Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Images réciproques du Brésil et de la France

 | 
Solange Parvaux
, 
Jean Revel-Mouroz

B. L’image scientifique et technologique/A imagem científica e tecnolôgica

Discours de clôture

Celso Furtado

Texte intégral

1Monsieur l’Ambassadeur a eu la gentillesse de m’inviter à dire un mot avant la clôture de ce colloque. Je voudrais tout d’abord remercier Monsieur Monory, ministre de l’Éducation Nationale, et tous ceux qui au ministère ont collaboré à sa préparation, et dire que j’ai été moi-même un peu effrayé par l’idée de ce colloque quand on m’en a présenté le programme au Brésil ; je me demandais ce qu’on allait dire sur les images réciproques de nos deux pays, parce que, au Brésil, nous avons nous-mêmes une fausse image du Brésil. Ce que vous avez présenté ici et dit sur les médias, sur le rôle des médias dans la distorsion de l’image que l’on a du Brésil ici en France, existe aussi au Brésil. On ne parle que des catastrophes, que des inondations, que des faits divers, au fond c’est à partir de cela que l’on organise ce flux d’informations – soi-disant d’informations – qui est présenté tous les jours.

2Mais il y avait une autre raison ; je vous parle en toute franchise, parce que je suis ici à côté de Monsieur l’Ambassadeur Richard qui connaît très bien le Brésil.

3Notre pays a toujours eu un préjugé favorable envers la France, pour des raisons complexes de l’Histoire ; en effet, pendant l’époque coloniale, le Brésil était un pays très isolé, c’était le pays du baroque. Après l’indépendance nationale, nous nous sommes écartés rapidement du Portugal et nous avons cherché ailleurs la source de la vérité et de la beauté ; c’est vers la France que nous nous sommes tournés alors.

4Or, il se trouve que la France est un pays, il faut le dire sans ambages, qui a une longue tradition de domination culturelle ; s’il y a un pays qui a une Histoire de domination, qui a exercé une domination culturelle mondiale, je crois, qu’après la Grèce, c’est la France. C’est une domination particulière, une domination culturelle basée sur la primauté de la raison, sur l’idée que l’on peut tout expliquer, que l’on doit tout analyser et partir d’un raisonnement clair, qu’il faut privilégier la clarté, parce qu’ainsi on est toujours dans une position forte pour juger les autres. Quand on est cartésien et quand on accepte la primauté de la raison pour regarder le monde, on est dans une situation très difficile pour saisir les faiblesses et en particulier la complexité des autres cultures. Parce que la culture, elle est ou elle n’est pas ; on ne peut pas l’analyser, on ne peut pas l’écarteler complètement et la présenter par petits morceaux. Enfin, il faut la saisir et pour la saisir, il faut évidemment une vision globale, il faut d’une certaine façon « se mouiller » dans cette culture pour arriver à cette perception qu’on appelle « empathie », façon d’aimer l’autre et de le comprendre même si on ne l’explique pas.

5Or la France, qui exerçait une telle influence sur le Brésil, n’a pas tellement aidé à le comprendre. Il est rare qu’un Français dépasse la barrière de la raison, c’est-à-dire de l’explication rationnelle par sa vision cartésienne de l’Histoire. Les Français ont ainsi beaucoup influencé le Brésil, mais ils n’ont pas beaucoup aidés les Brésiliens à comprendre le Brésil alors que le Brésil avait besoin aussi de cette aide.

6On compte toutefois des exceptions remarquables : un Français comme Pierre Denis qui a vécu au Brésil pendant cinquante ans, nous a beaucoup aidés à comprendre le Brésil. Un homme comme Pierre Verger nous a permis d’appréhender la dimension africaine du Brésil à travers son livre Orisha : Les dieux yorouba en Afrique et au Nouveau Monde. Un homme comme Pierre Monbeig, dont la veuve était ici hier, nous a beaucoup apporté avec son beau livre Pionniers et planteurs du Brésil, de même que Tocqueville avait aidé les Américains à comprendre les États-Unis. Mais c’est plutôt rare, très rare, et cela dépend de cette « empathie », de cette participation, de cette communion dirions-nous presque, avec l’autre culture. C’est dans ce sens que je voudrais rapprocher ici les deux axes qui nous ont orientés :

  • Le côté images réciproques,

  • Le côté coopération.

7C’est par la coopération qu’on peut arriver vraiment à l’image réciproque, à améliorer, à perfectionner, à approfondir l’image qu’on a de l’autre.

8La coopération permet la présence, c’est-à-dire d’être là, de vivre le pays, de le connaître dans toute sa complexité, phénomène que l’on peut saisir par l’analogie, mais jamais par l’analyse.

9C’est là que se trouve la grande difficulté, c’est pourquoi dans cet esprit, je crois, la France consacre plus de temps au Brésil. Avant la guerre, nous avons eu la chance formidable d’accueillir des hommes comme Braudel mais il n’est pas resté longtemps au Brésil et n’a jamais voulu écrire sur le Brésil ; comme Lévi-Strauss qui s’est attaché à un certain Brésil, et en a donné une idée, fausse, mais il a donné une idée du Brésil, ainsi que d’autres personnalités françaises qui ont vécu au Brésil, parmi lesquelles j’ai cité Pierre Monbeig.

10Après la guerre, dans l’effort de construction de l’Europe, la France s’est complètement repliée sur elle-même et sur l’Europe pour s’affirmer comme puissance européenne. Elle s’est alors d’une certaine façon écartée d’autres programmes. Elle voulait par ailleurs assumer la responsabilité du monde francophone et être présente dans les grandes Universités qu’elle a aidé à créer dans les pays de la francophonie. La France s’est alors écartée de nous. C’est pourquoi nous avons connu depuis une contribution essentiellement sporadique des Français qui arrivaient au Brésil, et restaient trois ou quatre mois, écrivaient des livres de vulgarisation sur le Brésil et n’ont jamais eu aucune influence sur le Brésil. Après Bastide et d’autres de cette génération, nous n’avons pas eu vraiment, je crois, de contribution française qui réfléchisse sur le Brésil.

11Or la réflexion de l’autre est essentielle pour tous les pays, en particulier pour les pays en formation qui connaissent tant de contrastes, comme pour ce Brésil si complexe.

12Ce que nous avons aujourd’hui, c’est la réflexion des Américanistes, qui est d’ailleurs une contribution importante. D’autres hommes arrivent au Brésil, y restent, participent à la vie brésilienne et publient des monographies importantes sur le Brésil mais (...) n’arrivent même pas à l’appréhension dans sa globalité ni à avoir cette vision globale qui est essentielle, comme l’a été la vision de Tocqueville si importante pour comprendre les États-Unis.

13Je crois que la coopération est essentielle. Une coopération en profondeur, comme celle que le Professeur Sachs par exemple, réalise au Brésil, est encore plus importante, ainsi que la contribution française pour « penser... le pays », un pays qui est encore en formation et dont la complexité est croissante, le Brésil, un pays qui a son identité, mais qui est certainement aujourd’hui un pays où tous les problèmes du monde se posent, c’est le pays de la post-modernité, le pays archaïque, c’est le pays où vous trouvez les industries les plus sophistiquées (...), c’est certainement un pays qui (...) vit une phase historique d’une énorme complexité et qui a besoin de la réflexion et de l’aide d’hommes de pensée, de savants français pouvant nous aider à trouver le chemin de la construction nationale, le grand défi du Brésil pour le XXIe siècle.

14Je crois que ce colloque va certainement nous aider bien plus que beaucoup de choses qui ont été faites jusqu’à aujourd’hui entre le Brésil et la France, parce que cela a été, je dirai, presque un strip-tease ; (...) nous allons certainement continuer cette réflexion chez nous au Brésil. Je suggère même la ville de Brasilia, pour sortir de São Paulo, le grand centre universitaire, et avoir plus de distance pour apprécier le Brésil dans son ensemble, à partir évidemment d’une ville qui est aujourd’hui une synthèse de toutes les difficultés et de tous les problèmes du Brésil. J’aimerais bien que des savants et des personnalités de culture française se fixent pour plus de temps au Brésil afin de nous aider dans cette réflexion dont je parlais tout à l’heure.

15Merci beaucoup, je vous remercie vraiment de l’effort qui a été fait et de la contribution que vous nous apportez.

Auteur

Ministre de la culture du Brésil

© Éditions de l’IHEAL, 1991

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540