Versión clásicaVersión móvil
OpenEdition Books

Images réciproques du Brésil et de la France

 | 
Solange Parvaux
, 
Jean Revel-Mouroz

B. L’image scientifique et technologique/A imagem científica e tecnolôgica

Discours de Monsieur l’Ambassadeur Robert Richard

Texto completo

1Après le feu d’artifice de ces deux interventions de haute tenue, je vais être prosaïque et succinct, même si je dois en souffrir à vos yeux, d’autant que je crois que vous partagerez mon sentiment qu’il faudra demander à notre hôte, le Ministre de la Culture Celso Furtado, de conclure.

2Ce colloque a pu se tenir grâce à ceux que vous savez, au premier chef au ministre Monory ainsi qu’à Monsieur Revel Mouroz et Madame Solange Parvaux. Ils ont voulu l’ouvrir aux disciplines les plus nombreuses pour qu’on ne se cantonne pas dans une appréciation, disons scolaire, de notre sujet.

3Je dois dire que parmi toutes les tables rondes que j’ai suivies dans ma carrière, il m’est rarement arrivé d’en suivre d’aussi riches et d’aussi brillantes. Et nous avons assisté, ce qui est tout à fait normal, car nous étions entre Français et Brésiliens, à quelques petites polémiques, à quelques piques, d’ailleurs brésilo-brésiliennes autant que franco-françaises.

4On a fait de l’auto-critique, ce qui est extrêmement sain : c’est une preuve de lucidité et c’est certainement un des aspects positifs de cette table ronde.

5Cette table ronde a été, je crois qu’on peut le dire, une entreprise sans précédent. A ma connaissance, il n’y a jamais eu entre deux pays quels qu’ils soient, et en tout cas en France avec un pays partenaire, une volonté d’échanger, comme nous l’avons fait pendant trois jours, nos vues et nos jugements sur nos images réciproques, et également sur notre coopération. De même, j’ai rarement entendu émettre autant de suggestions, c’est pourquoi je vous le dis tout de suite, je pense que ce colloque mériterait d’être à l’origine d’un comité de suivi que l’on pourrait mettre sur pied avec les personnalités qui seraient volontaires et qui pourraient se faire connaître auprès de Monsieur Jean Revel Mouroz et de Madame Solange Parvaux. Il y a eu entre autres suggestions, celle de créer une fondation pour faciliter les échanges. Il y en a eu d’autres. Or souvent dans les colloques, on dit des choses de premier ordre, on dit des choses qui sont des vérités, on les répète d’ailleurs de colloque en colloque, alors peut-être cette fois-ci faudrait-il en assurer le suivi. En tout cas, pour ma part, je suis prêt à y participer.

6C’était donc une initiative sans précédent. On a cité un pays comme l’Inde qui est un pays qui a une capacité technique et scientifique remarquable, qui est une grande puissance industrielle que certains peuvent comparer au Brésil, mais je ne conçois pas qu’il puisse y avoir entre la France et l’Inde un échange aussi riche que celui qui vient d’avoir lieu entre la France et le Brésil.

7C’est une entreprise qui peut même servir de modèle. Monsieur l’Inspecteur Général Garrigue a été tellement séduit par les communications qui ont été faites à propos des programmes et manuels scolaires, qu’il a demandé aux auteurs de ces communications de venir prendre la parole devant leurs collègues au Ministère de l’Éducation. C’est la preuve que nous avons eu là un colloque de haut niveau et particulièrement tonique.

8Il faut remercier le Ministre Celso Furtado qui a suivi nos travaux et qui a été l’un des acteurs éminents de ce colloque. Il a annoncé, dans l’allocution d’ouverture qu’il a faite après Monsieur Monory, que ce colloque serait suivi, comme c’était prévu, d’un autre colloque l’année prochaine ou au cours de l’hiver prochain, car un colloque de cette qualité doit se préparer sur un long terme. Je ne sais pas si on peut fixer dès maintenant la date du prochain colloque mais ce qui est certain, c’est qu’il faut dès maintenant s’y préparer.

9On a très excellemment, au cours des six interventions précédentes, résumé les principaux exposés de ces trois journées. On a discuté pour savoir si l’image est déformée ou non. Je rappellerai simplement qu’il ne faut pas désespérer les rêveurs. Je pense à cet enfant de la Martinique qui disait dans le film qui nous a été présenté : « moi, j’ai une idée enchanteresse, idyllique du Brésil, alors on me dit que si j’y vais, j’aurai peut-être à connaître d’autres aspects, eh bien, je vous en prie, j’aime mieux ne pas aller au Brésil et garder ce rêve pour moi ». Il faut laisser sa part au rêve. Mais il faut aussi développer une meilleure connaissance. Je ne crois pas qu’on puisse être objectif mais ce qui est important, c’est le regard, comme disait André Gide, ce n’est pas la chose regardée qui est importante mais c’est le regard, et c’est particulièrement vrai entre la France et le Brésil.

10Il faut une connaissance plus équilibrée et plus complète à tous les niveaux.

11Quant aux médias, ils sont habitués à être critiqués, il était normal qu’ils le soient au cours de ce colloque. Il est certain qu’ils ont une contrainte, qu’ils vivent dans l’instantané. Lorsqu’il y a un événement, le voyage du pape, la mort de Tancredo Neves, alors les médias français parlent du Brésil.

12Ce qu’on pourrait peut-être demander aux chaînes de télévision en particulier, c’est que lorsqu’elles ont parlé du Brésil à l’occasion d’un événement de ce genre, elles demandent à un universitaire, ou à quelqu’un qui connaît le Brésil, de venir au journal du lendemain, par exemple, pour, en deux ou trois minutes, dire ce qu’est le Brésil, commenter le fait qu’ils ont – on a employé un barbarisme mais un barbarisme peut être un élément de méthodologie – « dé-contextualisé » les événements. Il faudrait les « re-contextualiser ».

13Le comité du suivi pourrait peut-être prendre contact avec les chaînes de télévision pour leur demander de faire plus souvent appel à des hommes et à des femmes qui connaissent le Brésil pour venir apporter leurs connaissances sur ce pays.

14La table ronde elle-même, je le mentionne au passage, n’a pas pu avoir une vue exhaustive de ce qu’était l’image du Brésil en France puisqu’on a constaté qu’on avait dépouillé la presse et les journaux télévisés mais pas par exemple les revues, or il y a des revues, j’ai plusieurs noms à l’esprit, qui ont consacré, depuis quelques années, des numéros spéciaux au Brésil, de très haut niveau.

15La connaissance du Brésil est souvent fragmentaire et lacunaire. Je pense à cette phrase de Bernanos qui dit : « ce qui est pire que le mensonge, c’est de ne dire qu’une partie de la vérité ». Parce qu’on peut débusquer un jour ou l’autre le mensonge, tandis que c’est beaucoup plus difficile, quand on a dit quelque chose qui est à moitié vrai, d’obtenir que l’autre moitié de la vérité soit relatée. Sur le plan économique, par exemple, je constate, depuis que je suis rentré en France, que l’on oublie de dire des choses pourtant élémentaires.

16On dit que le Brésil est le pays le plus endetté du monde. Mais bien sûr, il y a 140 millions d’habitants, il est nécessairement plus endetté qu’un pays qui a 3 millions d’habitants. Ce qui compte pour mesurer l’endettement d’un pays, c’est le rapport à sa population et le rapport au Produit National Brut. Je ne le vois presque jamais mentionné. Il faudrait dire aussi comment a été utilisée la dette. Lorsque Monsieur Celso Furtado est venu au mois de mars, cette question a été débattue. Le Brésil est un des pays qui a relativement bien utilisé sa dette. Il l’a affectée à construire une infrastructure qui est un élément positif pour l’avenir.

17Je ne vois jamais mentionné que le Brésil est peut-être un des rares pays au monde, en dehors des pays anciennement industrialisés, dont les 2/3 des exportations soient constitués de produits industriels. Ce qui suffit à illustrer et à mesurer le degré d’avancement qu’il connaît dans l’industrie.

18Autre point, je me souviens, quand j’étais au Brésil, je disais à des Français : « voyez, tout ce qu’il y a dans les magasins du Brésil et tout ce que vous voyez rouler dans la rue, c’est fabriqué au Brésil ».

19Je crois que ce sont des remarques simples de ce genre qui peuvent faire comprendre quelle est la capacité industrielle du Brésil.

20On ne sait pas non plus en France ce qu’est le Brésil profond et qu’il y a de nombreux pôles de développement. On pense toujours aux mêmes villes lorsque l’on parle du Brésil : Rio, São Paulo et Brasilia. Mais le Brésil comprend une dizaine de régions dont beaucoup ont une certaine autonomie et se créent des infrastructures propres, ce qui fait qu’une crise au Brésil n’est jamais ressentie avec la même intensité dans tout le pays. Il y a un autre fait qu’on oublie. Peut-être parce que j’ai été en poste en Italie, j’y suis très sensible, c’est le rôle de l’économie souterraine. L’économie souterraine qui est un amortisseur de crise, qui explique peut-être que dans les moments les plus difficiles que connaît le Brésil, il y a quand même là un recours contre le chômage et le sous-emploi.

21Il y a tant d’autres considérations sur le Brésil que l’on aimerait voir dites. Par exemple que le Brésil, certes, a ses problèmes, mais qu’il a eu un « téléscopage » de problèmes. Il n’a pris son essor économique moderne qu’en 1930-1950, alors que l’Europe actuelle est l’aboutissement de 250 ans de progrès, avec d’ailleurs des traverses considérables, des difficultés, et des misères, car il y a eu une misère considérable en Europe au milieu du XIXe siècle, mais on ne s’en souvient pas, on ne voit que la misère du monde actuel. Le Brésil a en 1950 une démographie peut-être supérieure à celle de l’Europe en 1850, mais nous sommes à l’époque où l’industrie ne crée pas autant d’emplois qu’au XIXe siècle. C’est un exemple, entre autres, des difficultés qu’il vaudrait la peine d’expliquer dans les médias et en particulier à la télévision.

22N’oublions pas, enfin, la dimension culturelle. Même dans une étude sur l’économie du Brésil, je crois qu’il est indispensable d’expliquer que c’est un des pays, avec quelques rares autres au monde, la France entre autres, où la dimension culturelle est une composante essentielle de l’idée de nation. C’est ce sentiment qu’on constate dans tout le Brésil, d’appartenance à une nation, à une culture. Bien sûr, tous les étrangers remarquent qu’il y a une langue unique, mais il faut aussi que les Brésiliens partagent le sentiment d’appartenir à une culture qui est la culture brésilienne avec son originalité résultant de la fusion d’apports ethniques différents comme l’a magistralement montré Gilberto Freyre. Et le cas du Professeur Celso Furtado n’est-il pas la preuve que le Brésil attache de l’importance à la culture : il n’y a pas beaucoup d’autres pays au monde où on ait eu l’idée de nommer un économiste Ministre de la Culture.

23On a parlé de cartésianisme, mais Roger Bastide a peut-être donné la clef de la façon dont il faut s’y prendre pour comprendre le Brésil dans sa richesse et sa multiplicité. Il a dit : « il ne faut pas utiliser les concepts cartésiens mais il faudrait des concepts liquides et effervescents » qui permettraient de mieux apprécier la réalité brésilienne.

24Il y aurait beaucoup d’autres choses à dire et je crois qu’on peut se donner rendez-vous au Colloque de 1989 qui traitera de la France au Brésil, faisant suite à ce colloque auquel nous remercions encore tous nos collègues brésiliens d’avoir participé.

25Étant donné l’intérêt tout à fait exceptionnel de ce colloque, il paraît urgent, et je crois qu’un accord est déjà passé avec la C.A.P.E.S., que les Actes de ce Colloque soient publiés dans les deux langues le plus vite possible pour qu’ils soient accessibles à tous ceux qui n’ont pas eu le privilège de suivre, en tout ou partie, ce colloque et qui certainement seront intéressés à en prendre connaissance : c’est vraiment, je le répète, quelque chose de sans précédent. Et nous ne pouvons qu’être reconnaissants envers Monsieur Monory et envers le Ministère de l’Éducation Nationale d’avoir été à l’origine de cette grande première.

© Éditions de l’IHEAL, 1991

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540