Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Images réciproques du Brésil et de la France

 | 
Solange Parvaux
, 
Jean Revel-Mouroz

B. L’image scientifique et technologique/A imagem científica e tecnolôgica

Rapport de synthèse

André Klingebiel

Texte intégral

1C’est à un exercice périlleux que je dois me livrer maintenant : synthétiser, sans réflexion ni recul, une image concluante sur la vingtaine de contributions et témoignages, qui depuis ce matin nous a été délivrée avec talent et passion par des acteurs chevronnés et enthousiastes de la coopération scientifique et technique entre la France et le Brésil.

2Plutôt qu’une relation chronologique de tout ce qui a été dit, et que je ne saurais résumer sans caricaturer ni trahir la pensée des orateurs que vous avez écoutés, je vous livre quelques impressions :

3coopération est bien le maître mot du message dominant que nous avons reçu au travers de cette série d’images, qui ne concernent pas le Brésil, mais les diverses institutions et les hommes nombreux qui, au Brésil comme en France, contribuent à la richesse des échanges scientifiques entre nos deux pays.

4Il est bien manifeste que le temps de l’assistance est révolu ; que celui de l’aide s’estompe ; que toutes les actions en cours qui ont été présentées démontrent un partenariat voulu, basé sur des sujets et des objectifs de recherche choisis d’un commun accord, sur des programmes réalisés ensemble par les équipes des deux pays, avec une composante « formation par la recherche » toujours présente, même chez les partenaires non universitaires (CNRS-CNPQ ; ORSTOM et CIRADEMBRAPA ; industriels). De ces actions conjointes et de ces échanges réciproques, résulte une progression commune.

5Constat corollaire que celui de l’existence et du rapide développement de sciences et de technologies brésiliennes incarnées dans de solides compétences et qualités humaines. Désormais, nous ne pouvons plus travailler sur le Brésil, mais œuvrer avec les Brésiliens, qui fabriquent tout ce dont ils ont besoin, et exportent 70 % de produits manufacturés.

6La dimension historique de la coopération scientifique a bien été cernée par la première série de communications (MM. Martinière, Paty et Petit Jean et Mme Dantes) :

  • Rôle de notre coopération dans l’évolution souhaitable de notre image scientifique auprès du grand public de nos deux pays et dans le contexte international.
  • Prédominance de la langue des publications et de la pensée scientifique françaises au Brésil où le « positivisme » français a été la source principale des vocations philosophiques et scientifiques brésiliennes jusque vers 1930.
  • On peut s’interroger sur les causes réelles du déclin de cette influence de la France. Outre les effets très meurtriers des deux guerres mondiales en Europe et l’affaiblissement économique de la France, il y a l’émergence des puissances économiques et scientifiques des continents américain et asiatique.
  • Il y a maintenant, malgré ce concert international apparemment peu favorable, une redécouverte, si ce n’est une résurgence des racines profondément françaises de l’inspiration scientifique et technologique (culturelle) brésilienne.

7La place de l’imaginaire national dans la diffusion des nouvelles technologies dans nos deux pays a été éclairée dans une approche comparative avec le modèle suédois par MM. Gras et Carvalho de Melo, et par Madame Poirot-Delpech.

8Le rôle indispensable des transferts de technologie pour nourrir le développement scientifique et économique, et permettre à un pays en cours d’industrialisation comme le Brésil de parvenir à un partenariat productif a été démontré par le Professeur Leite-Lopes qui nous a montré aussi combien les coopérations qui résultent de ces transferts initiaux sont en fin de compte profitables aux deux pays.

9Les témoignages des acteurs actuels de la coopération scientifique et technique sont tous remarquablement concordants sur la nécessité de choisir les objectifs et les priorités d’action en fonction des intérêts nationaux à long et moyen terme, bien que certaines interventions sur des objectifs à court terme dans les sciences de la santé soient tout à fait exemplaires. Ces témoignages concordent sur la nécessité d’évaluer les résultats et d’assurer un suivi des programmes et des hommes qui les mettent en œuvre ; sur l’intérêt de favoriser la constitution de réseaux solidaires entre les universités et organismes de recherche des diverses régions du Brésil et de France pour une plus large diffusion des connaissances transférées, une meilleure utilisation des moyens, et une optimisation des applications découlant des recherches communes.

10La place des jeunes dans la coopération enfin a été abordée sous plusieurs aspects :

  • Témoignages d’étudiants stagiaires français et brésiliens ;
  • Mise en place de bourses du M.A.E. pour des étudiants français allant se perfectioner au Brésil. On peut regretter le trop petit (10) nombre de ces bourses eu égard à leur intérêt pour l’avenir des relations bilatérales.
  • Résultats très positifs de l’activité des V.S.N. mis à disposition de certains programmes de coopération, dans lesquels ils trouvent des terrains très favorables à l’épanouissement de leurs capacités d’innovation en synergie avec les partenaires brésiliens.
  • Regrettons que presque rien n’ait été dit, au-delà d’un bilan de nombres de thèses et de stages, sur les très nombreux stagiaires et boursiers brésiliens en France1. De plus en plus nombreux sont ceux d’entre eux qui développent au Brésil une recherche co-orientée par un responsable brésilien et un responsable français, et qui préparent ainsi un doctorat français et dans certains cas un doctorat brésilien.
  • C’est la participation de ces jeunes à nos coopérations qui doit prioritairement retenir notre attention. Ils seront les acteurs et les promoteurs de nos relations, de nos recherches communes, dans l’avenir. Dans le monde de la connaissance fondamentale, comme aussi dans celui des applications technologiques et industrielles, c’est la qualité des hommes que nous aurons formés qui sera le meilleur gage de progrès.

Notes de fin

1 L’association des boursiers brésiliens en France a participé au début des travaux de préparation du colloque mais malheureusement n’a pas pu présenter de communication au colloque lui-même.

Auteur

Département de Géologie et Océanographie. Université Bordeaux I.

© Éditions de l’IHEAL, 1991

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540