Version classiqueVersion mobile

Séville et l’Atlantique, 1504-1650 : Structures et conjoncture de l’Atlantique espagnol et hispano-américain (1504-1650). Tome I

 | 
Pierre Chaunu

Quatrième livre. Le continent : la nouvelle Espagne

Chapitre XVI. La nouvelle Espagne. — Sud agricole. — Nord minier côte Pacifique

Texte intégral

1Par rapport à Mexico et à la côte Atlantique, la Nouvelle Espagne peut se schématiser, grossièrement, en trois masses : le Sud agricole, le Nord minier, la côte Pacifique.

2L’importance respective de ces régions — dans l’ordre d’une géographie subjective vue de Séville, partant, sous l’angle des relations commerciales à très large rayon d’action, — n’est pas proportionnelle à la population, ni à la surface réellement contrôlée. Le Sud est le lieu des fortes densités, mais ses structures précolombiennes sont à peine modifiées, le peuplement espagnol est faible, la production négociable très peu importante. Le Nord minier joue, par contre, un rôle exceptionnel.

I. — LE SUD AGRICOLE

3Le Sud, entre en gros le méridien de Mexico et l’isthme de Tehuantepec, correspond à la partie la plus humide de la Nouvelle Espagne proprement dite. Il renfermait, de ce fait, à l’heure de la conquête, la plus grosse partie de la population indienne.

TLAXCALA

  • 1 Velasco, op. cit., p. 207.

4C’est la région du Tlaxcala, élevé au rang d’évêché en 15471, qui fait écran, de sa masse, entre Mexico et la Vera-Cruz. Le Tlaxcala est traversé par le « camino de Castilla ».

  • 2 Velasco, op. cit., p. 207, écrit : « ... en los cuales y en los pueblos de indios y estancias habra (...)
  • 3 Fray Toribio de Benavente, op. cit., p. 104.

5Quatre cents Espagnols — entendez 400 foyers espagnols — au total, en 1570, si on en croit Velasco, presque tous concentrés en deux points seulement, la Puebla et la Vera-Cruz. En dehors de ces deux points, à part quelques missionnaires, sont-ils plus de quelques dizaines d’hommes2 face à 215 000 Indiens — entendez, là aussi, 215 000 foyers — et quelque mille noirs dénombrés par les sources de Velasco ? Ce monde n’a pas, malgré l’axe du chemin de Castille qui le traverse de part en part, été entraîné vraiment dans l’économie coloniale, au début, du moins, d’une histoire qui démarre lentement, et pourtant, il a dû payer un lourd tribut à la conquête, en raison, peut-être, de la proximité de la côte Atlantique et de la rudesse du choc, Fray Toribio de Benavente, qui connaissait bien le pays, y avait été sensible à la chute brutale de la population de 1523 à 15423.

  • 4 Cf. ci-dessus, p. 713-718.

6Cette chute de population est à mettre en rapport — en dehors du schéma classique, naturellement pleinement valable, ici comme ailleurs — avec le passage du chemin de Castille. On a vu comment, sur le chemin de Castille4, le véhicule animal n’a remplacé que tardivement le véhicule humain. A tout prendre, cette substitution fut-elle un gain ? Spectaculairement, oui, car le portage tue, visiblement, en Amérique comme ailleurs. Nos vieux témoins sont unanimes. A long terme, c’est moins sûr. L’entretien des mules des requas constitue une concurrence alimentaire, de part et d’autres du « camino de Castilla ». Concurrence alimentaire des bêtes, mais concurrence alimentaire aussi des hommes des convois muletiers, de l’approvisionnement des flottes. L’importante chute de la population aura facilité au Tlaxcala la tâche.

  • 5 Fray Toribio de Benavente, op. cit., p. 146, 148, 157, 159.
  • 6 Fray Toribio de Benavente, op. cit., p. 157 : « ...hay algunos... de los Espanoles que tienen cinco (...)
  • 7 W. Borah, Silk rising, op. cit.

7La région de la Puebla de Los Angeles surtout est décrite comme étant le centre d’une zone grosse productrice de maïs et de blé5, donc ravitailleuse des « tertiaires » de Mexico et de la flotte. Au moment où en 1541, Fray Toribio de Benavente écrit, le mûrier et le ver à soie sont, en outre, en plein essor6, Toribio de Benavente surestime l’avenir de la soie dans la région. Nous savons, en effet, par ailleurs7, que le centre séricicole de la Puebla tourne court, pour se classer finalement loin, très loin derrière la Mixteca. Le mûrier dans le Tlaxcala est peut-être compromis, ici, par les besoins en vivres de la flotte, que les riches terres de la Puebla doivent satisfaire en premier. Après le recul de la soie, le Tlaxcala demeure, essentiellement, une zone productrice de vivres exportables, grâce à un brusque gonflement du niveau de la population indienne.

CUERNAVACA, LA ZONE SUCRIÈRE

  • 8 Fernando B. Sandoval, La industriel del azúcar en Nueva. España, Mexico, in-8 , 373 p.
  • 9 F. Chevalier, Le grand domaine, op. cit., carte.

8Plus au Sud de Mexico, la région de Cuernavaca n’est pas la seule, mais la principale zone sucrière8. Le sucre, en effet, s’organise tout au long d’une ligne de la Vera-Cruz à Cuernavaca9. Mais la Vera-Cruz, dans les hiérarchies sucrières, ne vient qu’assez loin derrière Cuernavaca.

  • 10 T. VI2, tables 702-703, p. 1004-1008.
  • 11 F. Chevalier, Le grand domaine, op. cit., p. 96.

9Dans la période séculaire du premier Atlantique, autant qu’on en puisse juger avec nos médiocres points de repère10, le sucre au Mexique n’est encore qu’un élément secondaire, qui n’égale pas la production de Saint-Domingue. On entrevoit deux cycles dans la production sucrière, un premier cycle qui culmine en 1570, un second qui prend son essor à partir de la deuxième décade du xviie siècle. Entre les deux, un effondrement qui est imputable, peut-être, aux exigences en main-d’œuvre et en capitaux de l’industrie minière à son apogée. Au-delà de 1618, nos statistiques sont défaillantes, on peut penser, toutefois, en s’appuyant sur François Chevalier11, que la courbe ascendante se poursuit au-delà de cette date.

  • 12 F. Chevalier, op. cit., p. 87.
  • 13 T. VI2, tables 669-675, p. 980-991.

10Cuernavaca a, en outre, un autre titre de gloire. C’est là qu’entre 1562 et 157212 l’indigo a fait ses premiers pas. Après les avatars de 1572, l’añil diffuse à travers tout le Mexique humide. Sa croissance est continue, car son exploitation est liée au peuplement blanc en expansion. Autour de 1610, elle égale presque la production essentielle et noble de la cochenille13. Puis elle est, à nouveau, largement dépassée.

11Mais à ce moment-là, Cuernavaca n’est plus qu’un point dans la carte très largement ouverte de l’añil nouvel espagnol.

LA MIXTECA SOYEUSE

  • 14 Barbro Dahlgren de Jordan, La Mixteca. Su cultura e historia prehispánicas (Mexico, 1954, in-8°, 40 (...)

12Au Sud-Est de Mexico et de Cuernavaca, la Mixteca est une zone de forte densité humaine. Richement dotée bien avant la conquête, elle produisait et continue à produire du sel, du coton, du maïs14.

  • 15 Fray Toribio de Benavente (op. cit., p. 12) la présente en 1541 comme une terre riche en or, en arg (...)
  • 16 Ibid., p. 13 et W. Borah, Silk rising, op. cit.
  • 17 Velasco, op. cit., p. 229.
  • 18 T. VI2, tables 669-670, p. 980-983 et tables 671-672, p. 984-987.
  • 19 Dahlgren de Jordan (op. cit.) place le Tlaxcala avant la Mixteca. C’est vrai, sans doute au tout dé (...)
  • 20 T. VI2, table 572, p. 986-987, table 675, p. 990-991.

13Relativement peu éprouvée par la conquête, cette richesse poursuit son développement, sans solution de continuité, à travers toute la période coloniale15. La Mixteca, c’est d’abord, la capitale de la soie grège16 et la capitale de la cochenille. Capitale de la soie grège, cette situation s’explique, sans doute, par l’abondance de la main-d’œuvre, en une terre « sana... fresca » et de « buen temple ». Plus encore que la soie, la cochenille semble avoir joué un rôle essentiel dans l’économie mixtèque. Les deux grandes zones productrices de la « grana » fine17 par rapport à la « grana » sauvage de moindre prix sont le Tlaxcala et la Mixteca18. Il est difficile de fixer la participation respective de ces deux provinces dans la production globale de la Nouvelle Espagne19. Mais la cochenille constitue, dans la hiérarchie des valeurs, le deuxième poste des exportations du Mexique, très loin derrière, certes, mais après l’argent. Dans l’ensemble, la production de la « grana » mexicaine est double, au moins, de la production de l’indigo20, malgré la tardive et spectaculaire montée de l’añil. Une semblable richesse suffit à hisser la Mixteca à un rang très honorable dans l’économie Atlantique.

  • 21 Dahlgren de Jordan, op. cit., p. 253.
  • 22 Ibid.

14La Mixteca a, en outre, d’autres ressources qui ne dépassent pas le cadre des échanges locaux. Du cuivre, exploité depuis la période préhispanique21 grâce à quoi les Mixtèques possédaient une monnaie, une importante production vivrière, apte à nourrir une population qui fut très dense, une importante production de cacao qui couvre, vraisemblablement, les besoins de la population et ceux aussi, peut-être, de Mexico ; un textile local producteur de mantas22.

15Province riche, province indienne, province peu affectée par la conquête, la Mixteca participe à la vie de relations grâce à la soie qui l’associe à Mexico, malgré une distance terrestre moyenne de 500 à 700 kilomètres et, plus encore, grâce à la fine grana, la rouge, la sanglante cochenille.

OAXACA-ANTEQUERA

16Plus au Sud encore, à la frontière Sud du Mexique véritable, on entre par Antequera dans l’Oaxaca, l’immense fief de Cortès. Le contraste, au fur et à mesure que l’on descend dans le temps, s’accentue entre l’Ouest riche et peuplé et l’Est, à la frontière de Tehuantepec, pauvre et dépeuplé.

  • 23 Fray Toribio de Benavente, op. cit., p. 14.
  • 24 Fray Toribio de Benavente (op. cit., p. 14) écrit en 1542 : « ... es abundantisima de todo genero d (...)
  • 25 W. Borah, Mexico and Peru, op. cit., p. 25.

17L’introduction des cultures européennes a été rapide et profonde23, grâce à l’administration minutieuse et efficace des agents du marquisat del Valle. Le blé s’est taillé une place importante à côté du maïs. L’Oaxaca se caractérise encore par la prompte croissance de l’élevage. Au total, blé et élevage, c’est-à-dire forte européanisation24. Le pays vit assez replié sur lui-même en raison de la médiocrité des routes25, malgré l’effort fait par Cortès pour assurer une bonne liaison entre l’Oaxaca et le port de Huatulco.

  • 26 Il existait dans le pays avant la conquête déjà une monnaie métal (Dahlgren de Jordan, op. cit., p. (...)
  • 27 Elle traverse la région de Oaxaca (W. Borah, Mexico and Peru, op. cit., p. 27).

18La vie de relations26 est assurée par les exportations possibles de blé, en direction de Mexico, par la grand-route Mexico/Huatulco27 Ce grand axe de la vie coloniale décline à partir des années 80 du xvie siècle, sous la concurrence, entre Mexico et Acapulco, du « camino de China ».

  • 28 F. Chevalier, Le grand domaine, op. cit., p. 252.

19Oaxaca semble avoir participé, en outre, d’une manière substantielle, à la production de cochenille28. Happé par le Pacifique, Oaxaca semble, avec la croissance d’Acapulco, basculer en direction de Mexico à partir des années 80-90 du xvie siècle. Outre la cochenille qu’elle met en circulation, elle a, pour ce faire, ses blés et la viande sur pied dont Mexico est, en raison de sa forte population espagnole, grosse consommatrice.

MICHOACAN

  • 29 Velasco, op. cit., p. 239-240 : 3 « ciudades », 4 « villas », 1 000 « vecinos » et 330 « pueblos » (...)
  • 30 Carl Sauer, Colima of New Spain in the XVIth century, University of California Press, Berkeley, 194 (...)

20A même distance, approximativement, de Mexico que la Mixteca et Oaxaca, le Michoacán, à l’Ouest du pays Mexica, est très différent des régions Sud. En raison de l’effondrement du relief. On passe des terres froides aux terres chaudes, avec tout ce que cela implique de limitations, de fragilités29. Dans toutes les terres chaudes — Colima, terre proche, le prouve, grâce à l’excellente monographie de Carl Sauer30 — l’impact de la colonisation a été particulièrement redoutable, plus particulièrement redoutable, encore, que dans les terres froides pour la population indienne. C’est vraisemblablement le cas, ici.

  • 31 Fray Toribio de Benavente, op. cit., p. 112 : « ... son de tierra esteril, aunque poblada toda de g (...)
  • 32 Fray Toribio de Benavente, op. cit., p. 113 : « ... En estas tunas que son coloradas, nace la grana (...)

21La seule ressource de cette terre peu favorisée31, susceptible de la rattacher au monde, c’est, une fois de plus, la cochenille32 dont le Michoacán est producteur, mais loin derrière le couple TIaxcala-Mixteca.

22Tel est, grossièrement, le Sud. Malgré sa masse géographique et humaine, son rôle dans l’économie Atlantique est limité. Quelques grands produits clefs, tout au plus, le sucre, l’indigo, la cochenille surtout. Par contraste, le Nord, subdésertique, malgré ses handicaps apparents, grâce à l’argent, grâce au bétail, pèse d’un poids incomparablement plus grand.

II. — LE NORD MINIER33

  • 33 On se reportera le plus souvent aux monographies de Robert C. West, The mining community in Norther (...)

23Dans quelle mesure peut-on assimiler le Nord et la zone minière ? Au prix, bien sûr, d’une certaine simplification, puisqu’on trouve, au Sud de Mexico, pour se borner à l’essentiel, les centres miniers secondaires de Temascalpetec, Sultepec et Taxco, mis en exploitation en 1548, et de Zaqualpan. Mais cette exception faite, après l’ère inévitable du drainage des métaux et du simple orpaillage, de 1540-1550 jusqu’au terme de l’ère coloniale, en Nouvelle Espagne, l’argent, c’est le Nord.

  • 34 E. H. Hamilton, 1501-1650, op. cit., p. 40-42.

24Or, l’argent, c’est, évidemment, le moteur par excellence de l’économie coloniale. A partir de 1550, 98 % en moyenne des trésors en poids, 75 à 80 %, en valeur34. Compte tenu de la part des trésors aux exportations de l’Amérique sur l’Europe, l’argent représente, à lui seul, un peu plus de 50 % de la valeur des exportations des Indes.

  • 35 E. J. Hamilton, 1501-1650, op. cit., p. 43.

25Si on se reporte aux arrivées officielles à Séville, on constate que la Nouvelle Espagne — entendez, virtuellement, le Nord minier, — représente 40 % de la production de l’argent américain de 1550 à 1650. En gros, la Nouvelle Espagne totalise 55 %, de 1550 à 1575, 35 % de 1576 à 1650. Ces chiffres tiennent compte uniquement des arrivées recensées à Séville dans le Guadalquivir35. Il est possible qu’ils ne soient pas tout à fait le reflet des productions respectives. Tout laisse à penser, en effet, que la Nouvelle Espagne, avec sa population blanche plus nombreuse et économiquement plus active, avec une économie d’échanges plus entreprenante, plus ouverte et plus variée, fixe pour ses propres besoins, beaucoup plus de métal blanc à usage monétaire que le Pérou. A titre de compensation, il est non moins vrai que les échanges Mexique/Pérou entraînent en Nouvelle Espagne une fraction non négligeable de la production argentifère du Potosí. La surrétention de l’argent par l’économie mexicaine est-elle exactement contrebalancée par les exportations compensatrices du Pérou ? Il n’est pas en notre pouvoir de trancher. Il résulte de ces mouvements que les exportations sur Séville ne sont pas forcément l’exact rapport des productions respectives. Quoi qu’il en soit, le rapport des exportations ne peut différer sensiblement du rapport des productions. Il découle de toutes ces évaluations, tout compte fait, que le « Nord minier » fournit, vraisemblablement, en valeur, 25 % du total des exportations officielles de l’Amérique vers l’Europe à l’intérieur du Monopole.

LA FRONTIÈRE

  • 36 F. Chevalier, op. cit., carte hors-texte.

26La mine, ici, a tout bouleversé. Et tout d’abord, elle a commandé la conquête du pays à un rythme insolite. La limite du Mexique sec et du Mexique humide passe à une centaine de kilomètres, à peine, au Nord-Ouest de Mexico. François Chevalier a bâti avec raison toute sa remarquable étude sur cette opposition fondamentale. Au Mexique, comme au Moghreb et dans tous les pays subarides, la carte des isohyètes commande celle des civilisations. La frontière fondamentale des deux Mexiques, c’est celle du peuplement indien, sédentaire et dense au Sud, nomade et clarsemé au Nord. Il résulte des travaux de l’ensemble de l’école des historiens démographes de Berkeley, que les populations indiennes respectives au Sud et au Nord de cette frontière — la frontière tracée par François Chevalier36 est acceptée par l’école de Berkeley ; elle constitue la cassure fondamentale de toute géographie historique de la Nouvelle Espagne, — se trouvent dans le rapport de 10 contre 1. A un degré semblable, les dénivellements démographiques correspondent à des mutations de civilisation. Or, on sait à quelles difficultés la colonisation espagnole s’est toujours heurtée face au demi-désert et face aux nomades. Ceci est la conséquence de cela. Le cas des Arawaks des îles mis à part, on a pu poser que la résistance du milieu était inversement proportionnelle à la densité de la population précolombienne, et à son niveau de civilisation. L’exemple classique est celui de la frontière araucane. Sur la frontière Nord du Mexique, dans le fond, mêmes difficultés. A l’intérieur des nouveaux Royaumes (Nouvelle Galice, Nouvelle Biscaye, Nouveau Léon) la carte est à faire de l’inextricable lassis des terres soumises et des « tierras bravas ». Rien qui ressemble à une frontière linéaire. Le Nord minier, ce sont des points, des routes. Entre les mailles de ce réseau, d’immenses territoires rebelles. Les centres miniers, depuis le simple rancho jusqu’à la ville minière, en passant par les reales, constituent des points fixes de colonisation, les routes ne sont le plus souvent que des lieux de présence intermittente, sur lesquelles il arrive qu’on ne s’aventure qu’en force. Cette présence intermittente, cet archipel de mines dans l’océan des terres nomades hostiles où on ne se hasarde qu’en convois, est particulièrement difficile à saisir. Hâtons-nous d’ajouter que l’histoire de cette frontière reste à écrire, qu’elle serait passionnante et dépasse le cadre de cette modeste étude. Cette structure spongieuse où des civilisations hostiles se répartissent un espace d’une manière non linéaire selon des plans complexes, se superposent, s’entre-pénètrent sans se mêler, se juxtaposent, soit en se totalisant, soit en se combattant, rappelle, superficiellement, l’Indochine des heures sombres des années 1949-1953. Il serait plus exact de dire, aussi superficiellement que l’Indochine des mêmes années, c’est, sous l’angle du colonisant, le film de la frontière du Nord minier, déroulé à l’envers et au rythme précipité d’une histoire accélérée.

  • 37 Pour Fray Toribio de Benavente (op. cit., p. 14), les plus barbares de toute la Nouvelle Espagne : (...)
  • 38 Velasco, op. cit., p. 263 : « ... Los naturales de este Reino (la Nouvelle-Galice, c’est-à-dire, le (...)
  • 39 Walter Howe, Mining guild, op. cit., p. 8.
  • 40 Velasco, op. cit., (1571-1574), p. 264. Sur les tronçons Guadalajara Zacatecas, on craint constamme (...)
  • 41 Guijo, Diario, op. cit., t. I, p. 195. Soulèvement des Indiens chichimèques « del Parral » dans l’é (...)

27Et pourtant, quelle que soit la lenteur relative de la conquête, si on la compare à nos rythmes de colonisation et de décolonisation, ce qui a frappé les contemporains sur le front mouvant du Nord minier, c’est, tout au contraire, la rapidité du rythme de la conquête après la « conquête ». Ici, l’ennemi, c’est l’Indien chichimèque. Les jugements qu’on a portés sur lui ont varié au cours des temps, favorables à l’époque de Toribio de Benavente en 154137, plus mêlés déjà sous la plume de Velasco en 1571-157438, ils deviennent de plus en plus hostiles, au fur et à mesure que l’on avance dans le temps. Cette hostilité se précise avec l’avance du front de colonisation et proportionnellement aux frottements du milieu chichimèque. La mine de San Luis Potosí, la plus riche après Zacatecas, n’a été ouverte que tardivement, en 1591, après que le Vice-Roi eut négocié une trêve avec les Chichimèques permettant l’établissement d’une colonie d’Espagnols au Sud du Tlaxcala ami39. Quant aux communications sur la ligne essentielle, le « camino Real » de la mine, elles sont perpétuellement menacées jusqu’au xviie siècle40. Un peu à l’écart dans le district du Parral, beaucoup plus au Nord, il est vrai, on signale à Mexico en 1652 un cas d’anthropophagie dont un missionnaire jésuite est la victime41. La pacification au milieu du xviie siècle est donc loin d’être achevée.

LOCALISATION ET GRANDS TRAITS D’UNE HISTOIRE

28La mine a pu contribuer à hâter cette pacification, elle a jeté, hors des limites raisonnables du Mexique humide, des hommes qui, sans elle, n’auraient su y vivre. La géographie de l’industrie minière est particulièrement instructive. L’argent mexicain est argent de la frontière.

1. Esquisse d’une géographie minière

  • 42 Cf. carte, Annexe graphique.

29La carte permet de constater que, dans la proportion de 80 % environ, si on tient compte de l’importance relative des gisements, les mines42 courent tout au long de la frontière des deux Mexiques telle que François Chevalier la dessine, vers le milieu du xviie siècle, c’est-à-dire suivant, en gros, un axe Sud-Est Nord-Ouest, le long du rebord oriental de la Sierra Madre occidentale. On pourra invoquer superficiellement le hasard des affleurements géologiques, mais l’explication nous paraît toutefois insuffisante.

  • 43 Cf. ci-dessus, p. 776.

30Le premier âge colonial n’a pas exploité tous les minerais, pas même tous ceux qui avaient pu être repérés. Le cas de San Luis Potosí, déjà signalé43, est symptomatique de ce type de décalage entre la connaissance et la mise en exploitation. Il faut donc, pour expliquer cette curieuse répartition, faire intervenir d’autres causes.

  • 44 L’isohyète de 500 mm joue dans ce Mexique tropical le rôle que joue plus au Nord en Afrique moghréb (...)

31Les mines les plus importantes sont disposées tout au long de la frontière entre les deux Mexiques parce qu’elles y rencontrent les conditions les meilleures. La mine a besoin d’hommes, mais elle craint l’eau. L’ennoyage est le danger que l’on redoute le plus. Le problème technique de l’évacuation des eaux ne sera pas vraiment résolu, dès qu’on s’écarte un peu de la surface, avant la généralisation des pompes à feu au xixe siècle. La meilleure sauvegarde contre l’ennoyage, les mineurs la trouvent dans un climat subaride. Ils s’enfonceraient plus avant encore dans le désert s’ils ne s’y heurtaient à d’autres difficultés, manque d’eau pour les premiers traitements du minerai, manque d’eau pour les hommes, manque de nourriture. La zone steppique le long de l’isohyète des 500 millimètres44 arrive à concilier ces inconciliables, elle constitue, par conséquent, une zone optimale d’exploitation. C’est là que réside le secret du triomphe minier du Mexique du Nord.

  • 45 Zaqualpan, Sultepec et Taxco, cf. ci-dessus, p. 773.

32Regardons la carte. Une fois écarté le groupuscule des petites mines du Sud45, qui comptent à peine dans la production globale, les mines suivent fidèlement la règle posée. Real del Monte et Pachuca (1551) au Nord de Mexico sont encore dans le Mexique humide, à proximité pourtant de la frontière. Guanajuata (1548), en position symétrique, à égale distance de la ligne idéale, mais à l’intérieur de la zone sèche des nomades. San Luis Potosí, mise en exploitation en 1591, après de nombreuses années d’hésitations, représente longtemps la position la plus aventurée, en pleine zone subaride. Catorze, plus au Nord et plus loin encore, n’apparaît pas avant le xviiie siècle.

33Vient ensuite la série des gisements les plus importants, qui sont au pied de la Sierra Madre occidentale, sur le grand axe frontière exactement. C’est le cas de Zacatecas (le Potosí du Nord) fondée, en 1546, Trestrillo (1562), Sombrerete (1555), Durango (1555), Parral (fin xvie siècle). Un peu à l’écart de la ligne idéale, à l’intérieur de la zone la plus sèche du Mexique humide, Compostela de la Guadalajara (1553) et Alamos, plus au Nord (xviiie siècle).

34Telles sont, en gros, les grandes lignes de la géographie minière du Nord. C’est elle qui préside au destin de la première fortune de l’argent mexicain, depuis la décade des années 50 du xvie siècle, jusqu’à la fin du xviie siècle. C’est encore la même géographie, mais plus étendue vers le Nord, qui préside au destin minier du dernier quart du xviiie siècle, quand, au terme du cycle de l’or brésilien, l’argent du Mexique couvre la quasi totalité des besoins en métaux nobles de l’économie monétaire mondiale, redonnant, à la fin de l’ère coloniale, à l’Amérique espagnole un prestige qu’elle avait connu, un moment, à la fin du xvie siècle, à l’époque de Philippe II et du Potosí.

2. Origines d’une histoire tardive : de l’orpaillage du Sud à l’argent du Nord

  • 46 T. VIII2, p. 257 à 414.

35Une constatation s’impose immédiatement. Si, à des degrés divers, en brillant second d’abord, en tout premier plan ensuite, le Nord argentifère mexicain pèse, près de trois siècles durant, d’un poids considérable dans l’économie du monde, la géographie que nous avons décrite n’apparaît pas avant 1550, la première date importante étant, en 1546, la mise en exploitation du gisement le plus fameux de l’Amérique du Nord, Zacatecas. Le Nord minier se place, en effet, à un niveau technique bien défini, celui de la mine avec des méthodes d’exploitation rudimentaires, certes, à nos yeux, complexes, pourtant, selon les normes du temps et pour la réduction du minerai, l’emploi avant 1558 du procédé classique de la fusion successive, au-delà de 1558, l’emploi simultané du procédé ancien et du procédé d’extraction par amalgame avec le mercure. Quelle que soit l’importance de l’adaptation, ici, du procédé allemand connu au Mexique et plus tard au Pérou sous le nom de méthode du patio, la technique nouvelle ne fonde pas la géographie nouvelle de l’argent mexicain. La géographie de l’argent mexicain précède l’amalgame. En conjoncture, 1558-1559 est une date, certes, plus importante que 1546. Elle détermine, en effet, une mutation quantitative capitale de la production de l’argent46.

36Cette mutation de l’amalgame nouvel-espagnol est un élément important dans la modification conjoncturelle profonde des années 60. Mais en structure il en va tout autrement, la grande modification n’est pas celle de l’amalgame, L’amalgame prolonge, précise, amplifie, affermit. La géographie nouvelle est née avec la mise en exploitation en 1546 du grand gisement de Zacatecas. C’est elle qui pose les fondations du Nord minier.

37Le Nord n’apparaît au premier plan de l’histoire minière qu’assez tardivement. Entre 1520 et 1540, en effet, la Nouvelle Espagne a connu un premier cycle des métaux qui n’affecte pas le Nord, dont la masse est à peine effleurée. Ce premier cycle est essentiellement un cycle de l’or. C’est un cycle en tous points comparable à celui des îles.

  • 47 E. J. Hamilton (1501-1650), op. cit., p. 42-43.
  • 48 E. J. Hamilton (1501-1650), op, cit., p. 34-46. Le premier apogée des importations, donc, de la pro (...)

38C’est un cycle de l’or. Une fois de plus, Earl J. Hamilton47 en fournirait la preuve si besoin était. Entre 1521 et 1540, les entrées officielles d’or s’élèvent à 19,4 tonnes, les entrées d’argent, à 86,3 tonnes. Compte tenu de la ratio, l’or l’emporte encore de beaucoup plus du double sur l’argent dans l’ordre des importations officielles à Séville. Or, le premier cycle est un cycle de ramassage (ramassage des métaux accumulés au cours des siècles par quelques-unes des plus brillantes civilisations précolombiennes), mise en exploitation des dépôts superficiels de métaux natifs par orpaillage. De 1520 à 1540, la Nouvelle Espagne a été un des théâtres principaux d’une forme d’exploitation mise au point dans les îles, à Saint-Domingue d’abord, à Puerto Rico et Cuba, ensuite. Elle prend la relève des grandes Antilles au moment où la production de ces dernières s’épuise, faute d’Indiens. A partir de 1532-1533, le Pérou se substitue à la Nouvelle Espagne à la tête de cette forme d’exploitation. La seule différence qui sépare sous cet angle la première histoire métallique des îles de la première histoire métallique de la Nouvelle Espagne est une différence de modalité. La masse des Indiens est beaucoup plus considérable en Nouvelle Espagne et les civilisations englobées dans la puissante confédération aztèque, beaucoup plus riches que celles des Antilles. Le ramassage aurait pu être plus fructueux et l’orpaillage plus productif ? Mais le spectre de l’histoire antillaise pèse sur l’entreprise cortésienne. Si on se reporte aux chiffres des arrivées à Séville, il semble bien — car la leçon des chiffres48 est confirmée par la tradition littéraire des premiers historiadores — que l’exploitation a été proportionnellement moins féroce, moins forcenée sur le continent mexica que dans les îles antillaises. Tout ce premier cycle dont les résultats n’excèdent pas les résultats obtenus jadis dans les seules Antilles, est exactement dans le prolongement des îles, d’autant plus sûrement que ce sont sensiblement les mêmes hommes qui prolongent, derrière Cortès, l’aventure des îles. Le premier peuplement blanc de la Nouvelle Espagne vient des Antilles et plus particulièrement de Cuba. Les premiers orpailleurs du plateau mexica ont fait leurs classes ailleurs. Ils poursuivent, quelque peu assagis, une expérience ancienne sur des espaces nouveaux. Toute cette première expérience appartient à la conquista, il fallait le rappeler, elle n’est pas de la Nouvelle Espagne stabilisée, structurée des années 1540-1650 et au-delà. Cette première expérience de la cueillette et de l’orpaillage, en outre, a son cadre, ailleurs, au Sud du Mexique sec et minier, non encore saisi, dans le Mexique humide et indien.

  • 49 R. C. West, The Parral mining district, op. cit.
  • 50 Cf. ci-dessus, p. 505-507.

39Or, situation apparemment paradoxale, ce premier cycle d’orpaillage et de simple collecte est beaucoup plus destructeur d’hommes que la production régulière de l’industrie stabilisée du Nord. Pour plusieurs raisons, parce qu’elle recherche moins les conditions naturelles que les hommes, parce que — Robert C. West a précisé ce dernier aspect49 — cette première exploitation est mouvante. Elle déplace les indiens le long des rivières, batea en main, elle met en cause une fraction importante de main-d’œuvre féminine. Le déracinement des hommes, l’éloignement du lieu de leurs cultures vivrières, la surcharge de la population féminine avec ses incidences mortelles sur la lactation — nous nous sommes expliqué déjà sur ce point50 —, tous ces facteurs font de la première exploitation minérale, celle du métal natif qui s’étiole en Nouvelle Espagne, après les Antilles, autour de 1540, une exploitation infiniment plus meurtrière que l’exploitation minière, techniquement plus poussée, qui prévaut, à partir de 1546, avec la mise en exploitation du gisement fameux de Zacatecas.

  • 51 Cf. ci-dessus, p. 772 sq.

40Comme toujours, les choses ne sont pas simples. C’est l’épuisement des méthodes classiques, reposant sur le placer mobile, la batea sans capital fixe, tueuse d’hommes, qui a incité à autre chose. Outre que les conditions économiquement humaines du « placer » sont, peut-être, paradoxalement moins bonnes en Nouvelle Espagne qu’elles ne le furent aux Antilles, d’autres facteurs entrent en ligne de compte. On peut laisser de côté les conditions géologiques. Les possibilités du sol et, a fortiori, d’un sous-sol, pour le meilleur, inaccessible, comptent moins que les structures sociales et démographiques, voire les contingences historiques. Le monde épais des plateaux s’est laissé moins facilement exploiter que celui des îles, sa résistance est passive. Dans l’intervalle, Las Casas a lancé son dramatique et admirable appel à la conscience chrétienne. Aux Antilles, on pouvait ignorer, en bonne conscience, que l’innocent tamis des orpailleurs, la batea, tue. On ne peut plus le faire désormais. Il faut compter, quand même, pour lointaine et malhabile qu’elle soit à se faire obéir, avec la Cour d’Espagne, il faut compter avec les Dominicains, infatigables à secouer la torpeur des trop bonnes consciences, en dépit des haines et des violences que leur vaut cette attitude franche, parfois plus courageuse qu’éclairée. Il faut compter, enfin et surtout, avec une gamme très large de ressources diverses, donc concurrentes. L’or des placers n’est pas la seule richesse. Elle n’est plus la seule richesse. On a vu51, par exemple, le rôle que joue la cochenille, le célèbre parasite du nopal, dans plusieurs provinces du plateau mexica. La récolte de la cochenille, son transport, son conditionnement nécessitent une abondante main-d’œuvre. La production de l’or ne peut plus être obtenue, ici, au même titre que dans les Antilles des premières décades de la conquista, au détriment de toutes les autres ressources et du capital humain de la population indienne. Pour toutes ces raisons, proportionnellement aux surfaces du Mexique humide et aux masses humaines qui les habitaient, le cycle du placer a cédé plus vite le pas, après avoir, proportionnellement, moins donné qu’il ne l’avait fait, ailleurs, en d’autres circonstances.

41L’exploration des premiers confins de la zone nomade et l’adaptation des techniques européennes au sous-sol du Mexique sec en est la conséquence. Il est incontestable que le Mexique a traversé une crise très grave à la hauteur des années 30 du xvie siècle. La crise de l’épuisement des placers. Pour y faire face, deux solutions : l’émigration en direction du Pérou, l’exploration du Nord.

  • 52 R. C. West, The Parral mining district, op. cit., p. 6.
  • 53 R. C. West, ibid.

42L’aventure des mines du Nord — de notre point de vue, l’aventure capitale — commence dans la première moitié de la décade des années 30, avec la mise en exploitation timide de petits gisements d’or et d’argent52, sur la rive Pacifique du Nord-Ouest, au pied des côtes de Sinaloa, accessible, malgré la distance (23° de latitude Nord), grâce à la mer. Le centre de gravité du groupe minier du Sinaloa se déplacera lentement toujours plus vers le Nord au cours du xviie siècle, mais son rôle a résidé moins dans la masse de sa production (elle est toujours restée médiocre) que dans son rôle pionnier. On peut estimer que, par contre-coup, la mise en exploitation dans des conditions de rentabilité meilleure, des nouvelles mines du Nord, a précipité le processus de décomposition des placers. L’ouverture, par la mise en exploitation de Zacatecas en 1546, de la grande veine de la Sierra Madre occidentale par des équipes de mineurs basques53 — le grand centre ne cessera d’essaimer dans des reales de dimension restreinte, San Martin, Fresnillo, Indé, Santa Barbara, puis, beaucoup plus au Nord, cinquante ou cent-cinquante ans plus tard, mais toujours dans le même axe, Parral, San Juan de la Concepción, Casihuiriachic, Santa Eulalia (1704),... San Felipe de Chihuahua — achève de tuer les placers. Le groupe des bassins et des chaînes à l’Est du plateau central, plus délibérément désertique, donc plus difficile, avec San Luis Potosí, Charcas, Matehuala, Mazapil, vient plus tard, au cours du dernier quart du xvie siècle seulement.

43Il n’est pas toujours facile de suivre les modalités de la substitution. Parfois, comme dans le cas de San Luis Potosí, on la comprend sans peine : la mise en exploitation s’est faite, on a vu comment, par translation des Indiens du Tlaxcala. Mais cet exemple de translation simple, trop simple, n’est pas bon. Parce qu’il se situe trop tard, en 1591, c’est-à-dire à une époque ou les placers sont morts depuis longtemps. L’étouffement des placers se sera fait plus tôt, d’une manière plus subtile. Moins vraisemblablement par transfert physique simple de main-d’œuvre. Les prélèvements sur les Indiens disponibles au Sud ont pu jouer. Mais il s’agit toujours de translation étayées qui affectent des masses globales et, par conséquent, dont l’incidence n’est ni immédiate, ni mécanique. Plus exactement, le transfert des entreprises techniquement archaïques du placer aux entreprises techniquement plus développées de la mine s’est fait par le jeu subtil du prix de revient. L’inflation des prix — entendez ici la déflation du prix du métal monétaire, la chute du pouvoir d’achat de l’argent, disaient les vieux auteurs et, naguère encore, Paul Raveau en France poitevine, — aura éliminé les entreprises les moins rentables : au premier rang, les placers du Sud.

3. De la fusion à l’amalgame

44En 1550, la géographie minière de la Nouvelle Espagne est arrêtée, ses structures géographiques sont coulées. Un grand pas en avant reste à franchir, toutefois. Le pas de l’amalgame. Progrès technique très relatif puisqu’il s’agit d’une simple adaptation aux minerais de la Nouvelle Espagne de techniques connues sinon couramment en usage depuis le xve siècle, dans les mines des confins de Venise avec l’Empire. Nulle part, l’industrie minière n’a pris, tant à l’échelle locale qu’à l’échelle mondiale, une importance comparable. La mutation minière est une mutation quantitative, purement quantitative. Techniquement, l’Amérique coloniale n’a rien inventé, elle copie imparfaitement, tardivement, maladroitement. Le seul gain est un gain en volume. On retrouve, dans le climat minier, cette atmosphère de facilités matérielles et de pauvreté intellectuelle qui caractérise si souvent les Indes anciennes.

  • 54 Sauf à un court moment, pendant la période libérale du règne de Charles-Quint. Elle est de brève du (...)

45Si le progrès technique est si lent dans cette Amérique ancienne, c’est en raison, d’abord, de l’énormité des espaces jamais explorés. L’invention géographique a précédé la simple adaptation technique. Peu d’hommes, donc peu de cerveaux, peu de connaissances, peu de technicité. Intellectuellement, on en a combien de preuves. L’Espagne n’a pas envoyé aux Indes ce qu’elle avait de plus brillant et de plus efficace sur le plan de l’intelligence sinon sur le plan de la volonté. Cette lenteur est imputable, donc, à l’Amérique. Elle l’est, aussi, à l’Espagne. Jusqu’à la mise en exploitation entre 1555 et 1565 des mines d’argent de Guadalcanal, les techniques minières espagnoles étaient restées très en deçà du niveau atteint pas les techniques allemandes de l’Erzgehirge et de l’arrière-pays vénitien. Aussi bien Guadalcanal qu’Almaden (contrôlé par les Fugger de 1524 à 1550 et de 1557 à 1639) sont, au xvie siècle, l’œuvre de petits noyaux de techniciens allemands importés. Dans le contrat passé avec les Welser en 1528, il y a eu, secondairement, le désir de faire bénéficier les mines américaines de la technique allemande. La preuve n’est pas facile à fournir, mais la présomption, du moins, en est forte. Outre le handicap américain, il faut tenir compte, par conséquent, du handicap espagnol. Le progrès technique a été, dans les mines nouvelle-espagnoles, le fait de techniciens allemands dont les conditions politiques et juridiques ne facilitaient pas l’importation54.

  • 55 R. C. West, The Parral Mining district, op. cit., p. 31.
  • 56 R. C. West, Ibid., d’après Philip Powell qui a découvert en 1939, dans l’Archivo Genera de la Nació (...)

46Les modalités pratiques de l’introduction de l’amalgame ont posé un petit problème d’érudition maintenant résolu55. Longtemps, on a attribué la paternité de la première adaptation de l’amalgame à Bartolomé de Medina. Venu en Nouvelle Espagne en 1554, il aurait appris le procédé de mineurs allemands nouvellement arrivés en Espagne pour la mise en valeur des ressources ibériques et créé la première entreprise nouvelle-espagnole utilisant l’amalgame en 1557. Le règne de Charles Quint a été une période de rapports exceptionnellement intenses entre la péninsule ibérique et l’Empire ; il est donc naturel que cette adaptation se situe à la fin du règne. Dans cet ordre d’idées, c’est l’Espagne qui reçoit. On sait, désormais56, qu’une licence pour exploiter une mine avec le procédé nouveau fut accordée, sur sa demande, un an plus tôt, en 1556, à l’Allemand Gaspar Lomann, qui en reçoit ainsi la paternité. Bartolomé de Medina, qui obtient licence l’année suivante, n’aura fait qu’introduire en un autre endroit de la Nouvelle Espagne du Nord, aride et minier, un procédé déjà connu. Lomann ou Medina, il importe peu. La querelle est sans importance. Une certitude sort, de toute manière, renforcée de cette recherche érudite de paternité, la filiation allemande de l’amalgame aux Indes. Et c’est là l’essentiel.

  • 57 Tables statistiques du mercure, t. VIII2 bis, p. 1958 à 1978.
  • 58 Cd. 287.

47Mais il faut un temps pour que le procédé porte ses fruits. Ce qui compte en histoire économique, c’est moins la découverte que la généralisation de la découverte. Celle-ci fut extraordinairement rapide, eu égard aux cheminements, à l’ordinaire plus précautionneux, de l’Ancien régime. Elle répondait, au vrai, à un besoin intensément ressenti. Elle n’en emprunte pas moins ses démarches à la « conquista ». La double importation — on hésite à dire la double découverte —, à un an d’intervalle, de Gaspar Lomann et de Bartolomé de Medina — ils puisent, tous deux, à la même source — rend compte de ce besoin. Pour rapide que soit l’adaptation de l’industrie minière aux techniques nouvelles du « patio », elle n’a pas été instantanée. Il aura fallu, en moyenne, quatre à cinq ans pour qu’elle se généralise ; la statistique relativement sûre, malgré quelques imprécisions du début, des importations de mercure le prouve d’une manière irréfutable57. Les comptes du Facteur58, entre les mains duquel passe nécessairement la quasi-totalité du mercure disponible, permettent de placer, très exactement, entre 1561 et 1562 la véritable mutation des exportations de mercure. Si les « mercedes » des Archives de la Nation du Mexique permettent de fixer, exactement, en 1556 et en 1557, l’invention américaine du procédé, la statistique des exportations du mercure d’Europe (il n’y a, en 1560, aucune ressource mercurielle en Amérique), elle est, sensiblement, avec un peu moins d’une année de décalage, la statistique du mercure consommé pour l’amalgame de l’argent, permet de situer en 1562, très exactement, la mutation quantitative de la généralisation du procédé. C’est elle qui compte. 1562 est sur le plan de l’économie mexicaine, voire même de l’économie Atlantique, plus significative, sans nul doute, que 1556 ou 1557.

  • 59 Les tables statistiques du mercure (t. VIII2 bis, p. 1958 à 1978) montrent les difficiles adaptatio (...)

48Un gros problème reste entier. Dans quelle proportion le procédé classique par fusion, le procédé ancien, continue-t-il, à côté du procédé révolutionnaire par amalgame, d’être employé ? Jamais l’amalgame n’a éliminé totalement ce procédé classique. Ne serait-ce qu’en raison du prix et de l’insuffisance, au début surtout, de l’approvisionnement en mercure59. L’amalgame permet d’utiliser des minerais moins riches, il a permis, dans certains cas, de reprendre des minerais trop pauvres abandonnés par les anciennes techniques. Dans l’ensemble, quand le minerai est riche et l’accès difficile, il peut arriver que l’ancien procédé soit plus rentable. Au bout d’une assez longue période de généralisation des techniques nouvelles, on peut supposer — mais, c’est une simple hypothèse, elle repose sur des indices très faibles et il faudra la reprendre à la lueur des documents nouveaux — qu’une stabilisation s’opère autour d’un tiers pour le procédé ancien et des deux tiers pour le procédé nouveau.

FONCTIONNEMENT DU SYSTÈME. — LES PROBLÈMES DE LA MINE

49On possède, sur le fonctionnement des mines, un certain nombre de renseignements grâce aux excellentes études de R. C. West et de J. H. Parry. On peut extrapoler, avec prudence, les renseignements précis qu’ils nous fournissent, respectivement, pour Parral et Zacatecas.

1. Main-d’œuvre

  • 60 Velasco, op. cit., p. 269 : « ... tierra seca y falta de aguas, y asi es esteril y falta de trigo y (...)

50Le gros problème, celui qui commande tous les autres, est évidemment celui de la main-d’œuvre, et plus particulièrement celui de l’approvisionnement de la main-d’œuvre dans une zone, pour le meilleur, subdésertique. Autour de Zacatecas, par exemple, un effort d’irrigation a été fait pour alléger la masse des importations nécessaires. Velasco qui a bien vu le problème60 en souligne, avec vigueur, les difficultés.

  • 61 Velasco, op. cit., p. 269.
  • 62 J. H. Parry, op. cit., p. 186.
  • 63 Descripción geográfica de los Reinos de Galicia Vizcaya y León, de A. de Mota y Escobar, Mss du Bri (...)
  • 64 Arregui, en 1621, donne pour Zacatecas des chiffres assez voisins (Domingo Lazaro de Arregui, Descr (...)
  • 65 Velasco, op. cit., p. 270.

51Cette difficulté de ravitaillement et le fort rendement des gisements expliquent qu’une quantité restreinte de main-d’œuvre soit engagée dans le procès de production. Même en ce qui concerne Zacatecas, par exemple, de beaucoup le plus important des sites miniers, la masse humaine est faible. En 1570, le site comptait, d’après Velasco, 300 Espagnols, 500 esclaves, 1 000 chevaux et mulets61. En 1605, J.H. Parry62, d’après la description géographique de A. de Mota y Escobar, une excellente source63, dénombre un peu plus de 1 000 Européens dont 300 familles espagnoles et une douzaine d’étrangers, Italiens et Portugais64. On ignore, par contre, le nombre exact d’une main-d’œuvre qui semble avoir été composée pour beaucoup d’esclaves. Le rapport de Velasco, 300 Espagnols, 500 esclaves, reste, finalement, la seule donnée un peu sûre que nous possédions pour une période, il est vrai, ancienne. Le rapport des blancs est particulièrement élevé. Nous retrouvons, ici, à Zacatecas, comme partout ailleurs, une des caractéristiques du Mexique sec, la forte densité relative du peuplement blanc par rapport aux populations de couleur, autochtones ou d’importation. A 27 lieues au Nord-Ouest de Zacatecas, dans ce poste annexe de Zacatecas, le poste des minas de San Martin, découvertes par Francisco de Ibarra en 1554-1556, Velasco dénombrait en 1570, 400 Espagnols65, soit plus qu’à Zacatecas, dont la production, pourtant, est beaucoup plus forte. San Martín fournit confirmation de la densité exceptionnellement forte du peuplement blanc. On retrouve cette caractéristique dans le Mexique d’aujourd’hui.

52R.C. West dans son étude fouillée sur Parral arrive à des résultats identiques. La densité de la population indienne ambiante, d’ailleurs, rebelle, n’a pas permis un recrutement sur place par repartimientos. On a eu recours, chaque fois que cela a été possible, à des esclaves de guerre, voire à des transferts de population, le plus souvent pourtant, malgré son prix, à de la main-d’œuvre libre.

  • 66 En 1621, Arregui, soulignant après d’autres, la baisse de la population indienne donne des témoigna (...)

53On touche, par ce biais, peut-être, à la différence fondamentale qui oppose mines de Nouvelle Espagne et mines du Pérou. Les mines du Pérou bénéficient par la mita d’un recrutement forcé sur place, legs doublement du proche passé incas. Ici, faute d’un peuplement dense adjacent, rien de comparable66. Cette différence est la clef, peut-être, de deux destins différents. La production minière de la Nouvelle Espagne arrive, au xvie et au xviie siècle, à 65 % environ de la production du Pérou, à la fin du xviiie siècle, par contre, la Nouvelle Espagne écrase le Pérou et se place au premier rang de la production mondiale. Le Pérou a décliné, avec ses possibilités de recrutement de main-d’œuvre forcée sur place, les mines de la Nouvelle Espagne ont poussé au xviiie siècle avec la colonisation effective du sol. D’une part, un mouvement régressif lié à une implantation indigène antérieure de la population, d’autre part, un mouvement expansif lié à une implantation coloniale postérieure. D’une part, une position stérilisante de facilité, d’autre part, une position plus difficile, génératrice d’effort et d’invention.

  • 67 Vraisemblablement, le cas de San Luis Potosí en 1591.
  • 68 R. C. West, The Parral mining district, op. cit., le montre longuement.

54Peu de main-d’œuvre forcée ou plus ou moins contrainte, à quelques exceptions près67. Une majorité d’Indiens libres, de mulâtres et de métis attirés par des hauts salaires, hauts salaires en argent, mais plus encore en nature68. Pour ce peuple peu vêtu et qui souffre cruellement du froid, les séductions d’une pièce d’étoffe en laine (une manta de fabrication locale) sont infinies. A côté de cette masse de travailleurs libres, mal fixée, qui va et qui vient, en procès, parfois, de péonage, la part de main-d’œuvre servile est faible. Parmi les esclaves, presque tous « Indiens de guerre », la proportion des noirs est négligeable, 6 % à Zacatecas, 10 % à Pachuca, d’après Robert C. West. Le noir est coûteux et mal adapté à un climat sec, rude, à hiver bien marqué.

55Mais le fait le plus frappant reste bien la part insolite des blancs ou des métis clairs, en raison du nombre relativement élevé de techniciens ou de demi-techniciens que les blancs seuls sont capables de fournir. Par rapport aux mines péruviennes, on a, jusqu’à plus ample informé, l’impression, peut-être erronée, d’entreprises qui jouent sur une technique plus poussée (bien que grossières par rapport aux mines allemandes) et sur des masses de main-d’œuvre, moindres, et plus coûteuse.

56Quant à la propriété de l’exploitation minière — la propriété du sous-sol n’est pas en cause, elle reste au Roi, reconnu par le quinto qu’acquitte le minero sur la production globale — nous en savons peu de choses. S’il est permis de raisonner par analogie avec ce que nous savons sûrement d’Huancavelica par exemple, grâce à Guillermo Lohmann Villena, on peut penser que l’entrepreneur de la mine reste un personnage de second plan. Il n’a pas accès tout au sommet de l’échelle sociale. Il est créateur de richesses, il projette autour de lui un épais faisceau de valeur, dont il ne bénéficie pas directement, un faisceau de richesses qui enrichit, par contre, tout le monde intermédiaire qui gravite autour de la mine.

2. Relations

  • 69 J. H. Parry, op. cit., p. 139.
  • 70 Lesley Byrd Simpson, Exploitation of Land in Central Mexico in the XVIth century, 1952, in-8°, Berk (...)
  • 71 T. VII, p. 142-143.
  • 72 R. C. West, The Parral district, op. cit.
  • 73 J. H. Parry, op. cit., p. 190.

57L’alimentation et l’approvisionnement général de ces îlots plantés en terre ennemie constitue, en effet, une très grosse affaire. L’élevage extensif dont François Chevalier s’est fait l’historien constitue, sous l’angle agricole, la caractéristique majeure de cette région. L’unité de ces énormes entreprises qui rassemblent parfois plusieurs dizaines de milliers de têtes de bétail, ce n’est pas la terre mais le bétail69. C’est par lui que la lente, l’imperceptible conquête du sol s’est faite à l’intérieur des mailles d’un gigantesque filet. C’est le bétail, beaucoup plus encore que les hommes blancs et les métis, qui a disputé aux Chichimèques leur espace. On ne possède pas sur le rythme de croissance des troupeaux du Nord des renseignements aussi précis que ceux réunis avec diligence pour le Mexique central par Simpson70. On peut supposer, toutefois, un rythme de croissance, au moins, aussi rapide que pour le Mexique humide, soit, au moins, décuplement, entre 1560 et 1610-1620. C’est à la hauteur du Mexique du Nord que se trouve la grande carrière de cuirs qui contribue à placer la Nouvelle Espagne au premier rang des exportateurs71. Obtenir du cuir en vue de l’exportation ne constitue pas, d’ailleurs, le principal mobile de cette production. C’est la viande, par contre, que, paradoxalement ici, aux Indes, on recherche pour une population qui s’en nourrit presque exclusivement, c’est le cuir aussi, mais pour l’équipement de la mine72, la graisse pour les chandelles dont la mine, bien que peu profonde, est grosse consommatrice, le bétail, enfin, pour la traction et la force motrice. La croissance de ces besoins, avec la mise en place et l’alourdissement de l’appareil de production, est prouvée par ce que l’on entrevoit des prix. Les prix des vivres et plus particulièrement du bétail semblent avoir quadruplé de 1550 à 1600, dans l’Audiencia du Guadalajara73, soit un rythme de croissance double, au moins, en tout état de cause, du rythme de croissance moyen des prix.

58Dans l’empire américain de l’Espagne, le Nord minier du Mexique colonial mérite une place à part. Il est, peut-être, la construction la plus originale, dont l’édification se poursuit, suivant les mêmes axes, jusqu’au bout du xviiie siècle, sans solution de continuité. Nous sommes bien en présence de la première colonie espagnole de peuplement du Nouveau Monde, elle précède de deux siècles la Plata, sur cette voie. La mine a pu réaliser ce que les rêves humanitaires de Las Casas étaient restés impuissants à concrétiser.

III. — LA COTE DU PACIFIQUE

59A plusieurs reprises, le Mexique minier s’approche de la côte du Pacifique. C’est le cas, notamment, des mines du Sinaloa, pionnières, on l’a vu, dans la construction du Mexique sec autour de l’argent. Dans l’ensemble, pourtant, Mexique minier et côte Pacifique semblent se tourner le dos. Ils ne communiquent pas directement entre eux, mais ils le font par l’intermédiaire de Mexico.

LIMITES ET CHRONOLOGIE

60La côte du Pacifique est directement rattachée, au Mexique central, humide. N’est-elle pas tout entière contenue jusqu’au 25e degré de latitude Nord à l’intérieur de l’isohyète des 500 m/m, en raison de la proximité de la masse montagneuse de la Sierra Madre occidentale, qui court le long de la côte et fait écran ?

  • 74 Carl Sauer, Colima of New Spain in the XVIth century, Berkeley, Iberoamericana no 29, in-8°, 104 pa (...)

61De ce fait, la conquête de la côte est chose ancienne, elle précède très largement celle du Mexique sec. C’est en direction du Pacifique que, tout de suite, la Nouvelle Espagne de Cortès aura mordu au-delà des limites de l’ancienne confédération aztèque. La côte du Pacifique a, peut-être, été atteinte74, — un doute subsiste, pourtant — dès 1520, quelque part, entre Huatulco et Tehuantepec, dans la région de l’Oaxaca.

62Mais, pour 1521, nous avons des certitudes, Tehuantepec et Acapulco sont atteints, un premier point de colonisation espagnole est fixé, en Nouvelle Espagne, sur la côte du Pacifique, en 1522, par Tututepec, la jonction est faite entre Acapulco et Tehuantepec. Acapulco sert, à son tour, de base à l’exploration vers le Nord. Sihuatlán est atteint, à la limite de Colima et de Jalisco, par un peu plus de 19° de latitude Nord, en 1523. En 1523, par conséquent, la frontière Pacifique du Mexique humide central est dessinée. En 1524, le premier noyau de l’administration du Colima, en place.

63Sur ce morceau premier du Mexique Pacifique, se trouvent les quatre ports fondamentaux : la Navidad, au Nord, dans la province de Colima, Acapulco, au débouché du chemin qui finira par prévaloir dans le rôle capital de route de Mexico, Huatulco et Tehuantepec dans l’Oaxaca. C’est de là qu’à partir de 1527, surtout, de 1527 à 1530, pour le meilleur, Cortès dirige dans toutes les directions l’exploration du dessin côtier de la Nouvelle Espagne Pacifique. Mais pour finir, dans toute la première partie de son histoire coloniale, jusqu’à la fin du xviie siècle, la Nouvelle Espagne Pacifique ne réussira pas à mordre sensiblement au-delà des limites qu’elle avait atteintes, du premier coup, en 1523, et terme d’une conquista, ici, particulièrement fulgurante et efficace.

64La mise en place de la côte du Pacifique précède, donc, en gros, de trente ans, au moins, le Mexique sec minier.

RÔLE DU PACIFIQUE DANS LA NOUVELLE ESPAGNE

  • 75 Cf. Les Philippines et le Pacifique.
  • 76 Cf. ci-dessus, p. 691-712.
  • 77 Cf. ci-dessous, p. 1104-1111.

65Son rôle dans l’histoire de la Nouvelle Espagne n’est pas facile à apprécier. A priori, si on comprend, par exemple, ce que l’on peut savoir du volume du port d’Acapulco75 et ce que l’on sait, avec certitude, du port de la Vera-Cruz76, la Nouvelle Espagne semble tourner le dos au Pacifique et ne se rattacher que par l’Atlantique à l’économie-monde. Un troisième terme de comparaison introduit avec le Callao de Lima77 renforcerait encore cette impression.

66En fait, ce sont de fausses impressions. Le Pérou est faussement Pacifique. Le Pérou est tout entier tourné vers l’Atlantique. Il n’a aucune possibilité de communications directes avec l’Extrême-Orient. La ligne Panama Le Callao n’est pas autre chose qu’un prolongement de l’axe Séville-Nombre de Dios/Puerto Belo.

67Au xviiie siècle, quand l’isthme est remplacé par le Río de la Plata, la situation du Pérou reste fondamentalement identique. Il en va autrement de la Nouvelle Espagne.

68Les conquistadores de la Nouvelle Espagne — Cortès, au tout premier chef — n’ont jamais songé à limiter leurs ambitions à la côte du Pacifique. Le projet oriental est présent dès 1523-1524, en tant que mobile de l’exploration effrénée de la côte, il soutient les efforts de Cortès de 1527 à 1530, s’il s’estompe après 1529, il n’est jamais abandonné. Après ce premier paroxysme, une seconde poussée culmine avec l’expédition victorieuse de Legazpi et d’Urdaneta en 1564-1565. Désormais, les Philippines sont étroitement rattachées à la Nouvelle Espagne. Il existe une vie puissante du Pacifique animée par Mexico, au même titre que l’Atlantique espagnol par Séville.

69Le moteur des échanges Nouvelle Espagne/Extrême-Orient, c’est l’argent du Mexique sec que Mexico mobilise. Cette richesse commande, en outre, une partie de la navigation qui longe la côte du Pacifique depuis La Navidad d’abord, Acapulco ensuite, jusqu’au Chili. La Nouvelle Espagne s’est ouverte à travers l’épaisseur du Pacifique, une nouvelle frontière.

70Mais il ne faut pas mêler les plans. Acapulco n’a pas plus de réalité objective que la Vera-Cruz. Elle n’est pas autre chose qu’un comptoir de Mexico. La navigation dans le Pacifique transversal d’après la conquête des Philippines affecte Mexico, Lima, Séville, elle n’affecte pas vraiment la côte proprement dite. Cette dernière continue à mener, très loin du brillant trafic d’Extrême-Orient, une vie paysanne et repliée.

DE COLIMA A LA CALIFORNIE

  • 78 Cook and Simpson, Population of Central Mexico in the XVIth century, op. cit., carte hors-texte.

71C’est elle qu’il nous faut retenir, ici. La côte effectivement saisie de la Nouvelle Espagne s’est longtemps bornée au Nord, au territoire de Colima. Un coup d’œil sur la carte de Cook et Simpson78 permet de comprendre la raison de ce difficile dépassement : une rupture de densité du peuplement précolombien. Colima est un noyau dense, comparable seulement au noyau dense qui englobe Mexico et à l’Est de Mexico, les régions de Tlaxcala et de la Puebla.

1. La Californie

  • 79 Cf. Les Philippines et le Pacifique.
  • 80 Cd. 897 sq.
  • 81 Cd. 899. Comptes du facteur Juan López de Arriaran.

72Au Nord de Colima, jusqu’au milieu du xviie siècle, la présence coloniale espagnole est ténue. Le mouvement du port d’Acapulco79, tel que les séries de la contaduría80 le montrent, est particulièrement symptomatique du vide du Nord côtier. Sur un mouvement global de 10 à 11 navires, en moyenne, au cours des années 90 du xvie siècle, aux entrées, la fraction côtière située au Nord d’Acapulco n’est jamais représentée — et encore pas tous les ans — par plus d’un navire affecté de la mention vague, Californie. Le 9 mai 1594, un navío, le San Joseph81, quitte le port d’Acapulco, en direction de la Californie. Le navire appartient à Sa Majesté et n’acquitte aucun droit. Il s’agit, en fait, pour le compte du Roi et à ses dépens, d’approvisionner quelques ports isolés, de baliser, vraisemblablement, la route d’arrivée des très précieuses « naos de China ». La Californie bénéficie d’une seule liaison artificielle qui n’est pas même annuelle, avec le plus grand port de la côte Pacifique. On ne saurait mieux souligner, sans doute, l’insignifiance des postes de la côte Nord. Malgré les quelques mines de la côte de Sinaloa.

73La reconnaissance de la côte Nord au-delà de Sinaloa s’est faite très lentement. Les grands postes missionnaires ne sont pas antérieurs au xviiie siècle. Ce processus de lente expansion vers le Nord est, évidemment, lié à la découverte du chemin de Retour direct entre les Philippines et la Nouvelle Espagne. Portés par le contreflux des moyennes latitudes, les « naos de China » reconnaissent la côte du continent aux alentours du 30e degré, au moins de latitude Nord. Il est naturel, dans ces conditions, que pour assurer à cette liaison dramatique et vitale un maximum de sécurité sur le dernier tronçon, le plus exténuant, d’un voyage épuisant, un effort spécial d’exploration ait été fait dans cette direction.

  • 82 Colec Fern. Navarrete, t. XV, dto 28, fo 175 : « ... Apreciable declaración que hizó Juan Fernández (...)
  • 83 Colec. Fern. Navarrete XVII, dto 18, fo 210 : « Derrotero de la navigación de las islas del Ponient (...)
  • 84 Soit simple rappel qui ne prétend pas à l’exhaustivité, Colec. Fern. Navarrete, t. XIX, dto 3, fo 2 (...)

74On a une preuve, entre autres, du lien étroit qui unit le destin de la côte de « Californie » dans son acception la plus large et la plus imprécise, à la navigation transpacifique, en direction de l’Extrême-Orient, dans la chronologie même du dossier Californie. Très peu de choses avant 156582, une extrême densité de projets après cette date. Chaque année, désormais, depuis le retour triomphal d’Urdaneta83, les navires après avoir longé la côte de la presqu’île de la basse Californie doublent le cap San Lúcar qui en marque le terme. A partir de 157384, à partir de 1593, surtout, des projets, suivis d’efforts plus ou moins conséquents, plus ou moins couronnés de succès, sont faits pour saisir plus solidement la côte de Californie. Malgré cet intérêt, rien, apparemment, de vraiment décisif, avant l’extrême fin du xviie et les premières décades du xviiie siècle. Pour permettre des établissements stables, dans une zone aussi peu peuplée, il aurait fallu un intérêt qui manque, le fameux détroit d’Anian, par exemple, vainement cherché, jamais trouvé.

2. Colima

  • 85 Carl Sauer, Colima, op. cit., p. 59.
  • 86 Le seul argument que l’on ait objecté aux évaluations fortes de l’école de Berkeley est l’argument (...)

75Colima et la Navidad au Nord de Colima marquent donc le terme de la frontière côtière nouvelle espagnole fortement peuplée et solidement occupée. Colima jouissait, au départ, il est vrai, en raison d’une forte population indienne, de bases solides. Il est peu d’endroits de la Nouvelle Espagne où le fléchissement de la population indigène ait été aussi catastrophique. En s’appuyant sur les « concessions » d’Indiens accordées aux conquistadores, Carl Sauer85 évalue la population de ce district réduit, mais volcanique, donc fertile, à 140 000 habitants au minimum, peut-être plus, au moment de la conquête en 1523-1524. On a pu rester sceptique devant ces études. En fait, elles entrent dans un système très général et solidement étayé86. Au milieu du siècle, trente ans plus tard, lors de la visite de Lebron (1550-1554), les données recueillies permettent une évaluation très sûre, entre les deux dates, le premier quart et le milieu du xvie siècle, la chute de population est de l’ordre de 80 %. Par la suite, le mouvement récessif se poursuit.

76Cette chute de population est trop conforme dans son mouvement à la tendance générale de la démographie mexicaine, pour surprendre. Un fait, pourtant, doit être retenu, l’accélération de la chute. Le mouvement est conforme, mais les pertes plus rapides et le creux plus profond qu’il ne l’est à l’ordinaire dans le reste de la Nouvelle Espagne.

  • 87 Velasco, op. cit., p. 244 ; Carl Sauer, op. cit.
  • 88 Carl Sauer, op. cit., p. 90 sq.
  • 89 Carl Sauer, op. cit., p. 89.

77Aux causes générales, il convient d’ajouter des causes particulières. L’importance des spéculations. Spéculations agricoles ici : cacao surtout et canafistole87. Le cacao a été la grande richesse de Colima dans les cinquante premières années au moins de son histoire coloniale. Colima a vraisemblablement précédé, dans le temps, Sansonate, dans la hiérarchie des territoires grands producteurs. Puis la vague minière est arrivée. Comme partout, il y a eu, ici, un premier cycle de l’or, par orpaillage88, particulièrement destructeur sur le plan humain, il s’éteint entre 1535 et 1545 et s’imbrique dans une phase de l’argent qui ajoute ses effets destructeurs à ceux de l’or. Non seulement, on trouve à Colima89 les traces les plus anciennes de production d’argent en Nouvelle Espagne, paradoxalement dans les années 20 du xvie siècle, mais la proximité du front minier des deux Mexiques a pesé lourdement sur le destin de Colima. Malgré la proportion relativement faible de main-d’œuvre servile utilisée par l’industrie minière, Colima a servi de réserve de main-d’œuvre aux pays miniers.

  • 90 W. Borah, Mexico and Peru, op. cit., p. 66-67.

78Outre ces activités, il conviendrait, vraisemblablement, d’ajouter ces importants chantiers de construction navale de la Navidad sur la frontière Nord du district90. Ils auront contribué, selon toute vraisemblance, à éroder les réserves indiennes de ce district au terme du précolombien, pourtant riche en hommes.

LA NAVIDAD

79Et c’est, peut-être, tout simplement à cette usure qu’il faut attribuer la lente décadence de la Navidad, appuyée sur le territoire de beaucoup le plus peuplé, dans la première moitié du xvie siècle, de toute la côte Pacifique. Woodrow Borah a dit le prestige de ses chantiers de construction navale dans la plus grande partie du xvie siècle.

80La puissance de ses chantiers — à l’échelle du monde colonial du xvie siècle » il ne s’agit ni de la Biscaye, ni de la Zélande ou des rives de l’Amstel — elle-même liée aux fortes réserves de la main-d’œuvre du district volcanique de Colima au Sud, aura été un élément décisif dans le rôle que joua la rade de la Navidad dans la première histoire Pacifique de la Nouvelle Espagne.

  • 91 Cf. entre autres... Colec. Fern. Navarrete, t. XV, dtos 39, 40, 41, 42 et 45, fo 254 vto et fo 309 (...)
  • 92 Cf. entre autres, Codoin, Ind. I, t. 14, p. 165-191.
  • 93 Les Philippines et le Pacifique.

81C’est à la Navidad que s’effectuèrent les préparatifs de la grande expédition malchanceuse de Villalohos en 1542-154391. C’est de la Navidad que partirent bon nombre d’expéditions dans d’autres directions92. C’est à partir de la Navidad qu’avec l’expédition victorieuse de Legazpi-Urdaneta93 les Philippines ont été construites, d’abord. La Navidad est supplantée dans ce rôle de base de la liaison transocéanique par Acapulco, exutoire définitif du « camino de China » en 1570. La cause profonde de cette substitution doit être cherchée très vraisemblablement dans un complexe causal, au premier rang duquel on placera naturellement la moindre distance de Mexico. Le chemin Mexico-Acapulco ne représente pas plus de 60 % du chemin Mexico-la Navidad. Mais il ne faudrait pas négliger non plus l’effondrement démographique du district de Colima. Les deux facteurs — auxquels s’ajoute la supériorité de la rade exceptionnelle d’Acapulco — convergent vers un même but, une nouvelle architecture de la côte Pacifique de la Nouvelle Espagne : les structures qui prévalent jusqu’à la fin de la période coloniale, jusqu’en 1811, au moins, terme de la navigation du paradoxal galion, sont mises en place autour de 1570.

  • 94 On ne pourrait épuiser ce très copieux dossier. Chaque année, un courrier (cf. Ct. 5118, en 1642, p (...)

82A partir du moment où Acapulco se substitue à la Navidad comme tête de pont américaine de la navigation transpacifique, la Navidad n’est pas, pour autant, totalement éliminée de la très grande navigation. Elle reste pourvoyeuse de navires, jusqu’au moment prochain où les chantiers de Manille s’annexent tout le Pacifique, elle est, surtout, avant-poste relais sur le chemin du Retour. La Navidad partage ce rôle avec Colima ; C’est à la Navidad que l’arrivée tant attendue des navires des Philippines est signalée94.

83Loin d’être totalement éliminées par Acapulco, la Navidad et la côte de Colima se trouvent associées au vaste complexe portuaire dont Acapulco constitue, depuis 1570, indiscutablement, la tête.

LE RIO DE LAS BALSAS ET ZACATULA

  • 95 W. Borah, Mexico and Peru, p. 2 et 3.
  • 96 Codoin, Ind I, t. 6, p. 113-118, I, t. 14, p. 65-69, 1527.
  • 97 Codoin, Ind. I, t. VIII, p. 101-199, Zacatula, 22 janvier 1614.
  • 98 Ct. 5117, Mexico, 25 janvier 1626, Vice-Roi à C.C. : « El buen successo de las naos de Filipinas av (...)

84Les 500 kilomètres qui séparent la côte du district de Colima d’Acapulco sont loin de constituer un « no man’s land ». Mais le destin de cette région semble beaucoup plus étroitement associé à celui de la Navidad et de Colima qu’il ne l’est au destin d’Acapulco. Le bas Río Balsas sur les rives duquel on trouve le pont de Zacatula95, a été, d’abord, avant même peut-être Colima, un centre de chantiers légers, intermittents, constructeurs des petits navires de l’exploration et de la découverte96. Cette activité, bien que ralentie, ne disparaît pas tout à fait avec la croissance d’Acapulco. Les tentatives de Sebastian Vizcaino pour découvrir les îles « ricas de oro y plata » sont liées, en 1611-1614, apparemment à la base de Zacatula97. En 1625, à un moment où l’on craint pour la sécurité de la flotte d’Extrême-Orient, le Vice-Roi, dans une lettre précieuse à plus d’un titre98, signale à la Casa de la Contratación, les mesures défensives qu’il a prises, en faisant disposer des troupes dans la région de Zacatula. De ce document, dont on peut apprendre beaucoup : un ordre de grandeur peu suspect du contenu en valeur des navires de Chine, en un moment de sincérité à l’abri, un instant, des habituelles précautions fiscales, l’extrême importance du trafic pour le Conseil des Indes... nous retiendrons un point seulement, le rôle de flanc-garde, en cas de danger, de la côte du Río Balsas.

ACAPULCO

  • 99 W. Borah, Mexico and Peru, op. cit., p. 23.

85Car toute la côte est organisée, depuis 1570, autour d’Acapulco. Le seul port de la Nouvelle Espagne Pacifique dont le mouvement puisse en valeur, du moins, sinon en volume, supporter la comparaison avec les grands ports de la côte Atlantique. Avant la mise en place de la ligne transocéanique, Acapulco n’était qu’un port entre autres. L’excellence de sa rade avait séduit Cortès et on y trouvait la trace sporadique de constructions navales99. Malgré ces avantages, il ne semble pas que le volume de son activité côtière fût comparable à celui de la Navidad et de Huatulco. Simple impression, en l’absence pour le moment de documents sérieux et qu’une recherche plus poussée contredira peut-être. Peut-être faut-il mettre en cause pour expliquer cette inégalité, la densité de la population de l’arrière-pays immédiat. Quoi qu’il en soit, il importe de ne pas confondre Acapulco avant et après la mutation fondamentale de l’annexion des Philippines.

  • 100 Les Philippines et le Pacifique.

86La vie maritime d’Acapulco, tête de ligne du galion, n’entre pas dans les préoccupations de cette étude, mais le galion pèse sur tout le détail de la vie d’Acapulco. Il commande une mutation certaine du trafic du port. Ce trafic, on en voit, ailleurs, une étude, étayée sur les comptes de la caisse royale d’Acapulco100. Et puisque la croissance du trafic côtier dépend étroitement de l’installation d’un grand courant d’échanges transocéanique, les causes qui sont responsables du choix d’Acapulco comme tête de ligne du plus grand trafic portent indirectement la responsabilité du destin tout entier du grand port de la côte Pacifique.

HUATULCO

  • 101 W. Borah, Mexico and Peru, op. cit., p. 23 sq.

87Acapulco est responsable, ainsi, de la chute d’activité qui semble frapper la région de Huatulco. Huatulco a été de 1537 à 1575, grâce au trafic avec le Pérou, le port le plus important de la côte Pacifique de la Nouvelle Espagne101.

  • 102 Ibid., p. 22.

88Il doit cette situation exceptionnelle à l’importance des échanges Nord-Sud entre la Nouvelle Espagne et le Pérou, à la richesse de l’arrière-pays, l’Oaxaca, à la proximité des terres du marquisat del Valle et à l’intérêt que son fondateur Cortès et ses successeurs, après lui, portent aux entreprises maritimes. Pour le trafic du cabotage, qui prévaut dans le premier demi-siècle de son histoire, le site de Huatulco est bon. Le port est petit, mais commode et bien abrité, deux milles de long et un quart de mille de large, ouvert seulement aux tempêtes du Sud-Est, pratiquement inconnues pendant la saison sèche, d’octobre à avril, la protection est absolue contre les vents du Nord les plus dangereux102. Huatulco est le meilleur port naturel de la côte du Mexique de Soconusco à Acapulco.

  • 103 Ibid., p. 25.
  • 104 Nous n’en avons pas ici, la preuve formelle, mais on peut raisonner par analogie, en extra polant p (...)
  • 105 W. Borah, Mexico and Peru, op. cit., p. 85.

89L’importance du cabotage explique l’importance également des constructions navales. W. Borah fournit à l’appui de cette supériorité quelques arguments peu suspects103. Le meilleur est constitué par l’existence à Huatulco d’une main-d’œuvre qualifiée, composée de cadres espagnols et de manœuvres indiens grossièrement rodés à cette tâche. En 1539, et dans les années suivantes, c’est de Huatulco que Tehuantepec fait venir les calfateurs dont elle a besoin. Huatulco est alors l’entrepôt du cacao de la côte du Sansonate, dont les négociants de Mexico, représentés par leurs facteurs104, assurent la redistribution à travers la Nouvelle Espagne. C’est par Huatulco que Mexico commande un trafic qui repose très grossièrement sur l’échange de la production excédentaire d’argent du Pérou contre des produits manufacturés de la grosse agglomération humaine de Mexico, contre du sucre de Nouvelle Espagne, au premier chef, mais, un peu, aussi, des Antilles, en transit par Mexico et Huatulco105, peut-être aussi, en faible quantité, des produits d’Europe, réexportés, en raison du dénivellement des prix, qui fait du Pérou un marché tellement séduisant.

90A partir de 1575, une masse de produits nouveaux, les produits de Chine, sont lancés dans la flotte des échanges entre Nouvelle Espagne et Pérou. Le rôle de réexportateur incombe, évidemment, à Acapulco. Le gros trafic dont Acapulco bénéficie, va détourner vers lui toute une série de transactions qui, antérieurement, empruntaient le chemin de Huatulco.

***

91En raison de la grande révolution de la mise en exploitation des Philippines, il y a cassure des structures géographiques de la côte Pacifique de la Nouvelle Espagne. Avant la décade des années 70 du xvie siècle, avant la mise en place du grand axe transocéanique, la vie côtière est une vie dispersée, avec deux pôles, Huatulco, surtout, au Sud, la Navidad et Colima, accessoirement, au Nord. Malgré ses belles possibilités, Acapulco ne vient qu’en troisième position.

92A cette vie diffuse s’oppose, après 1575, et de plus en plus, au fur et à mesure que l’on descend le cours du temps, l’extrême centralisation de tous les trafics, de tous les échanges autour d’Acapulco, dispensatrice, par délégation, des richesses de l’Extrême-Orient.

93Pour la côte Pacifique, mais pour la côte Pacifique seulement, il n’y a pas une géographie mais deux géographies mexicaines. Cette complication imprévisible incite dans le cadre des « structures » — c’est-à-dire, moins dans l’ordre du statique que dans celui des mouvements au déroulement le plus lent — à tenter l’esquisse d’un bilan provisoire de l’économie mexicaine.

IV. — NOTES POUR UN BILAN PROVISOIRE DE L’ÉCONOMIE MEXICAINE COLONIALE

  • 106 Cf. Annexe, chapitre XV, p. 760-767.

94Il faudrait situer la Nouvelle Espagne dans l’ensemble américain et dans l’ensemble Atlantique. Montrer dans quelle mesure elle vit au rythme commun, en quoi elle s’en différencie. Or, il ne peut être question, de toute manière, mais plus particulièrement ici, que d’un bilan très provisoire. Il nous manque, pour longtemps, encore, la plupart des éléments nécessaires, c’est-à-dire, dans le cadre de cette étude incomplète, le Pérou et le rythme général de l’Atlantique, mais il nous manque surtout, une récolte plus substantielle de séries chiffrées significatives. Les coups de sonde auxquels nous avons procédé106 n’ont pas d’autre but que de prouver qu’une telle étude est possible au prix d’un effort plus persévérant que le nôtre.

  • 107 Cf. Annexe I, chapitre XIV, p. 719-720, et plus particulièrement Carl Sauer, Colima of New Spain in (...)
  • 108 Il ne s’agit pas d’une étude des prix, mais de simples sondages, à une époque critique, en vue de d (...)
  • 109 Annexe, chap. XV, p. 760-767.

95Pour jeter les premières bases hypothétiques d’une esquisse historique, on possède la moisson déjà abondante des remarquables travaux d’histoire quantitative sérielle de l’école de Berkeley107. A ces études décisives dont on ne dira jamais assez l’excellence, tant par les résultats que par la méthode, nous avons ajouté quelques coups de sonde sur salaires et prix à Mexico au milieu du xvie siècle108 et une étude sommaire des finances publiques109.

QUELQUES INDICES D’ACTIVITÉ

  • 110 Annexe, 2e colonne, chap. XV, p. 760-767.

96La plupart des indices d’activité que l’on parvient ainsi, à dégager, sont des indices favorables. L’activité économique globale de la Nouvelle Espagne coloniale paraît demeurer croissante beaucoup plus tard qu’on ne l’attendrait. Le total des entrées dans la caisse du Mexique110 dessine une courbe tendanciellement croissante — compte non tenu de l’évolution des prix — elle culmine une première fois en 1609-1610, puis, après un palier, à un niveau plus élevé encore, en 1622-1625. Après cette date, il y a recul, mais recul de très faible ampleur. Ce premier indice d’activité se distingue par une santé de plus longue durée et par une récession très atténuée ensuite, par rapport à l’indice global des échanges dans l’Atlantique espagnol du Monopole.

  • 111 On pourrait, sans doute, faire le départ dans ces comptes entre ces deux fonctions, mais il faudrai (...)

97Que signifie le volume global des entrées ou celui des dépenses dans la caisse de Mexico, ces résultantes à composantes multiples ? Beaucoup de facteurs sont susceptibles d’entrer en ligne de compte et il n’est pas commode de délimiter la part de chacun. Certes, il y a présomption de croissance de l’activité coloniale globale, mais cette croissance s’applique-t-elle à l’ensemble des territoires ou à Mexico, plus directement touché ? La caisse de Mexico est à la fois caisse locale et caisse centrale111. Le volume de ses entrées et celui de ses sorties constitue donc un reflet composé de l’activité de toute la Nouvelle Espagne et de l’activité de Mexico. Elle est directement sensible à ce qui se passe à Mexico même, mais aucune activité située quelque part dans le nouveau royaume ne lui échappe totalement. L’accroissement des « cargo » et des « data » peut signifier, aussi, l’accroissement du poids de l’État, dans la mesure où, c’est certain, la croissance des chiffres n’est pas uniquement imputable à celle des prix. Mais cet accroissement du poids de l’État ne signifie-t-il pas accroissement, aussi, des activités colonisatrices. L’indice serait de faible valeur s’il était seul, mais il y a autre chose,...on peut, heureusement, aligner d’autres indices.

  • 112 Annexe, colonne 2 à colonne 6, chap. XV, p. 760-767.

98La courbe des entrées et des sorties est, en effet, illusoire. Beaucoup plus valable, peut-être, en tant qu’indice d’activité de la Nouvelle Espagne très largement entendu, la série que l’on obtiendrait en retranchant112 des entrées ou des sorties les sommes remises à l’Espagne. On constaterait une très régulière croissance beaucoup plus accusée des sommes effectivement dépensées par l’administration coloniale à l’intérieur de l’espace Nouvelle Espagne Philippines. Semblable situation témoigne d’un alourdissement finalement heureux de la machine administrative d’autant plus heureux qu’il implique, en l’occurrence, une atténuation de l’extraversion coloniale. En s’alourdissant, en s’enfonçant davantage dans le sol, l’administration de la Nouvelle Espagne, capitale et métropole relais, conserve mieux au pays la richesse qu’il crée. Donc l’indice d’activité des dépenses effectuées sur place renforce l’impression tirée des « cargo » et « data ». Ce renforcement du pourcentage et du volume global des dépenses publiques fixées sur le territoire Nouvelle Espagne Philippines constitue un indice d’activité favorable.

99Pour l’almojarifazgo, l’indice d’activité, par excellence, du commerce extérieur maritime, il y a croissance record à la fin du xvie siècle, dans des proportions inimaginables. Même si le gain n’est pas totalement conservé après 1600, ce repli très relatif de ces années n’efface pas le mouvement positif antérieur. L’almojarifazgo passe, en outre, par un nouveau record entre 1626 et 1638. C’est à la hauteur de 1640, seulement, qu’il y a repli. Mais l’allure de l’alcabala, cet indice d’activité moins précis, mais plus précieux parce que plus rare, du petit commerce, est plus symptomatique encore. Croissance jusqu’en 1638, repli à peine esquissé, au-delà, l’alcabala permet de suivre des transactions locales, l’almojarifazgo des mouvements intérieurs d’Inde en Inde et à l’intérieur de l’empire, mais à plus grande échelle.

100Dans le même temps, les exportations officielles d’argent, reliquat de gestion de l’administration coloniale locale vers l’Espagne, diminuent plus rapidement peut-être qu’au Pérou, tandis que s’accroissent les exportations de trésors d’État hors des Philippines. La série « Philippines » accuse une mutation brusque après 1619 et la reprise de l’attaque hollandaise. A partir de 1640, les versements aux Philippines dépassent régulièrement et sûrement les virements à l’Espagne.

  • 113 Cf. ci-dessus, p. 782-784.

101Le seul son de cloche discordant provient du mercure. Il semble difficile de ne pas admettre dès le début du xviie siècle un arrêt de l’expansion de la production minière. Compte tenu même d’un certain progrès technique, l’arrêt de la progression de l’approvisionnement en mercure, puis la diminution de cet approvisionnement sont lourds de sens. Ils prouvent un plafonnement et vraisemblablement une récession relative et absolue de l’industrie minière pilote. La relation mercure/production de l’argent n’est pas automatique. Il faut tenir compte, en effet, de l’importance relative113 des techniques traditionnelles et des techniques nouvelles de l’amalgame, il faut tenir compte d’un progrès technique, d’ailleurs très lent, qui tend à réduire la quantité de mercure nécessaire pour le même effet, ou plus exactement à éliminer les pertes dans le processus de l’amalgame, il faut tenir compte de la constitution d’un volant mercuriel. Une partie du mercure — et c’est dans la récupération du mercure que s’exerce, tout particulièrement, selon toute apparence, le progrès technique — est remis en circuit après usage.

102Il n’y a pas, donc, les conditions d’une liaison simple, automatique, entre mines et mercure. Il faut tenir compte des variations du prix de ce dernier. Pour le moment, contentons-nous de noter cette nouvelle nuance au tableau. Ralentissement de l’activité principale — ralentissement de croissance plus que diminution. Ce ralentissement laisse à penser une certaine reconversion de l’économie mexicaine dans la dispersion.

  • 114 Annexe I, table C, chap. XIV, p. 720. S’il y a ralentissement après 1600, entre 1600 et 1620, de la (...)
  • 115 T. VIII2 bis, p. 853-1525.

103Cette reconversion dans la dispersion, divers éléments la laissent à penser, le maintien des almojarifazgos et plus encore des alcabalas. La croissance du troupeau telle qu’elle ressort des travaux de Berkeley114. Le retournement de la tendance majeure des activités globales dans l’Atlantique espagnol115 au début du xviie siècle, est exprimé, ici, plus par une ventilation différente des activités. On peut dire, au prix d’une simplification excessive, qu’aux structures anciennes centrées sur la mine, les structures mexicaines de la première phase A mondiale d’expansion, succèdent des structures dépendant, encore, très largement, d’une économie minière en partie dominante, mais moins exclusivement dominante que par le passé. Le passage de A à B se marque par une grande crise de déstructuration et de restructuration, par une modification des rapports intérieurs entre les diverses branches de l’économie de la Nouvelle Espagne. C’est ce qu’impliquent nos indices d’activité.

POPULATION

  • 116 Annexe I, chap. XIV, table A, p. 720.

104Mais il est un indice d’activité qui constitue un bien meilleur approche, le volume global de la population coloniale. On n’en connaît pas la masse avec toute la précision désirable. Cependant, les chiffres de Woodrow Borah116 peuvent être retenus.

1. Population blanche, population indienne

105Ils témoignent d’une croissance assez régulière. Très forte au début du xvie siècle, elle est ralentie dans la première moitié du xviie siècle, puis elle atteint un rythme invraisemblable à la fin du xviie siècle et dans la première moitié du xviiie siècle. Jusqu’à 1680, les tendances des populations européennes et indiennes sont opposées. Le passage d’une phase A à une phase B dans l’espace de l’économie atlantique dans la mesure où on est bien renseigné, semble ne se répercuter dans la démographie mexicaine que par un simple ralentissement du rythme de croissance de la population européenne.

106Ici, donc, deux structures démographiques. Les structures démographiques de la première phase de la conquête et de la première phase de la période coloniale de 1521 à 1680. Elles correspondent aux phases A et B des xvie et xviie siècles européens. Au-delà de 1680, les structures de la phase A d’un xviiie siècle, ici, particulièrement précoce, avec cinquante ans presque d’anticipation. De 1521 à 1680, les tendances de la population européenne et de la population indienne sont opposées. La décroissance de la population indienne est régulière, assez insensible aux grandes fluctuations de la vie économique, cette décroissance indienne est ralentie, pourtant, vers la fin de la première période ainsi délimitée de 1521 à 1680, au moment même du ralentissement de la croissance de la population européenne. La population européenne, par contre, semble assez sensible à la conjoncture de plus longue durée. A partir de 1680, deux masses croissantes, la masse, indienne en progression à un rythme lent et assez peu sensible à la conjoncture commerciale, la masse européenne à un rythme beaucoup plus rapide et particulièrement accéléré dans la première moitié du xviiie siècle.

107On peut parler, donc, de l’unité des structures démographiques de toute la première partie de l’histoire coloniale mexicaine. Nulle part ailleurs nous ne possédons une masse comparable de renseignements. L’exemple du Mexique est susceptible d’éclairer le problème extraordinairement complexe de la démographie indienne à travers toute l’Amérique.

2. La démographie indienne : nouvel examen critique

  • 117 Annexe I, chap. XIV, table B, p. 720.

108Cette bénéfique richesse nous oblige, une deuxième fois — nous l’avons fait une première fois, déjà, à propos de Saint-Domingue, avec des documents beaucoup plus pauvres — à nous pencher sur le problème capital de la démographie indienne. Les chiffres de 10 500 000 habitants avancés pour le Mexique humide par les historiens de Berkeley ont pu surprendre117. Il n’est pas douteux qu’ils sont moins bien étayés — Cook, Borah, Simpson en sont parfaitement avisés — que les chiffres définitivement établis de la population indienne au cours de la décade des années 60, 4 410 000 habitants pour le Mexique humide. Et pourtant, on est bien en présence d’un ensemble de témoignages concordants qu’il ne paraît pas prudent de révoquer en doute.

  • 118 Cf. ci-dessus, p. 495-510. L’objection apposée aux évaluations fortes rapportées par Las Casas et O (...)
  • 119 Cf. ci-dessus, p. 495-510, 557-559.
  • 120 Avec l’avantage de sources infiniment plus riches que pour les îles.
  • 121 Que le travail statistique de Carl Sauer confirme pleinement.

109a. Facteurs exogènes. — Le seul argument que l’on ait objecté au Mexique, comme à Saint-Domingue, on l’a vu118, reste celui de la vraisemblance. Il procède, par conséquent, d’une position a priori, de non précédent. A cet égard, il convient de se rappeler que l’événement lui-même est sans précédent. Sans précédent, non sans analogue. On pourrait trouver dans l’histoire de l’Océanie au xixe siècle, on l’a évoqué déjà, des chutes de population, proportionnellement, du moins, aussi importantes que celles observées dans les Indes du tout premier xvie siècle. Tous les facteurs retenus, déjà, pour expliquer les événements des îles119n jouent ici sûrement à plein : les maladies microbiennes sans immunités acquises (il suffit de se souvenir de l’effet des grandes épidémies de variole et de matlazahualt120, au cours du xvie siècle mexicain). Sans immunités organiques et sans traditions thérapeutiques. Convient-il de rappeler, une fois encore, les observations pertinentes de Las Casas ? Les indiens ne sont pas habitués aux maladies éruptives. Ils sont désarmés au moins autant psychologiquement que physiologiquement. Peuple nu, dans les îles, au Mexique, peuple insuffisamment vêtu ; il arrive que l’indien se jette à l’eau pour apaiser les brûlures de la fièvre. Même au siècle des antis biotiques, un tel comportement serait le plus souvent sans remède. Une innocente rougeole devient, dans ces conditions, mortelle. On comprend, si on veut bien tenir compte de ce facteur, l’extraordinaire violence de ces maladies des premières décades. Il aura fallu vingt, trente ans et davantage, pour que les indiens acquièrent au contact des Espagnols, face aux maladies rougeolantes, le réflexe thérapeutique élémentaire que les peuples des régions tempérées et froides avaient acquis depuis un temps immémorial. Ces réflexes élémentaires qui ont été le fondement de la thérapeutique anté et post-pastorienne jusqu’à la grande révolution médicale à laquelle le Docteur Fleming a attaché son nom. On comprend, en outre, une différence géographique que toutes nos sources retiennent sans vraiment l’expliquer. Le comportement très différent sous le choc de la première conquête (il s’agit surtout, d’un choc microbien) des populations des terres froides et des terres chaudes. Les hommes des « terras clientes » meurent beaucoup plus. Cette surmortalité, attestée par Velasco après d’autres121, des hommes des terres basses de la côte s’explique, sans doute, par des niveaux de culture différents. Mais, d’une manière très concrète, par cette moindre résistance aux épidémies rougeolantes. Le peuple nu des plaines est beaucoup plus sensible que le peuple demi-vêtu des plateaux.

110Mieux, l’explication peut être étendue, vraisemblablement, au couple Mexique-Pérou. Il est vraisemblable que la chute de la population quechua aymara a été moins profonde (on en retiendra la proposition jusqu’à preuve du contraire, jusqu’à la conclusion d’études comparables à celles de Cook et Simpson que l’historien appelle de tous ses vœux). Peut-être, est-ce dû, simplement, à l’opposition peuple nu - peuple vêtu. Par rapport au plateau mexica, le plateau andin est froid. Mieux vêtus, les quechuas aymaras ont, peut-être, payé un tribut moins lourd aux nouvelles maladies éruptives.

111Pour ces derniers, du moins, il y a, au contact des européens, possibilité d’adoption des sages thérapeutiques de l’empirisme occidental, pour les peuples nus des plaines, cette protection n’est pas possible. Il y a les violences de la guerre, de l’orpaillage, l’effondrement psychologique de la défaite. Le refus collectif d’être que tous nos témoins, les moins suspects, eux-mêmes, comme Fernandez de Oviedo, nous ont rapporté.

  • 122 Cf. Annexe I, table C, chap. XIV, p. 720.
  • 123 Lesley B. Simpson, Exploitation of Land in Central Mexico in the XVIth century, op. cit.
  • 124 Julius Klein, The Mesta : A Study in Spanish economic history, 1273-1836, Cambridge Mass., 1920, Ha (...)

112Pour la Nouvelle Espagne, enfin, on possède d’autres éléments qui sont, sinon nouveaux, du moins plus sûrs. Les concurrences alimentaires122 du bétail n’ont été, nulle part, mieux mises en évidences. Bovins, ovins, caprins et Espagnols se développent — le graphique l’établit, jusqu’en 1620, sûrement, jusqu’en 1680, vraisemblablement, — avec une force extraordinaire. Nulle part ailleurs, le processus des concurrences alimentaires n’est mis plus vigoureusement en lumière. Les plaintes qui filtrent, à travers les barrages de l’administration, contre les troupeaux constituent une partie de la belle étude de L. B. Simpson123. Les ravages des troupeaux sur les champs de maïs sont incalculables. Les champs indiens sont sans protection, puisque le bétail n’existait pas avant la conquête. L’invasion des troupeaux constitue un péril nouveau contre lequel, en raison de sa nouveauté même, on est sans défense. Jamais, peut-être, depuis les origines de l’humanité, le gigantesque conflit entre Caïn et Abel n’a atteint une telle ampleur, à cette différence près, peut-être, qu’ici c’est Abel, le meurtrier et Caïn, la victime. A côté de cette lutte, les conflits de la Mesta castillane124 sont particulièrement anodins.

113Ici, au vrai, la lutte est trop inégale. L’agriculture est indienne, le troupeau, espagnol. L’agriculture appartient aux dominés, le troupeau, aux dominants. Quand on sait la faiblesse des moyens dont disposaient les indiens pour se faire entendre, on est stupéfait de l’importance relative des plaintes qui ont filtré. Nous en savons l’épaisseur grâce à Lesley Byrd Simpson. On ne peut en les lisant qu’être pris à la gorge par l’émotion d’un impitoyable massacre, d’autant plus impitoyable qu’il est plus inconscient chez ceux qui le perpétuent. Le bétail, au sens propre, a tué l’homme. A la lueur des témoignages et de ces données, tout s’éclaire. Les densités de 12 et 13 habitants au kilomètre carré que supposent pour le Mexique humide les évaluations de 1521 des historiens de Berkeley ne sont nullement invraisemblables, si on tient compte d’un sol volcanique et d’une nourriture essentiellement végétarienne à base de maïs, dont le rendement alimentaire est particulièrement élevé. Mais l’introduction dans le circuit, faut-il le rappeler ici comme aux îles, de populations carnivores rompt l’équilibre. La même quantité de maïs peut nourrir quinze à vingt hommes ou un seul, suivant qu’elle est absorbée directement, par des végétariens ou, médiatement par des populations mangeuses de viande. Dans l’équilibre alimentaire péniblement obtenu d’une population végétarienne, la brutale adjonction de dominants carnivores suffit à tout remettre en cause. Elle entraîne, nécessairement, une chute vertigineuse du maximum de peuplement. Nous avons, dans le cas du Mexique humide, l’illustration parfaite d’une loi de base de la démographie la plus élémentaire.

114b. Facteurs endogènes. Or, la récession aura été d’autant plus inexorable — partant moins surprenante — que le facteur exogène de l’adjonction de dominants et des modifications des coutumes alimentaires, s’ajoute au facteur endogène du cycle normal de peuplement pour une population pratiquant sur une terre tropicale une culture à très large assolement.

115Si on admet notre hypothèse, la chute verticale de la population indienne perd son invraisemblance, dans la mesure où elle résulte de l’action cumulative d’un facteur exogène : la conquête, ses séquelles, l’introduction d’un élevage itinérant et l’arrivée de dominants briseurs de sages coutumes alimentaires ; et d’un facteur endogène : le cycle démographique des civilisations du maïs.

  • 125 S. F. Cook, The historical demography and ecology of the Teotlalpán, op. cit. et cf., p. 495-510 et (...)
  • 126 Sylvanus Griswold Morley, The ancient maya, N. Y. 1946 — et trad. à Mexico — La civilización maya, (...)

116Le cycle endogène de la population indienne, indépendamment de la conquête, peut se déduire de l’étude partielle mais prodigieusement féconde de Sherburne F. Cook consacrée au district de Teotlalpán125 comme on peut l’induire par analogie de ce que l’on devine des expériences des mayas126. On connaît le schéma repris par Cook, aussi solidement étayé qu’on peut l’espérer, dans un domaine aussi mouvant : la croissance de la population amène le défrichement des pentes. Le défrichement des pentes les plus exposées entraîne la destruction des sols. La croissance de l’érosion qui en est la conséquence désorganise le micro-réseau hydrographique. Un recul général de la production vivrière en découle. Le dépassement du maximum de sécurité entraîne un effondrement radical du maximum de population. La chute de la population permet la reforestation naturelle des pentes exposées et, après plusieurs siècles, la reconstitution naturelle des sols. Dans l’hypothèse vérifiée pour un long passé précolombien d’un niveau technique stagnant, le cycle repart ainsi, de lui-même. L’hypothèse est virtuellement contrôlée dans le cadre limité de Teotlalpán grâce à l’emploi convergent de diverses méthodes qui vont de l’interrogation minutieuse des textes à l’étude des alluvions dans le lit des rivières. Si, au prix d’une généralisation, peut-être un peu hâtive, on extrapole pour la plus grande partie du Mexique humide ces résultats, on arrive à la conclusion capitale suivante.

  • 127 L’amplitude de 11 à 10,5 millions à 1,8 million, soit un recul de 9,2 millions ou de 500 %, par rap (...)
  • 128 Cf. Annexe graphique.

La population indienne du Mexique humide se trouvait à la veille de la conquête (comme celle, d’ailleurs, de Saint-Domingue et des grandes îles), au sommet de la phase d’expansion naturelle du cycle démographique, c’est-à-dire à l’époque de plus grande fragilité des sols et de l’équilibre humain résultant. Le choc de la conquête a été particulièrement destructeur dans la mesure où il était reçu à ce moment de très grande fragilité, proche du renversement naturel de la tendance majeure des bases démographiques. La phase décroissante de la population indienne de 1520 à 1680 a été légèrement avancée et considérablement accélérée par l’adjonction d’accélérateurs extérieurs au processus cyclique endogène. Une courbe descendante à courbure concave de demi-période d’un siècle et demi et d’amplitude a127 s’est substituée à une courbe hypothétique128 résultant des seuls facteurs endogènes, de demi-période biséculaire au moins et d’amplitude Image 10000000000000190000002C32A4052D.jpg (par exemple).

  • 129 Raison abusive que l’on aura saisie pour révoquer en doute le remarquable travail des historiens de (...)

117Il n’y a plus rien de surprenant, désormais, dans l’accélération a priori insolite de la phase décroissante de la population mexicaine129. On n’a plus, en conséquence, de raisons valables pour récuser en doute le chiffre de 10 à 11 millions d’Indiens, au départ. La décroissance aura été d’autant plus difficilement réversible que la vitalité de la population indienne était, de toute manière, inférieure à celle de la population blanche. Ce faible dynamisme démographique n’est pas en contradiction, bien au contraire, avec l’énorme masse humaine de 10 millions d’âmes que nous supposons au plateau mexica, au point de départ de son histoire coloniale. Cette accumulation d’hommes ne présuppose pas un fort excédent de la natalité sur la mortalité. C’est une population fossile, une masse humaine en surfusion. Fragile, par cela même.

118C’est le miracle du maïs. Autant qu’on en puisse juger, le maïs a permis cet apparent paradoxe. En effet, la récolte y est moins sujette à de vastes amplitudes que celle des céréales de l’Europe tempérée. Les Indiens se trouvaient, ainsi, à l’abri en partie de la famine, à l’abri, partant, des incidences démographiques de la fluctuation cyclique décennale. Un très faible excédent de la natalité permettait, ainsi — nous en formulons, du moins, l’hypothèse vraisemblable — une courbe lentement, mais sûrement, ascendante. Une évolution qui, paradoxalement, rappelle davantage l’allure de certaines populations malthusiennes de l’Europe surdéveloppée de la deuxième ou troisième révolution industrielle que celle des populations dynamiques de l’Ancien Régime européen. Il importe peu à la limite que la famille soit réduite par une restriction exagérée volontaire des naissances ou par une forte mortalité infantile. L’effet démographique à long terme sur la pyramide des âges est le même. Mais les populations malthusiennes sont des populations fragiles.

119Toutes proportions gardées, l’expérience française de l’entre-deux-guerres nous l’aura appris. La population indienne ne connaissait pas, vraisemblablement, au même titre que les populations européennes, les toniques purgations du cycle. Son équilibre est beaucoup plus statique que dynamique. Le rythme séculaire y efface à peu près complètement le rythme cyclique de la démographie européenne. Et, quoi qu’on en puisse penser, c’est fâcheux.

  • 130 Cf. ci-dessus, p. 495-510.

120Quand le mécanisme récessif, en effet, y est déclenché, il risque de s’y dérouler d’une manière inexorable au rythme d’une fluctuation non plus décennale mais plusieurs fois séculaire. Aucune possibilité, pour longtemps, de remonter la pente. On a vu, déjà, à propos des îles130, les raisons de la faible élasticité de la démographie indienne. Elle tient, essentiellement, à l’absence totale de nourriture lactée de remplacement, lors du sevrage. On peut même se demander dans quelle mesure la reprise du xviiie siècle, sensible à partir de 1680, n’est pas due, entre autres facteurs, aux possibilités de lactation secondaire offerte par le troupeau. Un rythme progressif devient alors possible. Sans égaler le dynamisme des populations blanches, les Indiens des plateaux s’alignent sur elles. Cent cinquante à deux cents ans pour s’accoutumer au lait, même, en quantité infime, simplement comme virtualité d’alimentation d’appoint, presque thérapeutique, pour les enfants, ce n’est pas beaucoup.

  • 131 On pourra recourir une fois encore, à quelques travaux de S. F. Cook soit, sans prétendre les épuis (...)
  • 132 Cf. ci-dessus, p. 505-507, 779-781.

121Les raisons de la faible natalité structurelle de la plupart des populations indiennes, avant l’enrichissement dû au contact des Européens, ne découlent pas uniquement de considérations, a priori, dérivant de ce que peut nous enseigner la science médicale du milieu du xxe siècle. Ces déductions, a priori, ne sont pas, pour autant, à négliger. Il n’est pas douteux, notamment — l’argument a déjà été retenu à propos de la population des îles — que l’interminable temps de lactation maternelle a dû avoir les conséquences stérilisantes que nous savons sur la fécondité des femmes indiennes. Une fois de plus, l’ethnologie, ou du moins, l’ethnologie historique vient au secours de l’histoire. Ce que nous ne savons pas toujours avec certitude, par bonne critique historique, pour l’ancien Mexique humide du xvie siècle, nous le savons avec une entière certitude pour des zones marginales de la Nouvelle Espagne du xviiie et du xixe siècles131. Une fois de plus, dans un cadre temporel et spatial relativement homogène, l’extrapolation limitée est légitime. On peut donc profiter des leçons des remarquables études dont a bénéficié le Nord mexicain des xviiie et xixe siècles. La natalité indienne était, autant qu’on la devine ou qu’on l’extrapole d’une histoire voisine dans le temps et dans l’espace, dans le Mexique humide d’avant la conquête, plus faible que celle des Espagnols. Cette disparité s’aggrave, avec la conquête, lorsqu’intervient ce refus d’être, collectif, qu’on a déjà évoqué ailleurs, les lourdes charges stérilisantes de l’orpaillage— on a déjà dit pourquoi132 —, dans les premières décades, la flambée syphilitique surtout, par entrecroisement et réanimation réciproque entre Européens et Améridiens de germes atténués.

  • 133 On peut laisser de côté l’élément noir qui ne se différencie pas sous cet angle de l’ensemble du fa (...)
  • 134 Et surtout, aussi bien ou moins mal connus.

122C’est ainsi que l’on peut essayer d’expliquer les paradoxales structures démographiques de la Nouvelle Espagne de 1520 à 1680. Deux masses inégales et antithétiques : Indiens, d’une part, Espagnols de l’autres133. Dans un cas comme dans l’autre, une population dont le rythme semble réduit au mouvement séculaire. Mouvement séculaire d’expansion pour les blancs que leur position de dominants protège de toute manière contre la surmortalité de conjoncture. Mouvement séculaire de contraction pour les Indiens selon des modalités que l’on vient d’examiner. Tout cela hypothétique, encore, peut n’être en partie, qu’illusion résultant de l’insuffisance de nos investigations. On est en présence, toutefois, d’un ensemble cohérent qui vaut par sa logique propre, plus que, par chacun de ses détails. Jusqu’à preuve du contraire, ces structures démographiques caractérisent, profondément, la Nouvelle Espagne. Elles ne lui sont pas propres, mais elles ne sont, nulle part ailleurs aussi fortement dessinées134.

  • 135 Cf. ci-dessus t. VIII2 bis, p. 871-876, 1557-1561.

123Cette évolution démographique pèse d’un poids décisif sur la dynamique de la conjoncture nouvelle espagnole. On s’en rendra compte, plus tard135.

LES NIVEAUX DES PRIX

124Il y aurait d’autres moyens, encore, de cerner l’économie du Mexique colonial. Le moyen le plus efficace, ce serait, évidemment, une bonne étude des prix. Dans l’attente de la publication des recherches en cours, on se bornera à quelques sondages.

  • 136 Le vin, on le verra (cf. ci-dessous t. VIII1bis a été une des grandes spéculations motrices du négo (...)

125Dans l’ensemble, le niveau des prix industriels est plus élevé qu’en Espagne. Le niveau des produits alimentaires est plus bas, à quelques exceptions près, comme le vin136, produit mi-agricole mi-industriel et d’importation. Par rapport aux normes européennes, les ciseaux sont plus ouverts, moins que dans les îles, peut-être, et moins qu’au Pérou. Par cette structure (hypothétique dans l’état de nos sondages), la caractéristique majeure du Mexique se trouve confirmée, de capitale-relais et de métropole en second.

  • 137 Cf. Annexe, p. 816-817.
  • 138 E. J. Hamilton (1501-1650), op. cit., p. 271-272 et p. 278-279.
  • 139 Cela semble vrai, du moins, au milieu du xvie siècle. Naturellement, il ne faut pas se hâter à géné (...)

126Des sondages sur les prix donnent quelques précisions complémentaires. Les prix en Nouvelle Espagne semblent monter, au xvie siècle, du moins, plus rapidement qu’en Espagne. C’est vrai, sûrement, pour les salaires des oficiales ou assimilés137. Ces derniers, de 1548 à 1562 s’accroissent, en moyenne, de 100 %. En Espagne, dans le même temps, les salaires qui augmentent, pourtant, à un rythme plus rapide que les prix138 s’accroissent de 40 % environ139.

  • 140 De 1 ½ et 2 pesos de oro común, (24 avril, 18 mai 1539, Actas de cabildo III, p. 79 et 82) à 1 peso (...)
  • 141 Il s’agit d’une vue de l’esprit, puisque nous ne pouvons encore qu’imaginer semblable indice.
  • 142 E. J. Hamilton, 1501-1650, op. cit., p. 319.
  • 143 Annexe I, table C, chap. XIV, p. 720, d’après L. B. Simpson, Exploitation of Land in Central Mexico (...)
  • 144 Cf. ci-dessus, p. 528-534.

127Quelques groupes de prix sont particulièrement révélateurs des situations et des moments. Les prix voisins du suif (sebo) et de la chandelle de « sebo », comparés aux prix de la matière première, le suif. Entre 1539 et 1549, il y a baisse très sensible du prix du suif — de l’ordre de 50 à 60 %140. Cette baisse est l’expression, à un moment particulièrement décisif, de l’extraordinaire mutation quantitative du bétail. Elle prend toute sa signification dans une double perspective nouvelle espagnole et européenne. Alors qu’en Nouvelle Espagne, la plupart des prix augmentent plus vite qu’en Espagne, le suif, produit de l’élevage, baisse de plus de moitié de 1534 à 1548-1549 passant de 500, 600 maravedís l’arrobe à 204 maravedís. Par rapport à l’indice moyen supposé141 des prix, il s’agit d’une baisse relative qui se place dans l’ordre non plus de 2 à 1, mais de 4 à 1. Dans le même laps de temps, le prix du suif passe, d’après E. J. Hamilton, en Andalousie142, de 1 110 maravedís le quintal en 1532 à 1 700 maravedís en 1548 (1 632,0 en 1542, 1 394,0 en 1549) de 300 à 425 maravedís l’arrobe. En 1534, au moment où le troupeau n’a pris encore autour de Mexico son essor, le suif, produit animal, est très sensiblement plus cher qu’en Espagne, pratiquement deux fois plus cher. En 1548, le suif mexicain ne représente plus 50 % (204 au lieu de 425 maravedís) du prix espagnol. Soit le rapport de décroissance relative de 4 à 1 supposé tout à l’heure. Or, en 1548, le troupeau est encore insignifiant143, comparativement à ce qu’il sera plus tard. Une investigation plus poussée confirmerait, vraisemblablement, des distorsions comparables à celles qui existaient entre 1560 et 1570, entre les îles144 et la péninsule ibérique, par exemple.

  • 145 Actas de cabildo, 25 avril 1534,1 real ½ la livre. — 18 mai 1534,1 tomín (oro comun). Actas III, p. (...)
  • 146 E. J. Hamilton, 1501-1650, op. cit., p. 319.

128L’évolution très voisine et pourtant dissemblable de la chandelle permet de découvrir d’autres relations. C’est qu’au vrai, dans le prix de la chandelle, il n’y a pas que le prix de la matière première, mais celui du travail et d’une certaine habileté technique. En 1534, la chandelle du Mexique est deux fois et demi plus chère145 (51 à 34 maravedís) qu’en Andalousie146 (11 maravedís, la livre, en 1530, 15,00 en 1532, 15,00 en 1537, 13,6 en 1539). En 1548, elle a suivi la baisse de la matière première (14, 16,3 maravedís), mais elle est encore plus chère qu’en Andalousie (12,0 maravedís en 1542, 14,5 en 1549). Dans le même temps, le suif ordinaire est deux fois moins cher à Mexico qu’à Séville. Cette disparité doit être imputée à la cherté relative d’un travail industriel utile. Elle confirme ce que d’autres indices laissaient penser : le « centre industriel » de Mexico, le mieux armé de l’Amérique coloniale, reste, au début du moins, techniquement mal armé, si on le compare à l’Espagne.

  • 147 Prix de la fanega (unité de 54,7 à 54,8 litres), 1 peso de oro comun le 19 novembre 1543 ; même pri (...)
  • 148 E. J. Hamilton, 1501-1650, op. cit., p. 321.

129On pourrait multiplier les exemples valables, on se bornera, pour finir, à deux coups de sonde éclairants. Coup de sonde sur le coût des céréales dans le centre urbain démesuré, pourtant, de Mexico. On ne peut qu’être frappé, d’abord, de l’extrême rapidité d’adaptation du blé au cœur de l’Anahuac. Dès 1543-1544, la fanega de blé n’est pas à Mexico147 tellement plus chère qu’en Nouvelle Castille148 : 272 maravedís contre 162,7 maravedís en 1543 et 224 maravedís en 1544 soit, en gros, 30 % de plus. Un peu plus tard, l’acclimatation est si parfaite que le prix du blé à Mexico — la situation de Mexico est évidemment privilégiée — est, en général, un peu inférieur aux prix pratiqués en Nouvelle Castille. 1545,204 à 272 maravedís, 1547, 204 maravedís à Mexico, d’une part, 144,5 maravedís et 373,0 maravedís, en Nouvelle Castille, d’autre part (376,1, 425,5, 304,0 et 181,8 maravedís en 1546, 1548, 1549 et 1550).

130Mais sa situation de dominant confère à la population blanche de Mexico une position exceptionnelle. On le constate par le fantastique bon marché de la viande, plus tard, et du maïs, dès le début. Dans la mesure où elle accepte l’alimentation indienne, entendez le maïs, la population de Mexico se place à l’abri de la disette. Elle aura même à se nourrir d’étonnantes facilités.

  • 149 Actas de Cabildo, t. V, p. 77.
  • 150 E. J. Hamilton, 1501-1650, op. cit., p. 321 ; p. 326-327.
  • 151 Le journal de Guijo, pour le siècle suivant, ne mentionne jamais une disette à Mexico même. Les fac (...)

131La fanega de maïs vaut à Mexico en 1545149, 3 reales, 102 maravedís, soit le tiers ou le quart, seulement, du prix moyen du blé en Espagne dans le même temps. Le prix du maïs semble relativement plus stable que celui en Europe des céréales secondaires. L’orge vaut, à la même époque, dans la péninsule ibérique150, entre 75 et 150 maravedís. Mais en tant que céréale secondaire, en tant que blé du pauvre, de valeur alimentaire sensiblement égale au blé, le maïs est infiniment supérieur à l’orge. Mexico dispose donc, avec le maïs, d’une nourriture substantielle, et pour les blancs, même. pour les pauvres blancs, étonnamment bon marché151.

132Viande pour presque rien à partir de 1550, un maïs substantiel, abondant et nourrissant pour la fraction de la population blanche qui a su s’adapter, on comprend, malgré les duretés de son acclimatement, la prolifération des blancs sur le plateau mexica. La terre mexica est âpre, mais protectrice pour ceux qui l’ont conquise. Elle ne fournit pas facilement les facilités de la vie, mais elle couvre largement les besoins vitaux essentiels. Aux xvie et xviie siècles c’est une grâce inhabituelle. Elle paye, pour les plus chanceux et les plus courageux, les angoisses et les souffrances de la plus grande des aventures jamais connues, une aventure qui n’a eu d’équivalent avant l’ère attendue des premières explorations interplanétaires.

133C’est dans cette modeste réalité d’un peuple prolifique, fruste, dur, dru et bien nourri, trié au van d’une rude sélection, celle des volontés et des nerfs, que résident les grandes promesses de la Nouvelle Espagne conquérante et dominante des siècles à venir.

Annexes

ANNEXE. PRIX ET SALAIRES A MEXICO. QUELQUES DISPARITÉS STRUCTURELLES

Paru, trop tard, pour que nous puissions l’utiliser, le beau travail de Woodrow Borah et Sherbume F. Cook, Price Prends of some basic commodities in Central Mexico, 1531-1570 (Berkeley, 1958, in-8°, Ibero Americana, no 40, 89 p.) montre clairement — on pouvait le penser, a priori — que la grande révolution européenne des prix est, aussi, une grande révolution américaine des prix.

Les secteurs « monétaires » de l’économie coloniale sont entraînés dans un mouvement de pente ascensionnelle, au moins aussi rapide, souvent même, au début, plus rapide que les prix européens.

Sous l’angle des structures, ce sont les disparités Europe-Amérique qui nous intéressent le plus. En attendant le travail qu’il faut espérer décisif de Jean-Pierre Berthe, nous nous bornons à quelques sondages en partant de la série imposante des Actes de Cabildo de Mexico.

***

L’exemple du suif et des chandelles est intéressant. Entre 1534 et 1548, en effet, le suif, à Mexico, se comporte à contre-courant des indices les plus valables, non seulement en Europe, mais, fait plus significatif, encore, en Nouvelle Espagne, tel que leur mouvement ressort de la belle étude de Borah et Cook.

En quatorze ans, il y a chute des 9/10 du prix de la chandelle et chute de 50 % du prix de la matière première, le suif.

CHANDELLE

24 avril 1534

1 real ½ libra

51 mrs la livre

Actas IV, p. 79

18 mai 1534

1 tomin (peso oro comun) libra

34 mrs la livre

Actas III, p. 81

19 mars 1548

14 mrs libra

14 mrs la livre

Actas V, p. 211

28 mai 1548

1 peso ½ oro tipusque arroba

4,1 mrs la livre

Actas V, p. 215

SUIF « Scbo por labrar »

24 avril 1534

1 peso ½ (oro comun)

408 mrs

arrobe

Actas IV, p. 79

18 mai 1534

2 pesos —

544 mrs

Actas III, p. 81

10 juillet 1544

1 peso —

272 mrs

Actas V, p. 55

19 mars 1548

6 reales de plata

204 mrs

Actas V, p. 211

28 juin 1548

7 tomines

238 mrs

Actas V, p. 220

21 juin 1549

7 tomines

238 mrs

Actas V, p. 261

Ces chiffres sont encore plus révélateurs, comparés avec les données de Hamilton (E.J. Hamilton, 1501-1650, op. cit., Appendices). Entre 1534 et 1548-1549, chandelles et suifs n’échappent pas, en effet, à la révolution générale des prix. Nous voyons la chandelle de suif osciller entre 13,6, 12 et 14,5 maravedís (1539, 1542 et 1549), le suif, entre 250 et 425 maravedís.

Au départ (1534), chandelles et suifs sont beaucoup plus chers en Nouvelle Espagne, deux à quatre fois plus chers en Nouvelle Espagne qu’en Espagne (produits d’importation, la chandelle du moins), à l’arrivée (1548-1549) de la courte série envisagée, deux fois moins chers... en moyenne. Dans l’intervalle, la révolution de l’élevage s’est produite et le travail indigène s’est adapté tant bien que mal aux techniques européennes.

Pour le blé, dont l’adaptation est très rapide, phénomène analogue :

BLÉ

19 novembre 1543

1 peso (oro comun)

272 mrs

fanega

Actas V, p. 18

10 juillet 1544

1 peso (oro comun)

272 mrs

Actas V, p. 55

5 janvier 1545

6 reales de plata

204 mrs

Actas V, p. 77

5 février 1545

8 reales de plata

272 mrs

Actas V, p. 82

21 juillet 1547

6 reales de plata

204 mrs

Actas V, p. 184

Dans le même temps, la fanega passe en Nouvelle Espagne, de 162,7, 244,0, 144,5 maravedís à 373,0 maravedís. La décade des années 40, nous place au moment où le blé espagnol cesse d’être exportable à Mexico, du moins. L’adaptation est faite, le relais est pris.

***

Seul le vin, on a vu comment (cf. ci-dessus p. 717, no 2), traverse toute l’histoire du trafic du premier Atlantique. Il permettra, jusqu’au bout, de prodigieux bénéfices.

SALAIRES DE QUELQUES OFFICIERS1

Image 10000000000005EA00000211027D047B.jpg

(1) Actas V, p. 126, 4 fév. — (2) Ibid., p. 208, 12 janv. — (3) Ibid., p. 243, 21 janv. — (4) Ibid., p. 227, (7) Actas VII, p. 17, 16 janv. — (8) Actas V, R. C. du 4 janv. 1538, reprise le 29 nov. 1548, p. 237. — (9) Ibid., (13) ibid. p. 228, 17 sept. — (14) Actas VII, p. 17, 16 janv. —(15) Actas V, p. 169, 17 janv. — (18) Ibid., p. 290, (20) Ibid., p. 215. 28 mai ; p. 239, 29 oct. — (21) Ibid., p. 264, 15 juil. ; p. 278, 9 déc. — (22) Ibid., p. 395, — Ibid., p. 241, 7 janv. ; p. 257, 9 mai ; p. 272, 6 sept. — (6) Ibid., p. 297, 5 mai ; p. 305, 15 sept. — 12 juil. — (10) Ibid., p. 211, 27 fév. — (11) Ibid., p. 240, 1er janv. — (12) Ibid., p. 248, 7 févr. — (17) Ibid., p. 297, 10 mars. — (18) Actas VII, p. 4 et 5, 9 janv. — (19) Actas V, p. 170, 27 janv. — (20) Actas V, p. 171, 27 janv. — (24) Actas VII, p. 17, 16 janv.

Notes

1 Velasco, op. cit., p. 207.

2 Velasco, op. cit., p. 207, écrit : « ... en los cuales y en los pueblos de indios y estancias habran 400 españoles... ».

3 Fray Toribio de Benavente, op. cit., p. 104.

4 Cf. ci-dessus, p. 713-718.

5 Fray Toribio de Benavente, op. cit., p. 146, 148, 157, 159.

6 Fray Toribio de Benavente, op. cit., p. 157 : « ...hay algunos... de los Espanoles que tienen cinco y seis mil pies de morales, por lo cual se criara aqui tanta cantidad de seda que sera una de las ricas cosas del mundo, y este sera el principal lugar del trato de la seda. Porque ya hay muchas heredades de ella y por la que por otras partes de la Nueva Espana se cria y planta, desde aqui a pocos años se criara mas seda en esta Nueva España que en toda la cristianidad porque se cria el gusano tan recio... », p. 158 : « ... La razon porque se criara la seda dos veces es porque los morales comienzan a echar hoja desde principios de Febrero, y estan en crecida y con hoja tierna hasta Agosto... »

7 W. Borah, Silk rising, op. cit.

8 Fernando B. Sandoval, La industriel del azúcar en Nueva. España, Mexico, in-8 , 373 p.

9 F. Chevalier, Le grand domaine, op. cit., carte.

10 T. VI2, tables 702-703, p. 1004-1008.

11 F. Chevalier, Le grand domaine, op. cit., p. 96.

12 F. Chevalier, op. cit., p. 87.

13 T. VI2, tables 669-675, p. 980-991.

14 Barbro Dahlgren de Jordan, La Mixteca. Su cultura e historia prehispánicas (Mexico, 1954, in-8°, 400 pages), p. 251.

15 Fray Toribio de Benavente (op. cit., p. 12) la présente en 1541 comme une terre riche en or, en argent, en cochenille et en soie, peu affectée par la récession démographique : « En esta Mixtexa, hay muchas provincias y pueblos, y aunque es tierra de muchas montañas y sierras, va toda poblada. Hace algunas vegas y valles, pero no hay vega en toda ella tan ancha que pase de una legua. Es tierra muy poblada y rica, a donde hay minas de oro y plata... Es esta tierra muy sana. Todos los pueblos estan en alto, en lugares secos... »

16 Ibid., p. 13 et W. Borah, Silk rising, op. cit.

17 Velasco, op. cit., p. 229.

18 T. VI2, tables 669-670, p. 980-983 et tables 671-672, p. 984-987.

19 Dahlgren de Jordan (op. cit.) place le Tlaxcala avant la Mixteca. C’est vrai, sans doute au tout début ; par la suite, la production des deux provinces ne doit pas différer sensiblement. La Mixteca peut même l’emporter.

20 T. VI2, table 572, p. 986-987, table 675, p. 990-991.

21 Dahlgren de Jordan, op. cit., p. 253.

22 Ibid.

23 Fray Toribio de Benavente, op. cit., p. 14.

24 Fray Toribio de Benavente (op. cit., p. 14) écrit en 1542 : « ... es abundantisima de todo genero de ganados, y muy proveida de mantenimientos, en especial trigo y maíz... Hay en esta ciudad (Antequera) muy buenos membrillos y granados y muchos y muy buenos higos que duran casi todo el año y hacense en la tierra las higueras muy grandes y hermosas... ».

25 W. Borah, Mexico and Peru, op. cit., p. 25.

26 Il existait dans le pays avant la conquête déjà une monnaie métal (Dahlgren de Jordan, op. cit., p. 253).

27 Elle traverse la région de Oaxaca (W. Borah, Mexico and Peru, op. cit., p. 27).

28 F. Chevalier, Le grand domaine, op. cit., p. 252.

29 Velasco, op. cit., p. 239-240 : 3 « ciudades », 4 « villas », 1 000 « vecinos » et 330 « pueblos » d’indiens en 1570. Le Michoacan, élevé à la dignité épiscopale en 1547, comprend une majorité de terres « calientes y enfermas ». Chaleur et morbidité étant étroitement associées, non sans raison, dans l’esprit de Velasco.

30 Carl Sauer, Colima of New Spain in the XVIth century, University of California Press, Berkeley, 1948, in-8°, 104 .

31 Fray Toribio de Benavente, op. cit., p. 112 : « ... son de tierra esteril, aunque poblada toda de gente muy pobre, y muy desnuda, que no cubren sino sus vergüenzas, y en tiempo de frío se cubren con cueros de venado... ». Et encore, sur le dénuement des Indiens, un peu plus loin (ibid., p. 113) : « ... Estos Indios que digo, por ser la tierra tan esteril que a tiempo carece de agua, beben del zumo de estas hojas del nopal... »

32 Fray Toribio de Benavente, op. cit., p. 113 : « ... En estas tunas que son coloradas, nace la grana, que en esta lengua se llama nochetzli. Es cosa tenida en mucho precio porque es muy subido Colorado, entre los Españoles se llama carmesí... »

33 On se reportera le plus souvent aux monographies de Robert C. West, The mining community in Northern New Spain : The Parral Mining district. Berkeley, Los Angeles, 1949, in-8°, 170 pages, 10 planches, 10 cartes et bien que couvrant une période différente, avec une préoccupation plus strictement d’histoire institutionnelle, Walter Howe, The Mining guild of New Spain and its tribunal general (1770-1821) — Cambridge, Harvard University Press, 1949, in-8°, XVI-534 pages — rend, à un moindre degré, certes, de grands services.

34 E. H. Hamilton, 1501-1650, op. cit., p. 40-42.

35 E. J. Hamilton, 1501-1650, op. cit., p. 43.

36 F. Chevalier, op. cit., carte hors-texte.

37 Pour Fray Toribio de Benavente (op. cit., p. 14), les plus barbares de toute la Nouvelle Espagne : « ... pero habiles a recibir la fe y an venido y vienen con gran voluntad a recibir el bautismo y la doctrina cristiana... » Cet optimisme relatif traduit, vraisemblablement, l’ignorance du début. On les juge d’autant plus favorablement, ces Chichimèques, qu’on les ignore davantage.

38 Velasco, op. cit., p. 263 : « ... Los naturales de este Reino (la Nouvelle-Galice, c’est-à-dire, le plus ancien et le mieux soumis des nouveaux royaumes) van en crecimiento porque no tienen guerra, ni sacrifican tanto como solían : parte dellos es gente vestida y domestica, por la mayor parte es gente bestial, indomita y feroz... »

39 Walter Howe, Mining guild, op. cit., p. 8.

40 Velasco, op. cit., (1571-1574), p. 264. Sur les tronçons Guadalajara Zacatecas, on craint constamment la présence ennemie sur les deux itinéraires possibles : « ... por dos caminos diferentes aunque no muy apartados, no hay paso por estar los indios chichimecos de guerra... » En 1600, la situation est toujours identique (J. H. Parry, op. cit., p. 193).

41 Guijo, Diario, op. cit., t. I, p. 195. Soulèvement des Indiens chichimèques « del Parral » dans l’évêché de Guadiana. Ils ont mangé un jésuite missionnaire.

42 Cf. carte, Annexe graphique.

43 Cf. ci-dessus, p. 776.

44 L’isohyète de 500 mm joue dans ce Mexique tropical le rôle que joue plus au Nord en Afrique moghrébine et méditerranéenne, l’isohyète des 400 mm.

45 Zaqualpan, Sultepec et Taxco, cf. ci-dessus, p. 773.

46 T. VIII2, p. 257 à 414.

47 E. J. Hamilton (1501-1650), op. cit., p. 42-43.

48 E. J. Hamilton (1501-1650), op, cit., p. 34-46. Le premier apogée des importations, donc, de la production se place entre 1511 et 1515, à une époque où seules les îles entrent, pratiquement, en ligne de compte. De 1511-1515 à 1521-1525, la chute est prodigieuse, de 1 195 553,5 pesos à 134 170,0 pesos, malgré l’entrée en scène de la Nouvelle Espagne.

49 R. C. West, The Parral mining district, op. cit.

50 Cf. ci-dessus, p. 505-507.

51 Cf. ci-dessus, p. 772 sq.

52 R. C. West, The Parral mining district, op. cit., p. 6.

53 R. C. West, ibid.

54 Sauf à un court moment, pendant la période libérale du règne de Charles-Quint. Elle est de brève durée. Au fur et à mesure des progrès de la Réforme luthérienne dans l’Empire, les suspicions à l’égard des Allemands, parce que luthériens potentiels, ne cesseront de s’accroître. Philippe II et ses successeurs n’ont pas les mêmes raisons d’indulgence que les administrateurs flamands, bourguignons de l’entourage immédiat du grand Empereur.

55 R. C. West, The Parral Mining district, op. cit., p. 31.

56 R. C. West, Ibid., d’après Philip Powell qui a découvert en 1939, dans l’Archivo Genera de la Nación de Mexico, la licence accordée en juin 1556 à Gaspar Lomann (Mercedes, 706-709)

57 Tables statistiques du mercure, t. VIII2 bis, p. 1958 à 1978.

58 Cd. 287.

59 Les tables statistiques du mercure (t. VIII2 bis, p. 1958 à 1978) montrent les difficiles adaptations de la première décade du grand trafic mercuriel.

60 Velasco, op. cit., p. 269 : « ... tierra seca y falta de aguas, y asi es esteril y falta de trigo y de maiz, sino sea de lo que se coge de regadío, de que hay muchos frutos de España, como son buenos duraznos, manzanas, melocotones, membrillos, y otros frutos y hortalizas... »

61 Velasco, op. cit., p. 269.

62 J. H. Parry, op. cit., p. 186.

63 Descripción geográfica de los Reinos de Galicia Vizcaya y León, de A. de Mota y Escobar, Mss du British Museum de 1603, publié à Mexico en 1930 par J. Ramirez Cabanas, d’après J. H. Parry, op. cit., p. 185 et 186.

64 Arregui, en 1621, donne pour Zacatecas des chiffres assez voisins (Domingo Lazaro de Arregui, Descripción de la Nueva Galicia, édité par François Chevalier (Escuela de Estudios Hispano Americanos, Séville, 1946, in-8°, LXXI-161 pages, cartes), p. lxiii.

65 Velasco, op. cit., p. 270.

66 En 1621, Arregui, soulignant après d’autres, la baisse de la population indienne donne des témoignages de cet ordre pour l’ensemble de la Nouvelle-Galice : la chute des Indiens de la Couronne de Castille et des encomiendas serait de 2 500 « tributarios » en dix ans, de 1611 à 1621, date à laquelle, leur nombre global n’atteignait plus que le chiffre de 7 196. Plu3 spectaculaire encore, la baisse constatée pour les trois dernières décades du xvie siècle, et que souligne François Chevalier (édition de Arregui, op. cit., li et suiv.) d’après les chiffres de Velasco (26 450 tributarios en 1572) et ceux de Mota Escobar (7 659 en 1605). On remarquera, toutefois, que les données de Mota (évaluations — de même que Velasco — par localités) ne peuvent être comparées à celles de Arregui (évaluation par districts). Ces chiffres, critiquables à plus d'un titre, ne serait-ce qu’en raison du caractère fluctuant d’une population sans cesse attirée par les mines, ne peuvent pourtant pas laisser de doute sur l’amenuisement extrême de la réserve indienne à proximité déterminée. Médiocrité des ressources, épidémies, migrations, guerres et soulèvements suffisent à rendre compte de ce dépeuplement.

67 Vraisemblablement, le cas de San Luis Potosí en 1591.

68 R. C. West, The Parral mining district, op. cit., le montre longuement.

69 J. H. Parry, op. cit., p. 139.

70 Lesley Byrd Simpson, Exploitation of Land in Central Mexico in the XVIth century, 1952, in-8°, Berkeley, 92 pages.

71 T. VII, p. 142-143.

72 R. C. West, The Parral district, op. cit.

73 J. H. Parry, op. cit., p. 190.

74 Carl Sauer, Colima of New Spain in the XVIth century, Berkeley, Iberoamericana no 29, in-8°, 104 pages, 2 tables, 3 cartes.

75 Cf. Les Philippines et le Pacifique.

76 Cf. ci-dessus, p. 691-712.

77 Cf. ci-dessous, p. 1104-1111.

78 Cook and Simpson, Population of Central Mexico in the XVIth century, op. cit., carte hors-texte.

79 Cf. Les Philippines et le Pacifique.

80 Cd. 897 sq.

81 Cd. 899. Comptes du facteur Juan López de Arriaran.

82 Colec Fern. Navarrete, t. XV, dto 28, fo 175 : « ... Apreciable declaración que hizó Juan Fernández Ladrillero, natural de la villa de Moguer, y vecino de la de Colima, sobre haver parecido algunos navíos en la mar del Sur en la costa de Compostela y haze relación en ella de los viages y descubrimientos en que se ha hallado desde el año de 1535 en la misma mar y costa de la California... »

83 Colec. Fern. Navarrete XVII, dto 18, fo 210 : « Derrotero de la navigación de las islas del Poniente... del Armada que llebó a su cargo el general Miguel Lopez de Legazpi al descubrimiento de las mismas islas, y volvió... en cuyo viaje murió (Esteván Rodriguez, Piloto Mayor) entre las 9 y 10 de la mañana del día 9-10 de septembre de 1565, despues de doblado el cabo de San Lúcar de la California biniendo en demanda del Puerto de la Navidad... » La Navidad est atteinte le 14 septembre 1565.

84 Soit simple rappel qui ne prétend pas à l’exhaustivité, Colec. Fern. Navarrete, t. XIX, dto 3, fo 24 sq. : « ... Ordenanzas expedidas por S. M. en el Bosque de Segovia a 13 de julio de 1573 para los muchos descubrimientos de mar y tierra... » — Colec. Fern. Navarrete, t. XIX, dto 4, fo 42 sq. : « Asiento que tomó el Virrey de Nueva Espana D. Luis de Velasco con Sevastián Vizcayno y otros armadores compañeros suios para la Jornada al descubrimiento de la Cali. fornia y licencia que les concedió el mismo en 16 de novembre de 1593 en su consequencia para las pesquerías por 20 años de perlas, atun, bacallao, sardina, etc. en la Costa del mar del Sur desde el Puerto de Navidad hasta todo lo que dicen las Californias » — Colec. Fern. Navarrete, t. XIX, dto 5, fo 54 sq. : « Nuevas proposiciones que hicieron al Virrey de Nueva España en agosto de 1595 el General Sebastián Vizcayno y Melchor de las Itoelas para la Jornada y descubrimiento de las California, ademas de lo convenido en el asiento y capitulación hecha al mismo efecto el año de 1593 ». — En 1603, Colec. Fern. Navarrete, t. XIX, dto 10, fo 175 sq. : « Relación breve en que se da noticia del descubrimiento que se hizó en la Nueva Espana en la Mar del Sur, desde el puerto de Acapulco hasta mas adelante del cabo Mendocino... de las riquezas y buen temple y comodidades del Reyno de California y de como podrá S. M. a poca Costa pacificarle y incorporarle en sus Corona y hacer que en el se predique el Santo Evangelio, por el Padre Fray Antonio de la Ascención, Religioso Carmelila descalzo... » — En 1613, un projet de D. Alonso de Sotomayor : « ... trata de descubrir por la California, Nuevo Mexico, y el estrecho de Anian... » Comme on peut s’en apercevoir le projet d’avancée vers le Nord est indissociable de la recherche de la passe du Nord-Ouest, le détroit d’Anian qui mettra en communication rapide l’Atlantique et le Pacifique (Colec. Fern. Navarrete, t. XXIV, dto 1, fo 5).
Toute une série de documents de 1620 récapitulent les données sur les voyages des années précédentes depuis 1602 (Codoin, Ind., t. 6, p. 564-566, t. 8, p. 539-574). Les projets du Père Fray Antonio de la Ascension sont l’objet, en 1628 et 1629, d’une attention exceptionnelle (Col. Fern. Navarrete, t. XIX, dto 11, fo 191 ; dto 13, fo 196 ; dto 16, fo 212. En 1629, une nouvelle série de tentatives (Col. Fern. Navarrete, t. XIX, dto 14, fo 204 sq. ; dto 17, fo 217 sq. ; dto 15, fo 208 sq. ; dto 12, fo 193 sq. ; dto 18, fo 222 ; dto 19, fo 224 sq. qui ont abouti à l’esquisse de quelques bases. En 1631, « parecer que dió el Conde del Valle en Mexico a 22 de dicembre de 1631, sobre la importancia del descubrimiento de las Californias » (Col. Fern. Navarrete, t. XIX, dto 20, fo 228 sq. En 1632, nouvelles entreprises de découverte (Col. Fern. Navarrete, t. XIX, dto 24, 26, 22, 21, 23, 25 et Codoin, Ind. I, t. 9, p. 42-57, « Memorial del Capitán Nicolas Cardona », autour de 1633. De même en 1635-1636, ibid., t. XIX, dto 27, 28, 36, dto 34, 35, 29). Il s’agit, encore, de détroit (Ibid., t. XIX, dto 30, fo 273 sq. ; dto 31, fo 282 sq. ; 32, 33, 38). De même en 1639 (Codoin, Ind., t. IX, p. 19-24 et p. 5-18).

85 Carl Sauer, Colima, op. cit., p. 59.

86 Le seul argument que l’on ait objecté aux évaluations fortes de l’école de Berkeley est l’argument de vraisemblance ; or, l’argument disparaît quand on replace l’événement dans son contexte le plus large (cf. ci-dessous, p. 802-809).

87 Velasco, op. cit., p. 244 ; Carl Sauer, op. cit.

88 Carl Sauer, op. cit., p. 90 sq.

89 Carl Sauer, op. cit., p. 89.

90 W. Borah, Mexico and Peru, op. cit., p. 66-67.

91 Cf. entre autres... Colec. Fern. Navarrete, t. XV, dtos 39, 40, 41, 42 et 45, fo 254 vto et fo 309 à 353 ; dto 48, fo 355-359 ; t. XIX, dto, fo 4, etc.

92 Cf. entre autres, Codoin, Ind. I, t. 14, p. 165-191.

93 Les Philippines et le Pacifique.

94 On ne pourrait épuiser ce très copieux dossier. Chaque année, un courrier (cf. Ct. 5118, en 1642, par exemple) arrive de l’avant-port de la Navidad, porteur des précisions tant attendues. L’importance et la régularité de la jonction apparaît avec une saveur et une vigueur exceptionnelle dans le Journal de Gregorio Martin de Guijo. L’arrivée en février-mars 1650 de la « nao de Filipinas » est vue, selon le schéma suivant : le 25 février 1650, la nouvelle est reçue, de Colima, qu’on a vu un navire de haut bord (Guijo, Diario I, p. 84). « ... Dicho día viernes (25 février 1650) entre siete y ocho de la manana, llegó correo a esta ciudad con carta del alcalde mayor de Colima, de como el domingo que se contaron 21 de febrero, vieron pasar una nao de alto bordo y que llevaba la derrota a Acapulco, y que parecía de las de Filipinas celebrose esta nueva con repique en la catedral solamente. » On hésite encore à se réjouir. On attendra pour le faire le second courrier de Colima, celui qui assure vraiment. Il arrive, le lendemain, avec confirmation de la bonne nouvelle : « ... Sabado, 26 de febrero, llegó correo de como se avisaba de Colima haber saltado el gentil-hombre en tierra, de la nao de Filipinas Domingo 27 se arbolaron banderas para el socorro de Filipinas... » Mais c’est au début mars, le 2, quand la nouvelle parvient de l’arrivée de la nao au large d’Acapulco et, plus encore, le 6, de son heureux abordage, que Mexico pavoise. Le rôle de Colima est, pourtant, clairement exprimé.
En 1652, même schéma, mais plus complexe encore, puisque la nouvelle est précédée d’une fausse nouvelle (Guijo, Diario I, p. 193) : « ... Jueves 8 del dicho mes (febrero) hubo nueva en esta ciudad de naos de Filipinas... » Il faut attendre presque un mois, pour qu’après cette fausse joie, le film habituel se déroule : « ... Domingo 3 de marzo, y lunes 4 llegaron correos a esta ciudad dando aviso al virrey por el alcalde mayor de la villa de Colima, de haber visto passar une nao grande y que al parecer es de Filipinas, y dicho dfa lunes a la una de la noche llegô correo de Colima de haber saltado en tierra dos hombres de dicha nao... »
Même schéma presque chaque année, où le rôle de Colima est toujours le même... février-mars 1659 (Guijo, Diario II, p. 114-115), février-avril 1663 (Guijo, Diario II, p. 190), janvier... 1665, janvier-février 1666 (Antonio de Robles, Diario I, p. 10 à 15).

95 W. Borah, Mexico and Peru, p. 2 et 3.

96 Codoin, Ind I, t. 6, p. 113-118, I, t. 14, p. 65-69, 1527.

97 Codoin, Ind. I, t. VIII, p. 101-199, Zacatula, 22 janvier 1614.

98 Ct. 5117, Mexico, 25 janvier 1626, Vice-Roi à C.C. : « El buen successo de las naos de Filipinas aviendo llegado en salvamiento al puerto de Acapulco, 24 de diziembre y primero de enero, sin aver visto al enemigo, ha sido occasion anticipar el despacho de este aviso para que S.M. le tenga dello, pues ha sido de gran consideración que no aya conseguido tan importante pressa que por lo menos fuera de 2 000 000 (pesos) ni se ha savido del despues que la gente que estava por mi orden en el puerto de Zacatula rompió la que alli hecho en tierra de que me ha parecido avisar A V.S. por lo que holgara de saverlo y como llego el socorro que el ano passado a aquellas yslas, con el qual y quatro galeones que se aguardavan de la India, se puede esperar algun buen efeto en las cosas del Maluco, aunque hasta que aquello se acave de todo punto siempre ha de deslucir mucho los despachos de las flotas particularmente lo que toca a la plata que va por quenta de S. M. pues ahora vuelve a pedir por una memoria y cantidad de dinero generos que montaran cerca de 700 000 pesos y como la orden es tan amplia para que se le envie todo lo que pudiere solo se trata de executarlo sin apurar la necessidad del gasto y la quenta y razón del... »

99 W. Borah, Mexico and Peru, op. cit., p. 23.

100 Les Philippines et le Pacifique.

101 W. Borah, Mexico and Peru, op. cit., p. 23 sq.

102 Ibid., p. 22.

103 Ibid., p. 25.

104 Nous n’en avons pas ici, la preuve formelle, mais on peut raisonner par analogie, en extra polant pour Huatulco des situations que nous savons pour la Vera-Cruz ou Acapulco. Il est peu vraisemblable que Huatulco ait eu son propre négoce.

105 W. Borah, Mexico and Peru, op. cit., p. 85.

106 Cf. Annexe, chapitre XV, p. 760-767.

107 Cf. Annexe I, chapitre XIV, p. 719-720, et plus particulièrement Carl Sauer, Colima of New Spain in the XVIth century ; Sherbume F. Cook and Lesley Byrd Simpson, The population of Central Mexico in the Sixteenth Century et Sherbume F. Cook, The historical demography and ecology of the Teotlalpan.

108 Il ne s’agit pas d’une étude des prix, mais de simples sondages, à une époque critique, en vue de déterminer quelques niveaux relatifs. Il suffit, ensuite, de comparer les niveaux obtenus aux prix espagnols tels qu’ils sont donnés par E. J. Hamilton (op. cit., 1501-1650) pour le même laps de temps et pour les mêmes marchandises. La source, les actes du Cabildo, est bonne, mais elle est limitée au seul territoire urbain de Mexico. Simples jalons d’attente, qui seront balayés quand Jean-Pierre Berthe aura publié son étude tant attendue sur les prix mexicains. Cf. Annexe I, p. 813-815, 816-817. Depuis ces sondages, Woodrow Borah et Sherbume F. Cook ont confirmé les bases sur lesquelles devra se fonder toute étude valable des prix dans le Mexique colonial dans leur Prices Trends of some basic commodities in Central Mexico (1530-1570), Mexico 1958, 89 pages.

109 Annexe, chap. XV, p. 760-767.

110 Annexe, 2e colonne, chap. XV, p. 760-767.

111 On pourrait, sans doute, faire le départ dans ces comptes entre ces deux fonctions, mais il faudrait une étude plus poussée de cette passionnante comptabilité que celle à laquelle nous nous sommes présentement, volontairement borné.

112 Annexe, colonne 2 à colonne 6, chap. XV, p. 760-767.

113 Cf. ci-dessus, p. 782-784.

114 Annexe I, table C, chap. XIV, p. 720. S’il y a ralentissement après 1600, entre 1600 et 1620, de la croissance des bovins, le mouvement des ovins et des caprins n’est pas affecté. Il reste fortement ascensionnel. Les graphiques (Annexe graphique) des concessions de terrains de parcours prouvent seulement qu’il y a paroxysme de croissance aux alentours de 1590, mais ne signifient nullement récession au-delà. Les possibilités de concessions de terrains de parcours à l’intérieur du Mexique central ne sont pas, en effet, indéfiniment extensibles.

115 T. VIII2 bis, p. 853-1525.

116 Annexe I, chap. XIV, table A, p. 720.

117 Annexe I, chap. XIV, table B, p. 720.

118 Cf. ci-dessus, p. 495-510. L’objection apposée aux évaluations fortes rapportées par Las Casas et Oviedo est de même nature. A l’encontre du patient travail de Cook et Simpson elle est plus imprudente, si possible encore.

119 Cf. ci-dessus, p. 495-510, 557-559.

120 Avec l’avantage de sources infiniment plus riches que pour les îles.

121 Que le travail statistique de Carl Sauer confirme pleinement.

122 Cf. Annexe I, table C, chap. XIV, p. 720.

123 Lesley B. Simpson, Exploitation of Land in Central Mexico in the XVIth century, op. cit.

124 Julius Klein, The Mesta : A Study in Spanish economic history, 1273-1836, Cambridge Mass., 1920, Harvard Economie Studies no XXI, in-8°.

125 S. F. Cook, The historical demography and ecology of the Teotlalpán, op. cit. et cf., p. 495-510 et Annexe graphique.

126 Sylvanus Griswold Morley, The ancient maya, N. Y. 1946 — et trad. à Mexico — La civilización maya, Mexico, Fondo de Cultura Económica, in-8°, 1947 — C. R. Suzanne Lussagnet, Annales, E.S.C., 1948, no 4, p. 504-509.

127 L’amplitude de 11 à 10,5 millions à 1,8 million, soit un recul de 9,2 millions ou de 500 %, par rapport à l’altitude du creux.

128 Cf. Annexe graphique.

129 Raison abusive que l’on aura saisie pour révoquer en doute le remarquable travail des historiens de Berkeley.

130 Cf. ci-dessus, p. 495-510.

131 On pourra recourir une fois encore, à quelques travaux de S. F. Cook soit, sans prétendre les épuiser, The incidence and significance of disease among the Aztecs and related tribes, Hisp. Am. Hist. Review, vol. XXVI, no 3, août 1946, p. 320-335. — Smallpox in Spanish and Mexican California, 1770-1845, Bulletin of the History of Medecine, vol. VII, no 2, février 1939. — The Population of Mexico in 1793, Human Biology, décembre 1942, vol. 14, p. 499-515. — The Smallpox epidemic of 1797 in Mexico, Bulletin of the History of Medecine, vol. VII, no 8, octobre 1939. — Et surtout The Extent and significance of disease among the Indians of Baja California (1697-1773), Iberoamericana, no 12, Berkeley, 1937, 39 pages. — Tout récemment, enfin The Aboriginal population of the North Coast of California, Anthropolopical Records, 162 et 16, Berkeley, 1955 et 1956, gr. in-4°, édition ronéotée, p. 31-78 et p. 81-129. — Et The Epidemic of 1830-1833 in California and Oregon, University of California publications in American Archœology and Ethnology, vol. 43, no 3. p. 303-326.

132 Cf. ci-dessus, p. 505-507, 779-781.

133 On peut laisser de côté l’élément noir qui ne se différencie pas sous cet angle de l’ensemble du fait noir et dont le comportement démographique se rapproche beaucoup de celui des blancs ; on peut laisser également de côté l’élément métis qui, dans le Nord, surtout, s’aligne sur le peuplement blanc.

134 Et surtout, aussi bien ou moins mal connus.

135 Cf. ci-dessus t. VIII2 bis, p. 871-876, 1557-1561.

136 Le vin, on le verra (cf. ci-dessous t. VIII1bis a été une des grandes spéculations motrices du négoce transatlantique au XVIe siècle. Sa position est limite dans l’éventail des valeurs.

137 Cf. Annexe, p. 816-817.

138 E. J. Hamilton (1501-1650), op. cit., p. 271-272 et p. 278-279.

139 Cela semble vrai, du moins, au milieu du xvie siècle. Naturellement, il ne faut pas se hâter à généraliser pour l’ensemble d’un siècle qui demeurera jusqu’à nouvel ordre très peu éclairé.

140 De 1 ½ et 2 pesos de oro común, (24 avril, 18 mai 1539, Actas de cabildo III, p. 79 et 82) à 1 peso, 6 reales ou 7 tomines (deux fois) l’arrobe (10 juillet 1544, 19 mars, 28 juin 1548 et 21 juin 1549, Actas de cabildo V, p. 55, 211, 220 et 261).

141 Il s’agit d’une vue de l’esprit, puisque nous ne pouvons encore qu’imaginer semblable indice.

142 E. J. Hamilton, 1501-1650, op. cit., p. 319.

143 Annexe I, table C, chap. XIV, p. 720, d’après L. B. Simpson, Exploitation of Land in Central Mexico in the XVIth century.

144 Cf. ci-dessus, p. 528-534.

145 Actas de cabildo, 25 avril 1534,1 real ½ la livre. — 18 mai 1534,1 tomín (oro comun). Actas III, p. 79-81. —19 mars 1548 (Actas V, p. 211), 14 mars la livre. — 28 mai 1598,1 peso ½ (oro de typusque, sic) l’arrobe, Actas V, p. 215).

146 E. J. Hamilton, 1501-1650, op. cit., p. 319.

147 Prix de la fanega (unité de 54,7 à 54,8 litres), 1 peso de oro comun le 19 novembre 1543 ; même prix le 10 juillet 1544 : 6, 8 et 6 reales les 5 janvier, 5 février 1545 et le 21 juillet 1547 (Actas de Cabildo, t. V, p. 18 sq. ; p. 55, 77, 82, 184).

148 E. J. Hamilton, 1501-1650, op. cit., p. 321.

149 Actas de Cabildo, t. V, p. 77.

150 E. J. Hamilton, 1501-1650, op. cit., p. 321 ; p. 326-327.

151 Le journal de Guijo, pour le siècle suivant, ne mentionne jamais une disette à Mexico même. Les facilités en nourriture de base essentielle ne s’étendent pas nécessairement, bien au contraire, aux affriolants coloniaux, exemple, le sucre. La livre de sucre blanc, donc de qualité, vaut en 1545 (Actas V, p. 93-97, 28 mai et 25 juin 1545) 1 real de plata, soit 34 maravedís. Or, en 1539, la livre de sucre valait en Andalousie (E.J. Hamilton, op. cit., p. 329) 31,2 maravedís en 1549, 37,5 maravedís ; en Vieille-Castille-León, entre 1541 et 1550, le prix du sucre oscille entre 35,8 et 50 maravedís. Le prix du sucre à Mexico est moindre qu’à Valladolid, mais sensiblement comparable au niveau qu’il atteint à Séville.
Est-ce à dire que quelques centaines de kilomètres de route terrestre comptent autant que six-mille kilomètres de voie maritime ? Sans doute. Quoi qu’il en soit, le prix relativement élevé du sucre, aliment de luxe, n’efface pas l’incomparable avantage du bon marché du maïs.

Notes de fin

1 Pour les salaires (des cadres européens) engin, entre 1518 et 1562, un sondage (que les études confirmeront ou infirmeront) semble montrer que la moulée a été plus rapide en Nouvelle-Espagne qu’en Espagne. Il y aurait doublement, alors que, dans le même temps, la montée espagnole ne dépasse pas qu'un simple fait de récupération. C’est, plus vraisemblablement, le signe d’un approfondissement de l'emprise coloniale. La Nouvelle-Espagne moule, le trafic Atlantique le prouve. Celle poussée est d’autant plus qu'elle affecte le secteur des. Officiers », en Espagne, particulièrement mal rémunérés à cette époque.

© Éditions de l’IHEAL, 1959

Licence OpenEdition Books

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search