Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Images réciproques du Brésil et de la France

 | 
Solange Parvaux
, 
Jean Revel-Mouroz

Annexes/Anexos

La coopération franco-brésilienne en matière d’échanges dans le domaine de l’éducation

Ministère de l’Éducation Nationale1

Texte intégral

  • 1 Direction des Affaires Générales, Internationales et de la Coopération.

1Le Brésil, huitième puissance économique occidentale, occupe une place importante dans les domaines de la science et de la technologie.

2Dans ce contexte, la coopération franco-brésilienne dans le secteur de l’éducation, de la formation supérieure et de la recherche connaît actuellement un développement sensible fondé sur des échanges mutuellement enrichissants.

3La coopération inter-universitaire manifeste une grande activité. Vingt-quatre accords sont actuellement recensés, dont neuf avec l’Université de São Paulo. Ces accords qui impliquent vingt établissements d’enseignement supérieur et de recherche français, fonctionnent dans de bonnes conditions. Relativement récents – les deux tiers sont postérieurs à l’année 1982 – ils concernent essentiellement, pour dix-sept d’entre eux, les sciences exactes et appliquées.

4Des programmes spécifiques de coopération ont été également établis, tel l’accord intervenu en 1978 entre la CAPES, organisme du ministère brésilien de l’Éducation chargé de la planification des besoins en personnels d’enseignement supérieur et de leur formation et le COFECUB (Comité français d’évaluation de la coopération universitaire avec le Brésil), organisme placé sous la tutelle conjointe des deux ministères de l’Éducation Nationale et des Affaires Étrangères.

5L’accord CAPES/COFECUB porte essentiellement sur la formation d’enseignants-chercheurs brésiliens dans le cadre de projets de recherche conjointe. Les échanges comprennent l’accueil de boursiers et de post-doctorants ainsi que des missions d’enseignants-chercheurs français. Quarante-cinq projets de coopération sont actuellement mis en œuvre, avec des universités disséminées sur l’ensemble du territoire brésilien.

6Outre les enseignants-chercheurs brésiliens venant en mission dans le cadre des accords inter-universitaires, les établissements français d’enseignement supérieur relevant de l’Éducation Nationale accueillent également des enseignants associés qui sont intégrés dans le corps professoral durant une ou plusieurs années universitaires.

7Enfin les établissements d’enseignement supérieur reçoivent environ 1 100 étudiants brésiliens dont les deux tiers en sciences humaines et sociales et le tiers restant en sciences exactes et appliquées et en sciences de la vie. Leur nombre s’est stabilisé au cours de ces dernières années.

8Plus de 60 % de ces étudiants sont inscrits en 3e cycle. La France vient au deuxième rang, après les États-Unis, comme pays destinataire des boursiers de la CAPES et du CNPQ (CNRS brésilien).

9La France a donné son accord de principe à l’accueil d’un contingent supplémentaire de boursiers dans des secteurs prioritaires, répondant ainsi aux vœux de la nouvelle politique du Brésil, soucieux d’augmenter sensiblement le nombre de ses boursiers formés à l’étranger dans des secteurs jugés stratégiques par rapport à ses objectifs de développement.

10La connaissance du Brésil contemporain, déjà favorisée par l’existence d’enseignements et d’équipes de recherches œuvrant en réseaux dans les établissements français (notamment à l’École des Hautes Études en Sciences Sociales, l’Institut des Hautes Études de l’Amérique Latine, la Maison des Sciences de l’Homme) va se développer grâce à la création d’un poste de rang professoral en Histoire du Brésil, à l’université de Paris-Sorbonne.

11Aux autres niveaux du Système Éducatif, la valorisation de la culture lusophone en général et de la place qu’y occupe le Brésil est renforcée par des échanges d’enseignants de portugais et de français, par le renouvellement du contenu des programmes d’enseignement, des manuels scolaires et des documents pédagogiques relatifs au Brésil.

12Il faut souligner également que le nombre des élèves apprenant la langue portugaise ne cesse d’augmenter.

13Au Brésil même, les établissements d’enseignement français marquent enfin, par leur nombre, l’effort que la France consent pour développer dans ce pays sa présence culturelle : l’important réseau des Alliances françaises – le premier en Amérique latine – accueille 37 000 auditeurs, les établissements d’enseignement scolaire français au Brésil reçoivent 2 000 élèves, permettant ainsi le rapprochement et le mutuel enrichissement des deux cultures.

14La richesse du tissu des relations existantes et leurs fortes potentialités de développement pour les années à venir, ont fait que les deux pays ont réalisé, par un accord intergouvememental signé en octobre 1985, l’idée d’une opération originale d’envergure, le Projet France-Brésil.

15Ce projet a pour objectif de dynamiser, par des initiatives publiques ou privées, les rapports de toute nature noués entre les deux pays au cours de l’histoire et de mettre l’accent sur la diversité et la modernité qui caractérisent actuellement la coopération franco-brésilienne.

16C’est dans ce contexte que va se dérouler la table ronde sur le thème des Images réciproques du Brésil et de la France.

17Cette manifestation scientifique s’inscrit dans une action beaucoup plus large qui vise à :

  • actualiser les images réciproques des deux pays en prenant en compte les évolutions de fond ;
  • définir un cadre approprié pour entreprendre des actions de coopération plus équilibrées.

Notes de fin

1 Direction des Affaires Générales, Internationales et de la Coopération.

© Éditions de l’IHEAL, 1991

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540