Versione classicaVersione mobile
OpenEdition Books

La colonisation allemande et le Rio grande do Sul

 | 
Jean Roche

Chapitre II. Une colonisation dirigée

Testo integrale

1Tout mouvement spontané de migration entre l’Allemagne et le Brésil était inconcevable au début du xixe siècle à cause des différences entre les milieux et les genres de vie et à cause de la distance qui séparait les deux pays : la lenteur, les aléas et le prix de la traversée, deux fois plus élevé que pour les États-Unis, faisaient reculer les émigrants.

  • 1 L’idée d’introduire des colons allemands aurait été suggérée à D. Pedro ier par l’Impératrice, D. L (...)

2C’est le gouvernement brésilien qui a attiré les émigrants européens en leur offrant divers avantages en espèces ou en nature. Cette colonisation a bien été le fait du prince. L’empereur D. Pedro ier s’est intéressé personnellement au peuplement et à la mise en valeur de nouvelles régions du Brésil par des Blancs autres que les Portugais. Qu’il ait été mû par une prescience intuitive de l’importance propre de la colonisation ou qu’il l’ait liée dans son esprit à d’autres questions de politique intérieure ou extérieure1, D. Pedro ier en a fait dès l’origine matière retenue.

3L’initiative, en effet, ne pouvait venir que de la couronne. Cette entreprise, allant contre la structure sociale et contre la conception économique héritées de la période coloniale, avait un caractère révolutionnaire. Elle devait être imposée par le gouvernement qui seul pouvait concevoir et dresser un plan d’ensemble d’une telle envergure, organiser le recrutement en Europe, offrir une compensation à la longueur et au coût du voyage, accorder des terres, installer des colons et entretenir les établissements au moins pendant quelque temps. L’administration est donc intervenue pour lancer la colonisation, car la colonisation officielle a été antérieure à la colonisation particulière, puis pour l’orienter, en choisissant les zones d’installation et en réglementant les conditions auxquelles les colons étaient soumis.

4Aussi le statut des colons a-t-il été déterminé par une véritable tutelle administrative et l’importance du rôle des fonctionnaires a-t-elle donné à la colonisation un aspect moderne. Les colonies lui doivent une originalité certaine par rapport aux autres zones de peuplement du Rio Grande et par rapport aux autres régions du Brésil où le gouvernement ne disposait pas d’une aussi vaste étendue de terres libres.

5L’histoire administrative de la colonisation n’est donc pas sans avoir subi l’influence de l’histoire politique et se divise comme celle du Brésil en deux, grandes phases ; l’une va du début de la colonisation jusqu’à la chute de l’Empire, l’autre correspond à la République. Cependant chacune de ces phases comprend diverses périodes suivant que la colonisation relevait du gouvernement central ou du gouvernement local et qu’elle connaissait la faveur ou la défaveur officielle.

6Enfin ce système d’immigration et de colonisation a dû compter à diverses reprises avec les courants d’opinion et les vues des gouvernements allemands.

1. PREMIERE PHASE : 1824-1889. SOUS L’EMPIRE

7Lorsque les colons commencèrent à arriver, il n’y avait pas de législation générale sur la question, pas de délimitation précise des attributions des diverses autorités, pas de fonctionnaires spécialisés.

8Après avoir tâtonné, l’administration a adopté diverses mesures qui ont constitué la première charte de la colonisation et lui ont imprimé ses caractères fondamentaux.

A. Première période : 1824-1847. La colonisation impériale

9Cette période, pendant laquelle la colonisation a été organisée et dirigée en fait par le gouvernement impérial, fut celle des essais.

a. Les essais

  • 2 Revista do Arquivo Publico : le numéro 15-16 (sept.-déc. 1924) est entièrement consacré à la public (...)

10Le berceau de la colonisation allemande dans le Sud du Brésil a été São Leopoldo dont le nom résume les premières expériences de la colonisation officielle2.

1. São Leopoldo

  • 3 Porto, O Trabalho, p. 12-32 ; Idem, A Real Feitoria, R.I.H.G.R.G.S., II, 4, p. 493-507.

11L’installation de la nouvelle colonie s’est faite tout naturellement sur des terres qui étaient la propriété de la couronne, celles de la Real feitoria do linho canhamo3, exploitée jusque là et sans succès avec de la main-d’œuvre servile. En mars 1824 J.F.F. Pinheiro, le premier Président de la Province, reçut l’ordre de procéder à la liquidation de l’établissement et de préparer l’installation des colons recrutés en Allemagne.

  • 4 Schaeffer, « cet aventurier de haut vol », a inspiré une abondante littérature : Porto, Trabalho, p (...)
  • 5 Il n’y a eu que peu de colons d’origine militaire (Schmid, Deutsches Söldnerschicksal, p. 27-29 ; P (...)

12Le recrutement y fut organisé par un agent direct du gouvernement brésilien, le major Schaeffer4. Jouissant de la confiance personnelle de l’Empereur et de l’Impératrice, il se trouvait déjà chargé d’engager des volontaires pour les bataillons étrangers créés en 1823. Le fait que Schaeffer ait mené les deux activités de front a nui à la renommée du Brésil en Allemagne et de la colonisation au Brésil. Ici on fut tenté de considérer les immigrants comme des gens sans aveu, à tel point que pendant longtemps les colons redoutèrent de passer pour des « Mecklembourgeois »5. Là la presse se fit bientôt l’écho des déceptions éprouvées par les colons.

  • 6 Hillebrand, Rélatorio, R.A.P., 15-16, p. 345-349.

13Pour les attirer plus facilement Schaeffer leur avait offert des conditions extrêmement favorables : les colons voyageraient aux frais du gouvernement brésilien, seraient immédiatement naturalisés, jouiraient de la liberté du culte, recevraient en libre propriété 160.000 brasses carrées de terre (77 hectares) par famille et des chevaux, des vaches, des bœufs, etc. ; pendant un an ils percevraient une aide en espèces d’un franc par tête et de cinquante centimes pendant la seconde année ; enfin ils seraient exempts de tout impôt et de toute prestation de service pendant dix ans. La seule condition qu’on leur imposât était l’inaliénabilité de leurs terres pendant dix ans6.

  • 7 Constitution, art. 5. Handelmann, Historia, p. 993-994.

14Or la propre Constitution de l’Empire s’opposait à la concession immédiate et automatique de la nationalité brésilienne et proclamait la religion catholique celle de l’Etat7. Aussi les deux stipulations qui lui étaient contraires disparurent-elles des contrats conclus à partir de 1827. Mais ils contenaient encore des promesses que le gouvernement ne put pas toujours tenir : la concession des terres resta incertaine et l’aide financière fut supprimée dès 1830.

  • 8 Pellanda, A Colonização, p. 21 et 24.
    Statistique générale de l’immigration dans le Rio Grande do Su
    (...)

15Le recrutement, qui avait été lent, fut alors suspendu. Au total 5.350 immigrants allemands sont entrés dans le Rio Grande do Sul de 1824 à 18308. Ce nombre, qui peut paraître faible, avait suffi à déborder l’administration locale.

  • 9 Tkuda, A Colonização, p. 35-36 ; R.A.P., 15/16, p. 14-273.

16Les administrateurs locaux ont cependant fait preuve de bonne volonté. Mais tout était problème pour eux, de l’installation des colons à l’organisation de la colonie9.

17Seuls les premiers immigrants furent dotés de terres sans retard ; déjà ceux qui arrivèrent en décembre 1824 eurent du mal à s’installer ; quant à ceux qui vinrent ensuite, ils durent souvent attendre des mois avant de se voir attribuer un lot et pourtant la division de la Feitoria fut accomplie en hâte. Il fallait loger les immigrants qui ne pouvaient pas rester entassés dans le bâtiment d’accueil. (Voir photo 4, pl. II). Les matériaux se trouvaient en abondance sur les lots, mais les colons devaient apprendre à les utiliser. Ils devaient cependant défricher et cultiver leurs terres. On leur distribua outils et semences. En attendant qu’ils pussent subvenir eux-mêmes à leurs besoins ils reçurent plus ou moins régulièrement l’indemnité qu’on leur avait promise. L’inspecteur contrôlait les fournitures de vivres, de savon, de chandelle, de tabac faites aux immigrants. Comme ceux-ci étaient grugés par les distributeurs, il institua une allocation en espèces. Les boutiquers qui s’installèrent devaient prendre en échange des denrées les bons délivrés par l’administration pour éviter aux colons de souffrir des retards avec lesquels étaient perçus les crédits correspondants. Ainsi l’ordre fut-il maintenu plus aisément.

  • 10 R.A.P., 15/16, p. 42, 51-54,155, 162-168, 202-207. Truda, A Colonisação, p. 38-39.

18Ce n’était pourtant pas là tâche aisée. Mêlés aux éléments travailleurs et pacifiques, il y avait des individus douteux, dont le moindre défaut était l’ivrognerie invétérée. L’inspecteur élabora une sorte de règlement de police, avec un barême des mesures répressives qui étaient appliquées par un ancien sous-officier des bataillons allemands. Mais le directeur de la colonie préférait prévenir les troubles à devoir les réprimer. Non sans habileté il refoule les « mauvais-sujets » hors de sa colonie. En 1824 il joint les « indésirables » au convoi que le Président de la Province expédie vers la lointaine colonie de São João das Missões. Il joue longtemps de l’envoi dans la colonie de Torres comme d’une sanction. Quant aux plus redoutables perturbateurs de l’ordre, ceux qu’il nomme par euphémisme « les célibataires », il les groupe dans une « Compagnie de volontaires Allemands », autre euphémisme, engagée dans la seconde guerre cis-platine10. Et le calme régna généralement dans la colonie.

19L’inspecteur esquisse ensuite un système d’administration qui réponde aux nécessités d’un ensemble déjà complexe. Les colons, destinés à devenir les agriculteurs du Rio Grande do Sul, commencent par travailler à l’aveuglette, puisqu’ils ignorent tout du sol, des plantes, du rythme des saisons. Pour les conseiller il fait venir deux exemplaires d’un dictionnaire d’agriculture. Les colons arrivés en 1824 ayant récolté dès 1825 une certaine quantité de haricots noirs, il propose aussitôt au Président de la Province qu’on leur en achète l’excédent et qu’on l’utilise pour l’alimentation des nouveaux arrivants au lieu de faire venir ces légumes de Pôrto Alegre, à grands frais. Il comprend immédiatement l’importance du développement économique pour l’avenir des colonies et bien que ses moyens soient limités il envisage d’organiser la distribution des lots en fonction des facilités d’accès et des possibilités de transport.

20Il établit également des sortes de modus-vivendi avec les immigrants qui ne peuvent s’adapter à l’agriculture et veulent vivre en exerçant la profession qu’ils ont apprise en Allemagne. S’il contrôle l’ouverture des magasins, il favorise l’établissement de divers ateliers d’artisans qui se groupent avec les boutiques autour de la chapelle en une petite, bourgade en face du Passo (gué) sur le rio dos Sinos.

  • 11 R.A.P., 15/16, p. 231-232 ; Petry, São Leopoldo, p. 22-24 ; Cf. aussi Correspondencia do Presidente(...)

21José Thomaz Lima nous a donné le tableau des activités de sa colonie en 182911. Les premiers colons, au bout de cinq ans de travail, possèdent une aisance relative grâce à leurs cultures (céréales, haricots, pommes de terre, etc.) ; l’excédent de la production est expédié sur le marché de Porto Alegre ; les divers corps de métiers sont déjà représentés : minotiers (avec 8 moulins à eau), cordonniers, tisserands, tailleurs. Il y a une huilerie, une fabrique de savon et huit petites tanneries, cellules-mères de l’industrie du cuir qui prospère aujourd’hui à São Leopoldo et à Novo Hamburgo.

  • 12 Visconde de São Leopoldo, Memorias, R.A.P., 15/16, p. 147. Mottola, Visconde do São Leopoldo.

22On comprend donc la satisfaction ressentie par l’inspecteur de la Colonie et par le Président de la Province devant ces résultats. Pinheiro, à qui fut donné le titre de vicomte de São Leopoldo, estimait que le fait le plus marquant de sa présidence avait été la fondation de la colonie12. Ce qui mérite d’être signalé, c’est l’intelligente harmonie régnant entre le Président et l’inspecteur, c’est la conscience et le souci d’humanité avec lesquels ces deux hauts fonctionnaires se sont acquittés de leur mission.

23Sans aucune obligation préalable Lima obtint qu’un et bientôt deux médecins allemands fussent payés par le gouvernement brésilien. Il essaya aussi de résoudre deux problèmes dont il perçut l’importance essentielle : l’exercice des cultes et l’instruction publique. Il fit établir un pasteur allemand dès 1824, puis un second et leur Fournit une maison et une salle de culte. En 1825 il faisait nommer un prêtre catholique comme aumônier de la colonie et en 1828 commençait la construction d’une chapelle qu’il munit de tous les objets rituels. II fit ouvrir un cimetière. Il tenta enfin de créer des écoles publiques pour les fils de colons.

  • 13 Truda, A Colonisação, p. 74-76.

24La colonie s’était étendue immédiatement de l’ancienne Feitoria sur le rebord de la Serra, entamant la forêt vierge. Avant même d’avoir atteint la limite de leurs lots, les colons passaient sur le domaine des animaux sauvages et sur celui des Indiens, les « Bugres » dont les premières attaques se déclenchèrent en 182913.

25Si les colons étaient détachés en flèche sur le piedmont qu’ils escaladaient, ils étaient ravitaillés par voie d’eau et pouvaient exporter de la même manière l’excédent de leurs récoltes ; c’est de sa situation au bord d’un fleuve navigable, c’est de son port que São Leopoldo tira sa force pendant les cinquante premières années de son existence. (Voir fig. 12). D’autres colonies, fondées à la même époque, mais dans des conditions différentes n’ont connu que la stagnation ou l’échec.

2. São João das Missões et Torres

São. João
  • 14 R.A.P., 15/16, p. 14, 21, 22, 29, 31, 38, 106,111,113,159. Porto, O Trabalho, p. 84-89 ;

26Le Président de la Province avait soumis au gouvernement impérial un projet personnel, antérieur à la fondation de São Leopoldo. Pour des raisons surtout politiques il désirait peupler de nouveau l’ancienne zone des Missions jésuitiques. Même après avoir reçu les instructions de mars 1824 relatives à la fondation de São Leopoldo, il plaida encore la cause de sa colonie14. Malgré le silence du secrétariat d’Etat il prend sur lui d’envoyer à São João das Missões, à plusieurs centaines de kilomètres au Nord-Ouest de Porto Alegre, un certain nombre d’immigrants. Il groupe ceux qui étaient réputés indésirables. Soixante-sept individus quittent Porto Alegre en novembre 1824.

27Ils débarquent à Rio Pardo le 1er décembre. Le chef d’escorte perd deux semaines en négociations pour obtenir les six charrettes nécessaires au transport. Pendant ce temps les uns tentent de s’évader, d’autres échangent leurs vêtements contre de l’alcool et les plus sages tombent malades. Le 14 décembre leur caravane s’ébranle, escalade le rebord du Plateau et arrive le 6 janvier 1825 à São João, après des difficultés inouïes. Le responsable de leur installation a grand mal à se procurer des denrées alimentaires, même en les payant un prix exorbitant. Les immigrants vendent leurs rations pour boire, sombrent dans la misère et commencent à disparaître. Devant l’échec de son projet, Pinheiro fait ramener les derniers à São Borja.

28Ainsi disparut la colonie de São João das Missões qui, même si elle eût été composée d’excellents sujets, n’eût pas pu survivre, parce qu’elle avait été établie dans une région lointaine et presque inaccessible.

Torres
  • 15 R.A.P., 15/16, p. 41, 58, 60, 67, 69, 171, 173, 208 ; Porto, O Trabalho, p. 90-93.

29Le Président de la Province méconnut encore l’importance de ces facteurs lorsqu’il décida la fondation d’une colonie à Torres15. Cette fois il désirait peupler la zone boisée qui séparait le Rio Grande do Sul de la Province de Santa Catarina. Les colons furent pris à São Leopoldo et acheminés dans des conditions également pénibles. Les catholiques restèrent à proximité de Torres, à São Pedro d’Alcantara ; les protestants furent installés sur les terrasses de la vallée du rio Tres Forquilhas. Le climat y est plus chaud qu’à São Leopoldo et les cultures tropicales y réussissent parfaitement, mais le paludisme y était endémique. L’accès vers l’intérieur était interdit par l’escarpement de la Serra, que seuls des sentiers muletiers peuvent gravir ; Pôrto Alegre était hors d’atteinte. Les échanges ont été réduits à quelques sacs de sucre et à quelques barils d’aguardente transportés à dos d’animal.

30Les deux groupes totalisaient 401 habitants en 1830 et 900 seulement en 1859. Il n’y entra pratiquement pas d’autres immigrants au cours du xixe siècle. Aussi la colonie tomba-t-elle en léthargie. Les rapports administratifs finirent même par l’oublier. Elle n’a fourni aucune contribution au développement ultérieur du Rio Grande do Sul. Ses habitants sont aujourd’hui encore beaucoup plus pauvres que tous les autres colons riograndenses d’origine allemande.

31Les autorités brésiliennes auraient dû tenir compte de ces diverses tentatives et en tirer l’enseignement qu’il y avait une corrélation entre le succès de la colonisation et l’existence de bons moyens de communication, à savoir alors la navigation fluviale. Mais l’administration a suivi ultérieurement une orientation bien différente. Il est vrai qu’un long laps de temps s’écoula entre les premiers essais et le développement de la colonisation.

b. L’arrêt de la colonisation a partir de 1830

  • 16 Wellisch, Legislação, p. xxx ; Carvalho, O Brasil, p. 113.
    Sur les conséquences de la loi de 1830 à
    (...)

32Les crises politiques qui survinrent à Rio de Janeiro puis dans le Rio Grande do Sul paralysèrent la colonisation à partir de 1830. Au moment où le gouvernement aurait pu élaborer la législation générale et la réglementation systématique qui devenaient nécessaires, la loi de budget du 15 décembre 1830 supprima tous les crédits pour la colonisation étrangère16. Cette manœuvre du Parlement condamnait toute nouvelle tentative et risquait d’annihiler les colonies déjà existantes. A São Leopoldo les colons s’agitèrent à cause du préjudice qu’ils subissaient puisque ni les indemnités échues ni celles qui leur avaient été promises pour les deux premières années de séjour ne leur étaient payées. Cette loi, pour eux rétroactive, leur inspira une méfiance redoublée à l’égard de l’État brésilien et ne leur laissa qu’une seule chance de survivre, la solidarité ethnique.

33D’ailleurs la loi du 12 septembre 1830 sur la location de services par les étrangers, qui voulait favoriser l’agriculture nationale mais qui établissait une grande inégalité entre les obligations des travailleurs et celles des propriétaires, n’était pas faite pour améliorer l’état d’esprit des colons. C’est en 1837 seulement qu’une nouvelle loi sur le travail des étrangers leur accorda un sort plus favorable.

34Certes ils auraient pu bénéficier de la loi du 23 octobre 1832 sur la naturalisation, qui accordait 1a nationalité brésilienne aux étrangers ayant au moins quatre ans de séjour lorsqu’ils étaient propriétaires fonciers ou qu’ils exerçaient une profession utile. Cependant comme il fallait fournir la preuve de l’âge, de la résidence, de la propriété, puis faire une déclaration devant le Conseil municipal, enfin payer une taxe, les naturalisations furent très rares.

  • 17 Les fazendeiros et les conservateurs y voyaient une concession à la politique abolitionniste poursu (...)
  • 18 Wellisch, Legislação, p. xxx ; article 11, paragraphe V.

35Non seulement la colonisation avait entraîné l’opposition du Parlement à la politique impériale, mais elle avait été l’une des causes de l’abdication de l’Empereur17. La Régence, dont les premières années furent marquées par de graves crises politiques, ne portait à la colonisation qu’un médiocre intérêt. L’Acte additionnel du 12 août 1834 transféra aux provinces la compétence en matière de colonisation18, sans préciser cependant leurs attributions, ce qui causa des difficultés aux gouvernements provinciaux quand le gouvernement central s’intéressa de nouveau à cette question. De plus les provinces n’avaient pas de patrimoine propre et ne pouvaient donc pas fonder de colonies agricoles.

36Le Rio Grande do Sul joua de malheur et ne profita pas de la décentralisation amorcée par l’acte additionnel, puisque le 20 septembre 1835 éclata la Révolution farroupilha qui entrava pendant dix ans le développement de la Province.

37Grâce à son directeur de fait, le Dr. Hillebrand, la colonie de São Leopoldo a survécu à cette nouvelle crise. On ne doit d’ailleurs pas pousser trop au noir le tableau de la colonie pendant la guerre civile. Celle-ci développa un fructueux commerce de São Leopoldo avec Porto Alegre et elle eut une autre conséquence directe sur le statut des colons allemands : ils reçurent en 1846 la nationalité brésilienne sur simple déclaration devant le Conseil municipal et sans frais.

  • 19 Tejo, Retrato, p. 148-150. Idem, Contribuição, P.S.P., 3, p. 77. R.I.C., 1943, 2, p. 240. Abrantes,(...)

38Malgré les débats devant l’Assemblée générale entre 1841 et 1844 (que motivaient les menaces pesant sur l’avenir de l’esclavage) le gouvernement impérial n’a pas élaboré de nouveau système agricole19. Et lorsque la colonisation fut reprise, elle le fut par les autorités provinciales qui durent à leur tour faire leur apprentissage.

B. Deuxième période : 1848-1874. La colonisation provinciale

39La période qui s’ouvrit au lendemain de la pacification du Rio Grande do Sul fut plus favorable à la colonisation et la vit doter du statut légal dont elle avait besoin.

a. Le statut de la colonisation et l’administration provinciale

1. La législation

40La colonisation fut régie par deux séries de lois, votées par l’Assemblée générale et par l’Assemblée provinciale.

  • 20 Loi 514, chapitre III, article 16. C’est cette loi qui a favorisé la création des colonies provinci (...)

41Par la loi générale n° 514 du 28 octobre 1848 chaque province recevait de l’Empire trente-six lieues carrées de terres libres, exclusivement réservées à la colonisation. L’introduction et l’emploi des esclaves y étaient interdits et les colons ne deviendraient propriétaires des terres concédées qu’après les avoir défrichées et exploitées dans un délai maximum de cinq ans. L’intention du législateur était de développer l’agriculture par le faire-valoir direct. C’est cette loi qui permit la création des colonies provinciales et qui régit le domaine foncier de la Province jusqu’à la proclamation de la République20.

  • 21 Art. 3. — Sont terres libres :
    § 4. Celles qui ne se trouveront pas l’objet de possessions qui, bien
    (...)

42La loi générale du 18 septembre 1850, qui régla l’acquisition des terres libres, en réserva là disposition au gouvernement impérial exclusivement. Le seul titre d’acquisition désormais valable serait l’achat et non plus la concession. C’était un barrage contre l’usurpation des terres publiques. Mais le législateur y avait laissé une brèche. Les exigences pour la légitimation des possessions de fait étant très réduites, des légitimations de complaisance permirent l’appropriation de milliers d’hectares. L’article 3 paragraphe 4 de cette loi, qui offrait ainsi la possibilité de la tourner, en a fait un moteur pour la colonisation : nombre de colonies particulières ont été fondées grâce à l’interprétation spécieuse de la loi de 185021.

  • 22 Création d’organismes administratifs : commission pour vérifier les travaux sur la colonisation(185 (...)

43La législation promulguée entre 1850 et 1870 n’intéressa le-Rio Grande do Sul que dans la mesure où elle prévoyait quelques dispositions d’ensemble comme la création d’organes administratifs siégeant à Rio de Janeiro, la réglementation des conditions de transport des immigrants, la réaction contre les manœuvres tendant à discréditer en Europe l’émigration vers le Brésil22. La mesure la plus efficace prise par le gouvernement impérial fut la circulaire envoyée en 1865 aux consuls brésiliens en Europe leur ordonnant de payer aux émigrants à destination du Brésil la différence entre le prix de la traversée et celui du billet pour les États-Unis. Enfin, le règlement de 1867 établissait de nouvelles nonnes pour la concession des lots à crédit et accordait divers avantages aux colons : des outils et des semences, les soins médicaux gratuits pendant la phase d’installation, une prime en espèces, l’enseignement primaire, l’exercice du culte. Mais le gouvernement impérial n’intervint directement dans la colonisation du Rio Grande qu’en 1870. Entre temps elle a été organisée et dirigée par l’administration locale.

44Au moment où la Province prend la colonisation à son compte, on estime qu’il faut la favoriser car l’élevage subit une crise et l’agriculture suscite de grands espoirs. La Province sent donc la nécessité d’établir la colonisation sur une large base réglementaire.

  • 23 Loi provinciale n° 229. (Carvalho, Brasil, p. 413414). Elle ne concerna guère que la colonie de San (...)

45La loi provinciale du 4 décembre 1851 lui donne un premier statut23. Le Président de la Province doit faire cadastrer des lots de 100.000 brasses carrées (48 ha) dans tous les noyaux qui seront établis sur les terres accordées par la loi de 1848. Ces lots seront concédés gratuitement aux colons. C’est gratuitement encore que les colons recevront des instruments et des semences. Ils auront droit en outre à une indemnité de voyage et à une aide en espèces pendant la période d’installation. Mais ces modalités si favorables ne purent pas être maintenues car elles auraient grevé trop lourdement le budget provincial.

  • 24 Loi provinciale n° 304. Carvalho, Brasil, p. 415-418 ; Truda, Colonização, p. 65-67 ; Porto, TrabaI (...)

46Aussi une autre loi fut-elle bientôt promulguée, la loi de 1854) qui fut la véritable charte de la colonisation dans le Rio Grande do Sul jusqu’à la fin du xixe siècle24 ; Les terres ne sont plus données aux colons, mais vendues soit au comptant soit à crédit (sans intérêts, avec payement en 5 ans). Si le colon peut percevoir pour ses frais de voyage 50 milreis par personne, ce n’est qu’à titre d’avance remboursable. La loi accorde cependant quelques avantages gracieux comme l’hébergement et l’entretien des colons du port de Rio Grande jusqu’au lieu de destination.

47Le règlement d’administration pris en 1855 fixe le prix minimum du lot et l’échelonnement des payements : le premier versement, très modique (1/10), n’est exigé qu’à la fin de la troisième année après la cession du lot. Le colon doit donc pouvoir s’acquitter sans grande difficulté. Le défrichement et l’exploitation des terres sont, avec le payement de leur valeur, les conditions nécessaires à l’acquisition de la pleine propriété par le colon qui doit résider sur le lot acquis et le cultiver lui-même dans un délai maximum de deux ans, sans quoi les terres feront retour au domaine provincial.

48Mais la réglementation de 1854-1855 fut d’application difficile. Elle grevait les terres : d’hypothèques jusqu’à l’extinction totale de la dette souscrite par le colon et les rendait inaliénables tant que le Trésor provincial n’avait pas donné quitus. Comme les formalités libératoires étaient longues et compliquées, beaucoup de colons n’attendirent pas leur conclusion pour opérer des transactions qui furent la source de contestations sans nombre entre les acquéreurs de seconde main ou entre les ayant droits et le Trésor. La colonisation officielle en souffrit d’autant plus que le remboursement des dépenses de voyage, des rations alimentaires et des avances diverses s’opérait avec le payement de la valeur des terres.

49Les agents chargés de la colonisation n’ont jamais pu obtenir l’unification du statut des colons. Ceux-ci, suivant la date à laquelle ils sont arrivés, ne sont pas soumis aux mêmes obligations et ne jouissent pas des mêmes avantages. En effet, lorsqu’ils sont arrivés entre 1851 et le 30 novembre 1854 ils sont régis par la loi du 4 décembre 1851 ; mais ils le sont par celle du 30 novembre 1854 s’ils sont arrivés entre cette date et le 31 décembre 1857 ; par la loi du 8 décembre 1857 si leur arrivée se place entre le 1er janvier 1858 et le 1er mai 1859 ; et à ce moment-là le règlement d’administration de 1859 vient modifier les stipulations de ceux de 1855 et de 1857.

  • 25 Relatorio do Presidente da Provincia (1858-1870). Dès 1858 le Président signale : « Les ventes de l (...)

50De cet enchevêtrement naissent de grandes difficultés administratives, particulièrement à propos de la dette coloniale25, traînée par tous comme un véritable boulet. En 1866, l’Assemblée législative provinciale en ordonne le recouvrement d’urgence. Cela soulève l’émotion dans les colonies. Le rapport de l’agent interprète au Président en 1867 révèle que la dette coloniale n’est pratiquement pas recouvrable. L’impatience de l’Assemblée fait d’ailleurs presque immédiatement place à la mansuétude. Une loi déposée en 1867 et votée en 1869 limite la dette des colons au montant de la valeur des terres, les dispensant des autres remboursement prévus.

  • 26 Relatorio do Presidente da Provincia ; Kalkhann, Relatorio, R.I.C., II, p. 240 ; Ave-Lallemant, Rei (...)

51Si la législation favorise l’agriculture, le gouvernement provincial expédie dans les colonies qu’il a fondées le plus grand nombre possible d’immigrants et en fait des agriculteurs, bon gré mal gré. En 1853, sur 71 chefs de familles envoyés à Santa Cruz, il y a 25 artisans et 46 agriculteurs ; tous cependant reçoivent un lot de terre et ne peuvent vivre que de sa culture. A la même date, 96 % des immigrants introduits pour le compte du gouvernement deviennent colons et 70 % sont dirigés sur les colonies officielles qui en absorbent encore 64 % en 1860 et 57 % en 1873. Il est-vrai que sont chaque année plus nombreux ceux qui veulent rester en ville ou y revenir immédiatement : 5 % en 1866, 20 % en 1873. Mais dans l’ensemble, les habitants des colonies restent agriculteurs : 100 % en 1860,95 % en 1865 à Santa Cruz ; même à São Leopoldo il n’y a pas encore place pour un artisanat développé. La fonction essentiellement agricole des colonies allemandes entre 1846 et 1873 nous est confirmée par les rapports officiels comme par les descriptions des voyageurs étrangers26.

2. L’Administration provinciale des colonies

52L’organisation administrative pour la réception, l’installation et la tutelle des colons a été modifiée à plusieurs reprises.

53Le gouvernement du Rio Grande do Sul a organisé d’abord le logement et l’entretien des immigrants durant leur voyage à travers la province. Il dota d’un centre d’hébergement Rio Grande où ils entraient dans la province, Porto Alegre où ils avaient à régler diverses formalités, Rio Pardo où ils quittaient le bateau pour s’acheminer vers la plupart des colonies fondées entre 1848 et 1870. Deux agents interprètes furent nommés, l’un à Rio Grande, l’autre à Porto Alegre en 1857.

  • 27 Non seulement le Dr Hillebrand a été l’une des figures les plus attachantes de São Leopoldo, mais i (...)

54Le Président de la Province entendit surtout donner à chaque colonie un directeur, délégué de l’administration centrale, mais aussi tuteur et conseiller des colons, comme le Dr Hillebrand l’avait été à São Leopoldo. Dès 1850, il demanda les crédits nécessaires ; en 1855, il ne les avait encore obtenus que pour Santa Cruz ; mais par la suite chaque colonie eut son directeur. Ces fonctionnaires furent la cheville ouvrière de l’administration et la personnalité de chacun d’eux joua un rôle d’autant plus important dans le développement des colonies qu’ils ont connu une grande stabilité27.

55Malheureusement, les postes d’agents centraux ont été créés, supprimés, rétablis au gré des lois budgétaires et de l’opinion de la majorité de l’Assemblée provinciale. Le règlement du 7 juillet 1857 créa pour la réception des immigrants à Pôrto Alegre un poste d’intendant qui fut supprimé le 20 novembre 1867 ; la charge d’agent interprète de Rio Grande, supprimée le 11 avril 1866, fut rétablie le 10 janvier 1867, mais supprimée définitivement en 1877, comme celle de Porto Alegre ; on créa un poste d’inspecteur général de la Colonisation en 1859, mais on le supprima en 1867 et ses fonctions furent exercées par l’agent interprète de Porto Alegre jusqu’en 1877.

  • 28 Kosekitz, Relatorio 1867, p. 12 ; Reforma, 16 août 1881 ; Pellanda, A Colonização, p. 7-8. La fonct (...)

56La plupart de ces fonctionnaires furent d’origine allemande28. Ils remplirent avec beaucoup d’intelligence de conscience un rôle aussi important que délicat, car leur sollicitude pour leurs administrés se heurtait parfois à la complexité de la réglementation existante et aux préjugés des députés.

57D’une part, en effet, cette confusion troublait les meilleurs colons et permettait aux autres de tenter d’échapper à leurs obligations ; aussi régnait-il souvent parmi eux un « mauvais état d’esprit envers le gouvernement ».

58D’autre part celui-ci n’a jamais cessé de pratiquer le dirigisme en matière de colonisation-Dès 1852, les députés se préoccupaient du risque d’abandon des terres par les colons qui allaient devenir de « mauvais sujets ». En 1856, le Président s’indignait que de nombreux immigrants allassent s’agglomérer à São Leopoldo au lieu de s’installer dans la colonie provinciale de Santa Cruz ; il proposait d’obliger les immigrants subventionnés à aller là où le gouvernement l’entendait et de contrôler les entreprises particulières de colonisation (interdiction de l’esclavage, du colonat partiaire, vérification des contrats de vente et du prix des lots, etc.). D’après le règlement du 7 juillet 1857 seuls les immigrants optant pour les colonies officielles seront logés et nourris aux frais de la Province jusqu’à leur arrivée à destination, les autres n’auront droit qu’à trois jours de gîte.

  • 29 Annaes da Assembleia, 21 novembre 1857 (« le colon qui à été engagé pour mettre une terre en valeur (...)

59Ces mesures semblent toutes naturelles à l’opinion provinciale pour qui le colon, lié par un contrat, ne doit pas vendre sa terre sans l’avoir cultivée et ne saurait la quitter pour s’installer ailleurs ou exercer une autre profession sans commettre un abus de confiance. Le colonat est bien considéré comme un véritable statut personnel, avec limitation des libertés de résidence et de profession29. C’est pour le moins paradoxal chez des hommes qui ont prôné la « colonisation spontanée ». Il est vrai que la même contradiction se retrouve à propos du recrutement des colons.

b. Les réalisations

1. Le recrutement des colons

  • 30 Carvalho, O Brasil, p. 204, 257 ; S. Rocha, Historia, p. 25 ; Costa, O problema da imigração : esti (...)

60Bien que le gouvernement provincial ait dû recourir tantôt au système des contrats passés avec des recruteurs tantôt à des artifices comme la compensation des frais de voyage et les prêts à l’installation afin d’attirer les immigrants, il a affiché une constante préférence pour l’immigration spontanée30. Développée prématurément, cette idée a porté préjudice à la colonisation en cours. Dès 1850, le Président de la Province déclare que la colonisation spontanée est la meilleure : elle assure la moralité et l’ordre dans les colonies, un apport de capitaux et une économie pour le gouvernement qui se limite à distribuer des terres. Cette même idée est reprise dans les rapports de 1859, de 1861, de 1866, de 1869. Dès 1864, le Président se félicite que l’élan soit donné et qu’il suffise de favoriser la colonisation spontanée « dont le courant augmente ». En 1872, le même optimiste officiel se retrouve dans le rapport du président : « S’il n’intervient pas d’événement extraordinaire, l’époque n’est pas loin où s’établira le courant d’immigration spontanée de l’Allemagne vers le Rio Grande ». En fait la colonisation provinciale marquait le pas faute d’immigrants à établir.

  • 31 Annaes da Assembleia, 23 avril 1871.

61L’Assemblée législative provinciale souligne à diverses reprises les avantages théoriques qu’elle trouve à la colonisation spontanée. Elle poursuit elle aussi le mirage du moment toujours proche où l’immigration vers le Rio Grande sera « spontanée ». Les arguments avancés sont tantôt que les contradictions et les erreurs du gouvernement rendent nécessaire une réforme complète de la législation coloniale, tantôt qu’au lieu d’entretenir des recruteurs il vaut mieux employer l’argent de la Province à faire des ponts, des routes et des écoles dans les régions colonisées, voire à créer une compagnie de navigation directe entre l’Allemagne et le Rio Grande do Sul qui recevrait ainsi des immigrants spontanés. « La colonisation doit être libre... De tels contrats entraînent la méfiance sur le sort qui attend le colon » dont la vie est présentée comme un esclavage déguisé »31.

  • 32 Martins, Uma politica ; p. 49. Marrette, Quelques aspects, p. 72.
  • 33 Pellanda, A Colonização, p. 10-14 ; Carvalho, O Brasil, p. 135-136. Au sujet des contrats il faut c (...)

62Tenue pour un mal, la subvention aux immigrants a été la caractéristique la plus réelle de la colonisation, dans le Rio Grande comme dans d’autres provinces brésiliennes32. Considéré comme un pis-aller, le système des contrats a cependant été le moyen le plus efficace d’alimenter le courant d’immigration dans les colonies provinciales entre 1850 et 187333.

63Dès 1851 Pedro Kleudgen avait passé avec le gouvernement provincial un contrat par lequel il s’engageait à introduire 2.000 colons en deux ans pour la colonie de Santa Cruz. Il ne put parvenir à ce chiffre, mais resta comme le procureur à l’émigration, chargé d’une mission de propagande en Allemagne.

64En 1855 c’était la Société Montravel, Silvéiro et Cie qui s’engageait à introduire 1.440 colons, contre une prime de 30 ou de 15 milreis par colon, suivant qu’il avait plus ou moins de 12 ans, et moyennant un prêt de 57.000 milreis remboursable en trois ans. Le contrat fut modifié en avril 1856 et en février 1857. En 1859, la Société n’avait introduit que 1.187 colons. Attaquée, elle dut être défendue par le député Barcellos qui en faisait partie. Il soulignait qu’entre autres avantagés l’immigration par contrat présentait celui d’être moins, coûteuse que le recrutement direct.

65En 1857 la Province signa deux contrats importants, l’un avec la « Companhia Hamburgo-Brasileira » dont l’agent était Julius Knorr qui a laissé son nom au contrat, l’autre avec la firme Claussen-Bertan filiale de la maison de commerce fondée par Claussen dans le Rio Grande. Dans les deux cas l’introduction de colons était subventionnée à raison de 30 milreis par individu de plus de 12 ans et de 15 milreis par enfant de 2 à 12 ans. Claussen s’était engagé à recruter 1.000 colons mais il n’en introduisit que 194 en un an.

66En août et septembre 1858 la Province conclut deux autres contrats, avec Almeida et Martins. Almeida recevait un prêt de 30.000 milreis, remboursable de la troisième à la huitième année déduction faite d’une prime de 37 milreis par colon adulte et de 12 milreis et demi par enfant. Il devait introduire 20 familles ou 100 colons par an pendant 5 ans. Martins recevait un prêt de 100.000 milreis pour 6 ans et les mêmes primes qu’Almeida.

67En 1859 le Président est obligé d’annuler le contrat signé par le consul brésilien à Hambourg avec Martin Valentin pour le recrutement de 3.000 colons, parce qu’il est incompatible avec la loi budgétaire. Le Président déclare pourtant qu’il étudie de nouvelles propositions présentées par diverses firmes allemandes de Hambourg, Bremen et Anvers. Il signe en décembre 1859, un contrat avec la firme Steinmann pour l’introduction en un an de 500 immigrants âgés de 2 à 45 ans. Le Rio Grande n’en reçoit que 266 en 1860. Cependant le Président exprime sa satisfaction et renouvelle sa confiance à Steinmann en 1862.

68Le ralentissement de la colonisation provinciale provoqua celui du recrutement par contrat, mais c’est en 1871 que fut signé le plus important, avec Caetano Pinto et Holtzweissig qui s’engagèrent à introduire 40.000 colons en 10 ans. Passionnément discuté à l’Assemblée il n’a d’ailleurs pas produit les résultats espérés.

  • 34 Schmählig, cité par Koehler, Brasilien, p. 237. Cf. aussi Expilly, La traite, p. 126. Handelmann, H (...)

69Mais en caressant l’espoir de remplacer l’introduction de colons à tant par tête par l’immigration spontanée, les gouvernants riograndenses ont fait dépendre la colonisation de l’état de l’opinion allemande. Or celle-ci était hostile à l’émigration vers le Brésil. La concomitance entre les mesures liées à l’abolition de la traite et les activités colonisatrices du gouvernement brésilien fut exploitée par des publicités et des hommes d’État : « Alerte contre les trafiquants brésiliens de chair humaine »34. D’autres dénonçaient les inconvénients du régime des terres. D’autres reprochaient au Brésil soit de considérer les fils d’immigrants comme des nationaux soit d’opposer des difficultés à la naturalisation des étrangers. D’autres rappelaient les restrictions que la Constitution et les autorités apportaient à la liberté des cultes et leur refus de reconnaître la validité civile des mariages protestants. Cette opposition n’a jamais désarmé depuis qu’elle avait lancé l’alarme contre les manœuvres de Schaeffer et elle a touché les hautes sphères de l’administration, en particulier en Prusse.

  • 35 Tonnelat, L’expansion, p. 100 et 145 ; Wiederspahn, Um documenta importante para a historia da colo (...)

70Le rescrit de Von Heydt (ministre prussien du Commerce, de l’Industrie et des Travaux publics) en date du 3 novembre 1869 interdit l’octroi de concessions à des entreprises de transport d’émigrants allemands vers le Brésil35 Le gouvernement prussien n’a pas interdit l’émigration vers le Brésil, comme on l’a dit, mais il se refusa à protéger les agents de cette émigration, à cause des plaintes qui lui avaient été transmises et des mauvais renseignements qu’il avait reçus entre 1862 et 1868 sur la situation des colons.

  • 36 Mulhall, Rio Grande do Sul, p. 129 ; Journal D. Deutsche Einwanderer 1857-1858 ; Kerst, Die Kolonie (...)
  • 37 Pellanda, Colonização, p. 22, 24 et 25.Cf. aussi ci-dessus note 8.

71Le gouvernement du Rio Grande do Sul, s’il compte sur l’émigration « spontanée », doit donc organiser sa propagande et d’abord neutraliser la contre-propagande allemande : le témoignage objectif des colons montre que leur sort n’était pas si déplorable qu’on le prétendait36. La seule mesure efficace fut la prise en charge de la différence entre le prix du voyage pour les États-Unis et celui pour le Brésil, mais elle ne profita guère qu’au gouvernement central qui est entré en concurrence avec le gouvernement provincial. Celui-ci n’a donc pas toujours eu une pleine liberté d’action et les résultats acquis n’ont pas répondu à ses projets. Pendant cette période l’immigration allemande n’a même pas atteint 20.000 entrées et celle d’autres nationalités 3.00037.

72Cette faiblesse de l’immigration explique la lenteur avec laquelle le gouvernement provincial a fondé et développé de nouvelles colonies pendant cette période. (Voir fig. 11 et 12.)

2. Les colonies fondées entre 1848 et 1874

  • 38 Idem, ibidem, p. 32 et 77-92. Kleudgen, Die Deutsche Kolonie Santa Cruz, 1852 ; Menezes, Municipio (...)

73Le gouvernement provincial a créé tout d’abord la colonie de Santa Cruz38 sur les terres cédées en vertu de la loi de 1848. Fondée dès 1849, elle s’est développée surtout après 1854. Elle avait été établie pour servir de relai entre Rio Pardo et Cruz Alta sur une route commencée en 1847. Ses débuts furent handicapés parce qu’elle se trouvait à plus de 40 kilomètres du fleuve. Mais son sol était fertile et la colonie prospéra grâce à la culture du tabac. Elle fut émancipée dès 1872.

  • 39 Pellanda, A Colonização, p. 170-174.

74La colonie de Santo Angelo39, créée en 1855, ne fut fondée qu’à la fin de 1857, c’est-à- dire presque dix ans après Santa Cruz. Elle était établie dans la vallée du Jacui, en amont d’un coude de capture qui l’isolait par ses chutes. Faute de moyens de communication, son développement fut très dent. En 1855 elle devint district du municipe de Cachoeira dont elle dépend toujours (Agudo).

Fig. 11. — Carte du peuplement du Rio Grande do Sul de 1824 à 1872
Pendant que la colonisation allemande s’étendait sur le Piedmont recouvert de forêts, c’est dans la Campanha et sur les premières croupes du Plateau ; recouvertes de prairies, que se développaient les centres de peuplement luso-brésiliens.

  • 40 Idem, ibidem, p. 138-147.

75Nova Petropolis40, créée et fondée en 1858, présentait l’inconvénient d’occuper un terrain montagneux. Elle était destinée à jalonner la route entre Porto Alegre et le rebord supérieur du Plateau, mais comme cette route fut ouverte seulement en 1944 la colonie n’a connu qu’une activité réduite. Nova Petropolis vient d’acquérir son autonomie en 1954.

Fig. 12. — Carte des anciennes colonies allemandes
Elles se sont établies dans les vallées du Piedmont le plus souvent au-dessous de la cote 300 mètres.

  • 41 Idem, ibidem, p. 89-90.

76Monte Alterne41, créée et fondée en 1859, fut rattachée à la colonie puis au municipe de Santa Cruz, à la prospérité duquel elle participe.

77Les colonies de São Francisco de Assis et du Haut Uruguay créées par la loi du 19 novembre 1859, comme celles de São Nicolau (Encruzilhada) et de São Gabriel, créées par la loi du 29 avril 1871, restèrent toujours à l’état de projet.

  • 42 Relatorio do Presidente 1882 (Rapport du directeur Kalden) ; Koseritz, Colonisação provincial, Gaze (...)

78La colonie de São Feliciano42, fondée en 1857 en collaboration avec le gouvernement impérial, connut beaucoup de vicissitudes avant de repasser sous le contrôle du gouvernement général.

  • 43 La colonie de Conde d’Eu a donné naissance au municipe de Garibaldi et celle de Dona Izabel à celui (...)

79Quant aux colonies fondées en 1869-1870 par le gouvernement provincial sur le bord du Plateau, Conde d’Eu et Dona Izabel43 elles furent revendiquées par le gouvernement impérial et la Province les lui abandonna sans grande résistance, faute de pouvoir les peupler elle-même.

  • 44 Relatorio de Galvão, 1847 (Roche, L’administration).
  • 45 Relatorio de d’Andrea, 1849 : « il faut installer des colons agriculteurs dans tous ces grands dése (...)

80Les réalisations provinciales ont été bien modestes. Le contraste est grand avec les projets des présidents. Dès 1847, enthousiasmé par le succès de São Leopollo, Galvão proposait à l’Assemblée de fonder une colonie dans chaque municipe44. En 1849 le maréchal d’Andrea élaborait un plan d’ensemble : une ceinture de colonies devait entourer le rebord forestier du Plateau et répandre les bienfaits de la petite propriété45. En 1855 le Président insistait pour répartir les colonies dans tous les municipes dont les conditions naturelles le permettaient, En 1864 il soulignait les avantages démographiques et économiques présentés par la colonisation. En 1869-1870 il exaltait l’attention portée à la colonisation par le gouvernement et par l’assemblée provinciale. En 1871 encore il insistait sur la nécessité de multiplier les noyaux coloniaux. Mais ce contraste paradoxal ne s’explique-t-il pas par la politique même du gouvernement provincial ?

  • 46 R.A.P., n° 8, Budget Colonisation, p. 84-85 ; Budget provincial, p. 345-346. Les dépenses furent re (...)

81D’une part son idéal a été de se limiter à l’intervention minima. La prospérité des colonies devait naître de la capacité de travail des colons et de l’expansion naturelle de l’agriculture. Son rôle devait donc cesser le plus tôt possible après la fondation de la colonie. Cette position était renforcée par le désir de ne pas accroître démesurément les dépenses. Le gouvernement provincial a souvent cru, comme les députés, que la colonisation coûtait cher. Or ses crédits n’ont jamais représenté qu’un faible pourcentage du budget annuel, de 5 à 6 %. L’introduction et l’installation des colons, qui se sont élevées de 45 milreis par tête en 1852 à 101 en 1867, n’ont coûté au total entre 1849 et 1874 que 1.300.000 milreis46. Pendant le même temps, la colonie de Santa Cruz a rapporté à elle seule trois fois plus en impôts et celle de São Leopoldo trente fois plus. Encore faudrait-il ajouter l’apport de capital correspondant au patrimoine des immigrants estimé à 100 milreis-par tête, la valorisation des terres et la production agricole. Contrairement à ce qu’on croyait la colonisation officielle a été « payante ».

  • 47 Relatorios do Presidente, 1847, 1852, 1856, 1859 ; Koseritz, Relatorio de 1867, p. 9-10 : la coloni (...)

82D’autre part les colonies étaient fondées pour jalonner et préparer l’ouverture des routes escaladant l’escarpement de la Serra. Elles attaquaient le front forestier en avant de la zone de peuplement luso-brésilien et formaient autant de noyaux agricoles dont les intervalles seraient occupés peu à peu par la population d’origine nationale qu’attirerait la prospérité exemplaire des colonies officielles. On espérait que le flux de Riograndenses, s’infiltrant entre eux, les assimilerait. L’homogénéité ethnique des colonies était par ailleurs un soulagement pour l’administration, puisque les immigrants trouvaient auprès de leurs compatriotes une aide pratique et un soutien moral47. C’est donc volontairement que le gouvernement riograndense a éparpillé les noyaux purement germaniques.

83Or la lenteur de leur développement a empêché les colonies de jouer ce rôle d’attraction que le gouvernement leur réservait et le peuplement du Rio Grande ne s’est pas réalisé de la manière espérée. (Voir fig. 11.)

84Les Gauchos ont achevé l’occupation de la Campanha méridionale. Les centres s’y multiplièrent entre 1830 et la fin de l’Empire. Ainsi furent créés successivement São Borja en 1832, Itaqui en 1837, Uruguaiana en 1839, qui bordent le rio Urugüai ; Lavras (paroisse en 1847), Dom Pedrito et Rosario (1852), Livramento (1857), Quarai (1875), S. Vicente (1876) et São Sepé (1876) dans l’intérieur de la Campanha ; Piratini en 1830, Pinheiro Machado en 1851, Canguçu et Tapes en 1857, Camaquã en 1864 et Arroio Grande en 1873 dans la Serra du Sud-Est.

85La prise de possession du Plateau s’est effectuée un peu plus tardivement. Sur, les premiers gradins furent créés successivement São Francisco de Assis (1857), Santo Angelo (1857), São Luiz Conzaga (1859), Santiago (1866) et Julio de Çastilhos (1870) ; au centre Cruz Alta (1834) et Soledade (1846) ; à l’Est Lagoa Vermelha (1845), Vacaria (1850) et São Francisco de Paula (1852). (Voir fig. 13.)

  • 48 Pellanda, A Colonização, p. 44-51. Campos, Montenegro : Rheingantz, Colonie São Lourenço : Estrella(...)

86Entre 1846 et 1870 les Luso-Brésiliens ont continué à se porter spontanément vers les régions propres à l’élevage, c’est-à-dire vers les zones de prairie. Pendant cette même période les colonies provinciales ont été reliées entre elles par de nouveaux établissements, fondés par des particuliers et peuplés par des agriculteurs d’origine allemande48. (Voir fig. 11 et 12.) Sur le Rio dos Sinos, au terminus de la navigation saisonnière, Tristão José Monteiro fonde la colonie de Mundo, Novo, le futur Taquara.

87La vallée du Cai est recouverte d’une marqueterie de colonies particulières : Bom Principio (1846), Forromeco, Escadinhas, Cai (1848), Montenegro, Pareci (1857), Santa Maria da Soledade, Marata et Brochier (1857).

88Dans la vallée du Taquari elles se sont multipliées à partir de 1853 : Conventos, Estrella, Mariante, Bom Retiro, Sâo Gabriel, São Caetano, Arroio do Meio, Conventos Vermelhos, Teutonia, Venancio Aires.

89Autour et à l’Ouest de Santa Cruz apparaissent Colonia Germania, Colonia Rio Pardense, Sinimbu, Candelaria, Cerro Branco, c’est-à-dire que les colonies particulières s’étendent jusqu’à rejoindre la colonie provinciale de Santo Angelo (Agudo).

90Enfin dans le Sud la colonie de São Lourenço fondée en 1858 par le commerçant J. Reingantz se développe avec les mêmes caractéristiques.

  • 49 Canstatt, Brasilien, p. 415 ; Waibel, Principios, p. 169 ; Monbeig, Le Brésil, p. 32. Cf ci-dessus (...)

91L’activité de toutes les colonies et de tous leurs habitants, au moins au début, était l’agriculture vivrière, produisant surtout du maïs, des haricots noirs et des pommes de terre. C’est à cette époque que s’est affermie parmi les colons l’idée que les seules terres convenables pour l’agriculture sont celles qui portent de la forêt49. Cette notion est restée depuis lors ancrée dans tous les esprits du Rio Grande. Qu’elles aient été d’origine officielle ou privée, toutes ces colonies ont été établies sur la lisière forestière qui avait limité la pénétration luso-brésilienne. Il en résulta une grande unité de genre de vie qui vint renforcer l’unité d’origine de ces groupes humains en limitant leur horizon à leur lopin de terre et aux communautés locales, en leur permettant de conserver leur langue maternelle.

  • 50 Relatoriosdo Presidente, 1849, 1852, 1856 ; Annaes da Assembleia, 22 juillet 1869 : discours du dép (...)

92Le gouvernement et l’opinion de la Province s’inquiétèrent de cette homogénéité de peuplement qui s’étendait sur une zone toujours plus vaste. On redouta de voir se former dans le Rio Grande do, Sul une petite Allemagne50. On souhaita bannir une langue et des traditions que l’on considérait naguère comme une source de discipline ou d’activité et dénouer une solidarité locale et ethnique qu’on avait d’abord encouragée.

C. Troisième période : 1874-1889. L’éclipse de la colonisation

93Cette période a été marquée par la froideur du gouvernement local à l’égard de la colonisation : tandis que les établissements fondés antérieurement ont suivi leur propre évolution, l’œuvre administrative a été menée surtout par le gouvernement général.

a. L’abandon de la colonisation provinciale

1. L’opinion riograndense et la colonisation

  • 51 R.A.P., n° 8, p. 346.
  • 52 Annaes da Assembleia, 27 avril 1881, p. 180-200.

94Les députés provinciaux reprennent la discussion non seulement sur l’intérêt mais sur le principe même de la colonisation chaque fois que le gouvernement demande une ouverture de crédit. Le rapport entre le montant du budget provincial et celui du chapitre « Colonisation » révèle en quelle déconsidération celle-ci est tombée. Les crédits qui s’élevaient à 61.000 milreis en 1874 furent réduits à 31.000 milreis en 1876, à 19.000 en 1880 et à 13.000 en 1884, dors que les dépenses budgétaires oscillaient entre 2.000.000 et 2.400.000 milreis51. L’Assemblée provinciale ne consacre même plus le centième de ses disponibilités à la colonisation. Et encore des interventions s’élèvent-elles à nouveau contre le coût de la colonisation officielle et la médiocrité de son rendement. Koseritz a beau souligner que nul capital n’est mieux employé que celui consacré à la colonisation il ne réussit pas à en persuader l’Assemblée provinciale52.

  • 53 Cf. ci-dessous, p. 534. Annaes da Assembleia, 21 mars 1884 ; XII 1887, p. 410-413 ; 14 décembre 188 (...)

95Bien plus, malgré l’élection de députés d’origine allemande, comme Koseritz et Haensel, le gouvernement reste indifférent aux problèmes posés par les colonies établies. Les écoles, déjà peu nombreuses, ne reçoivent que des subventions infimes. Souvent les colons, lassés d’attendre la réalisation des programmes d’intérêt public, forcent la main à l’Assemblée en commençant les travaux grâce à des souscriptions locales. Loin d’aboutir à des résultats positifs, les interventions des députés d’origine germanique apparaissent entachées de partialité et sont suspectes aux yeux de leurs collègues53. Ceux-ci sont les représentants des collèges électoraux de la Campanha ou des grandes villes dont les intérêts économiques et politiques éclipsent ceux des colonies. La population luso-brésilienne éprouve en réalité une hostilité à peine déguisée contre la colonisation allemande.

  • 54 « Questões de actualidade », Reforma, 18 décembre 1880.

96Au cours de cette période commence un malentendu entre les colons et leurs porte-paroles d’une part et les dirigeants riograndenses d’autre part. Là où les uns ne voient que le fruit d’un travail assidu et la conservation des vertus ancestrales, les autres perçoivent les indices d’une germanisation des zones peuplées par les colons. Les victoires de la Prusse, la proclamation de l’empire allemand, puis l’intérêt de l’Allemagne envers la colonisation renforcent la méfiance du Rio Grande à l’égard de ses noyaux allemands54. (Voir photo n° 5, pl. II.)

  • 55 Der Deutschen Kolonien, 1881 ; Koseritz, Rätschläge für Auswanderer, Gazeta de Porto Alegre, 1881-1 (...)
  • 56 Il s’était fait naturaliser brésilien et avait épousé une Luso-Brésilienne ; R.B.G., XV, 3, p. 4814 (...)

97Koseritz s’était pourtant félicité de la faveur nouvelle de l’opinion comme du changement d’attitude des autorités allemandes à l’égard de la colonisation dans le Sud du Brésil. Il avait coopéré à ce mouvement comme membre de la Société centrale d’immigration, comme fondateur de la Société de géographie commerciale de Berlin et comme promoteur de l’Exposition germano-brésilienne de 1881 à Porto Alegre55. Mais l’Allemagne n’exploitait-elle pas l’influence indéniable qu’il avait acquise comme administrateur puis comme député ? Son enthousiasme même le rendait suspect quand il prônait une immigration massive d’Allemands vers le Rio Grande en 1884-1888 et quand il encourageait la Société protectrice des immigrants. Les aléas de la politique puis sa mort prématurée l’ont empêché de communiquer aux colons une mentalité aussi profondément teuto-brésilienne que la sienne, car Koseritz était devenu Brésilien de fait et de cœur56. Mais lui disparu, la notion de groupe germanique se développa dans la mesure même où l’on jetait l’exclusive contre la colonisation allemande.

2. L’attitude du gouvernement provincial

  • 57 Pellanda, A Colonização, p. 25 : la moyenne était de 392 Allemands sur 3.422 immigrants par an. Pen (...)

98L’immigration allemande se réduisit entre 1875 et 1889 à moins de 6.000 individus, représentant à peine 11 % de l’immigration totale dans le Rio Grande do Sul pendant la même période57.

  • 58 Annaes da Assembleia, 17 avril 1875, 15 décembre 1880, 21 juillet 1886. Reforma, sept.-oct. 1877 (i (...)

99L’immigration italienne ne donna d’abord que peu de résultats et fut même considérée défavorablement58. Cette prévention contribua encore à détourner l’opinion locale de la colonisation, et la poussée migratoire maxima correspondit à la gestion du gouvernement général.

  • 59 Pellanda, A Colonização, p. 38-39.

100Les tentatives de colonisation provinciale amorcées en 1869-1870 à Conde d’Eu et Dona Izabel échouèrent. Caetano Pinto devait introduire 40.000 colons en dix ans ; en 1876 les deux colonies n’avaient que 790 habitants. Aussi devant la revendication du territoire de ces deux colonies par le gouvernement général, la Province les lui céda-t-elle en 1876, sans même obtenir le remboursement des dépenses qu’elle avait effectuées pour le cadastrage des lots59.

  • 60 Relatorio do Presidente, 1880 et 1882, p. 27-28.

101Non seulement le gouvernement provincial né créa aucune autre colonie de 1870 à 1.889, mais il liquida celles dont il : avait encore la gestion : Nova Petropolis, Santo Angelo et Mont’ Alveme furent émancipées en 188160. (Voir fig. 12.)

  • 61 Reforma 20 août 1875, Gazeta 8 février 1884 ; Relatorio do Presidente, 1886, p. 32 ; quant à la que (...)
  • 62 Relatorio do Presidente, 1877, p. 25 ; 1882, p. 28 ; 1887, p. 73.

102Le gouvernement provincial tenta seulement de régler des questions laissées en suspens, la légitimation des propriétés et le remboursement de la dette coloniale61. Des problèmes purement administratifs comme le contrôle de l’hébergement et du transport des immigrants jusqu’au lieu de destination l’entraînèrent à collaborer avec le gouvernement central, sans jamais pouvoir obtenir que le recrutement fût proportionné au nombre de lots délimités et aux possibilités locales d’absorption. De 1874 à 1889 il y eut constamment des frictions entre les deux administrations, le gouvernement local reprochant au gouvernement général de gaspiller les crédits, de mal administrer les noyaux et de mal choisir ses colons dont un nombre croissant tentait de rester ou de revenir immédiatement à Rio Grande et à Porto Alegre. Le gouvernement provincial désirait plutôt établir des colons nationaux62 mais comme il ne put pas le réaliser non plus il abandonna le service de la colonisation au gouvernement général jusqu’à la fin de l’Empire.

b. Les velléités du gouvernement central

103Après avoir organisé la propagande pour l’immigration en Allemagne et en Suisse, en Angleterre et au Portugal, il avait prévu l’introduction de 350.000 immigrants. Il autorisa les consuls brésiliens résidant en ces pays à faire voyager les colons gratuitement sur les lignes transatlantiques.

104Il prit de nouvelles dispositions pour la démarcation des lots sur les terres publiques, comme pour la délivrance des titres de propriété aux colons. Il ordonna en 1875 de mesurer toutes les terres publiques encore libres dans le Rio Grande do Sul. Puis il y installa une Inspection des Terres et de la Colonisation (délégation de l’Inspection générale créée en 1876) et réglementa diverses questions administratives, allant du payement des subsides et des salaires aux nouveaux arrivés à la tenue des registres d’état civil dans les colonies.

  • 63 Reforma 25 janvier 1880 ; Wellisch, Legislação, p. xxxv-xxxvi ; Debates Parlementares en 1870, R.I. (...)

105Mais alors qu’il venait de multiplier les faveurs aux immigrants, brusquement sa décision du 24 décembre 1879 suspendit toutes les dépenses pour l’immigration officielle et remplaça le règlement de 1867 par de nouvelles dispositions correspondant, elles aussi, à l’établissement de la colonisation spontanée63.

  • 64 Caxias fut émancipée par le décret 8182 du 12 avril 1884, Conde d’Eu et Dona Izabel par le décret 8 (...)

106Alors furent émancipées les trois dernières colonies générales situées dans le Rio Grande (Conde d’Eu, Dona Izabel, Caxias). Puis on autorisa la vente de terres publiques aux particuliers ou aux sociétés qui s’obligeaient à les coloniser ; aussitôt se fondèrent des douzaines de colonies particulières, dont les principales étaient Forqueta, Piraja, Nova Santa Cruz, Palmas et Rolante64. (Voir fig. 12.)

  • 65 Reforma 1 et 5 août 1886 ; R.A.P., n° 8, p. 78. Cf. ci-dessous p. 100.

107Si elle devait encourager la colonisation spontanée, cette loi de 1882 favorisa en fait l’appropriation d’immenses étendues et la spéculation sur les terres65. Les colons furent les premiers à en souffrir. Les acheteurs revendaient les terres au quadruple de ce qu’ils les avaient payées, sans délimiter les lots avec assez de soin, réalisant des bénéfices d’autant plus exagérés que certaines de ces ventes étaient frauduleuses. L’État se trouvait appauvri en même temps que la colonisation était entravée. Koseritz proposa vainement à l’Assemblée provinciale de faire réserver la vente des terres publiques aux colons nationaux ou étrangers, avec un maximum de 48 hectares par famille ou par individu célibataire.

  • 66 S. Rocha, Historia, II, p. 136-143.

108Une nouvelle fois le gouvernement général changea d’attitude en 1885. Devant les modifications réalisées dans les conditions du travail agricole par la campagne abolitionniste et par les premières séries d’affranchissements, le ministère de l’Agriculture estima que la colonisation devait être développée par un service régulier de propagande, par l’aide au transport des émigrants d’Europe jusqu’au lieu de destination et par la réorganisation du service de cadastrage et de vente des terres. Ce fut l’objet de la loi du 28 septembre 188566. Le nombre d’immigrants accueillis par le Brésil s’accrut de 112.000 entre 1878 et 1883 à 222.607 entre 1886 et 1888.

  • 67 Vasconcellos, Oscillações, R.I.C., I, 2, p. 220. Nery, Le Brésil en 1889, p. 261-267. Relatorio do (...)

109Bien que le Rio Grande do Sul n’ait reçu qu’une faible partie de ce contingent, dont un pourcentage de plus en plus élevé était dirigé vers São Paulo, l’apport de l’immigration fut suffisant pour donner une impulsion nouvelle à la colonisation dans l’une des rares provinces où elle pouvait ne pas passer pour un succédané de l’esclavage67. Alors qu’une longue phase d’inaction s’était écoulée depuis la création de la colonie de Caxias (1875), le gouvernement général fonda coup sur coup les noyaux de São Marcos (1885), Mariano Pimentel (1888), Barão do Triunfo (1888), Vila Nova (1888), Jaguari (1889) et Guarani (1889). (Voir fig. 13.) Cependant ces colonies ne se sont développées que dans la période suivante, c’est-à-dire sous le régime républicain et sous la direction du gouvernement local. Celui-ci s’y intéressa surtout parce que leur développement répondait à l’expansion des anciens établissements germano ou italo-riograndenses.

2. DEUXIÈME PHASE : DEPUIS 1890

110Le gouvernement de l’Etat, ayant reçu des attributions plus larges, développa le colonies fondées antérieurement par le gouvernement impérial et en créa de nouvelles Mais comme à la veille de la première guerre mondiale les réserves de terres publiques libres s’épuisaient, cette activité se ralentit. Il n’y a plus eu d’immigration officielle depuis 1914 et la Direction des, Terres et de la Colonisation, complètement réorganisée, s’occupe surtout de résoudre les problèmes posés par l’émancipation des noyaux coloniaux et la légitimation des propriétés.

A. Quatrième période : de 1890 à 1914. La seconde colonisation provinciale

111La compétence administrative en matière de colonisation a encore été disputée entre le gouvernement central et le gouvernement local qui avaient des conceptions différentes et des intérêts divergents.

a. La législation et les conflits de compétence et de conception

1. Les attributions en matière de colonisation

  • 68 La seule limitation stipulée par l’article 64 de la Constitution fédérale du 24 février 1891 portai (...)

112Le mouvement pendulaire qui a périodiquement fait passer l’administration de la colonisation du gouvernement central au gouvernement local sembla devoir être définitivement arrêté par le texte de l’article 64 de la Constitution fédérale qui transférait aux États membres de la Fédération la propriété des terres publiques situées sur leurs territoires respectifs. Le gouvernement local pouvait enfin disposer de ces terres et fixer les modalités de leur utilisation ou de leur cession68. Le Président de l’Etat du Rio Grande do Sul fut donc chargé « d’organiser et de diriger le service relatif aux terres de l’État, en respectant les possessions de bonne foi qui y existent, dès que les intéressés prouvent régulièrement la culture effective et la résidence habituelle antérieures au 15 novembre 1889 ».

  • 69 Annaes da Assembleia, 1907, p. 13 et sq. ; Relatorio da Secretaria das Obras Publiais, 1898, p. 47 (...)

113C’était précisément l’hypothèque qui grevait le plus lourdement la succession prise par l’Etat. Ces problèmes de droit et de fait, des plus difficiles à résoudre, constituèrent la question des terres publiques69. L’Etat a couru le risque d’être complètement dépossédé des terres qui devaient constituer son patrimoine par les légitimations accordées aux particuliers malgré la loi du 18 septembre 1850 ou plutôt grâce à ses failles. En outre l’ordre public était troublé parce que des revendications tardives menaçaient la possession paisible des acquéreurs de bonne foi. De 1854 (date du règlement d’exécution de la loi de 1850) à 1889, 766.100 hectares sont passés du domaine public au privé : 218.800 en 25 ans et 547.300 en 9 ans (entre 1881 et 1889). Ces légitimations étaient en grande partie frauduleuses, aussi une double réaction s’opéra-t-elle contre cette spoliation.

114La première arme utilisée par le gouvernement fut la sévérité dans l’octroi de nouvelles légitimations. Entre 1890 et 1892 il légitima encore l’appropriation de 148.000 hectares, mais entre 1893 et 1898 celle de 89.900 hectares seulement. De 1893 à 1907 la moyenne des terres passées légalement dans le domaine privé ne fut que de 3.000 hectares par an au lieu de 76.800 à la fin de l’Empire.

115Sa seconde arme, toujours dans le cadre de la loi de 1850, fut la vérification rigoureuse de la validité des légitimations accordées sous l’Empire. Le Président du Rio Grande do Sul créa en 1897 des commissions chargées de déterminer les terres qui appartenaient encore à l’État, celles qui avaient été appropriées indûment et devaient faire retour au Domaine, enfin celles qui avaient été valablement acquises. Entre 1897 et 1905 neuf commissions parcoururent trente-deux municipes. La première, par exemple, conclut que dans le seul municipe de Santa Cruz l’Etat était en droit de revendiquer 19.300 hectares, soit 10 % de la superficie totale. Comme beaucoup de ces terres mal acquises avaient déjà été revendues à des tiers, le gouvernement décida de les céder aux occupants moyennant une indemnisation raisonnable. Mais les derniers acquéreurs se voyaient obligés de payer leurs terres une seconde fois et l’administration avait à résoudre de grandes difficultés pratiques, aussi cette mesure fut-elle bientôt rapportée.

  • 70 Estado do Rio Grande do Sul, Terras Publions, colonização e Florestas do Estado, Imp. Official, 194 (...)

116Le Président de l’Etat, sentant la nécessité de donner une base plus générale à la réglementation des terres publiques, promulgue la loi de 1899, suivie du règlement de 190070. Ces textes apportent une solution équitable à la question des terres et intéressent directement la colonisation. La loi de 1899 n’abroge pas la loi de 1850 mais la complète et la corrige. Elle définit le concept de terres publiques fibres (celles qui ne sont ni d’usage public ni appropriées par titre légitime). Elle protège la possession de bonne foi antérieure à 1889, ce qui rassure les tiers acquéreurs. Elle fixe un délai irrévocable de deux ans pour l’introduction de demandes de légitimation, évitant ainsi toute revendication postérieure née de la spéculation, ce qui rassure les colons ayant acheté leurs terres à des particuliers. Elle limite la superficie légitimable à 25 hectares en zone de forêt et à 50 hectares en zone de prairie, elle indique les grandes règles du cadastrage et de la vente des terres, dont les modalités détaillées sont données dans le règlement de 1900 qui révèle combien la question des terres est fiée à celle de la colonisation. Elle étend aussi la protection des forêts contre la dévastation et constitue le premier code forestier du Rio Grande do Sul.

117Mais les colons qui avaient acquis de bonne foi une terre dont le titre n’était pas valable se trouvaient exposés à sa revendication par l’Etat. Cela provoqua une inquiétude presque générale dans les zones où étaient passées les commissions de vérification des titres : ici les colons avaient acheté leurs lots à des particuliers qui se disaient propriétaires et n’étaient que des possesseurs sans titres, là les colons n’avaient jamais reçu de titres définitifs du gouvernement général ou provincial.

118Aussi le gouvernement de l’Etat prit-il le décret du 10 février 1903 qui favorisait les colons acquéreurs de bonne foi : R leur abandonnait la possession des terres occupées et leur en reconnaissait la propriété légitime. Ceux qui avaient versé à l’Etat le montant de « l’indemnisation raisonnable » entre 1897 et 1903 devaient être remboursés en terres ou en espèces suivant les circonstances et l’intérêt de chacun.

119Ce qui comptait surtout pour le gouvernement local, c’était la colonisation qu’il pouvait développer sur ces terres libres. Bien que la Constitution de 1891 accordât la propriété des terres publiques aux Etats, elle laissait au gouvernement fédéral une certaine compétence pour le développement de l’agriculture et de l’immigration. De là naquirent de nouvelles difficultés. La transmission des colonies fondées dans l’ancienne Province par le gouvernement impérial a traîné en longueur et a provoqué une confusion préjudiciable à la bonne marche du service ainsi qu’à l’intérêt des colons.

120Jusqu’en 1895 la gestion de la colonisation a continué à être assurée par le gouvernement fédéral qui possédait dans le Rio Grande une Délégation spéciale pour les Terres et la Colonisation, dirigée par un ingénieur remarquable, José Montaury, devenu plus tard préfet de Porto Alegre. Sous ses ordres fonctionnaient 6 commissions, une dans chaque colonie générale de Guarani, Ijui, Jaguari, Barão do Triunfo, Marquez do Herval et Alfredo Chaves. (Voir fig. 13.)

  • 71 Annaes da Assembleia, 1893, p. 9 ; 1894, p. 5 ; Rel. Secretaria das Obras Publiais, 1897, p. 19 ; P (...)

121C’est en 1895 seulement que la loi budgétaire transféra aux Etats le service de la colonisation. Elle ouvrit à celui du Rio Grande do Sul un crédit de 200.000 milreis comme aide à la colonisation européenne. Mais il fut insuffisant dès la première année et la colonisation représenta pour l’Etat une charge d’autant plus lourde que ses finances étaient obérées par la Révolution fédéraliste. Celle-ci, qui a duré trois ans, a provoqué des ravages dans tout le Rio Grande et jusque dans les colonies les plus récentes71.

  • 72 Rel. Secretaria das Obras Publicas, 1915, p. 487 : Caxias a eu 12 directeurs.

122Fait plus grave encore, la colonisation elle-même a été troublée par toutes les réformes de détail que le gouvernement général avait multipliées et par l’instabilité des agents techniques chargés du cadastrage des lots72. Ils l’avaient fait sans répartir rationnellement les parcelles, sans se soucier de faciliter le développement économique des établissements, sans veiller au progrès de l’assimilation des colons. L’utilisation du courant d’immigration fut moins avantageuse qu’elle eût pu l’être.

  • 73 Rel. Secretaria das ObrasPublicas, 1896, p. 83-84 ; Rocha, Historia, II, p. 214 ; Taunay, Questões (...)

123Même après 1895 c’est par le biais de l’immigration que l’Union continua à intervenir dans la colonisation, en payant le voyage des immigrants jusqu’à Porto Alegre73. Là l’Etat du Rio Grande les prenait en charge, assurait leur hébergement puis leur transport vers la colonie et les installait sur le lot qui leur était attribué. Mais ce dualisme a eu des conséquences fâcheuses.

2. La politique d’immigration et de colonisation

124L’Union et l’Etat du Rio Grande do Sul ne conçurent pas de la même manière l’appel aux immigrants non plus que la destination à leur donner.

125L’immigration. Durant cette période l’immigration a été relativement plus forte mais elle n’a eu ni la même origine ni la même régularité que précédemment.

  • 74 Pellanda, A Colonização, p. 25. Cf. aussi ci-dessus note 8.
  • 75 Rel. Secretaria das Obras Publiais, 1897, p. 322. On publie alors en Allemagne de nombreux ouvrages (...)

126Entre 1824 et 1914 il est entré dans le Rio Grande do Sul 48.000 Allemands environ dont 64,3 % entre 1924 et 1889, 35,7 % entre 1889 et 191474. Ils avaient représenté 93,5 % de l’immigration entre 1824 et 1870, ils n’en ont plus représenté que 15 % entre 1889 et 1914. La révocation du rescrit de Von Heydt pour les Etats du Rio Grande do Sul, Santa Catarina et Paraná en 1896 n’a donc pas eu grande influence sur l’émigration allemande vers le Rio Grande do Sul75. Celui-ci reçut surtout des immigrants italiens.

  • 76 Ibidem, 1896, p. 10 ; Azevedo, Imigração e colonização no Estado de São Paulo, R.A.M., VII, LXXV, p (...)

127L’immigration a d’ailleurs été irrégulière : 1890 et 1891 furent marquées par des entrées massives, mais les années suivantes par leur réduction à cause de la guerre civile de 1893. Malgré les engagements effectués par l’Union, l’immigration dans le Rio Grande ne représente que 27 % de celle que reçoit alors São Paulo76. A dater de 1896, lorsque l’Etat du Rio Grande do Sul prit la colonisation en main, le chiffre moyen des entrées s’établit autour d’un millier par an, ce qui était faible. La courbe ne remonta qu’à partir de 1903, d’ailleurs contre le gré de l’administration locale.

  • 77 Les crédits avaient été : 1895, 200 contos ; 1896, 139 contos, 1897, 0.
  • 78 R.A.P., n° 8, p. 79-80 et S. Rocha, Historia, II, p. 221.

128Si le gouvernement de l’Union assurait gratuitement le transport des immigrants jusqu’à Rio Grande ou Porto Alegre, le gouvernement de l’Etat leur concédait des terres et divers avantages. En 1900 il calculait que l’établissement des colons lui revenait à 206 milreis par tête. Il estimait cette charge trop lourde, d’autant que le gouvernement général avait réduit puis supprimé les subventions en sa faveur77. Or la Direction fédérale du Peuplement envoyait des immigrants toujours plus nombreux et leur qualité laissait souvent à désirer. Souhaitant se délivrer de l’immigration à tant par tête, il espéra au moins la réduire en concluant en 1908 un accord avec l’Union pour régulariser le courant des immigrants78. L’Etat recevait une aide financière apparemment importante : 1.500 reis par jour et par immigrant pour son entretien à Porto Alegre ; le prix du voyage par chemin de fer entre Porto Alegre et la station desservant la colonie ; 400 milreis par famille établie, 150 étant donnés pour l’achat des outils et des semences et 250 avancés pour la construction de la maison. Le colon devait rembourser cette avance à l’État qui de son côté devait reverser 150 milreis à l’Union. Non seulement celle-ci reprenait de l’autre main les avantages qu’elle avait accordés à l’Etat, mais cette disposition était la source de complications administratives.

129De plus l’Union ne respecta pas la cadence d’envoi des immigrants fixée à 4 groupes de 100 par mois. En janvier 1909 par exemple elle en envoya 1.361 en même temps. Il y eut constamment des à-coups. Les moyens de transport et de logement étaient insuffisants, comme le nombre des lots mesurés à l’avance. Les immigrants en attente s’entassaient à Ijui ou étaient détournés vers les colonies particulières. L’Etat s’en plaignait car il perdait ainsi et le montant de ses avances et la possibilité de contrôler les établissements.

  • 79 Rel. Secretaria das Obras Publicas, 1909-1913.
  • 80 Décret n° 2098 du 13 juillet 1914. Ce fut la fin de l'immigration officielle, R.A.P., n° 8, p. 81.

130Ce triomphe de l’immigration stipendiée, de qualité douteuse, était redoutable car le nombre des entrées s’éleva à 6.500 en moyenne par an entre 1908 et 1913. Aussi dès 1909 la rescision du contrat était-elle demandée par le directeur de la Colonisation qui revint à la charge chaque année79. Le Président de l’Etat se rendit à ses raisons : il adressa en 1914 au ministre de l’Agriculture une lettre par laquelle il dénonçait l’accord avec l’Union, puis il promulgua un décret qui mettait fin à l’immigration officielle dans le Rio Grande do Sul80. L’Etat entendait employer ses crédits plutôt à la délimitation préalable des lots et au développement des moyens de communication dans ses colonies.

  • 81 Rel. Secretaria das Obras Publicas, 1896, p. 5. Les deux autres directions étaient : la direction c (...)
  • 82 Rel. Secretaria das Obras Publicas, 1897, p. 15. Voir fig. 13 et 14, pl. IV.

131La colonisation. Les services de la colonisation, qui étaient déjà passés de l’Agriculture aux Finances en 1891, ont été réorganisés en 1895 par le gouvernement de l’Etat. Celui-ci créa d’une part une Direction des Terres et de la Colonisation au secrétariat d’Etat des Travaux publics (Deuxième Direction)81 et d’autre part des postes de fonctionnaires locaux : 2 agents chargés d’accueillir les immigrants à Rio Grande et à Porto Alegre, un directeur et une commission au siège de chaque colonie, à Jaguari, São Feliciano, Guarani, Alfredo Chaves, Ijui, Antonio Prado, São Marcos, etc., enfin un arpenteur chargé de délimiter les lots dans chacun des noyaux82. Ce personnel ne suffisait pourtant pas à exécuter tous les services indispensables au développement harmonieux des colonies, préparation des lots, cadastre, aménagement des noyaux, tracé des chemins, planification des travaux d’intérêt public, etc.

132Réellement spontanés ou ayant bénéficié du voyage gratuit offert par l’Union, les immigrants n’intéressent l’Etat que s’ils se destinent à ses colonies et y pratiquent l’agriculture. Il leur accorde la gratuité du voyage jusqu’à destination, de l’héberge ment et de l’alimentation jusqu’à leur installation sur le lot concédé, des soins médicaux et des médicaments, l’octroi d’avances en espèces pour la construction de la maison et la mise en exploitation des terres ainsi qu’un emploi rémunéré quinze jours par mois. Mais ces avantages furent supprimés en 1890, rétablis en 1892, suspendus en 1893, rétablis en 1896, modifiés en 1898.

  • 83 Pellanda, A Colonização, p. 4142 ; Repertorio da Legislação, p. 87-90 ; Annaes da Assembleia, 1907, (...)

133Si l’incertitude de ces mesures pouvait faire douter l’immigrant de la sollicitude officielle, celle-ci fut entièrement masquée au colon par la question de la dette coloniale que l’on aurait crue résolue depuis 1867 mais qui se posa avec une nouvelle acuité83. Le corollaire de la spontanéité de l’immigration et de la colonisation était l’achat des terres par le colon, d’autant que le gouvernement y voyait un moyen efficace de stabiliser la population rurale et d’attacher ainsi l’homme à la terre. Malheureusement le système employé par l’Etat n’était pas encore au point.

134Entre 1890 et 1900 on n’a pas promulgué moins de 24 décrets prorogeant les délais de payement ou pour six mois ou pour un an, soit pour tous les colons, soit pour ceux qui étaient arrivés à une certaine date, soit pour ceux qui s’étaient installés dans une colonie déterminée. Les décrets de janvier et de mai 1898 tentèrent de liquider l’arriéré de cette dette en établissant un système d’amendes : 20 % du principal si le retard est inférieur à deux ans, 30 % s’il est compris entre deux et sept ans, le retour des lots à l’Etat si le retard dépasse sept ans. Mais un autre décret de 1899 accorda un nouveau délai de cinq ans. Cependant il fut mal accueilli car il établissait une distinction, qui paraissait laissée à l’arbitraire de l’administration, entre les ions et les mauvais colons : ceux-là ont le droit d’effectuer des paiements arriérés, ceux-ci verront leurs terres confisquées.

135Le règlement du 4 juillet 1900, ‘qui établissait des normes minutieuses pour la vente des lots, à bas prix, à crédit, avec des payements largement échelonnés, eut le mérite de rétablir plus de justice. S’il n’a pas encore effectué le payement de son lot, le colon doit payer une amende de 20 % au bout de six ans et de 30 % au bout de sept ans ; passé ce délai le lot fera retour à l’Etat. On a supprimé la distinction entre les bons et les mauvais colons. Bien plus, ceux qui amont payé rapidement bénéficieront d’une réduction de 12 % s’ils payent en deux ans ou de 6 % en trois ans, le délai normal était de quatre ou cinq ans. Mais l’article 94 rendait ce décret rétroactif et, voulant résoudre la question, il provoqua de nouvelles inquiétudes chez les colons. A peine cette dette avait-elle été déclarée irrécouvrable et son montant passé au compte des profits et pertes en 1907 que l’accord de 1908 avec l’Union en instituait une nouvelle.

136Le principe de la spontanéité de la colonisation, que le gouvernement riograndense avait voulu appliquer depuis longtemps, ne triompha qu’à la veille de la guerre de 1914-1918. Non seulement celle-ci en gêna l’application, mais l’épuisement des réserves forestières fit prendre à la politique de l’Etat un dernier tournant où s’amorça l’évolution qui s’achève sous nos yeux.

  • 84 Annaes da Assembleia, 1894, p. 21. Russomano, Historia Constitucional, p. 289.
  • 85 C’est la meilleure source d'information pour cette période, aussi y avons-nous souvent recouru (Rel (...)

137C’est la conception administrative de la colonisation qui a fini par s’imposer. Sous la République la mission principale de l’Assemblée législative est de voter le budget, comme le Président de l’Etat l’a indiqué dès 1894 et comme ses successeurs l’ont entendu, interprétant strictement le rôle constitutionnel des députés84. Les comptes rendus de l’Assemblée ne font plus aucune mention de discussions sur les affaires du Rio Grande, en particulier sur la colonisation. El n’en est guère question que dans les rapports du Président et du Secrétaire d’Etat aux Travaux publics85 ou dans la presse.

  • 86 Rel. Secretaria Obras Publicas, 1903. Varela, O Rio Grande, p. 387. Tonnelat, L’expansion, p. 141. (...)
  • 87 Rheingantz : Lettres ouvertes à Parobé, Correio do Povo, 23 mars 1904 et 5 août 1904 ; Parobé, Répo (...)
  • 88 Maia, Correio do Povo, 7 et 11 août, 21 septembre 1904. Romero, O Allemanismo no sul do Brasil, 190 (...)

138Un incident violent surgit en 1903-1904 quand le Secrétaire des Travaux publics traite les immigrants de « bannis peu propres à seconder nos progrès moraux »86. Le teuto-brésilien Rheingantz répond en affirmant le loyalisme des colons87. Mais les journalistes riograndenses écrivent des articles d’opposition doctrinale à la propagande pangermaniste et dénoncent les éléments qui peuvent la favoriser, en particulier la conservation de la langue et des coutumes, exaltée par les défenseurs du Deutschtum88.

  • 89 Correio do Povo 14, 18, 19 juillet, 16 août 1904.
  • 90 Annaes da Assembleia, 1902, p. 11 ; Funke, Aus Deutsch-brasilien, p. 60-61 ; Khauel, Deutsche Inter (...)
  • 91 R.A.P., n° 8, p. 81 : 310.000 Riograndenses sont d’origine germanique en 1914. Sur l’apathie politi (...)

139Cependant le Président de l’Etat n’est pas défavorable à la colonisation allemande. Alors que le gouvernement fédéral avait protesté contre les conférences du Professeur Jannasch, le gouvernement riograndense lui avait réservé un excellent accueil et accordé de nombreux témoignages de satisfaction pour les belles paroles qu’il prononça sur la collaboration des Teuto-Brésiliens et des autres Brésiliens89. Le gouvernement riograndense ne s’inquiète guère de la faveur nouvelle avec laquelle l’opinion allemande considère l’émigration vers le Sud du Brésil90. Il ne semble redouter l’activité des sociétés allemandes et des propagandistes du pangermanisme que dans la mesure où elle risque de faire prendre aux colons conscience de leur force réelle. Les colonies d’origine germanique comptent alors plus du sixième de la population du Rio Grande et elles ne jouent pourtant aucun rôle politique91. C’est pour mieux les soustraire à l’influence des propagandes extérieures et surtout pour réduire la solidité de leur cohésion naturelle que dans les nouveaux noyaux l’administration a mélangé des immigrants de nationalités différentes.

b. Les réalisations

140La période qui va de 1889 à 1914 est caractérisée par le développement rapide des noyaux coloniaux hérités de l’Empire ou fondés par l’État depuis 1890. (Voir fig. 13 et 14.)

1. Les premiers noyaux

141C’étaient : près de Porto Alegre, entre la Dépression centrale et le rebord de la Serra du Sud-Est, les colonies de Mariana Pimentel (1888) et de Barão do Triunfo (1888).

142Sur le rebord de la Serra Geral, Vila Nova (1888) et Marquez do Herval (1891), dans le municipe de Santo Antonio da Patrulha ; puis Antonio Prado (1889) et Guaporé (1892) au centre. Dona Francisca et Botocurai (1890) dans le municipe de Cachoeira ; très à l’Ouest, à partir de 1889, la colonie de Jaguari et des satellites (São Vicente, 1889, São Xavier, 1889, Toroqua, 1890, Toropy, 1890).

Fig. 13. — Carte du peuplement du Rio Grande do Sul depuis 1890
Alors que les Luso-Brésiliens achevaient l’occupation des prairies situées sur le Plateau, les colonies se multipliaient dans les zones de forêt, du Haut Jacui au Haut Uruguay, favorisées par l’ouverture de la grande voie ferrée Santa Maria-Erechim-São Paulo.

143Sur le Plateau septentrional Ijui (1890) et Guarani (1891).

144Ces colonies ont souffert de la lenteur de leur transmission à l’administration locale, puis de la guerre civile. Elles ne commencèrent à se développer réellement qu’à partir de 1895. Elles reçurent alors presque tous les immigrants qui entraient dans le Rio Grande (par exemple 84 % en 1895).

  • 92 Massena, Jaguari, R.I.C., III, 3-4, p. 58-75.

145Jaguari, fondée en 1889, a 8.464 habitants en 1894, 10.098 en 1896, 12.000 en 1900, 13.000 en 1903, 15.000 en 1908 ; la valeur de la production per capita y passe de 105 milreis en 1900 à 230 milreis en 1909. Elle peut être citée comme exemple d’assimilation rapide92.

Fig. 14. — Carte des nouvelles colonies à prépondérance germanique
Elles se sont développées de préférence sur la forêt subtropicale, dans les zones de moins de 400 mètres d’altitude.

146Guarani, fondée en 1891, ne s’était guère développée jusqu’en 1908 (1.210 habitants en 1897, 3.500 en 1900, 4.800 en 1904, 6.889 en 1908) faute de moyens de communication ; mais elle commença à recevoir environ 2.500 immigrants par an au moment où la voie ferrée fut prolongée vers Santo Angelo et elle progressa rapidement : 13.000 habitants en 1910,24.500 en 1914 (dont.6.000 Russes, 3.000 Polonais, 4.200 Allemands, 300 Italiens, etc.). A côté des immigrants Guarani recevait aussi de nombreux descendants colons venus du rebord de la Serra Geral.

  • 93 Schroeder, Brasilien, p. 183 et sq. ; Ijui, 50° aniversario (Album). Surtout Relatorio da Secre tar (...)

147Ijui, fondée en 1890, est de toutes ses contemporaines la colonie qui a eu le développement le plus rapide et le mieux équilibré93. Elle comptait déjà 7.600 habitants en 1900 quand fut nommé comme directeur un homme de grande valeur, M. A. Pestana. Il s’attacha à créer immédiatement un réseau routier puis à le perfectionner constamment. La population s’accrut très vite : 10.000 habitants en 1905, 12.000 en 1908, 15.000 en 1910. Le chemin de fer rattacha Ijui à Cruz Alta en 1911 ; en un an la valeur des terres doubla et le nombre des habitants s’éleva à 22.500. Il ne restait plus alors qu’une centaine de lots libres et l’envoi d’immigrants cessa. L’Etat y a dépensé entre 1895 et 1912, 790 contos pour l’aide aux colons et 770 pour les routes. Or en 1912, 130.000 hectares étaient colonisés et la valeur de la production agricole atteignait 5.000 contos (222 milreis par habitant), celle de l’exportation 2.000. Dès janvier 1912 la colonie est devenue municipe, comptant 32 écoles, dont 4 entretenues par le municipe et 12 par le gouvernement de l’Etat qui fournit aussi des livres aux 16 écoles particulières (teuto-brésiliennes) où l’administration veille à ce que le portugais soit enseigné aux enfants.

148Ces noyaux, dont le développement avait été beaucoup plus rapide que celui des anciennes colonies, ne suffisaient cependant pas à absorber les nouveaux immigrants et les descendants d’anciens colons qui constituaient un pourcentage croissant de leurs habitants.

2. Les nouveaux noyaux

  • 94 Pellanda, A Colonização, p. 50-51 ; Perrin, Les colonies agricoles.

149Le gouvernement de l’Etat a donc fondé de nouveaux noyaux officiels qui apportèrent une contribution importante au peuplement de diverses régions du Rio Grande do Sul en même temps qu’à son économie agricole94.

150Dans le Sud de l’Etat, où la colonisation a toujours été réduite, ne fut fondé que le noyau de São Braz (municipe de Camaquā). Créé en 1909, il comptait 1.200 habitants en 1914.

151L’occupation du rebord de la Serra Geral s’est terminée par la fondation de trois noyaux, deux en zone italienne (Anta Gorda et Itapuca, 1902) et le troisième en zone allemande : Sobradinho, fondé en 1901, avait 4.000 habitants en 1914. Ce noyau a donné bientôt naissance à un municipe autonome et prospère, comptant 32.000 habitants en 1950.

  • 95 Pellanda, A Colonização, p. 189 ; Rel. Secretaria das Obras Publiais, 1908-1920 ; Informations four (...)

152La colonisation du Plateau septentrional se poursuivit rapidement. Le gouvernement de l’Etat y fonda successivement les noyaux de Gerisa en 1904 et d’Erechim, en 1908 dans l’ancien municipe de Passo Fundo, ceux d’Ijuizinho en 1910 et de São João Batista en 1912 dans celui de Santo Angelo. En 1914, ils avaient respectivement 700, 18.000,1.100 et 500 habitants. C’est Erechim qui a eu le développement le plus rapide : 7.500 immigrants s’y sont installés entre 1910 et 1912. Battant tous les records, la colonie reçut l’autonomie municipale dès 1918, abritant 43.000 habitants en 1920 et 120.000 en 1950. Bien que certaines zones aient été colonisées par des entreprises privées, Erechim doit beaucoup à l’Inspection des Terres et de la Colonisation qui a cadastré 10.082 lots ruraux (couvrant 212.796 hectares) et 3.800 lots urbains, établi 868 kilomètres de routes et 2.550 kilomètres de chemins vicinaux, construit 39 ponts et même ouvert 20 écoles publiques95.

  • 96 Rel. Secretaria das Obras Publicas, 1916, p. 133.

153Toutes ces colonies officielles, essentiellement agricoles, ont été ouvertes dans une nouvelle zone pionnière. (Voir fig. 14.) Mais il convient de souligner le rôle de l’administration, qui ne s’est pas contentée de fonder les établissements. Elle est intervenue dans leur gestion et dans leur équipement pendant toute la phase de mise en valeur, les dotant d’un réseau de communications intérieures, d’un ensemble de bâtiments publics et d’écoles, comme d’un cadastre bien tenu ; tout cela traduit donc un effort supérieur à celui qu’ont fourni les autres Etats du Brésil. Elle eut à résoudre aussi le problème de l’installation légale des intrus qui avaient devancé la division des terres publiques et s’étaient établis çà et là en lisière des zones colonisées96.

3. Les colonies particulières

  • 97 Pellanda, A Colonização, p. 182-185 et Aspectos, p. 52-53.

154Elles se sont développées dans les derniers intervalles libres qui subsistaient entre les anciennes colonies allemandes et les premières colonies italiennes. Les colonies particulières ont remonté les vallées du Cai, du Taquari, du Rio Pardo et de leurs affluents. Dans la vallée du Taquari, où s’étendaient déjà les colonies particulières de Santa Clara (1870), Conventos Vermelhos (1872), Poço das Antas (1875), Forqueta (1875), Marquez de Sousa (1876), Travesseiro (1880), Sete Leguas (1880), Palmas (1880), furent encore fondés deux derniers noyaux coloniaux Forquetinha (1895) et Fão (1900). Les colonies allemandes confinent maintenant aux établissements italiens de Guaporé, Alfredo Chaves et Bento Gonçalves. Ceux-ci s’étendent de la lisière vers l’intérieur du Plateau, toujours en suivant les couverts forestiers, vers Marau et vers Lagoa Vermelha97.

  • 98 Pellanda, A Colonização, p. 189-190 ; Meyer, Die Privatkolonien in Rio Grande do Sul.

155Les colonies particulières de peuplement essentiellement germanique pénètrent sur le Plateau en remontant le Haut Jacui ou en s’appuyant sur la voie ferrée. Ainsi sont fondés d’une part les noyaux de Santa Clara (1896), Alto Jacui (1897), Não Me Toque (1897), General Osorio (1898), Dona Ernestina (1900), Selbach (1906) dans le bassin supérieur du Jacui ; d’autre part dans le municipe de Cruz Alta, Barra do Colorado (1897), Boi Preto (1897), Neu Wurttemberg (1899) ; dans celui de Santo Angelo, Ijui Grande (1892), Vitoria (1900), Buriti (1908), Timbauva et Boa Vista (1912), Steglich (1914) ; dans celui de São Luiz Gonzaga, Cerro Azul (1902) ; dans celui de Passo Fundo, Bela Vista (1903) et Dona Julia (1912) ; dans celui d’Erechim, Rio do Peixe (1911)98.

  • 99 Faulhaber-Stiftung, Neu Wurttemberg, Eine Siedlung Deutscher in Rio Grande do Sul, 1933, 47 p. ; Fa (...)

156Ces colonies présentent d’ailleurs des caractéristiques un peu différentes de celles des colonies officielles. Fondés par des particuliers ou des sociétés, qui n’ont pas eu le même souci que le gouvernement de développer les moyens de communications, ces noyaux sont plus isolés que ceux de l’Etat ; certains ont reçu beaucoup d’immigrants mais tous comptent au moins 50 % d’anciens colons qui restreignent d’autant le champ de l’immigration ultérieure ; surtout ils groupent des hommes de même origine ethnique et souvent de même confession : les Italiens se sont groupés vers le Nord et le Nord-Est du Plateau, les Allemands vers le Nord-Nord-Ouest ; parmi ceux-ci les catholiques sont groupés dans des colonies comme Boa Vista et Cerro Azul fondées par des organismes à la fois professionnels et confessionnels (Deutsche Bauer Verein), entretenant en même temps le zèle pour la religion et pour les traditions germaniques, tandis que les protestants se dirigent de préférence vers Neu Wurttemberg et ses satellites, les colonies modèles fondées par H. Meyer99 La force prise par ces blocs homogènes n’est pas sans causer des préoccupations à l’administration.

  • 100 Almeida, Borges de Medeiros ; Barcelos, Perfil de Julio de Castilhos : Britto, Gaspar Martins e Jul (...)

157Tandis que le gouvernement local, imbu de positivisme100, incline à accorder une indépendance relative aux colonies, le rôle de l’administration a été accru par la complexité de la législation et par la technicité de la colonisation. Par ailleurs, si l’immigration n’est plus alimentée qu’accessoirement par l’Allemagne, les colonies allemandes sont plus vivantes que jamais dans le Rio Grande do Sul.

B. Cinquième période : depuis 1914. La liquidation de la colonisation

158Une solution a été enfin apportée à des problèmes déjà anciens : l’immigration et la colonisation ont été nettement distinguées, les attributions des divers organismes gouvernementaux fixées, la centralisation administrative achevée et la réglementation complétée.

159Mais cette période s’étend entre les deux guerres mondiales au cours desquelles le Brésil et l’Allemagne se sont affrontés. Alors se sont posés de nouveaux problèmes culturels et civiques pour les colons allemands, tiraillés entre leur appartenance à un état et leur fidélité spirituelle à une nation, ainsi que pour l’administration riograndense, soucieuse de les intégrer dans la communauté brésilienne. Aussi cette période est-elle celle où le rôle de l’administration et du gouvernement a été le plus voyant.

a. La législation et les attributions administratives

1. Le gouvernement fédéral réglemente l’immigration

160Le gouvernement fédéral s’est assuré l’exclusivité de la compétence en matière d’immigration et la prépondérance en matière de colonisation.

  • 101 Wellisch, Legislação, p. xxxix ; D. Araujo, Imigração e Eugenia, R.I.C., VII, 1, p. 101-110 ; Gama,(...)

161Dès le lendemain de la première guerre mondiale, par le décret du 6 janvier 1921, le gouvernement brésilien réglementait l’entrée des immigrants au Brésil et fixait les conditions nécessaires à leur acceptation. Elles furent bientôt modifiées par le décret du 31 décembre 1924 qui ouvrait en outre au Département du Peuplement (aujourd’hui Département National d’immigration), un registre des compagnies de navigation autorisées à débarquer des immigrants. Le contrôle serré de l’immigration était rendu possible. Ce décret donnait en même temps la première définition brésilienne de l’immigrant : « Tout passager venu en 2e ou 3e classe sur les bateaux appartenant à ces compagnies »101.

162Mais c’est à partir de 1930 que se manifesta réellement l’intervention de l’administration fédérale. Copiant la législation des U.S.A. qui souffraient de la crise et du chômage, les décrets du 12 décembre 1930 et du 7 janvier 1932 interdirent momentanément toute immigration.

  • 102 R.I.C., 1940, IV, p. 727 ; Constitution de 1934, article 121, paragraphe 6 : « L’entrée d’immigrant (...)
  • 103 R.I.C., 1940, IV, p. 726 ; Cf. Aussi Mello, Imigração e colonização, Geografia, 1,4 (1935) p. 2549  (...)

163La Constitution de 1934 réserva au gouvernement fédéral le service de l’immigration et de la colonisation. Elle établit le système des quotes, dans l’intention de préserver la structure raciale et culturelle du Brésil. Un article de la Constitution, violemment attaqué à l’époque, limita l’immigration à un maximum annuel de 2 % des nationaux de chaque pays fixés au Brésil au cours de cinquante années précédentes102. Les deux décrets du 9 et du 16 mai 1934 donnèrent une nouvelle définition de l’immigrant : « Tout étranger qui, venu au Brésil, prétend y rester plus de 30 jours, avec l’intention d’exercer une profession licite et lucrative qui lui assure sa propre subsistance et celle de ceux qui sont à sa charge ». Elle comprenait donc les agriculteurs et les techniciens engagés par contrat. Le contrôle, qui aurait pu être rigoureux, était absolument théorique à cause de l’institution des lettres d’appel, sorte de cooptation des immigrants par leurs compatriotes déjà installés. Au lieu d’augmenter la population agricole ce régime d’immigration n’a contribué à accroître qu’une population urbaine parasite « de marchands de billets de loterie »103.

  • 104 Article 151 : L’entrée, la répartition et l’installation d’immigrants sur le territoire national se (...)

164La Constitution de 1937, qui réservait à l’Union la compétence en matière d’immigration et de colonisation (art. 16-III) conserva le même régime de limitation des entrées104.

165Le gouvernement établit par le décret-loi du 4 mai 1938 et le décret du 20 août 1938 une immigration dirigée. L’administration est chargée de traduire techniquement les directives politiques et économiques du gouvernement en tenant compte, dans la mesure du possible, de l’ethnie d’origine, de la concentration régionale et de l’assimilation économique, sociale et morale des étrangers en question, car le mot d’immigrant disparaît et la loi distingue seulement deux catégories d’étrangers :

  • ceux qui sont admis à titre temporaire (moins de 6 mois), moyennant des formalités plus simples, et

  • ceux qui sont admis à titre permanent, pour lesquels on s’efforcera d’obtenir une intégration rapide dans la communauté brésilienne.

166Seuls les « permanents » sont atteints par les quotes mais dans le contingent autorisé on accorde une nette préférence aux agriculteurs et aux artisans ruraux (80 %). Un premier contrôle sur la valeur technique, la situation sociale et politique des candidats à l’immigration au Brésil est exercé par le consul brésilien dans le pays d’origine et un second à l’arrivée par la police et par le service de l’immigration. La sélection devient donc la base du système d’immigration. Le Département national de l’Immigration (D.N.I.) prend les agriculteurs en charge à leur arrivée, les reçoit dans un centre d’accueil, leur assure l’hébergement, les soins, l’expédition des papiers nécessaires et le voyage jusqu’au lieu de destination.

167Le décret-loi du 23 août 1939 interdit la transformation du titre temporaire en permanent, aisée jusqu’alors, qui constituait une brèche dans le barrage dressé contre l’entrée d’indésirables. En même temps était développé l’appareil administratif d’orientation et d’exécution de ce service fédéral : le D.N.I. voyait sa compétence s’étendre jusqu’à la colonisation, concurremment avec la Direction des Terres et de la Colonisation, tandis qu’était créé l’important Conseil d’immigration et de Colonisation.

  • 105 De 1938 à 1945, il n’y a pas eu moins de 29 décrets-lois, décrets et circulaires sur l’entrée et le (...)

168L’abondante réglementation de circonstance liée à la guerre mondiale n’a affecté qu’un tout petit nombre d’immigrants105. Elle a été remaniée dès 1945.

169Survenant en 1945 également, la chute du régime instauré par le Président Vargas en 1937 n’entraîna cependant l’abandon ni des institutions ni de la politique adoptées sous son gouvernement.

170La Constitution fédérale de 1946 conserve à l’Union la compétence principale en matière d’immigration (art. 5-XV) et les Etats n’ont le droit de légiférer qu’à titre supplémentaire ou complémentaire (art. 8). Bien que la législation restrictive ait été conservée, le régime des quotes n’est plus stipulé par la Constitution.

171Le décret de 1945 qui avait apporté la réglementation détaillée d’après guerre a été conservé comme base du système. L’admission des étrangers à titre permanent reste soumise au prorata des quotes. « On répondra, dans l’admission des immigrants, à la nécessité de préserver et de développer dans la composition ethnique de la population les caractéristiques les plus convenables de son origine européenne, ainsi que la défense du travailleur national (art. 2) ».

172L’immigration est d’ailleurs liée à la colonisation par le gouvernement fédéral. Coloniser, c’est encourager et favoriser :

  1. La fixation de l’élément humain au sol ;

  2. L’utilisation économique de la région ;

  3. L’élévation du niveau de la vie, de la santé, de l’instruction et de la préparation technique des habitants des zones rurales (art. 46).

  • 106 Azevedo, A Imigração no Brasil de apos-guerra, B.G., I, 11, p. 32-43 ; Carvalho, Ainda a imigração (...)

173Le Conseil d’immigration et Colonisation reçoit une nouvelle organisation pour accentuer encore l’orientation sélective de l’immigration106.

174L’immigration au Brésil a donc été proportionnellement moins nombreuse depuis 1920 qu’elle ne l’avait été dans la seconde moitié du xixe siècle. A partir de 1931 elle diminue encore plus sensiblement. Entre 1850 et 1940 il est entré 4.491.054 immigrants dont 381.702 entre 1850 et 1889,2.531.704 entre 1890 et 1914, mais seulement 1.477.648 entre 1915 et 1940 (1.186.953 jusqu’en 1930, 290.695 à peine entre 1931 et 1940, c’est-à-dire pendant les années durant lesquelles a été en vigueur le statut restrictif). Troublée par la seconde guerre mondiale, elle n’a repris ni son importance ni sa composition antérieures.

  • 107 Voici le tableau des entrées et des sorties d’Allemands et d’Autrichiens par le port de Pôrto Alegr (...)

175Les restrictions imposées par le gouvernement fédéral n’ont pas été particulièrement sensibles dans le Rio Grande do Sul, où l’immigration avait ralenti. Le Départemento nacional de Imigração ne fournit que des chiffres globaux pour le Brésil, sans indiquer les Etats de destination ; entre 1918 et 1940 le Brésil a reçu environ 100.000 immigrants allemands. On ne précise pas le nombre des retours. Les publications du Département de statistique de l’Etat du Rio Grande do Sul nous fournissent, sous la rubrique « Immigration ou Emigration », le nombre des passagers embarqués ou débarqués à Porto Alegre. On peut le retenir comme celui de l’immigration minima et il ne doit pas être très différent du chiffre réel en ce qui concerne l’immigration allemande, car les voyages entre Santos ou Rio de Janeiro et le Rio Grande do Sul se faisaient normalement par mer et par Porto Alegre, les arrivées et les départs effectués directement par le port de Rio Grande ou par le chemin de fer n’ayant été que des exceptions107.

176Les chiffres minima seraient donc pour la période 1919-1939 : 30.439 entrées (Allemands et Autrichiens), 12.360 sorties, solde net 18.079, soit 16 % du nombre total des Allemands et Autrichiens immigrés au Brésil entre temps. Les années où l’immigration a été la plus importante sont : 1923 (+ 1.581), 1924 (+ 3.148), 1925 (+ 1.220), 1926 (+ 1.200), 1930 (+ 1.353). Le nombre des sorties est relativement élevé, ce qui s’explique par des facteurs politiques, ceux-là mêmes qui ont amené la réduction de l’émigration hors d’Allemagne à partir de 1933. Le Rio Grande do Sul a reçu 137 immigrants allemands en 1934, 136 en 1938, 65 en 1939. Ces chiffres concordent d’ailleurs avec ceux que nous pouvons puiser à d’autres sources, comme chez, R. Maack qui estime à 25.000 le nombre d’immigrants allemands entrés dans le Rio Grande do Sul entre 1919 et 1934 mais ne précise pas le nombre des sorties. Cela représente environ 30 % du nombre total des immigrants allemands entré entre 1824 et 1934.

  • 108 Décrets-lois 383 du 18 avril 1938, 844 du 9 novembre 1938, 3082 du 28 janvier 1941, 4051 du 23 janv (...)

177Les étrangers déjà immigrés, en particulier les agriculteurs, ont subi l’influence de la nouvelle législation adoptée à partir de 1937 qui réglementait les activités des étrangers permanents : interdiction d’exercer des activités politiques, interdiction d’obtenir des concessions de terre dans les zones frontières, obligation de s’inscrire sur le registre des étrangers tenu par le délégué spécial108.

2. Le gouvernement de l’Etat ne s’intéresse qu’à la colonisation

178Le gouvernement de l’Etat du Rio Grande do Sul a consenti d’autant plus volontiers à la restriction de l’immigration que depuis la veille de la première guerre mondiale il préconisait la colonisation spontanée et lui subordonnait l’immigration.

  • 109 Rel. Secretaria das Obras Publiais, 1915, 1916, p. 133-134. Costa, A Colonização, Correio do Povo, (...)

179Le Président de l’Etat n’avait cessé de prêcher la lenteur pour la colonisation. Il souhaitait protéger les dernières réserves de terres libres et les mettre en valeur sans précipitation, de préférence avec des descendants de colons adaptés aux conditions régionales. Il aurait déjà pu achever rapidement le peuplement du Plateau septentrional, il a lui-même ralenti ce mouvement, non sans sagesse d’ailleurs109. La conception officielle de la colonisation est d’organiser de nouvelles régions humaines ayant leur autonomie économique et administrative. L’administration de l’Etat ne doit pas seulement diviser et distribuer les terres mais assurer l’équipement des colonies surtout en voies de communications. Enfin son ultime objectif est l’assimilation des immigrants par la douceur.

180Au cours de cette période on voit passer dans la réalité administrative les principes énoncés précédemment par les hauts fonctionnaires comme un idéal à atteindre. Les deux règlements successifs de 1922 et de 1939 traduisent le souci d’un développement harmonieux des noyaux coloniaux et d’une intégration naturelle de l’homme dans l’économie et dans la société du Rio Grande.

  • 110 Martins, Uma politica, p. 139-140 ; Repertorio da Legislação.

181Le règlement de 1922110 garantit d’abord la propriété particulière acquise en vertu des lois de 1850, 1854, 1899 et 1900. Ensuite son article 8 facilite les légitimations de la possession paisible de plus de trente ans. Son objet le plus important est le peuplement des terres publiques, c’est-à-dire la colonisation. Les noyaux coloniaux ne seront établis que sur des terres disposant ou pouvant disposer à bref délai de moyens de communications avantageux (navigation ou chemins de fer). Les centres seront soumis à une planification préalable (communications, situation économique, état sanitaire, esthétique).

182La concession des lots se fait aux conditions suivantes : Le payement effectué dans les trente jours bénéficie d’une réduction de 5 % sur le prix. Le payement normal est réparti en trois versements égaux, 1/3 à la concession, 1/3 à la fin de la deuxième aimée, 1/3 à la fin de la troisième année ; s’il n’est pas achevé dans ce délai, majoration simple de 10 %. Si aucun versement n’est effectué au terme de la troisième année la superficie concédée-pourra être réduite. Si le concessionnaire n’a pas établi sa résidence ni cultivé au moins deux hectares la première année, la concession sera annulée.

183Le colon devra ensuite conserver la moitié ou au moins le tiers de la superficie en forêt, s’obligeant à replanter à côté la même superficie qu’il défriche. L’Etat entretiendra des stations expérimentales pour assurer au colon une assistance technique agricole. La superficie du lot est fixée à 25 hectares (art. 37), mais en payant comptant chaque chef de famille peut en obtenir d’autres, jusqu’à 5 au maximum.

184Ce qui est caractéristique, c’est la stipulation suivant laquelle les lots ruraux seront distribués de préférence aux descendants des anciens colons. Comme tous les « nationaux », ils bénéficient d’une réduction de 20 % sur le prix du lot (art. 36).

  • 111 R.I.C., 1940, IV, p. 748 ; Repertorio da Legislação.

185Le règlement de 1939111 conserve le même régime de concession des terres et d’établissement des titres de propriété. Un titre provisoire est délivré au moment de la concession et le titre définitif après le payement de la totalité de la dette. Entre temps les cessions ou les échanges sont soumis au contrôle de la Direction des Terres et de la Colonisation.

  • 112 Amabal, Terras Publicas, Correio do Povo, 2 mars 1954.

186Il consacre tout un chapitre à la légitimation des possessions. Si détaillées que soient des stipulations, quelques conflits se sont encore produits soit entre des particuliers, soit entre l’Etat et des particuliers, par exemple à Lagoa Vermelha en 1951. Ce problème n’a pas été résolu par la réglementation administrative qui paraît même anticonstitutionnelle112. Il manque donc une loi moderne. Il est vrai que la possession paisible de dix ans, avec résidence et culture entraîne usucapion pour les Brésiliens, c’est-à-dire en fait pour tous les colons, mais la superficie légitimable est limitée à 10 hectares. La possession de trente ans permet de s’approprier jusqu’à 25 hectares.

187Par ailleurs l’achat des lots est réglé d’une manière très favorable : au comptant avec 10 % de réduction, en un an avec 8 %, en deux ans avec 6 %, en trois ans avec 4 % de réduction. Le règlement normal s’effectue en six versements égaux échelonnés sur six ans. Au-delà de ce délai l’Etat prélève un intérêt de 8 % sur les sommes en retard. La concession des terres non payées dans le délai de huit ans ou abandonnées deux ans de suite sera annulée. Le colon doit cultiver au moins 2 hectares la première année. L’exploitation du sous-sol est soumise au code minier et celle des ressources hydrauliques à une concession gouvernementale. Le colon reste astreint à un service public de six journées de travail par an sur les chemins vicinaux.

188Les nationaux bénéficient de quelques mesures spéciales : délai de payement porté à dix ans ; possibilité de s’acquitter partiellement par le service prêté à l’Etat sur les chantiers publics ; l’article 44 essaie même d’organiser une sorte de retour à la terre des travailleurs nationaux urbains désireux de se consacrer à l’agriculture, en leur offrant le voyage gratuit, l’assistance technique et des facilités de payement.

189Ce règlement exprime donc le souci du gouvernement d’assurer les conditions les plus favorables au colon dans le cadre d’une exploitation rationnelle des richesses naturelles faisant encore partie du patrimoine public. Cette même préoccupation se retrouve dans l’organisation de l’administration centrale et régionale chargée de la colonisation comme dans son activité.

b. Les réalisations

1. Les colonies

190Pour toutes les raisons que nous avons vues, les établissements fondés au cours de cette dernière période ont été beaucoup moins nombreux qu’entre 1889 et 1914.

  • 113 Voir ci-dessous, p. 154 et 244.

191Les colonies sont donc installées à proximité d’un cours d’eau ou d’une grande voie de communication ; des chemins vicinaux relient au fleuve, à la voie ferrée ou à la route les lots dont la forme est adaptée à la topographie113 ; leur superficie est de 25 hectares en moyenne, oscillant entre 15 et 35 au maximum. L’emplacement des villages est choisi d’après le site et l’alimentation en eau, mais surtout en vue de la fonction administrative, économique et sociale qu’ils ont à remplir ; ils forment par exemple les cellules principales du réseau d’écoles primaires permettant la diffusion immédiate de l’instruction et de l’usage de la langue nationale. Le peuplement y est d’ailleurs autant que possible mixte : on y installe des Luso-Brésiliens à côté des descendants des anciens colons. Cependant l’administration a encore à lutter contre l’habitude des colons de se grouper par affinités ethniques, même dans les colonies de l’Etat (voir fig. 15), et plus encore dans les colonies particulières caractérisées par la ségrégation raciale.

192Les colonies les plus récentes ont été :

  • 114 Bernardes, A Colonizaçāo no municipio de Sta Rosa, R.B.G., XII, p. 384-390 ; Cardoso, Municipio de (...)

193Santa Rosa114, fondée en 1915 pour régulariser la situation des « intrus » qui dévastaient la forêt en marge de la colonie Guarani dont une partie a été annexée à Santa Rosa par la suite. Du centre, appelé d’abord « 14 de Julho », la colonisation officielle s’est étendue vers Porto Lucena, Tucunduva et Laranjeira, puis elle a été prolongée par un contrat avec la firme Dahne et Conceição qui a terminé la colonisation sur l’Uruguay en 1943.

194Plus au Nord, il faut citer les colonies de Guarita (1917), d’Irai, devenue muncipe en 1933, de Capão Grande, de Tres Passos municipe en 1945, de Crissiumal municipe en 1954 et du Alto Uruguai.

195Enfin s’est achevée la conquête de la terre sur la dernière zone forestière du Rio Grande do Sul : 70.000 hectares défrichés sur le municipe de Palmeira ou à la périphérie d’Erechim et de Lagoa Vermelha. Mais alors que dans les colonies de Santa Rosa et du Alto Uruguay il y a prépondérance de l’élément d’origine germanique, la dernière zone est de peuplement mixte : à côté des colons d’origine allemande on trouve des descendants d’Italiens et de Slaves et enfin des Luso-Brésiliens.

Fig. 15. — Répartition des principales ethnies dans la colonie d’Erechim
Malgré les efforts de l’administration les immigrants et leurs descendants se sont groupés en districts relativement homogènes. C’est d’ailleurs la colonisation privée qui a favorisé cette ségrégation volontaire.

196C’est dans cette région que se trouvent la plupart des municipes créés en 1954-1955 : Cerro Largo, Porto Lucena, Santo Cristo, Girua, Tres de Maio, Horizontina, Crissiumal, Tenente Portela, Frederico Westphalen, Aratiba, Gaurama, Tapejara, Sananduva.

  • 115 R.I.C., 1945, I, p. 181 ; Jornal do Dia, 15 mai 1947.

197Il serait sans doute difficile de faire le bilan complet de l’activité du Service des Terres et de la Colonisation dans le Rio Grande do Sul. Mais on peut au moins l’estimer par rapport à la superficie mise en exploitation. En 1920, il y avait 24.0000 kilomètres carrés colonisés par l’Etat et 10.800par des entreprises privées, soit la superficie des Pays-Bas, En 1940, il y avait 35.000 kilomètres carrés colonisés par l’État et 15.000 par des particuliers, soit une fois un quart la superficie de la Suisse. C’est dire que ce service a réalisé l’organisation administrative et économique d’une vaste zone pionnière115.

  • 116 Déclaration de M. Cilon Rosa, Diario de Noticias, Pôrto Alegre, 7 septembre 1946.

198En 1945 il ne restait plus à l’Etat que 8.000 kilomètres carrés de terres publiques libres, protégées à la fois par la nécessité de conserver le manteau forestier des zones qu’elles couvrent et par celle respecter le décret-loi du 17 janvier 1940 relatif à la zone frontière où la concession de terres et l’établissement d’industries sont soumis à un contrôle rigoureux. Ces quelques milliers de kilomètres carrés seront facilement colonisés par les descendants des anciens colons et l’on comprend que le chef du gouvernement de l’Etat ait bien précisé, dès le lendemain de la seconde guerre mondiale, qu’il n’y avait pas de place pour une immigration d’agriculteurs au Rio Grande do Sul116.

Fig. 16 B (1950)
Les Municipes du Rio Grande do Sul
Ces cartes révèlent la léthargie de la Campanha pastorale depuis le milieu du XIXe et le dynamisme des colonies agricoles où les Municipes se sont multipliés par caryocinèse.

2. Le nouveau rôle de l’administration

  • 117 Ramos, Terras e Colonização no R.G.S., R.I.C., I, 4, p. 740-753 ; Serviços Remanescentes, R.I.C,, 1 (...)

199Cependant les rapports entre les colons et l’administration n’ont peut-être jamais été aussi actifs : la Direction des Terres et de la Colonisation117, rattachée maintenant au secrétariat d’État à l’Agriculture, à l’Industrie et au Commerce, comprend diverses sections dont les plus importantes sont celle des Terres et celle de la Colonisation proprement dite.

200Le Service des Terres est chargé de régler les questions de propriété foncière suivant les textes législatifs en vigueur et de délimiter les lots coloniaux quand cela est nécessaire.

201Le Service de la Colonisation est réparti entre des bureaux à Porto Alegre et cinq inspections régionales qui recouvrent 22 municipes en 1950. Il est chargé d’une double tâche : D’une part la liquidation des questions de droit ou de fait posées dans les anciennes colonies, en particulier la légitimation des propriétés et le recouvrement de la fameuse dette coloniale. D’autre part l’aide aux colons sous toutes les formes : équipement routier dont le réseau souple et rapidement établi assure aux colons l’écoulement de leurs produits beaucoup plus facilement que dans les anciennes colonies, pourtant plus proches des centres de consommation ; équipement technique, organisation de centres administratifs et scolaires, distribution de semences et de plants sélectionnés, aide aux nationaux, etc. Les inspections assurent encore la protection des Indiens et le contrôle du service forestier. Les 5 inspections ont démarqué 58.050 lots, établi 2.952 kilomètres de routes, 10.115 kilomètres de chemins vicinaux, construit 30 bourgades.

  • 118 Cf. ci-dessous, p. 131 et chap. V. L’essaimage des pionniers.

202Le dernier grand problème que le Service de la Colonisation tente de résoudre est celui du placement des descendants de colons dont on estime l’accroissement à 30.000 individus par an118. On cherche à éviter leur exode vers les villes ou vers d’autres États brésiliens où les terres libres s’offrent encore en abondance.

203L’administration tente un effort louable pour liquider les incertitudes ou les erreurs des régimes antérieurs et pour intégrer les colons dans la vie sociale de l’État comme dans sa vie économique. Le sens de l’humain tend à l’emporter chez les administrateurs désireux d’appliquer dans leur esprit plutôt qu’à la lettre les règlements auxquels ils sont eux-mêmes soumis. Ils ont cherché à utiliser au mieux le délai qui leur était imparti pour façonner une nouvelle société.

  • 119 Cf. ci-dessous, p. 544 et sq.

204Avant que le problème de l’assimiliation des immigrants n’eût été posé dans son ensemble et dors que la répartition des colonies avait favorisé la ségrégation ethnique, culturelle et sociale, les crises internationales de 1914-1918 et 1939-1945 ont donné un caractère politique à la question teuto-brésilienne. Les évènements ont rappelé aux colons leur origine germanique, les ont opposés au reste des Riograndenses et ont modifié leurs rapports avec le gouvernement. La Direction des Terres et de la Colonisation s’est effacée dors devant le Secrétariat d’Etat à l’Intérieur et l’administration devant la police119.

  • 120 Cf. ci-dessous, p. 558 et sq.

205La fusion des colons dans la communauté brésilienne, contrariée un temps, a déjà repris son cours ; elle s’opèrera d’autant mieux qu’elle se fera librement, maintenant que l’administration de tutelle est remplacée par les institutions représentatives grâce auxquelles les colons peuvent se faire entendre et participer à la gestion des affaires de l’Etat dont ils sont membres120.

***

206Ainsi le gouvernement impérial, qui avait conçu et organisé la colonisation allemande dans le Rio Grande do Sul, l’a ensuite abandonnée pratiquement comme le gouvernement fédéral, jusqu’à l’époque récente où celui-ci s’est préoccupé de l’assimilation des colons. Le Brésil, si l’on en juge par cette attitude de ses dirigeants, n’a-t-il donc éprouvé qu’une longue indifférence à l’égard de la colonisation européenne ? Celle-ci a tout de même transformé la physionomie du Rio Grande do Sul et lui a donné une nouvelle originalité par rapport aux autres Etats de l’Union où l’on n’aurait cessé de se représenter le Rio Grande comme le pays gaucho que pour s’inquiéter des kystes ethniques que constituaient les colonies. C’est d’autant plus paradoxal que la colonisation allemande dans le Rio Grande do Sul n’a jamais été spontanée. Les colonies particulières n’ont pu se développer que grâce à la faveur gouvernementale et les colonies officielles ont été soumises à l’étroite tutelle de l’administration. Ce sont les autorités locales, celles de la Province puis de l’Etat, qui ont exercé la principale influence sur l’orientation et sur la vie de tous ces établissements.

207Ce dirigisme a d’ailleurs valu à la colonisation d’être critiquée plus souvent par les [adversaires du gouvernement en place que par les siens propres. Les réserves les plus fréquentes furent d’ordre budgétaire, c’étaient les moins justifiées. D’autres ont porté sur ses résultats d’ordre démographique, économique et civique. Nous ne pourrons apprécier leur valeur qu’en tentant de dresser le bilan de la colonisation dans ces domaines, en mesurant ce que le Rio Grande do Sul et le Brésil lui doivent.

Note

1 L’idée d’introduire des colons allemands aurait été suggérée à D. Pedro ier par l’Impératrice, D. Léopoldina de Habsbourg (Porto, Trabalho, p. 37 ; Petry, O Municipio de São Leopoldo, p. 19). L’appel à la main-d’œuvre blanche répondit à un désir certain de développer la production agricole mais on admet généralement qu’il correspondit aussi à la perspective de l’abolition du trafic, prévue par la Convention signée entre le Brésil et l’Angleterre et ratifiée par la loi générale du 23 août 1826 (Wellisch, Legislação, p. xxx ; Truda, A Colonização, p. 22 ; Carvalho, O Brasil, p. 112). L’importance de la colonisation officielle a été soulignée par de nombreux auteurs. Cf. par exemple Maurette, Quelques aspects, p. 59 ; Monbeig, Le Brésil, p. 61-62.

2 Revista do Arquivo Publico : le numéro 15-16 (sept.-déc. 1924) est entièrement consacré à la publication de documents sur les premières colonies allemandes dans le Rio Grande do Sul.
Liste des colonies allemandes fondées dans le Rio Grande (Pellanda, A Colonização, p. 44-51).

Image 1000000000000246000002DFBD61A412.jpgImage 1000000000000249000002AD78FCDD3B.jpg

3 Porto, O Trabalho, p. 12-32 ; Idem, A Real Feitoria, R.I.H.G.R.G.S., II, 4, p. 493-507.

4 Schaeffer, « cet aventurier de haut vol », a inspiré une abondante littérature : Porto, Trabalho, p. 37-40 et 42-49 ; Seidler, Zehn Jahre, p. 7 et sq. ; Boesche, Quadros altemados, p. 3-8 et 128 ; Aldinger, J.A. Schaeffer ; Sommer, Major J.A. Schaeffer, Rotermund Kal, 1927, p. 38-52 ; Hunsche, Major von Schaeffers Seelenverkauferei, Rot. Kal. p. 3840 ; Schmid, Seelenverkaufer Major Schaeffer (Deutsches Söldnerschicksal, p. 18-22) ; Hillebrand, Relatorio, R.A.P., 15/16, p. 345.

5 Il n’y a eu que peu de colons d’origine militaire (Schmid, Deutsches Söldnerschicksal, p. 27-29 ; Porto, Trabalho, p. 4546). Sur le recrutement d’éléments indésirables : Idem, ibidem, p. 86 ; Truda, A Colonisação allemã, p. 37, 4748 ; Boesche, Quadros, p. 8 ; R.A.P. 15/16, p. 197 et 346-349. Sur les Mecklembourgeois : Willems, A Aculturação, p. 61 ; Verband, Hundert Jahre, p. 49 (La légende des Mecklembourgeois).

6 Hillebrand, Rélatorio, R.A.P., 15-16, p. 345-349.

7 Constitution, art. 5. Handelmann, Historia, p. 993-994.

8 Pellanda, A Colonização, p. 21 et 24.
Statistique générale de l’immigration dans le Rio Grande do Sut
(Pellanda, pp. 24-25)

Image 1000000000000315000002A065C09DA1.jpg

9 Tkuda, A Colonização, p. 35-36 ; R.A.P., 15/16, p. 14-273.

10 R.A.P., 15/16, p. 42, 51-54,155, 162-168, 202-207. Truda, A Colonisação, p. 38-39.

11 R.A.P., 15/16, p. 231-232 ; Petry, São Leopoldo, p. 22-24 ; Cf. aussi Correspondencia do Presidente, Livro 30. Officio 19, 10 avril 1830.

12 Visconde de São Leopoldo, Memorias, R.A.P., 15/16, p. 147. Mottola, Visconde do São Leopoldo.

13 Truda, A Colonisação, p. 74-76.

14 R.A.P., 15/16, p. 14, 21, 22, 29, 31, 38, 106,111,113,159. Porto, O Trabalho, p. 84-89 ;

15 R.A.P., 15/16, p. 41, 58, 60, 67, 69, 171, 173, 208 ; Porto, O Trabalho, p. 90-93.

16 Wellisch, Legislação, p. xxx ; Carvalho, O Brasil, p. 113.
Sur les conséquences de la loi de 1830 à São Leopoldo :
Correspondencia do Présidente, Livro 30, Offido 56, 21 novembre 1831, Offido 1, 18 janvier 1833 ; Petry, O Municipio de São Leopoldo, p. 24.

17 Les fazendeiros et les conservateurs y voyaient une concession à la politique abolitionniste poursuivie par l’Angleterre, d’où leur opposition.

18 Wellisch, Legislação, p. xxx ; article 11, paragraphe V.

19 Tejo, Retrato, p. 148-150. Idem, Contribuição, P.S.P., 3, p. 77. R.I.C., 1943, 2, p. 240. Abrantes, Memoria, R.I.C., II, 2, p. 832-891. Glaeber, Deutsche Auswanderung und Kolonisation ; 1850 ; Kalkmann, As Colonias, 1846.

20 Loi 514, chapitre III, article 16. C’est cette loi qui a favorisé la création des colonies provinciales (Pellanda, Colonização, p. 32). C’est cependant parce qu’il ne put pas prouver ne pas avoir dépassé la superficie de 36 lieues carrées que le gouvernement provincial dut abandonner les colonies de Conde d’Eu et. Dana Izabel (Relatorio do Presidente, 1882).

21 Art. 3. — Sont terres libres :
§ 4. Celles qui ne se trouveront pas l’objet de possessions qui, bien que non fondées sur un titre légal, auront été légitimées par cette loi.
Sur les colonies fondées : Waibel, Principios, p. 169.

22 Création d’organismes administratifs : commission pour vérifier les travaux sur la colonisation(1852) ; Bureau général des Terres publiques (1854) ; secrétariat d’État de l’Agriculture, du Commerce et des Travaux publics, dont relèvera la colonisation (1861) ; Agence officielle d’immigration (1864). Cf. Carvalho, O Brasil, p. 251 et sq. Réglementation du transport des immigrants : décret du 1er mai 1858 ; décret du 20 avril. 1864.
Le discrédit de la colonisation provient de sa concomitance avec les mesures préludant à l’abolition de l’esclavage (Abeken, Amerikanische Negersklaverei ; Regime servit e Trabalho livre : R.I.C., 1945, I, p. 185-188 ; Carvalho, O Brasil, p. 129 ; Expilly, La traite, p. 1 ; Lettre au ministre des Affaires étrangères, 14 mai 1857, Brésil, 1856-1857, p. 171) et avec le développement du système de la parceria implanté par le sénateur Vergueiro à São Paulo (Reybaud, Colonisation, p. 19 ; R.I.C., V, 1, p. 185 et sq.). Pour les textes, voir Carvalho, O Brasil, p. 139, 146, 410 et sq.

23 Loi provinciale n° 229. (Carvalho, Brasil, p. 413414). Elle ne concerna guère que la colonie de Santa Cruz et l’immigration resta réduite (128 entrées en 1850, 289 en 1851, 597 en 1852, 332 en 1853, 382 en 1854).

24 Loi provinciale n° 304. Carvalho, Brasil, p. 415-418 ; Truda, Colonização, p. 65-67 ; Porto, TrabaIho, p.164-167. Relatorio do Presidente (1854) : « Il faut... arrêter aussitôt que possible la distribution de terres gratuites, qui, mettant le colon presque sous la tutelle du gouvernement, le rend aussi inerte qu’exigeant. Rien ne fortifie tant le moral de l’homme que le souvenir que tout ce qu’il est, c’est à lui qu’il le doit. »

25 Relatorio do Presidente da Provincia (1858-1870). Dès 1858 le Président signale : « Les ventes de lots délimités dépendent encore de la remise des titres. On n’a pas encore procédé au recouvrement du prix de ces ventes et les colons sont induits à croire qu’ils ne doivent rien. » Avec le temps la dette s’accroît : en 1862, il y a 5.581 colons inscrits sur les registres du Trésor provincial, leurs dettes (1847-1862) s’élèvent à 195.905 milreis (aliments 25.126, transport 43.520, secours 76.008, outils 5.693, semences 132, divers 1.802) soit en moyenne 28 milreis par immigrant. De cette dette 1.306 milreis ont été remboursés, soit seulement 0,8 %. En 1865 la dette s’élève à 201.973 milreis pour les seules colonies de Santo Angelo et Nova Petropolis ; Santa Cruz de son côté groupe près de 5.000 colons occupant 800 lots. Sur la loi de 1866 (art. 13 et 14), voir Annaes da Assembleia, 29 décembre 1866, p. 419 ; Koseritz, Relatorio, p. 56 ; Discussion du projet de loi n° 17 de 1867. Annaes da Assembleia, 21 juillet 1869, p. 66-67. Adopté il devient la loi provinciale n° 669 du 18 août 1869.

26 Relatorio do Presidente da Provincia ; Kalkhann, Relatorio, R.I.C., II, p. 240 ; Ave-Lallemant, Reise, p. 134 ; Hoermeyer, Breschreibung, p. 46, Brasilien, p. 231 ; Gestacker, 18 Monaten, p. 85 ; Tschudi, Reisen, p. 34 ; Mulhall, Rio Grande, p. 31, 57, 107 ; Macedo, Beschreibung, p. 457 ; Baril, Colonisation et principes pour la fondation de colonies au Brésil ; Schultz, Studien uber agrarische, 1865.

27 Non seulement le Dr Hillebrand a été l’une des figures les plus attachantes de São Leopoldo, mais il a joué un rôle exemplaire dans l’histoire de la colonisation. Né à Hambourg en 1800, docteur en médecine à Goetingen en 1823, il immigre en 1824 à São Leopoldo où il est aussitôt nommé vice-inspecteur de la colonie. Il en devient directeur en 1835. Défenseur de la légalité pendant la guerre farroupilha, naturalisé en 1845, il est nommé directeur général en 1845, chevalier de l’Ordre de la Rose en 1846, colonel de la Garde nationale en 1858, après une conduite héroïque pendant l’épidémie de choléra de 1857. Délégué de police, puis juge jusqu’en 1851, il est élu président du conseil municipal en 1858. Il est mort pauvre en1880, après avoir consacré toute son existence à la colonie de São Leopoldo. (Porto, Hillebrand ; Moraes, Hillebrand, P.A.N., XXIX, p. 442-444 ; Isabelle, Viagens, p. 73 ; Ave Lallemant, Reise, p. 155-156). Les directeurs des colonies ont été : à Santa Cruz, Buff, Schwerin, Mabilde et C. Trein F° (depuis 1867) ; à Monte Alveme, Trein ; à Nova Petropolis, Vidal, Reichenbach, Bartholomay, de la Rue, Sellin, Heinssen ; à Santo Angelo, Kalden (pendant vingt-cinq ans). Pellanda, Colonização, p. 84 ; Koseritz, Relatorio 1867, p. 19 ; Reforma 19 août 1881 ; Annaes da Assembleia, 19 décembre 1888, p. 140).

28 Kosekitz, Relatorio 1867, p. 12 ; Reforma, 16 août 1881 ; Pellanda, A Colonização, p. 7-8. La fonction d’inspecteur général des colonies, créée en 1859, a été occupée successivement par Néry, Jansen, Cunha, Koseritz (jusqu’en 1867) ; puis par l’agent interprète : Koseritz encore jusqu’en 1869, L. De la Rue jusqu’en 1872 et Kraemer jusqu’à l’extinction de la charge d’agent interprète en 1877.

29 Annaes da Assembleia, 21 novembre 1857 (« le colon qui à été engagé pour mettre une terre en valeur doit lui rester attaché »), 23 avril 1871 ; Relatorio do Presidente, 1867, p. 68.

30 Carvalho, O Brasil, p. 204, 257 ; S. Rocha, Historia, p. 25 ; Costa, O problema da imigração : estipendiada espontanea, Correio do Povo 29 juillet 1950. Relatorios do Presidente : 1850, 1861, 1862 (p. 41), 1864 (p. 79), 1866, 1869 (p. 68), 1872 (p. 15), 1874, 1876, 1880, 1885 (p. 163-165) ; Annaes da Assembleia, 22 juillet 1869, 23 avril 1871, 10 avril 1878, 25 mai 1880, etc. ;

31 Annaes da Assembleia, 23 avril 1871.

32 Martins, Uma politica ; p. 49. Marrette, Quelques aspects, p. 72.

33 Pellanda, A Colonização, p. 10-14 ; Carvalho, O Brasil, p. 135-136. Au sujet des contrats il faut consulter surtout les Relatorios do Presidente ; Kleudgen, 1853-1867 ; Montravel, 1857-1865 ; Knorr, 1857-1860 ; Claussen, 1857-1869 ; Almeida-Martins, 1869 ; Valentin, 1859 ; Steinmann, 1860-1869 ; C. Pinto, 1871-1874, etc. cf. aussi ci-dessous p. 97 et note 59 (contrat C. Pinto).

34 Schmählig, cité par Koehler, Brasilien, p. 237. Cf. aussi Expilly, La traite, p. 126. Handelmann, Historia, p. 534 et 995. More, De la Colonisation, 262 p. ; Rozwadowski, O Governo e a Colonização, 1857 ; Stuhz, Ofener Briefe, 1867-1868. Eufin on peut consulter le chapitre V de Canstatt, Critisches Repertorium, qui énumère les ouvrages publiés sur les colonies du Rio Grande.

35 Tonnelat, L’expansion, p. 100 et 145 ; Wiederspahn, Um documenta importante para a historia da colonização do Rio Grande do Sul (Jornal do Dia, 15 mars 1951) :
« Circulaire ministérielle dite rescrit de Von Heydt. »
(3 novembre 1859.)
« Devant l’accroissement récent des témoignages et des plaintes sur la situation pénible et désespérante des immigrants allemands au Brésil, d’ailleurs justifiées en grande majorité, comme des recherches minutieuses l’ont prouvé, on a pris des mesures pour éviter autant que possible de telles anomalies. Sans préjuger d’autres mesures à venir, on devait d’abord considérer comme inadmissible de continuer à maintenir le transport d’immigrants pour le Brésil sous la protection des concessions accordées. Il est vrai que celles-ci ne l’étaient ces derniers temps que sous la restriction d’exclure, sans exception, les contrats par lesquels les émigrants s’obligeaient à amortir par leurs services ultérieurs les avances qu’ils auraient reçues (contrats de métayage). Cependant cette mesure paraît être insuffisante.
« Par conséquent, nous proclamons par la présente la révocation de toute et de n’importe quelle autprisation par moi accordée, avec ou sans restriction, conformément à la loi du 7 mai 1853, à des entrepreneurs d’émigration pour le transport d’émigrants vers le Brésil... »
Le rescrit de V. Heydt sera rapporté pour les trois états du Sud du Brésil en 1896 (Relat. Secret. Int., 1897. p. 322).

36 Mulhall, Rio Grande do Sul, p. 129 ; Journal D. Deutsche Einwanderer 1857-1858 ; Kerst, Die Kolonien, 1853 ; Kroeff, Breschreibung, 1854.

37 Pellanda, Colonização, p. 22, 24 et 25.Cf. aussi ci-dessus note 8.

38 Idem, ibidem, p. 32 et 77-92. Kleudgen, Die Deutsche Kolonie Santa Cruz, 1852 ; Menezes, Municipio de Santa Cruz.

39 Pellanda, A Colonização, p. 170-174.

40 Idem, ibidem, p. 138-147.

41 Idem, ibidem, p. 89-90.

42 Relatorio do Presidente 1882 (Rapport du directeur Kalden) ; Koseritz, Colonisação provincial, Gazera, 16-VIII-1881 ; loi 1528 du 30 novembre 1885.

43 La colonie de Conde d’Eu a donné naissance au municipe de Garibaldi et celle de Dona Izabel à celui de Bento Gonçalves. Cf. Pellanda, Aspectos gerais da colonização italiana, (Album comemorativo do 75° aniversario, p.38-53).

44 Relatorio de Galvão, 1847 (Roche, L’administration).

45 Relatorio de d’Andrea, 1849 : « il faut installer des colons agriculteurs dans tous ces grands déserts pour que l’exemple change les tendances de la population qui se consacre uniquement à l’élevage malgré la fertilité des terres... » Sur son plan d’ensemble consulter Isabelle, Émigration et colonisation dans la province brésilienne du Rio Grande do Sul (1850). Sur les projets ultérieurs voir Relatorio do Presidente, 1852, 1855, 1856, 1864, 1870, 1871.

46 R.A.P., n° 8, Budget Colonisation, p. 84-85 ; Budget provincial, p. 345-346. Les dépenses furent respectivement de 1.479 et de 29.039 contos (5,9 %).

47 Relatorios do Presidente, 1847, 1852, 1856, 1859 ; Koseritz, Relatorio de 1867, p. 9-10 : la colonisation non allemande a échoué.

48 Pellanda, A Colonização, p. 44-51. Campos, Montenegro : Rheingantz, Colonie São Lourenço : Estrella, Album : Faria, O Municipio de Estrella ; Masson, Cai ; Meinhold, Die Entwicklung der Kolonie S. Lourenço.

49 Canstatt, Brasilien, p. 415 ; Waibel, Principios, p. 169 ; Monbeig, Le Brésil, p. 32. Cf ci-dessus chap. I. p. 55 et note 166.

50 Relatoriosdo Presidente, 1849, 1852, 1856 ; Annaes da Assembleia, 22 juillet 1869 : discours du député Berlinck contre la mauvaise orientation donnée par le gouvernement à la colonisation provinciale. Cf. Aussi Epp, Rio Grande do Sul oder Neudeutschland, 1864 ; Menezes, Theses sobre a colonização, 1875.

51 R.A.P., n° 8, p. 346.

52 Annaes da Assembleia, 27 avril 1881, p. 180-200.

53 Cf. ci-dessous, p. 534. Annaes da Assembleia, 21 mars 1884 ; XII 1887, p. 410-413 ; 14 décembre 1888, p. 109-111 (1887, p. 410 : O Nobre Deputado, embora seja hoje nosso patricio, nâo obstante é Teuto-Brasileiro).

54 « Questões de actualidade », Reforma, 18 décembre 1880.

55 Der Deutschen Kolonien, 1881 ; Koseritz, Rätschläge für Auswanderer, Gazeta de Porto Alegre, 1881-1884. L’influence de Koseritz a été indéniable (Koehne, Koseritz ; Oberacker, Karl von Koseritz, Cf. ci-dessous, p. 365, 500 et 534).

56 Il s’était fait naturaliser brésilien et avait épousé une Luso-Brésilienne ; R.B.G., XV, 3, p. 481483 ; Cf. Pellanda, O Colono Alemão, p. 121 ; Carneiro, AS Colonias, P.S.P., 16, p. 16. Cf. ci-dessous p. 500.

57 Pellanda, A Colonização, p. 25 : la moyenne était de 392 Allemands sur 3.422 immigrants par an. Pendant cette période on a compté au total 51.340 entrées. Les Italiens ont constitué 70 % du contingent de 1875 à 1881 et 94 % de 1882 à 1889 (Pellanda, Aspectos gerais da colonisaçâo italiana (75° aniversario, p. 77).

58 Annaes da Assembleia, 17 avril 1875, 15 décembre 1880, 21 juillet 1886. Reforma, sept.-oct. 1877 (incidents avec les colons). Sur l’histoire de la colonisation italienne, voir : Cinquantenario della colonizazione italiana, Porto Alegre 1925 ; Album comemorátivo do 75° aniversario da Colonização Italiana no Rio Grande do Sul, Pôrto Alegre, 1950 ; Fortini, O 75° aniversário, Porto Alegre 1950 Carli, Colonizazzione Italiana ; La cooperazione degli Italiani alprogresso, 1925 ; Cusano, Italia d’Oltra Mare, 1911 ; Idem, Rio Grande del Sud, 1920 ; Giglioni, Italiani e Tedeschi nel Brasile, 1917 ; Groliti, L’emigrazione al Brasile, 1909 ; Grossi, Gli Italiani in America, 1902 ; Guerra, L’emigrazione italiana, 1910 ; Guida, L’Emigrazione Italiana nel Brasile, 1921 ; Gli Italiani del Brasile, 1924 ; Lomonaco, Il Brasile e l’Emigrazione Italiana, 1876 ; Marchesini, Il Brasile e le sue colonie agricole, 1877 ; Mortara, A Imigração italiana, 1950 ; Ubaldi, L’espanzione coloniale, 1911 ; Venerosi, Le colonie Italiane, 1914.

59 Pellanda, A Colonização, p. 38-39.

60 Relatorio do Presidente, 1880 et 1882, p. 27-28.

61 Reforma 20 août 1875, Gazeta 8 février 1884 ; Relatorio do Presidente, 1886, p. 32 ; quant à la question de la dette coloniale, elle resta en suspens (cf. ci-dessous p. 104-105).

62 Relatorio do Presidente, 1877, p. 25 ; 1882, p. 28 ; 1887, p. 73.

63 Reforma 25 janvier 1880 ; Wellisch, Legislação, p. xxxv-xxxvi ; Debates Parlementares en 1870, R.I.C., IV, 2, p. 334-350.

64 Caxias fut émancipée par le décret 8182 du 12 avril 1884, Conde d’Eu et Dona Izabel par le décret 8183 du 12 avril 1884. C’est la loi du 9 juin 1882 qui autorise la vente des terres publiques. Sur la fondation des colonies particulières : Pellanda, A Colonização, p. 46.

65 Reforma 1 et 5 août 1886 ; R.A.P., n° 8, p. 78. Cf. ci-dessous p. 100.

66 S. Rocha, Historia, II, p. 136-143.

67 Vasconcellos, Oscillações, R.I.C., I, 2, p. 220. Nery, Le Brésil en 1889, p. 261-267. Relatorio do Presidente, 1889, p. 17-19. Breitenbach, Die Provinz Rio Grande do Sul Brasiliens und die deutsche Auswanderung, 1885, p. 75 ; Coppin, L’Empire du Brésil au point de vue de l’émigration, 1888. Fabri, Europaische Einwanderung in Brasilien, 1894. Martin, Slavery and Abolition in Brasil.

68 La seule limitation stipulée par l’article 64 de la Constitution fédérale du 24 février 1891 portait sur la défense des frontières, les fortifications, les constructions militaires et les chemins de fer fédéraux. Les difficultés administratives provinrent de ce que les États se trouvaient succéder à la fois aux anciennes provinces et à l’Empire (Wellisch, Legislação, p. xxix). C’est le paragraphe 21 de l’article 20 du chapitre III de la Constitution du Rio Grande do Sul (14 juillet 1891) qui charge le Président de sa mission relative aux terres publiques et à la colonisation.

69 Annaes da Assembleia, 1907, p. 13 et sq. ; Relatorio da Secretaria das Obras Publiais, 1898, p. 47 et sq. ; R.I.C., 1940, IV, p. 740-746 ; Lima (Cirne), Terras devolutas, 1935.

70 Estado do Rio Grande do Sul, Terras Publions, colonização e Florestas do Estado, Imp. Official, 1944, 52 p.

71 Annaes da Assembleia, 1893, p. 9 ; 1894, p. 5 ; Rel. Secretaria das Obras Publiais, 1897, p. 19 ; Pellanda, A Colonização, p. 23 ; Escobar, Apontamentos para a historia da Revolução riograndense de 1893 ; Villalba, A Revolução Federalista, 424 p.

72 Rel. Secretaria das Obras Publicas, 1915, p. 487 : Caxias a eu 12 directeurs.

73 Rel. Secretaria das ObrasPublicas, 1896, p. 83-84 ; Rocha, Historia, II, p. 214 ; Taunay, Questões de immigração, 1889, 31 p.

74 Pellanda, A Colonização, p. 25. Cf. aussi ci-dessus note 8.

75 Rel. Secretaria das Obras Publiais, 1897, p. 322. On publie alors en Allemagne de nombreux ouvrages sur la colonisation dans le Sud du Brésil. Cf. chapitre X de Canstatt, Critisches Repertorium.

76 Ibidem, 1896, p. 10 ; Azevedo, Imigração e colonização no Estado de São Paulo, R.A.M., VII, LXXV, p. 105-157 ; Lowrie, Imigração, 44 p.

77 Les crédits avaient été : 1895, 200 contos ; 1896, 139 contos, 1897, 0.

78 R.A.P., n° 8, p. 79-80 et S. Rocha, Historia, II, p. 221.

79 Rel. Secretaria das Obras Publicas, 1909-1913.

80 Décret n° 2098 du 13 juillet 1914. Ce fut la fin de l'immigration officielle, R.A.P., n° 8, p. 81.

81 Rel. Secretaria das Obras Publicas, 1896, p. 5. Les deux autres directions étaient : la direction centrale (1) et celle des routes (3). Le premier directeur des Terres et de la Colonisation fut A. Heber.

82 Rel. Secretaria das Obras Publicas, 1897, p. 15. Voir fig. 13 et 14, pl. IV.

83 Pellanda, A Colonização, p. 4142 ; Repertorio da Legislação, p. 87-90 ; Annaes da Assembleia, 1907, p. 33, 1910, p. 15.

84 Annaes da Assembleia, 1894, p. 21. Russomano, Historia Constitucional, p. 289.

85 C’est la meilleure source d'information pour cette période, aussi y avons-nous souvent recouru (Relatorios da Secretaria das Obras Publicas, 1894-1918).

86 Rel. Secretaria Obras Publicas, 1903. Varela, O Rio Grande, p. 387. Tonnelat, L’expansion, p. 141. Cf. ci-dessous p. 537.

87 Rheingantz : Lettres ouvertes à Parobé, Correio do Povo, 23 mars 1904 et 5 août 1904 ; Parobé, Réponse, Federação, 5 mai 1904.

88 Maia, Correio do Povo, 7 et 11 août, 21 septembre 1904. Romero, O Allemanismo no sul do Brasil, 1906, 72 p.

89 Correio do Povo 14, 18, 19 juillet, 16 août 1904.

90 Annaes da Assembleia, 1902, p. 11 ; Funke, Aus Deutsch-brasilien, p. 60-61 ; Khauel, Deutsche Interessen, 1900, 30 p. ; Kundt, Brasilien, 119 p. ; Stevers, Deutsche Interessen, 1903 ; Zimmermann, Kolonial politik, 1905.

91 R.A.P., n° 8, p. 81 : 310.000 Riograndenses sont d’origine germanique en 1914. Sur l’apathie politique des colons, voir ci-dessous p. 551 et sq.

92 Massena, Jaguari, R.I.C., III, 3-4, p. 58-75.

93 Schroeder, Brasilien, p. 183 et sq. ; Ijui, 50° aniversario (Album). Surtout Relatorio da Secre taria das Obras Publiais (1894-1912).

94 Pellanda, A Colonização, p. 50-51 ; Perrin, Les colonies agricoles.

95 Pellanda, A Colonização, p. 189 ; Rel. Secretaria das Obras Publiais, 1908-1920 ; Informations fourmes par l’Inspection des Terres et de la Colonisation à Erechim.

96 Rel. Secretaria das Obras Publicas, 1916, p. 133.

97 Pellanda, A Colonização, p. 182-185 et Aspectos, p. 52-53.

98 Pellanda, A Colonização, p. 189-190 ; Meyer, Die Privatkolonien in Rio Grande do Sul.

99 Faulhaber-Stiftung, Neu Wurttemberg, Eine Siedlung Deutscher in Rio Grande do Sul, 1933, 47 p. ; Fausel, De Elsenau à Panambi, Cinquentenario de Panambî, 1899-1949, p. 3-36).

100 Almeida, Borges de Medeiros ; Barcelos, Perfil de Julio de Castilhos : Britto, Gaspar Martins e Julio de Castilhos : Caetano, O Povo contra a tyrannia, 1925 ; Campos, Julio de Castilhos : Escobar, 30 Annos de dictadura, 1922 ; Idem, Pela Intervenção, 1923.

101 Wellisch, Legislação, p. xxxix ; D. Araujo, Imigração e Eugenia, R.I.C., VII, 1, p. 101-110 ; Gama, O Desembarque, 117 p. ; Soc. Nac. de Agriculture, Immigração, 1926, 488 p.

102 R.I.C., 1940, IV, p. 727 ; Constitution de 1934, article 121, paragraphe 6 : « L’entrée d’immigrants sur le territoire national souffrira les restrictions nécessaires à la garantie de l’intégration ethnique, de la capacité physique et civile de l’immigrant, sans que pourtant l’apport de chaque pays puisse dépasser annuellement la limite de 2 % du nombre total des nationaux respectifs fixés au Brésil durent les dernières cinquante années. Cf. aussi Lofes, La Colonisation du Brésil, R.I.T., XXXIII, p. 164-197.

103 R.I.C., 1940, IV, p. 726 ; Cf. Aussi Mello, Imigração e colonização, Geografia, 1,4 (1935) p. 2549 ; Tenorio, Immigração, 1936, 328 p.

104 Article 151 : L’entrée, la répartition et l’installation d’immigrants sur le territoire national seront soumises aux exigences et aux conditions que la loi fixera, sans que cependant le courant migratoire de chaque pays puisse excéder annuellement la limite de 2 % du nombre total des nationaux respectifs fixés au Brésil durant le3 cinquante dernières années. Cf. Aussi Carvalho, A Legislação imigratoria, R.I.C., I, 4, p. 719-739 ; Maurette, L’immigration, R.I.T., 1937, XXXV, p. 230-262 ; Neiva, Getulio Vargas e o problema da imigração e colonização, R.I.C., III, 1, p. 24-70.

105 De 1938 à 1945, il n’y a pas eu moins de 29 décrets-lois, décrets et circulaires sur l’entrée et le séjour des étrangers. La législation a été remaniée par le décret-loi 7967 du 18 septembre 1945. Sur l’immigration : Vasconcellos, Oscillações, R.I.C., I,2, p. 228 ; Emigração para o Brasil, R.I.C., IV, 2, p. 253-263 ; R.I.C., VIII, 2, p. 167.

106 Azevedo, A Imigração no Brasil de apos-guerra, B.G., I, 11, p. 32-43 ; Carvalho, Ainda a imigração de apos da guerra, R.I.C., IV, 4, p. 45-57 Castro, Imigração de apos-guerra, R.I.C., IV, 1, p. 45-57 ; Carneiro, Interpretação da politica imigratoria, Digesto Economico, IV, 44-47, 50 p. ; Idem, Imigração e Colonização, Fac. de Filosofia da Univ. do Brasil, 1950 ; Carvalho, Imigração, um problema national, R.I.C., VI, 1, p. 57-65 ; Gonzaga, Problemas nacionais de imigração e colonização, Estudos Brasileiros, II, 12, p. 582-624 ; Marques, Colonização e Povoamento, R.I.C., I, 2, p. 205-210 ; Medeiros, O problema da imigração, B.G., IV, 48, p. 1622-1631 ; Neiva, O problema imigratorio brasileiro, R.I.C., V, 3, p. 468-591 ; Idem, Aspectos geograficos da imigração e colonisação, R.B.G., IX, 2, p. 245-270 ; Idem, A imigração na politica brasileira de povoamento, B.G., VIII, 86, p. 151-183 ; Paiva, Politica imigratoria, B.G., IV, 43, p. 821-834 ; Perret, Brasil, Pais de Imigração, B.G., IV, 44, p. 965-971 ; Politi, A politica imigratoria, B.G., IV, p. 1139-1144 ; Rondon, Colonização national, R.I.C., VII, 4, p. 649-662.
Voici les chiffres de l’immigration allemande au Brésil de 1914 à 1944 d’après Ramos, Antropologia, II, p. 195 :
1914-1923 : 29 339 ;
1924-1933 : 61.728 ;
1934-1944 :18.937.
Chiffre record en 1924 : 22.168.
La répartition des Allemands résidant au Brésil en 1940 s’établissait comme suit : São Paulo : 25.570 (36,17 %) ; Rio Grande do Sul : 13.715 (19,40 %) ; Santa Catarina : 9.822 (13,89 %) ; Paranâ : 6.974 (9,87 %).
Ramos estimait que les Teuto-Brésiliens étaient au nombre d’environ un million dont la moitié vivaient dans le Rio Grande do Sul.

107 Voici le tableau des entrées et des sorties d’Allemands et d’Autrichiens par le port de Pôrto Alegre de 1919 à 1939.
Image 1000000000000311000001D302DC6B5F.jpg

108 Décrets-lois 383 du 18 avril 1938, 844 du 9 novembre 1938, 3082 du 28 janvier 1941, 4051 du 23 janvier 1942, 5438 du 30 avril 1943.

109 Rel. Secretaria das Obras Publiais, 1915, 1916, p. 133-134. Costa, A Colonização, Correio do Povo, 19 août 1950. Borges de Medeiros, Messagem, 1925 (p. 488).

110 Martins, Uma politica, p. 139-140 ; Repertorio da Legislação.

111 R.I.C., 1940, IV, p. 748 ; Repertorio da Legislação.

112 Amabal, Terras Publicas, Correio do Povo, 2 mars 1954.

113 Voir ci-dessous, p. 154 et 244.

114 Bernardes, A Colonizaçāo no municipio de Sta Rosa, R.B.G., XII, p. 384-390 ; Cardoso, Municipio de Santa Rosa, 1947, 66 p.

115 R.I.C., 1945, I, p. 181 ; Jornal do Dia, 15 mai 1947.

116 Déclaration de M. Cilon Rosa, Diario de Noticias, Pôrto Alegre, 7 septembre 1946.

117 Ramos, Terras e Colonização no R.G.S., R.I.C., I, 4, p. 740-753 ; Serviços Remanescentes, R.I.C,, 1945, I, p. 147-183.

118 Cf. ci-dessous, p. 131 et chap. V. L’essaimage des pionniers.

119 Cf. ci-dessous, p. 544 et sq.

120 Cf. ci-dessous, p. 558 et sq.

Indice delle illustrazioni

Legenda Fig. 11. — Carte du peuplement du Rio Grande do Sul de 1824 à 1872Pendant que la colonisation allemande s’étendait sur le Piedmont recouvert de forêts, c’est dans la Campanha et sur les premières croupes du Plateau ; recouvertes de prairies, que se développaient les centres de peuplement luso-brésiliens.
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/5922/img-1.jpg
File image/jpeg, 320k
Legenda Fig. 12. — Carte des anciennes colonies allemandesElles se sont établies dans les vallées du Piedmont le plus souvent au-dessous de la cote 300 mètres.
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/5922/img-2.jpg
File image/jpeg, 416k
Legenda Fig. 13. — Carte du peuplement du Rio Grande do Sul depuis 1890Alors que les Luso-Brésiliens achevaient l’occupation des prairies situées sur le Plateau, les colonies se multipliaient dans les zones de forêt, du Haut Jacui au Haut Uruguay, favorisées par l’ouverture de la grande voie ferrée Santa Maria-Erechim-São Paulo.
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/5922/img-3.jpg
File image/jpeg, 324k
Legenda Fig. 14. — Carte des nouvelles colonies à prépondérance germaniqueElles se sont développées de préférence sur la forêt subtropicale, dans les zones de moins de 400 mètres d’altitude.
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/5922/img-4.jpg
File image/jpeg, 656k
Legenda Fig. 15. — Répartition des principales ethnies dans la colonie d’ErechimMalgré les efforts de l’administration les immigrants et leurs descendants se sont groupés en districts relativement homogènes. C’est d’ailleurs la colonisation privée qui a favorisé cette ségrégation volontaire.
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/5922/img-5.jpg
File image/jpeg, 156k
Legenda Fig. 16 A (1824)
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/5922/img-6.jpg
File image/jpeg, 100k
Legenda Fig. 16 B (1950)Les Municipes du Rio Grande do SulCes cartes révèlent la léthargie de la Campanha pastorale depuis le milieu du XIXe et le dynamisme des colonies agricoles où les Municipes se sont multipliés par caryocinèse.
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/5922/img-7.jpg
File image/jpeg, 112k

© Éditions de l’IHEAL, 1959

Condizioni di utilizzo http://www.openedition.org/6540

Acquista