Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La colonisation allemande et le Rio grande do Sul

 | 
Jean Roche

Chapitre premier. Le rio grande do Sul avant la colonisation allemande

Texte intégral

LE RIO GRANDE DO SUL ET LES PRINCIPALES COLONIES
Anciennes colonies allemandes : 1. São Leopoldo ; 2. Novo Hamburgo ; 3. Cai ; 4. Montenegro ; 5. Taquara ; 6. Rolas 7. Tres Forquilhas ; 8. Torres ; 9. Gramado ; 10. Nova Petropolis ; 11. Estrela ; 12. Roca Salles ; 13. Arroio do Meio ; 14. Lajea 15. Venancio Aires ; 16. Santa Cruz ; 17. Candelaria ; 18. Sobradinho ; 19. São Lourenço ; 20. São Feliciano ; 21. Barâo do Triuc Nouvelles colonies : 22. Jaguari ; 23. Selbach ; 24. Nâo Me Toque ; 25. Carasinho ; 26. Ijui ; 27. Neu Wurttemberg (Panam) 28. Cerro Azul ; 29. Santa Rosa ; 80. Tres Passos ; 31. Sarandi ; 32. Erechim ; 33. Getulio Vargas ; 34. Marcelino Ram 35. Sananduva.
Anciennes colonies italiennes : 36. Caxias ; 37. Garibaldi ; 38. Bento Gonçalves ; 39. Guaporé ; 40. Nova Prata.

1Le Rio Grande do Sul contemporain se distingue des autres États brésiliens par divers traits que lui a donnés la colonisation allemande. Mais pour mesurer ce qu’il doit à celle-ci nous devons d’abord essayer de nous représenter ce qu’il était à la veille de l’installation des premiers immigrants allemands.

1. LE RIO GRANDE DO SUL REEL, « TERRAGAUCHA »

2Bien que le Rio Grande do Sul ait été occupé tardivement par les Portugais et pour brève qu’ait été son histoire, sa personnalité était nettement affirmée au début du xixe siècle.

A. L’héritage du passé

3Ce legs se composait essentiellement d’un domaine et de ses habitants, du territoire délimité par la frontière luso-castillane et des hommes qui avaient conquis, occupé et mis en valeur l’extrême sud du Brésil. (Voir fig. 1.)

a. La Frontière méridionale du Brésil et la vocation militaire du Rio grande do sul

  • 1 Ce sont les limite ? prévues par la Bulle d’Alexandre VI (1493). Cf. Anais III Cong. H.G.R.G.S., p. (...)

4Le partage de l’Amérique du Sud était dessiné dès 1530. Mais faute d’avoir pu annexer les territoires s’étendant jusqu’au Rio Paraguay, le Brésil ne possède au-dessous de 22° de latitude qu’une frontière politique1. Ses oscillations ont été particulièrement sensibles entre l’Uruguay et l’océan Atlantique, c’est-à-dire sur le territoire de l’actuel Rio Grande do Sul dont les limites occidentale et méridionale étaient à peine stabilisées quand les Allemands commencèrent à immigrer.

Fig. 1. — La position du Rio Grande do Sul
Si les chutes arrêtaient assez vite la remontée des Espagnols par les grands fleuves, le Rio Grande do. Sul était accessible par deux itinéraires par -tant de l’Uruguay : la plaine littorale, la Coxilha Grande. Le Rio Grande do Sul constitua le bastion méridional du domaine luso-brésilien.

1. La frontière méridionale était récente. Voir (fig. 2)

  • 2 Mendonça, Os Sete Povos e o Tratado de Madrid, Anais III Cong. HGRGS,. p. 25782596 ; Irmão Salusto,(...)
  • 3 L’histoire de cet établissement témoigne de l’intensité de la lutte entre les deux couronnes sur le (...)
  • 4 Sur l’histoire des Missions on peut consulter également Monteiro, AS primeiras reduções, R.I.H.G.R.(...)

5C’est au xviiie siècle que les cours de Lisbonne et de Madrid convinrent de délimiter nouvellement leurs domaines, annulant ainsi le traité de Tordesillas 1494). (Le traité de Madrid 13 (janvier 1750) tenta d’établir cette frontière conventionnelle sur des lignes naturelles2. Le Brésil renonçait à sa colonie du Sacramento3 sur le Rio de la Plata ; l’Espagne lui cédait le territoire des Missions4, à l’Est de l’Uruguay. La limite des deux empires partait de l’Océan, au pied de la colline de Castilhos Grande, décrivait une courbe en suivant la ligne de partage des eaux entre le Rio de la Plata et les lagunes Mirim-Patos, atteignait l’actuel territoire du Rio Grande do Sul près de Bagé, s’incurvait à nouveau en suivant la ligne de crête qui sépare le bassin du Rio Negro de celui du Santa Maria, puis le cours de l’Ibicui jusqu’à son confluent avec l’Uruguay, dont elle remontait la vallée jusqu’au confluent avec le Peperi, de là elle atteignait l’Iguassu, le Paraná et le Paraguay au centre du Mato Grosso.

Fig. 2. — Les oscillations de la frontière méridionale du Brésil
La frontière de 1851 est à très peu de choses près celle qui avait été établie en 1828 lors de la proclamation de l’Indépendance de l’Uruguay, au lendemain du début de la colonisation allemande dans le Rio Grande do Sul.

6Alors que la ligne a subsisté dans sa partie septentrionale, elle fut bientôt modifiée au Sud : avant même que sa démarcation n’eût été achevée sur le terrain par les commissions mixtes espagnoles et portugaises, la convention de 1861 rétablissait le statiu quo.

  • 5 Cidade, Lutas ao Sul, p. 102 ; Peeeira, Estudo do Povoamento, Anais III Cong. H.G.R.G.S., p. 1623 e (...)

7Dès 1777 le traité de S. Ildefonso5 altéra de nouveau la ligne frontière, au détriment du Portugal. Elle passait maintenant par l’embouchure du Chui, longeait le rivage de la Lagoa Mirim, remontait jusqu’à la ligne de partage des eaux entre le bassin du Rio Negro et celui du Camaquã, suivait la ligne de crête de la Coxilha Grande puis celle d’une de ses ramifications entre Cruz Alta et le confluent du Peperi-Guassu avec l’Uruguay. Non seulement les Portugais avaient dû abandonner toute prétention sur le Rio de la Plata, mais la tête de pont espagnole des Missions était rétablie sur la rive gauche de l’Uruguay. Le Rio Grande do Sul se trouvait réduit à la Serra du Sud-Est, à la Dépression centrale et aux gradins supérieurs du Plateau septentrional, c’est-à-dire au bassin drainé par la Lagoa do Patos et par les rios Vacacai-Jacui et Piratini. Cette frontière fit du Rio Grande do Sul un véritable camp militaire.

  • 6 S. Docca, Historia, p. 12-13 ; Idem, O Brasil no Prata. Cette politique a été vivement critiquée pa (...)
  • 7 Ce fut surtout l’influence du général Lecor. Cidade, Lutas, p. 177-182.
  • 8 S. Docca, A Convenção preliminar de 1828.

8Les rivalités qui déchirèrent les anciennes colonies espagnoles après leur affranchissement permirent la réalisation du rêve de la couronne luso-brésilienne6 : par l’annexion de la Province Cisplatine au Brésil, celui-ci reporta sa frontière au Rio de la Plata. La délimitation entre la nouvelle province et celle du Rio Grande n’était plus qu’une question administrative. Pour des raisons de pure contingence elle fut tracée en favorisant la Cisplatine7. Partant du Chui, elle longeait la Côte de la Lagos Mirim, remontait aux sources du Rio Negro, rejoignait la vallée du Quarai qu’elle suivait jusqu’à l’Uruguay. La zone comprise entre le Quarai et l’Arapei, peuplée de Luso-Brésiliens, fut détachée du Rio Grande do Sul. Elle le resta lorsque la frontière méridionale du Rio Grande redevint celle du Brésil, par la Convention de 1828 qui reconnaissait l’indépendance de l’Etat Oriental ou Uruguay8.

  • 9 Traité du 12 octobre 1851. Voir ci-dessous, note 49.
  • 10 Souza Docca, Condominio, R.I.H.G.R.G.S., XVIII, 4, p. 183-201.

9C’est en 1851 seulement que la frontière du Rio Grande avec l’Uruguay est fixée définitivement9. Partant du Chui, elle longe la marge occidentale de la Lagoa Mirim, sur laquelle les Brésiliens avaient le privilège de la navigation, suit la vallée du Rio Jaguarão, atteint la ligne de crête de la Coxilha Sant’ Anna, puis la vallée du Rio Quarai et celle du Rio Uruguay. Ce sont, à quelques détails près, les limites de 1828, que le Brésil n’a jamais cherché à dépasser par la suite. Au contraire sur l’initiative du baron de Rio Branco, ministre brésilien des Affaires étrangères, la convention de 1909 accorde à l’Uruguay la liberté de navigation sur la Lagoa Mirim et son débouché sur l’Atlantique par le port de Rio Grande10.

  • 11 Rio Branco, Questão de Limites ! Pereira, Estudo, p. 1625 ; Prunes, O Espaço Brasileiro, p. 56-57.

10L’Argentine, enfin, reconnut en 1895 la souveraineté du Brésil sur les Missions et sur le territoire de Palmas11. Ainsi était réglée la dernière question pendante à propos des frontières méridionales du Brésil.

11Si ces dernières retouches ont été négociées pacifiquement, la fixation des frontières du Rio Grande s’est faite par une longue série de guerres qui ont laissé sur son sol la trace des camps au milieu desquels son peuple a grandi. Le fait que les Allemands aient commencé à immigrer dans le pays alors que ses limites n’étaient pas encore fixées définitivement n’a pas contribué à faciliter leur intégration parmi des hommes qui montaient la garde aux avant-postes de leur patrie.

2. L'âme du Rio Grande do Sul s’était forgée dans les combats

  • 12 Fortes, O Brigadeiro José da Silva Paes..., R.I.H.G.R.G.S., XIII, 3, p. 3-120 ; Fontoura, José da S (...)

12Le Rio Grande do Sul a été essentiellement une marche lusitanienne. C’est la nécessité de garantir la route menant à la forteresse du Sacramento qui poussa le gouvernement portugais à envoyer l’expédition de José da Silva Paes en 1737 pour fonder la place de Rio Grande et jalonner le chemin du Sud par quelques fortins12. Le Rio Grande do Sul s’édifia donc comme un bastion sur la marge méridionale du domaine luso-brésilien. D’autre part le traité de 1750, contrairement à ce qu’en attendaient ses négociateurs, a ouvert la phase la plus agitée des rapports hispano-portugais en Amérique. Aussi la formation du Rio Grande do Sul s’est-elle accomplie dans les combats. (Voir fig. 3.)

La guerre guaranie
  • 13 La figure de Tiaraju est restée légendaire : Bernardi, O Primeiro Caudilho, P.S.P., 5, p. 32 et sq. (...)

13La commission mixte chargée de délimiter la nouvelle frontière s’étant heurtée à la résistance des Indiens, les troupes hispano-portugaises intervinrent. Après des escar-mouches où périt leur chef Sepé Tiaraju les Indiens furent décimés (Caibaté, le 10 février 1756) et leurs établissements détruits ou conquis (mai 1756)13. Mais les troupes portugaises stationnèrent quelques mois à peine dans les Missions que la convention de 1761 rendit aux Espagnols. Ceux-ci inquiétaient déjà les Portugais au Sud.

Les guerres du xviiie siècle
  • 14 Barba, D.P. de Cevallos. Il devenait de plus en plus difficile pour les Portugais de se maintenir s (...)

14La guerre de Sept ans n’était pas encore terminée que le Pacte de famille faisait passer l’Espagne dans le camp opposé à celui du Portugal resté fidèle à l’Angleterre. Non seulement les Portugais perdirent Sacramento14 mais le Rio Grande do Sul fut envahi à deux reprises par les Espagnols :

  • 15 Sous le prétexte que seule la colonie de Sacramento appartenait légitimement au Portugal avant la g (...)
  • 16 Le 1er juin 1767 (Fortes, Rio Grande, p. 94). Ils désobéirent au Vice-Roi du Brésil (Souza Docca, H (...)

15Ceux-ci prirent coup sur coup Santa Tecla, Rio Grande, São José do Norte en 1763 et les conservèrent malgré les stipulations du traité de Paris15. Cela provoqua la naissance d’un patriotisme local parmi les Luso-Brésiliens. Divers officiers, dépassant leurs instructions, risquèrent une tentative contre la place de Rio Grande en 1767 ; ils échouèrent mais reprirent São José do Norte16.

Fig. 3. — Les lieux historiques de la formation du Rio Grande do Sul.
Ils sont presque tous situés sur le Littoral, dans la Dépression Centrale (Jacui) et dans la Campanha le long de la Coxilha Grande.

  • 17 Cidade, Lutas ao Sul, p. 90.
  • 18 C’était un chiffre très élevé car les Espagnols n’étaient que 3.000 sous les ordres de Salcedo. Le (...)

16Alors que les adversaires restaient face à face de part et d’autre du canal littoral, la frontière intérieure était mal définie. Vertiz y Salcedo fonda en 1773 sur la Coxilha Grande le fort de Santa Tecla, de grande valeur stratégique. De là, il pénétra dans le Rio Grande do Sul et s’avança jusque devant Rio Pardo d’où seul un stratagème l’amena à se replier vers le Sud17. L’armée portugaise, portée entre temps à 6.000 hommes, reprit Rio Grande le 1er avril 1776 ; les Espagnols se retirèrent dans le fort de Santa Tereza sur le chemin de Montevideo18.

  • 19 Vasconcellos, Relatorio apresentado..., R.I.H.G.R.G.S., IX, 1 et 2, p. 3-40.

17La délimitation de la frontière fixée par le traité de S. Ildefonso ayant traîné en longueur, on s’est finalement borné à l’uti possidetis, ce qui laissait les Espagnols en force jusque devant l’actuel São Gabriel. Ils n’en profitèrent cependant point et de 1777 à 1801 s’écoula la plus longue période de paix que le Rio Grande do Sul ait connue de longtemps, années décisives pour son peuplement19.

  • 20 Loreto, Capitulos de Historia, p. 151 ; les trois-quarts des effectifs étaient riograndenses (Silva(...)
  • 21 Sur la reconquête des Missions on peut consulter : Porto, A Conquista das Missões, R.I.H.G.R.G.S. 1 (...)

18Lorsqu’en 1801 la guerre se ralluma entre le Portugal et l’Espagne les troupes portugaises se concentrèrent à Rio Grande et à Rio Pardo20. L’armistice survint avant qu’elles ne fussent entrées en campagne, cependant un ancien déserteur, Borges do Canto, avait reconquis audacieusement les Missions21. Le flanc ouest du Rio Grande do Sul était maintenant protégé par le Rio Uruguay, précisément grâce à l’action de ces miliciens qui s’établissaient sur la prairie dans l’intervalle de leurs chevauchées belliqueuses.

La première guerre cisplatine
  • 22 D, João VI s’appuya aussi sur le fait qu’il avait épousé la sœur du roi d’Espagne (Dona Carlota Joa (...)

19Tandis que la vice-royauté de la Plata se dissociait et que s’opposaient les unes aux autres les républiques nées sur l’ancien domaine espagnol, la fixation de la cour portugaise à Rio de Janeiro, qui joua par ailleurs un rôle capital pour le développement du Brésil, favorisa la politique d’expansion de D. João VI entre 1811 et 181722.

  • 23 Schroeder, A Campanha do Uruguai, RJ.H.G.R.G.S., XIV, 1, p. 115-162 ; Cidade, Lutas ao Sul, p. 123- (...)
  • 24 Cette politique était à la fois réaliste et raisonnable, comme le montre Souza Docca, O Brasil no P (...)
  • 25 Le 31 juillet 1821. Franckenberg, Historia do Brasil, p. 106 ; Brasiliano, O Rio Grande do Sul e a (...)

20Le Rio Grande do Sul fut la base des opérations. L’armée qu’il y avait concentrée sous le commandement de Diogo de Souza répondit à l’appel du gouverneur de Montevideo assiégé par un général de Buenos Aires. Mais l’Angleterre imposa le retrait des troupes portugaises (1812)23. D. João VI cependant, loin d’abandonner ses projets, profita de la lutte entre Buenos Aires et Artigas pour battre celui-ci (1816) et pour faire pénétrer à nouveau en territoire castillan ses troupes qui furent accueillies en libératrices à Montevideo le 20 janvier 181724. Ainsi la Province Cisplatine fut-elle incorporée au royaume luso-brésilien25 et cette acquisition donna-t-elle son nom à la guerre dont elle était le terme (1821).

21L’immigration allemande, commencée au lendemain de la proclamation de l’Indépendance et de la victoire du Brésil sur Buenos Aires et sur Montevideo, a donc rencontré un milieu défavorable à son adoption immédiate parce qu’il possédait une nette conscience patriotique. Bien plus, la vocation militaire des Rio Grandenses ne fit que s’affirmer au cours des décennies suivantes.

La seconde guerre cisplatine
  • 26 Porto, Influencia do Caudilhismo Uuruguaio no Rio Grande do Sul, RJ.H.G.R.G.S., IX, 3, p. 371454.
  • 27 Sena, A Guerra do Rio da Prata em 1825 : Lima e Silva, Anais do Exercito, R.I.H.G.R.G.S., VII, 1 et (...)
  • 28 Lago, Brigadeiros, p. 46 ; Cidade, Lutas, p. 139-140.

22Quatre ans à peine après la victoire portugaise qui paraissait décisive la question méridionale était rouverte par l’insurrection du colonel uruguayen Lavalleja26 : le débarquement des « 33 » le 19 avril 1825 marqua le début de la seconde guerre pour la Cisplatine27. Les insurgés furent aidés par la population et même par le caudilho Rivera, resté jusque-là fidèle, au Brésil28. Le gouverneur de Montevideo appela les troupes du Rio Grande à la rescousse mais Lavalleja fut soutenu par Buenos Aires à qui le Brésil déclara la guerre le 10 décembre 1825.

  • 29 Porto, O Trabalho alemão, p. 94-98.

23Une fois de plus se concentrèrent dans le Sud du Rio Grande les troupes brésiliennes qui comprenaient des bataillons de mercenaires allemands et même des unités de « volontaires allemands » recrutés dans la colonie récemment fondée à São Leopoldo29. Une fois de plus le flux et le reflux des armées ennemies balayèrent le Rio Grande do Sul.

  • 30 Il y a une abondante bibliographie sur cette bataille. Il suffit de se reporter à l’étude qui fait (...)
  • 31 Reichardt, Bento Conçalves, spécialement p. 29-30 ; Rosa, Vultos, p. 12-36 ; Souza Docca, A Expediç (...)
  • 32 Idem, Historia, p. 214-217 et A Convenção..., p. 204-205. Acevedo, La Mediacion de Inglaterra ; Her (...)

24Si la bataille d’Ituzaingo ou Passo do Rosario (20 février 1827) fut indécise30, les troupes brésiliennes renforcées remportèrent des victoires décisives à Pedras Altas, à Las Carias et dans les Missions (avril 1828)31. Mais l’Angleterre pressa la conclusion d’un armistice puis de la convention qui consacrait l’indépendance de l’État Oriental et fixait provisoirement ses limites32.

  • 33 Maia, Historia, p. 115-117.
  • 34 Roche, L'Administration d’une Province, Thèse complémentaire, Rapport de 1846.
  • 35 Azevedo, O Imperador D. Pedro II, R.I.H.G.R.G.S., V, 3-4, p. 193-204.

25Cependant le problème de la délimitation définitive de la frontière entre le Brésil et l’Uruguay ne fut résolu que dans la seconde moitié du xixe siècle et le Rio Grande do Sul a conservé longtemps encore son rôle d’avant-poste. Il est symptomatique que les trois visites faites au Rio Grande do Sul par l’Empereur aient coïncidé avec des campagnes militaires. En 1826 D. Pedro Ier y vint au moment où la seconde guerre cisplatine était dans une phase sombre33. En 1846 le jeune empereur D. Pedro II visitait les principales villes riograndenses au lendemain de la guerre Farroupilha34. Il y revint encore en 1865 lors de la guerre contre le Paraguay35.

La guerre civile de 1835-1845
  • 36 Pour un exposé plus détaillé et la bibliographie : Roche, L’Administration d’une Province.

26L’insurrection qui éclata à Porto Alegre le 20 septembre 1835, dégénéra en une longue guerre civile, au cours de laquelle le Rio Grande do Sul proclama la République36. Résumée très sommairement, la guerre farroupilha se divise en trois phases :

  • Pôrto Alegre, où avait éclaté la révolution, fut repris en juin 1836 par les Légalistes.

  • Les Républicains l’assiégèrent à trois reprises. Les Légalistes tentèrent en vain de se dégager par les batailles de Rio Pardo (en 1837 et 1838) et de Taquari (en 1840). Mais les Républicains ne purent s’emparer ni de Porto Alegre ni de Rio Grande ni de São José do Norte. Ils ne réussirent pas davantage à interdire la navigation qui reliait ces ports à Rio de Janeiro.

    • 37 Maia, Historia, p. 183-186.

    Le gouvernement impérial envoya enfin des troupes et des chefs capables d’élargir les opérations : 41 combats furent livrés de 1841 à 1844. A partir de 1843 Caxias bat l’une après l’autre les armées républicaines et prépare la pacification du Rio Grande (traité de Ponche Verde, 28 février 1845)37.

  • 38 Les Riograndenses ont fait preuve d’une intense « brasilidade » (Spalding, O Rio Grande do Sul, Lan (...)

27L’effort prolongé que la province s’était imposé pour lutter contre l’Empire et les dégâts causés par les opérations paralysèrent dans une certaine mesure son développement économique. Mais cette longue guerre révéla l’importance sociale et politique des chefs locaux, capables de tenir tête dix années durant aux forces du gouvernement central. Elle exalta leurs vertus viriles, leur amour de la liberté et leurs sentiments patriotiques, puisqu’ils repoussèrent l’idée d’une fédération avec les États du Rio de la Plata et rentrèrent dans l’unité brésilienne38.

  • 39 Porto, O Trabalho Alemão, p. 110-141 et Publicações do Arquivo Nacional, XXIX et XXX (Processo dos (...)
  • 40 Laytano, Historia da Republica, p. 165-229 ; Revista do Arquivo Publico n° 15-16, p. 335-440 ; Kalk (...)

28Les colons allemands furent entraînés dans la guerre civile, mais la majorité resta fidèle au gouvernement impérial39. Lorsque le calme fut rétabli dans les colonies la prospérité y revint, plus grande même qu’avant 183540, car la guerre farroupilha fut pour São Leopoldo un catalyseur de la production agricole et artisanale. D’autre part la naturalisation fut accordée aux colons, en bloc, en 1846, pour les services rendus au cours de cette lutte : l’Empire appréciait donc la collaboration que les colons lui avaient apportée. Cependant cela ne doit pas faire illusion. Le triomphe des Légalistes n’a abouti qu’à renforcer la soumission des colons à l’État, et l’échec des Républicains à souligner l’opposition entre la Prairie et la Colonie. Si la guerre farroupilha a permis aux colons d’apprendre à connaître les Riograndenses, en revanche elle n’a nullement réduit la distance qui les en séparait.

Les guerres contre L’argentine et L’uruguay
  • 41 Hafkemeyer, Memorias de Francisco Pedro de Abreu, R.I.H.G.R.G.S., I,1, p. 22-44 et 2, p. 166-208. C (...)
  • 42 Correspondances des Présidents de la Province avec le gouvernement central (Roche, L’Administration (...)

29Même lorsque la paix interne eut été retrouvée, le Rio Grande fut encore agité par la question de la frontière méridionale. Le reflux de 1828 avait laissé en territoire uruguayen des établissements brésiliens dont les propriétaires se plaignaient d’être maltraités. En 1849, à la ; suite de razzias plus graves qu’à l’accoutumée, l’estancieiro brésilien F. P. de Abreu41 lança avec ses partisans une expédition contre les Uruguayens qui répliquèrent. Ni les mesures adoptées ni les démarches diplomatiques ne réduisirent la tension42.

  • 43 Moritz, Resumo da historia, Anais III Gong. H.G.R.G.S., p. 2325-2352 ; Bilbau, Historia de Rosas,
  • 44 Souza Docca, Historia, p. 221-223.

30Pour accepter de signer le traité de limites du 12 octobre 1851, l’Uruguay dut être [menacé par le dictateur argentin Rosas43 et avoir besoin de l’appui militaire du Brésil. Les batailles furent livrées en Uruguay et en Argentine (Montevideo et Monte Caceros) mais le gros des contingents fut fourni par le Rio Grande do Sul dont le nouveau président, Caxias, avait été nommé commandant en chef. Cependant la fourniture de vivres et d’équipements a stimulé l’activité de la Province44.

  • 45 Cf. Correspondencia do Presidente da Provincia com o Governo central, 1849-1860, Pôrto Alegre, Muse (...)
  • 46 Maia, Historia, p. 203.
  • 47 Idem, ibidem, p. 203-204. Bormann, A Campanha do Uruguai.
  • 48 Cidade, Lutas, p. 184.

31Même après 1851, les frictions entre Uruguayens et Brésiliens continuèrent45. Le conseiller Saraiva, envoyé en mission spéciale à Montevideo, n’ayant pu aboutir par la négociation, il remit le 4 août 1864 un ultimatum qui fut repoussé46. Les forces brésiliennes entrèrent en campagne appuyées sur le parti Colorado de Flores47. Salto et Paisandu furent pris par le général Mena Barreto dont la brigade était composée presque exclusivement de Riograndenses48. Les troupes brésiliennes établirent le siège devant Montevideo dont la prise renforça l’autorité de Flores.

La guerre contre le Paraguay
  • 49 Souza Docca, Historia, p. 228-238 ; Fix, La Guerre du Paraguay ; Expilly, La Vérité ; More, Rejlexô (...)

32Cependant les effectifs brésiliens étaient absorbés par la guerre de la Triple Alliance contre le Paraguay (1865-1870)49.

  • 50 Costa, A Batalha do Riachuelo, R.I.H.G.R.G.S., III, 3, 4, p. 541-545. Gay, Invasão Paraguaya, R I.H(...)
  • 51 Moritz, Resumo, Anais III Gong. H.G.R.G.S., p. 2335 ; Eu (Comte d’), Viagem. Militar.

33Elle débuta par la victoire navale alliée de Riachuelo, mais un corps d’armée paraguayen envahit l’Ouest du Rio Grande et s’empara de São Borja le 10 juillet 1865, d’Itaqui le 17 juillet, d’Uruguaiana le 5 août50. Ne pouvant agir en liaison avec le parti blanco uruguayen, il fut bientôt enfermé dans Uruguaiana par les Alliés, en fait les Riograndenses, grâce auxquels l’empereur D. Pedro II, qui vint alors dans le Rio Grande pour la seconde fois, reçut la reddition des Paraguayens51. Le territoire du Rio Grande était libéré. Depuis il n’a plus subi aucune invasion étrangère.

  • 52 Pereira, Heroes brasileiros na campanha do Sul ; Porto, O Trabalho Alemão, p. 211.

34La seconde phase de la guerre du Paraguay fut marquée par les succès alliés comme par les exploits des soldats et des chefs riograndenses de toute origine, car gauchos et colons s’étaient enrôlés côte à côte dans les régiments ou les batteries dont les drapeaux furent déposés solennellement dans la cathédrale de Porto Alegre en 187052.

35Ainsi les immigrants allemands et leurs descendants directs participèrent-ils à ces campagnes dans les rangs de l’armée brésilienne. Leurs chefs leur ont rendu hommage. Mais ces guerres ont eu des conséquences doublement défavorables à l’assimilation des colons :

  • 53 Idem, ibidem, p. 193-203 ; Schmid, Die Brummer, 48 pages ; Bruhn, 75 Jahre Deutschtum, p. 11.

36D’une part le Brésil avait recruté des mercenaires en Allemagne. Une fois licenciés nombre d’entre eux restèrent dans le Rio Grande. Ils sont connus sous le nom de Brummers53. Ils formèrent un noyau de professions libérales dans les colonies ou dans les villes et fournirent les premiers cadres du Deutschtum, du germanisme. Leur intervention arrêta les colons sur le court chemin qu’ils avaient parcouru vers l’assimilation.

  • 54 L’importance de l’esprit militaire dans la formation du Rio Grande do Sul a été soulignée par une f (...)

37D’autre part les chefs et les soldats qui avaient fait le Rio Grande, qui s’étaient illustrés dans les guerres cisplatines, qui luttaient contre les Castillans, avaient le juste sentiment de protéger leur pays puisqu’ils couraient à la frontière plus souvent que les habitants des provinces centrales et septentrionales. Leur esprit militaire ne pouvait que renforcer leur cohésion54 et leur donner conscience d’appartenir à un groupe qui se distinguait de tous les autres.

38Il ne faut donc voir aucune hostilité, du moins jusqu’en 1870, dans l’attitude des éléments riograndenses les plus représentatifs à l’égard des immigrants. Elle s’explique par le même facteur de psychologie collective qu’à l’égard de leurs compatriotes d’autres provinces. Or les colons n’étaient pas installés dans les mêmes régions, n’avaient pas le même genre de vie et ne parlaient pas la même langue. Ils constituaient donc un autre groupe dont l’intégration était rendue difficile par le processus de peuplement et la structure sociale du premier Rio Grande do Sul.

b. Les hommes

39Les guerres du xviiie et du début du xixe siècle n’avaient pas seulement affirmé la souveraineté brésilienne sur le territoire du Rio Grande do Sul, elles avaient assuré l’homogénéité de sa population ; celle-ci s’est constituée par la prépondérance d’une race et d’une nation : la population riograndense libre était en effet essentiellement blanche et portugaise.

1. L’élimination des Indiens et des Espagnols

  • 55 Souza Docca, Historia,p.69-79 ; Hensel, OS Coroados, R.M.A.P.R.G.S., XX, p. 65-80 ; Moraes, Tapes e (...)

40Les Indiens qui occupaient primitivement le Rio Grande do Sul appartenaient à trois groupes : Tupis-Guaranis, Guaicurus et Gês55. Ceux-ci étaient représentés par les Caingangs, plus connus sous le nom de Coroados (de leur façon de se coiffer) ou de Bugres, devenu nom générique des indigènes dans le Rio Grande. C’étaient pourtant ceux qui s’y étaient le plus tardivement installés. Aussi n’avaient-ils pas été catéchisés par les Jésuites et étaient-ils restés très combatifs. Occupant la zone du Haut Uruguay autour de Nonoai, ils furent refoulés par la pénétration des éleveurs sur les Campos de Cima da Serra à partir de 1827. Les Guaicurus avaient été représentés par plusieurs tribus dont certaines disparurent dans des guerres intestines et dont les plus connues étaient celles des Charmas installés le long du Jaguarão et des Minuanos entre l’Ibicui et le Quarai. C’est eux que les Hispano-Portugais rencontrèrent en 1756 sur les crêtes du Rio Grande méridional. Les Charmas étaient plus indépendants, les Minuanos plus sociables. Ceux-ci fournirent aux Portugais le premier personnel des estancias, ceux-là leur transmirent l’usage des bolas, arme de guerre puis de chasse et instrument de travail, car ils étaient devenus d’excellents cavaliers. C’est le seul groupe qui ait laissé quelques traces dans le peuplement du Rio Grande do Sul le long de l’Uruguay. Fait curieux, ils avaient déjà perdu l’usage de leur propre langue et avaient adopté celle des Guaranis, plus civilisés. Venus du Paraguay ces derniers avaient progressé vers l’Est, des Missions jusqu’à la Lagoa dos Patos, qui porte le nom d’une de leurs tribus. Plus dociles que les précédents, les Indiens Guaranis s’étaient soumis à la catéchisation des Jésuites et avaient peuplé leurs Réductions, apprenant une agriculture perfectionnée, le tissage, la céramique et le travail des métaux. Mais leurs établissements avaient été ravagés à diverses reprises par les incursions de Bandeirantes, puis ils avaient fourni des soldats à la couronne d’Espagne, enfin l’attaque des Missions par les colonnes hispano-portugaises leur porta le coup décisif.

  • 56 Chaves, Memorias, R.I.H.G.R.S., I,1, p. 100 et sq ; Relatorio do Presidente de Provincia en 1835 (R (...)
  • 57 Par exemple : Relatorio do Presidente da Provincia 1848, p. 2 ; consulter aussi Correspondencia do (...)
  • 58 Truda, A Colonisação Allemã, p. 73-76.

41On estime à 14.000 le nombre total des indigènes qui restaient dans les Missions lors de leur reconquête en 1801 ; en 1822 il était réduit à 6.350, en 1835 à 37756. Certains avaient participé aux guerres hispano-portugaises, dans un camp ou dans l’autre. Nombre de survivants se retirèrent en 1828 avec le caudilho Rivera en Uruguay, où ils se groupèrent dans la colonie Bela União, centre d’agitation contre le maintien duquel le gouvernement brésilien protesta à diverses reprises57. Les rares Indiens Guaranis ou Gês restés sur le territoire riograndense ont vécu en marge des blancs, reculant à mesure que la colonisation avançait, non sans lancer quelques attaques contre les propriétés et les personnes dans la zone pionnière (qui commençait à 40 kilomètres de Porto Alegre en 1824). Leur réputation empêchait toute fraternisation entre les colons et eux58.

  • 59 Dreys, Noticia, p. 180-187 ;

42Ce fut d’autre part la période où disparurent les premiers Gauchos59. Métis de blancs et d’indiens Guaicurus, ils avaient vécu en groupe agynes à l’écart des races dont ils étaient issus, errant sans ordre et sans but à travers la prairie. Refoulés par l’appropriation des terres, ils ont été décimés par les guerres. Les survivants s’éteignirent dans les estancias qui recouvraient la campagne et nul nouveau rejet ne put sortir de la souche indienne, arrachée du Rio Grande do Sul. Le nom de Gaucho perdit alors ce qu’il avait pu avoir de péjoratif et désigna dorénavant l’homme de cheval, l’éleveur, l’habitant de la prairie, d’origine lusitanienne.

  • 60 Rambo, OsIndios riograndenses, P.S.P., 10, p. 88 ; Fisionomia, p. 241 ; Varela, O Rio Grande do Sul(...)

43A la différence de ce qui s’est produit dans d’autres régions du Brésil et dans l’ancien domaine espagnol, les Indiens n’ont donc guère compté dans la formation du sang riograndense, non plus que dans celle de sa civilisation60 : ils ont laissé seulement quelques noms géographiques et quelques centaines de descendants de Caingangs déjà trop touchés par la civilisation moderne pour intéresser l’ethnologue. C’est sans doute le nom de China, fille d’Indien, fille de joie, qui indique l’essentielle et piètre contribution que les Riograndenses ont demandée à la race indigène.

44Les Espagnols, dont l’ancienne influence sur le peuplement et l’exploitation du Rio Grande par l’intermédiaire des Fondations jésuitiques s’était éteinte en 1756, ne réussirent pas à laisser par la suite une empreinte aussi marquée que l’intensité de leur effort militaire et la répétition de leurs invasions le feraient penser. C’étaient au contraire les Brésiliens qui avaient essaimé vers le Sud au-delà de la frontière de 1828.

  • 61 C’est encore l’opinion de Silva, Provincia, p. 83 ; D’osorio, Sociogenese, p. 53 ; de Souza Docca, (...)

45Les Espagnols visaient plus à la possession du territoire qu’à son occupation immédiate. Ils ne purent jamais surmonter le handicap de leur faiblesse numérique. Lorsqu’était accomplie la mission pour laquelle on les avait concentrés, les effectifs regagnaient la région du Rio de la Plata. Et ces quelques milliers d’hommes eussent été bien insuffisants pour peupler le Rio Grande. Les Espagnols n’ont guère eu à leur actif que deux fondations. La première fut celle de la forteresse de Santa Tecla en 1774, élevée à l’intersection des lignes de crête qui commandent les passages Nord-Sud et Est-Ouest de la « Frontière ». Mais elle fut prise et rasée par les Portugais en 1776 et l’actuelle ville de Bagé est née d’un camp portugais de la campagne de 1811. La seconde fut en 1801 la création du noyau de Batovi, destiné à contrôler la vallée du Vacacai par l’installation de colons-miliciens, tout près de l’emplacement actuel de São Gabriel. Il ne survécut pas au reflux des colonnes espagnoles. Celles-ci n’ont donc pas laissé grande trace dans le Rio Grande61.

  • 62 Monteiro, Dominação, p. 291. Les quelques Espagnols installés autour de Rio Grande et mariés avec d (...)
  • 63 Cf. Relatorios do Presidente. (Roche, L’Administration..., notes correspondantes).
  • 64 Goulart, Formação R.I.H.G.R.G.S., X, 3-4, p. 539-544 ; Porto, O Caudilhismo, R.I.H.G.R.G.S., IX, 3, (...)
  • 65 Varella, O Rio Grande do Sul, p. 25-27 ; Barcellos, Esboço da formação, P.S.P., p. 13-24 ; Brito, T (...)

46Il est vrai que les limites politiques ne coïncidaient pas exactement avec celles du peuplement et que des échanges économiques et culturels ont pu s’opérer dans la zone de la frontière où circulaient de nombreux Castillans, convoyeurs de troupeaux, négociants ou réfugiés62. La contagion de l’exemple républicain et la transmission des idées subversives qui risquaient de s’opérer de Jaguarão à Quarai comme par osmose entre l’Uruguay et le Rio Grande do Sul préoccupèrent quelques présidents de la Province63. Cependant les Riograndenses, même révoltés, repoussèrent toute idée d’association avec les Rioplatenses. Ils ne cédèrent pas davantage à la tentation des facilités politiques du Caudilhismo64. Ils furent tellement peu atteints de « platinisme » qu’on peut noter des différences sensibles de type et de mentalité entre les habitants du Rio Grande do Sul et ceux du Rio de la Plata malgré l’identité de leur genre de vie65.

47Les Riograndenses ont conservé, l’esprit de leur nation avec la sève de leur souche portugaise.

2. Les « Riograndenses »

48C’est en effet par la fusion de trois éléments, tous d’origine lusitanienne, que s’est constitué le Riograndense-type.

1er élément. — Les Lagunistes
  • 66 Jaeger, As invasões bandeirantes, p. 58-60 ; Porto ; Bandeiras Paulistas, Terra Farroupilha, I, p.  (...)

49Bien que son territoire ait été traversé dès le xviie siècle et à plusieurs reprises par les incursions des Bandeirantes66 descendus de São Paulo à la recherche d’or, d’esclaves ou de bétail, le Rio Grande do Sul n’a été occupé qu’au début du xviiie siècle.

  • 67 Magro, Os ultimos fronteiros paulistas, Anais III Cong. H.G.R.G.S., p. 2455-2466 ; Cabrai., Laguna (...)
  • 68 Porto, Terra Farroupilha, I, p. 136.
  • 69 Fortes, A Frota de Joâo de Magalhâes, Terra Farroupilha, I, p. 144-152 ; Idem, Velhos Caminhos, R.I (...)

50Ses premiers habitants sont venus d’un établissement fondé en 1684 sur le territoire de la Capitainerie générale de São Paulo, à l’extrémité de la baie de Santa Catarina, Laguna67. Le fils de son fondateur, Francisco de Brito Peixoto, effectua à partir de 1690 plusieurs expéditions dans le Rio Grande pour reconnaître la route du Sud vers la colonie du Sacramento et pour tenter de découvrir des gisements de métaux précieux (1714-1715)68. Il délégua ensuite son gendre, João de Magalhães, pour jalonner l’itinéraire le plus favorable aux convois de bétail qui fourniraient un nouvel aliment à son fructueux commerce avec Sorocaba, São Paulo et Minas Gerais. C’est encore pour des raisons économiques que Peixoto envoya Magalhães occuper en 1725 le littoral entre le Tramandai et le grau de Rio Grande : il s’installa sur Remplacement de São José do Norte69.

  • 70 Fortes, Rio Grande, p. 12-28 ; Souza Docca, Gente Sulriograndense, p. 655.
  • 71 Porto, Coeficiente lagunista, R.I.H.G.R.G.S., XI, 34, p. 169-185 ; Cidade, Rio Grande do Sul, p. 72 (...)
  • 72 Cidade, Lutas, p. 12 ; Fortes, Os Estancieiros, RJ.H.G.R.G.S., XIV, 3, p. 129-133.

51Son établissement a marqué le début du peuplement du Rio Grande do Sul. D’une part il cristallisa les installations temporaires qu’étaient les invernadas70 des frontaliers de Laguna ; d’autre part il facilita l’essaimage d’une partie de la population de Laguna qui espérait trouver au Sud des conditions plus favorables. Les premiers titres de sesmarias71, délivrés à partir de 1733, confirment l’origine lagunense de leurs titulaires. Leur centre était Viamão. Ils atteignirent bientôt Itapoan et le Rio Gravatai puis le Rio dos Sinos et le Cai inférieurs. Certes l’occupation était lâche mais sa caractéristique était la continuité de l’appropriation du sol72.

2e élément. — Les Açoriens

52Plus que les rapports envoyés par Peixoto et Magalhães c’est l’attaque espagnole contre la colonie du Sacramento en 1735 qui attira l’attention du gouvernement portugais sur le Rio Grande. Les gouverneurs militaires se soucièrent immédiatement de renforcer leur position en créant des foyers de colonisation lusitanienne.

  • 73 A partir de1747. Cf. Belo, Relação dos émigrantes acorianos para os estados do Brasil, Boletim do I (...)
  • 74 C’est pour cela que Pôrto Alegre s’appela d’abord Porto dos Casaes. (Spalding, O Municipio de Porto (...)

53Ils accueillirent les premiers Açoriens73 qu’on leur envoya. Ils les établirent aux environs de Rio Grande (à Estreito, à Mostardas) et de Viamão. Mais dans cette zone les ménages d’Açoriens ne tardèrent pas à se grouper sur l’emplacement de Porto Alegre74 car ils n’avaient ni les mêmes traditions ni le même genre de vie que les premiers Rio-grandenses.

  • 75 Laytano, O Português de Açores na consolidação do dominio lusitano no extremo Sul do Brasil. Rev. d (...)

54C’est surtout vers la vallée du Jacui que les gouverneurs militaires dirigèrent le peuplement. Ils y fondèrent diverses places protégeant la route fluviale jusqu’au terminus, Rio Pardo, qui resta longtemps le bastion avancé du domaine portugais75. L’administration intervenait et par l’installation de colons açoriens et surtout par la création rapide d’une paroisse. Rio Pardo fut chapelle dès 1759 et paroisse dès 1769 ; Santo Amaro, où un fort est fondé en 1753, fut paroisse dès 1773 ; Triunfo dès 1754 ; Taquari, chapelle dès sa fondation en 1764, paroisse en 1795 ; alors que Santo Antonio da Patrulha, fondé en 1740 sur le premier axe de pénétration lagunense, n’est devenu paroisse qu’en 1795.

3e élément. — Les miliciens
  • 76 Pour certains auteurs les Paulistas ont joué un rôle bien supérieur à celui des Açoriens : Rodrigoe (...)

55Comme la colonisation açorienne ne répondait pas à ce qu’on en attendait, les gouverneurs commencèrent à octroyer des terres aux officiers et aux soldats parvenus au terme de leurs engagements et qui provenaient en majorité des capitaineries de São Paulo et de Minas Geraes76.

56La nécessité de réagir contre la pression espagnole provoqua un changement dans l’orientation du peuplement. La vallée du Jacui n’intéressa plus seulement pour elle-même, mais parce qu’elle devenait une base de départ vers le Sud. Aussi fut-elle défendue par des postes avancés, installés dans la région la plus menacée, la Serra du ‘Sud-Est. Le peuplement se porta vers le Sud jusqu’au Camaquã, vers le Sud-Ouest en remontant les vallées du Camaquam-Mirim et du Piratini, vers l’Ouest par un débordement à partir de São Sepé dans les vallées des rios Vacacai-Cacequi et Santa Barbara.

  • 77 Monteiro, Dominação, p. 339. Voici la population du Rio Grande do Sul en 1780 : Pôrto Alegre 1512, (...)

57Entre 1777 et 1800 se fondent diverses bourgades qui servent accessoirement de centres administratifs et religieux à de petites Marches peuplées d’élevéurs-miliciens : Pelotas, peuplé à partir de 1780, paroisse en 1806 ; Encruzilhada, poste établi en 1770, pourvu d’une église depuis 1781 ; Herval, né autour d’un camp de 1791 ; Caçapava et Cangussu, fondés en 1800. La lenteur avec laquelle se remplirent les vides entre ces noyaux est bien significative de leur fonction stratégique et de la dispersion du peuplement, comme le montre le recensement organisé par Veiga Cabrai quand il devint gouverneur77. Il n’a cependant pas tenu à introduire de nouveaux colons açoriens et la majeure partie des terres a été concédée, à d’anciens soldats.

58C’est ainsi que s’affirma la présence portugaise au Sud du Jacui. Pinto Bandeira commandant du secteur d’Encruzilhada et du Camaquã y procéda à la légitimation des quelques terres déjà occupées et à la distribution de celles qui étaient encore libres, dès 1779-1780, avant même que la frontière définie par le traité de 1777 ne fût tracée. Il distribua aussi des terres dans les régions d’Herval à partir de 1791, de Caçapava à partir de 1800, de Jaguarão à partir de 1801, c’est-à-dire dans les zones où s’exerça son commandement militaire. Le bassin du Vacacai fut ainsi occupé entre 1790 et 1794, de São Gabriel à São Sepé, qui furent élevés en paroisses seulement en 1846 et 1850.

  • 78 Zone triangulaire dont deux des côtés sont délimités par la confluence de cours d’eau. Sur l’import (...)
  • 79 Revista do Arquivo Publico do Rio Grande do Sul, Sinopse das concessões, 1798-1814,I, 3, p. 173-218 (...)

59De même un camp avait été établi en 1797 à Boca do Monte (Santa Maria) entre la Dépression centrale et la vallée de l’Ibicui et il était devenu un petit centre. L’événement décisif fut la conquête des Missions en 1801. La densité de l’occupation resta très faible : le rincão78 entré les rios Icamacuam et Ibicui, qui couvre environ 10.000 kilomètres carrés, fut attribué à 14 donataires seulement, dont les conquérants des Missions eux-mêmes. Toutefois dans les années suivantes on céda des terres à de nouveaux venus et le général Diogo de Souza accorda des titres définitifs à un beaucoup plus grand nombre de propriétaires79.

  • 80 Reis, Apontamentos historicos de Bagé, p. 5 ; Faria, São Gabriel ; Schroeder, São Gabriel, R.I.H.G. (...)

60Enfin c’est sous son commandement que le peuplement de miliciens éleveurs pénétra dans le dernier quadrilatère riograndense resté libre : entre l’Ibicui au Nord, le Quarai au Sud, l’Uruguay à l’Ouest et à l’Est la ligne de crête jalonnée aujourd’hui par Bagé et São Gabriel. Ainsi se dessina la zone de la Fronteira devenue la plus riche région d’élevage. Si la campagne de 1811 a peu rapporté au Brésil, le Rio Grande lui doit la fondation d’un certain nombre de noyaux de population urbaine sur l’emplacement de camps ou de fortifications : Bagé, São Gabriel, Alegrete et Livramento80. La valeur purement stratégique de leur position explique que leur promotion municipale, ait souvent tardé, jusqu’en 1831 pour Jaguarão, 1832 pour Alegrete, 1846 enfin pour Bagé et São Gabriel. Là encore l’occupation fut d’abord très lâche et donnait une impression de fragilité car les rares centres urbains, encore embryonnaires, étaient séparés par d’immenses étendues de prairies sur lesquelles l’homme n’avait construit que des abris précaires et n’avait marqué aucune autre empreinte que celle des sabots de son cheval.

61Cette dispersion et cette lenteur du peuplement furent les rançons de son homogénéité. Pour lourdes qu’elles aient été elles ; ne mirent pourtant en danger ni l’existence ni le développement du Rio Grande qui puisa autant de dynamisme dans l’unité de sa population que dans la richesse de ses ressources.

Les Riograndenses
  • 81 Saint Hilaire, Voyage, p. 43. '.

62Tous les voyageurs qui venaient du Nord ou du centre du Brésil ont été frappés par la stature et par la figure des Riograndenses : les hommes étaient plus blancs, plus grands, plus robustes, plus virils que dans les autres capitaineries81 ; ils étaient aussi plus énergiques et plus actifs.

  • 82 Idem, ibidem, p. 43,61,119 ; Dreys, Noticia, p. 195-198 ; Castro, Geografia da forme, p. 290-292 ;
  • 83 Saint Hilaire, Voyage, p.43 ; Dreys, Noticia, p. 156-158 ; Campos Jr, Os Povoadores, I Cong. de His (...)

63Cela provenait, nous dit-on, de leur régime alimentaire82. Dans le Rio Grande en effet la nourriture, qui semblait ne rien coûter, était abondants et forte, à base, de churrasco (viande grillée sur des. braises), de farine de manioc et de chimarão, infusion de maté dont l’amertume passe pour combattre les excès carnés de ce régime. Ni sucre, ni sel, introuvables dans la Pampa. La seule « douceur » était la cigarette « crioula » : le Gaucho coupe minutieusement avec son coutelas de minces lamelles de tabac en corde, les malaxe longuement dans ses paumes et roule enfin sa cigarette dans une feuille de maïs, l’allume à un tison du foyer, la savoure accroupi sur ses talons, dans sa position de détente après les heures passées en selle. Ce qui distinguait en effet le Riograndense des habitants du reste du Brésil, c’était son alliance avec le cheval83 ; Il le montait avec dextérité, traversant l’immense pampa, faisant corps avec lui dans les batailles, mais il l’entretenait d’un soin jaloux et le parait luxueusement.

  • 84 Saint Hilaire, Voyage, p. 467 ; Dreys, Noticia, p. 159 ; Ornellas, Gauchos, Correio do Povo, 30 jui (...)

64Alors que les Riograndenses décoraient les harnais de leur monture et leurs armes avec de riches incrustations d’argent, leurs propres vêtements étaient le plus souvent modestes et parfois singuliers84 : des pantalons qui se terminaient par des franges au-dessus de la cheville ; dans les régions proches des Missions c’était une pièce de tissu, roulée entre les cuisses et dont les pans flottaient (xiripa) ; pas de veste, une chemise aux manches retroussées, un foulard autour du cou, un autre sur la tête, un grand couteau passé à la ceinture... ; des chaussures grossières, taillées dans le cuir vert d’une cuisse de bœuf et lacées sur le pied, qui ne permettaient même pas de matcher ; d’énormes éperons, les attributs du cavalier-né.

  • 85 Idem, ibidem, p. 151 ; Moraes, Vocabulario sulriograndense, p. 161-162.

65A mesure que la prospérité s’est développée, le costume a évolué vers celui qui a subsisté jusqu’à nos jours : chapeau de feutre à larges bords tenu par une jugulaire, pantalon large et bouffant (bombacha), bottes de cuir travaillé, éperons et gaine de couteau en argent, poncho de laine ou grande cape foncée doublée de couleurs vives le plus souvent rouge-jaune-vert, les couleurs de la République farroupilha. Le foulard a été conservé, qui prend même une signification politique soit par sa couleur soit par le modèle de son nœud85. Le Gaucho ne se sépare pas volontiers, même à terre, de sa grosse cravache de cuir non plus que de ses armes.

  • 86 Idem, ibidem, p. 107. Le galpão est devenu le symbole folklorique du monde rural gaucho. Cf. Azambu (...)

66L’éleveur riograndense mène une vie tour à tour rude et oisive. Certes le marquage et le dressage du bétail exigent force et adresse, certes le rodeio où l’on groupe le troupeau pour le recenser, le soigner, le trier demande une grande endurance. Mais ces travaux sont saisonniers et de nombreuses heures se passent auprès du feu ou sous le galpão86, l’abri rudimentaire du personnel, à conter des prouesses techniques ou des exploits militaires, à chanter les premières chansons du folklore riograndense.

  • 87 Dreys, Noticia, p. 163 ; Maia, Historia, p. 53 ; Amado, AO tranquito no mais, Reportage, Revista do (...)
  • 88 Saint Hilaire, Voyage, p. 97 ; Dreys, Noticia, p. 166.

67Le personnel des estancias voisines se retrouve encore le dimanche au bolicho, la boutique où l’on vend les quelques articles nécessaires à la vie quotidienne qui ne soient pas produits sur l’estancia : tissus, coutellerie, épicerie. On y débite surtout de l’eau de vie. Les Gauchos y boivent, y jouent, y engagent des paris sur les chevaux car la course est leur divertissement préféré87. Là aussi surgissent les disputes et les rixes entre hommes altiers et ombrageux88.

  • 89 Osorio, Sociogenese, p. 48 ; Friero, O Gaucho, Diario de Noticias, Porto Alegre, 14 mai 1952 ; G. F (...)
  • 90 Saint Hilaire, Voyage, p. 467 ; Dreys, Noticia, p. 167-170 ; Cl. J. Francisco, Psychoiogia dot acon (...)

68Certains auteurs brésiliens, originaires d’autres régions, ont volontiers caricaturé les « Gauchos » en les présentant comme des Don Quichottes intrépides, irréfléchis, indisciplinés, vaniteux ou bien en dénonçant leur tendance au « narcissisme » ou bien en affectant d’avoir à recourir à un lexique pour comprendre leur langage, différent de celui des citadins ou des habitants d’autres zones du Brésil89. C’est insister volontairement sur des travers sans faire la part des qualités réelles, le courage, l’amour de la liberté, le souci de la dignité humaine, le dévouement personnel, la générosité et l’hospitalité, devenue proverbiale90.

  • 91 D. Machado, Fundamentos economicos do regionalismo, P.S.P., 2, p. 128-130 ; Alencastre, O Regionali (...)
  • 92 Varela, O Rio Grande do Sul, p. 375-379 ; Cidade, Rio Grande do Sul, p. 478 ; Goulart, Formação, R. (...)
  • 93 Silva, Provincia, p. 107 ; Moraes, 35 e 93, P.S.P., 17, p. 9.

69Et ce type humain, qui s’était fixé entre la fin du xviiie siècle et le début du xixe, a été célébré en effet par une abondante littérature régionaliste91. C’est le Gaucho qui a donné au Rio Grande do Sul son originalité première, c’est lui qui l’a incarné pour un siècle et demi. Or nous devons encore rappeler deux de ses traits caractéristiques : la dispersion des habitants a entraîné le relâchement des pratiques du culte catholique et l’effacement de l’influence de la religion dans la Campanha92 ; la vocation pastorale et militaire a marqué le Riograndense d’une incapacité longtemps insurmontable pour le travail manuel ou mécanique93. Cela ne facilita ni les contacts ni la compréhension entre le colon nouveau venu et le Gaucho seigneur de ce pays (voir photo 1, pl. I).

B. Le pays des gauchos

  • 94 Monbeig, Le Brésil, p. 53 ; Freyre, Interpretação do Brasil, p : 92 ; Azevedo, A Cultura brasileira(...)

70Le Rio Grande do Sul venait de subir dans les deux premières décennies du xixe siècle une évolution décisive. L’occupation rapide des vastes zones de prairie s’étendant entre la Dépression centrale et la frontière avait consacré la prépondérance de l’élevage extensif sur l’agriculture. R resta l’unique activité de la grosse majorité des Riograndenses jusqu’au début du xxe siècle. H a donc joué un rôle essentiel dans la formation et dans la vie du Rio Grande do Sul94.

a. Une civilisation du cuir

71Le Riograndense, milicien ou éleveur, était par excellence un cavalier. Aussi le nombre des chevaux fut-il d’emblée très élevé : 180.000 à la fin du xviiie siècle. R a encore quadruplé dans la première moitié du xixe siècle, dépassant alors 800.000 têtes. Puis il se conserva à ce niveau jusqu’en 1905. Le cheval était l’indispensable moyen de locomotion, de travail, de défense ou d’attaque, l’instrument de conquête de l’espace et de la fortune.

1. L’élevage des bovins

  • 95 La question, exposée par Jaeger, Historia da introdução do gado. R.I.H.G.R.G.S., XXI, 2, p. 217-245 (...)

72Il semble établi que leur introduction ait été due aux Jésuites95. Ceux-ci avaient créé, à côté des Réductions où étaient groupés les Indiens et où ils pratiquaient l’agriculture, des exploitations pastorales appelées tantôt Vacarias, tantôt Estancias. Quand elles furent razziées par les Bandeirantes le bétail abandonné s’est répandu à travers tout le Rio Grande, donnant naissance à cet abondant cheptel sauvage que les Lagunenses sont venus chercher. Leurs descendants eurent tôt fait de remplacer la poursuite incertaine du bétail dans les Vacarias do Mar par son rassemblement dans les Invernadas et par son élevage dans les Estancias qu’ils fondaient. Ce mot qui a pour racine le verbe estar révèle par là même le rôle de l’élevage dans l’établissement des premiers Riograndenses. S’il fut le principal mode d’exploitation des ressources naturelles, c’est qu’il était le plus rationnel.

  • 96 Laytano, Estancia, p. 4145 ; Abreu, O Gado, B.G., 116, p. 474. Cidade, Rio Grande, p. 738 ; Rodrigu (...)

73L’immensité de l’espace interdisait le transport des produits que l’agriculture aurait fournis si on avait pu la développer, ce que ne permettait pas la faiblesse numérique de la population : la densité était de 0,4 au kilomètre carré. Il était au contraire facile de trouver la main d’œuvre nécessaire à l’élevage : il suffisait d’un surveillant et de dix hommes pour s’occuper de 10.000 têtes de bétail, c’est-à-dire pour exploiter 15 ou 20.000 hectares suivant la qualité des pâturages. L’élevage ne demandait ni spécialisation ni travaux réguliers, puisqu’il n’imposait guère d’autres tâches que le dressage des animaux de travail, le marquage et le tri des bêtes que l’on abat ou que l’on vend. Il fournissait la nourriture et le matériau essentiel de la civilisation gaucha : harnachement du cheval, sac de voyage, barque de fortune pour traverser les fleuves pelotas), (sièges, lit, couvertures, portes et divisions internes du rancho, bottes et survêtements de travail, tout était en cuir. Le Rio Grande vécut alors son âge du cuir96.

  • 97 Cunha, Rio Grande do Sul, p. 20.
  • 98 Sur les origines du xarque ; Spalding, Comercio, industria e agricultura do Estado do Rio Grande do (...)
  • 99 Silva, A Capitania, P.SP., 14, p. 42.

74L’élevage était aussi l’activité la plus lucrative. R assurait des rentrées en numéraire supérieures à celles que l’agriculture aurait pu donner après beaucoup de travaux et d’aléas. « Dans le Rio Grande do Sul, il y a deux grands systèmes pour faire fortune : le premier consiste à posséder une estancia sur de très bonnes prairies et à bien l’administrer, le second à posséder une estancia sur de très mauvaises prairies et à mal l’administrer. »97 La production industrielle du xarque, ou viande séchée, date de 1780 et elle a été jusqu’en 1935 la source principale de revenu dans le Rio Grande98. C’est seulement en 1940 que pour la première fois le poids de la viande traitée dans les frigorifiques et les fabriques de conserves a dépassé celui du xarque. Les cuirs, qui avaient d’abord servi à fabriquer les sacs dans lesquels les Açoriens expédiaient leur blé, commencèrent à être cotés à la veille de l’indépendance ; les troubles politiques et les révolutions du Rio de la Plata y provoquèrent le recul de la production et la brusque valorisation des produits riograndenses similaires délivrés momentanément de cette concurrence99.

  • 100 Spalding, Comercio..., p. 245 ; Cunha, Rio Grande do Sul, p. 38-66 ; Pimentel, Riquezas…, p. 132-13 (...)
  • 101 Varela, Rio Grande do Sul, p. 462-463 (exportation de cuirs de 1808 à 1894) et p. 467 (exportation (...)

75Ce fut aussi la cause déterminante du déclin rapide et irrémédiable de l’agriculture, car l’élevage devenait soudain beaucoup plus rémunérateur. Il l’est resté malgré les crises et les oscillations des prix du bétail au cours du xixe siècle100. Il n’est assurément pas facile de tracer avec précision le graphique du cheptel riograndense depuis cent cinquante ans. Mais nous avons la possibilité de faire des recoupements grâce aux statistiques d’exportation101. Le nombre de bovins, qui avait atteint 500.000 dès la fin du xviiie siècle, s’éleva à 1.500.000 en 1826. Il doubla encore largement entre 1826 et 1859 (près de 4.000.000) et resta stabilisé jusqu’à la fin du xixe siècle. De même le nombre des ovins s’était fixé autour de 800.000. Ainsi avant de s’accroître de nos jours le nombre des bovins est-il resté en long palier pendant toute cette période. Autrement dit la Campanha était dès lors exploitée comme elle le fut jusqu’à la fin du siècle.

2. L’effacement de l'agriculture

  • 102 Porto, O Trabalho..., p. 10 ; Laytano, Acorianos e Alemães, p. 30 ; Tejo, Contribuicão..., P.S.P. 1 (...)

76Elle venait de disparaître du Rio Grande do Sul à la veille du début de la colonisation allemande102.

  • 103 Leurs domaines étaient de 272 hectares, et les sesmarias des éleveurs de 13.010 hectares (Laytano, (...)
  • 104 Magalhães, Almanak, p. 51-72 ; Saint-Hilaire, Voyage, p. 615-617 ; Porto, A Agricultura, p. 83 ; La (...)
  • 105 Idem, ibidem, p. 20-25 ; Varela, Rio Grande do Sul, p. 439 ; Porto, Agricultura, p. 94 ; Pimentel, (...)

77Les colons açoriens s’étaient adonnés à l’agriculture sur les petits domaines qui leur avaient été concédés103. C’est ce qui explique en partie leur agglutination à proximité des marchés Urbains et des ports intérieurs. Ils avaient cultivé en petites quantités un grand nombre de produits variés qu’ils avaient soit apportés avec eux soit empruntés au Rio Grande : maïs, riz, patate, manioc, café, tabac, légumes verts, oignons, melons, pastèques, courges, millet, seigle, orge, vigne. La production était réduite parce que limitée à la satisfaction des besoins domestiques et aux demandes du marché local. La variété de cette polyculture ne doit cependant pas faire illusion ; son apogée se place à la fin du xviiie siècle et dès les premières années du xixe, le nombre des produits diminua sensiblement104. D’un autre côté, ils pratiquèrent sur une plus grande échelle un petit nombre de cultures dont les produits étaient susceptibles d’alimenter un commerce interrégional ; la canne à sucre pour l’aguardente, le lin, le chanvre et surtout le blé. Cette production n’était d’ailleurs pas très élevée. Après avoir progressé lentement à la fin du xviiie et au début du xixe, la culture du blé alimentait en 1813-1815 une exportation de 300.000 alqueires. Mais celle-ci baissa rapidement (100.000 alq. en 1820) et disparut : le Rio Grande do Sul avait importé 30.000 alqueires de blé en 1822105.

  • 106 Chaves, Memorias, p. 327 ; Porto, O Trabalho, p. 8-11.
  • 107 Cette question a été résumée par Laytano, Açorianos, p. 24-25. Il insiste sur l’attrait de l’élevag (...)

78L’agriculture açorienne n’a d’ailleurs jamais suffi à alimenter la consommation intérieure et l’on devait importer en grandes quantités le riz, le vin, l’eau de vie, le sucre et le tabac. Les rapports officiels insistent davantage sur les possibilités qu’offrent la terre et le climat, d’après des échantillonnages, que sur la production réelle106. Au moment de l’Indépendance l’agriculture riograndense était ou virtuelle ou décadente. On a beaucoup écrit sur la disparition de la seule grande culture commerciale du Rio Grande, celle du blé. On a trouvé diverses raisons plausibles, la rouille, le non-payement des réquisitions, la spéculation des commerçants ; mais la plus importante de toutes fut l’attrait exercé par l’élevage extensif107.

  • 108 Saint-Hilaire, Voyage, p. 61 et passim ; Isabelle, Viagem, P.S.P., 3, p. 50 ; Fortes, Rio Grande, p (...)

79Dans les estancias d’élevage on pratiquait quelques cultures : le maïs pour les chevaux et le manioc pour le personnel de l’établissement. Certain fazendeiros cultivaient aussi un peu de blé. Cela permettait à l’estancia de se suffire à peu près totalement à elle-même108, ce qui était indispensable en raison de la difficulté des échanges, surtout pour les produits volumineux ou pesants et de peu de valeur. C’est ce type d’agriculture qui a subsisté jusqu’à nous. Elle n’occupe toujours qu’une superficie infime, de 1/500 à 1/300 de celle de l’estancia. C’est cependant assez pour supprimer la nécessité d’un commerce régional des produits agricoles.

80Ce fait a eu des conséquences très profondes sur la colonisation allemande. Alors que celle-ci aurait dû trouver un débouché proche et large pour sa production, l’autarcie réalisée sur l’estancia lui opposa une barrière qui n’est pas encore entièrement abattue. Parce que les éleveurs n’en avaient nul besoin il ne put donc y avoir de longtemps ni échanges ni contacts professionnels entre les deux groupes.

3. Le commerce

  • 109 Spalding, Comercio, Anais I Cong. H.G.R.G.S., p. 216 ; Tejo, A Industria, riograndense, Estatistica (...)

81La limitation des échanges et l’inexistence du crédit ou de l’équipement technique constituaient un cercle vicieux. L’économie riograndense mit plus d’un siècle à en sortir, alors que beaucoup d’autres régions du Brésil eurent très tôt une économie plus ouverte109.

82La rareté et l’insuffisance des moyens de transport, en effet, paralysaient le commerce.

83Il n’y avait que trois voies rattachant le Rio Grande do Sul à l’extérieur : la route de Lages vers Sorocaba par les plateaux intérieurs qui était suivie par les tropeiros ; la route du littoral, coupée au Sud par la frontière politique avec un pays concurrent, et ne jouant au Nord qu’un rôle sporadique après 1776, car elle reçut plutôt des voyageurs — certains illustres comme Saint Hilaire ou l’empereur D. Pedro ier — que des marchandises ; enfin la voie maritime qui utilisait la passe de Rio Grande, reliant les ports de la Lagoa dos Patos à Rio de Janeiro, au reste du Brésil, à l’Europe. Elle resta jusqu’au xxe siècle la seule voie économique, drainant tous les échanges riograndenses, à l’unique exception de ceux que deux ou trois municipes riverains de l’Uruguay entre Uruguayana et Quarai pouvaient opérer directement avec le Rio de la Plata.

  • 110 Vianna, Historia da viação, p. 165 ; Bastos, A Estrada da Laguna : Laytano, Introdução ao estudo do (...)

84Tous les transports terrestres étaient effectués ou à bât de mule ou en charrettes à deux roues, tirées par plusieurs paires de bœufs110. La lenteur et la faible capacité de ces moyens grevaient les produits d’une lourde hypothèque. Mules et charrettes suivaient des pistes temporaires — car il n’y avait aucune route — et franchissaient les fleuves à gué.

  • 111 Dreys, Noticia, p. 154, estime à 250 ou 280 le nombre des bateaux franchissant la passe de Rio Gran (...)
  • 112 Magalhães, Almanak, R.I.H.G.R.G.S., XX, 3, p. 51-72 ; Saint-Hilaire, Voyage, p. 87 (Rio Grande), 93 (...)

85Les échanges intérieurs les plus volumineux et les plus pesants se faisaient par voie d’eau. 100 à 120 « hiates » (gabares) de 30 à 70 tonnes naviguaient sur les lagunes et sur le Jacui et ses affluents111. (Voir fig. 8.) La prépondérance des voies d’eau fit la fortune des ports recevant les navires de haute mer (Rio Grande au premier rang, Porto Alegre puis Pelotas) et des petits ports fluviaux qui jalonnaient le réseau navigable de Jaguarão jusqu’à Cachoeira sur le Jacui. Au terminus de la navigation sur chaque fleuve s’éleva une petite bourgade : Gravatai, Passo de Sant’Anna dos Sinos, Porto Guimarães (Cai), Taquari ; et d’autres comme Sāo Jeronimo, Santo Amaro, Triunfo ou Rio Pardo se développèrent à l’intersection du fleuve et des pistes qui s’élevaient dans la Serra du Sud-Est. (Voir fig. 10.) Les centres urbains les plus actifs étaient donc les ports. Les principaux d’entre eux ne comportaient qu’un magasin, celui de la douane ; ils ne possédaient aucun appareil de levage ; ils n’avaient pas même de quais et les bateaux accostaient à un wharf monté sur pilotis de bois. Quant aux petits ports, ils consistaient en un chemin descendant au fleuve. On ne saurait donc parler du moindre équipement technique112.

  • 113 Pimentel, O Rio Grande do Sul, p. 585.
  • 114 Saint-Hilaire, Voyage, p. 75-76 et 467.

86D’autre part le commerce souffrait alors de l’absence totale d’organismes de crédit. La première banque du Rio Grande date seulement de 1858113. Elle fut créée par des commerçants, comme dans les villes médiévales. Le développement du crédit fut d’autant plus lent qu’il se constitua par l’accumulation des bénéfices retirés du commerce lui-même et que les commerçants, presque tous d’origine européenne (Portugais, Anglais, Français) recherchaient surtout leur intérêt immédiat114. Ils ont fait des fortunes rapides, jouant sur l’importation autant que sur l’exportation qu’ils étaient seuls à pouvoir financer. Indispensables à l’économie de la Province, ils formaient un groupe à part. Ils menaient une autre vie et ils avaient une autre mentalité que les habitants de la Campanha.

  • 115 Laytano, Historia da Republica, p ; 169-170.

87Les importations ont pu être classées par catégories suivant leur importance dans l’ensemble du commerce115 : première catégorie : sucre, sel, vin, riz, café, farine, tabac, tissus, outils, eau-de-vie, bougies, quincaillerie ; deuxième catégorie : huile, morue, olives, canelle, charbon, thé, ciment, beurre, savon, faïence, graisse, pâtes, bouteilles, drogues ; troisième catégorie : champagne, seaux, cigares, goudron, huile de lin, sardines, tabac à priser, vinaigre, papier, fromage, balais, alcool, machines, etc.

88Cette liste présente aussi un intérêt sociologique. L’origine lusitanienne de la population apparaît par la demande de morue, d’olives, d’huile, de vin ; l’insuffisance de la production locale par l’apport de légumes secs et de nombreux produits alimentaires qui constituent la plus grosse part des importations ; l’absence d’industrie par l’achat de tous les produits fabriqués, des biscuits aux liqueurs, des allumettes aux balais, des clous aux casseroles, des souliers aux chapeaux ; l’inégalité des classes sociales enfin par la juxtaposition des outils et de la faïence avec les cigares et le champagne : en même temps qu’il importait les articles les plus, ordinaires, le Rio Grande avait déjà une clientèle pour les produits de luxe soit dans les villes soit parmi les grands propriétaires.

89Mais le total de l’importation n’était pas très élevé. En négligeant les perturbations apportées par la guerre Farroupilha on peut suivre sa lente progression jusqu’au milieu du siècle, 1.100 contos de reis en 1822, 6.000 en 1845. (Voir glossaire). Elle s’était stabilisée ensuite à un niveau à peine supérieur (6.400 contos en 1870). C’est dire que l’importation est restée faible par rapport aux chiffres de la population et aux besoins qui ont pu s’accroître plus que proportionnellement.

  • 116 Idem, ibidem, p. 1-71-173 ; Chaves, Memorias, p. 114.

90Les exportations116 ont progressé plus rapidement : elles se sont élevées de 1.600 contos en 1822 à 7.900 en 1845 et dépassèrent les 10.000 contos à partir de 1854. Mais deux classes seulement furent favorisées par cet élan, celle des commerçants et celle des grands propriétaires.

  • 117 Le xarque a été le principal produit d’exportation jusqu’en 1935 (Costa, Correio do Povo, 8 octobre (...)

91Car les produits exportés sur une grande échelle étaient peu nombreux et provenaient de l’élevage du bétail ou de ses dérivés : les cuirs, la viande séchée ou salée, les graisses, les suifs, les cornes et les crins étaient les plus importants. Les chiffres du port de Rio Grande, alors le principal point de sortie des produits de la province, étaient caractéristiques : les produits d’origine animale représentaient 88 % du total (viande séchée 51 %, cuirs 28,4 %, suifs 6,8 %, graisses 1,3 %, crins 1,4 %...). Ni les produits de cueillette comme le maté, exporté surtout vers Buenos Aires après la fermeture de la frontière paraguayenne, ni le bois, exporté en quantités insignifiantes, ni les produits agricoles comme le tabac ou l’eau-de-vie n’avaient d’importance notable. Or c’est la même proportion écrasante en faveur des produits de l’élevage que l’on retrouve jusqu’au xxe siècle : si en 1850 ils représentaient les neuf dixièmes de l’exportation totale, en 1950 ils en représentent encore plus de la moitié117.

92Ainsi le Rio Grande a-t-il longtemps conservé intacte la structure économique qu’il possédait à la veille de la colonisation allemande. Il est resté rural, il est resté pastoral. L’influence du peuplement des zones forestières et du nouveau mode d’exploitation du sol a été lente à se manifester. Faute d’avoir pu y trouver immédiatement leur place, les colons n’ont réussi que tout récemment à transformer l’économie du Rio Grande do Sul. Encore était ce là une tâche plus aisée que de s’intégrer dans sa société.

b. L’estancia

  • 118 Aussi a-t-elle été l’objet de nombreuses études : Spalding, Genese, p. 35 et sq. ; Rodrigdes, O Con (...)

93L’importance de l’élevage explique que l'estancia ait été au point de vue social comme au point de vue économique la cellule fondamentale du Rio Grande do Sul118.

1. L’estancia

94Elle était dès lors l’élément caractéristique du paysage qui n’a guère changé. Si nous négligeons les moulins éoliens dont les pales métalliques sont la marque de la modernisation introduite dans l’estancia, nous la revoyons telle qu’elle se présentait il y a 150 ans, sur une petite éminence, protégée des vents et du soleil par un boqueteau. Ici s’allonge la maison du maître, construite en briques, crépie de blanc, couverte de tuiles, sans cheminée et sans aucun confort : ce n’est qu’une maison élémentaire. Çà et là se devinent celles du personnel, les ranchos dont les murs sont de terre et le toit d’herbe. Près des habitations se groupent quelques bâtiments de service, des hangars, des dépôts, un atelier où l’on travaille le fer, le bois et le cuir. Tout autour c’est l’immensité de la prairie, dont le tapis ne disparaît que dans les cercles des mangueiras, enclos de barrières, où l’on dresse les chevaux de selle et où l’on soigne les animaux malades. (Voir photo n° 2, pl. I.)

  • 119 Laytano,Estancia, p. 17 ; Isabelle, Viagem, P.S.P., 3, p. 49 : « propriétés de 10,20,30 leguas... »

95La formation d’une société essentiellement rurale a eu pour base l’appropriation de la terre, qui s’est faite dans le Rio Grande comme dans le reste du Brésil sous le régime des latifundia. L’unité de mesure agraire était la lieue de sesmaria (43 kilomètres carrés) et les premières concessions de terres furent en moyenne de 129 kilomètres carrés chacune119. La possession d’un sesmaria était donc le point de départ d’une puissance économique, sociale et politique. Autour du grand propriétaire se groupèrent ceux qui travaillaient sous ses ordres, ceux qui avaient besoin de sa protection, voire ceux qui avaient peur de sa force. Il y avait donc deux classes sociales, celle des estancieiros et celle des peães.

2. Les Peões

  • 120 Laytano, Estancia, p. 3940 ; Moraes, Vocabulario, p. 172-173.

96C’étaient les prolétaires ruraux. Ce dernier mot ne doit évidemment pas être pris dans son sens péjoratif ni faire penser par anachronisme à une lutte des classes. Il désigne simplement ceux qui, n’ayant aucune terre, travaillent sur l’estancia120. Le capataz est l’intendant, le chef du personnel. R réside sur la propriété, à proximité du maître, dans une demeure plus petite. R touche un salaire fixe et parfois une gratification supplémentaire ; il bénéficie d’avantages en nature, comme le logement, les vivres, des vêtements, divers articles... Le Peão est l’employé chargé de la surveillance et de l’entretien du bétail, comme de certains travaux réguliers. Il y a plusieurs catégories de peões, suivant leurs attributions ou leur statut. Par exemple le caseiro est chargé de toutes les opérations réalisées au centre de l’exploitation (pansage des chevaux, ravitaillement en eau et en bois, nettoyage des bâtiments et des enclos, vérification des clôtures, garde de la maison en cas d’absence du capataz ou du Patron), le galponeiro est chargé plus spécialement de l’entretien des reproducteurs et du bétail de choix ; le posteiro surveille le bétail et les clôtures d’un secteur donné de la propriété. Le posteiro est généralement un « agregado », et non pas un « peão » ordinaire ; ce qui distingue l’agregado, c’est qu’il vit avec sa famille au milieu de la prairie, dans son « posto », et que le droit de résider et de se nourrir sur l’estancia constitue la rétribution de son travail ou de l’essentiel de son travail, suivant les conventions passées avec le propriétaire, car certains agregados peuvent percevoir un léger salaire pour des travaux supplémentaires. Le peão vit plus indépendant,, puisqu’il est généralement célibataire — ou vit comme tel — et qu’il perçoit une mensualité. L’estancia emploie aussi des ouvriers saisonniers, par exemple pour la tonte des moutons, ou occasionnel s'soit pour de gros œuvres soit pour convoyer lé bétail (tropeiros). Ce personnel saisonnier est instable et passe d’estancia en estancia. Il est moins estimé que le personnel permanent qui reçoit outre son salaire divers avantages en nature et vit en rapports plus étroits avec le capataz ou le propriétaire. Mais les situations sociales du grand propriétaire et du peão n’étaient pas plus commensurables que leurs patrimoines.

3. Les Estancieiros

  • 121 L’opinion paradoxale de Goulart (A Formação... ; R.I.H.G.R.G.S., X, 3-4, p. 539-544), développée en (...)
  • 122 Saint-Hilaire, Voyage, p. 467 ; Fortes, Rio Grande, p. 102 ; Rodrigues, O Continente, p. 43.
  • 123 Saint-Hilaire, Voyage, p. 56 ; Osorio, Sociogenese, p. 54 ; Laytano, O Negro, p. 75 ; Ericksen, O N (...)
  • 124 Saint-Hilaire, Voyage, p. 24, 43 ; Porto, O Africano na formaçâo riograndense (Dicionario enciclope (...)

97Le « Patron » a conservé dans la paix l’autorité qu’il avait eue comme chef de guerre et sa puissance économique et sociale en fait le chef naturel de son groupé. Quoi qu’on en ait prétendu l’estancia a constitué un noyau aristocratique121. Toutefois le rapport qui a existé entre le maître et ses employés, grâce justement au passé militaire et à la constitution de la société pastorale, a été un rapport personnel, d’homme à homme, né d’une discipline librement consentie. Dans l’estancia comme dans le groupe de partisans, les hommes les plus humbles ne sont pas abaissés par leur service mais élevés dans l’échelle sociale par leur rôle de compagnons d’armes ou de travail et par le respect de leur dignité personnelle. Estancieiro et Peões vivaient ensemble, tous les jours et de la même façon, virilement122. En effet, et c’est ce qui distingue l’estancia riograndense des fazendas du Nord et du Centre du Brésil, l’esclavage y a été très réduit123. Les nègres n’ont guère participé à la vie rurale de la Campanha car ils travaillaient plutôt dans les xarqueadas. Le Rio Grande do Sul était déjà l’un des États les plus blancs du Brésil124.

  • 125 Le Rio Grande do Sul a été élevé à Capitania le 19 septembre 1807 (Souza Docca, Historia, p. 154). (...)
  • 126 Saint-Hilaire, Voyage, p. 39.

98Les grands propriétaires ne semblent pas avoir mésusé de leur toute puissance dans la société naissante du Rio Grande, car leur esprit civique avait été développé par leur mission militaire et ils n’eurent que rarement la tentation de désobéir aux autorités officielles. Sans doute le Rio Grande do Sul n’a-t-il cessé qu’en 1807 d’être un gouvernement militaire et encore son premier capitaine général fut-il un officier de carrière nommé tout naturellement commandant en chef de l’armée envoyée en Uruguay en 1811, puis la présidence de la Province fut-elle assumée à diverses reprises par un militaire125. Sans doute les Gauchos préférèrent-ils longtemps la justice plus expéditive du chef de guerre à celle du magistrat civil pour lequel ils n’avaient aucune estime126. Mais ces militaires n’eurent pas souvent à faire sentir l’autorité dont ils étaient investis comme généraux ou comme administrateurs. Cela est d’autant plus admirable que l’immensité de l’espace provoquait et l’isolement des groupes humains et le resserrement des liens locaux, sur l’estancia en particulier.

  • 127 Pinto Bandeira fut le premier riograndense-nommé général. Cf Porto Alegre, Homens ilustres, p. 7-11 (...)
  • 128 Ideu, ibidem, p. 102-103 ; Porto Alegre, Homens Ilustres, p. 88-90 ; Lago, Brigadeiros, p. 62. Sur (...)
  • 129 Goycochea, O Gaucho na vida politica, p. 200-201 ; Moritz, Resumo, p. 2325-2352 ; Silva, A Provinci (...)
  • 130 Vianna, Evolução, p. 90 ; p. 203-207 ; Franco, Esquema, p. 50 ; Ferreira, Caudilhos, R.M.J.C., H, 3 (...)

99Les chefs naturels de ces microcosmes auraient pu abuser de leur pouvoir de fait pour pousser à la désintégration de l’Etat. Or sauf incidents exceptionnels, dont les plus connus sont au xviiie siècle l’inimitié entre Pinto Bandeira et le gouverneur Figueiredo127 et au xixe l’opposition de João de Deus Barreto au Président de la Junta, Saldanha128, les chefs locaux ont accepté volontairement d’obéir aux représentants de la Couronne et aux fonctionnaires du gouvernement central. N’est-il pas significatif qu’entre sa fondation et 1889, c’est-à-dire en un siècle et demi, et en une période décisive, le Rio Grande n’ait connu qu’une seule révolution ? B est vrai qu’elle eut une ampleur singulière et que les estancieiros y jouèrent un grand rôle129, mais ils ne cherchèrent jamais ensuite à réaliser par la force l’idéal qui restait le leur. Malgré leur indépendance de fait, malgré leur amour de la liberté, les chefs locaux se sont contentés de briguer des fonctions électives purement honorifiques et hors de proportion avec leur puissance réelle130, car ils sont restés les hommes forts du Rio Grande do Sul.

  • 131 Handelmann, Historia, p. 521 ; Moraze, Les 3 Ages, p. 101-103 ; Carneiro Leso, Panorama, p. 45 ; Si (...)
  • 132 Tejo, Contribuição a critica, P.S.P., 1, p. 86 ; Retrato, p. 111 ; Franco, Esquema, p. 4649.

100A l’absolue prédominance de l’élevage dans l’économie correspondit celle de la prairie sur la ville jusqu’au début du xxe siècle. Non content de diriger la politique municipale l’stancieiro-coronel a exercé une grande influence sur l’administration provinciale, voire sur le gouvernement central131. Cette forme de coronelismo affirma la solidité d’une oligarchie déjà ancienne mais capable de résister à toutes les constructions doctrinaires, du régime parlementaire à la république présidentialiste132. Comment les immigrants qui commencèrent à arriver en 1824 auraient-ils pu espérer soit participer à cette politique soit même simplement s’insérer dans ce cadre social, alors que leurs établissements étaient fondés à l’écart ?

c. Le Pays des Gauchos

101Ce n’était en 1822, que la partie méridionale du Rio Grande do Sul. (Voir fig. 3,4 et carte H.T.)

1. Le littoral

102Il s’inscrit entre le piedmont de la Serra du Sud-Est ou l’escarpement de la Serra Geral d’Osorio à Torres et un cordon de sables rattachant les mornes granitiques de l’Uruguay à la Serra do Mar dans l’État de Santa Catarina. La difficulté de son accès par voie maritime a pesé lourdement sur la prise de possession et sur la mise en valeur du Rio Grande qui se trouvait coupé du reste du Brésil colonisé.

  • 133 Relatorio do Presidente (1858). Le nombre moyen était de 5 par an. Les bateaux étaient, relativemen (...)
  • 134 « Cortina de Areia ». Silva, Provincia, p. 35.

103La côte ne se dégage que faiblement des eaux, puisque son altitude est rarement portée à 20 mètres par quelques dunes. Des trois coupures qui l’interrompent une seule, offre un passage, d’ailleurs précaire, aux embarcations de commerce, c’est la passe de Rio Grande, l’unique port ouvert sur plus de 600 kilomètres de côte. Encore le chenal, difficilement repérable, est-il d’accès dangereux, car les vents dominants venus du Sud-Sud-Est l’attaquent à 45° et provoquent un ressac et des cornants redoutables. Les naufrages y furent si fréquents qu’ils devinrent objet de statistique133. On a pu dire que le Rio Grande do Sul était isolé par un rideau de sable134.

  • 135 « Respiradouro de emprestimo ». Idem, ibidem, p. 37.

104Cette plaine presque horizontale est constellée de myriades de lagunes et son sol meuble paralyse la circulation des charrettes. Bon gré mal gré les premiers occupants utilisèrent ce couloir resserré entre l’eau et la forêt impénétrable qui recouvrait le rebord de la Serra Geral. Torres fut peut-être plus qu’un soupirail d’emprunt135 par lequel le Rio Grande primitif a pu respirer, puisque c’est par là que passèrent les fondateurs, venus de Laguna, puis les troupes portugaises lors de mainte campagne contre les Espagnols, en particulier après l’occupation de Rio Grande en 1763, enfin nombre de voyageurs jusqu’au milieu du xixe siècle. Mais le littoral n’a pas été une zone de circulation active ni permanente.

105D’autre part la pauvreté du sol, souvent salé, perméable, la faiblesse relative des pluies, la violence des vents qui interdisent la croissance des arbres, la médiocrité, de la végétation rase étaient peu favorables à l’installation de groupes humains importants. Ceux-ci se sont établis sur les premiers îlots granitiques émergeant au-dessus des sables comme à Santo Antonio ou à Osorio.

  • 136 Rambo, Fisionomia, p. 173-178 ; Adamy, Notas para o estudo da bacia do Jacui, Anais III Cong. H.G.R (...)

106L’aorte du Rio Grande devait être l’admirable réseau naturel de navigation intérieure constitué par les Lagunes Mirim et dos Patos et les fleuves Jacui et Vacacai136. Cet ensemble baigne les deux versants de la Serra du Sud-Est et remonte jusqu’au centre de l’Etat. (Voir fig. 8.) Ce fut l’axe de la pénétration portugaise, jalonné par les premiers postes et les premières bourgades, voie stratégique permettant d’investir puis de desservir la zone méridionale qui, pour des raisons politiques autant qu’économiques, était l’objectif vers lequel tendaient les forces portugaises.

2. La Campanha

  • 137 Azevedo, Cultura Brasileira, p. 70 ; Varela, Rio Grande, p. 5 ; Simch, Os Campos, R.I.H.G.R. G.S., (...)

107La facilité des communications, la sécurité relative des élévations, la richesse de l’élevage firent de la Campanha le premier « pays » du Rio Grande137. Nulle autre région ne permet de saisir en même temps ce que sont l’échelle et l’âme de ce continent.

  • 138 Harnisch, O Rio Grande do Sul, p. 42 ; Azevedo, Paisagens do Rio Grande do Sul, B.P.G., octobre 195 (...)

108Que l’on vienne de la Lagoa dos Patos ou de la vallée du Jacui, on s’élève lentement sur les granits de la Serra du Sud-Est. De longues lanières étendues entre les vallées qui les pénètrent profondément, de vastes pentes douces dont les courbes molles se recoupent régulièrement puis se soudent en lignes horizontales, voilà les coxilhas138 du pays gaucho.

109Des coxilhas divergent les eaux d’une multitude de rivières. En amont les vallées cachent leurs ruisselets dans des bois qu’on ne découvre qu’au débouché. En aval les cours d’eau, déjà paresseux, inscrivent leurs méandres dans des sables scintillants ou débordent aux premières pluies pour recouvrir de nappes miroitantes le fond presque horizontal d’un lit majeur qui se raccorde insensiblement aux lignes des coxilhas. Le ruban vert foncé des forêts-galeries n’est que la soutache du manteau de prairie qui recouvré la région tout entière.

  • 139 Carneiro Leão, Panorama, p. 39.
  • 140 Silva, A Provincia, p. v ; Soares, Reconhecimento, Anais III Cong. H.G.R.G.S., p. 2058-2059 ; Calla (...)

110« Les pampas ont aussi leur sortilège. On y subit jusqu’au vertige l’ivresse de l’espace « du silence et de la solitude. Sans se lasser on chemine des lieues et des lieues dans « l’attirante immensité à la poursuite des horizons qui reculent toujours. Un peu de « mélancolie plane sur ces terres uniformes où, ne pouvant ni jouer ni chanter dans les « arbres, le vent même est toujours triste, quand il n’est pas furieux comme le Minuano »139. Les ondulations régulières offraient à la pénétration l’itinéraire sinueux mais sûr des lignés de partage des eaux ; la végétation basse des graminées s’ouvrait aux chevauchées des miliciens venant tracer et protéger la frontière méridionale ; les champs de bataille, les camps, les forts se sont répartis sur les crêtes ou près des gués où les pistes coupaient le lit des fleuves ; les hommes se sont fixés au gré d’une suspension d’armes ou d’un congé, s’adonnant à l’élevage. Cette région que nous appelons Campanha a d’abord été nommée Le Continent140 comme le Rio Grande do Sul qui pendant plus d’un siècle s’est identifié avec la zone de prairie. (Voir photos 1 et 2, pl. I.)

3. Le Rio Grande do Sul en 1822

  • 141 Chaves, Memorias, R.I.H.G.R.G.S., U, 2, p. 85. La population riograndense de 1822 était répartie ai (...)

111Bien que sa population ait sextuplé entre 1780 et 1822, le Rio Grande do Sul paraissait presque vide d’hommes : il n’avait encore que cent mille habitants141. Mais c’est surtout la répartition géographique de la population qui est significative.

112Le Plateau septentrional compte à peine une dizaine de milliers d’habitants, dont 6.750 dans les Missions, et le reste sur les Campos de Cima da Serra autour de Vacaria. Cette région était rattachée administrativement à Santo Antonio da Patrulha, mais les échanges étaient minimes entre le Plateau aussi isolé qu’inhabité et le reste du Rio Grande, c’est-à-dire le Rio Grande réel.

113Les neuf dixièmes de la population se trouvaient au Sud du 30° parallèle, au Sud de la vallée du Jacui :

114Le Littoral souffrait de la pauvreté de son sol et de la difficulté des communications. Malgré l’importance prise depuis peu par la ville de Rio Grande (4.000 habitants), il n’y avait entre Torres et Santa Vitoria do Palmar que 23.960 habitants, soit 22 % de la population totale.

115La Dépression centrale comptait 38.000 habitants, soit 36 % au total, grâce au développement des deux principales villes, Porto Alegre (10.000 habitants) et Rio Pardo (3.600 habitants).

  • 142 Jaeger, Divisão eclesiastica, RJ.H.G.R.G.S., XXII, 3-4, p. 73 et sq. ; Spalding, A Igreja no Velho (...)
  • 143 Faria, Historia da divisão administrative ; Departamento Estadual de Estatistica, Divisão administr (...)

116La Campanha comptait 22.000 habitants, soit 31 % du total. Cette région, qui était inoccupée en 1780, avait pris en 1822 une grande importance relative que le dynamisme de sa population a encore accrue. La répartition des paroisses et des chapelles en 1822 confirme la nouveauté du peuplement qu’elle n’a pas pu suivre aussitôt. Mais on y fonde de nombreuses paroisses dans les années suivantes, les deux tiers de celles qui furent instituées entre 1825 et 1850142, et les municipes créés dans la prairie méridionale constituent la majorité de ceux qui ont été institués entre 1830 et 1889143.

117Les premiers occupants d’origine portugaise se sont en effet répartis en fonction de deux facteurs principaux : la facilité des communications et l’existence de ressources naturelles immédiatement utilisables. Le Rio Grande do Sul c’était la Pampa. Aussi le pays gaucho s’arrêtait-il à la lisière de la forêt vierge, c’est-à-dire au pied de la Serra Geral. (Voir fig. 4.)

2. LE RIO GRANDE DO SUL VIRTUEL : LE PLATEAU

118En 1824, la moitié septentrionale du Rio Grande do Sul, loin d’être mise en exploitation, n’était même pas entièrement explorée.

119Le Plateau s’inscrit dans le demi-cercle que décrivent les rios Pelotas-Uruguay et dont le diamètre est dessiné par la Serra Geral. Cet escarpement boisé lui donne des limites particulièrement nettes au Sud. S’il était assez facile de franchir les fleuves au Nord et à l’Ouest, il était en revanche difficile de passer de la Campanha sur le Plateau ailleurs que par la Coxilha Grande au-dessus de Santa Maria ; il était plus difficile encore d’y monter de la Dépression centrale ou du Littoral. Les Gauchos l’appelaient Região de Cima da Serra, « la Région d’en haut de la Serra », indiquant par là comment et combien elle était isolée du reste du Rio Grande do Sul. Aussi bien le Plateau a-t-il failli ne pas être peuplé du tout par des Riograndenses.

120La zone occidentale, celle des Missions, fut occupée la première, par les établissements des Jésuites venus du Paraguay. Elle dut être reconquise non pas tellement sur les Indiens que sur les Espagnols pour être rattachée au Rio Grande seulement en 1801.

121La zone septentrionale fut jalonnée d’abord par les relais des négociants en bétail venus de São Paulo ou de Santa Catarina pour alimenter les foires de Sorocaba.

122C’est seulement entre 1828 et 1850 que les Riograndenses d’origine lusitanienne se sont installés sur le Plateau. Ils n’ont occupé que les Campos de Cima da Serra. C’était la zone des communications les moins malaisées, puisque la prairie recouvrait les crêtes et les croupes ; c’était celle où ils pouvaient pratiquer immédiatement l’élevage, comme dans la Campanha.

  • 144 Saccarelho, A região serrana e seu povoamento, R.I.H.G.R.G.S., XIX, 2, p. 225-240 ; Moraes, « 35 e (...)

123Ainsi y a-t-il eu sur le Plateau un second Rio Grande pastoral, mais il a été jusqu’à la fin du xixe siècle un parent pauvre de la Campanha144. Ses relations commerciales s’opéraient plutôt avec les provinces de Santa Catarina et de São Paulo qu’avec Pelotas ou Porto Alegre dont il était isolé par la double barrière du relief et de la forêt (voir photo 3, pl. I). Ce fut donc ce domaine, que les Gauchos avaient dédaigné, qui fut offert à la colonisation agricole.

Fig. 4. — Relief et végétation primitive du Rio Grande do Sul

A. Le domaine offert à la colonisation : la forêt vierge

124La masse forestière riograndense se subdivise en deux types, la forêt subtropicale et la forêt de résineux :

  • 145 Monbeig, Le Brésil, p. 18 ; Dutra, AS arvores, R.M.A.P.R.G.S., 21, p. 59-110 ; Martius, Imperia flo (...)

125La forêt subtropicale est composée d’essences à feuilles caduques, de lianes et d’épiphytes145. Elle est dense et pratiquement impénétrable à l’homme autrement qu’au sabre d’abatis. Elle se trouve ou plutôt elle se trouvait sur les pentes, même fortes. En conséquence le mot de Serra, qui désignait l’accident morphologique, s’est étendu à son manteau forestier. Le langage populaire l’a baptisée mata virgem (forêt vierge) ou tout simplement mato. Dans le Rio Grande c’est « la forêt » par excellence.

  • 146 Monbeig, Le Brésil, p. 19 ; Rambo, A Flora, B.G., VI, 67, p. 750-755 ; Kuhlmann, A Vegetação, p. 15 (...)

126La forêt de résineux, dont l’arbre caractéristique est l’Araucaria Brasiliensis146, a généralement un sous-bois plus clair et plus aisément pénétrable. L’araucaria recouvre la partie septentrionale du Plateau en formations serrées et se retrouve parfois isolé dans la forêt subtropicale, mais jamais en dessous de 300 mètres d’altitude. Bien que le sol donné par son défrichement soit assez fertile, favorable par exemple aux céréales, les colons ont préféré s’installer d’abord sur la forêt subtropicale qui a la réputation de recouvrir les sols les plus riches.

127Si la localisation de ces deux types de forêt a orienté ultérieurement la progression de la colonisation européenne, c’est le relief qui a délimité les deux zones que les colons ont abordées et défrichées successivement, le rebord et le revers du Plateau.

a. Le rebord du plateau

1. Le relief

  • 147 Monbeig, Le Brésil, p. 24-28 ; Oliveira et Leonardes, Geologia do Brasil : Rambo, Fisionomia, p. 30 (...)

128L’élément le plus important du relief riograndense c’est l’escarpement qui, venant du Paraná, prend la place de la Serra do Mar à Torres, puis s’incurve vers l’Ouest à la latitude d’Osorio, en raison de la structure géologique147. Alors que le long du littoral brésilien jusqu’à Santa Catarina les granits forment un ruban dominé par une cuesta sédimentaire, le bouclier du Sud-Est est bordé par une dépression périphérique, qui forme un demi-cercle entre Jaguarāo et Porto Alegre. Comme le pendage des couches est supérieur à la pente topographique, il y a une série d’affleurements concentriques.

129Ce sont les conglomérats de Itararé, d’origine glaciaire, contenant des dépôts de charbon, puis les schistes, les calcaires siliceux et les grès tendres du Permien. Mais leur influence sur la morphologie est aussi réduite que leur superficie.

130Viennent ensuite les grès triasiques, les plus importants à tous égards. Ils ont jusqu’à 250 mètres d’épaisseur et se présentent sous le faciès de grès rouge, formé de grains de quartz et de mica cimentés par des oxydes de fer. Les fleuves y ont très largement ouvert leurs vallées, par exemple l’Ibicui et le Jacui qui tracent la Diagonale du Rio Grande.

131C’est enfin le basalte qui recouvre tout le reste de cet Etat et en particulier sa zone septentrionale. Celle-ci constitue l’extrémité du manteau de laves qui s’étend depuis Minas Geraes sur 900.000 kilomètres carrés. Il y en a eu plusieurs éruptions, 3 dans l’Ouest et 7 dans l’Est, probablement à la fin du Trias et au début du Jurassique. Leur puissance, qui varie de 50 mètres à l’Ouest à 300 mètres au Centre et à 600 et 800 mètres à l’Est, est telle que leur tranche constitue un vaste versant monoclinal, appelé « Serra » ou « Encosta da Serra » ; c’est le rebord du plateau, dégagé par l’érosion fluviale qui a déblayé les roches plus tendres de la Diagonale riograndense.

132Il est limité par une ligne de rupture de pente. Celle-ci est à la cote 500 sur le Rio Ijui, à la cote 600 sur le rio Ibicui et Jacui mais à l’Est c’est la courbe de niveau 800 mètres qui marque la limite du Plateau. Or cette courbe, toujours éloignée de la ligne de crête, est toute proche de la courbe 100 mètres qui délimite la Dépression centrale ou le littoral. La Diagonale du Jacui-Vacacai est dominée par une muraille qui a entre 300 mètres de dénivellation relative à l’Ouest et 800 à l’Est ; le long de la côte on passe en moins de 20 kilomètres de 50 à 1.000 mètres d’altitude. La pente du rebord est donc très accentuée. (Voir fig. 4.) D’autre part, elle n’est pas régulière ; elle est coupée de ressauts, généralement à 600, 500 et 300 mètres, particulièrement dans la partie orientale du rebord.

133Les cours d’eau n’ont donc pas pu régulariser leur profil longitudinal et sont impropres à la navigation dès que leur lit est à plus de 100 mètres car les rapides et les chutes se multiplient, paralysant les communications fluviales. Leurs vallées ne se prêtent pas davantage à l’établissement de routes terrestres en raison de leur profil transversal. Les affleurements du basalte forment des falaises abruptes dont les orgues blanches dominent ici des éboulis de blocs arrondis par l’érosion mécanique et chimique, là des replats structuraux de plus en plus larges à mesure qu’on descend vers l’aval. Les dernières pentes sont constituées soit par des buttes témoins pyramidales ou coniques quand elles sont protégées par un fragment de basalte soit par des collines plus basses et plus molles lorsqu’elles sont modelées dans les grès. Elles se soudent aux terrasses alluviales inondables qui s’étendent jusqu’aux vallées inférieures du Jacui et de ses affluents.

134La simplicité des lignes et des formes ne doit pas dissimuler l’importance des obstacles qui s’opposaient aux communications latérales d’une vallée à l’autre. Les lanières et les croupes qui séparent le Rio dos Sinos, le Cai, le Taquari, le Rio Pardo et le Jacui compartimentent le piedmont. Ce cloisonnement de l’espace offert aux colonies allemandes a été l’un des facteurs déterminants de leur répartition et de leur développement, l’autre étant la présence de la forêt subtropicale qui recouvrait de préférence les sols constitués par la décomposition du basalte. Sa croissance avait été favorisée par l’abondance et la régularité des pluies, ainsi que par l’élévation de la température moyenne, conséquences directes de la disposition du relief qui abrite des vents d’Ouest violents et froids.

2. Le climat

  • 148 Prunes, O Espaço Brasileiro, p. 74.
  • 149 Machado, Contribuição ao estudo do clima, p. 20.
  • 150 Idem, ibidem, p. 17. Varella, Rio Grande do Sul., p. 24.

135A cause de sa latitude le Rio Grande do Sul a un climat de transition entre la zone tropicale et la zone tempérée ; c’est en quoi il diffère du reste du Brésil148. On ne doit cependant pas surestimer les avantages que le Rio Grande retire de cette situation. Non seulement l’été se prolonge encore par un ou deux « petits étés de mai »149 périodes automnales pendant lesquelles le thermomètre dépasse 25 degrés, mais celui-ci monté ou descend brutalement de 10 à 15 degrés en vingt-quatre heures, sous l’influence des « vagues de froid » ou des « vagues de chaleur ». Ce climat que certains trouvent tonique et « fouettant »150 demande à l’organisme humain un très gros effort d’adaptation, particulièrement pour les Européens habitués à une plus grande régularité thermique dans chaque saison.

136D’autre part sa position sur la bordure orientale du continent ne lui vaut aucune influence adoucissante de l’Atlantique, qui pourtant le baigne sur plus de 600 kilomètres, car la Serra arrête immédiatement les vents venus du large. Son relief l’ouvre aux vents continentaux en même temps qu’il modifie les températures et accroît les précipitations.

α. Les températures et les vents. (Voir fig. 5.)
  • 151 1. Coordonnées et altitude des stations météorologiques.

137Le rebord de la Serra Geral appartient à la zone la plus chaude du Rio Grande151. La température moyenne annuelle y est de 19,4 degrés. L’hiver est tiède puisque la moyenne du mois le plus froid est de 14,5 degrés, soit un degré de plus que dans la Dépression centrale, exposée aux vents d’Ouest. L’été est long et torride : sept mois y ont une température moyenne supérieure à 18 degrés, la moyenne des maxima du mois le plus chaud y avoisine 32 degrés et les maxima absolus dépassent 40 degrés. Cette zone est en outre particulièrement sensible aux vagues de chaleur. Mais la fournaise de l’été est rendue supportable parla fraîcheur relative des nuits : pendant le mois le plus chaud l’amplitude quotidienne est en moyenne de 11 à 14 degrés et elle permet un repos réparateur.

Fig. 5 a. — Les isothermes de juillet

Fig. 5 b. — Les isothermes de janvier
Principales stations (du Nord au Sud) : MR : Marcelino Ramos, SR : Santa Rosa, P : Palmeira, PF : Passo Fundo, SLG : São Luiz Gonzaga, CA : Cruz Alta, S : Soledade, G : Guaporé, BG : Bento Gonçalves, C : Caxias, SFP : São Francisco de Paula, T : Torres, Ta : Taquara, PA : Pôrto Alegre, Ti : Taquari, SC : Santa Cruz, C : Cachoeira, SM : Santa Maria, S : Santiago, I : Itaqui, U : Uruguaiana, L : Livramento, SG : São Gabriel, E : Encruzilhada, RG : Rio Grande, J : Jaguarão, SVP : Santa Vitoria do Palmar.

138A mesure qu’on s’élève sur le rebord les températures diminuent légèrement, mais la moyenne des maxima d’été oscille encore entre 26 degrés et 30 degrés sur la ligne de faîte, dans les anciennes colonies italiennes. L’influence de l’altitude ne peut donc guère se manifester dans les anciennes colonies allemandes, presque toutes situées à moins de 300 mètres dans les vallées inférieures.

139Ces vallées doivent aux écrans de relief qui les abritent le calme relatif de leur atmosphère. La vitesse moyenne annuelle des vents y oscille entre 0,6 et 2 mètres par seconde, soit le tiers de celle qu’on enregistre sur le littoral. Cependant l’hiver soufflent des vents continentaux dont la violence dépasse celle du Mistral, à Porto Alegre 25 à 26 mètres par seconde. Dans ce pays chaud ils donnent l’illusion du froid, d’autant qu’ils balayent les nuages et assèchent l’air.

140L’humidité relative, en effet, est toujours forte. Sa valeur moyenne varie entre 66 % (moyenne des minima) et 92 % (moyenne des maxima). Plus que la température c’est l’humidité qui est redoutable : elle rend la chaleur et le froid également pénibles et malsains.

141D’autre part, et contrairement à ce qu’on pourrait penser, les valeurs moyennes de l’insolation sont faibles. Elles s’établissent entre 2.200 et 2.500 heures par an, soit seulement de 50 à 57 % du total possible. Cela veut dire que le soleil reste caché par les nuages durant presque la moitié de l’année. A cette nébulosité correspond d’ailleurs une pluviosité aussi abondante que régulière.

β. Les précipitations. (Voir fig. 6.)
  • 152 Précipitations (Machado, Contribuição).

142Le privilège du Rio Grande est qu’il ne connaît pas de saison sèche : alors que le mois le plus humide reçoit seulement de 9 à 11 % de la quantité annuelle, le moins pluvieux en reçoit encore plus de 5 %152. Les pluies sont donc bien réparties sur l’ensemble de l’année et la saison chaude n’est marquée par aucune sécheresse de longue durée. Malgré l’évaporation due aux fortes chaleurs les plantes xérophiles ne forment jamais, l’essentiel du paysage végétal.

143En simplifiant on peut dire que la partie du Rio Grande qui se trouve au-dessous du 31e degré de latitude reçoit de 1.300 à 1.500 millimètres de pluie, celle qui est au-dessus du 29e degré entre 1.750 et 2.000 millimètres. Cependant la zone d’humidité maxima coïncide avec les sommets de la Serra Geral. Toutes les colonies reçoivent donc plus de 1.500 millimètres de pluie.

  • 153 Pinto, Hidrografia do Estado do Rio Grande do Sul, R.I.H.G.R.G.S., XII, S, p. 53-74 ; Rambo, Fision (...)

144Le facteur le plus important est sans doute cette abondance des précipitations. Non seulement le réseau hydrographique est très ramifié, mais le régime des fleuves est relativement régulier, ce qui a favorisé la navigation dans les vallées inférieures sur plus de 600 kilomètres autour de Porto Alegre en étiage et sur plus de 900 kilomètres à la période des hautes eaux153. Le fleuve maître, le Jacui, a été la grande artère de la pénétration luso-brésilienne, de Porto Alegre à Cachoeira, rattachant la diagonale Riograndense à la région des Lagunes Patos-Mirim et au littoral. Il a été suivi également par une partie de la colonisation allemande. Le rio dos Sinos, le rio Cai et le rio Taquari sont navigables respectivement sur 60, 110 et 120 kilomètres en amont de leurs confluents avec le Jacui. Leurs vallées inférieures ont été jalonnées par de petits embarcadères, tandis qu’au terminus de la navigation s’établirent des ports, devenus les chefs-lieux des municipes coloniaux comme Taquara, Cai, Estrela et Lajeado. (Voir fig. 8.)

Fig. 6. — Les précipitations

  • 154 Monbeig, Geografia Humana, B.G., VI, 50, p. 1459-1466.
    D’autre part les différences de température d (...)

145Mais leur influence la plus grave, les précipitations la doivent à leur violence et à l’impétuosité du ruissellement des eaux de pluie. Elles décomposent les roches, lessivent les sols, arrachent et emportent les couches superficielles. Les fleuves sont troubles à longueur d’année et souvent rougis par la saignée qui appauvrit les terres d’amont. La fragilité de l’humus nourricier est la rançon d’un climat subtropical154.

  • 155 Cunha, O Rio Grande do Sul, p. 6-7 ; Kemp, Contribuição ao estudo do clima antropologico, p. 166-18 (...)

146Toutefois le Rio Grande n’a guère connu de maladies climatiques155. La fièvre jaune n’y a jamais fait de ravages comme à Rio de Janeiro ou à Santos. Le paludisme endémique, qui avait subsisté en îlots sur le littoral, est en voie de disparition. D’autres maladies comme la leishmaniose ou la maladie de Chagas sont rares. Les deux plus répandues sont le trachome et l’ankylostomiase mais elles n’ont jamais paralysé le peuplement ni la mise en valeur du sol et elles sont en régression. Quant aux maladies qui présentent un caractère plus général et plus persistant, la syphilis et la tuberculose, on ne peut pas leur attribuer une origine géographique.

147Ce n’est d’ailleurs pas le climat qui a déterminé la localisation des colonies allemandes puisqu’elles ne se sont installées que tardivement, au bout de plusieurs générations, dans la zone la plus fraîche et la plus salubre du Rio Grande.

b. Le revers du plateau

148La région dite « Cima da Serra », appelée aussi « O Planalto », le Plateau proprement dit, possède des limites nettes : Sauf le lit du rio Pelotas, séparant le Rio Grande do Sul du Santa Catarina, ce sont celles de la plus haute couche des basaltes qui ont recouvert les grès triasiques et qui ont donné à cette région ses principaux caractères : la massivité de l’ensemble, la monotonie des formes topographiques, l’élévation de l’altitude moyenne, l’abaissement des températures, l’abondance des précipitations, la formation de sols plus ou moins riches suivant le processus et le degré de décomposition de la roche en place, enfin la répartition de la végétation.

1. Le relief et les sols

149Le Plateau est comme une esplanade sur un rempart. De l’Ouest jusqu’à la vallée du Taquari la courbe 600 qui marque la rupture de pente se poursuit de la latitude de Cruz Alta à celle de Caxias en ne décrivant qu’une faible sinuosité au-dessus du Jacui supérieur. Du Taquari à la frontière de Santa Catarina la ligne de rupture de pente (cotes 800 entre Caxias et São Francisco de Paula, cotes 1000 ensuite) forme seulement un angle droit. Les trapps constituent un immense glacis de 700 kilomètres de largeur. Telle est la massivité du Plateau. (Voir fig. 4.)

150Elle est d’autant plus sensible que c’est une région relativement élevée par rapport au reste du Rio Grande où seules les lignes de crête de quelques ramifications de la Serra du Sud-Est atteignent 400 mètres. Plus des quatre cinquièmes de la superficie du plateau s’inscrivent dans la courbe 400 et plus de la moitié dans la courbe 600 ; c’est donc une zone de hautes terres, de plus en plus hautes à mesure qu’on va du Sud vers le Nord ou de l’Ouest vers l’Est comme le montrent les itinéraires suivants, tracés suivant ces deux directions : Julio de Castilho 529/Palmeira 634 ; Soledade 720/Erechim 768 ; Caxias 760/Vacaria 955 mètres. Santa Rosa 198/Cruz Alta 473/ Passo Fundo 709/Lagoa Vermelha 805/Bom Jesus (Aparados da Serra) 1.000 mètres.

151Bien que le Plateau s’incline vers l’Ouest le voyageur a d’autant moins l’impression de perdre de l’altitude que les lignes dominantes sont horizontales. Sur le Plateau les vallées supérieures des cours d’eau sont à peine dessinées car l’érosion qui découpe le rebord ne s’est pas réveillée. Les ruisseaux courent sur la roche nue (Lageados), les méandres se multiplient en contournant des ondulations molles, toutes tangentes au niveau de la face supérieure de la couche de basalte ; c’est une véritable surface structurale, caractérisée par la régularité de son ensemble et la monotonie de son détail. A peine voit-on parfois s’allonger une arête de roche plus dure, sorte de dyke, ou cascader un ruisseau dans une fente de retrait avant qu’il ne s’installe dans la petite fosse qu’elle délimite. Les falaises basaltiques, tantôt claires, tantôt foncées, n’apparaissent que dans les canons découpés par les grands fleuves, c’est-à-dire dans leurs vallées moyennes, précisément là où s’arrête le plateau.

152La roche en place y paraît rarement sous des formes nettes : ou ses blocs primitifs ont été arrondis par l’érosion et ensevelis sous leurs débris ou elle a été attaquée jusqu’à une grande profondeur par une décomposition très active. Les oxydes de fer colorent en rouge certaines terres et les eaux qui les lessivent ; ailleurs la magnétite s’accumule en sables noirs, pailletés de mica ; partout s’étend le quartz, amorphe ou microcristallisé. L’importance de ces décompositions entraîne une perte sensible de fertilité par disparitoin des éléments les plus riches (7/10 du phosphore, 9/10 du calcaire et de la potasse).

  • 156 Rambo, Fisionomia, p. 190 et 317.

153Le basalte n’a pas donné naissance à moins de trois types de sol156 que l’on peut classer par ordre de richesse croissante : les terres noires, teintées par la décomposition des racines des plantes mortes, recouvrant les parties les plus élevées, ne constituant qu’une couche mince sur les roches en place ; les terres rouges, pauvres en potasse, en calcium et en phosphore, se trouvent le plus souvent sur des croupes et couvertes généralement de prairie elles ne portent guère de forêt qu’en galerie le long des cours d’eau ; les terres violettes, riches en calcium et en potasse, très riches en phosphore, extrêmement fertiles mais malheureusement moins étendues que les terres rouges. Elles étaient recouvertes d’une forêt vierge exubérante.

  • 157 Idem, ibidem, p. 319-322 ; Idem, A Flora, B.G., VI, 67, p, 750-755 ; Hueck, Distribuição, C. R. da (...)

154La répartition de la forêt et de la prairie ne s’est cependant pas faite seulement suivant la nature des sols, car interviennent aussi diverses propriétés physiques dont leur épaisseur157 et des facteurs climatiques comme le régime des précipitations, la violence des vents ou la rigueur des hivers.

2. Le climat

  • 158 1. Coordonnées et altitude des stations météorologiques.

155En raison de l’altitude on enregistre sur le plateau septentrional des températures légèrement inférieures à celles de la Dépression centrale ou de la vallée de l’Uruguay qui l’entourent158. (Voir fig. 5.) Alors que dans sa partie la plus basse, les Missions (300 mètres), la température moyenne annuelle est encore supérieure à 19°, elle n’est que de 17° dans la zone d’altitude moyenne (à 600 m) et de 16° dans la partie la plus élevée. C’est au dessus de 400 mètres que l’influence de l’altitude devient sensible : la moyenne du mois le plus froid diminue et plus encore celle du mois le plus chaud : elle est de 23° 9 à 470 mètres, de 18° 3 à 912 mètres. A São Francisco de Paula, deux mois seulement ont une moyenne supérieure à 18° et la moyenne des maxima du mois le plus chaud y reste inférieure à 25°. Les gradins supérieurs du plateau septentrional forment une zone relativement fraîche : les hivers sont moins doux et les étés moins chauds que dans le reste du Rio Grande de Sul. Les vagues de chaleur y sont rares, les vagues de froid plus fréquentes et plus accentuées que dans les zones moins élevées ou plus abritées. Le plateau est la seule région du Rio Grande do Sul qui connaisse de véritables gelées. Ce n’est pourtant pas la zone la plus élevée du Plateau qui a été recherchée d’abord par la colonisation européenne, bien qu’elle jouisse du climat le plus proche de celui de l’Europe.

156La région des nouvelles colonies allemandes possède des températures moyennes très voisines de celles du Piedmont, car ni dans le haut Jacui ni dans le haut Uruguay ni dans les Missions l’altitude n’est suffisante pour les abaisser : six mois ont plus de 18° de moyenne mensuelle et les moyennes des maxima du mois le plus chaud vont de 28° 5 à 32° 5. L’été y est aussi long et aussi brûlant, l’hiver aussi tiède que dans les anciennes colonies du pied de la Serra. Le Plateau est balayé en toute saison par des vents rapides dont la vitesse moyenne annuelle est comprise entre 2,5 et 4 mètres par seconde. Mais les vallées et certains gradins sont protégés contre leur violence.

  • 159 Précipitations (Machado, Contribuição).

157Le Plateau est aussi la région la plus arrosée du Rio Grande do Sul159. (Voir fig. 6.) Le maximum des précipitations se place en hiver (27 % du total) mais nous ne citerons la neige que pour mémoire, à cause de sa rareté et de l’exiguïté de la zone où l’on en peut trouver trace. Il ne reçoit nulle part moins de 1.500 millimètres de pluie par an et en certains endroits jusqu’à 2.500 millimètres. Le nombre de jours de pluie s’accroît avec l’altitude (il passe de 92 à Santa Rosa à 101 à Palmeira, 108 à Passo Fundo, 140 à São Francisco de Paula) sans que la quantité des précipitations lui soit rigoureusement proportionnelle (1.937 mm, 1.893 mm, 1.714 mm, 2.468 mm) à cause de l’influence des écrans de relief.

3. La végétation

  • 160 Rambo, Fisionomia, p. 321 ; Lindman, A Vegetação no Rio Grande do Sul.

158Le Plateau est donc une région particulièrement favorable à la forêt tant par l’abondance et la régularité des précipitations que par la brièveté des hivers et la douceur de sa température moyenne. Or le revers du Plateau avait la moitié de sa superficie recouverte de prairie et la seconde moitié était partagée entre le Mato (la forêt subtropicale) et les Pinheirais ou Pinhais (forêt d’araucaria, connu sous les noms de Pinheiro ou de Pinho). Etant donné qu’on ne doit pas rendre l’homme responsable de la formation de la prairie160, ce dont nous avons à tenir compte c’est de la répartition de la végétation naturelle telle qu’elle se présentait il y a cent ans à peine car c’est elle qui a délimité les différentes zones d’activités.

159La prairie qui fut occupée à partir de 1828 par les éleveurs venus de la Campanha recouvre les croupes des ramifications de la Coxilha Grande, de Julio de Castilhos à Vacaria et São Francisco do Paula. Ses digitations séparent diverses masses forestières qui sont axées sur les vallées des grands fleuves.

160La forêt subtropicale à feuilles caduques, celle dont le sol passe pour être le plus fertile, recouvrait deux grandes zones du revers du Plateau. D’une part, le triangle délimité par les cours du Jacui supérieur et du Jacuisinho, c’est-à-dire la région du Alto Jacui, ouverte à la colonisation dans les toutes premières années de ce siècle. D’autre part, un vaste croissant, délimité par le Alto Uruguai entre Comandai et Marcelino Ramos. Sa lisière intérieure fut attaquée à partir de 1890 par les premières colonies fondées sur le Plateau (Ijui) et sa bordure a constitué la dernière zone pionnière du Rio Grande do Sul, occupée entre les deux guerres mondiales (S. Rosa, Tres Passos, etc.). [Voir fig. 13.] Les dernières colonies sont mixtes mais la plus grande partie des deux zones de Mato a été peuplée et mise en valeur par des colons d’origine germanique qui ont tendu à se regrouper quand ils ne s’installaient pas directement dans des établissements homogènes.

161La forêt d’araucaria, qui s’étend entre Caxias et Marcelino Ramos c’est-à-dire entre la vallée supérieure du Cai et celle du Pelotas sur la zone septentrionale du Plateau, a été exploitée plutôt par des bûcherons puis par des colons d’origine italienne, partis des colonies établies depuis 1874 sur la partie supérieure du rebord de la Serra entre les vallées des rios Cai et Taquari-Antas.

162A chacune de ces zones correspondent un paysage et un genre de vie différents. Le Plateau est la seule région naturelle que l’occupation humaine ait divisée en régions géographiques dont plusieurs portent encore les noms caractéristiques de Missions ou de Colonies (allemandes, italiennes), révélant par là l’importance de l’effort que les nouveaux venus ont dû fournir pour surmonter les obstacles qui s’opposaient à leur pénétration et à leur établissement.

B. Les hypothèques à lever

163La mise en valeur du Rio Grande do Sul virtuel par l’agriculture s’est heurtée à toutes sortes de difficultés, surtout celles que créaient la végétation et le relief et l’immensité même de l’espace.

a. L’arbre

164La conquête de la terre dans les colonies n’a pas été comparable à celle des terres à blé aux Etats-Unis ou en Argentine au xixe siècle. Cette conquête, difficile et lente, a fait du colon allemand le pionnier du défrichement.

1. Le défrichement de la forêt

  • 161 Weiss, Colono, p. 34 et 60 ; Truda, A Colonisação Alemã, p. 72-73.

165Quel que soit notre effort d’imagination nous avons du mal à nous représenter les sentiments qui étreignirent les immigrants déposés dans la forêt vierge. Le convoi de mules était reparti. Les bagages avaient été entassés sur le bord de la picada. C’était la seule brèche ouverte dans la forêt, à peine un tunnel de trois ou quatre mètres de largeur, où l’on trébuchait sur les racines et sur les souches, où l’on se déchirait au biseau des tiges coupées au-dessus du sol. De part et d’autre s’élevaient les arbres monstrueux, se serraient les arbustes et les plantes du sous-bois, s’enlaçaient les lianes. C’était l’obscurité mystérieuse, la moiteur étouffante du jour, la menace confuse de la nuit, l’angoisse et le désespoir161. Le fonctionnaire qui avait accompagné le colon pour lui indiquer 1'emplacement de sa concession lui avait remis quelques outils indispensables : faucille, sabre d’abatis, hache, scie, pioche. La terre arable, l’espace, la lumière, tout devait être conquis sur la forêt.

166Sitôt construite la cabane qui assurait un abri précaire, il fallait défricher immédiatement pour pratiquer les quelques cultures indispensables, patates douces, haricots noirs, pommes de terre, ensuite pour semer du maïs, le produit-clé de l’économie pionnière, puis pour planter de la canne à sucre, du tabac.

  • 162 Petry, O Municipio de São Leopoldo, 1923, p. 21-23.

167Les travaux de construction de la maison alternaient avec les nouveaux défrichements qui restaient longtemps l’activité essentielle du colon. Leur superficie, d’abord imitée par l’insuffisance de la main-d’œuvre, s’étendait en fonction des besoins familiaux, puis elle se stabilisait un temps grâce à l’abondance des premières récoltes. Deux ou trois porcs et des volailles permettaient d’améliorer le régime alimentaire162. Au bout le quelques saisons c’était l’abondance matérielle, ce qui ne veut pas dire l’aisance économique, mais toujours au prix d’une lutte sans trêve contre la forêt : comme des naufragés sur une île, chaque famille vivait dans la clairière qu’elle avait taillée à l’orée lu lot qui lui était concédé.

  • 163 Willems, A Aculturação, p. 236-237 ; Waibel, Principios, p. 181.

168L’immigrant a donc dû apprendre à défricher. Pour ouvrir un passage, par exemple, il y a intérêt à travailler par équipe de deux : l’un des hommes coupe en bas les tiges avec le sabre d’abatis ou la hache, tandis que l’autre avec une faucille emmanchée tranche vers le haut les branches et les lianes enchevêtrées. Mais défricher en vue de cultiver est plus difficile. Il faut d’abord couper le sous-bois en élargissant la première trouée de pénétration. Il faut ensuite abattre les arbres, opération épuisante et périlleuse, car maint pionnier inexpérimenté fut écrasé par un tronc mal dirigé dans sa chute. Après avoir trié le bois d’œuvre réservé pour la construction de la maison et des dépendances, le nouveau colon devait résister à la tentation de nettoyer le terrain et de préparer immédiatement un sol arable, il devait apprendre à brûler les branchages desséchés en dédaignant les troncs et les souches dont la présence jointe à celle des roches affleurant sur les pentes l’obligeait à cultiver à la main pendant plusieurs années. Toutes ces nouveautés suffisaient à dérouter l’immigrant livré à lui-même. Avait-il été agriculteur en Europe qu’il devait tout réapprendre. La nécessité de se plier à la technique du déboisement contraignit l’Européen à retomber au niveau de l’Indien ou du caboclo163. C’était assurément une régression, mais sans elle point de survie possible sur le front forestier.

  • 164 Porzelt, Deutsche Bauer, p. 26.
  • 165 Schultz, Der Deutsche als Kolonist. Uhles Kal. 1927, p. 166.

169Le colon allemand a d’ailleurs si parfaitement assimilé cette technique qu’on a pu dire que « la lutte pour la conquête de la forêt vierge est devenue son élément de vie164. Il s’est acquis la réputation d’être un excellent « faiseur de terre ». Tout récemment encore on écrivait, non sans raison, que « le travail du colon est un travail de pionnier »165. En effet défricher la forêt dans les nouveaux établissements imposait au colon du xxe siècle la même tâche et la même technique qu’à son arrière-grand-père lorsque celui-ci avait immigré d’Allemagne.

2. L’importance des défrichements

  • 166 Annaes da Assembleia Legislativa, 1850-1881 ; Relatorio da Secretaria de Obras Publicas, 1914-1928  (...)

170L’importance capitale de ce rôle peut être mesurée à l’extension des superficies mises en culture puisque l’accroissement des superficies cultivées correspond étroitement à celui du déboisement166. En 1850, la superficie boisée représentait encore 36 % de celle du Rio Grande do Sul et la superficie défrichée 0,5 % seulement. En 1881, après deux générations de colonat germanique, la surface défrichée s’élevait à 5,8 % de la superficie totale et la forêt primitive n’en représentait plus que 30,7 %. En 1914 les pourcentages respectifs étaient de 11,5 % et de 25 % : les immigrants allemands et leurs descendants puis les immigrants italiens avaient défriché en trente ans autant que les deux générations précédentes. La première guerre mondiale, en provoquant une demande massive de denrées alimentaires, suscita une accélération du défrichement agricole : la surface défrichée s’est accrue de 0,2 % par an entre 1915 et 1920, contre 0,1 % entre 1881 et 1914. De même la seconde guerre hâta la colonisation du Haut Uruguay. (Voir fig. 7.) En 1945, la surface défrichée s’élève à 19 % de la surface totale du Rio Grande do Sul et la superficie boisée est tombée à 17,5 %. Encore la forêt recouvre-t-elle des zones pratiquement inexploitables. C’est bien en levant l’hypothèque de la forêt que les colons ont créé une nouvelle richesse comme l’atteste la valorisation des terres défrichées.

171Le prix des terres qui venaient d’être défrichées s’est élevé immédiatement. A Novo Mundo (Taquara), fondée en 1850, le prix des terres avait plus que doublé en cinq ans entre 1850 et 1855. A Ijui, fondée en 1890 et dont l’occupation s’est terminée vers 1910-1911, il a doublé en un an de 1911 à 1912. A Erechim, fondée en 1908, il avait plus que doublé en deux ans de 1916 à 1918. A Santa Rosa, enfin, fondée en 1915, il augmentait de 30 % par an entre 1915 et 1918, c’est-à-dire qu’il doublait presque en trois ans.

172Dans toutes les colonies le prix des terres de culture a continué à s’accroître régulièrement et considérablement. A São Leopoldo, par exemple, un lot colonial qui valait 50 milreis en 1824, se vendait en 1854 1.500 milreis, soit 30 fois plus, et en 1895 20.000 milreis, soit 9 fois plus qu’en 1854. A Padre Eterno, à la périphérie de la colonie à cette époque, un même lot est passé de 300 à 2.800 milreis entre 1850 et 1879, soit de un à plus de neuf en moins de trente ans. A Santa Cruz, une colonie achetée 300 milreis en 1855 en valait 5.000, soit seize fois plus, vingt ans après. Et dans les nouvelles colonies cette augmentation a été encore plus rapide et plus importante. A Cadeado (Ijui) un lot de 25 hectares valant 350 milreis en 1901 à la fondation de la colonie, en était estimé 10.000 entre 1908 et 1910. Son prix avait donc été multiplié par 28 en moins de dix ans. A Santa Rosa, le prix des terres s’est élevé de plus de 20 fois en moins de trente cinq ans.

Fig. 7 a. — La répartition des scieries en 1916
Fig. 7 b. — La répartition des scieries en 1950
Les industries du bois ont escaladé le Plateau.

  • 167 (Berndsen, Precos, p. 8.). Monnaie et Prix :
    Depuis les origines de la colonisation la monnaie brési (...)

173Dans l’ensemble des colonies riograndenses le prix des terres a augmenté jusqu’à 40 fois de 1900 à 1925 et entre 9 et 25 fois de 1925 à 1950. Cette valorisation extraordinaire des terres défrichées a été la cause de spéculations et de contestations sans nombre. C’est elle qui explique l’âpreté des questions de droit ou de fait qui ont opposé les colons les uns aux autres et les ont exposés à des actions en revendication dans presque toutes les zones de colonisation. C’est que cette valorisation des terres dans les colonies a été bien supérieure à l’élévation générale des prix provoquée par la dégradation de la monnaie, comme à l’augmentation des valeurs immobilières qui ne se sont accrues que de 12 fois entre 1915 et 1950167.

  • 168 Valeur moyenne des transmissions inter vivos par vente (Repartição de Estatistica, 1916 ; Departame (...)

174L’évolution de leur valeur relative n’est pas moins caractéristique168. Les terres des vieilles colonies allemandes ont valu et valent encore une fois et demie plus cher que les terres de prairies. Depuis 1915, les terres des zones d’élevage ont perdu 27 % de leur valeur relative tandis que la plus-value correspondant au travail du colon allemand s’est élevée de 15 % environ. La cause essentielle de cet accroissement est sans doute l’activité agricole qui a plus que décuplé la valeur du revenu au kilomètre carré je superficie. Elles ont valu et valent encore plus cher que celles des colonies italiennes (113 % en 1915, 123 % en 1950) ; ce qui confirme la réputation du colon allemand comme bon faiseur de terre, tandis que l’on reproche souvent au colon italien le déboisement inconsidéré des régions où il s’est installé. Elles ont valu et valent encore plus cher que celles des nouvelles colonies, sans doute à cause de leur raréfaction. Cependant leur supériorité relative qui était de 50 % en 1915 n’est plus que de 10 % en 1950. Elles ont perdu environ 25 % de leur supériorité par rapport à la valeur moyenne des terres dans l’État depuis 1915, tandis que celle des terres des nouvelles colonies s’élevait de 15 %, prime des terres plus fertiles, parce que plus récemment défrichées. C’est donc tout spécialement le travail du pionnier qui a été récompensé par cette valorisation des terres.

b. Le kilomètre

175Ce qui frappe le plus l’Européen lorsqu’il prend contact avec le continent américain, c’est l’immensité de l’espace et la difficulté des communications.

1. L’échelle des distances

176L’énormité même des chiffres leur retire presque toute signification immédiate. A quoi sert, en effet, de rappeler que la superficie du Brésil est de 8.511.000 kilomètres carrés et même qu’elles représente dix-sept fois celle de la France ? L’esprit ne conçoit pas davantage à quoi correspondent ses deux axes de 4.230 kilomètres (Nord-Sud) et de 4.328 kilomètres (Est-Ouest) ni la distance de Rio de Janeiro à Porto Alegre, la capitale du Rio Grande do Sul : 1.200 kilomètres à vol d’oiseau. R faudrait traduire en unités de durée des déplacements : 8 jours de bateau, 5 jours de train, 5 heures d’avion.

  • 169 Departamento Estadual de Estatistica, Divisâo Administrativa, p. 11 : Points extrêmes : Nord 27°05' (...)

177Le Rio Grande do Sul, avec ses 267.455 kilomètres carrés, est grand comme la moitié de la France ; il a la forme d’un losange dont les deux diagonales mesurent 750 kilomètres169. Les colonies allemandes y occupent actuellement deux zones, l’une de 350 kilomètres sur 75, l’autre de 300 sur 150. Aussi les phénomènes de peuplement et d’exploitation du sol y ont-ils une étendue incommensurable avec celle qu’ils ont une dans les « pays » européens. (Voir carte H.T.)

178Encore faudrait-il considérer plutôt les distances pratiques, celles qui résultent de la composition de l’espace et des moyens de communication. Or au début du xixe siècle, les immigrants allemands, comme les Gauchos, disposaient seulement du cheval de selle, de la charrette à bœufs ou à mules et du bateau à rames ou à voile. On se représente malaisément l’influence de la distance sur la situation économique et sur la vie quotidienne des colons. Imaginons par exemple le sort d’un habitant d’une picada de São Leopoldo qui pour accomplir le moindre acte administratif ou judiciaire devait franchir à pied ou au mieux à cheval une distance de 65 kilomètres, soit celle de Cologne à Aix-la-Chapelle ou de Paris à Fontainebleau.

  • 170 Le Lannou, Le Brésil, p. 7 ; Waibel, O que aprendi, R.B.G. XII, 3, p. 419.

179Bien plus l’avance du front pionnier a régulièrement augmenté l’incidence du facteur distance sur la commercialisation des produits agricoles puisqu’il s’éloigne progressivement du marché principal. Les premières colonies du piedmont furent ouvertes à une trentaine de kilomètres de Porto Alegre ; les suivantes le furent toujours plus loin vers l’Ouest : Cai se trouve à 75 kilomètres de Porto Alegre, Lageado à 170, Santa Cruz à 190, Santa Maria à 350 ; les nouvelles colonies, celles qui ont été établies à partir de 1890 sur le revers du Plateau, se trouvent encore plus éloignées de la place de Porto Alegre par où s’exportent les bois, les céréales, le tabac, le vin et les autres produits de leur agriculture : le Haut Jacui à 400 kilomètres, Erechim, Marcelino Ramos à 455 kilomètres, Ijui à 560 kilomètres, Santa Rosa à 625 kilomètres, Tres Passos à 640 kilomètres. Si le kilomètre reste en tout état de cause l’ennemi numéro un du défricheur ou de l’agriculteur, la malédiction de la distance170 pesa d’autant plus lourdement sur les colons que le pays était cloisonné par le relief et que les moyens de transport furent longtemps précaires.

2. Les moyens de communication

La piste

180Le rebord de la Serra constituait un obstacle non seulement au passage de la Dépression centrale sur le Plateau mais aux communications terrestres d’une vallée à l’autre. Les lignes de partage des eaux faisaient de chaque bassin fluvial une unité économique. Les lanières de basalte, les ressauts sur les versants, les collines et les autres accidents du relief étaient gênants par leur nombre autant que par leur importance propre. Chaque ruisseau exigea l’aménagement de gués empierrés ou de petits ponts. Les fleuves restaient plus difficiles à franchir.

181Les picadas de São Leopoldo ne pouvaient être atteintes que par les animaux de bât. Le gouvernement prêta ses chevaux d’Estancia Velha pour le transport des récoltes mais la guerre farroupilha contraignit les transporteurs à acquérir leurs propres bêtes de somme. On comptait en 1860 400 bêtes de somme pour desservir : la Picada Café qui commence à 24 kilomètres de São Leopoldo et s’étend sur 15 kilomètres ; Herval qui commence à 42 kilomètres de São Leopoldo et s’étend sur 11 kilomètres ; Travessão qui commence à 36 kilomètres de São Leopoldo et s’étend sur 6 kilomètres ; Padre Eterno qui commence à 18 kilomètres de São Leopoldo et s’étend sur 11 kilomètres ; S. José Hortensio qui commence à 28 kilomètres de São Leopoldo et s’étend sur 6 kilomètres ; Picada Nova qui commence à 18 kilomètres de São Leopoldo et s’étend sur 11 kilomètres. Les commerçants de Hamburgo Velho, de Dois Irmãos, de Bom Jardim, de Picada Café expédiaient à dos de mule leurs produits vers le Passo (Gué) de São Leopoldo où ils les embarquaient pour Pôrto Alegre.

182Ce système a existé dans toutes les anciennes colonies jusqu’à l’aménagement des chemins. Au début du xxe siècle encore, les colons du Haut Taquari et des zones les plus accidentées n’avaient que ce moyen à leur disposition. Les colons italiens durent y recourir jusqu’à l’ouverture de la ligne de chemin de fer Montenegro-Caxias en 1911. De même enfin il a été pratiqué pendant les premiers lustres dans mainte nouvelle colonie. Le bât ne permit jamais de transporter plus de deux sacs de 60 kilogrammes par bête et chaque bête ne pouvait parcourir plus de huit lieues (48 kilomètres) par jour. Il revenait donc très cher. Le commerçant, qui était le transporteur dans son fief, prélevait de 30 à 60 % du produit ou du montant de sa vente. Par la suite il fixa le prix du transport en espèces, par exemple en 1860 c’était 2.500 reis par mule entre Santa Cruz et Rio Pardo, en 1909 1.980 reis entre la linha Sobradinho et la gare. (Voir photo 25, pl. IX.)

  • 171 Description de cette charrette : Willems, A Aculturação, p. 238-239. L’introduction de la charrette (...)

183Lorsque les picadas furent devenues carrossables, la charrette prit une importance capitale qu’elle a conservée pendant près d’un siècle dans les anciennes colonies. A São Leopoldo en 1859 pour 2.229 feux il y avait 71 commerçants utilisant plus de 300 charrettes, on comptait aussi 40 fabricants de charrettes et 50 de harnais. A Santo Angelo (Agudo), à l’Ouest du municipe de Cachoeira, on recensait en 1881 d’une part 1.595 habitants groupés en 313 feux et d’autre part 7 fabriques de charrettes indispensables à l’expédition des produits jusqu’au port. A Santa Cruz, où les communications étaient relativement difficiles au début de la colonisation, la vie économique s’est développée grâce à l’aménagement des moyens de transport vers Rio Pardo, débouché de la colonie sur le Jacui. De 1860 à 1900 les exportations ont été multipliées par 28 en valeur absolue et par 3,5 per capita ; quant aux importations, elles ont quintuplé. Ainsi chaque colon produisait-il et consommait-il plus que son père, fondateur de la colonie : le rapport qui a existé entre les importations et les exportations était à Santa Cruz de 57 % en 1860, de 65 % en 1870, de 69 % en 1880, de 71 % en 1890, de 80 % en 1900. L’élévation des exportations permet d’accroître les achats à l’extérieur, en laissant une marge qui est celle de l’enrichissement de la colonie. La prospérité y est donc d’autant plus grande que les échanges sont plus importants. Mais ceux-ci dépendent des possibilités de transport. Or l’instrument principal, c’est encore la charrette. La charrette coloniale à quatre roues et à ridelles, introduite par les immigrants, est plus grande que la charrette gaucha171. (Voir photo 26 pl., IX). Mais elle ne peut transporter que 25 sacs, soit 1.500 kilogrammes au maximum. Elle ne va pas plus vite que la mule, souvent moins, pour peu qu’elle s’embourbe ou que les cours d’eau soient en crue.

  • 172 Relatorio da Secretaria de Obras Publicas, 1911, p. 167.

184Le transport, qui seul valorise le produit, le grève de son propre coût fort élevé. L’acheminement d’un sac entre Hamburgo. Velho et le port de São Leopoldo coûtait 320 reis, soit 1/8 du prix du sac rendu à Porto Alegre (1860). Il fallait encore ajouter le prix du transport entre la colonie et Hamburgo Velho, au minimum 240 reis. Un sac de 60 kilogrammes payait donc 560 reis de la colonie port et 320 reis du port au marché. En 1880 il payait encore 200 reis de Teutonia au Taquari (20 kilomètres) et 500 reis seulement du port à Pôrto Alegre (200 kilomètres). Bien qu’il se fît partiellement sur le rio Cai, le transport d’un sac de Guaporé à Pôrto Alegre coûtait en 1910 3.000 reis, soit la moitié du prix d’un sac de blé argentin rendu à quai dans ce même port172. Il est facile d’en déduire la répercussion sur le prix payé au producteur. Or à la fin du xixe siècle le transport d’un sac coûtait encore en moyenne deux fois plus cher de la colonie à l’embarcadère que de celui-ci à Pôrto Alegre pour une distance de dix à vingt fois supérieure.

185Jusqu’à l’avènement du camion c’est le prix du transport jusqu’au quai du port ou de la gare qui a handicapé le plus lourdement le développement des colonies, malgré les progrès techniques réalisés depuis le début du xixe siècle dans les transports à grande distance.

La voie fluviale
  • 173 Verband, Hundert Jahre, p. 236.
  • 174 Relatorio do Presidente da Provincia, 1858. Pimentel, Aspectos Gerais de Pôrto Alegre, p. 226. Cent (...)

186C’est en barque que les premiers immigrants furent conduits de Pôrto Alegre à São Leopoldo et on peut y voir un symbole du rôle fondamental de la navigation dans leurs établissements. (Voir fig. 8.) Les noms des immigrants I. Rasch (le premier commerçant de São Leopoldo) et J.F. Selbach sont restés comme ceux des créateurs des entreprises de navigation sur le rio dos Sinos et sur le Cai avec des gabares de leur propre fabrication173. En 1854 les neuf commerçants de Mundo Novo (Taquara) en possédaient 16. La plupart d’entre eux, comme Rasch et Selbach, étaient devenus commerçants parce qu’fis avaient d’abord été transporteurs. A la même date 282 gabares naviguaient sur le rio dos Sinos et le rio Cai. Mais fi n’y en avait plus que 59 en 1859 : les vapeurs apparus en 1850 assuraient déjà l’essentiel du trafic174.

187Sur les 11 vapeurs en service régulier dans le Rio Grande do Sul en 1858, trois seulement desservaient les lignes Pôrto Alegre-Rio Grande, Rio Grande-Pelotas et Rio Grande-São José de Norte. Tous les autres étaient affectés aux lignes du Jacui et de ses affluents, celles des colonies : Pôrto Alegre-São Leopoldo (2 vapeurs et 2 voyages par semaine), Pôrto Alegre-Cai (à partir de juin 1858), Pôrto Alegre-Taquari (51 tonnes de marchandises et 544 voyageurs par mois en moyenne), Pôrto Alegre-Rio Pardo-Cachoeira (225 tonnes de marchandises et 1.520 voyageurs). Cette dernière ligne avait été subventionnée par le gouvernement provincial en 1857, mais pour un vapeur seulement, alors qu’elle en possédait déjà quatre. Dès 1859-1860 les services étaient réguliers, sauf dans le cours moyen des fleuves en raison des étiages.

  • 175 Verband, Hundert Jahre, p. 271. Cf. ci-dessous, p. 386.
  • 176 Deutsche Zeitung, 16 juillet 1881 ; sur Haensel voir ci-dessous p. 534.
  • 177 Verband, Hundert Jahre, p. 273-275 ; Centro 25 de Julho, Historia, p. 32.
  • 178 Governo do Estado, Mensagem à Assembleia Legislativa, 1954, p. 167.

188De même que c’est un Allemand (Becker) qui a créé l’un des premiers ateliers de construction navale à Porto Alegre en 1856175, de même ce sont des Allemands qui ont organisé les entreprises de navigation bientôt réunies dans la « Compagnie Fluviale », sous la direction de F. Haensel176. Après sa dissolution apparurent les compagnies qui ont existé à peu près sous la même forme de 1890 à nos jours. Elles ont été constituées par de véritables dynastie d’armateurs. Sur le Jacui on trouve les Becker ; sur le rio dos Sinos, les frères Diehl, puis les Blauth ; sur le Cai les Keller, Jahn et Schaan à Montenegro, les Kohler, Schilling et Sauer à Cai ; sur le Taquari les Jaeger, Ruschel et surtout les Arnt177. Les Teuto-Brésiliens sont encore en majorité dans les quelques 28 sociétés de navigation fluviale existant en 1955, groupées en un syndicat des armateurs fluviaux, grâce auquel elles ont obtenu du gouvernement subventions et assouplissement des lois sociales, car elles connaissent certaines difficultés malgré l’accroissement de leur chiffre d’affaires178.

Fig. 8. — Les voies navigables du Rio Grande do Sul
Alors que le Rio Uruguay n’a joué qu’un rôle sporadique, la Lagoa dos Patos de Rio Grande à Pôrto Alegre et le réseau fluvial de Pôrto Alegre à Cachoeira (Jacui), à Mussum (Taquari), à Cai (Cai) et à Taquara (Rio dos Sinos) ont été les grandes voies de pénétration et d’échanges jusqu’au xxe siècle.

  • 179 Centra 25 de Julho, Historia, p. 33 ; J. Porto, Contribuição, p. 160,

189Le trafic a notablement augmenté : il est passé de 143.000 tonnes en 1900 à 317.000 en 1930 et à 742.000 en 1944-1948, soit cinq fois plus qu’au début du siècle, sans tenir compte du charbon transporté sur le Jacui179. La navigation fluviale a donc conservé un rôle important principalement pour l’expédition des produits agricoles de faible poids ou de faible valeur sous un grand volume. Ce rôle a été essentiel dans le développement des anciennes colonies.

190A São Leopoldo, par exemple, la valeur de l’exportation agricole s’est élevée surtout grâce aux progrès de la navigation sur le rio dos Sinos. Elle était de 311 contos en 1843, 393 en 1845, 450 en 1848. Elle s’était donc accrue de 50 % en cinq ans à la fin de la guerre civile. Les vapeurs apportèrent de nouveaux progrès : 600 contos en 1853, 822 en 1857, 1.000 en 1859, 1.493 contos en 1870. En chiffres ronds la navigation à vapeur lui a permis de quintupler son exportation pendant la durée d’une génération.

  • 180 Pellanda, A Colonização, p. 103-109, 111-115.

191A Estrela, dont les terres longent le Taquari, la production a toujours été de 15 à 25 % supérieure à celle de Lajeado, dont les terres s’éloignent du fleuve ; à Lajeado même deux districts, situés l’un sur le bord du fleuve, l’autre sur les versants de la vallée ont constamment eu, compte tenu des superficies respectives, une différence du simple au triple dans le volume de leur production et du simple au double de la valeur de leur exportation180. A Estrela la valeur de l’exportation par habitant était en 1863 1,6 fois plus forte qu’à Santa Cruz, 2,3 fois qu’à Nova Petropolis et 2,8 fois plus qu’à Santo Angelo, colonies situées respectivement à 40, 54 et 72 kilomètres du port fluvial le plus proche. L’exportation agricole d’Estrela représente encore en 1950 140 % de celle de Venancio Aires et 160 % de celle de Santa Cruz qui ont une superficie à peu près égale, qui sont fertiles mais qui sont plus éloignés du fleuve navigable. Bien plus, la valeur de la production per capita y était supérieure d’un tiers à celle de Venancio Aires et de deux tiers à celle de Santa Cruz. Dans un municipe encore plus éloigné du fleuve, comme Sobradinho, la valeur de cette production n’atteint même pas le cinquième de celle d’Estrela.

192Si l’influence de la distance entre le champ et l’embarcadère est tellement sensible aujourd’hui, elle l’a été plus encore au début de la colonisation. Toute la production, agricole des anciennes colonies a été soumise jusqu’à la fin du xixe siècle à l’influence des marchés locaux qui étaient des ports comme Cachoeira, Rio Pardo, Estrela, Lajeado, Taquari, Montenegro, Cai, São Leopoldo. Si les transports fluviaux étaient relativement faciles, en revanche la longueur des trajets était considérablement accrue par le courbes et les méandres que décrivent les fleuves comme le rio dos Sinos, le Cai, le Taquari et même le Jacui : de São Leopoldo à Pôrto Alegre le bateau parcourait vingt lieues et le train moins de six.

Le chemin de fer
  • 181 Pimentel, O Rio Grande do Sul, p. 525-526.

193La première voie ferrée riograndense fut précisément tracée comme la corde de l’arc décrit par le rio dos Sinos. Commencée en 1869, elle relia Porto Alegre à São Leopoldo en 1874 et à Novo Hamburgo en 1876. Elle fut ensuite prolongée jusqu’à Taquara en 1903, mais n’escalada le plateau qu’en 1924 et s’arrêta à Canela181. Elle joue un rôle très actif jusqu’à Taquara et contribue au ravitaillement de Pôrto Alegre en lait frais par la région de Gramado-Canela. Mais cette voie ferrée, qui desservit quelques unes des anciennes colonies allemandes, a été à peu près la seule construite pour des raisons économiques et elle est longtemps restée isolée (voir fig. 9).

  • 182 Idem, ibidem, p. 514-524 ; J. Porto, Contribuição, p. 39, 94,167-194. Cunha, O Rio Grande do Sul, p (...)

194Le reste du réseau ferré riograndense a été établi avant tout pour des raisons stratégiques mais il a été construit très lentement. Sa ligne tronc, la ligne Porto Alegre-Uruguaiana a été commencée en 1877 à Margem, sur la rive droite du Taquari ; elle atteignit Cachoeira en 1883 et Santa Maria en 1884, mais Cacequi seulement en 1890, et Alegrete et Uruguaiana, enfin, en 1907. Quant à la liaison Pôrto Alegre-Margem, elle se fit par bateau jusqu’à ce que la ligne Porto Alegre-Montenegro-Santo Amaro et le pont sur le rio Taquari fussent construits en 1910. Les colonies de la vallée du Cai ne furent donc rattachées que tardivement à Pôrto Alegre (1909-1910), comme Santa Cruz à la ligne principale dont elle n’était pourtant qu’à 35 kilomètres (1905). Les colonies du Taquari, elles, ne furent jamais comprises dans le réseau ferré182 qui a modifié l’organisation des échanges dans un certain nombre d’anciennes colonies.

195Cai, dont le port desservait un immense hinterland (jusqu’à Caxias) et qui en tirait sa prospérité commerciale, a été victime d’une véritable capture au bénéfice de la voie ferrée dont l’ouverture l’a frappé d’un coup décisif (1910-1911).

196São Leopoldo, Novo Hamburgo et Taquara ont connu tour à tour la prospérité de tête de ligne, le développement du commerce puis de l’industrie et l’expansion urbaine que favorisait le chemin de fer ; ces petites villes avaient même pris un élan suffisant pour résister à la perte de trafic que représentait chaque prolongation de la ligne.

  • 183 Menezes, Municipio de Santa Cruz, p. 300.

197L’exemple le plus caractéristique de l’influence du chemin de fer sur l’accroissement de l’exportation agricole est celui de Santa Cruz183. Le tonnage y est passé de 3.451 tonnes en 1904 à 3.827 en 1906, 3.915 en 1907, 5.398 en 1908, 6.102 en 1909, 6.521 en 1910, augmentant de 89 % en cinq ans. L’exportation a presque doublé instantanément et elle a changé de composition, stimulant la production par de nouvelles perspectives. D’une part l’augmentation des anciennes exportations est sensible : la graisse a augmenté de 133 %, les haricots de 165 %, le tabac de 271 %, les pommes de terre de 412 %, le maïs de 726 %. d’autre part apparurent de nouveaux produits (mélasse, fruits, ricin, œufs et volailles, beurre, passé de 3.928 kilogrammes en 1906 à 13.605 en 1909) dont l’entrée dans le circuit économique augmenta la prospérité locale.

Fig. 9. — Les voies ferrées du Rio Grande do Sul
Le réseau ferré, de conception surtout stratégique, n’a guère desservi que les Nouvelles Colonies du Flateau.

198Malheureusement pour les autres, le chemin de fer n’a favorisé que quelques-unes des anciennes colonies et la plupart d’entre elles connurent des difficultés de transport de plus en plus graves à mesure qu’elles s’éloignaient du fleuve. L’obstacle opposé par l’escarpement de la Serra n’avait pas disparu devant la colonisation du piedmont puisque les vallées moyennes n’ont jamais été des voies de communication en raison de leurs profils.

  • 184 Pimentel, O Rio Grande do Sul, p. 521, 524, 528 ; J. Porto, Contribuição, p. 175.

199Et pour que le Plateau commençât à être réellement intégré au reste du Rio Grande do Sul il fallut attendre la construction d’une voie ferrée rattachée à la ligne tronc Porto Alegre-Uruguaiana. La grande ligne de chemin de fer partit de Santa Maria, touchant Cruz Alta en 1894, Passo Fundo en 1900, Marcelino Ramos en 1910. Un embranchement relia Cruz Alta à Ijui en 1911, à Santo Angelo en 1915 et à Santa Rosa eh 1940184.

200A Ijui la valeur des terres a doublé dans l’année qui a suivi l’inauguration de la voie ferrée. Tout récemment encore à Santa Rosa les ventes de terres suivaient le progrès de la construction du chemin de fer Santo Angelo-Girua : Entre 1934 et 1936 elles sont passées de 87.292 à 543.934 milreis, elles ont plus que sextuplé en trois ans. Bien que Santa Rosa soit restée pionnière en avant du terminus du chemin de fer jusqu’en 1940, la colonie s’est développée parce que ses routes aboutissaient à une voie ferrée. Les colonies nouvelles du Haut Jacui, d’Erechim, de Santo Angelo, de Santa Rosa réussissaient à compenser ainsi leur éloignement de Porto Alegre et, malgré le manque, chronique de wagons et l’élévation des tarifs, elles arrivaient à exporter davantage et à moins cher que certaines colonies du rebord de la Serra.

  • 185 Relatorio da Secretaria das Obras Publicas, 1896, p. 82-83 ; 1900, p. 70 ; 1906, p. 66.

201La valeur de l’exportation d’Ijui était restée stationnaire jusqu’en 1910 et avait même diminué entre 1904 et 1910, elle ne représentait que 44 % de la production en 1904 et 33 % en 1908 car les charrettes ne suffisaient pas au transport des produits et les colons étaient obligés de ne vendre que les produits les plus rémunérateurs185. Grâce à l’établissement du chemin de fer en 1911, la production de 1912 augmente de 270 % par rapport à celle de 1904, l’exportation de 370 %, et l’importation de 400 %. La valeur de l’exportation par habitant est passée de 88 à 120 milreis. La capacité des transports augmentant, le rapport de l’exportation à la production croît de 33 % à 60 % et celui de l’importation à l’exportation augmente de 75 % à 80 % : le niveau de vie s’élève dans la colonie avec les progrès du commerce grâce à ceux des transports.

202A Erechim en 1913, soit cinq ans après la fondation de la colonie, la voie ferrée qui la traversait était jalonnée de cinq stations ; chacune d’elles était un petit centre de 80 à 300 habitants, comptant à peine quelques vraies maisons de bois mais plusieurs magasins : 6 à la gare d’Erechim, 22 à Erebango, 12 à Capoere, 20 à Paiol Grande, 7 à Barro.

  • 186 Relatorios da Secretaria das Obres Publicas. Années correspondantes.

203Le tableau suivant résume son évolution de sa cinquième à sa dixième années186 :

204Dans la mesure où il dépendait des transports, le développement d’Erechim a été plutôt contrarié par la guerre. Les exportations, diminuèrent en 1915 et les importations furent réduites à la moitié de celles de 1913. Cela ne rend que plus étonnants les progrès de cette colonie. En cinq ans, la population a été multipliée par 1,8, la production par 3, l’exportation par 3,3 : la valeur de l’exportation par habitant a doublé. Pendant les premières années (jusqu’en 1914), les importations ont été supérieures aux exportations ; cela s’explique par l’étendue des besoins de la colonie récemment fondée et par l’existence de revenus complémentaires (subventions, salaires pour travaux publics, etc.). A partir de 1915 les importations sont plus faibles que les exportations mais le rapport importation/exportation-remonte en 1916 et atteint 89 % en 1918, plus qu’à Ijui après vingt-deux ans de colonisation. L’activité commerciale traduit donc la brillante prospérité de la colonie ou plutôt elle en est la cause.

  • 187 Ibidem.

205Tandis qu’Erechim se développait d’une manière étonnante, la colonie de Guarani restait plongée dans la stagnation économique187. Elle ne sortit de cette léthargie qu’après l’ouverture de la voie ferrée Ijui-Santo Angelo-Santa Rosa, mais elle n’a jamais pu connaître la prospérité des colonies desservies directement par le chemin de fer. Guarani n’a eu d’exportation notable qu’à partir de 1905 : la production a augmenté de 6 fois en dix ans, mais l’exportation de 4,8 fois et l’importation de 4,2 seulement, la valeur de l’exportation per capita est restée stationnaire : 40 milreis en 1900,41 en 1912, 48 en 1916, 50 en 1918. Malgré l’influence de la guerre la valeur de l’exportation par habitant n’est que le tiers de celle d’Ijui. Le rapport entre l’importation et l’exportation reste, lui aussi, nettement plus faible qu’à Ijui et qu’à Erechim : 63 % en 1912, 70 % en 1916-1918.

  • 188 Departamento Estadual de Estatistica, Sinopse, 1951.

206Aujourd’hui encore le chemin de fer est un facteur d’activité et de prospérité pour les établissements agricoles qu’il dessert. En effet plus on s’en éloigne et plus la production baisse en volume et en valeur. Il suffit de comparer au municipe de Santa Rosa, tête de ligne, ceux de Tres Passos et de Palmeira qui en sont éloignés de 40 à 60 kilomètres188.

207Bien que Santa Rosa soit le moins étendu des trois munipes, c’est celui qui a la plus grande superficie cultivée. Celle de Tres Passos n’en est que le tiers et celle de Palmeira le cinquième et la valeur de leur production agricole est beaucoup plus faible soit en chiffres absolus soit en proportion (respectivement 32 % et 15 %). C’est grâce au chemin de fer que l’hectare de terre est 4 fois plus rentable à Santa Rosa qu’à Tres Passos et 10 fois plus qu’à Palmeira.

208Si la prospérité d’une région agricole est liée surtout à l’exportation de produits rémunérateurs, le chemin de fer a permis l’élévation du niveau de vie des paysans et des commerçants ruraux du Plateau qu’il reliait au reste du Rio Grande do Sul et aux principaux marchés. Et pourtant plus que nulle autre région du Rio Grande do Sul les nouvelles colonies du Plateau ont été favorisées par l’établissement du réseau routier dont les anciennes colonies ont été privées du temps de leur apogée agricole.

La route
  • 189 Relatorio do Presidente da Provincia, 1846. (Roche, L’Administration.)

209Les premières routes ont été ouvertes sous la présidence de Caxias, au lendemain de la pacification du Rio Grande do Sul189 : Les unes étaient destinées à améliorer les communications dans les colonies elles-mêmes, comme la route de São Leopoldo à Mundo Novo, ou de Feliz à Dona Theodora, port sur le Cai ; les autres devaient assurer les communications entre la Dépression centrale et le Plateau, comme celle de Cachoeira à Cima da Serra, ou de Rio Pardo à Passo Fundo, sur laquelle fut établie la colonie de Sta Cruz. Ce n’étaient d’ailleurs que de simples coupures dans la forêt, larges de 5 à 6 mètres, encombrées parfois par les souches des arbres abattus, façonnées seulement par le piétinement des mules puis par le passage des charrettes.

  • 190 J. Porto, Contribuição, p. 94, 131, 173, 175, 195-200. Annaes da Assembleia, 1882, p. 11 et p. 57 ; (...)

210Améliorées à la fin de l’Empire190 ce ne furent jamais que des routes-tronçons parallèles entre elles, reliant les régions agricoles aux ports sur les rios dos Sinos, Cai, Taquari ou Jacui. Elles furent baptisées route de Mundo Novo (São Leopoldo-Taquara-São Francisco de Paula), route Rio Branco (Cai-Caxias), route Buarque de Macedo (Montenegro-Lagoa Vermelha), route Julio de Castilhos (Cai-Vacaria), route Borges de Medeiros (Estre-la-Passo Fundo). Deux autres routes partirent enfin en diagonales, l’une de Mariante, sur le Taquari, vers Venancio Aires, Soledade, Cruz Alta, Ijui, Santo Angelo et Guarani, l’autre de Guaiba vers Encruzilhada, São Gabriel et Bagé. Cette dernière était la seule qui traversât la Campanha. (Voir fig. 10.) Mais à la fin du xixe siècle la circulation à grande distance des marchandises et des voyageurs s’était détournée des routes qu’on n’entretint plus. Sous l’influence du climat leur dégradation fut rapide et au lendemain de la première guerre mondiale le Rio Grande do Sul n’avait plus une seule grande route carrossable en tout temps.

211Or c’est à ce moment qu’apparut l’automobile. Le camion et l’autobus présentaient de tels avantages que leur multiplication allait entraîner la renaissance de la route. Celle-ci commença en 1934 avec la construction d’une chaussée de ciment longue de 34 kilomètres, entre Porto Alegre et São Leopoldo, sur l’initiative des municipes intéressés. Ce fut le signal qui donna le branle aux autorités de l’Etat : bientôt était créé le Département des Routes. Cette mesure arrivait trop tard pour insuffler une nouvelle énergie à la production des anciennes colonies, car le déclin de l’agriculture y était déjà irrémédiable, mais l’aménagement de grandes artères y rendant comme ailleurs les transports plus aisés et plus avantageux transforma les conditions de vie des premiers établissements germaniques.

  • 191 Pereira, Contribuição ao estudo do piano rodoviario, Revista do D.A.E.R. 1943, n° 18, p. 5-32 ; Sou (...)
  • 192 J. Porto, Contribuição, p. 197.

212Le Département autonome des Routes (D.A.E.R.) a été créé en 1937191. Ses ingénieurs ont élaboré un plan de 10.000 kilomètres dont la réalisation a transformé la physionomie économique du Rio Grande do Sul presque sous nos yeux. Ce plan prévoyait d’abord l’amélioration des anciennes routes qui rattachaient les centres de production aux ports ou aux gares, puis l’implantation d’un réseau capable d’assurer les transports de la zone de production à celle de consommation uniquement par la route, sans se préoccuper de la concurrence faite au chemin de fer soit en doublant ses lignes par des routes parallèles soit en coupant les arcs ferroviaires par des cordes routières192. (Voir fig. 10.) L’ordre d’urgence fut établi en fonction de la densité de la population et du volume de la production agricole ou forestière entre sept régions : la zone de colonisation au Nord-Ouest de Porto Alegre, la zone agricole du Jacui, la zone de colonisation du Nord du Plateau, celle de l’Ouest du Plateau, la zone agricole du Nord de Pelotas, la zone du Nord-Est de Pôrto Alegre, la zone de colonisation mixte à l’Ouest de Santa Maria. Les nouvelles colonies avaient donc la plus belle part.

Fig. 10. — Les routes du Rio Grande do Sul
Alors que les chemins du xixe suivaient généralement les lignes de partage des eaux, les routes modernes suivent ou traversent les vallées, desservant surtout les zones de grande production forestière ou agricole, c’est-à-dire les colonies.

213Alors que l’on avait dépensé seulement 64.000 contos pour les routes entre 1890 et 1937 (soit 1.365 contos par an), le D.A.E.R. en reçut 26.823 en 1938, 39.799 en 1940, 55.000 en 1941, 134.000 en 1948 et 220.000 en 1954. Les progrès furent rapides, les routes carrossables en toute saison passant de 420 kilomètres en décembre 1937 à 2.625 en décembre 1938 et à 4.130 en décembre 1939. La guerre ralentit un peu l’action du D.A.E.R., mais il l’étendit dès 1945, en liaison avec le plan fédéral de routes reliant le Rio Grande au reste du Brésil, grâce aux crédits de l’Etat et de l’Union (Fonds national). Si le nombre de ponts est encore très, insuffisant le D.A.E.R. a réalisé en dix ans un énorme travail d’équipement routier : il y avait 6.260 kilomètres de routes en décembre 1947 et 7.971 kilomètres en 1955. Sur la route de Pôrto Alegre à Sāo Leopoldo, où passaient en moyenne 40 automobiles par jour en 1939, il en est passé 1.000 en 1948 et 3.000 en 1953. Le nombre de passagers transportés par les lignes d’autobus qui rayonnent dans tout le Rio Grande do Sul s’est élevé de 2.629.000 en 1940 à 9.355.200 en 1947 et à 23.830.700 en 1955 sans compter les lignes municipales qui échappent au contrôle du D.A.E.R. Les camions sont dix fois plus nombreux que les autobus mais il n’est pas possible d’indiquer le tonnage qu’ils transportent. Il est facile d’imaginer en revanche l’avantage que présenté ce mode de transport parce qu’il a considérablement raccourci les distances : De Passo Fundo à Pôrto Alegre il y a 682 kilomètres par le chemin de fer et 300 seulement par la route.

  • 193 Pellanda, O Colono Alemão, P.S.P., 2, p. 122-124 ; Pimentel, O Rio Grande do Sul, p. 543-544 ; Daud (...)

214Les camions qui ont apporté les produits coloniaux dans les villes en remportent les articles et les denrées destinées aux boutiques des commerçants ruraux. Ainsi le rôle commercial des petites villes du Plateau s’est-il accru comme à Santa Rosa, Santo Angelo, Erechim, Carasinho, Passo Fundo, Cruz Alta. Mais l’exemple le plus impressionnant est celui d’Ijüi qui a étendu son rayon d’action directe jusqu’à Tres Passos ou Palmeira et même jusqu’à des localités de l’Etat de Santa Catarina comme Xapeco. Le camion a été l’instrument d’une véritable révolution économique dans les colonies : la production s’accroît car elle peut s’écouler aisément. La souplesse de son utilisation et la pratique du porte à porte a favorisé le producteur, c’est-à-dire le colon. Le camion vient prendre chez lui ses porcs et les conduit à l’abattoir ou à la fabrique de graisse ou au frigorifique, il emporte les haricots ou les pommes de terre pour les livrer sans manutention coûteuse jusqu’à Pôrto Alegre, il alimente la capitale en beurre de Santa Rosa, situé à plus de 600 kilomètres. Le camion a augmenté le débit et la qualité des expéditions. Il a permis d’obtenir de meilleurs prix de vente en réduisant au minimum l’incidence de la distance. Il a accru la prospérité dans toutes ces colonies. On ne saurait souligner assez l’influence de la route et du véhicule automobile sur toute la vie des colons. L’autobus, qui a facilité le récent exode rural, a favorisé aussi les migrations contemporaines vers le Haut Uruguay et surtout les contacts d’une zone à l’autre. C’est l’un des éléments les plus efficaces pour l’intégration des colons dans la communauté riograndense193.

***

215Ainsi a pu être levée en grande partie l’hypothèque dont le kilomètre grevait et grève encore les régions ouvertes à une colonisation essentiellement agricole, mais nous voyons avec quelle lenteur et nous imaginons avec quelle difficulté.

Notes

1 Ce sont les limite ? prévues par la Bulle d’Alexandre VI (1493). Cf. Anais III Cong. H.G.R.G.S., p. cdxi-cdxv ; Cidade, Lutas ao Sul, p. 20-23 et p. 66 et sq. ; S. Docca, Historia, p. 11 ; Vianna, A Conquista da planicie platina, P.S.P., 8, p. 7-12 ; Pereira, Estudo do povoamento, p. 1613. Le problème géopolitique du Rio de la Plata a été mal vu par les Portugais qui ont laissé les Espagnols prendre les devants. Cf. aussi Rodrigues, Geopolitica do Brasil : Backheuser, Problemas do Brasil (estructura geopolitica) ; Frétés, Mapa etnografico de la conquista del Rio de la Plata, Asuncion, 1947 ; Hafkemeyer, A Conquista Portuguesa do Rio Grande do Sul ; Magalhães, Expansão geografica.

2 Mendonça, Os Sete Povos e o Tratado de Madrid, Anais III Cong. HGRGS,. p. 25782596 ; Irmão Salusto, Tratado de Madrid, Anais Univ. Cat. do RGS. 1949, p. 116123. Malgré les vicissitudes subies ce traité put être considéré comme linstrument’dune’grande politique ; Cl. B. Fortes, O Tratado de 1750, RHGRGS,. XXI, 1, p. 2734).

3 L’histoire de cet établissement témoigne de l’intensité de la lutte entre les deux couronnes sur les confins de leurs domaines : fondée en 1680 la Colonia do Sacramento fut assiégée aussitôt et rasée par les Espagnols. Ils la restituent en 1681 aux Portugais qui la reconstituent en 1683 ; assiégée en 1704 elle capitule au bout de six mois ; le traité d’Utrecht la rend au Portugal en 1715 avec les autres territoires au Nord du Rio de la Plata. La construction du fort 1723) (et le développement du port de Montevideo la menacent d’asphyxie. Sacramento subit un nouveau siège en 1735 ; le Portugal l’abandonne en 1750, mais la reçu-père en 1761. Cependant la place est reprise par Ceballos en 1762. Rendue aussitôt aux Portugais 1763) (elle est encore reprise en 1777 par les Espagnols qui l’ont ensuite conservée. L’étude brésilienne la plus complète est celle de Monteiro, A Colonia do Sacramento, I, 485 pages.

4 Sur l’histoire des Missions on peut consulter également Monteiro, AS primeiras reduções, R.I.H.G.R.G.S., XIX, 1, p. 15-46 ; mais surtout Silveira, AS Missões Orientaes et Porto, Historia das Missões Orientaes ; S. Leite, OS Jesuitas, P.S.P. 5,p. 7-16 ; Ornelas, Missionarios, P.S.P. 8, p. 97-101, et Perda e Reconquista das Missdes. — Correiò do Povo, à partir du 5 juillet 1949 ; Cidade, Rio Grande do Sul, Anais III Cong. H.G.R.G.S., p. 717 ; enfin Mendonça, OS 7 Povos e O Tratado de Madrid. Les Missions ont été presque aussi disputées que Sacramento entre Espagnols et Portugais : alors qu’elles avaient été cédées au Portugal par le traité de 1750, elles durent être reconquises sur les Indiens révoltés, puis elles firent retour à l’Espagne en vertu de la convention de 1761 et du traité de 1777. Elles ne furent intégrées définitivement au domaine portugais qu’en 1801.

5 Cidade, Lutas ao Sul, p. 102 ; Peeeira, Estudo do Povoamento, Anais III Cong. H.G.R.G.S., p. 1623 et sq.

6 S. Docca, Historia, p. 12-13 ; Idem, O Brasil no Prata. Cette politique a été vivement critiquée par divers historiens brésiliens, par exemple par Calogeras et par Fragoso que leur positivisme conduit à une interprétation erronée des événements (Cidade, Lutas ao Sul, p. 136 et 166-167). C’était la politique des frontières naturelles (Calmon, Historia, p. 215).

7 Ce fut surtout l’influence du général Lecor. Cidade, Lutas, p. 177-182.

8 S. Docca, A Convenção preliminar de 1828.

9 Traité du 12 octobre 1851. Voir ci-dessous, note 49.

10 Souza Docca, Condominio, R.I.H.G.R.G.S., XVIII, 4, p. 183-201.

11 Rio Branco, Questão de Limites ! Pereira, Estudo, p. 1625 ; Prunes, O Espaço Brasileiro, p. 56-57.

12 Fortes, O Brigadeiro José da Silva Paes..., R.I.H.G.R.G.S., XIII, 3, p. 3-120 ; Fontoura, José da Silva Pais, R.I.H.G.R.G.S., XVII, 1, p. 43-66.

13 La figure de Tiaraju est restée légendaire : Bernardi, O Primeiro Caudilho, P.S.P., 5, p. 32 et sq. ; Ornellas, A Morte de Tiaraju, P.S.P. 1, p. 94-102. A la bataille de Caibaté les Indiens comptèrent environ 1.200 morts, contre 4 chez les Hispano-Portugais (Cidade, Lutas, p. 53-54). Sur la conquête des Missions, voir : Souza Docca, Historia, p. 182 ; Hansel, Historia da Redução de S. Miguel,

14 Barba, D.P. de Cevallos. Il devenait de plus en plus difficile pour les Portugais de se maintenir sur le Rio de la Plata.

15 Sous le prétexte que seule la colonie de Sacramento appartenait légitimement au Portugal avant la guerre (Souza Docca, Historia, p. 189).

16 Le 1er juin 1767 (Fortes, Rio Grande, p. 94). Ils désobéirent au Vice-Roi du Brésil (Souza Docca, Historia, p. 190).

17 Cidade, Lutas ao Sul, p. 90.

18 C’était un chiffre très élevé car les Espagnols n’étaient que 3.000 sous les ordres de Salcedo. Le territoire riograndense se trouvait libéré puisque Santa Tereza se trouve en zone uruguayenne.

19 Vasconcellos, Relatorio apresentado..., R.I.H.G.R.G.S., IX, 1 et 2, p. 3-40.

20 Loreto, Capitulos de Historia, p. 151 ; les trois-quarts des effectifs étaient riograndenses (Silva, Provincia, p. 103).

21 Sur la reconquête des Missions on peut consulter : Porto, A Conquista das Missões, R.I.H.G.R.G.S. 1,1, p. 8-16 ; Wiederspahn, A Conquista, R.I.H.G.R.G.S., XIV, 1, p. 95-114 ; Lima, Historia, chap. XI ; Souza Docca, Historia, p. 184-185. Ayant révélé ses qualités de chef de guerre Borges do Canto fut nommé capitaine. Fils d’estancieiro, né à Cachoeira en 1773, il fut assassiné sur sa propriété en 1808 par des Indiens qui poursuivaient son bétail.

22 D, João VI s’appuya aussi sur le fait qu’il avait épousé la sœur du roi d’Espagne (Dona Carlota Joaquina). Lorsque ce lien dynastique se fut révélé incapable de rattacher les insurgés castillans à une restauration doublement contraire à leur indépendance, D. João VI chercha un autre prétexte pour recourir aux armes. Sa politique a généralement été critiquée sévèrement par les historiens brésiliens (Fortes, Rio Grande do Sul, p. 141 ; Maia, Historia, p. 94-125 ; Spalding, O Rio Grande do Sul, Lanterna Verde, n° 8, p. 299 ; Loreto, Capitulos, p. 145). On peut consulter aussi Ouvrira Lima, D. Joâo VI no Brasil, Rio de Janeiro, 1908 ; Medeiros, A Diplomacia de D. João VI na America e na Europa, Porto, 1956 ; enfin Freitas, AS Republicas Hispano-Sul-Americanas, Rio de Janeiro, 1945.

23 Schroeder, A Campanha do Uruguai, RJ.H.G.R.G.S., XIV, 1, p. 115-162 ; Cidade, Lutas ao Sul, p. 123-136 (« O Exército Pacificador », 1811-1812).

24 Cette politique était à la fois réaliste et raisonnable, comme le montre Souza Docca, O Brasil no Prata, R.I.H.G.R.G.S., XI, 1, p. 3-208. Un bon résumé des opérations se trouve dans l’ouvrage de Souza Docca, Historia, p. 203-211. Il n’y eut pas moins de 34 grands engagements entre Portugais et partisans d’Artigas de 1817 à 1819. Artigas avait aussi essayé de soulever les Missions en 1815-1816. Cidade, Lutas, p. 142-143. On peut consulter aussi Rodo, Artigas, Montevideo, 1950, in-4°, 13. pages.

25 Le 31 juillet 1821. Franckenberg, Historia do Brasil, p. 106 ; Brasiliano, O Rio Grande do Sul e a Cisplatina.

26 Porto, Influencia do Caudilhismo Uuruguaio no Rio Grande do Sul, RJ.H.G.R.G.S., IX, 3, p. 371454.

27 Sena, A Guerra do Rio da Prata em 1825 : Lima e Silva, Anais do Exercito, R.I.H.G.R.G.S., VII, 1 et 2, p. 3-258 ; Idem, A Guerra com a Republica dos Provincias Unidas, Pôrto Alegre, 1862, in-8°, XVIII 4-146 p.

28 Lago, Brigadeiros, p. 46 ; Cidade, Lutas, p. 139-140.

29 Porto, O Trabalho alemão, p. 94-98.

30 Il y a une abondante bibliographie sur cette bataille. Il suffit de se reporter à l’étude qui fait le point : Wiederspahn, Batalha de Ituzaingo, R.I.H.G.R.G.S., XIII, 4, p. 227-260. On peut consulter aussi Pregeiro, La Bataille de Ituzaingo, Buenos-Aires, 1919, in-8°, XXXV, 331 pages.

31 Reichardt, Bento Conçalves, spécialement p. 29-30 ; Rosa, Vultos, p. 12-36 ; Souza Docca, A Expedição do General Rivera, RJ.H.G.R.G.S., VII, 4, p. 597-610.

32 Idem, Historia, p. 214-217 et A Convenção..., p. 204-205. Acevedo, La Mediacion de Inglaterra ; Herrera, La Paz de 1828.

33 Maia, Historia, p. 115-117.

34 Roche, L'Administration d’une Province, Thèse complémentaire, Rapport de 1846.

35 Azevedo, O Imperador D. Pedro II, R.I.H.G.R.G.S., V, 3-4, p. 193-204.

36 Pour un exposé plus détaillé et la bibliographie : Roche, L’Administration d’une Province.

37 Maia, Historia, p. 183-186.

38 Les Riograndenses ont fait preuve d’une intense « brasilidade » (Spalding, O Rio Grande do Sul, Lanterna Verde, 8, p. 297 ; Aranha, Brasilidade, p. 350-355.

39 Porto, O Trabalho Alemão, p. 110-141 et Publicações do Arquivo Nacional, XXIX et XXX (Processo dos Farrapos).

40 Laytano, Historia da Republica, p. 165-229 ; Revista do Arquivo Publico n° 15-16, p. 335-440 ; Kalkmann, AS Colonias, R.I.C. IV, 2, p. 240 ; officio de Presidente da Provincia n° 20 du 12 mars 1847 ; Correspondance commerciale des Consuls, 1846, ministère des Affaires étrangères, vol. 9, p. 294.

41 Hafkemeyer, Memorias de Francisco Pedro de Abreu, R.I.H.G.R.G.S., I,1, p. 22-44 et 2, p. 166-208. Ces opérations de partisans s’appelaient « californias » (Silva, A Capitania, P.S.P., 14, p. 42).

42 Correspondances des Présidents de la Province avec le gouvernement central (Roche, L’Administration d’une Province) et du Vice-Consul de France à Pôrto Alegre (Paris, ministère des Affaires étrangères, Brésil, correspondance politique des Consuls, I).

43 Moritz, Resumo da historia, Anais III Gong. H.G.R.G.S., p. 2325-2352 ; Bilbau, Historia de Rosas,

44 Souza Docca, Historia, p. 221-223.

45 Cf. Correspondencia do Presidente da Provincia com o Governo central, 1849-1860, Pôrto Alegre, Museu J. de Castilhos, caixa 10, livro 118.

46 Maia, Historia, p. 203.

47 Idem, ibidem, p. 203-204. Bormann, A Campanha do Uruguai.

48 Cidade, Lutas, p. 184.

49 Souza Docca, Historia, p. 228-238 ; Fix, La Guerre du Paraguay ; Expilly, La Vérité ; More, Rejlexôes ; Pinto, O Charlatão, Fragoso, Historia da guerra entre a Triplice Aliança e o Paraguay ; Jourdan, Guerra do Paraguay.

50 Costa, A Batalha do Riachuelo, R.I.H.G.R.G.S., III, 3, 4, p. 541-545. Gay, Invasão Paraguaya, R I.H.G.R.G.S., I, 1, p. 17-41. ; 2, p. 220-244 ; 3, p. 382-398 ; II, 1, p. 203-223 ; Freitas, A Invasão de S. Borja.

51 Moritz, Resumo, Anais III Gong. H.G.R.G.S., p. 2335 ; Eu (Comte d’), Viagem. Militar.

52 Pereira, Heroes brasileiros na campanha do Sul ; Porto, O Trabalho Alemão, p. 211.

53 Idem, ibidem, p. 193-203 ; Schmid, Die Brummer, 48 pages ; Bruhn, 75 Jahre Deutschtum, p. 11.

54 L’importance de l’esprit militaire dans la formation du Rio Grande do Sul a été soulignée par une foule d’auteurs, en particulier : Handelmann, Historia, p. 525 ; Vianna, Evolução do Povo, p. 213 ; Soares, Reconhecimento, Anais III Cong. H.G.R.G.S., p. 2060 ; Souza Docca, Gente sulriograndense, ibidem, p. 678 ; Silva, A Provincia, p. 103-106 ; Osorio, Sociogenese, p. 39-41 ; Franco, Esquema, P.S.P. 15, p. 47 ; Barcellos, Esboço da formação, P.S.P., 3, p. 13-24 ; Callage, O Guerreiro, Lanterna Verde, 8, p. 153-158.

55 Souza Docca, Historia,p.69-79 ; Hensel, OS Coroados, R.M.A.P.R.G.S., XX, p. 65-80 ; Moraes, Tapes e Guaranis, P.S.P., 7, p. 49-68 ; Jaeger, AS primitives Reduçães, Terra Farroupilha, I, p. 3251 ; Koseritz, Subsidios etnograficos, R.M.A.P.R.G.S., XX, p. 19-48 ; Luedeke, OS primitivos habitantes do Rio Grande do Sul, ibidem, p. 59-64 ; Porto, Primitivos habitantes..., Terra Farroupilha, I. ch. II, p. 21-31.

56 Chaves, Memorias, R.I.H.G.R.S., I,1, p. 100 et sq ; Relatorio do Presidente de Provincia en 1835 (Roche, L’Administration...). Ce sont les guerres qui les ont fait disparaître : Cidade, Lutas, p. 151 ; Lettre 210 du Vice-Consul de France (1-III-1854).

57 Par exemple : Relatorio do Presidente da Provincia 1848, p. 2 ; consulter aussi Correspondencia do Presidente... Museu J. de Castilhos, Caixa 10, livro 118 ; Correspondance du Vice-Consul de France à Pôrto Alegre 1853-1854 (ministère des Affaires étrangères).

58 Truda, A Colonisação Allemã, p. 73-76.

59 Dreys, Noticia, p. 180-187 ;

60 Rambo, OsIndios riograndenses, P.S.P., 10, p. 88 ; Fisionomia, p. 241 ; Varela, O Rio Grande do Sul, p. 350-351. Quelques auteurs ont cependant émis une opinion différente : Azevedo, Gauchos, p. 161 ; Cidade, O Rio Grande do Sul, p. 725 (il indique l’importance du caboclo à côté de la china) ; enfin Franco, Esquema, P.S.P., 15, p. 47 ; pour lui l’Indien a joué un rôle supérieur à celui que l’on admet généralement, en particulier comme peão dans l’estancia. Certains auteurs voient dans l’insignifiance de la contribution indienne l’une des principales raisons de la supériorité du Riograndènse sur ses voisins (Silva, A Provincia, p. 4247).

61 C’est encore l’opinion de Silva, Provincia, p. 83 ; D’osorio, Sociogenese, p. 53 ; de Souza Docca, Gente Sul-riograndense, p. 678 ; de Rosa, O Conteudo politico, P.S.P., 16, p. 58-59. L’opinion contraire n’est guère soutenue que par Ornellas, Gauchos e Beduinos, O Historiador. P.S.P., 16, p. 177-180 et par Campos Jr, Almanaque do Rio Grande do Sul 1903 et 1908. Cf. aussi Cruz, O Antigo Forte de Santa Tecla, et Schroeder, Batovi, R.I.H.G.R.G.S., XVI, 1, p. 109-120.

62 Monteiro, Dominação, p. 291. Les quelques Espagnols installés autour de Rio Grande et mariés avec des Portugaises furent expulsés dès la fin du xviiie siècle.

63 Cf. Relatorios do Presidente. (Roche, L’Administration..., notes correspondantes).

64 Goulart, Formação R.I.H.G.R.G.S., X, 3-4, p. 539-544 ; Porto, O Caudilhismo, R.I.H.G.R.G.S., IX, 3, p. 377434. Cependant Franco (Esquema, p. 50) soutient qu’on ne saurait nier l’influence du caudilhisme dans le Rio Grande sous l’Empire. Cf. aussi Ferreira, Caudilhos Platinos, et Moraes, 35 e93, P.S.P. 17, p. 12. C’est par une citation en espagnol qu’il définit le caudilhisme : « Caudillo quiere decir fuerza propria, autoridad propria, y por lo tanto, autonomia. Donde aparece un caudillo es que hay un pueblo que responda » (Felde, Processo historico del Uruguay, Montevideo, 1919, p. 66).

65 Varella, O Rio Grande do Sul, p. 25-27 ; Barcellos, Esboço da formação, P.S.P., p. 13-24 ; Brito, Trabalhos e costumes dos Gauchos ; Cascudo, Tradições folcloricas ; Contreiras, Formaçâo social e psicologica do Gaucho, Gauchadas e gauchismos ; Sertorio, Estudos gauchescos ; Teixeira, Os Gauchos ; Granada, Vocabulario Rioplatense ; Caviglia, Folklore gaucho Rioplatense ; Coni, Los Gauchos del Uruguay, Contribuicion a la historia del Gaucho, Los distintos significados del vocablo gaucho ; Zinny, El Gaucho ; Nichols, O Gaucho ; Idem, Der Gaucho als literarische Figur.

66 Jaeger, As invasões bandeirantes, p. 58-60 ; Porto ; Bandeiras Paulistas, Terra Farroupilha, I, p. 52-70 ; San Martin, Bandeirantes no Sul do Brasil. Il y a eu au total six incursions de Bandeirantes à partir de 1635.

67 Magro, Os ultimos fronteiros paulistas, Anais III Cong. H.G.R.G.S., p. 2455-2466 ; Cabrai., Laguna e Rio Grande, ibidem, p. 1895-1910 ; Fortes, Povoamento inicial, R.I.H.G.R.G.S., XIV, 3, p. 123-146. Souza Docca, Historia, p. 57, a fait justice de la tradition suivant laquelle les premiers habitants du Rio Grande auraient été des indésirables déportés de São Paulo ou des fugitifs, tradition lancée par Handelmann et reprise encore par Escobar, Formação, p. 126-127. Cependant Rodrigues, Cariocas a Gauchos, P.S.P., 19, 1954, rappelle qu’il y a eu un recrutement forcé dans les bas quartiers de Rio de Janeiro.

68 Porto, Terra Farroupilha, I, p. 136.

69 Fortes, A Frota de Joâo de Magalhâes, Terra Farroupilha, I, p. 144-152 ; Idem, Velhos Caminhos, R.I.H.G.R.G.S., XVIII, 4, p. 203-254 ; Idem, Troncos seculares, p. 49-54.

70 Fortes, Rio Grande, p. 12-28 ; Souza Docca, Gente Sulriograndense, p. 655.

71 Porto, Coeficiente lagunista, R.I.H.G.R.G.S., XI, 34, p. 169-185 ; Cidade, Rio Grande do Sul, p. 723 ; Sinopse das Concessões de sesmarias, R.M.A.P.R.G.S., 1921,1, p. 103-158.

72 Cidade, Lutas, p. 12 ; Fortes, Os Estancieiros, RJ.H.G.R.G.S., XIV, 3, p. 129-133.

73 A partir de1747. Cf. Belo, Relação dos émigrantes acorianos para os estados do Brasil, Boletim do Instituto Historico da Ilha Terceira, VII, p. 227-246 ; Lima, Historia, ch. V ; Maia, Historia, p. 12-14 ; Fortes, Casaes, p. 123 et sq., Leao (Seb.), Os Primeiros Açorianos, Anuario 1906, p. 136-142 ; Ramos, Antropologia, II, p. 109-111.

74 C’est pour cela que Pôrto Alegre s’appela d’abord Porto dos Casaes. (Spalding, O Municipio de Porto Alegre, p. 259) ; Pereira, Povoamento, p. 1617 ; Barcellos, Esboço, p. 14-15 ; Cidade, Rio Grande do Sul, p. 757. Fortes (Casaes, p. 128 et 161) estime que les Açoriens n’ont pas été installés autour de Pôrto Alegre avant 1752 et qu’ils y affluèrent surtout après la prise de Rio Grande par les Espagnols en 1763 ; aussi la fondation d’une paroisse (freguesia) projetée par Custodio ne fut-elle réalisée par le gouverneur José M. Figueiredo qu’en 1772.

75 Laytano, O Português de Açores na consolidação do dominio lusitano no extremo Sul do Brasil. Rev. do Ensino do R.G.S., II, 17-18, p. 7-11 ; Idem, O Quartel de Rio Pardo, Anais da Universidade Catolica, 1948, p. 19 et sq ; Idem, Historia particular de velha cidade, P.S.P., 1, p. 8-17 ; Idem, Almanaque de Rio Pardo ; Antunes, Historia de Rio Pardo ; Soares, Rio Pardo, a Tranqueira invicta.

76 Pour certains auteurs les Paulistas ont joué un rôle bien supérieur à celui des Açoriens : Rodrigoes, O Continente, p. 36 ; Silva, A Provincia, p..51 ; Souza Docca, Gente sulriograndense, p. 671. Sur les défauts du peuplement açorien : Fortes, Rio Grande, p. 160. Sur les différences entre Açoriens et Gauchos : Cidade, Rio Grande do Sul, p. 756. Sur le peuplement militaire : Fortes, Casaes, p. 132 ; Porto, O Regimento de Dragões. R.I.H.G.R.G.S., VI, 34, p. 605-634 ; Spalding, Os Dragões, R.I.H.G.R.G.S., XVI, 4, p. 219-236 ; Silva, A Provincia, p. 56.

77 Monteiro, Dominação, p. 339. Voici la population du Rio Grande do Sul en 1780 : Pôrto Alegre 1512, Rio Grande 2421, Estreito 1254, Mostardas 591, Viamão 1891, Santo Antonio 1189, Arroio 417, Gravatai 2335, Triunfo 1277, Taquari 689, Santo Amaro 720, Rio Pardo 2374, Cachoeira 662, Vaccaria 571. Au total 17.923 habitants dont 4.312 hommes libres parmi lesquels 2.000 capables de porter les armes.

78 Zone triangulaire dont deux des côtés sont délimités par la confluence de cours d’eau. Sur l’importance du rincão dans le peuplement et la stratégie, voir Cidade, Lutas, p. 10-11. Sur Santa Maria : Belem, Historia do municipio de Santa Maria.

79 Revista do Arquivo Publico do Rio Grande do Sul, Sinopse das concessões, 1798-1814,I, 3, p. 173-218 ; I,4, p. 125-218 ; Ibidem, Documentas relativos à incorporação do territorio das Missões, I,1, p. 19-98.

80 Reis, Apontamentos historicos de Bagé, p. 5 ; Faria, São Gabriel ; Schroeder, São Gabriel, R.I.H.G.R.G.S., X, 34, p. 363452 ; Prunes, Alegrete ; Araujo,.0 Municipio de Alegrete ; ; Caggiani, Subsidios para a historia de Livramento, 20 pages ; Barroso, A cidade que nasceu dum acampamento, Cruzeiro, 17.-VII.-1954, p. 33-36 ; Cidade, Lutas do Sul, p. 148-149 ; Idem, Rio Grande do Sul, p. 734-736.

81 Saint Hilaire, Voyage, p. 43. '.

82 Idem, ibidem, p. 43,61,119 ; Dreys, Noticia, p. 195-198 ; Castro, Geografia da forme, p. 290-292 ;

83 Saint Hilaire, Voyage, p.43 ; Dreys, Noticia, p. 156-158 ; Campos Jr, Os Povoadores, I Cong. de Hist. Nac. IV, p. 880.

84 Saint Hilaire, Voyage, p. 467 ; Dreys, Noticia, p. 159 ; Ornellas, Gauchos, Correio do Povo, 30 juin 1949 ; Azevedo, Areas Culturais, R.I.H.G.R.G.S., XXII, 2, p. 144.

85 Idem, ibidem, p. 151 ; Moraes, Vocabulario sulriograndense, p. 161-162.

86 Idem, ibidem, p. 107. Le galpão est devenu le symbole folklorique du monde rural gaucho. Cf. Azambuja (Darcy), No Galpão, recueil de contes régionalistes.

87 Dreys, Noticia, p. 163 ; Maia, Historia, p. 53 ; Amado, AO tranquito no mais, Reportage, Revista do Globo ; 22 juin 1946, p. 29-31.

88 Saint Hilaire, Voyage, p. 97 ; Dreys, Noticia, p. 166.

89 Osorio, Sociogenese, p. 48 ; Friero, O Gaucho, Diario de Noticias, Porto Alegre, 14 mai 1952 ; G. Freyre, Narcissismo gaucho, Revista do Globo, 274,11 mai 1940. Glossaires : Cunha, Rio Grande do Sul, p. 397-405 ; Caillage, Vocabulario gaucho, 132 pages ; Moraes, Vocabulario sul-riograndense, 22£ pages..

90 Saint Hilaire, Voyage, p. 467 ; Dreys, Noticia, p. 167-170 ; Cl. J. Francisco, Psychoiogia dot acontecimentos, Capitulo I : O Gaucho, genese e psychoiogia.

91 D. Machado, Fundamentos economicos do regionalismo, P.S.P., 2, p. 128-130 ; Alencastre, O Regionalismo no Rio Grande do Sul, 1952. On peut maintenant en trouver une bonne bibliographie : J. F. Ferreira, Elementos para uma bibliografia sôbre o Rio Grande do Sul, Fundamentos da Cultura Rio-grandense, I, p. 177-208.
Voici quelques-uns des principaux ouvrages :
Alencar, Gaucho : Azambuja, No Galpão : Callage, Rincão, O Drama das Coxilhas ; Fontoura, Nas Coxilhas, Umbu ; Juvenal, Antonio Chimango ; A. Maia, Alma Barbara ; J. Maia, Pampa ; Ramirez, Canção da Fronteira ; Simoes Lopes Neto, Contos gauchos e Lendas do Sul ; Souza Jr, Aguas Fortes ; Tito, Aventuras de um Tropeiro ; Neto Vargas, Tropilha crioula Gado chucro ; Verissimo, O Tempo e o Vento ; Funke, Der Lasso ; Niemeyer, Die Gauchos ; Ribeiro, Sintese da poesia popular riograndense ; Silva, Historia literaria do Rio Grande do Sul ; Cesar, Historia de literatura do Rio Grande do Sul ; Meyer, Guia do Folklore.

92 Varela, O Rio Grande do Sul, p. 375-379 ; Cidade, Rio Grande do Sul, p. 478 ; Goulart, Formação, R.I.H.G.R.G.S., X, 34, p. 539-544 ; Franco, Esquema, p. 50.

93 Silva, Provincia, p. 107 ; Moraes, 35 e 93, P.S.P., 17, p. 9.

94 Monbeig, Le Brésil, p. 53 ; Freyre, Interpretação do Brasil, p : 92 ; Azevedo, A Cultura brasileira, p. 70 ; Tejo, Contribuição, P.S.P., 1, p. 83 ; Vianna, A Conquista, P.S.P., 8, p. 7-12 ; Porto, Função sociogeografica do gado, R.I.R.G.R.G.S., XX, 2, p. 213-218 ; Abreu, O Gado Bovino. Anais III Cong. H.G.R. G.S., p. 2133-2152 ; Machado, O gado e o Gaucho : Idem, O Pampa heroico.

95 La question, exposée par Jaeger, Historia da introdução do gado. R.I.H.G.R.G.S., XXI, 2, p. 217-245, a été étudiée et discutée par de nombreux érudits riograndenses ou uruguayens : Abreu, O gado bovino, p. 2133-2152 ; M. Duarte, Estancia, p. 1607-1610 ; Laytano, Breve noticia sobre a pecuaria ; Porto, Função sociogeografica do gado, p. 213-218 ; Varela, Rio Grande do Sul, p. 443 ; Caviglia, Sobre el origen y la difusion del Bovino ; Coni, Historia de las vaquerias. L’état de la question est résumé par Spalding, Genese, p. 27-29 qui retrace également l’histoire du cheval ; ibidem, p. 85-108. On peut consulter aussi Deffontaines, Histoire du bétail dans les pays du Rio de la Plata, C.O.M., 21, p. 23-25.

96 Laytano, Estancia, p. 4145 ; Abreu, O Gado, B.G., 116, p. 474. Cidade, Rio Grande, p. 738 ; Rodrigues, O Continente, p. 40.

97 Cunha, Rio Grande do Sul, p. 20.

98 Sur les origines du xarque ; Spalding, Comercio, industria e agricultura do Estado do Rio Grande do Sul, Anais do I Cong. H.G.R.G.S., 3, p. 216-221. Il aurait été introduit par les Jésuites dès 1630. On admet généralement qu’il est originaire du Céara, d’où il a été apporté par J. P. Martins en 1780 à Pelotas. Cf. aussi : Bernardes, Notas sôbre a distribuição da produção de cames... Aspectos da geografia riograndense, p. 228-231 ; A. Costa, Industria do Xarque, 32 pages ; Pimentel, Charqueadas e frigorificos.

99 Silva, A Capitania, P.SP., 14, p. 42.

100 Spalding, Comercio..., p. 245 ; Cunha, Rio Grande do Sul, p. 38-66 ; Pimentel, Riquezas…, p. 132-133. Les oscillations des prix du bétail ont toujours été supérieures à celles des produits agricoles (cf. ci-dessous p.000-000). D’ailleurs les Açoriens avaient pratiqué dans leurs îles un élevage déjà rationnel. (BRITO, A Ilha de S. Miguel, p. 132). De leur côté les anciens militaires en tiraient un revenu bien supérieur à leur solde. (Laytano, Cidade, p. 218).

101 Varela, Rio Grande do Sul, p. 462-463 (exportation de cuirs de 1808 à 1894) et p. 467 (exportation de xarque).
Les statistiques d’exportation des cuirs nous donnent des renseignements sur l’abattage : 200.000 en 1822, 400.000 en 1838, 815.000 en 1845. De 1845 à 1875, la moyenne est restée sensiblement la même, alors que le maximum a été de 1.500.000 et le minimum de 500.000. De 1875 à 1880, les chiffres oscillent entre 900.000 et 1.100.000 et conservent ensuite la même valeur moyenne jusqu’en 1920. Or entre temps, le rapport entre le nombre d'animaux que l’on abat et le cheptel vif est resté le même, 10 à 15 % du total. Connaissant l’un il nous est facile de remonter à l’autre.
De même les statistiques d’exportation du xarque nous indiquent une grande stabilité de production : après avoir oscillé entre 18.000 et 21.000 tonnes de 1815 à 1845 elle s’est stabilisée entre 25.000 et 30.000 tonnes pendant toute la seconde moitié du xixe siècle.
Tableau de l'accroissement du cheptel riograndense

Image 1000000000000443000001348DDC4F57.jpg

102 Porto, O Trabalho..., p. 10 ; Laytano, Acorianos e Alemães, p. 30 ; Tejo, Contribuicão..., P.S.P. 1, p. 82.

103 Leurs domaines étaient de 272 hectares, et les sesmarias des éleveurs de 13.010 hectares (Laytano, Estanda, p. 17).

104 Magalhães, Almanak, p. 51-72 ; Saint-Hilaire, Voyage, p. 615-617 ; Porto, A Agricultura, p. 83 ; Laytano, Açorianos, p. 26 et 30.

105 Idem, ibidem, p. 20-25 ; Varela, Rio Grande do Sul, p. 439 ; Porto, Agricultura, p. 94 ; Pimentel, O Rio Grande do Sul, p. 271-274 ; Gorga, A Triticultura, p. 7.

106 Chaves, Memorias, p. 327 ; Porto, O Trabalho, p. 8-11.

107 Cette question a été résumée par Laytano, Açorianos, p. 24-25. Il insiste sur l’attrait de l’élevage, sur la « fièvre de l’estancia » dont furent saisis les Riograndenses (O Negro, p. 98). De même Abreu, O Gado, p. 2145. La Real Feitoria de São Leopoldo, sur laquelle fut fondée la première colonie allemande, avait elle-même été transformée en établissement d’élevage (Porto, O Trabalho, p. 16-27).

108 Saint-Hilaire, Voyage, p. 61 et passim ; Isabelle, Viagem, P.S.P., 3, p. 50 ; Fortes, Rio Grande, p. 87 ; Laytano, A. Estancia, p. 39.

109 Spalding, Comercio, Anais I Cong. H.G.R.G.S., p. 216 ; Tejo, A Industria, riograndense, Estatistica Industrial, D.E.E., 1937, p. 28 : « Na mesma época em que o senhor de engenho nordestino vestia seu « croisé » de pano ingiês para ir à missa ou para votar, em que a séla do seu bom cavalo era tambem inglêsa, em que seus sapatos eram ainda inglêses, o estancieiro riograndense se servia com a.prata da casa ».

110 Vianna, Historia da viação, p. 165 ; Bastos, A Estrada da Laguna : Laytano, Introdução ao estudo do presidio de Torres, p. 178 ; Silva, Geografia dos transportes, p. 28 ; Souza, A Carreta do Rio Grande do Sul, P.S.P., 6, p. 25-31 ; Isabelle, Viagem, p. 18.

111 Dreys, Noticia, p. 154, estime à 250 ou 280 le nombre des bateaux franchissant la passe de Rio Grande, dont 200 environ appartenaient à des commerçants de la province. On trouve une étude d’ensemble dans Laytano, Historia de Republica, p. 227. Cf. aussi Barral, Renseignements sur la côte méridionale du Brésil, 1830 ; Caland, Amélioration de la barre : Blanchi, Note sur la Barre de Rio Grande.

112 Magalhães, Almanak, R.I.H.G.R.G.S., XX, 3, p. 51-72 ; Saint-Hilaire, Voyage, p. 87 (Rio Grande), 93 (Pelotas), 48 (Porto Alegre) ; Dreys, Noticia, p. 155 ; Porto, Cachoeira, R.I.H.G.R.G.S., VI, 1-2,p. 99-140 ; Laytano, Cidade açoriana (Taquari),Historiaparticular davelha cidade (Rio Pardo) ; Almeida, O municipio de Triunfo : Antunes, Historia de Cachoeira, Historia de Rio Pardo ; Balem, Taquari ; Rambo, Fisionomia, p. 173-177.

113 Pimentel, O Rio Grande do Sul, p. 585.

114 Saint-Hilaire, Voyage, p. 75-76 et 467.

115 Laytano, Historia da Republica, p ; 169-170.

116 Idem, ibidem, p. 1-71-173 ; Chaves, Memorias, p. 114.

117 Le xarque a été le principal produit d’exportation jusqu’en 1935 (Costa, Correio do Povo, 8 octobre 1947). En 1850, sans compter les cuirs (960.000 peaux), les produits dérivés de l’élevage représentaient 98 % de l’exportation (3.823.136 milreis sur 3.876.788, dont 2.772.414 de xarque). En 1950, ils en représentent encore 50,88 % (D.E.E., Anuario da Exportação). Études d’ensemble : Barreto, Aspectos economicos, Anais I Cong. H.G.R.G.S., 3, p. 129-176 ; Spalding, Comercio, ibidem, p. 214-246.

118 Aussi a-t-elle été l’objet de nombreuses études : Spalding, Genese, p. 35 et sq. ; Rodrigdes, O Continente, p. 71 et sq. ; Coutinho, A Estancia ; Duarte, A Estancia ; Fortes, A Estancia ; Laytano, A Estancia Gaucha Souza Docca, A Estancia, etc.

119 Laytano,Estancia, p. 17 ; Isabelle, Viagem, P.S.P., 3, p. 49 : « propriétés de 10,20,30 leguas... ».

120 Laytano, Estancia, p. 3940 ; Moraes, Vocabulario, p. 172-173.

121 L’opinion paradoxale de Goulart (A Formação... ; R.I.H.G.R.G.S., X, 3-4, p. 539-544), développée ensuite dans son livre Formação, p. 22 et sq.) a été réfutée par divers auteurs riograndenses dont : Silva, Provincia, p. 79, 98 ; Barcellos, Esboço, P.S.P., 3, p. 20 ; Souza Docca, Gente, p. 675 ; Estancia, Lant. Verde, 8, 273-278 ; et Franco, Esquema, P.S.P., 15, p. 50.

122 Saint-Hilaire, Voyage, p. 467 ; Fortes, Rio Grande, p. 102 ; Rodrigues, O Continente, p. 43.

123 Saint-Hilaire, Voyage, p. 56 ; Osorio, Sociogenese, p. 54 ; Laytano, O Negro, p. 75 ; Ericksen, O Negro no R.G.S. ; Rosa, O Conteudo, P.S.P., 16, p. 62.

124 Saint-Hilaire, Voyage, p. 24, 43 ; Porto, O Africano na formaçâo riograndense (Dicionario enciclopedico do Rio Grande do Sul, p. 76-77) : en 1814 il y avait 20.611 noirs sur 70.656 Riograndenses ; en 1824 35.000 sur 106.196, en 1835 30.500 sur 150.500. Actuellement le Rio Grande est au second rang des Etats brésiliens, avec 88 % de population blanche. Castro Barreto, A População Brasileira, B. G., XI, 112, p. 39.

125 Le Rio Grande do Sul a été élevé à Capitania le 19 septembre 1807 (Souza Docca, Historia, p. 154). Cf. Porto, Publ. Arq. Nac. XXX, p. 284-285 ; Relação dos cidadãos. De 1824 à 1889 il y a eu 13 militaires sur 59 Présidents de Province titulaires, soit environ le quart.

126 Saint-Hilaire, Voyage, p. 39.

127 Pinto Bandeira fut le premier riograndense-nommé général. Cf Porto Alegre, Homens ilustres, p. 7-11 ; Reverbel, Rafael Pinto Bandeira, P.S.P., 4, p. 141-151 ; Cruz, vida de Rafael Pinto Bandeira, R.M.A.P.S.G.S, 1930, n° 23 ; Carvalho, A familia Pinto Bandeira ; Monteiro, Dominação, p. 291-306 ; Maia, Historia, p. 41-42.

128 Ideu, ibidem, p. 102-103 ; Porto Alegre, Homens Ilustres, p. 88-90 ; Lago, Brigadeiros, p. 62. Sur l’obéissance des chefs locaux aux autorités : Souza Docca, O Porque..., p. 33.

129 Goycochea, O Gaucho na vida politica, p. 200-201 ; Moritz, Resumo, p. 2325-2352 ; Silva, A Provincia, ch. IV : (A Vocação civica).

130 Vianna, Evolução, p. 90 ; p. 203-207 ; Franco, Esquema, p. 50 ; Ferreira, Caudilhos, R.M.J.C., H, 3, p. 362.

131 Handelmann, Historia, p. 521 ; Moraze, Les 3 Ages, p. 101-103 ; Carneiro Leso, Panorama, p. 45 ; Silva, Provincia, p. 99-100.

132 Tejo, Contribuição a critica, P.S.P., 1, p. 86 ; Retrato, p. 111 ; Franco, Esquema, p. 4649.

133 Relatorio do Presidente (1858). Le nombre moyen était de 5 par an. Les bateaux étaient, relativement peu nombreux : 64 en 1824, 134 en 1831, 197 en 1835.

134 « Cortina de Areia ». Silva, Provincia, p. 35.

135 « Respiradouro de emprestimo ». Idem, ibidem, p. 37.

136 Rambo, Fisionomia, p. 173-178 ; Adamy, Notas para o estudo da bacia do Jacui, Anais III Cong. H.G.R.G.S., p. 2031-2047.

137 Azevedo, Cultura Brasileira, p. 70 ; Varela, Rio Grande, p. 5 ; Simch, Os Campos, R.I.H.G.R. G.S., X, 34, p. 150-182 ; Santos, Campos do Sul, B.G., 6, p. 35-36.

138 Harnisch, O Rio Grande do Sul, p. 42 ; Azevedo, Paisagens do Rio Grande do Sul, B.P.G., octobre 1952, p. 47-64 ; Soares, Campos de criação (Aspectos de Geografia Riograndense, I.B.G.E. p. 56-59).

139 Carneiro Leão, Panorama, p. 39.

140 Silva, A Provincia, p. v ; Soares, Reconhecimento, Anais III Cong. H.G.R.G.S., p. 2058-2059 ; Callage, Vocabulario, p. 41 ; Moraes, Vocabulario, p. 78.

141 Chaves, Memorias, R.I.H.G.R.G.S., U, 2, p. 85. La population riograndense de 1822 était répartie ainsi :
Total…. 106.195
Santo Antonio-Vaccaria…. 12.650
Pôrto Alegre-Gravatai-Triunfo…. 23.400
Rio Pardo, Sto Amaro, Taquari, Encruzilbada 14.640
Cachoeira, Alegrete, Sta Maria, S. Gabriel, Caçapava et Bagé 14.356
Missions…. 6.750
Rio Grande, Mostardas, Estreito, Piratini…. 34.360
Cangussu, Pelotas, Jaguarão…. 20.040

142 Jaeger, Divisão eclesiastica, RJ.H.G.R.G.S., XXII, 3-4, p. 73 et sq. ; Spalding, A Igreja no Velho Continente, Terra Farroupilha, p. 211. Il y en eut 17 sur 28 : Erval, Camaquã, Boqueirão (S. Lourenço), Santa Maria, Encruzilhada, Itaqui, S. Gabriel, Alegrete, S. Borja, S. José de Patrocinio, Povo Novo (Rio Grande), Uruguaiana, Bagé, Lavras, Caçapava, Serrito, Livramento.

143 Faria, Historia da divisão administrative ; Departamento Estadual de Estatistica, Divisão administrative, p. 62-72. Les principaux furent : Piratini (1830), Alegrete (1831), Caçapava (1831), Jaguarão (1832), S. Borja (1832), S. Gabriel (1846), Uruguaiana (1846), Bagé (1846), Encruzilhada (1849), Canguçu (1857), Livramento (1857), Tapes (1857), Itaqui (1858), Camaquã (1864), D. Pedrito (1872), Arroio Grande (1873), Quarai (1875), Rosario (1876), Sâo Sépé (1876), S. Vicente (1876), Pinheiro Machado (1878), Erval (1881), Lavras (1882), S.F. de Assis (1884).
L’importance relative de la population de la Campanha apparaît plus nettement dans le tableau suivant qui indique le pourcentage de la population totale représenté par chaque grande région de 1780 à 1890.
Image 1000000000000306000000A2DC43EAA3.jpg

144 Saccarelho, A região serrana e seu povoamento, R.I.H.G.R.G.S., XIX, 2, p. 225-240 ; Moraes, « 35 e 93 », P.S.P., 17, p. 27 ; Anais da Assembleia Legislativa 20 janvier 1875, p. 39 ; Reforma, 27 avril 1878, C.R. de la séance du 23 avril : le député Prestes compare les habitants du Plateau à « des bâtards ou aux beaux-fils d’une marâtre ».

145 Monbeig, Le Brésil, p. 18 ; Dutra, AS arvores, R.M.A.P.R.G.S., 21, p. 59-110 ; Martius, Imperia flora, R.M.A.P.R.G.S., 20, p. 81-108 ; Rambo, Fisionomia, p. 201-209 ; I. Augusto, Botanica sistematica, R.M.A.P.R.G.S., 22, p. 7-166, 24, p. 1-90 ; I. Teodoro, Esboço geobotanico, R.I.H.G.R.G.S., XVI, 2, p. 252-276 ; Kuhlmann, A Vegetação original, B.G., XI, 113, p. 156-163.

146 Monbeig, Le Brésil, p. 19 ; Rambo, A Flora, B.G., VI, 67, p. 750-755 ; Kuhlmann, A Vegetação, p. 158-159 ; A distribuição e estructura dos florestas, B.G., VI, 61, p. 34-48 ; Heck, Sur l'Araucaria Bra siliensis ; Oliveira, AS Regiões de ocorrencia normal da Araucaria. B.G. 68, p. 948-958.

147 Monbeig, Le Brésil, p. 24-28 ; Oliveira et Leonardes, Geologia do Brasil : Rambo, Fisionomia, p. 307-309 ; Hartt, Geologia, p. 557-571 ; Martins, Geografia do Estado do Rio Grande do Sul.

148 Prunes, O Espaço Brasileiro, p. 74.

149 Machado, Contribuição ao estudo do clima, p. 20.

150 Idem, ibidem, p. 17. Varella, Rio Grande do Sul., p. 24.

151 1. Coordonnées et altitude des stations météorologiques.

Image 10000000000002B20000011160A0FA82.jpg

2. Températures (Machado, contribuição).
Pour chaque station les chiffres de la première ligne indiquent la température moyenne annuelle, puis la moyenne des maxima et des minima du mois le plus chaud et du mois le plus froid. Les chiffres de la seconde ligne indiquent les moyennes mensuelles.
Image 100000000000030F000001995B58E7D6.jpg

152 Précipitations (Machado, Contribuição).

Image 100000000000030100000132B7932115.jpg

153 Pinto, Hidrografia do Estado do Rio Grande do Sul, R.I.H.G.R.G.S., XII, S, p. 53-74 ; Rambo, Fisionomia, p. 163-178.

154 Monbeig, Geografia Humana, B.G., VI, 50, p. 1459-1466.
D’autre part les différences de température dues à l’altitude ne sont pas suffisantes pour modifier le caractère subtropical du climat riograndense : température annuelle moyenne supérieure à 18° ; température moyenne mensuelle supérieure à 20° pendant 4 mois au moins, jamais inférieure à 8°, avec un seul maximum thermique dans l’année et une amplitude annuelle égale ou supérieure à 10°.

155 Cunha, O Rio Grande do Sul, p. 6-7 ; Kemp, Contribuição ao estudo do clima antropologico, p. 166-185 et 231-300 ; Carneiro Leão, Panorama, p. 117 ; Bem, Esboço de geografia médica do Rio Grande do Sul. Thèse 1905.

156 Rambo, Fisionomia, p. 190 et 317.

157 Idem, ibidem, p. 319-322 ; Idem, A Flora, B.G., VI, 67, p, 750-755 ; Hueck, Distribuição, C. R. da IV Reunião da S.B.P.C. Pôrto Alegre 1952 ; Kuhlmann, Vegetação campestre no Planalto Meridional do Brasil, I.B.G.E., Aspectos, p. 39-55 ; A Vegetação original, B.G. XI, 113, p. 162 ; Pauwels, Algumas notas sobre a distribuição do campo e do mato no Sul do Pais, R.B.G., III, 3, p. 647-650. Dansgreau, A Distribuição e a estrutura das florestas, B.G., 61, p. 34-44 ; Rawitscher, Profundidade do solo, An. Ac. Bras. Cienc. 15, 4, p. 267-294.

158 1. Coordonnées et altitude des stations météorologiques.
Image 1000000000000305000000B0386CEDFC.jpg

2. Températures (Machado, Contribuição).
Pour chaque station les chiffres de la première ligne indiquent la température moyenne annuelle, puis la moyenne des maxima et des minima du mois le plus chaud et du mois le plus froid. Les chiffres de la seconde ligne indiquent les moyennes mensuelles.
Image 1000000000000316000000DBB956C37C.jpg

159 Précipitations (Machado, Contribuição).

Image 1000000000000305000000D3C7C9A053.jpg

160 Rambo, Fisionomia, p. 321 ; Lindman, A Vegetação no Rio Grande do Sul.

161 Weiss, Colono, p. 34 et 60 ; Truda, A Colonisação Alemã, p. 72-73.

162 Petry, O Municipio de São Leopoldo, 1923, p. 21-23.

163 Willems, A Aculturação, p. 236-237 ; Waibel, Principios, p. 181.

164 Porzelt, Deutsche Bauer, p. 26.

165 Schultz, Der Deutsche als Kolonist. Uhles Kal. 1927, p. 166.

166 Annaes da Assembleia Legislativa, 1850-1881 ; Relatorio da Secretaria de Obras Publicas, 1914-1928 ; R.I.C., 1945, I, p. 181.
Justifiée ou non, la réputation de fertilité des terres de mato a attiré la colonisation vers les régions forestières. Au cours d’une première période c’est la forêt subtropicale couvrant le rebord de la Serra qui a été défrichée par les Allemands et leurs descendants. Le bois ainsi coupé n’avait aucune valeur dès qu’on s’éloignait à plus de quelques kilomètres des fleuves. Les scieries, généralement hydrauliques, n’ont servi qu’à alimenter les marchés locaux dont les besoins se limitaient à des usages domestiques (construction des bâtiments, clôtures, cuisine). A peine y a-t-il eu deux petits artisanats du bois dans les colonies allemandes : la construction de barques et la fabrication de semelles pour les galoches, sans compter la préparation de charbon de bois, objet d’un commerce local avec Pôrto Alegre. Pendant cette première phase le développement de l’agriculture a suivi pas à pas les progrès du défrichement forestier sans que celui-ci ait eu d’autre but que de faire de la terre. C’est seulement à partir de la fin du xixe siècle grâce à la construction des chemins de fer et surtout à partir du xxe siècle grâce à la création de bonnes routes que la forêt riograndense a été exploitée pour elle-même.
Cependant le rapport entre le déboisement et l’agriculture n’a pas cessé d’exister. Dans les vieilles colonies allemandes, les plus anciennement mises en valeur, les progrès des communications n’ont pas pu stimuler l’exploitation forestière car les réserves avaient été épuisées. Au moment où elles occupaient les premiers rangs dans la production agricole elles s’effaçaient pour la production du bois devant les colonies italiennes plus récemment ouvertes. L’exploitation de la forêt s’y déplaça peu à peu vers la périphérie et l’agriculture s’y développa dans la même proportion. Les vieilles colonies italiennes apparurent parmi les principaux producteurs agricoles vers 1910, au moment même où elles possédaient la plus forte densité de scieries. Mais l’industrie du bois est essentiellement nomade.
Elle avait attaqué le manteau forestier du Plateau à partir de 1890 avec l’ouverture de nouvelles colonies soit allemandes soit mixtes et c’est cette zone qui fournit dès 1915-1920 la principale production de bois. Elle a conservé sa prépondérance dans ce domaine mais la seconde guerre mondiale a activé l’exploitation du bois et déjà retentissent des cris d’alarme, puisque les réserves forestières du Plateau sont menacées de prochaine disparition.
L’agriculteur avait suivi le bûcheron et les municipes du Plateau, qui sont encore aujourd’hui les principaux producteurs de bois, figurent parmi les principaux producteurs agricoles. Si nous comparons la liste des municipes principaux producteurs de bois et de maïs, choisi comme produit agricole-type, nous constatons cependant un léger décalage, car l’extension des cultures est un peu plus lente que le développement des scieries. Mais cela ne fait que confirmer l’existence de ce rapport entre le déboisement et l’agriculture. Et quelques statistiques nous permettent d’en retracer l’évolution.
En 1916 les vieilles colonies allemandes ne fournissent plus que 16,9 % du bois produit dans le Rio Grande do Sul mais les vieilles colonies italiennes, qui ont cinquante ans de moins, en produisent 28 % et les municipes du Plateau 49 %. Parmi les 8 producteurs principaux il n’y a qu’un municipe teuto-brésilien, 3 italo-brésiliens et 4 municipes du Plateau possédant des noyaux de colonisation allemande ; mais il y a déjà des Italo-Brésiliens parmi les exploitants : à Cruz Alto il y a 14 scieries allemandes et 1 italienne ; à Ijui, 16 allemandes et 3 italiennes ; à Passo Fundo, 81 allemandes et 26 italiennes. Or parmi les 8 municipes principaux producteurs de bois nous retrouvons 5 des principaux producteurs de maïs. Les anciennes colonies allemandes produisent encore 41 % du maïs, les anciennes colonies italiennes 19 % et les nouvelles colonies 20 %.
Dans l’entre-deux guerres la production du bois a gagné la périphérie des anciennes colonies allemandes et italiennes (où Taquara et Prata deviennent principaux producteurs) et même celle des nouvelles colonies puisque sur le Plateau Vaccaria et Lagoa Vermelba succèdent à São Francisco de Paula, comme Santo Angelo et Santa Rosa figurent parmi les principaux producteurs à partir de 1930, à côté de Passo-Fundo et Carasinho qui restent tout de même les grands centres du bois.
Le tonnage exporté s’est accru régulièrement, de 39.499 tonnes en 1931 à 76.814 en 1940. Le Rio Grande do Sul avait alors le premier rang parmi les Etats brésiliens, grâce à l’exploitation des énormes réserves d’araucarias du Plateau.
La seconde guerre mondiale a développé les besoins en bois et le Rio Grande do Sul exporte non seulement vers les autres unités de la Fédération mais surtout vers le Rio de la Plata, vers l’Uruguay et l’Argentine qui sont encore ses principaux clients. La production de 1946 a été de 1.079.521 mètres cubes et celle de 1951 de 3.130.000. L’exportation s’est élevée à 274.287 tonnes en 1950 et à 281.840 en 1952. En 1948 les 7 premiers producteurs de bois sont des municipes du Plateau. Les anciennes colonies allemandes ne fournissent plus que 5,7 % de la production totale, les anciennes colonies italiennes 9,2 %, tandis que les colonies du Plateau en fournissent 77 %.
Si nous comparons la production agricole des 8 municipes principaux producteurs de bois, nous en retrouvons 5 parmi les principaux producteurs de maïs : la principale zone de production agricole est bien celle où la forêt a été défrichée le plus récemment.

167 (Berndsen, Precos, p. 8.). Monnaie et Prix :
Depuis les origines de la colonisation la monnaie brésilienne a subi de grandes variations et de telles différences se sont introduites entre sa valeur nominale et sa valeur réelle qu’il est tantôt présomptueux tantôt vain de prétendre indiquer le cours des prix ou la valeur des patrimoines en les mesurant en milreis puis en cruzeiros. Aussi avons-nous précisé, lorsque cela nous était possible, la dépréciation de la monnaie et l’estimation de son pouvoir acquisitif.
Les oscillations du milreis par rapport aux devises étrangères permettent sans doute d’apprécier l’importance des crises du change brésilien, mais elles n’ont guère eu de répercussions sur le commerce ou sur la prospérité des colonies dont les produits vivriers se vendaient à l'intérieur du pays.
Nous indiquons ci-dessous, dans les chapitres où cela est utile, les pourcentages de l’avilissement de la monnaie ou ceux de l’inflation pour mesurer les valeurs relatives des pertes ou des gains des agriculteurs comme des investissements et des chiffres d’affaires des commerçants ou des industriels.
Nous avons essayé surtout d’indiquer l’évolution de la valeur réelle de la monnaie par des références aux biens immobiliers, aux biens de consommation, aux mercuriales de la place de Porto Alegre.
Enfin nous avons souvent estimé qu’il était plus sage et plus expressif d’établir, au moyen de pourcentages par exemple, les rapports qui ont existé à chaque époque entre différents produits, ou différents secteurs. Les indications ainsi obtenues sur des ordres de grandeur et sur leurs variations sont valables même si l’unité conventionnelle de mesure a changé d’une période à l’autre. (Cf. p. 307, 310, 313-319, 419-424, 434437, etc.).

168 Valeur moyenne des transmissions inter vivos par vente (Repartição de Estatistica, 1916 ; Departamento Estadual de Estatistica, Estatistica Judiciaria e Imobiliaria, 1950).

Image 10000000000002FE000000C17585F58A.jpg

169 Departamento Estadual de Estatistica, Divisâo Administrativa, p. 11 : Points extrêmes : Nord 27°05'22" S ; Sud 33° 46'06" S ; Est 49“42'41" W. Gr. ; Ouest 57° 39'07" W. Gr.

170 Le Lannou, Le Brésil, p. 7 ; Waibel, O que aprendi, R.B.G. XII, 3, p. 419.

171 Description de cette charrette : Willems, A Aculturação, p. 238-239. L’introduction de la charrette « coloniale » est indiquée par le Président de la Province dans sa dépêche n° 19 du 10 avril 1830 au ministre de l’Empire (Roche, L’Administration, thèse complémentaire).

172 Relatorio da Secretaria de Obras Publicas, 1911, p. 167.

173 Verband, Hundert Jahre, p. 236.

174 Relatorio do Presidente da Provincia, 1858. Pimentel, Aspectos Gerais de Pôrto Alegre, p. 226. Centro 25 de Julho, Historia, p. 32-33.

175 Verband, Hundert Jahre, p. 271. Cf. ci-dessous, p. 386.

176 Deutsche Zeitung, 16 juillet 1881 ; sur Haensel voir ci-dessous p. 534.

177 Verband, Hundert Jahre, p. 273-275 ; Centro 25 de Julho, Historia, p. 32.

178 Governo do Estado, Mensagem à Assembleia Legislativa, 1954, p. 167.

179 Centra 25 de Julho, Historia, p. 33 ; J. Porto, Contribuição, p. 160,

180 Pellanda, A Colonização, p. 103-109, 111-115.

181 Pimentel, O Rio Grande do Sul, p. 525-526.

182 Idem, ibidem, p. 514-524 ; J. Porto, Contribuição, p. 39, 94,167-194. Cunha, O Rio Grande do Sul, p. 311-395 ; Amabal, Apontamentos para a historia dos estradas de ferro riograndenses. Faria, Viação ferrea.

183 Menezes, Municipio de Santa Cruz, p. 300.

184 Pimentel, O Rio Grande do Sul, p. 521, 524, 528 ; J. Porto, Contribuição, p. 175.

185 Relatorio da Secretaria das Obras Publicas, 1896, p. 82-83 ; 1900, p. 70 ; 1906, p. 66.

186 Relatorios da Secretaria das Obres Publicas. Années correspondantes.

187 Ibidem.

188 Departamento Estadual de Estatistica, Sinopse, 1951.

189 Relatorio do Presidente da Provincia, 1846. (Roche, L’Administration.)

190 J. Porto, Contribuição, p. 94, 131, 173, 175, 195-200. Annaes da Assembleia, 1882, p. 11 et p. 57 ; 1887, p. 275 et 287. Costa, O Rio Grande, p. 41 et sq.

191 Pereira, Contribuição ao estudo do piano rodoviario, Revista do D.A.E.R. 1943, n° 18, p. 5-32 ; Souza, O Departamento Autonomo de Estradas de Rodagem. Boletim do D.A.E.R., XI, 38-39, 1948, p. 270-283.

192 J. Porto, Contribuição, p. 197.

193 Pellanda, O Colono Alemão, P.S.P., 2, p. 122-124 ; Pimentel, O Rio Grande do Sul, p. 543-544 ; Daudt, Brasileiros, p. 62.

Table des illustrations

Légende LE RIO GRANDE DO SUL ET LES PRINCIPALES COLONIESAnciennes colonies allemandes : 1. São Leopoldo ; 2. Novo Hamburgo ; 3. Cai ; 4. Montenegro ; 5. Taquara ; 6. Rolas 7. Tres Forquilhas ; 8. Torres ; 9. Gramado ; 10. Nova Petropolis ; 11. Estrela ; 12. Roca Salles ; 13. Arroio do Meio ; 14. Lajea 15. Venancio Aires ; 16. Santa Cruz ; 17. Candelaria ; 18. Sobradinho ; 19. São Lourenço ; 20. São Feliciano ; 21. Barâo do Triuc Nouvelles colonies : 22. Jaguari ; 23. Selbach ; 24. Nâo Me Toque ; 25. Carasinho ; 26. Ijui ; 27. Neu Wurttemberg (Panam) 28. Cerro Azul ; 29. Santa Rosa ; 80. Tres Passos ; 31. Sarandi ; 32. Erechim ; 33. Getulio Vargas ; 34. Marcelino Ram 35. Sananduva.Anciennes colonies italiennes : 36. Caxias ; 37. Garibaldi ; 38. Bento Gonçalves ; 39. Guaporé ; 40. Nova Prata.
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/5919/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 500k
Légende Fig. 1. — La position du Rio Grande do SulSi les chutes arrêtaient assez vite la remontée des Espagnols par les grands fleuves, le Rio Grande do. Sul était accessible par deux itinéraires par -tant de l’Uruguay : la plaine littorale, la Coxilha Grande. Le Rio Grande do Sul constitua le bastion méridional du domaine luso-brésilien.
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/5919/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Légende Fig. 2. — Les oscillations de la frontière méridionale du BrésilLa frontière de 1851 est à très peu de choses près celle qui avait été établie en 1828 lors de la proclamation de l’Indépendance de l’Uruguay, au lendemain du début de la colonisation allemande dans le Rio Grande do Sul.
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/5919/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 268k
Légende Fig. 3. — Les lieux historiques de la formation du Rio Grande do Sul.Ils sont presque tous situés sur le Littoral, dans la Dépression Centrale (Jacui) et dans la Campanha le long de la Coxilha Grande.
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/5919/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 208k
Légende Fig. 4. — Relief et végétation primitive du Rio Grande do Sul
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/5919/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 392k
Légende Fig. 5 a. — Les isothermes de juillet
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/5919/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Légende Fig. 5 b. — Les isothermes de janvierPrincipales stations (du Nord au Sud) : MR : Marcelino Ramos, SR : Santa Rosa, P : Palmeira, PF : Passo Fundo, SLG : São Luiz Gonzaga, CA : Cruz Alta, S : Soledade, G : Guaporé, BG : Bento Gonçalves, C : Caxias, SFP : São Francisco de Paula, T : Torres, Ta : Taquara, PA : Pôrto Alegre, Ti : Taquari, SC : Santa Cruz, C : Cachoeira, SM : Santa Maria, S : Santiago, I : Itaqui, U : Uruguaiana, L : Livramento, SG : São Gabriel, E : Encruzilhada, RG : Rio Grande, J : Jaguarão, SVP : Santa Vitoria do Palmar.
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/5919/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Légende Fig. 6. — Les précipitations
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/5919/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Légende Fig. 7 a. — La répartition des scieries en 1916Fig. 7 b. — La répartition des scieries en 1950Les industries du bois ont escaladé le Plateau.
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/5919/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Légende Fig. 8. — Les voies navigables du Rio Grande do SulAlors que le Rio Uruguay n’a joué qu’un rôle sporadique, la Lagoa dos Patos de Rio Grande à Pôrto Alegre et le réseau fluvial de Pôrto Alegre à Cachoeira (Jacui), à Mussum (Taquari), à Cai (Cai) et à Taquara (Rio dos Sinos) ont été les grandes voies de pénétration et d’échanges jusqu’au xxe siècle.
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/5919/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 276k
Légende Fig. 9. — Les voies ferrées du Rio Grande do SulLe réseau ferré, de conception surtout stratégique, n’a guère desservi que les Nouvelles Colonies du Flateau.
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/5919/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 296k
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/5919/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/5919/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Légende Fig. 10. — Les routes du Rio Grande do SulAlors que les chemins du xixe suivaient généralement les lignes de partage des eaux, les routes modernes suivent ou traversent les vallées, desservant surtout les zones de grande production forestière ou agricole, c’est-à-dire les colonies.
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/5919/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 376k

© Éditions de l’IHEAL, 1959

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter