Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La colonisation allemande et le Rio grande do Sul

 | 
Jean Roche

Résumé analytique

Texte intégral

1Introduction (p. 1).

2Que faut-il entendre par colonisation allemande ? Quelle a été sa contribution à la formation du Rio Grande do Sul, c’est-à-dire à l’élaboration d’une civilisation originale ? Quelle est la méthode suivie pour cette étude ?

3Chapitre Ier. — LE RIO GRANDE DO SUL AVANT LA COLONISATION ALLEMANDE (p. 9).

41. Le Rio Grande do Sul Réel, « Terra Gaucha » (p. 9).

5A. L’héritage du passé.

6a. C’est la frontière méridionale, récemment conquise, et une âme forgée dans les combats (p. 9) ;

7b. Ce sont les hommes ; après l’élimination des Indiens et des Espagnols le peuplement homogène a été réalisé uniquement par des éléments d’origine lusitanienne. Ce milieu n’est donc pas favorable à l’intégration d’immigrants (p. 20).

8B. Le pays des Gauchos.

9a. Sa civilisation est celle du cuir, car l’activité fondamentale est l’élevage (p. 28) ;

10b. Sa cellule sociale est l'estancia et les grands propriétaires restent ses chefs naturels (p. 35).

11c. Mais en 1824 le pays des Gauchos n’est que la moitié du Rio Grande, la Pampa (p. 38).

122. Le Rio Grande do Sul Virtuel, Le Plateau (p. 41).

13A. Le domaine offert à la colonisation était la forêt vierge.

14Elle recouvrait :

15a. Le rebord du Plateau, le premier occupé (p. 43) ;

16b. Certaines zones du revers du Plateau, conquises plus tardivement (p. 49).

17B. Les hypothèques à lever par les colons étaient :

18a. L’arbre, car les colons ont dû défricher toutes les terres arables sur la forêt (P-53) ;

19b. Le kilomètre, car les distances, qui sont à l’échelle du continent américain, étaient comme multipliées par la précarité des moyens de transport.

20Ces hypothèques n’ont été levées que partiellement, lentement et difficilement (p. 58).

21Chapitre II. UNE COLONISATION DIRIGÉE (p. 73).

22La colonisation a été le fait du prince : elle a été pratiquée d’abord et surtout sur des terres publiques et sous le contrôle de l’administration, ce qui a donné au Rio Grande son originalité par rapport au reste du Brésil.

231. Première phase : 1824-1889 (p. 74).

24A. De 1824 à 1847 :

25a. C’est le gouvernement impérial qui crée São Leopoldo, berceau de la colonisation allemande dans le Rio Grande do Sul (p. 74) ;

26b. Mais l’opposition parlementaire la suspend à partir de 1830 et la guerre civile paralyse la Province jusqu’en 1845 (p. 81).

27B. De 1848 à 1874 :

28a. C’est le gouvernement provincial qui organise la colonisation et lui donne son premier statut (p. 83) ;

29b. L’immigration, purement germanique, est orientée vers les colonies jalonnant le rebord du Plateau (p. 87).

30C. De. 1874 à 1889

31a. Le gouvernement provincial abandonne la colonisation parce que l’opinion locale lui est défavorable (p. 96) ;

32b. Malgré ses velléités, le gouvernement impérial ne fonde que quelques colonies, avec des immigrants italiens (p. 98).

332. Deuxième phase : Depuis 1889 (p. 99).

34A. De 1890 à 1914 :

35a. Le gouvernement de l’État, chargé maintenant de la colonisation, lui donne un nouveau statut et un, nouvel élan (p. 100) ;

36b. Il fonde de nouvelles colonies sur le Plateau ou elles prospèrent rapidement (p. 106).

37B. Depuis 1914 :

38a. L’État limite l’immigration et réorganise ses services de colonisation J (p. 112) ;

39b. La distribution des terres libres étant presque achevée, l’État liquide les questions pendantes et prépare l’intégration des colonies dans la communauté nationale (p. 118).

40Reste à dresser le bilan de la colonisation allemande dans les domaines démographique, économique et civique.

41Chapitre III. — UNE GREFFE VIGOUREUSE (p. 123).

42Quelles ont été les conséquences de cette insertion de nouvelles cellules ?

431. Les riograndenses d’origine germanique (p. 123).

44A. L’apport allemand a été important grâce à :

45a. La fixation des immigrants (p. 123) ;

46b. L’accroissement naturel de la population, car la natalité s’élève dans les familles immigrées (p. 128).

47B. Le nombre des Teuto-Riograndenses :

48a. Il a augmenté rapidement, représentant une part croissante de la population totale (p. 133) ;

49b. Il peut être estimé au minimum à 900.000 en 1950 (p. 135).

502. Les pays teuto-riograndenses constituent des unités géographiques ET _ humaines (p. 142).

51A. Il y a trois groupes de pays :

52a. Les pays-îlots, les plus archaïques (p. 142) ;

53b. Les pays du Piedmont, agricoles et manufacturiers (p. 145) ;

54c. Les pays du Plateau, essentiellement ruraux (p. 151).

55B. Les grandes villes contiennent aussi des « colonies » allemandes :

56a. Rio Grande et Pelotas n’ont guère abrité que des commerçants (p. 158) ;

57b. Pôrto Alegre est la grande ville qui a attiré le plus de Teuto-Riograndenses mais elle est moins germanisée qu’au début du siècle (p. 159).

583. Le sceau germanique (p. 161).

59A. Les établissements teuto-riograndenses présentent une originalité par rapport aux autres groupes ruraux :

60a. Les colonies italiennes ont une population plus agglomérée mais une activité économique inférieure (p. 161) ;

61b. La Campanha a une population rurale clairsemée qui ne se consacre guère qu’à l’élevage, car l’agriculture et l’industrie n’y jouent encore presque aucun rôle (p, 163).

62B. Les caractères distinctifs du peuplement germanique sont :

63a. La maison dont les types successifs ont correspondu à une utilisation rationnelle des ressources locales mais qui tend au modèle standard moderne (p. 165) ;

64b. L’habitat rural qui est dispersé mais aligné ; les villages-chenilles jouent un rôle économique et social important (p. 175) ;

65c. La petite ville qui s’est généralement développée au terminus d’un moyen de communication et possède une grande activité commerciale (p. 182).

66C’est dans le monde rural que l’empreinte germanique a été gravée le plus profondément.

67Chapitre IV. — L’AGRICULTURE DES COLONS (p. 189).

68Ils ont fait renaître l’agriculture dans le Rio Grande.

691. Les produits de l’agriculture allemande sont cependant de moins en moins nombreux (p. 190).

70A. Certains produits, cultivés autrefois, ne jouent plus qu’un rôle secondaire.

71Ce sont :

72a. Les céréales européennes et divers légumes (p. 190) ;

73b. Les plantes textiles et oléagineuses (p. 194).

74B. D’autres produits, presque tous d’origine américaine, jouent un rôle prépondérant, mais ils ne dépassent pas la demi-douzaine :

75a. Les cultures industrielles sont limitées à la canne à sucre et au tabac (p. 196) ;

76b. Les cultures vivrières sont les produits clés : haricots, pommes de terre, maïs, manioc (p. 198) ;

77c. Leurs zones de grande production se sont déplacées vers le Nord de l’État, car les rendements baissent dans les zones anciennement cultivées (p. 214).

782. L’évolution de l’agriculture dans les colonies allemandes (p.216).

79A. Les anciennes colonies. L’agriculture y décline généralement :

80a. Comme São Leopoldo elles ont presque toutes connu quatre phases : adaptation, expansion, sélection et régression (p. 217) ;

81b. Seules les colonies de Santa Cruz, spécialisées dans la production du tabac, et celles du Taquari, installées sur des terrasses inondables et pratiquant la polyculture, connaissent une longévité exceptionnelle (p. 221).

82B. Les nouvelles colonies se trouvent à des phases différentes d’un même cycle :

83a. Les colonies fondées à la fin du xixe siècle commencent déjà à décliner (p. 226) ;

84b. Les colonies fondées au xxe siècle ont encore une agriculture prospère (p. 228).

85C. Le cycle agricole est déterminé par la conservation d’une technique primitive.

86a. La technique traditionnelle est celle du brûlis périodique (p. 232) ;

87b. Les techniques rationnelles n’ont guère pénétré dans les colonies (p. 240).

88L’histoire des colonies est celle d’une lutte contre les difficultés de transport et l’épuisement du sol. L’agriculture n’a donc pas attaché les colons à la terre défrichée.

89Chapitre V. — L’ESSAIMAGE DES PIONNIERS (p. 243).

90Les migrations rurales, qui peuvent paraître étonnantes dans un pays neuf, ont joué un rôle essentiel dans les colonies.

911. Propriétaires et pionniers (p. 243).

92A. C’est le régime de la petite propriété qui est l’une des causes déterminantes des migrations rurales :

93a. Les premières propriétés ont été mal dessinées et leur superficie a diminué de 77 à 25 hectares (p. 244) ;

94b. La propriété est subdivisée à l’extrême et l’on assiste déjà au regroupement des exploitations (p. 245).

95B. L’émigration des colons se subdivise en :

96a. Exode dit rural, orienté vers les villes, récent, qui n’absorbe qu’une partie de la population excédentaire (p. 255) ;

97b. Migrations purement rurales, plus anciennes et plus amples (p. 257).

982. Les phases de l’essaimage (p. 261).

99A. Jusqu’à la fin du xixe siècle le peuplement s’est dirigé de l’Est à l’Ouest :

100a. Vers la périphérie de São Leopoldo, en tache d’huile (p. 261) ;

101b. Vers l’Ouest à partir de 1850 jusqu’à ce que les colons occupent tout le piedmont (p. 263).

102B. Depuis la fin du xixe siècle les migrations se sont effectuées vers le Nord.

103a. Ce fut d’abord à partir de 1890 le bond sur le Plateau dans les nouvelles colonies (p. 265) ;

104b. C’est depuis 1914 l’émigration hors du Rio Grande do Sul (p. 275).

1053. Le mécanisme de l’essaimage (p. 282).

106A. Nous pouvons analyser quelques exemples de migrations :

107a. Dans une colonie (p. 282) ;

108b. Dans des familles (p. 287).

109B. Les lois et les effets des migrations :

110a. Leur mécanisme est lié à l’incompatibilité du régime de la propriété avec la technique agricole et la natalité (p. 294) ;

111b. Leurs conséquences ont été d’ordre démographique, économique et social. L’essaimage des colons a modifié l’équilibre du Rio Grande do Sul (p. 297).

112N’est-ce pas l’exode rural qui permet aux descendants d’immigrants de s’imposer dans le commerce et l’industrie ?

113Chapitre VI. — LA VOCATION COMMERCIALE (p. 305).

114Elle a été entendue dès la fondation des colonies.

1151. Les origines rurales du commerce teuto-riograndense (p. 305).

116Les colons ne peuvent vivre qu’en vendant leurs produits.

117A. Les échanges. En l’absence de foires ou de marchés leurs seuls agents ont été les commerçants.

118a. Il y a toujours eu de grandes différences de prix entre Pôrto Alegre et les zones de production (p. 306).

119b. Les échanges se sont opérés essentiellement par troc. Le commerçant qui prélève sa dîme sur toutes les opérations devient le chef réel de son secteur (p. 312).

120B. Le réseau commercial rural.

121a. La répartition des commerçants ruraux révèle leur symbiose avec les colons (les trois quarts sont ruraux, leur nombre diminue en même temps que le volume de la production agricole) [p. 321].

122b. Les commis voyageurs et les nouveaux moyens de transport ont étendu sur toutes les colonies le rayon d’action des grossistes de PôrtoAlegre (p. 325).

1232. L’accession au grand commerce (p. 330).

124A. Les grandes firmes et les principales branches de commerce.

125a. Depuis 1880 ont prospéré les firmes fondées à Rio Grande et à Pôrto Alegre par des Allemands ou par des commerçants ruraux enrichis (p. 330).

126b. Ils se répartissent l’exportation de produits agricoles et presque toute l’importation ; ils dotent le Rio Grande de son organisation commerciale (p. 335).

127B. La puissance commerciale des Teuto-Brésiliens.

128a. Ils ont resserré leurs liens avec l’Allemagne devenue leur cliente après avoir été leur principal fournisseur, (p. 349).

129b. Le contrôle des grandes associations professionnelles assure la cohésion et le rayonnement des commerçants teuto-riograndenses. Ces hommes d’affaires possèdent donc une très grande puissance (p. 353).

130Leur action est l’aiguillon du progrès riograndense.

131Chapitre VIIL’ESSOR INDUSTRIEL (p. 361).

132Il est plus récent mais n’en est que plus remarquable.

1331. L’artisanat (p. 361).

134A. Il a connu son âge d’or entre 1824 et 1890.

135a. Il s’est développé dans les colonies par résurgence dès que les colons eurent été adaptés à leur nouvelle vie (p. 362).

136b. Il est resté étroitement associé à l’agriculture car l’une de ses branches les plus prospères était la transformation des produits agricoles avant leur expédition (p. 367).

137B. Il a décliné depuis la fin du xixe siècle.

138a. Certes il s’est développé dans les nouvelles colonies en même temps que la production agricole, mais la facilité croissante des communications a nettement limité son domaine (p. 370).

139b. Il a décliné de plus en plus dans les anciennes colonies devant la double concurrence du commerce et de l’industrie. Beaucoup d’ateliers ont disparu et toutes les usines ne sont pas nées d’un atelier artisanal : Il y a donc eu hiatus entre l’artisanat et l’industrie (p. 374).

1402. L’industrie (p. 385).

141A. L’essor de l’industrie est récent.

142a. Les premières usines ont été fondées par des Allemands ou par quelques Teuto-Riograndenses qui avaient accumulé des capitaux grâce au commerce (p. 385).

143b. Les deux guerres mondiales ont favorisé l’expansion de l’industrie teuto-riograndensé qui rayonne hors de l’État jusque sur le Nord du Brésil (p. 390).

144B. La puissance industrielle teuto-riograndense se mesure :

145a. Au nombre et à la vigueur des branches « allemandes » de l’industrie (p. 400) ;

146b. Au développement des grandes usines teuto-riograndenses. Les chefs d’entreprises d’origine allemande qui contrôlent le Centro de Industria Fabril constituent un groupe puissant et dynamique (p. 408).

147On pourrait même dire qu’ils ont fait naître de nouvelles classes.

148Chapitre VIII. — LA SOCIÉTÉ NOUVELLE (p. 417).

149Dans quelle mesure la société d’origine germanique qui était différente de la société préexistante l’a-t-elle transformée ?

1501. La constitution de nouvelles classes a été la première manifestation de l’influence sociale des colons (p. 418).

151A. Les petits propriétaires, tous d’origine allemande jusqu’au dernier quart du xixe, le sont encore en majorité. Ils constituent une classe :

152a. Laborieuse mais toujours mal récompensée de son travail (p. 418) ;

153b. Très attachée à la propriété mais pas à la terre (p. 424) ;

154c. Indépendante dès l’origine mais dont l’importance est récente : Ils forment la base d’une démocratie rurale rare au Brésil et en Amérique du Sud (p. 428).

155B. Les commerçants constituent :

156a. La seule classe rurale qui se soit enrichie (p. 432) ;

157b. La classe dirigeante dans les colonies (p. 437).

1582. La pénétration dans les classes préexistantes s’est faite plus tardivement dans les villes (p. 441).

159A. La classe ouvrière est récente.

160a. Il y a toujours une proportion assez forte d’ouvriers teuto-riograndenses (p. 442).

161b. Mais l’usine est un melting pot (p. 444).

162B. Les classes dirigeantes ne se sont ouvertes que lentement aux Teuto-Riograndenses. Ceux-ci y ont pénétré :

163a. Comme chefs d’entreprises, faisant maintenant partie de la société (p. 448) ;

164b. Comme diplômés de l’enseignement officiel, fournissant des cadres à l’économie et à l’administration (p. 451).

1653. La famille a été la cellule fondamentale de la société teuto-riograndense, mais elle évolue par la diminution de l’endogamie (p. 453).

166A. Dans les colonies :

167a. Dans les anciennes colonies (p. 457) ;

168b. Dans les nouvelles colonies (p. 461) ;

169c. Caractéristiques des mariages mixtes (p. 463).

170B. A Porto Alegre où les ethnies tendent à se fondre :

171a. Endogamie ou exogamie ? (p. 466) ;

172b. Origine des conjoints (p. 469).

173L’évolution de la famille et des classes sociales d’origine allemande a donné au Rio Grande do Sul une physionomie différente de celle des autres États brésiliens.

174Chapitre IX. — UN AUTRE MODE DE VIE ET DE PENSÉE (p. 473).

175Non seulement les Teuto-Riograndenses se sont adaptés au milieu, mais ils ont exercé sur lui une certaine influence en introduisant de nouvelles valeurs.

1761. La vie quotidienne (p. 474).

177A. La vie matérielle est celle dans laquelle se sont opérées les plus grandes transformations :

178a. Le costume (p. 474) ;

179b. L’alimentation (p. 476).

180B. Les mœurs et les coutumes :

181a. Leur fidélité aux traditions germaniques a permis aux Teuto-Riograndenses de transmettre certaines coutumes à leurs autres compatriotes (p. 478) ;

182b. Les sociétés, qui ont joué un grand rôle pour la conservation du germanisme dans les villes et dans les colonies, contribuent maintenant à l’adaptation des descendants d’immigrants à une nouvelle vie (p. 482) ;

183c. La mentalité germanique s’est transformée par l’abandon des anciennes mœurs et les acquisitions locales (p. 488).

1842. La vie spirituelle (p. 492).

185A. La culture allemande a longtemps été exclusive dans les colonies, mais :

186a. L’allemand recule de plus en plus devant le portugais (p. 492) ;

187b. La presse en allemand ne joue plus qu’un rôle effacé (p. 497) ;

188c. La nationalisation de l’enseignement a réduit le particularisme des écoles allemandes protestantes et catholiques (p. 502).

189B. La religion est restée le fondement de la vie teuto-riograndense.

190a. Les Eglises protestantes, qui ont dû lutter contre de multiples difficultés, se sont réunies en synodes. Elles groupent la majorité des Teuto-Riograndenses et ont multiplié les organismes annexes de charité et d’éducation. Mais la question protestante n’a guère cessé de se poser depuis les origines de la colonisation (p. 510).

191b. L’Eglise catholique. Ses paroisses se sont développées plus tardivement parmi les Teuto-Riograndenses mais ceux-ci occupent aujourd’hui toutes les positions de la hiérarchie (p. 517).

192Les facteurs spirituels ont donc joué un grand rôle dans la mentalité et dans la manière de vivre des colonies allemandes.

193Chapitre X. — VERS UNE CITÉ ORIGINALE (p. 527).

194L’intégration de nouveaux citoyens est en train de transformer le Rio Grande.

1951. Les problèmes civiques (p. 527).

196A. La coexistence dans l’indifférence au xixe siècle.

197a. Les Brésiliens restent longtemps indifférents ou légèrement méprisants envers les étrangers groupés dans les colonies (p. 528).

198b. Les descendants d’Allemands, las de solliciter l’égalité politique, ne souhaitent plus l’assimilation et ne sont pas insensibles à la séduction du germanisme (p. 532).

199c. Quelques heurts se sont produits à la fin du xixe siècle (p. 535).

200B. Leur intégration a été orageuse, car elle a été jalonnée par trois crises civiques :

201a. La première guerre mondiale (p. 538) ;

202b. La propagande hitlérienne et la réaction de l’État Nouveau (p. 541) ;

203c. La seconde guerre mondiale (p. 547).

204Cette deuxième crise a cependant eu pour résultat de montrer les limites de la question teuto-brésilienne et de révéler la solidarité de fait qui unit tous les Riograndenses.

2052. La vie politique (p. 551).

206A. L’apathie politique des Teuto-Riograndenses a longtemps formé contraste avec leur activité économique et leur rôle social.

207a. Le découpage de l’ancienne carte électorale dispersait les bulletins des colonies (p. 552).

208b. Les Vieux-Riograndenses y pratiquaient la politique du licou avec l’accord de certains leaders locaux (p. 554).

209B. L’importance, des allogènes vient de se révéler avec le rétablissement du régime représentatif.

210a. Les colonies groupent près de la moitié des électeurs (p. 558).

211b. Les dernières élections leur ont donné la prépondérance politique (p. 561).

212Les problèmes qui se posent maintenant sont donc celui de l’accueil des nouveaux citoyens par les Vieux-Riograndenses et celui du nouvel équilibre du Rio Grande do Sul.

213Conclusion (p. 577).

214Les descendants d’immigrants allemands dont nous avons retracé les rapports personnels, professionnels, sociaux et civiques ont contribué à élaborer une nouvelle civilisation dans le Rio Grande. Mais la colonisation allemande qui s’y est si bien développée pose un certain nombre de problèmes dépassant le cadre régional, comme l’adaptation des Européens à l’agriculture sous des climats chauds et humides, l’expansion allemande en Amérique du Sud et l'assimilation des immigrants par le pays d’accueil.

© Éditions de l’IHEAL, 1959

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter