Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Images réciproques du Brésil et de la France

 | 
Solange Parvaux
, 
Jean Revel-Mouroz

B. L’image scientifique et technologique/A imagem científica e tecnolôgica

L’image de la francophonie au Brésil

Lilian Pestre de Almeida

Texte intégral

1Après un large tour d’horizon et au bout de trois journées de colloque où l’on a analysé successivement : l’image du Brésil dans la vie quotidienne française à partir des médias d’information (la presse et la télévision) ; la construction de l’image d’un pays américain, jeune et problématique dans l’héritage d’une culture européenne prestigieuse au moyen des médias culturels, de la littérature à la bande dessinée, du texte scolaire à la chanson, du cinéma à la traduction ; la présence de la France dans l’imaginaire et dans la production brésilienne et finalement l’inventaire des échanges dans les domaines de la coopération scientifique et de la technologie, nous sortons de ce face à face qui explore le passé et le présent, par la prospection d’un temps à venir et le dévoilement de nouveaux espaces, ceux des cultures francophones.

2Une première perspective ouvrant sur l’avenir correspond à ce que M.A. de Peretti appelle « l’interfertilisation des images réciproques entre le Brésil et la France ». Le mot interfertilisation – que les dictionnaires courants ne registrent pas – est pourtant transparent : il se rattache à l’aire sémantique de la végétation, de la fécondité, de la croissance, du renouveau. Si fertilisation est l’action de fertiliser, interfertilisation est l’action de se fertiliser réciproquement dans un processus continuel et enrichissant où les deux pays sont à la fois sujet et objet de la fertilité.

  • 1 Eduardo Lourenço. « A comunicação assimétrica », in Jornal de Letras. Lisboa, nos 45 et 46,1982.

3J’interviens donc au cours de cette dernière séance en apportant un témoignage d’enseignante de FLE sur les changements prévisibles, ou déjà en germe, provoqués par la modification du dialogue, le dévoilement d’autres voix et surtout l’apparition, à notre horizon intellectuel, d’autres espaces s’exprimant en français hors de l’hexagone, figure idéale vers laquelle nos yeux se sont tournés pendant plus de deux siècles. Le dialogue France/Brésil – qui continue et développe historiquement le dialogue France/Portugal dont on a pu dire qu’il avait la forme d’une « communication asymétrique » (les lusitanistes ici présents auront reconnu l’heureuse formule d’Eduardo Lourenço1) – est dorénavant un multilogue. Si la France joue le rôle du soliste principal, la trame des voix en basse devient contrepoint de plus en plus complexe et varié, aboutissant à une véritable polyphonie. A la voix de la France s’ajoutent, peu à peu, les voix qui s’élèvent des espaces américains, bientôt africains. Dans ce multilogue, nous serons à même, un jour, de distinguer d’autres voix européennes ou orientales.

4A partir de ces remarques, le plan de mon exposé s’impose ; j’essaierai d’aborder tour à tour quelques questions : la mouvance de l’image de la langue française du point de vue des études francophones au Brésil ; les nouveaux aspects de la langue française perçus par le public cultivé brésilien et finalement la conquête d’un autre type d’universel qui convient à nos besoins de culture émergente et dans lequel la langue française devient un outil de connaissance non seulement du monde mais surtout de soi et de l’Autre. Pour finir, j’esquisserai les conséquences (positives) de ce changement de perspective dans l’enseignement, l’apprentissage et la recherche.

5Ainsi donc, je partirai non pas du général abstrait (un panorama de la francophonie), mais du concret particulier, à savoir les différents travaux faits, au Brésil, sur les cultures francophones. De ce point de vue et en revenant à l’image de la polyphonie, je dirais que, chez nous, parmi les voix francophones, ce sont les voix américaines les plus audibles et sans doute les mieux comprises.

Mouvance de l’image de la langue française

6Les études francophones ont pris, depuis une quinzaine d’années, un certain essor au Brésil, en particulier dans quelques centres universitaires : dans le grand Rio, l’Universidade Fédéral Fluminense ; à São Paulo, l’USP ; à Porto Alegre, UFRS et à Belo Horizonte, UFMG. Une seule université cependant a choisi d’instituer tout un programme de spécialisation et de Maîtrise centré uniquement sur les littératures et cultures francophones, l’UFF à Niterói. L’intérêt pour les cultures francophones est en train de changer, non pas à proprement parler l’image de la France chez nous, mais notre vision de la langue française.

7Un regard sur la production critique brésilienne récente nous confirme que ce sont surtout les cultures francophones d’Amérique (Québec, Haïti, Antilles françaises) qui ont suscité jusqu’ici le plus grand nombre de travaux (thèses, dissertations, essais, articles, traductions). Les auteurs les plus analysés – Césaire, Anne Hébert, Jacques Godbout, Miron, Ferron, Damas, Édouard Glissant, Jacques Roumain, René Depestre, Simone Scharz-Bart – sont tous des francophones d’Amérique. Au Brésil, les textes produits et publiés sur les auteurs d’Afrique noire sont plutôt rares (même en tenant compte des publications sur Senghor) et ceux sur les écrivains maghrébins de langue française pratiquement inexistants. Si l’on veut donc saisir la mouvance de l’image de la langue française au Brésil, il faut se concentrer sur les cultures francophones d’Amérique.

  • 2 Gabriel Garran. « Parloirs francophones », in Diagonales, n° 3, octobre 1987. Paris. Le Français da (...)

8C’est un des paradoxes (féconds) que de constater que l’émergence, chez nous, des cultures francophones repose, de façon inévitable et neuve, la question de la langue française dans un contexte panaméricain, permettant de réfléchir sur le rôle (possible) de la France dans l’émergence et la prise de conscience de ce continent. Mais ce rôle – et j’anticipe là l’une de mes conclusions – dépend d’une part d’une vision plurielle et diversifiée de la langue française, expression de différentes manières de vivre et de penser, et d’autre part, de l’abandon d’une fiction appauvrissante et décharnée, celle du « français universel académique » (l’expression est de Gabriel Garran, directeur du Théâtre international de langue française2) ou du « français international ».

  • 3 Jean-Maurice Morrisset. « La lumière qui brasille » (texte inédit de 1987.)

9Pour le comprendre il suffit de se rappeler que, du point de vue historique, le Brésil aurait constitué, de facto sinon de droit, « une Amérique à la française beaucoup plus que ne l’aura jamais été le Canada3 » après la conquête anglaise au XVIIIe siècle. A certains égards – quelques Québécois le découvrent avec surprise – la France se serait beaucoup plus intéressée au Brésil qu’au Québec tout au cours du XIXe siècle et du siècle présent. De la venue des cartographes français, comme Jean Massé, qui nous ont laissé des cartes sur les côtes brésiliennes (la baie de Guanabara en particulier) et des plans de fortifications et de villes d’une précision et d’une beauté sans égales au Portugal de la fin du XVIIIe siècle, à la venue de Le Corbusier pour la construction du Ministère de l’Éducation Nationale à Rio, en passant par la mission artistique française, les collèges religieux, etc., la France s’est penchée avec sympathie et intérêt sur notre pays. Dans ce cas, le rapport France/Amérique et la présence de la langue française comme langue américaine (tout comme le portugais, l’espagnol ou l’anglais) ne sont pas l’apanage exclusif du Canada, de la Louisiane ou des Antilles dites françaises.

  • 4 Liban Pestre de Almeida. « La France et le français au miroir du Brésil », in Dialogues et cultures (...)

10Le français appartient donc à un certain héritage brésilien : il a été la langue d’ouverture au monde, la langue d’innutrition féconde, la langue de médiation mais aussi la langue du délire, si l’on veut, du désir (désir d’être autre, désir d’être ailleurs, désir d’échapper à sa médiocrité, peut-être à son américanité, pour fusionner dans un universel généralisant et sublimant les particuliers)4. Si, par un retour des choses, le français devient pleinement une voie d’ancrage en Amérique et de prise de conscience de soi ce serait un beau périple de « détour/retour ». Et qui mieux est : la langue qui a permis le détour des élites décentrées est et n’est plus la même qui permet le retour.

11En effet, étudiant les conditions de production en langue française en Amérique – langue de culture pour les anciennes élites latino-américaines mais aussi langue de l’identité au Québec, langue dominante dans une diglossie intégrative (Antilles françaises, Haïti), langue reliant l’Amérique et l’Afrique, toutes les deux en train de se décoloniser culturellement à partir de textes d’un Damas, d’un Césaire, d’un Fanon, d’un Depestre ou d’un Glissant, langue encore dans laquelle a lieu, aujourd’hui, la réécriture de l’oralité traditionnelle avec des conséquences importantes du point de vue théorique et pratique – on peut dégager les étapes d’un changement civilisationnel où le français devient une des voies/voix de la différence.

12En d’autres termes : le français qui exprimait, jadis, le rêve unitaire du Même et incarnait pour les latino-américains un universel transcendant, devient, peu à peu, une des langues du Divers s’ouvrant à un autre type d’universel, enraciné dans la chair du monde. Ce virage qui s’amorce pour le français en Amérique et en Afrique, a déjà eu lieu pour le portugais au Brésil, pour l’espagnol à Cuba, au Mexique, en Argentine, pour l’anglais aux États-Unis. Cela ouvre, pour les enseignants brésiliens de FLE, des perspectives extrêmement positives.

Les nouveaux aspects de la langue française perçus par le public brésilien

13Ce que j’essaie de décrire ici n’est nullement un phénomène de masse. Ce sont plutôt des indices d’une autre vision de la langue française chez un public de littéraires et universitaires. Quels en sont les principaux aspects ?

Langue de l’identité et de la résistance

  • 5 Cf. Regard périphérique sur la francophonie, in Études littéraires, vol. 16, n° 2, août 1983. Québe (...)

14L’un des premiers est celui d’une langue de la résistance et de l’identité liée naguère aux travaux d’une terre difficile à cultiver et à un hiver interminable, protégée pendant deux siècles par la foi catholique, exprimant aujourd’hui, à partir d’une révolution tranquille, la complexité d’un pays jeune qui fait irruption dans la modernité. J’ai analysé ailleurs5 la répercussion qu’a eue, dans le milieu brésilien des professeurs de français, la découverte du Québec grâce au stage organisé par l’Université Laval depuis 1979.

Marronnage en français

15L’aire francophone qui a suscité, de loin, le plus grand nombre d’études au Brésil est l’aire antillaise. Cela peut s’expliquer, à première vue, soit par les similitudes de la culture caribéenne et brésilienne nées toutes les deux du système des Plantations et du métissage, soit par l’intérêt compréhensible pour la problématique de la négritude. Je pense, néanmoins, que la multiplicité de textes brésiliens sur les Antilles provient de l’attention que suscite le phénomène du marronnage culturel dans lequel on découvre des aspects semblables à l’une des tendance les plus vivaces de notre culture aujourd’hui, l'anthropophagie.

16Marron, aux Antilles, comme on le sait, n’est pas le fruit du châtaignier cultivé. Damas le disait déjà avec humour au début d’un poème intitulé « Foi de marron » :

Foi de marron
non de marrons qui se mangent
de marrons qui réchauffent les mains roides
au carrefour des hivers soudain revenus

17(in Pigments. Névralgies. Présence Africaine, p. 100) Marron désigne l’esclave qui fuit l’esclavage, qui échappe de l’univers des Plantations pour vivre en liberté sur les hauteurs ou dans les bois. D’où le verbe marronner et le substantif marronnage.

18Distinguons brièvement marronnage et anthropophagie brésilienne. Le premier concept, revendiqué par les critiques antillais, relève lui aussi d’une poétique de résistance, d’une pratique de détour comme moyen de faire face à des obstacles qu’on ne peut dépasser, d’une ruse d’autodéfense liées sans doute à une situation diglossique et parfois à une économie de subsistance (cas de Haïti) ou à un nouveau type de colonie de consommation.

19Le second concept, revendiqué par les Brésiliens à la suite d’Oswald de Andrade, serait une étape en avant par rapport au marronnage culturel : il relève d’une poétique agressive, d’une pratique insolente d’attaque, d’appropriation et de démystification. Il n’est possible que lorsque les colonisés, ayant dévoré la langue des colonisateurs, s’en emparent au point que, à leurs yeux et à leurs oreilles, c’est toujours l’ancien colon qui a de l’accent et parfois une drôle de syntaxe.

20Cette distinction évidemment n’est qu’opératoire et didactique : il est difficile de marquer le moment où se fait le passage du marronnage à l’anthropophagie. Cela dépend d’un début d’autonomisation du circuit de production, de la présence ou l’absence d’un arrière-pays culturel dense préexistant à la colonisation, de la possibilité d’accumulation et de systématisation d’expériences de marronnage, etc. En Amérique latine, Cuba, le Brésil, le Mexique sont de toute évidence des cultures anthropophages, les Antilles françaises et Haïti sont, à divers degrés, des pays pratiquant avec plus ou moins de succès le marronnage culturel.

  • 6 Édouard Glissant. Le discours antillais. Seuil, 1981, p. 22.

21Notons encore qu'écrire en français dans les Antilles constitue une gageure, car tout poème et tout récit en français sont écrits dans la langue non-maternelle, dans la langue de l’Autre. On me dira que c’est la même situation qu’en Afrique noire. Il me semble cependant qu’il y a là une différence substantive : la langue maternelle aux Antilles n’est pas à vrai dire une langue authentiquement orale comme les langues ethniques africaines, le créole portant en lui « la marque secrète, impossible et irrepérable de l’écrit », selon Glissant6.

  • 7 Cf. « Ariettes retrouvées, contes recréés ». Quelques aspects de la création chez Césaire dans ses (...)

22Plusieurs critiques et écrivains se sont interrogés sur le sens de cette stratégie de passer par la langue de l’Autre. On y voit d’emblée les désavantages, mais le gain – en dehors d’une certaine visibilité, disons, internationale – paraît mince, à première vue. Il n’en est rien. Recul critique procuré par l’exil ou la distance intérieure, déchiffrement d’un imaginaire, regard distancié sur sa propre culture grâce au détour par une langue d’emprunt, exploration des possibles de l’écriture, levée des interdits sociaux véhiculés par la langue maternelle, reconnaissance du multilinguisme caribéen : autant d’arguments qu’on pourrait invoquer. Il y aurait encore un autre avantage que j’ai essayé d’analyser dans deux textes : celui de conquérir, par le biais de la langue de l’Autre, un usage en voie de disparition dans la langue maternelle, celui d’un pacte secret, ciment de la collectivité. Et la clé de cette ruse est dans la réécriture de l’oralité, procédé que nous retrouvons dans toutes les littératures américaines, y inclus la brésilienne7.

Une axiomatique géographique

  • 8 L’un des rares textes brésiliens cités par Glissant dans le Discours antillais est, sauf erreur, ce (...)

23Ainsi donc chaque fois que des lecteurs brésiliens étudient des écrivains antillais ou québécois, ils abordent la problématique générale des conditions de création en situation de dépendance et ils jettent les bases d’une axiomatique géographique, c’est-à-dire ils font la recherche et l’organisation systématique des axiomes d’un continent avec un ensemble d’hypothèses et de déductions. La voie a été ouverte par Édouard Glissant dans Le discours antillais (Seuil, 1981). Glissant est sans doute l’un des premiers écrivains francophones à dégager les similitudes de l’ensemble de la production fictionnelle américaine, mais son ouvrage – capital – s’ouvrait surtout à l’Amérique écrivant en espagnol et en anglais. Le Brésil y restait un peu comme la face occulte de la lune, car la langue portugaise faisait encore une barrière8.

24A partir du moment où des critiques brésiliens s’ouvrent aux cultures francophones d’Amérique, la réflexion englobe les quatre grandes langues européennes qui se relativisent et se modifient en Amérique.

La langue française, instrument de connaissance de soi et de l’autre

25Pour conclure, nous pourrions dire que l’une des lignes de force des études francophones au Brésil se lie au souci d’explorer une Franco-Amérique, trajet qui nous mène à la prise de conscience de l’Amérique elle-même, le Brésil y inclus. Cette (re)découverte se fait à travers le français et sans la médiation de l’Europe. Qu’on me comprenne bien : il ne s’agit point de court-circuiter la France par l’intermédiaire du français. Il s’agit de multiplier les liens avec le monde, de rétablir un certain équilibre de l’imaginaire, d’échapper au malinchisme en tant que fascination stérilisante, d’assumer le point de vue d’où l’on parle mais surtout de découvrir que le français est une des voies de la Relation dans le monde diffracté d’aujourd’hui. En d’autres termes : explorer à fond la modernité, la richesse et la diversité d’une langue, instrument de connaissance de l’Autre et de soi.

26Ce mouvement vers le Divers est très positif et pour la France, ancienne culture, et pour le Brésil, nouvelle culture problématique. Pour de nombreux enseignants brésiliens de FLE l’intérêt pour les littératures et les cultures francophones est un atout majeur, car il brise le sentiment de ghetto et de mandarinat dans lequel tendaient à s’enfermer les littéraires de nos Facultés, et les fait aborder, par le français, des cultures émergentes et problématiques, comme la nôtre, et entrer de plain pied dans le monde des hommes et des peuples, compris dans leur différence et dans leur enracinement.

  • 9 Édouard Glissant, ibid., p. 197.

27Du point de vue français, l’ouverture vers les cultures francophones permet à la France de mieux soupeser sa tradition presque millénaire, de (re)lire son passé et son présent, de (re)découvrir son imaginaire grâce à la confrontation, à l’intérieur de la langue française, avec l’imaginaire d’autres cultures, « à incliner à la justice des opacités »9.

28Lorsqu’on organise, en France, sous le patronage du Ministère de l’Éducation Nationale, un colloque sur Les images réciproques du Brésil et de la France, cela implique que le public français reconnaît, à l’intérieur de ce qu’on pourrait nommer la lusophonie, l’élan vers le Divers qui a permis la reconnaissance des différentes littératures et cultures de langue portugaise de par le monde. Faisons de même à l’intérieur de la langue française.

Notes

1 Eduardo Lourenço. « A comunicação assimétrica », in Jornal de Letras. Lisboa, nos 45 et 46,1982.

2 Gabriel Garran. « Parloirs francophones », in Diagonales, n° 3, octobre 1987. Paris. Le Français dans le monde, supplément au n° 212, pp. 4-6.

3 Jean-Maurice Morrisset. « La lumière qui brasille » (texte inédit de 1987.)

4 Liban Pestre de Almeida. « La France et le français au miroir du Brésil », in Dialogues et cultures, vol. 27, décembre 1985. Québec, FIPF, pp. 116-135.

5 Cf. Regard périphérique sur la francophonie, in Études littéraires, vol. 16, n° 2, août 1983. Québec, PUL, pp. 253-273.

6 Édouard Glissant. Le discours antillais. Seuil, 1981, p. 22.

7 Cf. « Ariettes retrouvées, contes recréés ». Quelques aspects de la création chez Césaire dans ses rapports avec l’oralité, in Études créoles, vol. VIII, nos 1 et 2. Paris, AUPELF, 1985, pp. 103-126 et La perspective comparative et les littératures francophones, in Elos, n° 6, février 87. Porto Alegre (Brasil), ABPUF, p. 37-52.

8 L’un des rares textes brésiliens cités par Glissant dans le Discours antillais est, sauf erreur, celui de l’anthropologue Darcy Ribeiro.

9 Édouard Glissant, ibid., p. 197.

© Éditions de l’IHEAL, 1991

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540