • 9 Pellanda, A Colonização, p. 23.

11De 1889 à 1914 l’immigration allemande reprit activement : 17.751 immigrants ont été accueillis, dont 60 % du sexe masculin. On comptait parmi eux 79 % d’agriculteurs et 76 % de protestants. Il y avait 9.944 célibataires, 297 veufs ou veuves, 7.510 individus mariés avec 3,7 enfants par ménage, dont en moyenne 1,9 de moins de 12 ans9. L’élément immigré apparaît donc un peu plus jeune encore que celui d’avant 1874 et sa structure, qui est celle de groupes allégés pour un nouveau départ social, contribua à entretenir l’endogamie, puisque les jeunes célibataires cherchèrent femme autour d’eux parmi les Teuto-Brésiliennes dans les colonies où ils s’installaient.

  • 10 Willems, A Aculturação, p. 100 ; Correio do Povo 16-III-39 ; Py, O Nazismo, II, p. 11.

12La dernière période est celle qui s’étend depuis la fin de la première guerre mondiale. Bien que l’immigration ait repris en 1920 et bien qu’elle ait joué un rôle important au Brésil dans l’entre-deux guerres, il n’est pas aisé de déterminer le nombre des immigrants allemands que le Rio Grande do Sul a reçus puisque le gouvernement local, ayant supprimé toute immigration officielle depuis 1914, n’a plus publié de statistique à ce sujet. A fortiori nous n’avons aucun renseignement sur la composition des groupes d’immigrants, sur leur sexe, leur âge, leur religion ni leurs familles. C’est d’autant plus regrettable que les transformations de la société allemande après la première guerre mondiale (république, mouvements sociaux, hitlérisme, exode israélite) ont joué un rôle dans l’émigration. Ce fut aussi la période où pour la première fois se sont produits des départs et où le coefficient de fixation a baissé10. La seconde guerre mondiale a suspendu à peu près totalement l’immigration européenne au Brésil et particulièrement l’immigration allemande à cause de l’état de belligérance entre les deux pays. Nous pouvons donc nous en tenir au nombre d’entrées enregistrées de 1824 à 1939, 75.000 au maximum : ce sont les seules qui aient eu une importance démographique, d’autant qu’elles sont pour les deux tiers antérieures à 1914.

2. Le nombre d'Allemands résidant dans l’Etat

  • 1

13Nous pouvons mesurer d’autre part l’influence directe de l’immigration sur l’évolution démographique du Rio Grande en comparant entre eux les résultats des divers recensements11.

14Le nombre d’étrangers recensés en 1872 était important par rapport à la population totale du Rio Grande do Sul, dont il représentait presque le dixième, et par rapport au nombre des étrangers immigrés au Brésil. Le Rio Grande do Sul occupait le troisième rang, avec 41.725 étrangers, venant aussitôt après Rio de Janeiro et Minas, et loin devant São Paulo, qui n’était qu’au sixième rang (29.622). Le Rio Grande do Sul avait été l’une des principales zones d’immigration au Brésil.

15S’il était encore le troisième en 1890, le nombre des étrangers y résidant (34.765) a diminué parallèlement à l’immigration qui n’avait pas été stimulée par le gouvernement local. Comme au contraire celui de São Paulo avait favorisé l’introduction d’immigrants pour assurer le développement des plantations de caféiers, c’est lui qui est passé au premier rang et a pris dès lors une avance décisive.

16L’immigration s’était pourtant élevée dans le Rio Grande do Sul au lendemain de la proclamation de la République, puisqu’il y avait en 1900 135.099 étrangers, soit un accroissement de 100.334 en 10 ans. Mais ce fut le période de l’immigration.

17En effet le nombre d’étrangers recensés ne s’élevait qu’à 151.025 en 1920 et il diminua ensuite régulièrement : 109.470 en 1940, 78.118 en 1950, soit respectivement les trois quarts et la moitié du nombre des étrangers ou des naturalisés résidant dans le Rio Grande en 1920.

  • 12 Rio Grande do Sul, Recenseamento geral 1950, p. 14-15.

18A plus forte raison la proportion d’étrangers par rapport à la population de l’Etat a-t-elle diminué plus rapidement encore depuis 1900 pour tomber à moins de 1/50 en 1950, soit une proportion bien inférieure à celle d’autres Etats brésiliens ou d’autres pays, comme la France. Depuis 1914 le Rio Grande do Sul a cessé d’être un pays d’immigration. Les rares étrangers résidant dans le Rio Grande do Sul se concentrent dans les villes ; les 3 principales en groupent 40 %, tandis que la zone pionnière en compte à peine 14 %. Bien que le nombre d’Allemands et d’Autrichiens résidant dans le Rio Grande do Sul ait diminué lui aussi depuis 1900 et qu’il ne représente plus qu’une fraction infime de la population totale, l’immigration germanique a certainement été l’une des plus persistantes, car le pourcentage du nombre des Allemands par rapport à celui des étrangers ou naturalisés est resté stable et a même augmenté légèrement : 15 % en 1900,17 % en 195012.

19Ainsi, plus que son ampleur numérique, c’est sa régularité relative qui caractérise l’immigration allemande dans le Rio Grande, et cette régularité a eu des conséquences non négligeables sur l’évolution démographique et sociologique des colonies allemandes.

20Enfin l’influence de l’immigration allemande a continué à se faire sentir même après son ralentissement, car les immigrants, grâce à la forte natalité des familles qu’ils ont fondées, ont contribué à la poussée démographique qui a porté la population totale du Rio Grande do Sul de 106.196 habitants en 1822 à 4.164.821 en 1950.

b. L’accroissement naturel de la population

  • 13 Willems, A Aculturação, p. 143-152 ; Barreto, Estudos, p. 1131 ; James, A expansão, B.G., 49, p. 2 (...)

21La population d’origine germanique a eu un taux de natalité élevé13. Il semble que leur installation au Brésil ait favorisé l’élévation de leur indice démographique sous la double influence de la technique agricole, qui exigeait une main-d’œuvre abondante pour le défrichement des forêts, et de la fertilité des terres vierges, capables de nourrir une population nombreuse, au moins pendant un certain laps de temps. Même lorsqu’elles comptaient un nombre d’enfants déjà important dans leur pays d’origine (4 en moyenne), les familles qui s’étaient constituées en Allemagne et qui ont émigré au Brésil ont vu s’accroître ce nombre à la génération suivante.

1. Les belles familles

  • 14 Familien Freund, 1936, p. 53-54.
  • 15 Familien Freund, 1933, p. 90-116.
  • 16 Familien Freund, 1936, p. 54 ; Portzelt, Deutsche Bauer, p. 82 ; Petry, Historia, p. 15.

22D’après les informations publiées sur les familles allemandes catholiques immigrées vers 1826-1828 dans le Rio Grande do Sul, la moyenne était de 8,5 enfants par ménage à la première génération et de 10,4 à la seconde14. Dans les familles fondées au Brésil par des immigrants arrivés célibataires ou dans les familles immigrées vers 1846, le nombre des enfants était, encore plus élevé à la première génération (en moyenne 10,6) et même à la seconde (10,2). Si nous considérons quelques exemples étudiés dans diverses monographies, nous trouvons fréquemment une moyenne de 10 enfants et plus, non seulement dans les familles immigrées entre 1850 et 1860 (par exemple le colon Schardong (1835-1931) immigré en 1856 a eu 14 enfants), mais encore parmi celles qui ont immigré plus récemment : 8 enfants à la première génération, 10 à la seconde. Le nombre moyen d’enfants dans 6 « belles » familles catholiques citées en exemple en 1933 s’élève à 10,815, Un calcul semblable effectué en 1936, mais sans critère religieux, donne le chiffre de 9,5, très voisin de celui que Portzelt et Petry donnent à la même époque : 9 (contre 8 en 1924)16.

  • 17 Sources : Schirmer, Deutsche Post, 9 mars 1899 ; Schneider, Familien Freund, 1921, p. 73-77 ; Jung (...)

23Il conviendrait cependant de suivre l’évolution de la natalité à l’intérieur d’une même famille pendant toute la durée de son séjour au Brésil, d’une génération à l’autre17.

24Gaspar Schirmer né le 14 avril 1812 en Allemagne a immigré en 1826, il s’installa comme agriculteur dans la colonie de São Leopoldo où il mourut le 6 mars 1899. Il avait eu 12 enfants, dont 5 vivaient encore en 1899, 53 petits-enfants et 36 arrière-petits-enfants.

25Peter Schneider, né en 1786 en Allemagne, marié en 1817, immigra en 1826. Il débarqua avec 5 enfants (en ayant perdu un pendant la traversée) dont le premier était né en 1818. Jusqu’en 1838 il en eut 8 autres, nés au Brésil. Il en eut donc au total 14, dont 3 moururent jeunes. Les 11 enfants survivants lui donnèrent 114 petits-enfants (coefficient 10,3) puis 940 arrière-petits-enfants (coefficient 9,4) dont 805 survécurent, et 1.494 arrière-arrière-petits-enfants en 1920. Dans les 90 années qui suivirent son mariage sa descendance s’était multipliée de la manière suivante :

26Au bout de 30 ans : 20 descendants, accroissement 10, coefficient 10.

27Au bout de 60 ans : 160 descendants, accroissement 80, coefficient 8.

28Au bout de 90 ans : 1.280 descendants, accroissement 640, coefficient 8.

29La famille Junges se composait du ménage souche et de ses 6 enfants lorsqu’elle immigra en 1829 et s’établit à São Leopoldo. La première génération mariée au Brésil a eu une moyenne de 12,5 enfants par ménage, la seconde 9,9 et la troisième 4,5. La quatrième, celle qui arrivait à l’âge normal de procréation en 1936 n’avait encore que 1,6 enfant par ménage.

30La famille Lohmann immigrée en 1846 à São Leopoldo a compté 12 enfants à la première génération « brésilienne », 8,1 à la seconde, 4,5 à la troisième et si la quatrième n’en a que 0,7 c’est qu’elle est alors en voie de formation (1950).

31La famille Ruschel immigrée en 1846 à São Leopoldo et installée en 1872 à Estrela a connu le développement suivant :

32Première génération : 10 enfants. Coefficient 10 ;

33Deuxième génération : 84 enfants. Coefficient 12,8 (il y avait eu 6 décès à la génération précédente) ;

34Troisième génération : 610 enfants. Coefficient 8,3 (il y avait eu 44 décès à la génération précédente) ;

35Quatrième génération : 791 enfants. Coefficient 1,4 (il y avait eu 90 décès à la génération précédente).

36La famille Scheidler immigrée en 1860 a des chiffres correspondants : à la première génération 20, à la deuxième 8,6, à la troisième 1,6 (mais elle était incomplète en 1933).

37Alfonso et Catarina Baum ont laissé en mourant en 1948 à 94 ans, 12 enfants, 54 petits-enfants, 84 arrière-petits-enfants et 1 arrière-arrière-petit-fils.

38La famille Roos immigrée en 1880 a compté à la première génération brésilienne 13 enfants par ménage et 7,1 à la seconde. On ne fournissait pas de chiffres sur la troisième génération en formation en 1933.

39La famille Warth, dont le fondateur né en 1874 et mort en 1952 avait immigré en 1899, a eu 10 enfants et 71 petits-enfants. Ses coefficients ont donc été de 10 à la première génération et de 7,1 à la seconde qui est notre contemporaine.

40Pour l’ensemble de ces familles, le nombre moyen d’enfants a été de 13,1 à la première génération « brésilienne », de 7,5 à la seconde et de 3,6 à la troisième. Nous n’avons pas pu retenir les chiffres correspondant à la quatrième génération parce qu’ils étaient tous incomplets.

  • 18 Par exemple : Jacobina Wents, épouse Schneider, 1875-1956 : 13 enfants, 69 petits-enfants, 28 arri (...)

41Ces nombres correspondent à ceux que nous trouvons encore couramment dans la presse teuto-brésilienne, par exemple dans les avis de décès que publie le Brasil Post18. A partir de la seconde génération matrimoniale la fécondité diminue à l’intérieur des familles allemandes établies au Brésil. Mais cette diminution a été compensée par la régularité de l’immigration qui a entretenu la proportion de familles nombreuses ; surtout cette diminution n’a été que relative : 95 % des familles d’origine germanique avaient plus de 3 enfants en 1936 et elles concourent encore plus que proportionnellement à l’accroissement de la population riograndense. (Voir photo 7, pl. III.) C’est d’ailleurs ce que révèle le développement démographique des municipes dont la population descend des immigrants allemands.

2. Le taux d'accroissement

  • 19 Hoeussler, Kolonisation, p. 10 ; Hillebrand, Relatorio 1854, R.A.P., 15/16 ; Relatorio do Presiden (...)

42Au cours d’une première phase, celle de sa fondation, chacune des colonies a été composée de ménages jeunes dont la fécondité s’est accrue en même temps que les ressources19.

43D’après les tableaux présentés par son directeur Hillebrand, la colonie de São Leopoldo se serait formée entre 1824 et 1834 par 4.856 entrées d’immigrants et 1.099 naissances, soit en dix ans 22,6 naissances pour 100 adultes. Entre 1843 et 1849 on comptait une moyenne de 3,1 enfants par famille, si bien que la colonie en plein essor était composée pour 58,8 % d’individus de moins de 20 ans. En 1859 le nombre d’enfants s’est élevé à 5,9 et en 1867 il est encore de 5,4. Ce chiffre est d’autant plus remarquable que tous les immigrants n’étaient pas restés à São Leopoldo et qu’une proportion déjà non négligeable de leurs descendants directs avaient commencé à essaimer dans le reste du Rio Grande do Sul. La colonie de Tres Forquilhas, qui était alors dans sa phase d’expansion, comptait en 1846 3,7 enfants par famille et 65 % de ses habitants de moins de 20 ans. A la seconde génération il y eut 6,5 enfants par famille.

44Nous retrouvons le même ordre de grandeur à Taquara en 1890, 40 ans après la fondation de la colonie : 3,1 enfants par famille, 66 % de la population ayant moins de 20 ans. A Cai et à Montenegro, les chiffres sont sensiblement les mêmes : 4 enfants par famille et 57 % de la population de « moins de 20 ans ». Santa Cruz, qui avait une moyenne de 2,3 enfants par famille en 1855 (5 ans après sa fondation), comprenait 3 enfants par famille en 1890 (au bout de 40 ans), et 5 en 1906 (au bout de 2 générations matrimoniales). En 1872 toutes les femmes de plus de 16 ans étaient mariées et à Santa Cruz, comme dans les autres colonies, les veuves se remariaient toutes dès la fin du délai de viduité. Lajeado, fondée en 1853, avait en 1858 1,3 enfant par famille et 3,2 en 1890. La colonie d’Estrela qui est.sa contemporaine avait en 1890 60 % de ses habitants parmi les moins de 20 ans. Nova Petropolis fondée en 1858 avait 2,2 enfants par famille en 1865, 3,9 en 1875, 4,2 en 1891. De même la proportion de « jeunes » s’y est élevée progressivement : 43 % des habitants avaient moins de 10 ans en 1875 et 55 % moins de 13 ans en 1891. A cette date parmi les 1.379 femmes de la colonie on ne comptait que 18 veuves. A Santo Angelo de Cachoeira il y avait 2,5 enfants par famille en 1859 et 48 en 1880 23 ans après la fondation de la colonie. A São Lourenço, enfin, dans la principale colonie allemande du Sud du Rio Grande il y avait en 1900,42 ans après sa fondation 3,9 enfants par famille contre 3 quinze ans plus tôt.

  • 20 Relatorio da Secretaria das Obras Publiais, Ijui, 1896, p. 82 ; 1901, p. 63 ; 1910, p. 52 ; Festko (...)

45Cette tendance à l’accroissement de la fécondité aux premières générations s’est manifestée aussi dans les nouvelles colonies du Plateau20. Ijui, fondée en 1890, comptait 0,6 enfant par famille en 1896, puis 1,9 en 1901, 2,1 en 1909 et 3,5 en 1920. Cerro Azul, colonie essentiellement catholique, s’est développée encore plus rapidement : en 1928, soit 25 ans après sa fondation, les familles y avaient en moyenne 4,6 enfants. Mais à General Osorio, fondée presqu’en même temps, la communauté protestante possédait au bout de 25 ans 4,4 enfants par famille et dans la zone purement rurale cette moyenne était de 5,3. A Erechim elle était de 2,3 en 1914 et de 4,6 en 1940. Mais en 1950 elle est déjà un peu moins élevée : 4,2. Santa Rosa a suivi la même évolution : le taux familial y est passé de 2,4 en 1916 à 4,5 en 1940 et à 4 en 1950. Le développement des nouvelles colonies du Plateau rappelle point par point celui des anciennes colonies lorsqu’elles avaient le même « âge matrimonial ».

  • 21 Movimento da população riograndense de 1900 a 1948, Correio do Povo, 30 juillet 1949 ; Dep. Est. d (...)

46Parvenues à la troisième, à la quatrième génération « brésilienne » les anciennes colonies sont moins fécondes, par suite d’une évolution complexe dont nous étudierons d’abord l’aspect quantitatif21. Ainsi s’accentue l’opposition entre les nouvelles colonies où la natalité augmente ou reste élevée et les anciennes où elle diminue.

47Les anciennes colonies avaient encore en 1900 un taux de natalité supérieur à celui de l’Etat : 38,3 pour 1.000 au lieu de 27,8. Avec le temps le taux y a baissé en valeur absolue et il s’est rapproché de celui de l’ensemble du Rio Grande, tout en lui restant supérieur : 33,1 contre 31,5 en 1920, 24,7 eu 1940 contre 23,3. Toutefois entre 1940 et 1950 il s’est élevé à nouveau et plus nettement encore que celui de l’Etat : 32,7 contre 28. C’est donc qu’en réalité le taux de natalité dans les colonies d’origine germanique était très supérieur à celui des municipes d’origine luso-brésilienne, qui était de 22,1 en 1920, 17 en 1940 et 24,8 en 1950. L’influence de la durée est sensible même dans des colonies moins anciennes. A Ijui le taux de natalité qui était de 34,3 pour 1.000 en 1920 est seulement de 30,7 en 1950. C’est que cette colonie en est déjà au-delà de sa troisième génération matrimoniale.

48Les nouvelles colonies, au contraire, ont vu s’accroître leur taux de natalité : Erechim avait un coefficient de 35,2 en 1920 et de 37,3 en 1950 ; Santa Rosa 29,2 en 1940 et 36 en 1950 ; Palmeira 16,7 en 1940 et 24,4 en 1950 ; Sarandi 21,9 en 1940 et 27,4 en 1950. Malgré la présence de population luso-brésilienne dans certains de leurs municipes les nouvelles colonies ont une natalité moyenne élevée en 1950 : 35,6 ‰ ;

  • 22 Voici, résumées dans un tableau, quelques données sur les coefficients de natalité et d’accroissem (...)

49Mais ce qu’il est peut-être encore plus intéressant de comparer, ce sont les coefficients de l’accroissement naturel, c’est-à-dire l’excédent de la natalité sur la mortalité22. Le taux de mortalité moyenne a baissé dans l’Etat. Aussi de 1900 à 1950 le coefficient d’accroissement est-il passé de 17,5 ‰ (pour une natalité de 27,8) à 20,4 ‰ (pour une natalité de 28,2). Quelle a été son évolution dans les colonies allemandes ?

50Dans les anciennes colonies le coefficient d’accroissement était en 1900 presque le double de celui de l’Etat, puisqu’il s’établissait à 32,10 ‰ ; et, bien qu’il ait décliné entre 1900 et 1950 (26,4 en 1920, 17,3 en 1940, 25 en 1950), il lui est toujours resté supérieur (20,7 pour l’ensemble de l’Etat en 1920, 12,7 en 1940, 20,4 en 1950). Dans les nouvelles colonies cette supériorité démographique est encore plus nette : en 1920 leur coefficient représentait 139 % de celui de l’État, en 1940 152 %, en 1950 133 %. La contribution des colonies allemandes au peuplement du Rio Grande do Sul a donc été particulièrement importante.

B. Le nombre des Teuto-Brésiliens

  • 23 Koehler, Brasilien, p. 234 ; Metzler, Deutschbrasilianisehe Prollem, p. 5 ; Willems, Assimilação, p (...)

51Il est difficile pourtant de déterminer le nombre de ceux qui se sont appelés eux-mêmes Teuto-Brésiliens, mais qu’il conviendrait plutôt d’appeler « Brésiliens d’origine germanique23. » On trouve des différences très sensibles entre les chiffres avancés par les divers auteurs Allemands ou Brésiliens, d’autant que les éléments sur lesquels ils s’appuient ne sont ni toujours les mêmes ni aisément contrôlables, par exemple ceux qui sont relatifs à la « Kultur ». Il convient de reprendre les chiffres qu’ils nous proposent, d’en faire l’examen critique et de tenter de déterminer avec le plus de précision possible quel a été l’apport germanique au développement démographique du Rio Grande do Sul.

a. Les nombres anciens

  • 24 Mulhall, Rio Grande do Sul, p. 129 ; Relatorio do Presidente, 1872, p. 15. Cependant la R.A.P., no(...)

52En 1870, alors que 15.538 immigrants allemands étaient entrés dans le Rio Grande do Sul et qu’un certain nombre d’entre eux s’étaient installés directement à Santa Cruz et dans les colonies du Cai et du Taquari, la seule colonie de São Leopoldo comptait 23.902 habitants, ville exclue (sa population totale était de 25.034). Or l’émigration de São Leopoldo vers les colonies voisines et vers les bourgades luso-brésiliennes était estimée à plus de 15.000 individus24. L’accroissement de sa population avait donc été rapide. En 1872, à la fin de la période d’immigration purement germanique, le Président de la Province estimait à 60.000 en chiffres ronds le nombre des Allemands et descendants d’Allemands vivant dans le Rio Grande do Sul, soit quatre fois le nombre total des immigrants.

  • 25 Sellin, Brasilien, p. 82 ; Eye, Der Auswanderer, p. 16 ; Zoeller, Deutschen, p. 147.
  • 26 Kosekitz, Annaes da Assembleia, 12 mars 1889, p. 27.

53Sellin calculait qu’ils représentaient en 1882 un septième de la population. Eye l’évaluait à 80.000 en 1885, Zoller à 90.000 en 188325. Koseritz, fort bien informé de tout ce qui touche à la colonisation, estimait le nombre des Allemands (et de leurs descendants) non catholiques à 60.000 ou 70.000 en 188926. Même en prenant le chiffre le plus bas cela représenterait au total quelque 100.000 Teuto-Brésiliens en 1889, puisqu’il y a eu une moyenne de 60 % de protestants parmi les immigrants. Cela correspondrait encore au quadruple de l’immigration qui s’est élevée à 24.650 individus de 1824 à 1889.

  • 27 Funke, Aus Deutsch-Brasilien, p. 63 ; Lamberg, Brasilien, p. 95 ; Lacmann, Ritte, p. 140 ; Hoeussl (...)
  • 28 Varela, O Rio Grande do Sul, p. 356.

54Si l’on en croit certains auteurs allemands l’accroissement ultérieur a été très rapide27. Les estimations du début du xxe siècle varient entre 150.000 (Scheptedel ; Funke, en 1902), 200.000 (Lamberger, en 1899 ; Lacmann, en 1906), 280.000 (Hoeussler, en 1903) ou même 300.000 (Jannasch, en 1905). Mais les auteurs brésiliens donnent des chiffres beaucoup plus faibles : par exemple Varela les estimait à 80.000 en 189728. Comment pourrons-nous déterminer le nombre des Teuto-Brésiliens alors qu’aucun des auteurs cités ne précise ni ce qu’il entend sous ce vocable ni par quelle voie il a pu aboutir au résultat indiqué.

  • 29 Relatorio da Secretaria das Ohms Publicas, 1915, p. 87 ; A Federação, 16 mai 1917.
  • 30 Almanak do Comercio, 1920, p. 231 ; Relatorio da Secretaria das Obras Publicas, 1919, p. 357 ; 192 (...)

55Si l’on suit la courbe dont l’un des points était le nombre de 60.000 en 1872, elle doit situer le nombre exact entre 150.000 et 200.000 au début du xxe siècle. En effet la guerre de 1914-1918, entre autres conséquences, incita les Brésiliens à procéder à une évaluation plus stricte du nombre des Teuto-Brésiliens résidant au Brésil et dans le Rio Grande do Sul en particulier29. Alors qu’en 1917 il y avait 32.000 Allemands dans l’État, le gouvernement riograndense estimait le nombre des descendants d’immigrants à 300.000, soit 6 fois celui des immigrants allemands entrés dans le Rio Grande entre 1824 et 1914 ; les 2/3 se trouvaient dans les anciennes colonies. En 1920 l’Almanak do Comercio donnait le chiffre de 350.000, soit 1/5 de la population, Les chiffres officiels étaient de 330.000 en 1919 et de 379.000 en 192530.

  • 31 R.A.P., no 8, p. 87 ; Annaes da Assembleia, 1923, p. 90 ; Pellanda, A Colonização, p. 20 ; Verband(...)
  • 32 Koehler, Brasilien, p. 234 ; Cornelius, Die Deutschen, p. 2 ; Souza Docca, Historia, p. 87.
  • 33 P. ex. Juedischer Weltcongress, Der Pangermanism an der Arbeit. Lévy, Le pangermanisme, p. III et (...)

56Ces chiffres nous semblent valables, non seulement parce que l’administration riograndense avait les moyens de recenser la population des colonies, mais parce qu’ils concordent avec ceux qui furent donnés par les auteurs brésiliens et allemands à l’occasion des centenaires de l’Indépendance en 1922 et de la colonisation en 1924. Ceux-ci avançaient le chiffre de 340.000 teuto-brésiliens en 1922. ceux-là le calculaient à 360.000 en 192431. Ces chiffres correspondent encore à ceux de Koehler et de Cornelius en 1926 (650.000 pour l’ensemble du Brésil, 400.000 pour le Rio Grande do Sul) et à ceux de Souza Docca32. Ce sont d’ailleurs les chiffres publiés dans les annuaires riograndenses de l’époque. Ce sont enfin ceux que nous trouvons dans les publications d’organisations internationales intéressées à évaluer les forces réelles du pangermanisme33.

  • 34 Grothe, Im Kamp, p. 56 ; Quelle, Die Siedlungsgehiete, I.A.A., 7, p. 198 (540 à 550.000 dans les t (...)
  • 35 Oberacker, Die Volkspolitische Lage, p. 96.
  • 36 Portzelt, Der Deutsche Bauer, p. 20 ; Maack, The Quartely Journal, cité par PY, O Nazismo, II, p.  (...)
  • 37 Mourão, ;0 punhal nazista, p. 101 ; Py, O Nazismo, II, p. 11.
  • 38 I.B.G.E., Recenseamento Geral de 1940, p. 14-15 ; Estudos sobre as linguas estrangeiras e arborige (...)
  • 39 I.B.G.E., Recenseamento Geral de 1940, p. 60-63 (população de fato, por sexo e religião, segundo o (...)

57Pendant la période 1935-1940 les études se sont multipliées, mais certaines semblent bien avoir été influencées par la préoccupation politique qui leur enlève une partie de leur valeur et elles sont si divergentes qu’elles risquent d’apporter d’abord plus de confusion que de clarté. Chez les auteurs allemands nous trouvons deux séries d’évaluations séparées par une nette différence. Pour un premier groupe le nombre des Teuto-Brésiliens serait de l’ordre de 400.000, aussi bien pour H. Grothe, qui l’aurait calculé à partir des coefficients de natalité des Germano-Brésiliens et à partir du nombre de Brésiliens germanophones, que pour Quelle et pour Kuder, qui a étudié attentivement la question de l’usage de la langue allemande dans le Rio Grande do Sul, ou pour Bubber qui embrasse l’ensemble de l’Amérique du Sud34. Le seul auteur de ce groupe qui ait indiqué ses sources et précisé ses méthodes d’estimation, Oberacker, avance le nombre de 480.000, en spécifiant bien que c’est un minimum et qu’il a préféré rester en dessous de la réalité35. Pour un second groupe le nombre des TeutoBrésiliens serait plus élevé. Portzelt estimait qu’il y avait 510.000 Teuto-Brésiliens dans le Rio Grande do Sul en 1936, Maack 520.000, la Ligue pangermaniste 600.000 et M. Kahle 650.000 dont 426.000 dans les anciennes colonies36. Les auteurs brésiliens de leur côté, comme Mourão et Py, dont le point de vue était pourtant exactement opposé à celui des propagandistes allemands, indiquent des nombres semblables37. Ce nombre de 600.000 correspond d’ailleurs à l’accroissement naturel de la population teuto-brésilienne existant au début du siècle. Il devait y avoir au minimum de 620.000 à 650.000 Teuto-Brésiliens dans le Rio Grande do Sul à la veille de la première guerre mondiale. Le recensement général de 1940 nous fournit en effet deux moyens de vérifier la vraisemblance de ce nombre : En 1940 il y avait dans le Rio Grande do Sul 393.934 personnes déclarant parler habituellement l’allemand chez elles38. Mais elles ne représentaient qu’une partie des descendants d’Allemands. Et s’il est impossible de connaître le nombre de ceux qui ont été « culturellement et ethniquement submergés », il est certain que le nombre des Teuto-Brésiliens était. bien supérieur à 400.000 individus. On a recensé aussi 339.000 protestants39. Ils étaient presque tous d’origine allemande ; même si tous avaient conservé la religion de leurs parents, ils représenteraient moins des deux tiers de la population germanique, qui aurait donc été de l’ordre de 565.000 personnes. Mais ce ne serait encore qu’un chiffre minimum car, même en déduisant les protestants d’autre origine ethnique, il faudrait compter un certain pourcentage d’indifférents ou de convertis au catholicisme, en particulier par les mariages mixtes.

b. L’estimation en 1950

  • 40 Monbeig, Le Brésil, p. 78.
  • 41 Born, En tomo do monumento ao imigrante alemão, 1950, p. 1.

58Pouvons-nous, enfin, déterminer le nombre des Teuto-Brésiliens existant dans le Rio Grande do Sul en 1950 ? Il n’y a pas d’étude récente sur cette question et les derniers ouvrages se contentent de rappeler le nombre des immigrants entrés, renonçant à calculer le nombre de leurs descendants. L’un des nouveaux livres français sur le Brésil indique 600.000 Teuto-Brésiliens pour tout le Brésil méridional40, or nous avons vu que c’était leur nombre minimum dans le seul Rio Grande à la veille de la seconde guerre mondiale. Un député riograndense, lui-même d’origine germanique, a parié de « plus de 800.000 » pour 195041. Ces indications sont trop fragmentaires pour être retenues.

  • 42 I.B.G.E., Recenseamento Geral de 1950, p. 16 (Pessoas presentes... que não falam o portuguê3 habit (...)

59Le recensement général de 1950 permet-il de calculer le nombre des Teuto-Brésiliens du Rio Grande42 ? (Voir fig. 17 et 18.) 344.415 personnes ont déclaré parier habituelle ment l’allemand en famille, 332.643 d’entre elles, soit 96,5 % » sont brésiliennes de naissance. Mais les progrès de la langue portugaise, consécutifs à la campagne menée depuis 1938, ont réduit le nombre des germanophones et en ont ramené la proportion de 11,8 % à 8,2 % de la population-totale. Or il ne semble pas que le nombre des descendants d’Allemands ait pu diminuer entre temps. Nous pouvons seulement affirmer qu’il y en avait plus de 332.643 en 1950, mais c’est un truisme et nous devons abandonner le critère de la langue.

Fig. 17. — La population du Rio Grande do Sul
(D’après les résultats du recensement général de septembre 1950)
Cette carte révèle l’apport démographique des colonies

60Nous ne pouvons pas davantage utiliser celui de la religion, puisque le recensement nous indique seulement qu’il y avait 442.242 protestants dans le Rio Grande en 1950. En supposant que leur proportion par rapport à la population germanique soit restée la même qu’autrefois, nous pouvons calculer qu’il y avait plus de 740.000 Teuto-Brésiliens dans le Rio Grandeen 1950. Or il est probable qu’il y en avait davantage, puisque la natalité semble être restée plus élevée encore dans les groupes catholiques que dans les groupes protestants. Nous ne pourrions retenir ce nombre que comme un minimum très inférieur à la réalité.

Fig. 18 a. — La densité de la population du Rio Grande do Sul en 1900

Fig. 18 b. — La densité de la population du Rio Grande do Sul en 1950

  • 43 Oberacker, Die volkspolitische Loge, p. 92-96.

61Il nous reste un moyen d’améliorer cette approximation, c’est de reprendre la méthode d’estimation à laquelle M. Oberacker avait eu recours, mais en tenant compte des critiques qu’il lui apportait lui-même43. Sa première estimation était fondée sur le recensement de 1920 et sur le pourcentage de Teuto-Brésiliens existant dans les divers municipes, calculé par les rédacteurs du journal 5. Paulus Blatt à partir des listes de recrutement. Ceux-ci estimaient les Teuto-Brésiliens à 402.000 en 1922. M. Oberacker a retenu un nombre légèrement inférieur, 360.000 en 1920. Il a ensuite appliqué à ce nombre les coefficients'de natalité moyenne de l’Etat, ce qui lui a donné 447.120 pour 1936 ; il a ensuite appliqué le coefficient de natalité moyenne dans les municipes d’origine germanique et abouti au chiffre de 516.600. Il se contente d’affirmer que l’on pouvait compter avec certitude sur 480.000 Teuto-Brésiliens en 1936. Nous avons vu que ce chiffre était nettement inférieur à la réalité. Mais nous pouvons emprunter deux éléments à l’étude de M. Oberacker, le chiffre de base de 1920 et une partie des pourcentages de la population teuto-brésilienne, ceux des anciennes colonies.

62Si nous essayons de calculer l’accroissement de la population teuto-brésilienne en appliquant à son chiffre de 1920 son propre coefficient d’accroissement, au taux moyen de 30 ‰ pendant trente ans, nous aboutissons au nombre minimum de 970.800 individus en 1950, qui représente 242 % de sa valeur antérieure, c’est-à-dire un accroissement nettement supérieur à celui de la population globale du Rio Grande do Sul (198 %). Autrement dit la contribution des Teuto-Brésiliens à l’accroissement de la population totale a été nettement plus forte que celle des autres habitants de l’Etat. Nous ne devons cependant accorder à ces nombres qu’une valeur provisoire, car il faut les confronter avec ceux que nous fournit l’application de la seconde méthode de M. Oberacker.

63Dans les conditions où nous nous trouvions, nous ne pouvions pas déterminer avec rigueur le pourcentage des Teuto-Brésiliens existant dans chaque municipe du Rio Grande. Aussi avons-nous recherché d’abord une base de calcul qui évitât les deux erreurs dénoncées par M. Oberacker sur les noms teuto-brésiliens et sur les migrations intérieures.

641° Nous entendrons par Teuto-Brésiliens ceux des Brésiliens dont le père et la mère sont d’origine allemande. C’est la définition qui nous semble la meilleure : elle repose sur la certitude qu’a établie la consultation des registres d’état civil. Bien qu’elle apparaisse restrictive elle englobe en fait la quasi-totalité des descendants d’immigrants, car la répartition des colonies et leur évolution ont favorisé l’endogamie quand elles ne l’ont pas imposée. Certes, il existe de plus en plus de Riograndenses ayant seulement ou leur père ou leur mère d’origine allemande. Mais nous avons pu déterminer en 1949 à Pôrto Alegre, où ils sont les plus nombreux, ils ne représentaient que 8 % des Teuto-Brésiliens strictement définis. Comme ils sont bien plus rares dans les zones rurales, ils représentent au total certainement moins de 5 % du contingent Teuto-Riograngense. Ils ne figureront pas dans nos statistiques, qui seront d’autant plus probantes qu’elles éviteront toute contestation en établissant des minima ;

  • 44 Nombre de. Teuto-Riograndenses en 1950.

652° Nous avons utilisé les registres des mariages célébrés en 1950 ou parfois en 1949, en relevant le nombre des conjoints d’origine germanique. Les registres des mariages offrent l’avantage de fournir des renseignements et sur les conjoints et sur leurs parents (nationalité, lieu de naissance, résidence, etc.). C’est donc sur deux générations que l’on peut vérifier l’origine ethnique des personnes considérées. Nous pouvons connaître ainsi la proportion de conjoints d’origine germanique par rapport au nombre total des conjoints pour les mariages célébrés dans l’année dans le municipe. En appliquant la même proportion au chiffre de la population recensée en 1950 nous pouvons connaître la fraction de population d’origine germanique. Pour la plupart des colonies anciennes nous avons trouvé des pourcentages très voisins de ceux fournis par le S. Paulus Blatt. Ils sont par contre nettement différents pour les municipes-du Plateau à cause des progrès réalisés par la colonisation depuis 1920. C’est donc sur ces municipes que nous avons fait porter l’essentiel de nos recherches44.

66Celles-ci nous permettent d’estimer l’ordre de grandeur du nombre des Teuto-Brésiliens existant dans le Rio Grande do Sul, étant bien entendu que cette méthode n’est qu’approximative et qu’elle ne peut aboutir qu’à un chiffre minimum pour une seconde raison : nous avons dû négliger la diaspora et nous en tenir aux municipes les plus importants, c’est-à-dire soit ceux qui sont nés de colonies allemandes soit ceux qui renferment dans leurs limites d’importants noyaux de colonisation germanique. (Voir fig. 19.) Les chiffres que, toutes réserves faites par avance, nous estimons pouvoir proposer se trouvent résumés dans le tableau ci-dessous :

67Le nombre de Teuto-Brésiliens résidant dans le Rio Grande do Sul a plus que doublé en trente ans puisqu’il dépasse maintenant 900.000 individus.

68La différence entre les chiffres obtenus par les deux méthodes s’explique par les migrations intérieures qui ont déplacé une partie des descendants de colons vers d’autres Etats du Brésil, comme nous le verrons plus loin.

Fig. 19. — Pourcentage de Teuto-Riograndenses en 1950

69Le groupe d’origine germanique représente aussi un pourcentage croissant de la population totale :

Dates

Population du Rio Grande

Pourcentage de Teuto-Brésiliens

%

1890

897 455

13,3

1920

2 182 713

17

1940

3 230 689

19,8

1950

4 164 821

21,6

70L’importance de cette fraction de descendants d’immigrants est de plus en plus grande dans la population riograndense, elle en constitue maintenant plus du cinquième. Les progrès du pourcentage des Teuto-Brésiliens sont d’autant plus remarquables qu’il s’applique à des nombres absolus de plus en plus élevés.

71Cependant l’accroissement de la population teuto-brésilienne n’a pas été égal dans toutes les régions : il a été de plus en plus élevé à mesure que l’on passait du Sud au Nord, des anciennes colonies vers les nouvelles où cette population a quadruplé en trente ans.

72D’autre part le pourcentage de la population teuto-brésilienne par rapport à la population de la région a évolué dans des sens différents suivant les zones considérées :

  • Dans les anciennes colonies il a diminué, en grande partie à cause du développement des manufactures et des usines qui ont fait des petites villes du Rio dos Sinos des centres d’appel pour la population luso-brésilienne, à cause aussi de la « descente » d’Italo-Brésiliens vers les vallées inférieures du Cai et du Taquari, par exemple à Roca Sales où la population italo-brésilienne représente maintenant presque la moitié de la population alors que ce district avait été peuplé à la fin du xixe siècle uniquement par des Teuto-Brésiliens. Par contre leur pourcentage a augmenté dans les municipes qui sont à la périphérie des anciennes colonies, à cause de l’expansion des défrichements et de l’agriculture jusqu’à la limite de la forêt à la fin du xixe et au début du xxe siècles et à cause de la supériorité du taux de la natalité.
  • Dans les nouvelles colonies l’évolution du pourcentage des Teuto-Brésiliens révèle une augmentation plus sensible encore, puisqu’il y a pratiquement doublé.
  • Enfin, le pourcentage de la population teuto-brésilienne est resté stationnaire à Porto Alegre, la métropole commerciale et industrielle du Rio Grande do Sul. Ce fait confirme le caractère essentiellement rural de la colonisation allemande. Certes on ne saurait omettre l’existence et le rôle d’un groupe urbain de Teuto-Brésiliens, mais c’est dans les zones rurales que nous devons mesurer d’abord leur contribution à la mise en valeur du Rio Grande. Les Colonies rurales sont leurs établissements les plus anciens et elles abritent encore plus des neuf-dixièmes des descendants d’immigrants allemands.

2. LES PAYS TEUTO-BRÉSILIENS

73Les colonies allemandes constituent une série de « pays » qui tranchent sur le reste du Rio Grande par la précision des limites à l’intérieur desquelles les hommes ont adopté ou conservé un genre de vie caractéristique.

A. Les trois groupes de pays

74Suivant leur ordre chronologique de fondation, ces pays se répartissent entre les deux grandes régions naturelles où ils se sont formés, le rebord et le revers du Plateau. R ne faut cependant pas omettre quelques colonies ayant constitué des pays plus petits, isolés au milieu de régions luso-brésiliennes, mais où le sceau du peuplement allemand a été nettement imprimé. (Voir carte h.-t.)

a. Les pays îlots

75Ils sont peu nombreux, leur population est moins dense et leur production moins abondante que celles des grandes colonies de la Serra ou du Plateau. Ils n’en sont pas moins intéressants à étudier, parce qu’ils nous révèlent l’état le plus ancien de la colonisation allemande.

1. Le pays du littoral : São Pedro — Tres Forquilhas

  • 45 Cette navigation se faisait à partir d’Osorio jusqu’à proximité de Torres. En 1948 un vapeur y fut (...)

76En 1950 encore, aller dans cette colonie c’était remonter dans le passé, car on y retrouvait le même cadre, et le même genre de vie qu’en 1850. La région du littoral a vécu repliée sur elle-même : dès l’instant où le courant de peuplement venu de Santa Catarina fut interrompu, la région était condamnée à l’isolement entre le cordon littoral rectiligne hostile aux navires et la muraille abrupte de la Serra do Mar infranchissable aux charrettes. La circulation intérieure même était difficile car là où cessait la forêt vierge s’étendaient des dunes de sable et de vastes zones amphibies entourant les lagunes. Celles-ci ont été jusqu’à la fin de la seconde guerre mondiale le seul axe de communication mais ne permettaient que la navigation d’embarcations de faible, tonnage et avec une sécurité toute relative45. Les colonies allemandes ont été établies, l’une sur les collines parsemant la plaine littorale (São Pedro), l’autre dans la vallée d’un fleuve court et violent descendant de la Serra do Mar (Tres Forquilhas) La massivité de la montagne et l’exubérance de la végétation donnent un caractère particulier au pays dont la grandeur fait mieux ressortir la faiblesse des moyens employés et des résultats obtenus jusque là. Certes les parcelles qui s’étendent de part et d’autre des chemins diffèrent des propriétés des caboclos des environs par le soin des cultures, mais ce pays ne ressemble pas aux autres colonies allemandes parce que la longue impossibilité d’exporter autre chose que de l’eau-de-vie-avait réduit la production à la canne et aux cultures assurant la simple satisfaction des besoins locaux et parce qu’une large portion des terres est encore recouverte par la forêt.

  • 46 Information due à l’obligeance de M. l’Inspecteur des Terres et de la Colonisation d’Itati : l’ouv (...)

77A côté du maïs (qu’on trouve dans toutes les clairières cultivées du Rio Grandé), des bananeraies et des champs de canne à sucre, apparaissent depuis quelques années des plantations d’ananas. Ce sont les cultures que l’ouverture de, 1a route vient de faire naître, puisque le camion a réveillé l’activité de la colonie en la tirant de son isolement46. Mais cette révolution n’est pas encore inscrite dans le paysage.

78Il n’y a pas de ponts ; les chemins sont à peine carrossables, sur lesquels grincent encore les charrettes à bœufs les plus primitives ; l’artisanat y est élémentaire ; quant aux maisons éparpillées dans la campagne ou groupées dans les deux petits villages elles sont encore telles qu’elles ont été construites voilà plus de cent ans ! Elles n’ont ni l’électricité ni même de carreaux aux fenêtres, sauf au presbytère et chez les commerçants. C’est de loin le plus pauvre des pays teuto-brésiliens.

79Il offre une autre particularité, c’est d'avoir été peuplé d’une manière homogène. A São Pedro furent installées les familles catholiques, à Tres Forquilhas les familles protestantes. L’administration brésilienne abandonna ce système de peuplement, mais il correspondait à une tendance profonde des colons car il fut repris à la fin du xixe siècle et au début du xxe par les entreprises ou les sociétés de colonisation. São Pedro et, Tres Forquilhas ont été la lointaine préfiguration de Cerro Azul et de Neu Wurttemberg, fondées par l’Union agricole pour les catholiques et par H. Meyer pour les protestants.

80Le pays teuto-brésilien du littoral a été si bien divisé en deux groupes que les deux, colonies appartiennent à deux municipes différents. Cela prouve leur faiblesse relative puisque elles n’ont pas pu constituer de municipe autonome comme les autres colonies de la même époque. Cela rend impossible toute étude quantitative de la production car les statistiques ne sont fournies que par municipe. Or ceux de Torres et d’Osorio comprennent surtout des districts essentiellement luso-brésiliens. La population teuto-brésilienne est d’ailleurs trop peu nombreuse pour avoir eu une influence notable sur la vie économique du Rio Grande do Sul. Les districts de Morro Azul et de Guananazes (Torres) n’ont que 13.413 habitants et ceux de Cornelius et Itati (Osorio) 10.710. Même en y ajoutant la population des districts de Maquiné et Marquês do Herval, nés de colonies fondées postérieurement et groupant 12.911 habitants, le total n’est nullement comparable à celui du reste des anciennes colonies.

  • 47 Juillet 1951.

81Tel celui de la Belle au bois dormant, le pays de São Pedro-Tres Forquilhas était lorsque nous l’avons vu47 un échantillon miraculeusement conservé de la première phase de la colonisation sur le piedmont.

2. Le pays de São Lourenço

82C’est un exemple à la fois aussi semblable et aussi différent que possible du précédent. Il représente un îlot agricole sur une tache forestière au milieu d’une région luso-brésilienne d’élevage sur la prairie. Sa colonisation, contemporaine de celle de la vallée du Taquari, est ancienne. Mais il a joui d’une plus grande facilité de communications grâce à la navigation sur la lagune qui le rattachait à Pelotas, Rio Grande et Porto Alegre bien avant que le réseau routier moderne ait permis aux commerçants d’envoyer leurs camions jusqu’à la barrière des colons.

83Le pays de São Lourenço recouvre le municipe du même nom et une partie de ceux de Cangussu et de Pelotas. Mais faute d’y pouvoir discriminer la part de la production revenant aux colons allemands nous serons contraints de nous en tenir aux statistiques de São Lourenço. Les Teuto-Brésiliens, qui y sont en énorme majorité (70 %), y ont réellement créé un « pays ». Ses limites naturelles sont celles de la forêt qui recouvrait le versant des derniers contreforts de la Serra du Sud-Est dont les pentes douces n’ont rien de commun avec les escarpements de la Serra do Mar. Le relief ondulé n’est nullement un obstacle à la circulation. Celle-ci est même plus facile à l’intérieur que dans la zone horizontale mais marécageuse qui borde la lagune sur plus de 10 kilomètres de largeur et qui s’est couverte récemment de rizières.

  • 48 Boqueirão, chef-lieu de district, n’avait que 426 habitants en 1950.

84Une première différence entre la colonie et la zone d’élevage apparaît dans le nombre et dans le dessin des chemins. Ici les fazendas sont à l’écart ; de rares pistes courent sur les crêtes sans que la terre porte une autre marque de l’action de l’homme que les barbelés entourant les pâturages et quelques ranchos rudimentaires. Là le quadrillage régulier des chemins réunit les parcelles cultivées et les maisons ; les charrettes à quatre roues se dirigent vers les boutiques des commerçants qui jalonnent la route ou se groupent dans de petites agglomérations comme Boqueirão et São João da Reserva48.

85La pomme de terre est le principal produit ; comme il est possible d’utiliser de l’engrais, obtenu à un prix avantageux par l’intermédiaire de l’Association rurale, la surface cultivée annuellement ne s’accroît que lentement : 8,1 % en 1920, 12,4 % en 1950. En 1950 São Lourenço récolte sur 1,2 % de la surface cultivée dans l’état 2,2 % du volume de la production agricole et perçoit 3,5 % de sa valeur totale. São Lourenço possède un équilibre interne entre l’exploitation de la terre et la densité de la population qu’elle nourrit. La propriété y est moins divisée que dans les autres colonies (moyenne 54,4 hectares) et c’est le municipe où l’émigration de la population a été la plus faible au cours des cinquante dernières années.

86En 1950 le municipe comptait 31.476 habitants dont 26.986 dans la zone rurale. São Lourenço même, malgré ses 4.730 âmes, n’est qu’un bourg, perdant chaque jour de son importance devant le recul de la petite navigation qui s’effectuait par son port et devant les progrès des camions qui lui retirent ses fonctions d’entrepôt et de marché. La densité de la population n’est que de 14,3 et celle de la population rurale de 12 habitants au kilomètre carré, ce qui est plus faible que dans les autres colonies teuto-brésiliennes.

87Les agriculteurs y ont une aisance moyenne bien supérieure à celle des colonies de Torres-Tres Forquilhas et Comparable à celle de São Leopoldo ou de Santa Cruz, comme le révèlent la construction des maisons, la décoration des jardins, etc.

88Grâce à sa spécialisation dans un produit d’exportation qui n’épuise pas le sol, São Lourenço est resté une colonie purement agricole, avec une population plus dense que dans la zone d’élevage, mais plus attachée à la terre que dans d’autres colonies anciennes. Sa structure économique et sociale, qui est encore celle du xixe siècle, la distingue des colonies appartenant au quadrilatère du rebord de la Serra, dont l’évolution a été plus poussée.

b. Les pays du Piédmont

89C’est par excellence la région des anciennes colonies qui s’étendent sur plus de 300 kilomètres. Les lanières qui descendent du Plateau l’ont découpée en un certain nombre de pays juxtaposés. (Voir fig. 12.)

1. Pays du Rio dos Sinos et du Cai

90La première colonie fondée dans le Rio Grande do Sul, celle de São Leopoldo, était située sur le Rio dos Sinos. Son développement a eu pour cadre le bassin de ce fleuve et de ses affluents ; ainsi s’est constitué le premier pays agricole teuto-brésilien. R s’étend de la ligne de partage des eaux entre le Rio Cai et le Rio dos Sinos à l’Ouest jusqu’aux derniers contreforts de la Serra do Mar à l’Est dans le municipe de Santo António da Patrulha, entre la dépression centrale au Sud et Nova Petropolis au Nord. Il a pour centres São Leopoldo et Novo Hamburgo.

91Le second pays s’est constitué de la même manière quelques années plus tard, à partir de 1846-1850, dans le bassin du Rio Cai dont les lignes de partage des eaux servent de limites, s’étendant de São José do Hortensio jute qu’à Marata, Brochier et Alto da Feliz, c’est-à-dire la courbe d’altitude 300 mètres. Ses deux bourgs principaux sont Cai et Montenegro sur les bords du Rio Cai qui servit d’axe de pénétration et de voie d’échange jusqu’à l’établissement du chemin de fer.

92A mesure que l’on remonte les vallées, les buttes se dégagent des terrasses fluviales et l’on atteint les replats structuraux que domine le mur clair des basaltes tranchant sur le moutonnement sombre des terres et des plantations. On a peine à imaginer qu’en 1824 toute cette zone était recouverte de forêt vierge : Il n’en reste que quelques lambeaux sur les escarpements. Tout le reste du paysage a été façonné par l’homme. Les parcelles pour les prochaines semailles constellent de leurs taches ocrées l’étendue verte où jouent en camaïeu les tons des plantes, des cannes à sucre, des prairies, des boqueteaux d’eucalyptus et d’acacia, des capoeiras dont les taillis s’élèvent à mesure que se prolonge la jachère. C’est peut-être cette formation caractéristique de la campagne germanique qui lui interdit d’avoir l’air aussi soigné qu’en Europe. On en aurait pourtant l’illusion en s’approchant des maisons et des villages, dans le creux des vallées où tout porte la marque de leur création : ce sont ici les peupliers et les cyprès qui jalonnent les rivières et les cimetières, les murettes de pierres sèches le long du chemin, là les vergers, les treilles et les jardins fleuris qui entourent les maisons aux façades pimpantes. De loin en loin les deux ou trois clochers de rigueur signalent la Stadtplatz, le village allongé de part et d’autre de la rue qui redevient route ou chemin jusqu’au prochain village ou jusqu’au bourg en aval. (Voir photo. 8, pl. III.) Les pays du Rio dos Sinos et du Cai comprennent plusieurs municipes, ceux de Montenegro, Cai, São Leopoldo, Novo Hamburgo, Taquara et ceux récemment créés de Canela, Gramado, Nova Petropolis et Rolante, ce qui montre le dynamisme de la zone périphérique de cette vieille colonie. (Voir fig. 16.) Ils recouvrent une surface de 5.059 kilomètres carrés et ont une population totale de 264.145 habitants en 1950. Comme l’agriculture y est développée (16,4 % de la surface sont cultivés annuellement), la population rurale y atteint la densité de 33,2 par kilomètre carré et représente 62,9 % de la population totale. Elle en représente davantage en réalité, car dans chaque municipe il y a en moyenne une demi-douzaine de vilas (chefs-lieux de districts), petits bourgs de 1.000 à 2.000 habitants que les statistiques classent comme « urbains » ou « suburbains » mais que nous devrions considérer comme ruraux.

93Les pays du Rio dos Sinos et du Cai, qui ne représentent que 3,4 % de la superficie, cultivée dans l’Etat, fournissaient en 1950 5,9 % de la production agricole totale en volume et 4,9 % en valeur. Celle-ci est plus faible que celui-là car les cultures vivrières traditionnelles qui y sont encore pratiquées ne sont pas aussi lucratives que la culture mécanisée du blé et la culture irriguée du riz développée récemment dans la Dépression Centrale et dans quelques zones de prairie.

  • 49 Pays du Rio Dos Sinos et du Cai — 1950.

94La facilité relative des communications internes et la brièveté des distances jusqu’à Porto Alegre, qui ont assuré à ce pays une prospérité agricole ancienne, ont favorisé le développement des bourgs-marchés devenus maintenant des bourgades mi-rurales mi-manufacturières ou même des centres urbains industriels comme São Leopoldo et Novo Hamburgo. (Voir photo. 9, pl. III.) Cette région est celle qui a subi les transformations les plus profondes et l’évolution la plus complète. A Novo Hamburgo, par exemple, on est passé en 125 ans de la forêt vierge à l’électrométallurgie. Aussi est-elle celle qui apporte la plus forte contribution à l’industrie riograndense après Porto Alegre ou l’on compte d’ailleurs une majorité d’entreprises allemandes. Elle a fourni 11,5 % de la valeur de la production industrielle de l’Etat en 1950, et le pays du Rio dos Sinos à lui seul 9,4 % et les centres couplés São Leopoldo-Novo Hamburgo 8,6. %49. Cette capacité industrielle est bien supérieure à celle des autres régions du Rio Grande et même à celle des autres colonies.

2. Pays du Taquari

95Le col qui sépare Brochier de Teutonia, les crêtes qui séparent Garibaldi d’Estrella, celles qui séparent les eaux des affluents du Rio Pardo de celles du Taquari marquent le périmètre de ce pays qui englobe les municipes de Taquari, Estrela, Arroio do Meio, Lajeado et Venancio Aires.

96La colonisation s’y est faite dans la seconde moitié du xixe siècle-sous l’influence paradoxale des lois de 1850-1855 destinées à protéger les terres publiques contre les appropriations abusives. Les propriétaires ou spéculateurs qui avaient occupé rapidement de grandes superficies sans les exploiter ne trouvèrent pas de meilleure justification que de fonder des colonies particulières. Certaines d’entre elles portent encore le nom caractéristique de « Fazenda ». Les plus appréciées étaient celles que l’on ouvrit sur les terrasses fluviales, inondables et au sol particulièrement fertile. Bien que les propriétés y aient la même forme rubanée que dans toutes les anciennes colonies, les parcelles cultivées sont plus petites et toutes juxtaposées ; les différentes cultures étendent leur bigarrure sur toute la vallée, maïs, céréales, luzerne, tabac, tournesol, légumes, orangeraies, etc.

  • 50 Enquête sur les deux propriétés Ruschel et Schmidt mesurant respectivement 26 et 23 hectares, possé (...)

97Il y a cependant une grande différence entre les terres de la vallée du Taquari et celles des vallées affluentes, entre celles des terrasses et celles des versants dont la déclivité augmente à mesure que l’on remonte vers l’amont. A Lajeado le rendement, des terres varie du simple au double entre le flanc de la vallée et la terrasse du Taquari50.

98Les villages se sont alignés d’abord sur la berge du Taquari soit là où une butte-témoin émerge des alluvions, soit là où une élévation de la terrasse protège les habitants contre les inondations, puis au débouché des vallées secondaires. Ceux qui se sont développés jusqu’à devenir des bourgs étaient en bordure du Taquari sur lequel avaient été aménagés les quais des ports fluviaux desservis immédiatement par des bateaux à vapeur puis par des embarcations à moteur. Le Taquari est sillonné par toute une flottille qui a transporté les voyageurs et qui transporte encore le bois et la plupart des produits agricoles vers Pôrto Alegre.

  • 51 Pays du Taquari — 1950.

99Le pays du Taquari compte plus de 150.000 habitants sur ses 4.024 kilomètres carrés ; la densité moyenne est de 37,3, la plus forte étant celle de Lajeado (46,6) et la plus faible celle de Taquari (36,6). Cela s’explique parce que Lajeado est en plein cœur du pays, tandis que Taquari est sur la limite sud et qu’une partie de son territoire est recouverte de prairie. 16 % seulement des habitants vivent dans les zones « urbaines » et « suburbaines » des chefs-lieux de municipe ou de districts (de 3 à 4 par municipe). La population, essentiellement rurale, a une forte densité (33,5 au kilomètre carré), la même que dans la région du Rio dos Sinos-Cai. qui possède d’importants centres urbains ; or c’est par la seule ressource de l’agriculture que le pays du Taquari entretient une population aussi dense51.

100C’est au reste la région qui a le plus fort pourcentage de surface cultivée annuellement : 44,3 % (soit 2,7 fois plus que dans le pays du Cai-Rio dos Sinos). (Voir fig. 29.) 149. Aussi sur un territoire qui est seulement les 8,5 % du Rio Grande do Sul la production s’élève-t-elle à 13 % en tonnage et à 9,2 % en valeur de sa production totale. Bien que l’un des villages s’appelle Ouro Branco (l’or blanc c’est la graisse), cette région est celle qui a la production la plus variée et l’économie agricole la plus équilibrée. Son opulence apparaît dans le paysage, dans la maison du colon, sur le colon lui-même. (Voir photo 41 pl. XIII).

101Les deux agglomérations principales sont Estrela et Lajeado, situées presque en face l’une de l’autre sur chacune des rives du Taquari. Ce sont deux bourgs-marchés ayant respectivement 3.861 et 5.241 habitants en 1950. Leur importance est comparable à celle de tant de chefs-lieux de canton de nos pays agricoles. L’aspect européen est d’ailleurs assez frappant, la campagne rappelant la vallée de la Garonne et les bourgs avec leurs cyprès et leurs maisons blanchies à la chaux tels gros villages de chez nous. Mais depuis une quinzaine d’années le paysage tend à se transformer. Les colons allemands abandonnent les pentes des versants et vendent leurs terres à des colons d’origine italienne qui arrivent par le nord, particulièrement par les croupes qui leur permettent de descendre du Plateau et sur les flancs desquelles ils trouvent des terres plus riches que celles d’où ils viennent : Ainsi à Roca Sales, à l’extrémité nord de la colonie teuto-brésilienne, près de la moitié des habitants sont-ils maintenant d’origine italienne. C’est un exemple exceptionnel d’ancienne colonie purement agricole devenue centre d’appel de population.

3. Le pays de Santa Cruz

102Le rebord de la Serra abrite un autre groupe de colonies provinciales fondées vers l’Ouest pour établir un relais entre la Dépression centrale et les prairies du Plateau. Les quelques îlots qui prolongent en pointillé jusqu’à Santa Maria la ligne Est-Ouest de l’ancienne colonisation germanique étaient trop éparpillés pour donner naissance à un pays, trop isolés pour participer à la prospérité de la région du tabac.

103Ce pays, dont le centre est Santa Cruz, s’étend entre la limite de la prairie au Sud et la cote 300 au Nord, entre la vallée supérieure du Jacui à l’Ouest et la ligne de crête qui le sépare de la vallée du Taquari à l’Est. Le paysage rappelle davantage celui du Cai et du Rio dos Sinos que celui du Taquari voisin.

104Le pays de Santa Cruz a souffert de la difficulté des communications, étant à l’écart du Rio Jacui. Depuis 1905 une dérivation de la voie ferrée relie Santa Cruz à la ligne centrale du Rio Grande do Sul, avec deux trains par jour dans chaque sens. Il n’y a pas encore de grande route est-ouest assurant les débouchés vers Pôrto Alegre, mais seulement des routes axées nord-sud aboutissant aux stations du chemin de fer ou aux ports sur le Jacui qui n’est plus navigable en amont de Cachoeira.

105Mais la culture du tabac s’est développée à Santa Cruz d’où elle s’est étendue peu à peu vers la périphérie, vers des colonies plus récentes, comme Candelaria fondée en 1863, Sobradinho fondée en 1901 et dans une partie du municipe de Cachoeira (district de Agudo). C’est elle qui a transformé la silhouette des bâtiments des fermes isolées et des villages : à côté de chaque maison s’élève le hangar à tabac, séchoir à larges baies, dont l’aération est réglée par des lames de bois orientables. C’est elle qui occupe les meilleures terres et la majeure partie de la superficie cultivée. Aussi la valeur de la production agricole du pays de Santa Cruz atteint-elle 3,1 % de celle de l’Etat alors que son volume en représente seulement 1,8 %.

  • 52 Cf. Pimentel, O Rio Grande do Sul, Parque industrial de Santa Cruz, p. 473-480.

106De toutes les colonies Santa Cruz est celle où se pratique l’agriculture la plus scientifique (16,3 % de superficie cultivée annuellement) et où l’industrie s’est développée en fonction de l’agriculture : transformation et valorisation sur place du principal produit et fabrication de machines agricoles52. La valeur de cette production industrielle de Santa Cruz représente 3 % de celle de l’Etat.

  • 53 Pays de Santa Cruz — 1950.

107Avec 13.329 habitants Santa Cruz est une petite ville intermédiaire entre le type São Leopoldo-Novo Hamburgo et le marché purement agricole. Pour le reste la population est répartie comme dans les anciennes colonies (trois vilas par municipe) et le pays a une densité moyenne de 30,2 au kilomètre carré (38,4 à Santa Cruz). La population rurale, qui représente 84,4 % du total, a une densité de 25,5, inférieure certes à celles du Taquari et du Cai-Rio dos Sinos, mais cette zone est la seule des anciennes colonies qui ne souffre pas d’exode actuellement et qui possède dans son développement un équilibre aussi exemplaire53. Certaines colonies du Plateau, beaucoup plus récentes, peuvent d’ailleurs le lui envier.

c. Les pays du plateau

108Il n’existe pas sur le Plateau septentrional un bloc de colonies teuto-brésiliennes comparable à celui qui s’est constitué sur le rebord de la Serra entre Rolante et Sobradinho. Comme elles se sont établies dans les zones forestières, séparées par des intervalles atteignant 100 à 200 kilomètres, elles ont formé plusieurs pays répartis en trois grands groupes. (Voir fig. 14.)

1. Les pays du centre

109L’occupation du Plateau par les colonies allemandes, longtemps différée, s’est faite par un bond au-dessus de la zone de prairie qui recouvrait les croupes de la Coxilha Grande et nous avons vu ci-dessus dans quel ordre chronologique les colonies avaient été fondées à partir de 1889. Aujourd’hui encore nombre d’entre elles continuent à appartenir comme districts à des municipes plus anciens dont le chef-lieu se trouve en zone de prairie. Seule la colonie d’Ijui avait acquis son indépendance avant 1955, date à laquelle Não Me Toque, Panambi et Cerro Azul l’obtinrent enfin.

110Mais l’étude particulière de ces nouveaux municipes ne pourra se faire que quand des statistiques auront été publiées. C’est pourquoi nous commencerons notre exposé par les petits pays qui n’étaient pas autonomes en 1950 et le terminerons par Ijui, le seul municipe qui puisse être pris comme exemple de ces pays teuto-brésiliens isolés au milieu des prairies luso-brésiliennes du Plateau.

  • 54 I.B.G.E., Recenseamento Geral de 1950, Rio Grande do Sul, Censo demografico, p. 94-95 : Tapera 1281 (...)
  • 55 Voir ci-dessus chapitre Ier, note 172 et figure 7.

111Le pays du Haut Jacui forme un triangle délimité par les deux vallées du Jacui et du Jacui-Mirim et par la cote 500 (limite du mato). Il s’étend d’Emestina (Passo Fundo) à Alfredo Brenner-Ibiruba-15 de Novembro (Cruz Alta) et a pour axe la nouvelle route Espumoso-Carasinho, jalonnée par les villages de Tapera, Lagoa dos 7 cantos, Vila Seca et Nâo Me Toque, colonie fondée en 1900 par le « colonel » Alberto Schmitt. Ce pays groupe une population essentiellement rurale. Sur ses 51.383 habitants, il n’y en a que 5.280 (soit un dixième) dans les chefs-lieux de district dont le plus peuplé a seulement 1.281 habitants54. Ils sont donc agriculteurs, descendants d’anciens colons du rebord de la Serra pour la plupart et ils ont imprimé au paysage le même cachet typiquement teuto-brésilien : même structure agraire, mêmes villages allongés. Les seules différences sont que les villages se sont établis de préférence sur les lignes de crête et que leurs maisons sont encore en bois, telles qu’elles ont été construites au cours de la phase pionnière grâce à la multiplication des scieries55. C’est à cela seulement qu’on s’aperçoit que l’on a quitté les vieilles colonies et que l’on est sur le Plateau.

  • 56 Cf. Cinquentenario de Panambi, 1949, p. 1-16.
  • 57 Faulhaber-Stiftdng, Neu Wurttemberg. Eine Siedlung Deutscher in Rio Grande do Sul, 47 p. + 20 p. d (...)

112Le municipe de Cruz Alta, dont certains districts appartiennent au pays du Haut Jacui, comprenait aussi jusqu’en 1955 le district teuto-brésilien de Panambi situé de l’autre côté de la dorsale de la Coxilha Grande suivie par le chemin de fer et par la route qui unissent Santa Maria à Cruz Alta et Passo Fundo. C’est l’ancienne colonie de Neu Wurttemberg, fondée en 1902 presque en même temps que les colonies du Haut Jacui. Ce nouveau municipe a élu comme premier préfet le fils du premier directeur de la colonie, Faulhaber. Le zèle de ce directeur, l’organisation d’un réseau de chemins carrossables, l’homogénéité de la population toute protestante à l’origine, le niveau d’instruction et l’esprit d’initiative des habitants, tout cela en a fait l’un des a pays » les plus remarquables. On ne peut malheureusement pas donner encore de statistiques sur l’activité de Panambi qui est pourtant étonnante56. A côté de l’agriculture fort prospère et de la transformation des produits agricoles, on trouve des scieries, des fabriques, de meubles ou de divers articles en bois, de la métallurgie différenciée orientée surtout vers la satisfaction des besoins de la population agricole. Les plus importantes de ces entreprises industrielles ont été fondées par Knorr et Keppler dès 1925-1926, puis par Faulhaber Fils. Ils ont fait de solides études techniques en Allemagne et ils emploient une main-d’œuvre composée surtout d’immigrants ou de leurs descendants directs. Le développement récent de Panambi est lié au camion ; il y a une ligne régulière vers Rio de Janeiro, deux vers São Paulo et trois vers Porto Alegre. Auparavant le seul débouché était la gare de Santa-Barbara à 30 kilomètres. La population totale a augmenté de 7 % entre 1940 et 1950, passant de 9.318 à 9.977 habitants mais entre-temps la population dite urbaine est passée de 640 à 1.517, augmentant de 137 %. Cela correspond à une grande prospérité du bourg que révèle par exemple la coquetterie des maisons. On a organisé dès 1903 des coopératives et une caisse de crédit rural ; ses dépôts dépassaient 3.000 contos en 1950, contre 120 en 1932 ; elle verse un intérêt de 6 % aux déposants et demande seulement 7 % aux agriculteurs et 8 % aux artisans ou industriels pour des délais de 10 à 15 ans, conditions bien plus favorables que celles des banques. Le chef-lieu possède deux cliniques privées, deux médecins, deux sages-femmes et deux infirmières au service de la communauté évangélique. Non seulement la vie religieuse est active, mais aussi la vie intellectuelle : il y a une bibliothèque populaire remarquablement organisée. Tel est ce pays typiquement teuto-brésilien57.

  • 58 Guarani : Relatorio da Secretaria de Obras Publicas ; Festschriftzum 25 Jaehriger Bestehen der Bau (...)

113Parcourant le Plateau on pourrait visiter de même les anciens noyaux coloniaux installés sur le municipe de São Luiz Gonzaga : Guarani et Cerro Azul58. Alors que Guarani était une colonie de l’État, Cerro Azul fut fondée par l’Union Paysanne. C’étaient encore en 1950 des districts dont il était difficile d’évaluer la productivité à l’intérieur du municipe. Leur développement, freiné par les difficultés du transport, a été bien inférieur à celui de Panambi et surtout d’Ijui.

  • 59 Ijui. Album comemorativo do cincoentenario da fundação de Ijui (1940), in-4°. Voir ci-dessus chapi (...)
  • 60 Pays d’Ijui, 1950.
  • 61 Cf. ci-dessous chapitre IV, p. 226 et chapitre V, p. 268.

114L’ancienne colonie officielle d’Ijui est d’ailleurs le plus connu de ces îlots teuto-brésiliens59. Elle occupe entre les deux vallées des Rios Ijui et Ijuizinho un triangle dont la base est indiquée par la limite de la forêt, environ la cote 400. C’est une zone de collines molles aux pentes douces et de larges cuvettes aux lignes régulières. Les vallées n’ont pas scié le basalte dont la décomposition a donné un sol fertile à l’origine de la colonisation. On retrouve les cultures habituelles (maïs, haricot, manioc, canne à sucre, céréales secondaires) et les vergers à l’européenne. Certes l’activité reste essentiellement agricole. Le pourcentage de terre cultivée annuellement qui était de 14,9 en 1920 est de 25,l % en 1950, comparable à celui des anciennes colonies. Mais malgré l’augmentation de la surface cultivée la prospérité agricole a diminué. Par rapport à l’ensemble du Rio Grande do Sul, Ijui représente 2 % de la superficie cultivée, 2,9 % du volume de la production et 1,2 % seulement de sa valeur totale. L’intensité de l’exploitation a amené l’appauvrissement de l’agriculture, résultat paradoxal de la facilité relative de communications dont la colonie a joui : reliée à la ligne de chemin de fer de Cruz Alta en 1911, elle a possédé immédiatement un excellent réseau de routes et de chemins qui se prolongent au-delà de la zone de la prairie et en font le centre commercial des colonies de l’Uruguay. L’activité industrielle est relativement faible, puisqu’elle ne représente que 1,3 % de celle de l’Etat tout entier et à peine Je dixième de celle du pays du Cai-Rio dos Sinos60. Le chef-lieu est une petite ville de 8.950 habitants. Les autres districts n’ont que des villages : Dr Pestana 484 habitants, Ajuricaba 269 habitants, Dr Bozano 80 habitants. Les 4/5 de la population vivent à la campagne et la densité rurale est de 22,4 seulement. Ijui présente plusieurs ressemblances avec les anciennes colonies, en particulier l’épuisement des terres et l’exode de la population excédentaire61.

2. Le pays de l’Ouest

  • 62 Bernardes, A Colonização no Municipio de Santa Rosa, R.B.G., XII, p. 284-390.

115C’est la dernière zone pionnière du Rio Grande do Sul. Son occupation commencée à partir de 1915 s’est terminée durant la seconde guerre mondiale. Cette région, actuellement en plein essor économique, constitue un pays en majorité teuto-brésilien malgré le nombre d’ethnies représentées dans sa population62. Il a pour limite orientale le fleuve Uruguay et pour limite occidentale celle de la forêt. Il forme donc un vaste quadrilatère de près de 100 kilomètres de largeur sur 200 kilomètres de longueur entre Irai et São Luiz Gonzaga, isolé des autres colonies par les zones de prairie de São Borja, São Luiz, Santo Angelo et Palmeira, et où les formes topographiques ont été accentuées par les courtes vallées qui descendent parallèlement vers l’Uruguay.

116La route s’ouvre entre les vestiges de la forêt défrichée par les colons. Brûlis, cultures de maïs, petites maisons de bois, villages allongés, c’est le visage connu de la colonie, avec une touche de jeunesse. Les limites des parcelles apparaissent à peine, car les défrichements font encore figure de clairières au milieu de la masse sombre de la forêt tropicale ; les lots n’ont d’ailleurs plus partout la forme géométrique qu’ils avaient dans les autres pays, puisqu’ils ont parfois été dessinés en fonction des ressources en eau et des possibilités de communication. Deux éléments caractérisent donc le paysage : l’arbre, soit qu’il appartienne au mato soit qu’il dresse ses moignons noircis au milieu des cultures ; le chemin, saignée rougeâtre et grasse sur laquelle patinent parfois les camions qui alimentent le trafic, commercial.

  • 63 Les chefs-lieux de districts étaient : à Santa Rosa Alecrim, Campina, Horizontina, Porto Lucena, Sa (...)

117L’aspect du paysage et l’ampleur des distances expliquent le nombre de villages chefs-lieux de districts qui s’efforcent de mettre à la disposition de colons les services administratifs et judiciaires dont ils ont besoin : il y en a neuf à Santa Rosa et sept à Tres Passos en 1950. Cela ne donne pourtant qu’une bourgade pour 465 kilomètres carrés, tandis que dans les anciennes colonies nous en trouvons une pour 173 kilomètres carrés. Mais il y a constamment caryocinèse63. Nombre de ces chefs-lieux de districts] deviennent chefs-lieux de municipes, tandis qu’à maint carrefour naît un nouveau [chef-lieu de district dont la création et le développement sont prévus d’avance, autour d’un bâtiment administratif, d’une école et d’une église que l’on construit avant les maisons, à côté des deux ou trois magasins qui ont été l’embryon de l’agglomération.

  • 64 Pays de Santa Rosa.

118Si le Haut Uruguay est l’un des plus peuplés parmi les pays teuto-brésiliens (les deux municipes de Santa Rosa et de Tres Passos avaient à eux seuls 231.820 habitants en 1950), c’est sans doute celui où le pourcentage de la population rurale est le plus fort (93,2 % et en réalité 97 %, car il n’y a pas plus de 3 % de la population dans les bourgs de plus de 2.000 habitants). Aussi la densité rurale est-elle élevée et très proche de la densité moyenne (26 et 28 habitants au kilomètre carré)64.

119La prospérité agricole est remarquable, puisque sur 6,2 % de la superficie cultivée ces deux municipes récoltent 6,9 % de la production agricole de l’Etat représentant 6,6 % de sa valeur : les cultures riches dominent. Le pays du Haut Uruguay est maintenant par excellence celui du maïs, du haricot et du manioc ; cependant on y adjoint la culture du maté, qui poussait spontanément, du riz, du blé, des céréales secondaires et l’élevage laitier. A Santa Rosa 32,7 % de la superficie sont cultivés annuellement et dans l’ensemble du pays 27,2 %, soit un pourcentage plus élevé qu’à Ijui et sur un sol encore plus fertile.

  • 65 Au sujet des transports : cf. Relação dos empresas de transporte coletivo intermunicipal registrada (...)
  • 66 Um ponto no mapa. Reportage de Amadio et Keffel, Revista do Globo, 11 janvier 1947, p. 31-37 et 63 (...)

120C’est un « pays » en pleine expansion grâce aussi aux moyens de communication. Le chemin de fer dessert Santa Rosa depuis 1940 et le réseau routier moderne a permis le développement des échanges. Camions et autobus relient d’une part chaque district à Santa Rosa ou Tres Passos ; d’autre part Santa Rosa ou Tres Passos à Ijui et à Porto Alegre par Cruz Alta, Soledade, Venancio Aires et Montenegro65. Santa Rosa s’oriente de plus en plus vers l’industrialisation sur place des produits, agricoles (bois, graisse, riz, tabac, vin, conserves beurres et fromages expédiés directement à Porto Alegre, etc.). D’où l’élan de cette ville neuve où le béton remplace déjà le bois des premières constructions et où les quartiers résidentiels s’étendent aussi vite que s’élèvent les magasins et les fabriques. Du préfet du municipe au modeste cultivateur du district le plus éloigné, tous les habitants ont la volonté de défricher, de produire, de gagner de l’argent, de battre des records : municipe le plus peuplé, municipe premier producteur de maïs, municipe qui a fondu les plus grand nombre de nationalités (on en a recensé 27 ou 28). Bref c’est le pays qui présente le visage le plus moderne, le plus dynamique du Rio Grande do Sul rural et en même temps l’un des plus typiquement teuto-brésiliens66.

3. Le pays du Nord

121Les colons allemands sont présents aussi dans le pays qui s’est constitué au nord du Plateau sur le bord du Rio Pelotas. Ils étaient plus de 50.000 en 1950. Ils y sont moins nombreux que les Italiens, parce que ce n’est plus la zone du mato subtropical mais celle de la forêt de pins pour laquelle ils ont moins d’attirance. Non seulement la terre arable a la réputation d’y être de qualité inférieure à celle du mato, mais les-dénivellations y sont plus sensibles et les communications comme la culture y sont plus difficiles.

122C’est un pays que sa topographie et sa végétation ont fait pittoresque à elles seules mais que l’occupation par l’homme a rendu étonnant : En automobile on traverse dans la journée des districts italiens, avec des maisons en hauteur, entourées de vignes, des districts polonais aux pauvres maisons ramassées, des districts russes où les maisons du chef-lieu sont groupées autour d’une église à bulbe doré, des districts allemands reconnaissables le plus souvent à la forme de la maison, aux bâtiments qui l’entourent, aux porcheries. (L’un de ces, districts n’a-t-il pas été baptisé « la vallée des porcs » ?).

123Contrairement à l’intention de l’administration brésilienne, les colons de même ethnie se sont regroupés et ont reconstitué autant de petits « pays » différents. (Voir fig. 15.) Alors que dans les districts italiens par exemple les maisons sont juchées sur les crêtes ou installées à mi-pente sur un replat et que les hameaux foisonnent, dans les districts allemands l’habitat reste très dispersé. Seuls quelques centres administratifs forment des embryons d’agglomérations. Les magasins et les salles de danse, les églises et les écoles s’éparpillent au milieu des colonies. Les maisons et les bâtiments élevés sur chaque lot se trouvent en bordure du chemin, dans la vallée, à proximité du ruisseau qui traverse un enclos où paissent quelques vaches et des animaux de trait au repos. Plus que dans les anciennes colonies on a eu tendance à séparer la cuisine du reste de la maison, généralement en bois. (Voir photo 13, pl. IV.) Dès que cela est possible la cabane de la phase pionnière devient resserre et elle est remplacée par une maison beaucoup plus vaste, avec une grande salle commune où brille de tout son clinquant un arbre de Noël, un vrai puisque c’est un pin coupé sur la pente voisine. Ainsi même dans cette zone, où ils ne représentent pourtant que le quart de la population, les teuto-brésiliens ont-ils constitué un « pays » et collaboré activement au développement de la région.

  • 1

124Celui-ci a été aussi important que rapide. La première colonie a été ouverte en 1909 et il y avait en 1950 171.000 habitants sur les 5.792 kilomètres carrés correspondant à l’ancien municipe d’Erechim qui est resté le chef-lieu de la région. La densité de la population est encore supérieure à celle de Santa Rosa (30,2 au kilomètre carré) bien. que celle de la population rurale soit légèrement inférieure (24,4 au kilomètre carré), comme son pourcentage par rapport à la population totale (82,4 %). L’activité industrielle s’y développe en effet (4 % de la production du Rio Grande do Sul, ce qui est notable). Mais c’est encore un pays essentiellement rural : la superficie cultivée (33 % de celle des municipes) qui est les 6,5 % de la superficie de l’état fournit 6,5 % de la production totale en volume et 7,2 % en valeur : la richesse de l’agriculture fait celle du pays67.

  • 68 Relatorio da Secretaria das Obras Publiais, 1908-1925.

125Cet essor a été favorisé par deux facteurs décisifs : d’une part le territoire d’Erechim était traversé par la voie ferrée dès la formation de la colonie et chacune des stations est devenue un chef-lieu de municipe ou de district ; d’autre part la Direction de la colonisation a doté chaque noyau d’un réseau de bons chemins charretiers. Pour la première fois le plan a préexisté à l’occupation du sol et l’installation du chef-lieu était prévue plusieurs années à l’avance, comme l’établissement des routes et des chemins vers les futurs noyaux de peuplement disséminés dans la forêt68. La réussite de la colonisation à Erechim est assurément l’un des grands mérites que l’on doit inscrire à l’actif de l’administration riograndense lorsqu’on dresse le bilan de son rôle en la matière.

126Grâce à elle le Rio Grande do Sul a été doté de deux grands groupes de colonies dont les principales caractéristiques sont voisines, ainsi que le montre le tableau suivant :

127Les deux zones de colonies du rebord et du revers du Plateau ont sensiblement la même superficie cultivéé annuellement ; les anciennes colonies sont cependant plus peuplées et leur production est plus élevée, surtout la production industrielle, tandis que les nouvelles colonies sont plus rurales et plus purement agricoles. Mais ces différences de détail ne sauraient dissimuler l’unité profonde des « pays » teuto-brésiliens nés de la colonisation.

  • 69 Sur l’orientation essentiellement rurale de la colonisation officielle : R.A.P., no 8, p. 75-81 et (...)

128Par contre c’est malgré l’administration que dans la seconde moitié du xixe siècle les Allemands avaient constitué des colonies urbaines69.

B. Les « colonies » des grandes villes

129Dans les grandes villes, qui sont toujours les trois ports de Rio Grande, Pelotas et Porto Alegre, le sceau allemand est beaucoup moins net. Et pourtant c’est là que l’on trouvait des groupes denses d’étrangers, vivant comme isolés des autres habitants par leur langue et leurs coutumes, constituant aussi de véritables « Colonies ».

a. Pelotas et Rio Grande

  • 70 Pimentel, Aspectos gerais de Pelotas, 165 p. ; Verband, Hundert Jahre Deutschtum, p. 259.

130C’est encore Pelotas qui abrite le moins de descendants d’Allemands : la « Princesse du Sud » est en effet la ville de « la noblesse du suif », le centre de la transformation des produits de l’élevage, cuirs verts et viande sèche. C’est à cette activité qu’elle doit sa splendeur du siècle passé et les Allemands ne s’y sont jamais taillé une large place70.

  • 71 Pimentel, Aspectos gerais de Rio Grande, 547 p. ; Verband, Hundert Jahre Deutschtum, p. 257.

131Ils ont joué un rôle plus important à Rio Grande en contrôlant depuis une centaine d’années le grand commerce d’importation. C’est à Rio Grande, porte océane de l’État, que faisaient escale les bateaux européens qui ne pouvaient pas ou ne voulaient pas remonter jusqu’à Porto Alegre ; certaines maisons de commerce de la capitale avaient une agence à Rio Grande, parfois même c’était l’inverse. C’est également à Rio Grande qu’ont été fondées les premières fabriques allemandes, celle des textiles Rbeingantz et celle des cigares Poock71. Les Allemands s’y sont cependant cantonnés dans le commerce et ne se sont jamais comptés que par centaines ; encore la plupart d’entre eux regardaient-ils vers l’Allemagne plutôt que vers l’intérieur de l’Etat à la vie duquel ils ne s’étaient guère intégrés.

  • 72 Corona, Formas arquitetônicas no Rio Grande do Sul (in Schidrowitz, Rio Grande do Sul), p. 174-176

132Si l’on excepte donc quelques raisons sociales et quelques marques de fabrique leur présence n’est guère sensible et ces villes ont conservé jusqu’à nos jours leur aspect typiquement luso-brésilien : trottoirs en mosaïques blanches et noires, maisons « une porte une fenêtre »72, façades recouvertes d’azulejos ou crépies de verts et de roses portugais.

b. Porto Alegre

133C’est Porto Alegre qui a attiré les Teuto-Brésiliens tentés par la grande ville. Leur nombre, 50.000 environ, y dépasse celui de tous les immigrants entrés dans le Rio Grande do Sul entre 1824 et 1914.

  • 73 Daudt, Brasileiros, p. 100-102.

134Rendent-ils compte d’une manifestation mondaine ou charitable, d’une collation de grade universitaire, d’une cérémonie officielle, les journaux remplissent leurs colonnes de noms d’origine germanique. A Noël toutes les vitrines illuminées contiennent des arbres de Noël ou au moins des silhouettes de sapins, de la neige à profusion et des couronnes vertes avec de gros nœuds de rubans rouges. A Pâques ce sont des lapins en chocolat ou en sucrerie dont les enfants doivent rechercher « le nid et les œufs ». Les Porto Alegrenses de toute origine ont emprunté ces coutumes aux Allemands qui ont laissé bien d’autres marques de leur influence dans la ville73.

  • 74 Ave Lallemant, Reise, 1859, p. 119 ; Gestaecker, 18 Monaten, 1863, p. 79-80 ; Funke, AUS Deutsch-B (...)
  • 75 Cf. Willems, Assimilação, p. 110 ; Daudt, Brasileiros de cabelos loiros e olhos azuis, 1952.
  • 76 C’est en effet seulement parmi les Riograndenses d’origine allemande et particulièrement dans les (...)
  • 77 Cf. Schidrowitz, Biografia de uma cidade. Ce livre contient d’excellentes photographies de Pôrto A (...)

135Les plus anciens et les plus importants furent des commerçants importateurs ou exportateurs en gros qui occupaient les premiers rangs depuis 1880. Bientôt s’accrut le nombre des petits commerçants, des artisans, puis celui des techniciens à partir de la fin du xixe siècle. Les « Allemands » constituèrent comme une colonie avec ses églises, ses clubs, sa presse, sa mentalité et sa manière de vivre74. Ils s’installèrent souvent dans des zones bien délimitées. Puis en une cinquantaine d’années toute la partie occidentale de la ville s’est couverte d’ateliers et d’usines dont les propriétaires, les cadres et la plupart des ouvriers sont de ces Brésiliens aux cheveux blonds et aux yeux bleus75. On peut avoir l’impression de se trouver dans quelque quartier moderne d’une ville allemande en voyant sortir les ouvriers ou les employés qui attendent le tramway ou enfourchent leurs bicyclettes76. Ils s’en vont surtout vers le Nord et l’Ouest de la ville, vers les quartiers stalactites de la périphérie de Porto Alegre où ils constituent la majorité des habitants de maisons modestes ou de chalets pimpants au milieu d’un jardinet. Les ingénieurs et les directeurs se dirigent dans leurs voitures — allemandes le plus souvent — vers des quartiers résidentiels aristocratiques comme Moinhos de Vento ou vers Asunção, Conceição, Ipanema, plages ombragées où les villas s’élèvent au milieu des pelouses et des parterres fleuris77.

  • 78 Idem, ibidem, photo p. 25.
  • 79 Corona, Casas da cidade, Anais III Cong. H.G.R.G.S., p. 1167-1168.

136Contrairement à ce qu’on aurait pu penser, les Allemands ou leurs descendants n’ont guère transformé ni modelé à leur manière la physionomie des quartiers où ils habitent. Cela n’a rien d’étonnant en ce qui concerne les anciens immigrants et les prolétaires qui forment depuis quelques décennies le gros du contingent teuto-brésilien de la capitale. Mais les commerçants et les industriels ne font plus construire de maisons ou de villas de style allemand, même quand ce sont des architectes d’origine allemande qui les dessinent, ce qui est le cas le plus fréquent78. Ce sont certes les riches Teuto-Brésiliens qui semblent avoir « colonisé » certaines rues du quartier Independencia au début du siècle ou du quartier Moinhos de Vento depuis la fin de la première guerre mondiale et l’on reconnaît encore aujourd’hui les maisons construites à cette époque par les architectes Ahrons ou Wriedt à leur aspect « exotique »79 : maisons pansues, façades surchargées de balcons, de balustrades, de tourelles, de masses en surplomb, de décoration plaquée sur l’architecture (bas-relief, statues, vasques, pinacles ouvragés), toits en coupoles, clochetons bulbeux gainés de cuivre verdi. (Voir photo 16, pl. V.) Mais ces maisons « datent » déjà beaucoup ; certaines ont disparu, remplacées par de nouveaux immeubles ; celles qui subsistent ne constituent plus que des îlots battus par le flot des villas du style le plus moderne.

  • 80 Idem, ibidem, p. 1169-1173. Non seulement R. Ahrons a été le principal architecte dont l’influence (...)

137Par un second paradoxe ce n’est pas tellement dans les quartiers résidentiels des riches Teuto-Brésiliens que Porto Alegre a subi l’influence des architectes allemands, c’est dans sa zone la plus centrale et dans ses bâtiments les plus officiels. Des banques, des magasins ou des immeubles de bureaux ont été dessinés, construits et décorés par des architectes, des entrepreneurs et des sculpteurs allemands qui sont responsables de cette débauche de façades rococo, de courbes toujours lourdes, de décoration de pièces montées, de coupoles et de toits métalliques en forme de casque à pointe surmontant des immeubles déformés par l’exagération des pieds-droits — dont la hauteur était la concession accordée au climat local) Mais ce sont surtout les immeubles officiels, construits durant les premiers lustres de la République, qui ont marqué « l’ère Ahrons »80. (Voir photo 17, pl. V). L’avenue qui mène du port à la place centrale est bordée de bâtiments où s’abritent les administrations du port, des douanes, des finances, des travaux publics, la délégation du fisc fédéral, les postes, la Préfecture. Ils constituent le premier ensemble d’urbanisme porto alegrense, mais leur composition architecturale est de caractère allemand « IIe Reich ». Dans le quartier universitaire la Faculté de Médecine, la Faculté de Droit et l’ancien collège Julio de Castilhos ont encore d les mêmes caractéristiques « Jugen Stil ». La Faculté de Droit, copie en réduction du Palais du Kaiser à Strasbourg, est considérée comme le chef-d’œuvre de l’architecture Ahrons, mais toutes les moulures bien lourdes, tous les pilastres bien encombrants ne sont nullement fonctionnels.

  • 81 Correa, Evolução, p. 2575-2576.

138Dans les nouveaux immeubles la décoration disparaît, ce sont les lignes verticales à l’américaine et les baies à la Le Corbusier qui dominent. Les traits originaux que les Allemands avaient imprimés à Porto Alegre sont maintenant moins nets qu’il y a cinquante ans ou même vingt seulement81. Ils se fondent dans la transformation de la ville de même que les Teuto-Brésiliens, pourtant plus nombreux que jamais, paraissent plus dilués par l’accroissement de la population. Les modes y exercent une influence plus rapide et plus efficace que dans les zones rurales dont les habitants n’ont guère eu de contacts avec des Brésiliens d’autre origine.

3. LE SCEAU GERMANIQUE

139L’originalité des établissements allemands nous apparaîtra encore mieux si nous les comparons aux anciennes colonies italiennes qui constituent une autre zone nettement caractérisée et à la zone de la Campanha qui correspond au Rio Grande do Sul lusitanien.

A. L’originalité par rapport aux autres groupes ruraux

a. Les colonies italiennes

  • 82 Album comemorativo do 75° aniversario da colonização italiana : Rambo, A zona de colonização itali (...)

140Les anciennes colonies italiennes, peuplées à partir de 1874 seulement, ont été établies sur la partie supérieure du rebord de la Serra au-dessus des anciennes colonies allemandes82. Leur relief est plus accidenté, leur climat plus frais et plus humide, leur sol exposé à une érosion plus intense. La production agricole et les échanges y étaient donc soumis à des conditions plus sévères encore que dans les pays teuto-brésiliens.

141Elles se sont ouvertes avec le même régime de petite propriété et les mêmes techniques de défrichement, mais leurs produits les plus importants ont été le blé et le vin. Dans les colonies italiennes les pentes sont tachetées de bleu par le sulfate de cuivre ou de jaune par les blés. Les agglomérations sont beaucoup plus nombreuses et les habitations, généralement construites en bois, en planches de pin dressées verticalement sur des fondations de basalte entre lesquelles se trouve le chai, sont des maisons en hauteur. L’analyse la plus superficielle du paysage révèle donc la présence et l’action d’une population différente de celle des anciennes colonies allemandes. Là où il y a seulement des églises catholiques, où les chemins sont jalonnés de minuscules chapelles votives, où les hommes portent une chemise noire et un feutre noir, ce sont des Italiens qui peuplent la région.

  • 83 Colonies italiennes.

142Une étude statistique rapide permettra de préciser les différences qui existent entre les deux colonisations83 :

143Bien qu’à l’exception de Caxias tous les municipes nés des anciennes colonies italiennes soient purement agricoles, la moyenne de la population rurale est de 67 %, soit les deux tiers en chiffres ronds de leur population totale. Dans les colonies allemandes c’est 77 %, plus des trois quarts. Les chefs-lieux de districts et les hameaux groupent plus d’habitants que dans les colonies allemandes où les agriculteurs vivent disséminés. Chaque bourgade est centrée autour de l’église catholique (avec son clocher séparé), des magasins et des cafés. Cependant la densité au kilomètre carré est plus faible que dans les colonies allemandes : la densité moyenne est de 32,7 au lieu de 39,3 ; celle de la population purement rurale est de 21,9 au lieu de 30,7. (Voir fig. 18.) En revanche la superficie locale cultivée annuellement est proportionnellement plus importante : 27,9 % contre 21,6 % en 1920 et 31,8 % contre 26,3 % en 1950.

  • 84 Album comemorativo do 75° aniversario da colonização italiana : Mem de Sa, Aspectos economicos da (...)
  • 85 Ibidem, Mem de Sa, Aspectos, p. 96-104.

144Alors que la superficie totale des anciennes colonies italiennes dépasse la moitié de celle des” anciennes colonies allemandes, leur population ne l’atteint qu’à peine. Alors que la superficie cultivée est presque la même, la production agricole italienne n’est que le tiers en volume et la moitié en valeur : malgré la supériorité commerciale du vin et du blé84 sur le maïs ou sur les autres produits des colonies allemandes, celles-ci sont plus riches que les colonies italiennes. Quant à l’industrie, elle y est moins développée et elle ne représente encore guère plus de la moitié de celle que l’on trouve dans les anciennes colonies allemandes85.

b. La Campanha

  • 86 Campanha.

145La valeur de leur apport à l’économie riograndense apparaît encore plus nettement si nous comparons leur structure et leur production à celles de la Campanha86.

146Quelle différence entre la monotonie de la prairie et la variété des champs cultivés, entre le cheminement par les crêtes et celui par les vallées, entre la grande et la petite propriété, entre l’isolement de la Fazenda dans la plaine et le fourmillement des maisons le long de la picada, entre l’absence d’agglomérations et la croissance des Stadtplätze.

147Dans la zone d’élevage la population d’origine luso-brésilienne est clairsemée (6,3 au kilomètre carré). La population rurale qui représente à peine la moitié de la population totale n’a qu’une densité de 3,5 au kilomètre carré, soit neuf fois moins que dans les colonies. A elle seule la Campanha possède 49 % du cheptel bovin et ovin du Rio Grande do Sul, mais elle ne consacre que 2,4 % de sa superficie à la culture. Les genres de vie ne sauraient être plus différents. C’est ce qu’indiquent sèchement mais éloquemment les nombres figurant sur le tableau suivant, grâce auxquels on peut comparer les pourcentages signalétiques des colonies et de la Campanha :

  • 87 Dep. Est. de Estatistica, Sintese economica dos municipios, Pôrto Alegre, 1952, 4 p.

148Sur le tiers de la superficie de l’Etat la Campanha ne compte plus que le septième de sa population (13,9 % contre 30 % en 1890 et 43 % en 1872). Les anciennes colonies allemandes, à elles seules, groupent plus de ruraux sur six fois moins d’espace et y cultivent une fois et demie plus d’hectares. Quant à la supériorité de l’ensemble des pays allemands, elle est écrasante. En chiffres ronds sur une superficie trois fois moindre vit une population presque deux fois plus nombreuse, produisant cinq fois plus de récoltes et trois fois plus d’articles manufacturés. A elle seule la valeur de cette production dépasse, et de loin, celle du revenu du cheptel de la Campanha toute entière87.

149Jusqu’à la fin du xixe siècle démographiquement, économiquement, socialement, le Rio Grande do Sul était simplement la Pampa ; il comprend aujourd’hui d’autres régions, en particulier les colonies, où les immigrants et leurs descendants ont imprimé leur marque. (Voir fig. 16, 17, 18.)

B. Les caractères distinctifs

150Les colons allemands ont transformé le paysage en lui imposant leur griffe : les signes révélateurs de leur origine sont la maison, l’habitat rural et la bourgade.

a. La maison

  • 88 Ave Lallemant, Reise, p. 128-129 ; Gerstacker, 18 Monaten, p. 116 ; Tschudi, Reisen, p. 30 ; Canst (...)
  • 89 Porzelt, Der Deutsche Bauer, p. 48-54 ; Waibel, Principios, p. 183,186,194 ; Moraes, Aspectos da c (...)

151En règle générale la maison rurale est fragile mais ses caractéristiques principales se transmettent fidèlement d’une reconstruction à l’autre et les formes qui se succèdent s’expliquent par les traditions autant que par les conditions naturelles. Il n’est donc pas étonnant que des agriculteurs allemands aient construit une habitation différente de celle de l’éleveur luso-brésilien. La maison du colon a été décrite par presque tous les voyageurs allemands qui ont parcouru le Rio Grande do Sul, mais ces descriptions ont été plus pittoresques que précises, plus attendries que méthodiques88. D’autres auteurs, géographes ou sociologues, ont souligné les rapports existant entre les conditions naturelles ou le standing du colon et son habitation89, mais la description du type moyen de la maison teuto-brésilienne à laquelle ils aboutissent ne rend compte ni de la particularité de certains caractères ni de la juxtaposition de types différents. Si la maison peut nous renseigner sur la vie des hommes qui l’ont habitée ou qui l’habitent encore, c’est en nous montrant le résultat de la transplantation des émigrants : arrachés à leurs paysages et à leurs techniques, ils ont dû s’adapter à un nouveau milieu et leurs expériences ont souvent effacé leurs souvenirs. Il n’y a pas eu, il n’y a pas qu’une maison teuto-riograndense et l’adoption comme l’abandon de certains types s’expliquent seulement par une étude chronologique.

  • 90 Petry, São Leopoldo, p. 21 ; Truda, Colonização, p. 72 ; Canstatt, Brasilien, p. 420 ; Moraes, A H (...)
  • 91 Prunes, Introdução, p. 113.

1521. La première phase fut celle de la cabane. Les immigrants étaient pour la plupart incapables de construire un autre abri qu’une hutte, en appuyant un toit de branchages sur une poutre soutenue par deux fourches fichées en terre ; ils étaient mal protégés de la pluie et plus mal encore du vent et du froid. Initiés par des moniteurs à São Leopoldo, ailleurs par les caboclos voisins ils ont appris à construire une cabane plus solide : le « rancho de pau a pique »90. Utilisant le bois coupé pour le premier défrichement, ils dressaient sur quatre poteaux une charpente amarrée avec des lianes ou ajustée et chevillée grossièrement. Le toit était fait de branches et de feuillages ou d’herbes, les parois fermées soit avec des branchages soit le plus souvent avec un lacis de baguettes servant de support à de la terre pétrie. C’est la cabane à murs de pisé et à toit de chaume d’une vingtaine de mètres carrés au maximum, que l’on retrouve dans mainte zone de l’Amérique du Sud91. La première chapelle de São Leopoldo fut construite ainsi. Ces cabanes y étaient encore visibles en 1877, transformées en dépôts ou en granges, puis elles ont complètement disparu. Elles ont constitué l’habitation des côlons lors de leur installation dans les autres colonies, comme elles constituent encore celle des peões et de beaucoup de Luso-Brésiliens pauvres. Elles représentaient certes une adaptation aux conditions du milieu (absence de pierres ou de briques, abondance de bois et de terre, matériaux gratuits trouvés sur le lot colonial lui-même) mais une véritable régression par rapport aux habitations des régions d’origine des colons. Heureusement cette première phase a été relativement brève.

  • 92 Vidal de La Blache, Principes de Géographie humaine, p. 160 ; Deffontaines, L'Homme et la forêt, p (...)
  • 93 Willems, A Aculturação, p. 233 ; Moraes, A habitação, 29 janvier 1955. Son argumentation est cepen (...)

1532. La deuxième phase est celle du colombage. Ayant rapidement atteint un certain •degré de prospérité, les immigrants ont pu construire une maison plus vaste, plus solide, plus plaisante, la maison en Fachwerk (en portugais : enxamel), c’est-à-dire à colombage généralement apparent, à mur de pisé, puis de pierre ou de brique, à toiture de bois, de tuile ou de zinc. Cette variété des types de maison en colombage montre bien sa faveur dans les anciennes colonies teuto-brésiliennes. Pour les uns ce système de construction aurait été importé d’Allemagne et appliqué par les immigrants dès qu’ils en ont eu les moyens92. Pour d’autres il ne serait que l’adaptation des procédés de construction du rancho à l’emploi de nouveaux matériaux (poutres de bois et briques) car cette maison surprendrait dans un paysage allemand93. Elle représente une synthèse des éléments importés par les immigrants et des éléments empruntés au nouveau milieu. Ce système de construction a d’ailleurs donné naissance à deux types principaux suivant que la toiture est symétrique ou non.

α. La maison à colombage à toiture symétrique

154C’est le type le plus ancien. On le retrouve à São Leopoldo avec des murs de pisé et dans toutes les colonies du rebord de la Serra avec des murs de brique. Nous prendrons notre exemple dans la colonie de Nova Petropolis, parce que nous y trouvons dans la même propriété trois bâtiments construits avant 1870 et. encore occupés. Le premier bâtiment, le plus petit, est aussi le plus ancien. Il ne comprend qu’une seule salle de 3 X 4 mètres, le sol est en terre battue ; avec une porte et deux fenêtres sans carreaux fermée par un volet de bois. Il montre parfaitement la structure du Fachwerk, car les murs ne sont pas crépis. Il est constitué par une ossature de douze poutres chevillées entre elles : quatre poteaux corniers et huit poutres sablières, réunies par des poteaux d’huisserie ou par des décharges. Les briques qui remplissent les intervalles sont apparentes. Au-dessus de ce parallélipipède est posé le toit à double pente, constitué de plaques de bois de 12 X 25 X 1 centimètres reposant sur des lattes espacées de 20 centimètres sur les chevrons. Le triangle formé par le dièdre du toit et la sablière est clos avec des planches. Il n’y a pas de plafond. Le bâtiment sert maintenant de grange.

  • 94 Waibel, Principios, photographie 18, p. 189.

155La deuxième maison est construite de la même façon, mais les murs ont été crépis et blanchis à la chaux ; la toiture a été récemment refaite en tuiles. Elle est plus vaste que la première construction, elle mesure 6,50 X 4 mètres. Elle est divisée en deux salles planchéiées ; l’une sert de salle à manger avec tables et bancs, l’autre est une cuisine à laquelle on accède directement de l’extérieur par une porte latérale avec auvent. La cuisine contient une petite table et un foyer du type primitif : une plaque de tôle avec des trous reposant sur un soubassement de briques. (Voir fig. 20.) Le troisième bâtiment mesure 8,80 X 9,30 mètres et a été construit en 1870. (Voir photo 10, pl. IV.) La partie triangulaire au sommet des parois latérales est en bois, comme la toiture, les murs sont en briques, crépis et badigeonnés à la chaux. Les montants de bois sont également blanchis et ne ressortent pas sur la façade. Les portes et les fenêtres sont peintes en marron. La maison, établie sur une pente, repose sur une muraille en pierres sèches qui assure la circulation de l’air sous le plancher, mais on ne se sert pas de ce sous-sol. Elle comprend une grande salle commune de 5,75 x 2,90 mètres commandant quatre chambres, dans l’une desquelles se trouve l’escalier conduisant au grenier. (Voir fig. 20.) Les divisions intérieures sont en planches blanchies à la chaux. Les fenêtres à guillotine à six vitres, avec un volet extérieur, s’ouvrent les unes en face des autres, ce qui est caractéristique. Non seulement il n’y a pas de décoration intérieure, mais les rares meubles sont pauvres et les vêtements accrochés à des clous sur les cloisons ; aucune installation pour l’écoulement de l’eau, ni de W.C. Ces trois bâtiments sont occupés par une famille de colons pauvres qui exploitent le lot. (Voir photo 7, pl. III.) On peut rapprocher cet exemple de celui que Waibel donne comme caractéristique de la « stagnation » des colons94. C’est d’ailleurs un type de maison que l’on retrouve dans nombre d’établissements du xixe siècle, avec la seule variante des dimensions et du souci de la décoration.

Fig. 20. — Plan des maisons à colombage nos 2 et 3 à Nova Petropolis

β. La maison à colombage à toiture dissymétrique

  • 95 C’est l’une des plus anciennes maisons de ce village, fondé en 1872.
  • 96 Elle assure la surface couverte maxima avec le minimum de murs.

156Nous en trouvons un premier exemple dans la vallée du Taquari, à Roca Sales95. A une maison du type précédent a été accolé un appentis, qui permet d’accroître sensiblement la surface couverte, en économisant la muraille au maximum. Ce type se marque par un profil transversal et par un plan. Le profil transversal comprend deux parties dont l’une est la maison couverte par une toiture à deux versants égaux et l’autre, s’appuyant sur la sablière principale, descend en pente douce. Il y a donc en définitive un toit dissymétrique en double dièdre. Le plan est lui-même modifié par rapport à celui du type précédent. Alors que la façade n’a que 7 mètres, les murs latéraux s’étendent sur 12 mètres. L’exemple étudié est celui d’une maison modeste bien que vaste ; la division interne est des plus simples ; une porte en façade donne accès dans une salle ; deux portes intérieures donnent l’une dans une chambre à deux fenêtres, l’autre dans la cuisine à trois fenêtres. Là encore il y a correspondance rigoureuse des ouvertures sur toutes les façades. La cuisine qui occupe la partie construite en appentis a une porte donnant sur l’extérieur. Les fenêtres à guillotine n’ont pas de contrevents ; les boiseries extérieures sont peintes ; la toiture est faite de tuiles plates qui ont remplacé les plaques de bois. C’est ce type de maison rurale, datant de la seconde moitié du xixe siècle et même du début du xxe siècle, que l’on trouve encore le plus souvent dans les colonies teuto-brésiliennes, à cause des avantages qu’elle offre par rapport au type symétrique96.

γ. Les seules variantes que l’on puisse noter sont :

  • le soubassement plus ou moins épais qui isole le bâtiment de l’humidité, des animaux ou des insectes. (Mais il n’y a jamais de sous-sol ni de cave) ;
  • la toiture en tuile mécanique ou en tôle galvanisée ;
  • l’adjonction de galeries ;
  • l’allongement de la façade ;
  • la séparation de la cuisine, rattachée par un auvent au bâtiment principal. Cette séparation ne nous semble pas caractéristique de la maison du colon teuto-brésilien contrairement à ce que prétendent divers auteurs97.

1573. La troisième phase a été caractérisée par l’apparition de la maison appareillée en briques, à partir de 1870.

α. La maison appareillée à toit dissymétrique

  • 98 Les briques et les tuiles auraient fait leur apparition à São Leopoldo en 1844 (Moraes, A habitaçã (...)

158La forme de maison à toit dissymétrique a été adoptée dans différentes régions pour des maisons entièrement appareillées en pierre ou en briques98. On retrouve ce type par exemple à São João do Deserto (Lomba Grande) dans la maison Becker, qui réunit sous un même toit une maison et la boutique-salle de bal (10 X 10 mètres) et à l’autre extrémité du Rio Grande do Sul, à São Lourenço, dans la maison Jepsen dont l’ancien bâtiment en Fachwerk a été transformé en dépôt et la nouvelle demeure est construite entièrement en briques.

  • 99 Moraes, A habitação, 29 janvier 1955 ; Vidraças de sobrados antigos no Rio G. do Sul, Anais III Co (...)

159La maison Dienstmann, située près du village de Dois Irmãos, est une maison vaste et parfaitement entretenue, appartenant à des colons jouissant d’une aisance moyenne. La maison principale mesure 10 X 12 mètres et 3,60 mètres sous plafond. Elle n’a point de fondations, elle est construite en briques sur un soubassement en pierres appareillées irrégulièrement ; les murs (de 30 centimètres) sont crépis. La charpente est en bois et la couverture en tuiles plates. Tuiles et briques ont été fabriquées à Dois Irmãos, le bois provient de la propriété elle-même. Les fenêtres et la porte ont une imposte vitrée de forme compliquée à l’instar des anciennes maisons urbaines luso-brésiliennes99. Il y a des contrevents sur la façade. La porte d’entrée est décorée de motifs sculptés, on y accède par un perron de quatre marches donnant dans le jardin sur la façade ouest. La toiture dissymétrique forme le double dièdre. (Voir photo 11, pl. IV.) Le plan n’est pas moins caractéristique. (Voir fig. 21.) La porte principale donne dans la salle commune qui commande les chambres directement ou indirectement par un couloir où se trouve l’escalier menant à l’étage. Le couloir conduit à la salle à manger flanquée d’une petite dépense et de la cuisine. Dépense, salle à manger et cuisine sont logées dans l’appentis qui n’a que 2,50 mètres de hauteur sous plafond. La cuisine comporte une cheminée dont le conduit placé à l’extérieur sert au tirage d’une cuisinière sur pieds. Toutes les pièces ont un parquet ; les cloisons sont en bois sauf une en briques entre la cuisine et les chambres ; les plafonds en bois sont munis de couvre-joints et soigneusement peints. L’escalier intérieur est en bois. A côté de la dépense se trouve une citerne en briques, qui recueille les eaux du dièdre postérieur. Un évier sert à l’évacuation des eaux du côté opposé. Il y a également un puits dans le jardin. Les W.C. (une cabane en bois sur fosse simplement creusée dans le sol) se trouvent au bout d’une allée. En 1921 l’actuel propriétaire à pavé en briques la cour et la véranda placée à l’arrière de la maison principale pour la relier à un bâtiment en bois construit la même année et abritant une seconde cuisine et un dépôt. Sous la véranda se trouvent des bacs pour nettoyer les bidons à lait. Dans la cour il y a encore une pergola où grimpe une treille et un four à pain, construit en briques et couvert de tuiles. C’est donc la maison caractéristique du colon dans cette troisième phase : plan en longueur, ouvertures symétriques, profil dissymétrique, four extérieur. Mais le fait que la seconde cuisine ait été construite si tardivement montre bien que ce n’est pas une caractéristique essentielle de la maison teuto-brésilienne. L’argument de la protection contre l’incendie ne tient pas davantage, puisqu’elle est construite en bois. C’est plutôt, nous semble-t-il, question de commodité pour certains travaux domestiques.

Fig. 21. — Plan de la maison Dienstmann à Dois Irmãos

β. La maison appareillée à toit symétrique

160La maison Soine que nous prendrons comme exemple est située elle aussi à Dois Irmâos. Elle a été construite en 1916. Son plan est encore plus allongé (8 X 14,5 mètres). (Voir fig. 22.) On entre dans la grande salle par une porte sur perron, trois chambres donnent sur la grande salle et un escalier conduit à l’étage. Salle à manger et cuisine occupent un second bâtiment, accollé au premier, de même forme, de toiture plus basse. La façade principale n’est pas sur le grand côté, mais sur le petit ; le faîte de la charpente, toujours parallèle aux longs murs, est perpendiculaire à la façade ; celle-ci est ornée de fronton, balustrade, lanterne et différents motifs décoratifs associant moulures et couleurs : mur crépi en vert, embrasures peintes en blanc. (Voir photo 12, pl. IV.) Une bonne partie des maisons construites entre 1915 et 1935-1940 l’ont été sur ce type que l’on pourrait appeler type « bénéfice de guerre », copié sur Novo Hamburgo. (Voir photo 15, pl. V.) C’est celui qui s’inspire le plus nettement des constructions allemandes.

Fig. 22. — Plan de la maison Soine à Dois Irmãos

161Dans les nouvelles colonies l’évolution de la maison a été différente, parce qu’elle s’est faite à une période où les ressources techniques ainsi que l’aisance des colons étaient plus grandes. Seuls les immigrants se trouvaient dans la nécessité de passer par la phase de la cabane.

1624. La maison de bois. Alors que les colons ont quitté le rebord de la Serra, en plein règne du Fachwerk ou de la brique appareillée, ils ont rarement construit, des maisons de ce type sur le Plateau (sauf à Panambi). Des anciennes colonies ils n’ont guère retenu que la forme en double dièdre avec appentis et ils construisent leur maison en bois.

  • 100 Alors que les Teuto-Riograndenses ont commencé à mettre des vitres à partir de 1840 (Moraes, A hab (...)

163Nous pouvons prendre comme exemple celle du colon Hallebrand, située au lieudit Lajeado dos Porcos, à 29 kilomètres d’Erechim, en zone essentiellement rurale. Le propriétaire qui l’a fait construire est né en 1906 à Taquari de mère et père teuto-brésiliens. Venu en 1927 à Erechim, il y a épousé une femme née à Santa Cruz de parents teuto-brésiliens. Ils avaient en 1950 six enfants de 13 à 1 an. La propriété de 29 hectares était estimée 40.000 cruzeiros, la maison 8.000 cruzeiros, le cheptel et l’outillage 10.000 cruzeiros. Cela correspondait à une aisance moyenne. (Voir photo 13, pl IV.) La maison est rectangulaire (11 X 5 mètres), à toit de zinc dissymétrique, avec le faîte parallèle à la façade. (Voir fig. 23.) On entre par une véranda qui donne sur une grande salle commune de 3 mètres sous plafond ; à gauche les chambres, à droite la cuisine sous appentis. Les murs et toutes les divisions intérieures sont en planches peintes. On s’éclaire au pétrole. Il y a un fourneau de cuisine, un mobilier commun robuste mais simple : une table, deux bancs, deux buffets, une seule armoire dans la grande salle. Les vêtements sont accrochés à des clous plantés dans les cloisons. Tout est d’une grande propreté. Le jour de notre visite un arbre de Noël dressé au milieu de la grande salle témoignait de la fidélité aux traditions germaniques. Cette maison, apparemment adaptée aux conditions du milieu où abondé le bois et ou les scieries sont nombreuses, est bien teuto-brésilienne car elle diffère de la maison italo-brésilienne à toit symétrique et cuisine séparée, avec élévation sur cave (type Caxias ou type Erechim), de construction moins soignée, sans peinture extérieure et souvent sans carreaux aux fenêtres100. Mais elle ne ressemble nullement à la maison allemande : pas de chalet type Forêt Noire, pas de troncs, équarris ni de planches horizontales ; des planches verticales, un toit dissymétriques, une façade et un plan différents. Il s’agit bien, là aussi, d’un type original.

Fig. 23. — Plan de la maison Hallebrand à Erechim

164Cependant les maisons de bois, encore fréquentes sur les lots coloniaux, tendent à disparaître dans les bourgs comme les rares maisons appareillées à appentis ou à fronton, devant les maisons de style moderne.

  • 101 Rotermund Kalender, 1920 : Maison plus petite et à plan carré (8 x 8 m), toit à 4 pans.
  • 102 Maison Ruschel et Schmidt (cf. ci-dessus note 50).
  • 103 Portzelt, Der Deutsche Bauer, p. 54.

1655. La dernière phase est celle de la maison de type « standard » ; la campagne imite les formes à la mode en ville. Depuis le début de la deuxième guerre mondiale on a vu apparaître dans les villages et même sur des lots isolés la maison faite de briques et dé ciment dont le Rotermund Kalender proposait dès 1920 le nouveau modèle de style « moderne »101. Mais la pénétration a été lente dans les milieux ruraux. Par exemple, si nous comparons deux maisons construites avant et après la deuxième guerre mondiale à Lajeado, sur un plan presque semblable, nous trouvons encore en 1937 la maison à appentis de 10 X 8 mètres, construite par le colon lui-même avec un ouvrier102, et en 1951 la maison nouveau type (10 X 7 mètres), avec cuisine intégrée et marques de confort (bains) ou d’élégance (perron, véranda, persiennes, etc.), construite par un entrepreneur. (Voir fig. 24 et photo 14, pl. IV). C’est le type que l’on retrouve dans tout le Rio Grande. do Sul. L’originalité du plan et de la forme de la maison teuto-brésilienne disparaît donc. Les seuls traits qui puissent différencier dorénavant la maison teuto-brésilienne sont sa décoration, ses ombrages, les parterres de fleurs aménagés à l’entour et les bâtiments d’exploitation construits en planches, au toit de tuiles à double dièdre, éparpillés dans la grande cour103.

Fig. 24. — Plan de la maison « moderne » (Schmidt, Lajeado, 1951)

166Ainsi la maison rurale teuto-brésilienne, qui s’est toujours distinguée des autres ; s’est elle-même transformée. Elle a utilisé successivement le bois, le pisé, les briques, le ciment. Elle a eu des murs égaux et un toit symétrique, des murs inégaux et un toit dissymétrique, des murs égaux et un toit à 4 pans coupés ; sa façade s'est inscrite soit sur la longueur soit sur la largeur ; ses dimensions qui s’étaient accrues progressivement ont maintenant tendance à diminuer, car le prix relatif de la construction s’élève d’autant plus qu’elle exige davantage de main-d’œuvre spécialisée et de matériaux, importés.

167L’évolution de la maison rurale teuto-brésilienne dans les anciennes colonies est donc particulièrement révélatrice de l’influence réciproque du milieu et de l’homme. La cabane aux murs de terre, la maison de Fachwerk, la maison de briques et de ciment ont correspondu chacune en son temps à une utilisation rationnelle des ressources locales en fonction des besoins, des techniques et des possibilités financières. Grâce aux ressources en sable (indispensable pour le mortier, mais intransportable à grande distance), grâce à la multiplication des briqueteries et des tuileries artisanales, la maison des anciennes colonies a représenté sans doute une réussite d’adaptation au milieu. Mais elle nous semble surtout avoir été la preuve de la victoire de l’homme sur la forêt, sur le climat (humidité et chaleur de l’été) et même sur l’isolement, car elle était le cadre plaisant où se pratiquait l’hospitalité familiale.

168Quant à la maison en planches, construite dans les nouvelles colonies, elle n’a représenté une adaptation au milieu géographique que dans une mesure toute relative. Les anciennes colonies étaient couvertes de forêts riches en bois, d’œuvre, pourtant le bois n’a été utilisé que pour le colombage et les divisions intérieures. Ne faudrait-il pas voir plutôt l’influence de facteurs techniques, économiques, sociaux, dans la faveur de la maison en planches puis dans son abandon ? Le milieu est resté le même, et les maisons nouvelles se font en briques et ciment apportés dans les colonies du Plateau par les wagons et les camions qui emportent le bois débité dans les scieries toujours proches. L’amélioration des moyens de transport a donné de nouvelles possibilités d’échapper à des conditions naturelles qui n’avaient d’ailleurs rien de tyrannique.

169Les matériaux, le plan et la décoration des divers types de maison ne dépendent donc pas tant du milieu géographique que du genre de vie, du degré d’aisance économique et de la mentalité des colons : longtemps fidèles à des traditions propres et originales, ils tendent maintenant à s’intégrer dans le reste de la population riograndense en commençant à adopter le type de maison standard.

170Ils continuent d’ailleurs à se distinguer du monde rural italo ou luso-brésilien par des phénomènes que ni la mode ni l’imitation ne peuvent modifier, comme l’habitat rural et la constitution de leurs agglomérations.

b. L’habitat rural

171Dans toutes les colonies allemandes, l’habitat rural est sui generis, différent de celui des zones luso-brésiliennes et même de celui des colonies italiennes : ici, il y a bien petite propriété, mais multitude de hameaux et de villages ; là il y a grande propriété et isolement de l’estancia au milieu du domaine. Le degré de dispersion peut être mesuré par le nombre de kilomètres carrés correspondant à une maison : dans un cas 2 kilomètres carrés, dans l’autre 0,15 kilomètre carré ; il est treize fois plus grand dans la Campanha.

1. L’habitat aligné

172Lorsqu’on survole la région des anciennes colonies l’attention est attirée d’abord par des lignes, ensuite par des couleurs. Tout le pays est recouvert par le quadrillage des limites de lots qui apparaissent comme des traits noirs tirés à travers la campagne. Sur l’étendue verte des forêts, des jachères et des cultures, tranchent les taches blanches des habitations. (Voir photo 18, pl. VI.) Si l’on regarde un peu plus attentivement on aperçoit autour de chaque maison les bâtiments d’exploitation plus sombres, formant un groupe de toits à quelque distance du groupe voisin. L’aspect bocager de l’ensemble renforce l’impression d’isolement des établissements.

  • 104 Wàibel, Principios, p. 197.
  • 105 Bloch, Caractères originaux, pl. I (Bois Saint-Denis).
  • 106 Brito, A Ilha de São Miguel, estampa XXVII.
  • 107 Waibel, Principios, p. 197.

173« C’est exactement le type de peuplement et de distribution de la terre qui étaient en usage à la fin du moyen âge, dans la colonisation des montagnes de l’est de l’Allemagne»104. Gela est vrai, mais cela rappelle aussi nos champs en arête de poisson105, les devantures du Canada et même l’habitat dans certaines des Açores106. On ne saurait donc laisser entendre que ce sont les colons allemands qui ont retrouvé ce système d’attribution et de défrichement des terres. Or certains auteurs ont été jusqu’à se demander comment cela avait pu se faire, puisque les immigrants provenaient soit des villes soit de régions rurales à gros villages107. Ils oublient simplement que ce peuplement n’a pas été spontané, que c’est l’administration brésilienne qui a distribué les terres sur lesquelles les colons s’installaient et qu’elle n’avait même pas réservé d’espace pour les villages, du moins dans les anciennes colonies. Tout naturellement le colon s’installa sur sa terre. La dispersion de l’habitat s’explique donc par des facteurs historiques. On aurait aussi bien pu concevoir une colonisation avec peuplement groupé, moyennant l’établissement de bons chemins, mais cela n’a pas été. D’ailleurs le fait que toutes les propriétés étaient d’un seul tenant rendait l’habitat dispersé plus rationnel que l’agglomération de la population : lorsque la forme des lots a changé, lorsque des chemins ont été ouverts, lorsque des villages ont été prévus, chaque colon a continué à construire sa maison sur sa propriété. La géographie n’explique que le choix du site : les colons ont évité les fonds marécageux et les escarpements, ils se sont rapprochés parfois d’une source ou d’un ruisseau. Mais le plus souvent, ils sont restés au bord du chemin. La maison a été construite généralement à côté de la première cabane du pionnier, près de la picada par où la pénétration et le défrichement ont commencé. (Voir fig. 25.)

Fig. 25. — L’habitat rural dans une ancienne colonie allemande
A côté de la régularité géométrique des propriétés, on peut remarquer l’alignement des habitations en bordure du chemin.

  • 108 Waibel, Principios, p. 197 ; Porzelt, Der Deutsche Bauer, p. 41 ; C. Ross, Suedamerika, p. 272 ; G (...)
  • 109 Canstatt, Land, p. 240.

174On peut d’ailleurs se demander si l’habitat est réellement dispersé. Il paraît groupé parce que chaque picada, le long de laquelle ont été élevés des bâtiments, se trouve séparée de la suivante par la profondeur de deux lots, soit 6 kilomètres 400 sur lesquels il n’y a jamais eu de bâtiments même annexes. Ils sont élevés dans une sorte de cour ouverte, mais alignés parallèlement à la picada, sur chacun de ses côtés à proximité relative des bâtiments construits sur les lots voisins latéraux et frontaux. D’autre part dès l’origine de la colonisation les immigrants ont lutté contre l’isolement moral en multipliant les points de rencontre. Et c’est au bord de la picada sur un fragment de lot ou dans la maison d’un colon que sont nées la chapelle, l’école, la boutique, puis la salle des fêtes... Si la cellule est la ferme « isolée », et nous savons ce qu’il faut se représenter par là, l’unité organique du peuplement est la « picada »108. On ne saurait en donner de meilleure image que celle de Dois Irmāos vue par Canstatt en 1877 : « La principale voie qui sert là-bas au commerce est au début un chemin vicinal très bien entretenu, utilisable même pour les chariots... Les demeures des colons plongent tantôt à droite tantôt à gauche près de la route, à peu de distance entre des plantations verdoyantes devant les yeux du voyageur et s’alignent des heures durant comme dans un village allemand, tantôt plus près tantôt plus loin les unes des autres... Des boutiques, qui font l’office tantôt de cabarets tantôt de magasins, forment chemin faisant les stations auxquelles on s’accorde une petite halte pendant les chaleurs accablantes. De petits fleuves et des ruisseaux sont, contrairement à l’ancien usage brésilien, soigneusement pourvus de ponts... Dans la partie la plus animée de la picada, les maisons sont pressées les unes contre les autres, et cela montre, aussi bien que la maison de Dieu imposante sur une place, le début d’une grosse agglomération »109.

175« C’est absolument cette picada ! » peuvent dire encore aujourd’hui ceux qui la connaissent. C’est aussi toutes les autres. Cette description, qui est toujours celle de l’axe de la vie économique et culturelle dans les colonies, révèle d’ailleurs que dans cet habitat aligné il était difficile de dire où commençait le village.

2. Le Village

  • 110 Voir par exemple le centre de Dois Irmãos (photo 8, pl. III : à gauche de l’église on aperçoit der (...)

176Canstatt dit que c’est là où « les maisons se sont pressées les unes contre les autres ». Nous préférerions suggérer que c’est là où le découpage des propriétés cesse d’être longitudinal. Les maisons jouissent encore souvent d’une cour, d’un jardin, séparés par des haies, des murs ou des grilles, mais il n’y. a qu’une par-ci par-là à posséder un ruban de terre s’allongeant en arrière... Les parcelles « villageoises » s’encastrent les unes dans les autres en assemblage à l’équerre. C’est là nous semble-t-il la caractéristique la plus nette de l’agglomération que l’on peut appeler village, outre la chapelle ou l’église près de laquelle il est né110.

  • 111 Valverde, Excursão a região colonial antiga do Rio Grande do Sul, R.B.G., X, 4 p. 486 et 492 ; pla (...)

177Le village proprement dit abrite l’officier d’état civil, les services municipaux du chef-lieu de district, des boutiques, des ateliers, des écoles, des églises, les sièges de sociétés de chant, de tir et des salles de danse. Bref, l’agglomération est le centre administratif, commercial, artisanal, scolaire, religieux et social de la picada. Elle lui est tellement associée qu’elle porte presque toujours le même nom, par exemple : Dois Irmāos, Bom Jardim, Picada Café, etc. Certains habitants sont mi-villageois mi-campagnards et s’il est vrai que la densité des maisons augmente au centre à mesure que croît la population du village, combien s’étendent sur un ou deux kilomètres111. (Voir fig. 26.)

Fig. 26. — Villages dans l’ancienne colonie de São Leopoldo
Certains comme Dois Irmâos et Bom Jardim sont des Waldhufendorfen, d’autres comme Joaneta et Padre Eterno des Strassendorfen. Tous sont étirés en « villages chenilles ».

  • 112 Waibel, Principios, p. 198.
  • 113 Porzelt, Der Deutsche Bauer, p. 43. La naissance des premières Stadtplätze a été retracée ou décri (...)
  • 114 Il n’y a toujours pas de pont ; la structure du village est celle que tous avaient au xixe siècle (...)
  • 115 Recenseamento geral de 1950, Rio Grande do Sul, Censo Demografico.

178On s’est posé la question de savoir si on devait appeler de telles agglomérations Waldhufendorfen ou Strassendorfen112. Ce sont des villages nés sur des champs contigus ouverts en zone de défrichement forestier, mais ce sont des villages-rues parce que étirés des deux côtés de la picada devenue chemin. La distinction nous semble pur exercice d’école. Nous pourrons les appeler ou bien villages-chenilles pour employer l’expression française classique ou bien Stadtplätze en adoptant le nom générique que les colons leur ont donné113. Non sans raison ils ont insisté sur la fonction de l’agglomération. C’est en nous plaçant à ce point de vue que nous pouvons retracer la formation et l’évolution de ces bourgades. L’exemple le plus caractéristique est celui du village d’Itati, chef-lieu de la colonie Tres Forquilhas. Le village de 175 habitants s’est fixé sur la picada à l’endroit où elle va franchir à gué la petite rivière Tres Forquilhas114. Nous y trouvons la première maison, celle de l’ancien directeur devenue le premier presbytère et maintenant la résidence de l’officier d’état civil ; le temple, le nouveau presbytère ; la délégation du municipe, de la police ; deux magasins dont l’un possède en annexe un hôtel, un garage et un dépôt d’essence ; deux ateliers d’artisans (charpentier, charron-forgeron) ; un moulin moderne situé au bord de la rivière et rattaché au village par un court chemin. Il y a 21 maisons en Fachwerk ou en bois (les plus récentes) sur une longueur de 450 mètres et 40 autres espacées sur 2 kilomètres. Bien que séparées les unes des autres elles ne donnent pas l’impression de l’isolement : il y a un lien de cohésion entre les habitants qui peuvent se voir et se rencontrer sans grand déplacement sur le chemin dont on peut à peine dire qu’il conduit au village car le village c’est ce chemin qui ne conduit qu’à lui-même. La colonie Tres Forquilhas, en effet, était isolée au pied de la Serra et s’était étiolée jusqu’à l’ouverture d’une bonne route vers les plages puis vers Porto Alegre. L’intérêt de cet exemple est de nous montrer grâce à sa sclérose ce qu’ont été ses fonctions de toujours et ce qu’était son aspect lors de sa formation. En effet celles qui lui sont aujourd’hui semblables ce sont les bourgades des picadas de la dernière zone pionnière : Salto (120 habitants), Dr Bozano (80 habitants) à Ijui, Carlos Gomes (197) à Erechim, Alecrim (79 habitants) à Santa Rosa, Redentora (101) à Tres Passos, Condor (202) à Palmeira115. Presque tous ces villages s’appellent « Vila » (chef-lieu de district). Ils ont tous les mêmes caractéristiques, fixés par un gué ou un carrefour, constitués par le rapprochement des maisons sur des lots latéraux et se faisant vis-à-vis, habités par les représentants des fonctions administratives, économiques ou sociales élémentaires. A de rares exceptions près les villages se sont développés progressivement, suivant un processus commun à toutes les colonies.

  • 116 Zoeller, Die Deutschen, p. 158.

179Zöller les décrivait ainsi en 1883 : « Des villages comme ceux de Baumschneitz (Dois Irmāos) comprennent en général une ou deux églises, quelques magasins, une auberge, et une cinquantaine de maisons à un étage, mais avenantes et propres, qui en un espace plus ou moins restreint s’alignent des deux côtés d’une piste de campagne que l’on nomme rue. Les colons les plus riches sont les commerçants »116. Ce tableau, conforme à celui que nous trouvons aujourd’hui dans tant de picadas, nous permet de mesurer les progrès de ce village purement rural qui avait sans doute reçu depuis la visite de Canstatt l’impulsion de la voie ferrée voisine ouverte en 1876 à Novo Hamburgo.

180Cela est d’autant plus intéressant que nous pouvons suivre son développement jusqu’à nos jours. Le village est situé dans une région prospère malgré l’ancienneté de l’exploitation des terres (qui valaient 2.000 cruzeiros l’hectare en moyenne en 1950) grâce à la polyculture (maïs, haricot, pomme de terre, arachide, manioc, canne à sucre). On y trouve la sous-préfecture et la sous-délégation de la police, un officier d’état civil et un notaire, un groupe scolaire à trois classes pour 80 élèves, trois écoles à une classe (une municipale avec 30 élèves, une catholique avec 50 élèves, une évangélique avec 25), un collège catholique avec 180 élèves, une clinique des religieuses de São José (20 lits), 2 médecins, 3 dentistes, 3 églises (catholique, évangélique, Missouri), 2 sociétés (dont une de tir) avec leurs immeubles propres et leurs salles de fêtes, un hôtel, un restaurant, 140 maisons. Il y a 8 magasins dont le capital est de 255.000 cruzeiros et qui font 1.865.000 cruzeiros d’affaires, 3 moulins dont le capital est de 60.000 cruzeiros qui emploient 9 ouvriers, utilisent 3 camions, traitent 10.000 sacs de farine de maïs ou de blé pour l’usage local et 200 sacs de farine de riz par an, une briqueterie et un charpentier.

  • 117 Porzelt, Der Deutsche Bauer, p. 43.

181Le village a connu une nouvelle prospérité depuis l’ouverture de la route fédérale en 1944. La population agglomérée est passée de 814 en 1940 à 1.129 en 1950. Tout cela fomente de nouvelles activités : il y a un entrepreneur de constructions et les maisons de briques et de ciment se multiplient ; un abattoir a été construit par trois associés, ils ont un capital de 200 contos et avec sept ouvriers ils traitent 3.000 porcs et 350 bovins par an (graisse, saucisses, charcuterie) ; un fabricant de fromage en produit 1.500 kilogrammes par an ; un garage a été ouvert par l’entreprise concessionnaire de la ligne d’autobus et 10 camions assurent les transports ; il y a 3 manufactures de sabots et de savates et 4 petites fabriques de chaussures qui emploient 25 ouvriers sur leurs machines ; deux ont été fondées en 1944 et deux en 1946, après l’ouverture de la route. Celle-ci a encore amené une nette augmentation des ressources par l’élevage laitier (1.000 à 1.200 litres sont expédiés chaque jour vers São Leopoldo, Novo Hamburgo et Porto Alegre). Enfin elle a été favorable au village en y développant le tourisme : non seulement le Kerb de la Saint-Michel, la fête locale, est très fréquenté (300 à 400 automobiles) mais chaque dimanche une centaine d’automobiles amènent des citadins de São Leopoldo et de Porto Alegre pour goûter dans les restaurants. Les jours les plus animés étaient les jeudis et vendredis quand les paysans des environs venaient vendre leurs produits ou faire leurs achats et le dimanche matin (messe, culte, réunions). La route a donc accru ou transformé les activités qui étaient restées celles d’un village de zone agricole117. Il y en a beaucoup de semblables, actifs et coquets, soit sur le Piedmont soit sur le Plateau.

  • 118 Festschrift... in Serra do Cadeado, 1924, p. 10-20.

182Cadeado (aujourd’hui chef-lieu d’un district d’Ijui) a été peuplé à partir de 1901 par des colons allemands d’origine poméranienne ou rhénane venus des anciennes colonies, (Cachoeira, Venancio Aires, Lajeado, etc.), occupant des lots de 25 hectares118. En 1903, le culte protestant est établi. En 1904, se fonde la première maison de commerce. En 1905, sont créés une école protestante, un moulin et une brasserie, puis le premier cabaret et deux petites sociétés sportives ; une salle des fêtes est construite avec l’aide de tous les habitants. Les arrivées de colons, nombreuses jusqu’en 1907, diminuent peu à peu. En 1908 se constitue la première société de chant, groupant 22 membres ; elle s’annexe un groupe théâtral ; elle comptait 120 membres en 1950. En 1910 s’organisent deux comités scolaires, un catholique et un protestant. En 1924 il y avait deux églises, cinq maisons de commerce, deux médecins, un dentiste, une clinique, neuf sociétés de chant et de sports. En 1950 il y a 484 habitants dans l’agglomération et 6.727 dans le district. 92,8 % des habitants sont de purs ruraux et le village est encore petit. Le chemin au bord duquel il est né est devenu la rue principale ; six perpendiculaires et deux parallèles donnent une ébauche de damier, avec une place centrale où s’élève l’église catholique en 1924. On reconnaît nettement et le plan d’urbanisation courant dans le Rio Grande do Sul et l’origine de Strassendorf.

183Il en est de même à Marcelino Ramos, Stadtplatz née à une station de chemin de fer, au point de départ d’une route ; le village épouse la courbe du fleuve. En phase pionnière une délégation de police, un cadastreur, un médecin, trois maisons de commerce, un hôtel, un boulanger, quelques artisans (forgeron, meunier, cordonnier, sellier). Aujourd’hui c’est un bourg florissant, passé de 2.286 habitants en 1940 à 3.090 en 1950 (dont 54,3 % dans la zone suburbaine). C’est le chef-lieu d’un district prospère dont la population rurale s’élève à 9.399 personnes.

184La fondation des Stadtplätze du Plateau a été un peu différente de celle des anciennes colonies, parce qu’elle a été plus administrative : 1° Le point de départ de l’agglomération a été le bureau du directeur de la colonie, ou de son représentant ; s’y sont ajoutés plusieurs vendas, des ateliers, un hôtel, une banque et une cabine téléphonique ; 2° un espace libre a été réservé pour un noyau d’agglomération dont le plan était préparé à l’avance. Cependant le parrainage officiel n’est pas une garantie de réussite pour la Stadtplatz dont l’emplacement est parfois resté vide, alors que l’agglomération se développait spontanément à côté, parce que la nécessité des fonctions administratives n’apparaît que tardivement, quand la population du district est déjà nombreuse et que les fonctions économiques et sociales ont été remplies par les vendas, les églises, les écoles et les diverses sociétés.

185D’autre part la différence entre les Stadtplätze des anciennes et des nouvelles colonies est surtout apparente. Ici le plan est régulier, là irrégulier. Mais il tend à se régulariser par l’établissement d’une limite entre la zone urbaine et suburbaine et par le quadrillage de rues comme à Cadeado. Le type de maison était différent : ici maisons de bois ou maisons standard, là maisons de type plus ancien. Mais il y a tendance à la modernisation parce que les maisons n’avaient pas été construites pour durer des siècles. Les bourgs se ressemblent de plus en plus dans toutes ces colonies.

186C’est encore aujourd’hui an type d’agglomération différent de celui des colonies italiennes où les hameaux sont beaucoup plus nombreux, tandis que dans les colonies allemandes les villages sont plus gros mais plus espacés. C’est surtout un centre économique et social absolument inconnu dans la zone luso-brésilienne d’élevage, où s’étend la grande propriété.

187Il nous suffira de prendre quelques exemples. Le long de la route fédérale qui traverse l’ancienne colonie de São Leopoldo, nous trouvons successivement São Leopoldo, Novo Hamburgo (9 kilomètres), Dois Irmãos (16), Morro Reuter (8), Picada Café (16,5), Nova Petropolis (13,5). Nous en écartons-nous pour aller vers Cai ? Nous traversons Portão (8), Conceição (14,6), Cai (8) ; ou pour aller vers Canela ? C’est Linha Imperial (7,6), Linha Brasil (5,4), Linha Araripe (10,5), Gramado (12,9), Canela (8,7). C’eût été la même chose en allant à l’est de Taquara, Rio da Ilha (8), Rolante (17,3), Alto Rolante (9,3), Riozinho (6,2). La moyenne est de 10 kilomètres entre deux agglomérations.

188Dans la zone des plus anciennes colonies italiennes (Garibaldi, Bento Gonçalves), sur la route Buarque de Macedo qui part de Montenegro nous trouvons successivement : Carlos Barbosa, Alfandega (6), Garibaldi (1), Borgueto (5,1), Garibaldina (2,7), Buarque de Macedo (2,2), Bento Gonçalves (4,1), São Roque (3), Daloglio (4), Tuiuti (7), Poço das Antas (6). Quittons-nous la route à gauche vers Guaporé ? Nous trouvons Paulina (3), Faria Lemos (4), Alcantara (10), etc. ; à droite vers Caxias ? C’est D. Blauth (5), D. Machado (5,5), Colonia São Luiz (6), Farroupilha (4) Forqueta (6), Rizzo (8), Caxias (6). La moyenne est de 3,7 kilomètres entre deux villes ou hameaux.

189Si par contre nous traversons les municipes d’Alegrete et d’Uruguaiana en suivant leur grand axe le long de la voie ferrée ou de la route, nous trouvons seulement Passo Novo (89), Alegrete(29), Uruguaiana(142), Barra do Quarai(75) ; la moyenne est de 83 kilomètres entre deux agglomérations, alors que le long de la voie ferrée d’Entroncamento à Barra do Quarai il n’y a pas moins de 24 stations et que les deux municipes abritent 92.000 habitants.

190C’est que toutes les Stadtplätze ont rempli les mêmes fonctions, dans les nouvelles colonies allemandes aussi bien que dans les anciennes. Ce sont des bourgades essentiellement rurales, où toutes les activités sont en symbiose avec l’agriculture : la courbe de leur développement est fonction de celle de la prospérité du district. Après une phase de croissance, elles connaissent généralement une phase de stagnation, à moins que des facteurs extérieurs n’amènent une reprise de l’activité ou que leur situation ne leur ait permis de devenir une petite ville.

c. La petite ville

  • 119 Valverde, Excursão, p. 488.

191A mesure qu’une colonie s’est développée, certaines Stadtplätze sont devenues des villes, toute leur population s’employant dans les limites de l’agglomération (fonctionnaires, gens d’affaires, employés, artisans, ouvriers). Il n’est pas facile d’indiquer à partir de quel nombre d’habitants commence la ville ; plus de 2.000 assurément, car en dessous ce n’est encore qu’un gros bourg d’essence rurale. Par exemple une agglomération de 2.400 habitants comme Sapiranga vient seulement de prendre un aspect urbain depuis qu’une trentaine de manufactures et de fabriques occupent la plus grosse part des habitants119. Les statistiques brésiliennes ne peuvent donc être utilisées qu’avec circonspection, car elles considèrent comme citadine la population des zones urbaines et suburbaines des chefs-lieux de municipes et de districts, les cidades et les vilas. Or ces dernières n’ont parfois qu’une centaine d’habitants et ne sont encore que des Strassendorfen.

  • 120 Relatorio da Secretaria das Obras Publicas, 1919, p. 377.
  • 121 Ainsi du point de vue du plan les petites villes des colonies tendent-elles à ressembler à celles (...)

192C’est sans doute leur plan qui caractérise les petites villes riograndenses. Elles ont toutes des rues rectilignes se coupant régulièrement à angles droits. Dans les zones colonisées à partir de la seconde moitié du xixe siècle, le développement des villes s’est toujours effectué de la même façon. « Dans le lieu choisi pour l’établissement de la ville (chef-lieu) on réservait quelques lots ruraux (déjà délimités géométriquement) et on en divisait la superficie en un échiquier de carrés de 100 mètres de côté, orientés invariablement N.-S. et E.-W. Quelques-uns de ces carrés devenaient des places, les autres étaient découpés en lots urbains de 20 X 50 mètres120. » Cet urbanisme administratif explique la régularité du plan et 1’uniformité de l’aspect des villes de l’intérieur de l’Etat. Ce même plan se retrouve à São Leopoldo, à Cai, à Venancio Aires, à Santa Cruz, à Ijui, à Santa Rosa, presque partout121. Rares sont les villes ayant un autre tracé comme Erechim où le dessin des rues et des places a été adapté à la topographie (diagonales et demi-cercles sur les collines, places circulaires). Mais la distribution des lots urbains s’y est opérée avec la même régularité.

  • 122 Valverde, Excursão, p. 486.
  • 123 Idem, ibidem, p. 491.
  • 124 Enquête personnelle, 1952.
  • 125 I.B.G.E., Cadastre Industrial, Rio Grande do Sul em 1952. Le rôle de ces petites villes est compar (...)

193Seules sont devenues des villes les Stadtplätze dont l’emplacement avait été judicieusement choisi, d’abord celles qui possédaient un port fluvial, généralement au terminus de la navigation régulière ou saisonnière, puis celles qui possédaient une gare, ou au moins une route menant à un port ou à une gare. C’étaient donc des Umschlagplätze122, des points de transbordement, de changement de moyens de transports. Aussi s’en est-il rarement développé plus d’une par colonie : les exceptions ne se trouvent que dans la vallée du Rio dos Sinos (le long de la voie ferrée) ou dans la zone pionnière (par exemple dans la colonie d’Erechim le long de la voie ferrée encore). Partout ailleurs, dans les anciennes colonies comme dans les nouvelles, on ne trouve qu’une ville, celle qui a bénéficié des principaux moyens de communications, car les fonctions économiques y sont bien plus importantes que le rôle administratif : Cai, pointant chef-lieu dé municipe, ne fait que se survivre depuis la capture de son trafic commercial par le chemin de fer et par la route desservant São Leopoldo123. Sapiranga par contre, simple chef-lieu de district jusqu’en 1954, s’est développée depuis qu’ont été investis dans l’industrie du cuir et dans la petite métallurgie les capitaux et le personnel libérés par le déclin du commerce de transit devant les progrès des communications124. A l’exception de Cai toutes ces petites villes teuto-brésiliennes donnent une impression de prospérité et de dynanisme, surtout sur le Plateau. Elles vivent en effet par et pour la campagne environnante. C’est de la zone rurale que leur parviennent les produits qu’elles conditionnent ou transforment avant de les expédier (bois, graisse, viande, farines, tabacs, etc.)125. C’est pour la zone rurale que fonctionnent leurs magasins de demi-gros, leurs ateliers et leurs petites manufactures (cuirs, chaussures, moulins, fabriques d’outils et de machines agricoles, etc.).

  • 126 Cardoso, O Municipio de Santa Rosa ; I.B.G.E., Cadastre Industrial, p. 130-132.

194L’un des exemples les plus intéressants est sans doute celui de Santa Rosa126. Ce fut sous le nom de 14 de Julho le centre de la colonie ouverte en 1915 dans le municipe de Santo Angelo. L’inspection des terres et de la colonisation y a encore ses bureaux dans le même chalet de bois, un peu à l’écart du centre actuel de la ville, dans une des rues en diagonale. Santa Rosa devint chef-lieu du municipe du même nom en 1931. Mais la bourgade ne comptait que 280 maisons de bois abritant 1.800 habitants en 1940. En 1950, elle en a 5.000 et les maisons de briques et ciment se construisent à raison de plusieurs centaines par an, se répartissant autour du damier des rues entre l'ancien noyau administratif et la gare qui a été construite lors de l’ouverture de la voie ferrée en 1940. Au centre se trouvent la station routière et la préfecture municipale qui est un fier bâtiment de béton, le plus vaste de tous ceux des municipes de l’Etat (sauf Pôrto Alegre). Il y a maintenant un service des eaux, une centrale électrique, des écoles, une bibliothèque, une station de radio, des hôtels, des magasins, des casernes et tout un quartier militaire où habitent les officiers et les sous-officiers. Santa Rosa vit surtout du commerce. Ses commerçants sont en rapports avec ceux de la colonie, avec ceux de Santo Angelo ou d’Ijui (anciens terminus de la voie ferrée) et avec ceux de Pôrto Alegre à qui ils expédient soit par wagon soit par camions les céréales, le tabac, la graisse, et chez lesquels ils se procurent le sucre, le sel, les tissus, les outils, répartis ensuite entre les vendas rurales : le municipe possède 2.500 kilomètres de routes ou de chemins de terre sillonnés par les camions ou les charrettes, ou les fardiers qui « sortent » les arbres par masses de 5 à 6 tonnes jusqu’à la scierie ou à la bonne route. Cependant l’industrie se développe dans trois domaines : la construction urbaine, la transformation de produits agricoles avant leur expédition, la fourniture de matériel, d’outillage ou de produits pour la zone rurale. En 1950, Santa Rosa ne comptait pas moins de cinq briqueteries-tuileries, deux grands garages, une imprimerie, deux scieries, une fabrique de lames de parquet, une fabrique de meubles, une huilerie, deux raffineries de graisse, deux beurreries, un atelier de mécanique, une fonderie, une manufacture de chaussures et de vêtements, une fabrique de caramels, quatre fabriques de boissons et de glace, etc. Derrière ses façades modernes, dans ses magasins comme dans ses ateliers, on retrouve l’élément germanique qui a été prépondérant dans son peuplement et dans celui de la colonie. Santa Rosa lui doit sans doute de donner cette impression de solidité et de dynamisme que renforcent et le rayonnement des routes autour de la ville et la richesse agricole de l’hinterland en pleine prospérité pionnière.

  • 127 Valverde, Excursão, p. 478-488.

195Les villes teuto-brésiliennes, ce sont pourtant encore par excellence celles des vieilles colonies, en particulier celles qui jalonnent la voie ferrée le long de la vallée du Rio des Sinos : sur 50 kilomètres à peine, se succèdent São Leopoldo, Novo Hamburgo, Campo Bom, Sapiranga, Taquara127 (Voir carte h.t.). Ces cinq villes abritent 52.440 habitants. Les deux plus importantes, et de loin, sont São Leopoldo et Noyo Hamburgo, les autres n’étant guère que leurs satellites. Ce chapelet de noyaux urbains est d’ailleurs unique dans le Rio Grande. Leur originalité ne provient pas seulement de leur âge, mais aussi de leur situation géographique. Les zones rurales qui séparent ces villes comprennent de moins en moins d’agriculture et de plus en plus de reboisement (en particulier en acacia dont l’écorce est utilisée dans les tanneries qui ont été la première grande activité artisanale puis industrielle des villes du Rio dos Sinos). Le fleuve d’abord, puis la voie ferrée, enfin la-route sont les éléments essentiels de l’activité et du développement de ces villes. Car ce n’est pas la pauvreté relative du sol dans cette zone alluviale ou gréseuse ni l’introduction d’artisans par Schaeffer contre le gré du gouvernement impérial qui a favorisé l’essor industriel, c’est la proximité de Porto Alegre et la facilité relative. des communications. Et encore, malgré l’ancienneté de la tannerie, les progrès de l’industrie du cuir ont-ils été très lents et très irréguliers jusqu'en 1870. C’est le commerce qui a fait la prospérité de São Leopoldo.

Fig. 27. — Plan de la ville de São Leopoldo
Bien qu’elle soit née le long d’une route à partir du point de franchissement du fleuve, la ville présente aujourdhui la même régularité que la plupart des agglomérations riograndenses influence de « l’urbanisme administratif ».

  • 128 Idem, Ibidem, p..483-484.
  • 129 Renseignements fournis par la Préfecture municipale.
    J. U. 839403.
  • 130 I.B.G.E., Cadastre Industrial, Rio Grande do Sul em 1952. p. 144-153.
  • 131 Valverde, Excursão, p. 486.
  • 132 Idem, ibidem, p. 487-488.

196Son plan actuel est régulier, et en damier128. (Voir fig. 27.) Le quadrillage des rues s’est effectué à partir d’une ancienne « grosse Strasse » le long de laquelle le bourg était né parce qu’elle conduisait au port et au pont qui rattachait São Leopoldo à son véritable hinterland : ce fut non seulement un port terminus mais un bourg de contact entre la zone de prairie et la zone de forêt sur laquelle se développa la colonisation. Jusqu’à la première guerre mondiale São Leopoldo est resté un gros bourg-marché. En 1895 il ne comptait que 810 maisons abritant environ 5.000 habitants, en 1900, 1.165, en 1920 1.251 seulement. C’est en 1922 que se déclenche le mouvement qui porte la ville à 2.494 immeubles en 1940, 3.059 en 1945129 et plus de 3.500 en 1950, bien qu’il soit difficile de comparer aux autres les chiffres du dernier recensement qui sépare les immeubles urbains des suburbains. L’industrie ne s’est développée à São Leopoldo que depuis 1914. A celle du cuir se sont ajoutées celles du papier, des allumettes, de l’aluminium, de la petite métallurgie, des peintures et des vernis, etc130. Le berceau de la colonisation allemande, qui a été celui de l’industrie dans les colonies, est aussi le centre culturel et spirituel du germanisme riograndense : établissements scolaires, réseaux d’éducation, séminaires et Synode Riograndense ont leur siège à São Leopoldo131. Cependant ses rues sont semblables à celles de toutes les petites villes luso-brésiliennes. A la grande surprise des voyageurs, la population d’origine et de culture germaniques n’a pas recréé un décor allemand132.

Fig. 28. — Campo Bom, une petite ville dans l’ancienne colonie de São Leopoldo
On reconnaît les trois éléments dont elle est issue : à l’ouest un Waldhufendorf rectiligne, vers le sud un Strassendorf sinueux, au centre, de part et d’autre de la voie ferrée (ouverte en 1904), le damier des rues modernes.

  • 133 Idem, ibidem, p. 488 (plan).

197Ils le retrouvaient à Hamburgo Velho, qui n’était pourtant qu’un village (Strassendorf). Mais Novo Hamburgo, créé à partir de 1876 dans la vallée, a été immédiatement dessiné en damier, si bien que le plan ne le distingue pas des petites villes luso-brésiliennes133. (Voir photo 9, pl. III.) Certes il y a eu des constructions d’inspiration allemande, comme les maisons à fronton (voir photo 15, pl. V), mais elles sont déjà noyées au milieu des immeubles standard plus récents qui témoignent de l’unification du Rio Grande do Sul par son urbanisme moderne.

198Sapiranga et Campo Bom sont les plus récentes petites villes nées d’une Stadtplatz. Ce sont des satellites de São Leopoldo-Novo Hamburgo. Campo Bom était en 1950 une agglomération de 3.000 habitants seulement, et encore ses progrès ont-ils été rapides à cause de la seconde guerre mondiale qui a développé des manufactures, car elle ne. comptait que 1.696 habitants en 1940. Son plan nous montre nettement qu’elle se compose de trois parties (voir fig. 28) : l’une qui est un ancien Waldhufendorf, rectiligne (les maisons en Fachwerk ou en briques appareillées s’alignent de part et d’autre de l’ancienne picada) ; l’autre qui est un ancien Strassendorf, né à proximité du Port Bloss par où s’expédiaient les produits agricoles des colonies des environs ; la troisième qui s’est développée de part et d’autre de la voie ferrée construite au début du xxe siècle et s’étend en damier jusqu’à rejoindre les deux anciennes zones de peuplement.

  • 1

199Cependant, même si leur aspect tend à se rapprocher de celui des autres agglomérations du Rio Grande, les villes teuto-brésiliennes restent profondément différentes de celles de la Campanha. Les villes luso-brésiliennes, dont l’origine remonte souvent à un fort ou un camp militaire, sont installées le plus souvent sur des collines, sur des croupes. Elles sont au centre d’un municipe pastoral, entouré par d’autres municipes où des habitants de même origine ont le même genre de vie. Elles absorbent plus de la moitié de la population (58 %) de leurs municipes devenus macrocéphales. São Leopoldo et Novo-Hamburgo ne sont que les treizième et quatorzième villes de l’Etat, laissant passer devant elles Bagé, Uruguaiana, Livramento, Alegrete, Passo Fundo et Cruz Alta dont l’activité industrielle est bien inférieure134. Les villes teuto-brésiliennes sont de petites villes, aucune n’atteint 20.000 habitants, trois en ont de 10.000 à 20.000, quatre en ont de 5.000 à 10.000, et les autres moins de 5.000. Chacune représente une faible fraction de la population de son municipe (30 % dans le Rio dos Sinos, 14 % dans les autres anciennes colonies, 7,5 % sur le Plateau). Mais elles sont orientées vers la population rurale, tandis que les villes luso-brésiliennes lui tournent le dos.

***

200Ces villes se caractérisent donc par l’origine de leur peuplement et, comme dans la zone rurale environnante, le sceau de la colonisation allemande se reconnaît à l’activité et à la mentalité des groupes qui s’y sont formés et qui y ont prospéré.

Notes

1 Cf. p. ex. Moltmann, Deutsche Siedlung, p. 3 ; Mulhall, Rio Grande do Sul, p. 52 ; Pellanda, A Colonização, p. 18 ; cependant il y a eu quelques cas de retours, surtout dans l’entre-deux guerres (Willems, A Aculturação, p. 95 et sq.).

2 Willems, Assimilação, p. 42-54 ; Idem, A Aculturação, p. 54-61 ; TEJO, Contribuição, P.S.P., 3, p. 77.

3 Willems, A Aculturação, p. 60-61, 347-348 ; Moltmann, Deutsche Siedlung, p. 30-31 ; Martins, Imigraçâo, p. 125.

4 Kahle, Deutsche Heimat, p. 33 ; Willems, A Aculturação, p. 61-64 ; Schoenberg, Die ersten Moselaner und Hunsrücker in Brasilien, p. 263-268 ; Ramos, Antropologia, p. 202.

5 Funke, AUS D. brasilien, p. 69 ; Portzelt, Deutsche Bauer, p. 15-16.

6 Porto, O Trabalho, p. 62-71.

7 Monbeig, Le Brésil, p. 67-68 ; Lambert, Le Brésil, p. 39. Pellanda, A Colonização, p. 21-22.

8 Lange, Südbrasilien, p. 78.

9 Pellanda, A Colonização, p. 23.

10 Willems, A Aculturação, p. 100 ; Correio do Povo 16-III-39 ; Py, O Nazismo, II, p. 11.

11

Image

12 Rio Grande do Sul, Recenseamento geral 1950, p. 14-15.

13 Willems, A Aculturação, p. 143-152 ; Barreto, Estudos, p. 1131 ; James, A expansão, B.G., 49, p. 21 ; Lynn Smith, Brazil, p. 153 ; Mortaha, Contribuição ao estudo da influencia da imigração sôbre a taxa de natalidade, Estudos Brasileiros..., II, p. 477-511 ; Madeira, A influencia indireta das correntes migratorias, R.B.E., III, 12, p. 585-586.

14 Familien Freund, 1936, p. 53-54.

15 Familien Freund, 1933, p. 90-116.

16 Familien Freund, 1936, p. 54 ; Portzelt, Deutsche Bauer, p. 82 ; Petry, Historia, p. 15.

17 Sources : Schirmer, Deutsche Post, 9 mars 1899 ; Schneider, Familien Freund, 1921, p. 73-77 ; Junges, Familien Freund, 1936, p. 91-95 ; Lohmann, livre de raison, communiqué personnellement ; Scheidler et Roos, Familien Freund, 1933, p. 127-130 ; Baum, Ruschel, Familien Freund, 1923, p. 124 ; Correio do Povo, 20 juillet 1948 ; WARTH, Brasil Post,-10 janvier 1953.

18 Par exemple : Jacobina Wents, épouse Schneider, 1875-1956 : 13 enfants, 69 petits-enfants, 28 arrière-petits-enfants (B. P. 290) ; Anna Ulbrich, épouse Arend, 1880-1956 : 10 enfants, 50 petits-enfants, 15 arrière-petits-enfants (B. P. 297) ; Julio Wallauer, 1874-1956 : 14 enfants, 70 petits-enfants, 60 arrière-petits-enfants (B. P. 301), etc.

19 Hoeussler, Kolonisation, p. 10 ; Hillebrand, Relatorio 1854, R.A.P., 15/16 ; Relatorio do Presidente, 1859 ; Recenseamento 1890 ; Koseritz, Relatorio 1867, p. 4 ; Lacmann, Ritte, p. 140 ; Pellanda, A Colonização, passim ; 75 Jahre Deutschtum Sto Angelo, p. 28.

20 Relatorio da Secretaria das Obras Publiais, Ijui, 1896, p. 82 ; 1901, p. 63 ; 1910, p. 52 ; Festkommission Serroo Azul, p. 83 ; Beitrag zur Geschichte der evang. Gemeinde zu Gl. Osorio, p. 5 ; Relatorio da Secretaria das Obras Publiais, Erechim, 1915, p. 131 ; Santa Rosa, 1917, p. 383 ; Recenseamentos 1920, 1940, 1950.

21 Movimento da população riograndense de 1900 a 1948, Correio do Povo, 30 juillet 1949 ; Dep. Est. de Estatistica, Anuarios demograficos, informations du Serviço de Estatistica Demografica. Cf aussi Willems, A Aculturação, p. 149-152. Pour les autres aspects de l’évolution démographique dans les colonies, voir ci-dessous p. 261 et sq.

22 Voici, résumées dans un tableau, quelques données sur les coefficients de natalité et d’accroissement naturel de la population dans les principaux municipes nés des colonies allemandes.

Image

23 Koehler, Brasilien, p. 234 ; Metzler, Deutschbrasilianisehe Prollem, p. 5 ; Willems, Assimilação, p. 76 et p. 318 (« Deutschbrasilianer » et « Brasildeutscher »)

24 Mulhall, Rio Grande do Sul, p. 129 ; Relatorio do Presidente, 1872, p. 15. Cependant la R.A.P., no 8, indique seulement 40.000 « Allemands » en 1874, p. 86.

25 Sellin, Brasilien, p. 82 ; Eye, Der Auswanderer, p. 16 ; Zoeller, Deutschen, p. 147.

26 Kosekitz, Annaes da Assembleia, 12 mars 1889, p. 27.

27 Funke, Aus Deutsch-Brasilien, p. 63 ; Lamberg, Brasilien, p. 95 ; Lacmann, Ritte, p. 140 ; Hoeussler, Kolonisation, p. 1 ; Jannasch, Land und Leute, p. 43 et 68.

28 Varela, O Rio Grande do Sul, p. 356.

29 Relatorio da Secretaria das Ohms Publicas, 1915, p. 87 ; A Federação, 16 mai 1917.

30 Almanak do Comercio, 1920, p. 231 ; Relatorio da Secretaria das Obras Publicas, 1919, p. 357 ; 1925, p. 489.

31 R.A.P., no 8, p. 87 ; Annaes da Assembleia, 1923, p. 90 ; Pellanda, A Colonização, p. 20 ; Verband, Hundert Jahre Deutschtum, p. 52.

32 Koehler, Brasilien, p. 234 ; Cornelius, Die Deutschen, p. 2 ; Souza Docca, Historia, p. 87.

33 P. ex. Juedischer Weltcongress, Der Pangermanism an der Arbeit. Lévy, Le pangermanisme, p. III et IV (600.000 « Allemands » dans l’ensemble du Brésil en 1920).

34 Grothe, Im Kamp, p. 56 ; Quelle, Die Siedlungsgehiete, I.A.A., 7, p. 198 (540 à 550.000 dans les trois États du Sud) ; Kuder, Die Deutschbrasilianische Literatur, I.A.A., X, p. 397 (800.000 au Brésil, dont 400.000 dans le Rio Grande do Sul, où ils représentent 1/7 de la population totale) ; Bubber, Südamerika, p. 63.

35 Oberacker, Die Volkspolitische Lage, p. 96.

36 Portzelt, Der Deutsche Bauer, p. 20 ; Maack, The Quartely Journal, cité par PY, O Nazismo, II, p. 9 ; Verband, Wir Deutsche, p. 160 ; Kahle, Deutsche Heimat, p. 29 et 123.

37 Mourão, ;0 punhal nazista, p. 101 ; Py, O Nazismo, II, p. 11.

38 I.B.G.E., Recenseamento Geral de 1940, p. 14-15 ; Estudos sobre as linguas estrangeiras e arborigenas faladas no Brasil : Mortara, L’Assimilation culturelle des immigrants, I.N.E.D., p. 52.

39 I.B.G.E., Recenseamento Geral de 1940, p. 60-63 (população de fato, por sexo e religião, segundo os Municipios).

40 Monbeig, Le Brésil, p. 78.

41 Born, En tomo do monumento ao imigrante alemão, 1950, p. 1.

42 I.B.G.E., Recenseamento Geral de 1950, p. 16 (Pessoas presentes... que não falam o portuguê3 habitualmente...), p. 76-79 (População presente, por sexo e religião, segundo... os Municipios).

43 Oberacker, Die volkspolitische Loge, p. 92-96.

44 Nombre de. Teuto-Riograndenses en 1950.

ImageImage

45 Cette navigation se faisait à partir d’Osorio jusqu’à proximité de Torres. En 1948 un vapeur y fut englouti par une tornade subite.

46 Information due à l’obligeance de M. l’Inspecteur des Terres et de la Colonisation d’Itati : l’ouverture de la route et les services de transport dataient de 1946-1947.

47 Juillet 1951.

48 Boqueirão, chef-lieu de district, n’avait que 426 habitants en 1950.

49 Pays du Rio Dos Sinos et du Cai — 1950.

Image

50 Enquête sur les deux propriétés Ruschel et Schmidt mesurant respectivement 26 et 23 hectares, possédant 6 et 5 hectares de mato. La première est située sur une terrasse ; le rendement des pommes de terre y est de 10 pour 1, celui du maïs de 100 pour 1 ; il n’y a que 2 hectares en prairie naturelle, mais 2 hectares en luzerne (vente 5 tonnes) ; le cheptel est 1 cheval, 2 vaches et 2 bœufs, 80 à 100 porcs. La seconde est sur le versant d’une vallée (Forquetinha) ; elle possède de 5 à 6 hectares de prairie naturelle, 2 hectares sont inutilisables à cause de la pente ou des roches ; le rendement de la pomme de terre est de 5 pour 1, celui du mais de 60 pour 1 et depuis une dizaine d’années le colon a noté une baisse de rendement de l’ordre de 40 % ; s’il a 2 chevaux, 4 vaches et 4 bœufs, il n’élève chaque année qu’une cinquantaine de porcs. Aussi la première propriété est-elle estimée 220 contos et la seconde 120 seulement

51 Pays du Taquari — 1950.

Image

52 Cf. Pimentel, O Rio Grande do Sul, Parque industrial de Santa Cruz, p. 473-480.

53 Pays de Santa Cruz — 1950.

Image

54 I.B.G.E., Recenseamento Geral de 1950, Rio Grande do Sul, Censo demografico, p. 94-95 : Tapera 1281, Nâo Me Toque 1214, Selbach 323, Vila Seca 159, Sete Cantos 117 habitants.

55 Voir ci-dessus chapitre Ier, note 172 et figure 7.

56 Cf. Cinquentenario de Panambi, 1949, p. 1-16.

57 Faulhaber-Stiftdng, Neu Wurttemberg. Eine Siedlung Deutscher in Rio Grande do Sul, 47 p. + 20 p. de photos. Cf aussi : Cinquentenario de Panambi. 1949.

58 Guarani : Relatorio da Secretaria de Obras Publicas ; Festschriftzum 25 Jaehriger Bestehen der Bauernvereinskolonie Serro Azul.

59 Ijui. Album comemorativo do cincoentenario da fundação de Ijui (1940), in-4°. Voir ci-dessus chapitre II, p. 109.

60 Pays d’Ijui, 1950.

Image

61 Cf. ci-dessous chapitre IV, p. 226 et chapitre V, p. 268.

62 Bernardes, A Colonização no Municipio de Santa Rosa, R.B.G., XII, p. 284-390.

63 Les chefs-lieux de districts étaient : à Santa Rosa Alecrim, Campina, Horizontina, Porto Lucena, Santo Cristo, Tres de Maio, Tucunduva, Tuparendi, Ubiretama ; à Tres Passos Alto Urugai, Campo Novo, Crissiumal, Ivagaci, Redentora, Sto Augusto, Tenente Portela. En 1954-1955 ont été créés les nouveaux municipes suivants : Tres de Maio, Horizontina, Santo Cristo, Porto Lucena, Crissiumal et Tenente Portela.

64 Pays de Santa Rosa.

Image

65 Au sujet des transports : cf. Relação dos empresas de transporte coletivo intermunicipal registradas no D.A.E.R., Globo, 1949, p. 26-27.

66 Um ponto no mapa. Reportage de Amadio et Keffel, Revista do Globo, 11 janvier 1947, p. 31-37 et 63-64.

67

Image

68 Relatorio da Secretaria das Obras Publiais, 1908-1925.

69 Sur l’orientation essentiellement rurale de la colonisation officielle : R.A.P., no 8, p. 75-81 et ci-dessus Chap. II, p. 86 (note 26) et p.. 102.

70 Pimentel, Aspectos gerais de Pelotas, 165 p. ; Verband, Hundert Jahre Deutschtum, p. 259.

71 Pimentel, Aspectos gerais de Rio Grande, 547 p. ; Verband, Hundert Jahre Deutschtum, p. 257.

72 Corona, Formas arquitetônicas no Rio Grande do Sul (in Schidrowitz, Rio Grande do Sul), p. 174-176.

73 Daudt, Brasileiros, p. 100-102.

74 Ave Lallemant, Reise, 1859, p. 119 ; Gestaecker, 18 Monaten, 1863, p. 79-80 ; Funke, AUS Deutsch-Brasilien, 1902, p. 40-45 ; Verband, Hundert Jahre Deutschtum, p. 242-255 ; 293-328 ; Lambert, Le Brésil, p. 40.

75 Cf. Willems, Assimilação, p. 110 ; Daudt, Brasileiros de cabelos loiros e olhos azuis, 1952.

76 C’est en effet seulement parmi les Riograndenses d’origine allemande et particulièrement dans les villes que l’usage de la bicyclette est répandu.

77 Cf. Schidrowitz, Biografia de uma cidade. Ce livre contient d’excellentes photographies de Pôrto Alegre. Cf. aussi Roche, Porte Alegre, C.O.M., VII, p. 10.

78 Idem, ibidem, photo p. 25.

79 Corona, Casas da cidade, Anais III Cong. H.G.R.G.S., p. 1167-1168.

80 Idem, ibidem, p. 1169-1173. Non seulement R. Ahrons a été le principal architecte dont l’influence se faisait sentir sur quelques autres comme Wiederspahn et Wriedt, mais il était entouré d’une équipe de sculpteurs et de décorateurs d’origine allemande : Miguel Friedrich, Joâo Vicente Friedrich, Schob, Forherger, Stege (1910), Pilig (1912), Radermacher et Rapsch (1913), Strunz et Adlof (1914). Son influence fut sensible aussi chez des architectes d’autre origine : Fabre (Français), Corona (Espagnol), Barros et Itaqui (Brésiliens), car nombre de bâtiments furent construits en collaboration. Correa, Evolução arquitetônica de Porto Alegre, Anais III Cong. H.G.R.G.S., p. 2574. Voir Roche, Porto Alegre, C.O.M., VII, p. 13.

81 Correa, Evolução, p. 2575-2576.

82 Album comemorativo do 75° aniversario da colonização italiana : Rambo, A zona de colonização italiana, p. 134-149.

83 Colonies italiennes.

Image

84 Album comemorativo do 75° aniversario da colonização italiana : Mem de Sa, Aspectos economicos da colonização italiana, p. 91 et 94 ; Gobatto, O cultivo da vide e a industrialização da uva, p. 401-424.

85 Ibidem, Mem de Sa, Aspectos, p. 96-104.

86 Campanha.

Image

87 Dep. Est. de Estatistica, Sintese economica dos municipios, Pôrto Alegre, 1952, 4 p.

88 Ave Lallemant, Reise, p. 128-129 ; Gerstacker, 18 Monaten, p. 116 ; Tschudi, Reisen, p. 30 ; Canstatt, Brasilien, p. 419 ; Zoeller, Die Deutschen, p. 165 ; Grimm, Heimatkunde, p. 114 ; Iering, Landeskunde, p. 78 ; Colin Ross, Süd-Amerika, p. 274 ; Koehler, Brasilien, p. 243 ; Kahle, Deutsche Heimat, p. 35.

89 Porzelt, Der Deutsche Bauer, p. 48-54 ; Waibel, Principios, p. 183,186,194 ; Moraes, Aspectos da colonização... a habitação, Correio do Povo 7, 15, 22, 29 janvier 1955 ; Prunes, Introdução ao estudo geografico da casa, P.S.P., 10, p. 109-118 ; Corona, Formas arquitetônicas ; Schedrowitz, O Rio Grande, p. 178 ; Willems, A Aculturação, p. 230-235.

90 Petry, São Leopoldo, p. 21 ; Truda, Colonização, p. 72 ; Canstatt, Brasilien, p. 420 ; Moraes, A Habitação, 7 janvier 1955.

91 Prunes, Introdução, p. 113.

92 Vidal de La Blache, Principes de Géographie humaine, p. 160 ; Deffontaines, L'Homme et la forêt, p. 121 ; Porzelt, Deutsche Bauer, p. 104 ; Valverde, Excursão, p. 494 ; Waibel, Principios, p. 183.

93 Willems, A Aculturação, p. 233 ; Moraes, A habitação, 29 janvier 1955. Son argumentation est cependant douteuse. Pour lui les colons allemands auraient essayé rapidement de dissimuler le colombage pour imiter les maisons citadines luso-brésiliennes, mais on s’expliquerait mal la faveur de ce type de maison dans les colonies. Surtout il affirme que les immigrants allemands ont trouvé la maison en fachwerk dans le Rio Grande ; il en voit la preuve dans le bâtiment de la Feitoria Velha, le premier asüe des colons. Or ce bâtiment, qui abrite maintenant une école et qui a été restauré en 1940, n’est pas celui de 1824 : il a été construit par un Allemand (Daudt, Memorias, p. 21). Il suffit d’ailleurs de comparer les maisons des colons teuto-riograndenses à celles des paysans allemands pour voir leurs ressemblances et leurs différences [Die Deutsche Volkskunde, Berlin 1934, 1,632 p., 2,513 + 68 p. (Cf. Siedlung und Hausbau, p. 378-426) ; Riograndenser Marien Kalender, 1932, p. 50 et sq. ; Wagner, Deutsche Bauemhäuser im alten Stammelande, Geographische Rundschau, 5. Jg, Heft 4 (April 1953), p. 149-152, 4 planches de photos. On doit noter l’origine lusitanienne des fenêtres à guillotine (Porzelt, Der Deutsche Bauer, p. 48)].

94 Waibel, Principios, photographie 18, p. 189.

95 C’est l’une des plus anciennes maisons de ce village, fondé en 1872.

96 Elle assure la surface couverte maxima avec le minimum de murs.

97 Stutzer, Der Deutsche, (plan type) ; Willems, A Aculturação, p. 233 ; Moraes, A Habitação, 29 janvier 1955 ; Corona, Formas, p. 178. C’est Zoeller qui dresse l’acte de naissance de la cuisine séparée (1883) et qui en donne la première explication : elle évite d’enfumer la maison (Die Deutschen, p. 165). Dans les nouvelles colonies elle est souvent restée intégrée à la maison ou installée sous un appentis attenant : voir p. ex. maison Hallebrand à Erechim, fig. 23.)

98 Les briques et les tuiles auraient fait leur apparition à São Leopoldo en 1844 (Moraes, A habitação, 29 janvier 1955). De son côté Grimm, Heimatkunde, 1891, p. 114, indique que « les maisons de pierre ont depuis longtemps remplacé celles en bois ».

99 Moraes, A habitação, 29 janvier 1955 ; Vidraças de sobrados antigos no Rio G. do Sul, Anais III Cong. H.G.R.G.S., 7 p. de photos h. t. de l’étude de Freyre, Suggestões para o estudo histórico social do sobrado, p. xi-xx.

100 Alors que les Teuto-Riograndenses ont commencé à mettre des vitres à partir de 1840 (Moraes, A habitação). Cependant vers 1870-1872 nombre de fenêtres en étaient encore privées (Mulhall, Rio Grande do Sul, p. 109).

101 Rotermund Kalender, 1920 : Maison plus petite et à plan carré (8 x 8 m), toit à 4 pans.

102 Maison Ruschel et Schmidt (cf. ci-dessus note 50).

103 Portzelt, Der Deutsche Bauer, p. 54.

104 Wàibel, Principios, p. 197.

105 Bloch, Caractères originaux, pl. I (Bois Saint-Denis).

106 Brito, A Ilha de São Miguel, estampa XXVII.

107 Waibel, Principios, p. 197.

108 Waibel, Principios, p. 197 ; Porzelt, Der Deutsche Bauer, p. 41 ; C. Ross, Suedamerika, p. 272 ; Grimm, Heimatskunde, p. 114.

109 Canstatt, Land, p. 240.

110 Voir par exemple le centre de Dois Irmãos (photo 8, pl. III : à gauche de l’église on aperçoit derrière les maisons les limites transversales des cours et des jardins).

111 Valverde, Excursão a região colonial antiga do Rio Grande do Sul, R.B.G., X, 4 p. 486 et 492 ; plans.

112 Waibel, Principios, p. 198.

113 Porzelt, Der Deutsche Bauer, p. 43. La naissance des premières Stadtplätze a été retracée ou décrite par Ave Lallemant, Reise, p. 125 (S. Leopoldo) et p. 196 (Santa Cruz), comme par Hoermeyer, Sudbrasilien, p. 196 (Santa Cruz). Leurs ouvrages sont les premiers où figure le mot de Stadtplätze.

114 Il n’y a toujours pas de pont ; la structure du village est celle que tous avaient au xixe siècle sur le Piedmont. Voir ci-dessus p. 143.

115 Recenseamento geral de 1950, Rio Grande do Sul, Censo Demografico.

116 Zoeller, Die Deutschen, p. 158.

117 Porzelt, Der Deutsche Bauer, p. 43.

118 Festschrift... in Serra do Cadeado, 1924, p. 10-20.

119 Valverde, Excursão, p. 488.

120 Relatorio da Secretaria das Obras Publicas, 1919, p. 377.

121 Ainsi du point de vue du plan les petites villes des colonies tendent-elles à ressembler à celles de la zone luso-brésilienne.

122 Valverde, Excursão, p. 486.

123 Idem, ibidem, p. 491.

124 Enquête personnelle, 1952.

125 I.B.G.E., Cadastre Industrial, Rio Grande do Sul em 1952. Le rôle de ces petites villes est comparable à celui des villes rhénanes (Juillard, Villes et campagnes, Éventail de l’histoire p. 151-153).

126 Cardoso, O Municipio de Santa Rosa ; I.B.G.E., Cadastre Industrial, p. 130-132.

127 Valverde, Excursão, p. 478-488.

128 Idem, Ibidem, p..483-484.

129 Renseignements fournis par la Préfecture municipale.
J. U. 839403.

130 I.B.G.E., Cadastre Industrial, Rio Grande do Sul em 1952. p. 144-153.

131 Valverde, Excursão, p. 486.

132 Idem, ibidem, p. 487-488.

133 Idem, ibidem, p. 488 (plan).

134

Image

Table des illustrations

Légende Fig. 17. — La population du Rio Grande do Sul(D’après les résultats du recensement général de septembre 1950)Cette carte révèle l’apport démographique des colonies
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/5925/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 258k
Légende Fig. 18 a. — La densité de la population du Rio Grande do Sul en 1900
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/5925/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 163k
Légende Fig. 18 b. — La densité de la population du Rio Grande do Sul en 1950
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/5925/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 209k
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/5925/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 165k
Légende Fig. 19. — Pourcentage de Teuto-Riograndenses en 1950
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/5925/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 197k
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/5925/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 93k
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/5925/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/5925/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 93k
Légende Fig. 20. — Plan des maisons à colombage nos 2 et 3 à Nova Petropolis
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/5925/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 74k
Légende Fig. 21. — Plan de la maison Dienstmann à Dois Irmãos
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/5925/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 159k
Légende Fig. 22. — Plan de la maison Soine à Dois Irmãos
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/5925/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 130k
Légende Fig. 23. — Plan de la maison Hallebrand à Erechim
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/5925/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 106k
Légende Fig. 24. — Plan de la maison « moderne » (Schmidt, Lajeado, 1951)
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/5925/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 91k
Légende Fig. 25. — L’habitat rural dans une ancienne colonie allemandeA côté de la régularité géométrique des propriétés, on peut remarquer l’alignement des habitations en bordure du chemin.
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/5925/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 395k
Légende Fig. 26. — Villages dans l’ancienne colonie de São LeopoldoCertains comme Dois Irmâos et Bom Jardim sont des Waldhufendorfen, d’autres comme Joaneta et Padre Eterno des Strassendorfen. Tous sont étirés en « villages chenilles ».
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/5925/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 117k
Légende Fig. 27. — Plan de la ville de São LeopoldoBien qu’elle soit née le long d’une route à partir du point de franchissement du fleuve, la ville présente aujourdhui la même régularité que la plupart des agglomérations riograndenses influence de « l’urbanisme administratif ».
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/5925/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 49k
Légende Fig. 28. — Campo Bom, une petite ville dans l’ancienne colonie de São LeopoldoOn reconnaît les trois éléments dont elle est issue : à l’ouest un Waldhufendorf rectiligne, vers le sud un Strassendorf sinueux, au centre, de part et d’autre de la voie ferrée (ouverte en 1904), le damier des rues modernes.
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/5925/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 27k

© Éditions de l’IHEAL, 1959

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter