Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Images réciproques du Brésil et de la France

 | 
Solange Parvaux
, 
Jean Revel-Mouroz

B. L’image scientifique et technologique/A imagem científica e tecnolôgica

Interfertilisation des images réciproques entre la France et le Brésil

André De Peretti

Texte intégral

1Mon propos sera de gratitude pour le Brésil et les Brésiliens. Et, sachant qu’un humoriste a dit de la France qu’elle est un beau pays mais qu’il est dommage qu’elle appartienne aux Français, je rétorquerai que le Brésil est un magnifique pays et qu’il est heureux qu’il appartienne aux Brésiliens ! Car je voudrais, d’emblée, dire combien mon travail avec des enseignants brésiliens, au cours de mes séjours successifs, s’est avéré stimulant pour moi et combien ils m’ont aidé à comprendre notamment le changement d’échelle qui marque le devenir du monde moderne, grâce à l’ouverture, l’amplitude des dimensions que le Brésil contient et qu’il déploie si généreusement !

2Tant d’étendue et la juste proportion aux riches rapports de ce présent colloque, m’auraient invité à mesurer aux dimensions des Foz de Ignaçu mes propos ou mes évocations. Mais je sais combien le temps est compté, et qu’il ne me reste qu’à faire quelques signes d’amitié sur ce que Paul Claudel appelait déjà « le premier rayon du soleil sur la corne du Corcovado » !

  • 1 Michel Serres, les Cinq Sens, Paris, Grasset, 1986, p. 284.

3Ce matin même j’ai eu la joie d’accueillir, descendant de l’avion de Récife, mon petit fils brésilien (il aura bientôt trois ans), tout joyeux et tout calme, bien à l’image de l’aspect dynamique et ouvert mais aussi de l’aspect tranquille que présente votre pays et qui nous ouvrent des indications claires sur ce que nous devons faire pour aborder le monde nouveau qui apparaît devant nous. Ce monde est ourdi de contrastes, de contradictions et de revirements brusques, et il va bien falloir les supporter : mais ce n’est pas si aisé pour l’âme française (au-delà de ses « images »), qui donne préférence aux réalités apparemment modérées et priorité aux lignes droites, aux voies directes, comme Michel Serres dans son beau livre sur « les cinq sens » nous en fait avertissement. Et il nous dit bien de ces voies droites qu’elles sont celles qui délivrent « au plus tôt le voyageur peureux de la forêt où il s’engage », celles « que suit la lumière sans masse et foudroyante, autant dire la voie cartésienne »1.

  • 2 Christine Buci-Blucksmann, La folie du voir, Paris, Ed. Galilée, 1986, p. 79.

4Nous avons quelque souci de constater que le monde est de moins en moins « cartésien » et qu’il faut désormais nous accoutumer au heurt d’antinomies brusques qu’il est impossible d’écarter. Or, la France a un goût prononcé pour le classicisme. Il est notoire que nous ayons même pu enfermer le baroquisme du château de Versailles dans une structure architecturale, dans une coquille apparemment classique. Il reste, cependant, la galerie des Glaces, avec ses jeux de miroirs, conçue dans la fidélité à l’esthétique baroque dont Christine Buci-Glucksmann, à propos de « la folie de voir », nous dit qu’elle conçoit le monde comme « un miroir de miroirs, un livre des livres, et un univers esthétique de formes-forces en équilibre-déséquilibre permanent. L’idée d’expression y règne en maître »2.

  • 3 Ilya Prigogine et Isabelle Stengers, La nouvelle alliance, Paris, Ed. Gallimard, 1979.

5Il est vrai que nous sommes dans un monde en situation d’équilibre-déséquilibre. Ce n’est pas pour rien qu’un chimiste célèbre, je pense à Ilya Prigogine, prix Nobel, et qui nous a invités à « ré-enchanter » le monde et à conclure avec lui « une nouvelle alliance », soit aussi le spécialiste des « structures dissipatives d’énergie », des structures qui soient de plus en plus éloignées de l’état d’équilibre et pour lesquelles réapparaissent alors les caractéristiques de la vie3.

6C’est cet aspect créateur de vie au sein d’un ensemble de multiples contrastes dynamisés que le Brésil nous rappelle à nous Français, qu’il m’a personnellement signifié dans la joie d’une attitude aussi bien dansante que tranquille. Celle qui m’a souvent incité à dire à des collègues brésiliens que, si nous avons ensemble contribué à découvrir beaucoup de symbolismes, du moins les Brésiliens ont inventé originalement, mais pour nous tous, le « sambalisme » !

7C’est une généreuse invitation, au-delà de Zarathoustra le danseur, de vivre le monde avec quelque danse, avec quelque flexibilité, avec cette intrépidité que vous nous montrez, Monsieur le Professeur, et qui est si typiquement brésilienne. Notre pays a besoin de se préserver de la morosité, des apparences ou des contraintes qui pourraient être tristes. Mais moi, je ne dirais pas « tristes tropiques », malgré toute l’affection que je dois à qui vous savez, j’affirmerais « joyeux tropiques » et j’ajouterais aussi « joyeuse France », en raison de ce que vous nous apportez et du monde de demain à construire courageusement par nos rencontres et nos réciproques convenances. Car il me semble qu’il s’établit, entre le « losange » immense de votre territoire et l’« hexagone » intense de notre pays vissé à l’Europe, l’indication vectorielle d’une direction privilégiée pour réunir des énergies, et selon laquelle la main de la Bretagne est ouverte, la paume tournée vers votre magnifique continent et vers votre enthousiasme !

  • 4 Edgar Morin, Un paradigme perdu : la nature humaine, Paris, Ed. du Seuil, 1974.

8A votre invitation heureuse, il faut nous mettre à approfondir un nouveau paradigme, pour correspondre au monde et à ses messages, plus neuf que celui de la « nature humaine » dont Edgar Morin nous a dit qu’il était quelque peu « perdu »4. Et ce pourrait être dans nos efforts pour comprendre et pour indiquer ou instruire, un paradigme de la « fringance » ! Il faut en effet que nous ayons le cœur d’aborder avec dynamisme, et comme avec un instinct cavalier, ce temps et ce monde modernes qui nous étourdissent avec leurs apports esthétiques incessants, avec la croissance éperdue des interactions et des rencontres... Il n’y a place pour aucune tristesse : seuls sont vrais des sentiments toniques pour affronter la multitude des « choses » à faire exister et qui par vous et nous existeront !

9Demain nos peuples pourront se souvenir ensemble de l’héritage d’Auguste Comte et ensemble travailler à bâtir un univers qui soit autant d’« ordre » que de « progrès », développant les possibilités de toutes les traditions accueillies. Vous-mêmes, amis brésiliens, vous nous proposez un fantastique champ de traditions qui ont justement passionné nos anthropologues et qui sont autant d’apports essentiels aussi bien à une réflexion humaniste essentielle qu’à une compréhension généreuse du Devenir. Car il est vrai que celui-ci ne sera pas le produit de réductions forcenées qui pousseraient à des conformismes obsessionnels, mais qu’il se manifestera dans le déploiement de toutes les richesses courageusement amassées au travers des siècles par des hommes de toutes les couleurs et de toutes les sensibilités.

10Nous sommes promis à un foisonnement d’élans et de structures, matérielles ou culturelles, selon les caractéristiques d’une époque néobaroque. Et vous nous apportez la longue expérience d’une familiarité aux formes et aux réalités baroques, aux recherches dissymétriques et romantiques. Sans doute nous avons parfois, en France, comme l’émergence du baroquisme, avec Victor Hugo, et plus récemment Paul Claudel. (Ce n’est pas insignifiant que soit joué actuellement, sur onze heures d’affilée, Le soulier de satin, pour lequel des jeunes se passionnent). Mais notre tempérament demeure basiquement classique et donc en porte-à-faux par rapport aux tendances de l’époque.

11Car celles-ci nous offrent un espace de « supermarché » dans lequel s’amoncellent en vrac les produits du monde entier, comme dans d’immenses cornes d’abondance, images symboliques du baroque. La « corne » n’est pas toujours esthétique, mais l’« abondance » est signifiée. Et il faut évoquer la multiplication des images et des sonorités diffusées par la télévision et toutes les formes de communication. Je me réjouirai quant à moi que soit mieux présenté sur nos petits écrans, en France, l’exubérance de vos feuilletons, pour mieux nous accoutumer à la fantaisie et à une tolérance de la variété insistante qui déferle sur nos vies.

  • 5 Jorge Amado, La boutique aux miracles, Paris, Ed. Stock, p. 476.

12Je relisais avec passion ce final de la boutique aux miracles (mais est-ce que le Brésil n’est pas une immense « boutique aux miracles » ?) dans laquelle le vieux Pedro Archango reconnaît « la petite fille de Rosa », étudiante en médecine, et la décrit « si pareille et si différente, combien de sangs s’étaient mélangés pour la faire ainsi parfaite »5. Il ressort de là réalité contemporaine instituant une interconnexion généralisée, une inter-fertilisation et un métissage mondial des pensées, des produits et des personnes, une richesse pathétique que vous nous présentez fièrement et dont nous avons besoin pour communier au monde à venir.

  • 6 Jean Bernard et al., Les enjeux de la fin du siècle, Paris, Ed. D.D.B., 1986, p. 22.

13Et je revois ces mots du Professeur Jean Bernard, au nom de la recherche en hématologie, nous assurant que « chaque homme est unique, irremplaçable » et qu’« entre les hommes, il n’y a pas inégalité mais différence », plus encore, que « le métissage est avantageux »6.

  • 7 M. Serres, op. cit., p. 286.

14Ah ! nous avons besoin que vous nous aidiez à tolérer la révélation des contradictions, le contact familier des antinomies qu’il n’est plus possible d’écarter ou de masquer, et qui nous invitent à supporter le foisonnement des différences au sein d’un désordre immanent d’où naît l’ordre (suivant ce qu’Edgar Morin, soucieux de la « méthode » nous a requis de comprendre !). Saurons-nous sortir de nos « lignes droites », de nos catégorisations plus ou moins absolutistes, pour suivre les méandres d’une contemporaine Odyssée, cette Odyssée à laquelle Michel Serres nous convie, et qui, au lieu de nous conduire à Ithaque, peut parfaitement nous porter vers Bahia ou Rio de Janeiro, vers São Luis do Maranhào ou Porto Alegre ! En une telle Odyssée, se dessinent « des chemins en dehors de cet ordre, des voies de gaspillage. Le vaisseau s’approche de Pénélope et il s’en écarte d’autant, il tombe dans la bonne route mais s’en éloigne souvent. La courbe festonnée de sa navigation déborde la voie normale. Ainsi découvre-t-elle des terres inconnues, ainsi invente-t-elle quand échoue la ruse »7.

15J’espère que nous pourrons « inventer » avec vous, avec ce que vous nous apportez, amis brésiliens, comme la générosité de toute votre Nation affrontée à des difficultés extrêmes et à des défis impérieux que nous avons ou aurons nous aussi à aborder. Je voudrais vous en dire encore toute ma gratitude.

Notes

1 Michel Serres, les Cinq Sens, Paris, Grasset, 1986, p. 284.

2 Christine Buci-Blucksmann, La folie du voir, Paris, Ed. Galilée, 1986, p. 79.

3 Ilya Prigogine et Isabelle Stengers, La nouvelle alliance, Paris, Ed. Gallimard, 1979.

4 Edgar Morin, Un paradigme perdu : la nature humaine, Paris, Ed. du Seuil, 1974.

5 Jorge Amado, La boutique aux miracles, Paris, Ed. Stock, p. 476.

6 Jean Bernard et al., Les enjeux de la fin du siècle, Paris, Ed. D.D.B., 1986, p. 22.

7 M. Serres, op. cit., p. 286.

Auteur

Professeur, Administrateur de l’Institut National de Recherche Pédagogique.

© Éditions de l’IHEAL, 1991

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540