Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La colonisation allemande et le Rio grande do Sul

 | 
Jean Roche

Préface

René Poirier

Texte intégral

1Bien d’autres eussent été plus qualifiés que moi pour préfacer le beau livre de M. J. Roche et d’avoir vécu au Brésil d’assez longues années n’est peut-être pas un titre suffisant. Cela m’a valu, tout au moins, de savoir sur place l’excellent travail que l’auteur a fait à Pôrto Alegre lorsqu’il enseignait à l’Université et qu’il rayonnait à travers le pays, en compagnie de ses étudiants, établissant un peu partout ces contacts humains si précieux par lesquels les pays arrivent à se connaître, à se comprendre, parfois à s’aimer. Et je ne saurais oublier ici tout ce que Mme Roche faisait de son côté à l’Alliance française.

2Le livre qu’on va lire nous donne une image vivante, complète, profonde de la colonisation allemande au Rio Grande. Quand on parle de cette colonisation, on songe d’ordinaire à Joinville, à Blumenau, à ces villes du Santa Catarina nées de colonies allemandes qui donnent au voyageur venant du Nord un sentiment de prospérité, d’ordre, de netteté tandis que l’air semble plus vif, la verdure moins sombre, la lumière même plus jeune et plus heureuse. Mais, dans ce dernier cas, il s’agissait de groupes organisés à l’avance pour l’émigration et encadrés techniquement et socialement, au lieu que les immigrants du Rio Grande sont venus en général par petits paquets, sur annonces du gouvernement brésilien, et se sont regroupés sur place, tant bien que mal.

3Bien qu’appelés par le gouvernement impérial ou provincial, ils avaient été accueillis sans chaleur par les classes dirigeantes de l’État qui ne tenaient ni à les avoir sur les bras en cas d’échec ni à les voir en cas de succès, leur faire concurrence et troubler leur jeu politique ; réflexe après tout fort humain. Maigrement appuyés, isolés au fond du pays, passablement abandonnés à eux-mêmes, ils ont lutté contre la forêt, contre la distance, ils se sont accrochés au sol et la plupart du temps ils ont tenu, se gouvernant eux-mêmes, à charge d’être dociles au gouvernement en place. Sans techniques nouvelles (et d’ailleurs le développement systématique des techniques agricoles ne s’est fait en grand que vers la fin du siècle), par leur travail, leur discipline, leur moralité, ils ont fait une œuvre peu spectaculaire mais profonde, et le Rio Grande leur doit la plus grande part de sa richesse agricole. M. Roche nous montre comment et jusqu’où ces colonies se sont formées et étendues, il nous en décrit l’économie, les mœurs, les coutumes, il nous montre l’apparence humaine de ces villages d’agriculteurs et d’artisans ; il suit dans le détail le labeur ingrat de ces exploitations rurales sans débouchés urbains ; il nous montre, minutieusement, combien au total elles se sont peu enrichies. Cette étude se heurtait à bien des difficultés dont la première était de déterminer les revenus réels et de les comparer à travers le temps et l’espace, car les statistiques ne nous donnent que des chiffres exprimés en une monnaie dont la valeur change de lieu en lieu et s’effondre d’année en année. On a le sentiment d’une étude définitive et quasi complète.

4Il nous montre ensuite comment les immigrants germaniques ont pris pied dans l’industrie et le commerce des centres côtiers, et avec quel succès ; comment s’est faite, en dépit de bien des oppositions, l’accession à la citoyenneté brésilienne et l’intégration dans la nation ; comment enfin, au bout d’un siècle, les communautés agraires teuto-brésiliennes se sont mises à jouer un rôle de premier plan dans la politique du Rio Grande. C’est une véritable étude de sociologie électorale et plus généralement politique que nous présente M. Roche, minutieusement conduite et justifiée et ici encore je crois qu’il a eu raison de multiplier les exemples de détail et les illustrations statistiques : on a ainsi le sentiment de toucher du doigt la réalité.

5A côté de tout ce qu’il décrit et de ce qu’il établit, il y a maintenant tout ce que le livre de M. Roche suggère, et les problèmes qu’il nous découvre. Son étude veut être purement scientifique, étroitement délimitée et positive, et elle évite les confrontations, les jugements de valeur aventurés et prématurés, mais elle se prolonge d’elle-même en bien des questions psychologiques, économiques, sociologiques. On aimerait qu’après cette enquête si complète et si sûre, qui comporte d’ailleurs bien des images concrètes de la société teuto-brésilienne, il se risquât, en des études plus brèves et plus incertaines peut-être, à faire revivre cette société en un tableau plus directement sensible. On ne peut lui demander d’écrire le roman de sa thèse, et pourtant on voudrait qu’un romancier nous présentât, avant que le souvenir même ne s’en perde tout à fait, la vie de ces communautés rurales, l’administrations patriarcale des directeurs, la vie religieuse pendant la longue période où protestants et catholiques ont gardé leur foi, sans pasteurs et sans prêtres, les soucis de l’amour et de la vie familiale, l’éducation des enfants, l’ennui peut-être, l’étouffement économique, l’essaimage vers des colonies nouvelles, au prix de quels efforts et de quels renoncements ! Nous avons des romans de la vieille société impériale, de celle du sertão, de celle des nègres et des métis du nord, même de la société gaucha ; y aura-t-il un romancier de celle des Teuto-Brésiliens ? En tout cas une monographie de telle ou telle colonie nous en ferait peut-être ressentir la vie intérieure et les problèmes : les mœurs y étaient-elles rudes ou humaines, l’autorité paternelle pesante ou douce, y buvait-on beaucoup, s’y réunissait-on souvent, les mœurs y étaient-elles étroitement surveillées, s’occupait-on des malades, des orphelins, des vieillards, des malheureux, y avait-il des luttes et des clans, des regrets de la mère patrie et des désirs de retour, faisait-on venir des membres de la famille, et ce type de vie locale variait-il avec la religion et l’origine locale des colons ? Y avait-il des rapports avec les centres gauchos, les colonies italo-brésiliennes et même ce qui restait de la population indienne ? Dans les villes mêmes, y avait-il une vie propre des éléments germaniques ? Que de questions, en vérité !

6Bien des problèmes de psychologie sociale se posent en marge de ceux qu’a traités M. Roche. Il a indiqué par exemple, discrètement, comment après l’entrée en guerre du Brésil en 1942 des mesures de coercition et parfois d’exaction ont été prises contre les Teuto-Brésiliens sous l'égide d’un gouvernement qui avait pourtant manifesté à l’origine des sympathies pour le germanisme et les régimes autoritaires. Les Italo-Brésiliens en ont-ils également souffert ? Et dans quelle mesure l’opinion publique s’y associait-elle ? Participait-elle de ce mouvement, si sensible à Rio de Janeiro, qui animait une très large fraction de la bourgeoisie et qu’inspiraient à la fois la peur de l’hitlérisme conquérant et révolutionnaire, les influences anglo-saxonnes et un certain désir d’opposition au régime du président Yargas, mouvement qui en s’irradiant prenait une figure largement anti-européenne et qu’on essayait même parfois, assez artificiellement, de diriger contre l’Argentine. Y avait-il dans le sud hostilité foncière entre immigrés et Luso-Brésiliens, et quelle était à cet égard la part de spontanéité et la part d’artifice due à des campagnes de presse ou à des oppositions d’intérêts ? Seule l’enquête directe, vécue, peut répondre à une question de ce genre car, au Brésil comme en France, la presse, surtout celle qui passe pour représentative aux yeux de l’étranger, est bien loin de l’opinion publique profonde.

7On aimerait aussi savoir dans quelle mesure, dans les centres urbains, il y avait un climat social propre aux entreprises germaniques. Y avait-il plus ou moins d’opposition entre les ouvriers et les patrons que dans les entreprises voisines, y avait-il plus de vie commune, de familiarité, plus de discipline au travail, de rigueur dans les mœurs, de différence dans le rôle des femmes ? Et dans quelle mesure ces caractères propres, s’ils existaient, favorisaient-ils ou défavorisaient-ils au contraire les entreprises germaniques en face de celles qui se créaient dans le cadre du capitalisme italo ou luso-brésilien, à l’image de celles de São Paulo ou du nord ? Il serait bien intéressant de savoir si la communauté de race ou de langue peut donner un faciès durable aux entreprises et aux relations sociales, ou si très rapidement l’entreprise et la vie ouvrière imposent une loi commune.

8On voudrait aussi que, plus généralement, M. Roche pût confronter, aussi bien en ce qui touche les techniques et la vie professionnelle que les mœurs, la culture, l’esprit social et civique, les communautés teuto-riograndenses avec les communautés italiennes ou purement brésiliennes, avec celles du Santa Catarina (qui ont bénéficié de meilleures conditions de développement et d’équilibre), peut-être même avec les anciennes communautés d’immigrants de l’Amérique du Nord. Cela nous instruirait sans doute beaucoup, qu’il s’agisse de l’action de la race, des traditions nationales, de la religion.

9Au total, un jugement et une leçon apparaissent qui ne sont ni sans portée, ni sans mélancolie. Certes la colonisation allemande du Rio Grande est un succès : dans l’ordre national, elle a contribué à l’occupation en profondeur du territoire ; dans l’ordre économique, on lui doit en grande part la richesse agricole et même industrielle de l’état ; dans l’ordre moral, elle a maintenu des communautés modèles, par leur labeur, leur discipline, leur moralité. Mais ce succès, par la force des circonstances et des institutions, a des limites assez étroites. Les colonies rurales, là même où la greffe a pris, ce qui n’est pas toujours le cas, n’ont pas poussé comme un arbre vigoureux, branche après branche, sur un tronc de plus en plus fort, mais un peu comme font les bananiers. Sans doute elles sont moins pauvres que la grande majorité des groupements ruraux du Brésil, elles ont dans l’ensemble échappé à la caboclisation et au demi-servage de tant de régions de l’intérieur. Elles n’ont pourtant pas réussi à assurer à la majorité de leurs membres un niveau de vie comparable à celui qu’ils auraient conquis en demeurant dans les régions côtières et peut-être n’ont-ils pas gagné grand chose à s’expatrier, si ce n’est d’échapper aux guerres exterminatrices de l’Europe. Les défrichements brutaux, les cultures épuisantes qu’elles ont dû pratiquer en adoptant les vieux procédés d’exploitation du sol, l’impossibilité due à l’éloignement d’organiser une industrie locale et d’employer ainsi, comme au Santa Catarina, une population croissante qui devait au contraire vivre sur des parcelles à la fois appauvries et réduites, tout cela impliquait un régime de dépérissement et d’essaimage, qui déçoit un peu. Et les éléments les mieux doués n’ont pas toujours trouvé l’occasion d’exercer leurs dons : ils y arrivent maintenant, mais en s’éloignant.

10Nous voyons par là combien il est difficile de lancer, sans les sacrifier quelque peu, des équipes colonisatrices, si l’on ne dispose pas de moyens très puissants et sans souci de rentabilité immédiate (et cela même n’a pas suffi à certaines entreprises américaines de la région amazonienne). On se demande si une planification collective, très onéreuse par ailleurs, et portant sur l’établissement simultané de centres agricoles et industriels n’est pas le seul moyen d’assurer aux colons de l’intérieur une condition équitable. Et peut-être, rétrospectivement, d’un point de vue économique et humain, aurait-il mieux valu employer autrefois les ressources disponibles à mettre en valeur systématiquement l’arrière-pays proche, dans des conditions meilleures de densité démographique et de proximité des centres. Mais il eût fallu un autre régime de la propriété des terres.

11Il y a d’ailleurs un problème plus général, qui est seulement plus sensible au Brésil : la concentration de la prospérité et de la richesse dans les villes de la côte et les centres industriels ou administratifs font que les régions agricoles de l’intérieur ne participent que de loin au progrès social et qu’on a le choix entre deux maux : le maintien inéquitable des populations rurales dans une condition inférieure ou leur périlleux reflux vers les régions privilégiées.

12Dans l’ordre politique et national, certaines leçons apparaissent aussi, leçons de portée plutôt théorique, à vrai dire, car il semble que les pays à faible densité soient résolus à prohiber désormais toute immigration ou à ne l’admettre qu’à doses infimes et en la désorganisant nationalement. Y a-t-il des avantages moraux et techniques à maintenir des noyaux préstructurés, homogènes de race et de nation, au lieu de les disperser dans l’ensemble de la population ? En tout cas, les dangers politiques et militaires de la première méthode se sont révélés négligeables au cours de cette guerre comme au cours de celle de 1914-1918 et le loyalisme brésilien des communautés germaniques ne s’est à aucun moment démenti. Ce qui semble résulter de l’étude de M. Roche, confirmant les anticipations d’A. Denis, c’est le peu d’inconvénients politiques de ces enkystements d’immigrants et la facilité avec laquelle des groupes même très homogènes se désintéressent-de-la-politique de leur ancienne patrie : les conditions mêmes (comme la vie rurale) qui maintiennent cette homogénéité ethnique et linguistique sont celles qui favorisent ce détachement, si bien que le danger porte en lui son remède. Le triomphe de l’Empire allemand et le développement de sa Weltpolitik ont été sans écho là-bas, et l’hitlérisme lui-même, en dépit de sa figure révolutionnaire, n’a guère agi que sur des éléments urbains et sans jamais inquiéter le Brésil ni même le Rio Grande. La crainte d’un état dans l’état ou d’une cinquième colonne a surtout servi d’épouvantail et, sans aucun lien ethnique, l’U.R.S.S., disposerait assurément un peu partout et au Brésil même de dévouements inconditionnels autrement sûrs. Ajoutons que si, pendant une longue période, l’assimilation n’avait pas été entravée pour des raisons locales, le problème eût été encore simplifié.

13Et ceci mène à un problème très général, sur lequel il est bien difficile de prendre parti, tant les arguments spirituels et matériels s’entrecroisent, problème qui se pose partout où il y a des minorités ethniques, des territoires sous-peuplés, des immigrations éventuelles. H doit y avoir pour les Allemands quelque mélancolie à suivre le destin de leurs anciens compatriotes, dans les provinces brésiliennes du Sud. En dehors des pangermanistes aveugles, dont le panarabisme reprend aujourd’hui les thèmes, et qui revendiquaient comme nationaux tous ceux de leur langue et de leur race, beaucoup d’esprits libéraux espéraient sans doute voir se constituer là-bas une communauté demeurant sinon allemande de cœur, au moins alémanique de langue et de tradition, servant de médiatrice entre une partie de l’Amérique et une partie de l’Europe, comme peuvent garder des affinités françaises certaines provinces du Canada ou des affinités germaniques certains cantons suisses. Et du point de vue d’un idéalisme un peu irréel, c’eût été quelque chose de réconfortant et d’une haute valeur spirituelle, comme il le serait de voir nos anciennes colonies d’Afrique garder dans l’indépendance un lien de culture et de langue avec notre pays, lien qui serait un symbole et un instrument de leur unité.

14En fait, il s’agit d’un rêve, et les greffes les plus réussies se résorbent inexorablement. Cela tient, pour l’essentiel, à des facteurs spontanés et universels : les communications accrues entre la campagne et les villes, le fait que l’avenir pour les mieux doués est rarement sur place, qu’il s’agisse de professions libérales, de fonctionnariat, d’entreprises industrielles ou commerciales, l’affaiblissement de l’autorité familiale. le fait que l’éducation se fait par l’exemple et l’imitation des jeunes du même âge bien plus que par l’enseignement des aînés, l’individualisme croissant et l’indépendance de la jeunesse qui s’affirme volontiers par l’abandon des traditions provinciales ou ethniques, les mariages mixtes, la loi même du moindre effort condamnent le bilinguisme et le biculturalisme et font se résorber rapidement les particularismes, lorsque ceux-ci ne s’appuient pas sur des intérêts matériels, sur des différences de classes, sur des oppositions politiques équilibrées.

15Et il est possible que les minorités ethniques arbitrent, dans les prochaines années les luttes politiques du Rio Grande, mais ce sera sans doute en tant que minorités agraires, prenant conscience de leur force électorale et de leur situation défavorisée. Le problème n’est pas propre au Brésil et.ne comporte aucun danger.

16A ces raisons naturelles s’ajoute parfois la contrainte politique. Le nationalisme s’accroît en effet un peu partout, sous une forme jacobine et l’on supporte impatiemment les minorités qui gardent une unité même si, ou surtout si elles sont exemplaires. Jamais la volonté d’unification, d’assimilation autoritaire n’a été plus universelle et plus forte et si l’on favorise parfois le maintien des groupes nationaux d’immigrants, c’est avec des arrières pensées : limiter la concurrence que pourraient faire les immigrants ou leurs enfants dans les professions privilégiées, faciliter le refoulement en cas de chômage, éviter des électeurs brouillant le jeu traditionnel. Il faut l’avouer, bien des démocraties parqueraient volontiers les immigrants dans un demi-servage, avec fixation à la glèbe ou aux professions inférieures, et nous serions mal venus, sur ce point, à donner des leçons de morale ; tout au plus pourrions-nous invoquer les morts et les souffrances de tant de guerres, depuis tant de siècles. En tout cas, on comprend comment alternent, en tant de pays, une politique de ségrégation et une politique d’assimilation brutale.

17Celle-ci simplifie à bien des égards les problèmes politiques et évite peut-être de plus grands maux. On peut se demander pourtant si elle ne comporte pas une contre-partie morale et même sociale. L’existence de communautés étrangères homogènes, gardant leur culture et leurs traditions n’a-t-elle pas des avantages économiques et humains et ne vaut-elle pas mieux, à certains égards, que la dispersion en un prolétariat désorganisé ? Ne permet-elle pas une certaine variété, une plus grande richesse culturelle, ne faciliterait-elle pas les échanges et les amitiés internationales, et la rançon de l’unification intérieure sans merci n’est-elle pas un isolement du reste du monde et un accroissement des hostilités ?

18Il semble, chose singulière, qu’on érige de plus en plus en dogme et en idéal dans l’ordre de la nation cette propriété absolue du sol et cette domination absolue des personnes que l’on condamne dans l’ordre privé. Le Cujus regio, ejus religio devient ici une règle de droit. Je sais bien qu’on irait bien loin le jour où, au nom d’un principe contraire, mais tout aussi défendable théoriquement, on proclamerait le droit des peuples prolétaires à envoyer leurs émigrants vivre dans les régions sous-peuplées, sans abandonner pour cela leurs croyances, leurs traditions ou leur langue. Nous verrons sans doute éclore une lutte contre le capitalisme national qui succédera à celle contre le colonialisme. Mais on peut déplorer le raidissement des deux thèses opposées.

19Nous voici bien loin, cette fois, des colonies germaniques du Rio Grande. Elles sont au total un exemple réconfortant, dans l’ordre matériel et dans l’ordre moral, et leur assimilation se poursuit désormais par des voies irréprochables. Le livre de M. Roche nous apprend beaucoup à cette occasion et nous fait beaucoup réfléchir.

Auteur

Membre de l’Institut, Professeur à la Sorbonne

© Éditions de l’IHEAL, 1959

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter