Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La colonisation allemande et le Rio grande do Sul

 | 
Jean Roche

Introduction

Texte intégral

  • 1 G. Freyre, O Mundo que o Português Criou, Rio de Janeiro, Olympio, 1941.

1Le Brésil avait déjà trois siècles d’existence et ses habitants ne sentaient nullement la nécessité de recourir à l’immigration lorsqu’il fut ouvert aux éléments non Portugais. Les nouveaux venus durent s’intégrer dans un cadre beaucoup plus étroit et plus rigide qu’on ne le penserait. La singularité du Brésil n’est-elle pas qu’il soit resté le monde que le Portugais a créé1?

  • 2 L. Tejo, Retrato, p. 137. Il reprend une image d’Euclides da Cunha à propos des bourgades du sertã (...)
  • 3 Idem, ibidem, p. 136.

2A la base de sa structure économique et sociale nous retrouvons des fondements qui plongent dans son passé colonial. Les obstacles qui s’opposaient à la pénétration et aux communications étaient moins difficiles à vaincre que l’apathie économique et l’inertie sociale dont on a pu dire qu’elles avaient été les tares congénitales du Brésil, pays né déjà vieux2. Jusqu’à la première guerre mondiale le Brésil a vécu dans un système précapitaliste, celui de la grande propriété foncière. Les formes d’exploitation étaient toujours la cueillette, l’agriculture de plantation ou l’élevage extensif, dont les revenus suffisaient largement à la classe possédante qui conservait la prépondérance sociale et politique. « Les grands propriétaires avaient une mentalité de rentiers avec une fortune de nababs »3.

3La civilisation brésilienne du début du xixe siècle n’offrait guère de place aux immigrants européens, qui allaient se heurter à la concurrence de la main-d’œuvre servile, à l’inexistence de marchés intérieurs et d’équipement industriel, à l’absence de moyens de communications, à la pénurie de terres libres. L’immigration n’a donc pu exister que sur l’initiative et sous la direction du gouvernement brésilien.

  • 4 Waibel, Principios da colonisação, p. 168-179.

4Malgré leur faiblesse numérique par rapport à l’ensemble de la population brésilienne, les immigrants ont joué un grand rôle dans les régions où ils se sont concentrés, principalement dans le Sud entre les états de São Paulo et du Rio Grande do Sul4.

  • 5 La date exacte de l’arrivée des premiers immigrants a été établie par Truda ; Colonisação allemã, (...)

5Le 25 juillet 1824 s’installaient à São Leopoldo, sur les terres qui leur étaient concédées, 38 immigrants allemands que le Président de la Province avait reçus à Porto Alegre au nom du gouvernement impérial5. Ainsi naquit la colonisation allemande dans le Rio Grande do Sul.

6Le dépaysement le plus complet après un voyage de quarante à cinquante semaines au temps de la marine à voile, la lutte pour la vie contre les Indiens, et contre la forêt vierge, l’existence bucolique de Robinsons de terre ferme sous les palmes des Tropiques, la conquête de vastes espaces où des pionniers font surgir les récoltes, les villages, les fabriques et les villes, l’aventure auréolée par le miroitement d’un nouvel Eldorado, le raccourci épique de l’histoire de l’humanité, c’est tout cela que représente la colonisation allemande dans le Sud du Brésil au début du xixe siècle.

7On ne doit cependant pas céder au mirage du pays neuf dont les images, déformées par les interférences venues d’Amérique du Nord, risquent de masquer la réalité profondément originale du Rio Grande do Sul. Cela fausserait la perspective dans laquelle se place notre étude qui, retraçant le double affrontement d’un nouveau peuplement avec la nature et avec une société déjà organisée, s’attache à définir la contribution germanique à la formation du Rio Grande do Sul moderne.

***

8Ce qui a été le plus important, en effet, ce ne fut pas l’arrivée de quelques dizaines de milliers d’hommes, mais leur installation sur des terres vierges qu’ils mettaient en valeur et la conquête par leurs descendants d'étendues toujours plus vastes. Alors qu’apparemment du moins, l’immigration est simple et instantanée, nous avons affaire ici à un phénomène continu et fort complexe. A propos de leurs établissements du Rio Grande les Allemands, comme les Brésiliens, n’ont jamais cessé d’employer le terme de colonisation. Mais ce mot est ambigu et nous devons essayer immédiatement de préciser sa signification.

91. Le gouvernement impérial brésilien a toujours estimé que l’immigration était nécessaire à la mise en valeur du pays. Au lendemain même de la proclamation de l’Indépendance, lorsqu’il expose au Parlement la nécessité de peupler des terres nouvelles et qu’il fonde la colonie de São Leopoldo, l’empereur D. Pedro ier annonce qu’il fera appel à des agriculteurs libres, blancs mais non Portugais, puisque l’institution de l’esclavage a dégradé le travail manuel aux yeux des Luso-Brésiliens. C’est grâce à ces colons que des régions jusque-là désertes furent exploitées.

10Pendant tout le xixe siècle, coloniser c’est d’une part introduire avec de nouveaux habitants une main-d’œuvre introuvable sur place et d’autre part l’employer dans les établissements agricoles où on l’installe. Dans tous les actes administratifs, à la tribune des assemblées parlementaires comme dans la presse, le mot de colonisation est ainsi entendu et employé exclusivement.

11Au xxe siècle encore, voulant donner une nouvelle définition juridique de l’immigrant, le législateur brésilien adoptait comme critère l’intention manifestée par l’étranger de s’installer sur un point du territoire et d’y exercer une profession, de préférence agricole.

12Ainsi, tout naturellement, les organismes chargés de contrôler l’immigration en firent-ils le point de départ d’une colonisation dont ils devenaient ipso facto les tuteurs. Installés sur les terres concédées, les immigrants furent d’abord des agriculteurs et des artisans ruraux comme on le leur demandait, des colons, c’est-à-dire des hommes liés à la terre qu’ils exploitaient.

13L’emploi du mot colonisation par les Brésiliens ne provient donc pas d’une confusion, mais d’une subordination de l’immigration à la colonisation qui en est la fin. En parlant de colonisation allemande, on entend la mise en valeur d’une région, sous la direction du gouvernement brésilien, par une main-d’œuvre originaire de l’Allemagne.

142. Pouvons-nous encore employer le terme de colonisation allemande en nous plaçant au point de vue de ces immigrants eux-mêmes et de leur mère patrie ?

15Il est certain que l’Allemagne n’a pas joué le rôle d’une métropole pour des territoires dont elle n’a jamais possédé ni revendiqué officiellement la souveraineté ; mais on retrouve constamment dans les textes allemands qui s’y rapportent les mots de colon et de colonie. En admettant que le terme de Kolonist désigne spécialement l’homme qui défriche et cultive la terre et soit comme un néologisme local, celui de Kolonie possède en allemand d’autres acceptions que celle de lot ou d’établissement rural.

16Groupés dans des noyaux de peuplement homogène, exerçant d’autres professions que les Luso-Brésiliens, possesseurs de techniques différentes, ayant le sentiment d’une supériorité sur les autochtones, les immigrants allemands et leurs descendants ont bien constitué des colonies, c’est-à-dire des groupes d’étrangers dans le pays où ils résidaient, isolés par leur langue, par leur fidélité aux traditions de la mère patrie et parfois par leur religion.

17D’autre part, au bout de quelques générations, leur forte natalité leur a permis d’occuper une superficie croissante et de constituer un important marché pour le commerce allemand. Fournisseurs de denrées agricoles ou de matières premières, ils devenaient acheteurs d’objets manufacturés, soit pour les utiliser eux-mêmes, soit pour les distribuer dans l’Etat grâce à l’organisation commerciale qu’ils y avaient constituée. Ce rôle d’intermédiaires multiplia leurs contacts avec l’Allemagne et si les commerçants puis les industriels d’origine allemande acquirent de la fortune, ils n’en devinrent pas pour autant de purs Brésiliens : ils formaient sinon une classe du moins un groupe, isolés qu’ils étaient par leur conception de la société et de la vie. Ils constituaient bien une colonie.

  • 6 Loi Delbrück du 22 juillet 1913.

18A la fin du xixe siècle, les mouvements pangermanistes cherchèrent à utiliser les positions acquises au Brésil par les Allemands et par leurs descendants en faveur d’une expansion économique, culturelle et spirituelle de l’Allemagne. C’est alors qu’apparut le principe de la double nationalité6.

19En se baptisant volontiers eux-mêmes Teuto-Brésiliens les descendants/d’immigrants affirmèrent l’influence allemande dans le Sud du Brésil et semblèrent favoriser les plans de l’état-major de la Weltpolitik, qui aurait voulu manœuvrer la population des colonies comme une infanterie déjà débarquée. Les troupes ont d’ailleurs mal répondu aux mots d’ordre et aux espérances du iie et du iiie Reich dont la propagande était d’autant plus intense qu’elle se sentait en même temps nécessaire et peu efficace.

20Etiquette impérialiste en moins il s’agit bien d’une tentative de colonisation, sous une forme moderne et discrète, mais faisant état de liens entre l’Allemagne et un territoire lointain. Cela a d’ailleurs posé un certain nombre de problèmes culturels et civiques lorsque se sont heurtées les conceptions que Brésiliens et Allemands s’en faisaient.

21Le terme de colonisation allemande, que nous conserverons donc, nous permettra de rendre compte des divers aspects d’un phénomène complexe à la fois dans le temps et dans l’espace.

***

22La plupart des études déjà publiées sur ce sujet ont été orientées dans deux directions différentes, voire opposées :

  • 7 Parmi les principaux ouvrages favorables à la colonisation nous pouvons citer : Petry, Historia da (...)

23Du point de vue brésilien, on a examiné s’il était souhaitable de continuer à recourir à la colonisation allemande pour mettre en valeur de nouvelles zones du territoire ou bien si les modalités du recrutement et de l’installation des colons étaient bonnes ou non. La politique suivie par le gouvernement brésilien a été tantôt approuvée, lorsque le colon allemand était laborieux et discipliné, tantôt critiquée, lorsque le colon était réfractaire à l’assimilation7.

  • 8 II faudrait citer presque toutes les études allemandes. Il suffira de rappeler celles qui avaient (...)

24Du point de vue allemand, on a exalté le travail du pionnier et les efforts du colon pour conserver sa Kultur et ses qualités germaniques8.

25Mais n’est-ce pas s’en tenir à un point de vue trop étroit ? Des expériences de l’administration brésilienne ne peut-on pas tirer d’autres enseignements qu’une approbation ou qu’une condamnation de la politique de colonisation ? N’est-il pas spécieux de souligner seulement les éléments qui rattachent encore ces colons riograndenses à la communauté allemande, à savoir le sang et la langue ? Même s’ils ont conservé des liens avec leur patrie d’origine, les descendants d’Allemands subissent l’influence du milieu dans lequel ils vivent, car ils font partie intégrante du Rio Grande do Sul.

26Il nous semble possible de faire sa part à l’objectivité et de donner un intérêt nouveau à cette étude en l’intitulant : « La colonisation allemande et le Rio Grande do Sul. »

27Notre tentative, celle d’un chercheur isolé, ne peut s’appuyer que sur des échantillons soigneusement choisis et analysés scrupuleusement. Bien que nous ayons utilisé les travaux déjà publiés et que nous ayons puisé aussi souvent que possible aux sources inédites trouvées sur place, nous ne prétendons pas présenter une étude exhaustive de la question ; nous nous contentons de donner le résultat de quelques recherches personnelles et de faire le point à la suite d’événements très importants, comme la chute de l’Etat Nouveau et la fin de la seconde guerre mondiale.

28Le centre de notre essai sera l’homme dont nous voudrions reconstituer la vie sous ses différents aspects. Pourquoi et comment les immigrants sont-ils devenus agriculteurs et la plupart de leurs descendants le sont-ils restés ? Comment certains d’entre eux sont-ils devenus commerçants, artisans, industriels ? Comment ont-ils créé de nouveaux biens, amélioré leur condition, satisfait leurs aspirations spirituelles ? Quel a été leur horizon de vie aux diverses époques ? Quel a été leur comportement ? Quelle a été leur mentalité ?

29Mais il ne suffit pas de tenter de répondre à ces questions. Il faut essayer de saisir les relations internes et externes des Teuto-Brésiliens. Chacun de leurs efforts, chacune de leurs réalisations, chacune de leurs coutumes a eu sa répercussion dans l’Etat tout entier, en en modifiant les cellules, les traditions et l’équilibre. Les colons ont fait du Rio Grande un être autre qu’il n’était avant leur arrivée et c’est cette métamorphose que nous étudierons.

30Aujourd’hui encore on peut suivre sur son sol les étapes de sa conquête par l’homme. Aussi, pour savoir comment a vécu le pionnier du siècle dernier, suffit-il souvent d’aller sur le front du défrichement actuel et d’observer comment les colons travaillent et vivent : leurs activités et leurs conditions d’existence sont, toutes choses inégales par ailleurs, celles que les premiers immigrants ont connues à quelques centaines de kilomètres en arrière.

31Ce cheminement récurrent ne nous semble pourtant convenir qu’à la phase de l’analyse et non à celle de la synthèse, pour laquelle nous ne saurions abandonner l’ordre chronologique. Le cours du temps a entraîné le déplacement de la zone pionnière, il a modifié la vie des hommes installés dans les plus anciennes colonies : l’agriculture et l’artisanat y ont évolué, le commerce s’est développé, l’horizon de vie des descendants d’immigrants s’est élargi. Comment replacerions-nous l’homme dans le cadre de son existence si nous ne le rattachions pas aux maillons des générations précédentes ?

32Nous ne pourrons cependant pas nous en tenir à un exposé purement linéaire. A diverses reprises il nous faudra interrompre le récit de l’enchaînement des faits dans le temps pour établir une sorte de coupe horizontale qui montre les connexions entre l’homme et les divers groupes auxquels il appartenait simultanément. Parfois même il nous faudra revenir en arrière pour reconstituer les rapports de l’homme et des divers groupes auxquels il a appartenu successivement. Pour suivre cette évolution en englobant des cercles de plus en plus larges, du producteur au client, de l’individu à la famille et aux communautés, de l’immigrant au nouveau citoyen, notre étude se déroulera le plus souvent en spirale.

***

  • 9 A propos du problème de l’évaluation des prix, voir p. 57, note 167.

33Après avoir évoqué ce qu’était le Rio Grande do Sul à la veille de l’arrivée des premiers immigrants allemands et indiqué le statut auquel ils furent soumis, nous étudierons d’abord la contribution qu’ils ont apportée à l’économie du Rio Grande dans le cadre de leurs professions, de leurs régions et du système des échanges de produits et de services9, puis la structure sociale suivant laquelle ils s’organisaient au milieu des autres habitants de l’Etat qui n’avaient ni les mêmes préoccupations ni le même niveau culturel, enfin leur comportement et leur mentalité qui s’expliquent par l’intervention de facteurs spirituels et affectifs dont l’importance ne le cède en rien à celle des conditions économiques : dans l’évolution du Rio Grande do Sul les colons teuto-brésiliens ne représentent pas tant une masse qu’une qualité d’hommes différente de celle des premiers occupants, un ferment grâce auquel s’est élaborée une civilisation originale.

Notes

1 G. Freyre, O Mundo que o Português Criou, Rio de Janeiro, Olympio, 1941.

2 L. Tejo, Retrato, p. 137. Il reprend une image d’Euclides da Cunha à propos des bourgades du sertão.

3 Idem, ibidem, p. 136.

4 Waibel, Principios da colonisação, p. 168-179.

5 La date exacte de l’arrivée des premiers immigrants a été établie par Truda ; Colonisação allemã, p. 31 ; Petry, Historia da Colonisação, en indiquait 43. Leur liste a été publiée par Porto, O Trabalho, p. 49 et sq.

6 Loi Delbrück du 22 juillet 1913.

7 Parmi les principaux ouvrages favorables à la colonisation nous pouvons citer : Petry, Historia da Colonisação et O 125° Aniversario ; Porto, O Trabalho allemão ; Truda, A Colonisação allema ;Pellanda, A Colonisaçâo germanica ; Menezes, A Raça allemã ; Senna, O que deve o Brasil a Allemanha. Les ouvrages critiques sont plus rares et correspondent aux périodes de crises : Mourão, O Punhal nazista ; Py, A Quinta Coluna ; C. de Souza, Denuncia. Quelques-unes de ces publications jugent le rôle de la colonisation sur un ton plus serein : Varela, O Rio Grande do Sul ; J.-F. Carneiro, AS Colonias Alemães.

8 II faudrait citer presque toutes les études allemandes. Il suffira de rappeler celles qui avaient été publiées à la veille de la seconde guerre mondiale : Verband Deutscher Vereine, Hundert Jahre Deutsch-tum ; Oberacker, Deutschtum Lage ; Grothe, Im Kamp und Urwald ; Centro 25 de Julho, Kurtz GesGeschichte ; Porzelt, Der deutsche Bauer ; Becker, Deutsche Siedler ; Frager, Deutschen ; Kahle, Deutsche Heimat, etc.

9 A propos du problème de l’évaluation des prix, voir p. 57, note 167.

© Éditions de l’IHEAL, 1959

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter