Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Images réciproques du Brésil et de la France

 | 
Solange Parvaux
, 
Jean Revel-Mouroz

B. L’image scientifique et technologique/A imagem científica e tecnolôgica

Un exemple de coopération technique

Daniel Georgen

Texte intégral

Présentation

1Daniel Georgen, ingénieur-chimiste. Ma carrière s’est partagée entre la France et le Brésil où j’ai travaillé neuf ans et demi.

2En tant que représentant du secteur des entreprises, je voudrais porter témoignage ici de l’expérience vécue dans le domaine de la coopération industrielle par le groupe multinational Rhône-Poulenc et sa filiale brésilienne Rhodia S.A., fondée en 1919 !

La coopération industrielle

3La coopération est en effet aussi l’expression de l’intérêt manifesté de part et d’autre et donc liée à l’image qu’on se fait de l’autre. Entre Rhône-Poulenc et Rhodia, les « images réciproques » ont toujours été excellentes. Cet intérêt mutuel croît de plus en plus, ce qui se traduit par l’intensification des échanges, aboutissant à une véritable symbiose.

4Ce que représente le Brésil pour l’entreprise en France ?

5Rhône-Poulenc répond : un partenaire solide dans un continent qui offre un marché loin de saturation ! De son côté, Rhodia peut dire, je le crois sincèrement, que la France – à travers Rhône-Poulenc – offre un savoir-faire technologique qui la met au rang des grands de la chimie mondiale et apporte dès maintenant, dans ses domaines d’élection, la pratique des techniques avancées (high tech), gage de l’avenir industriel.

Domaines de la coopération industrielle

6En plus des domaines habituels de production et de recherche industrielles, qui englobent d’ailleurs aussi : ingéniérie, sécurité, prévention des accidents, hygiène du travail, gestion, relations humaines, un domaine spécifique à Rhône-Poulenc, grâce à la présence de l’Institut Mérieux au sein du groupe, mérite d’être particulièrement signalé : celui de la protection de la santé, humaine et animale, de la lutte contre les épidémies, les épizooties et les maladies endémiques tropicales. La vaccination massive de la population, en un temps record, lors de la dernière épidémie de méningite dans l’État de São Paulo a permis de l’enrayer et d’éviter une catastrophe nationale. Rhodia, « la marque de confiance », déjà connue ainsi dans tout le Brésil, s’est acquis à cette occasion l’estime et la reconnaissance du gouvernement – et à travers lui, du peuple brésilien tout entier – et y a gagné ses lettres de noblesse.

Évolution de la coopération industrielle

7Naturellement la forme de cette coopération industrielle a évolué au cours des décennies.

8Au départ : simple transfert de technologie, création d’usines de production et donc d’emplois, contribution à l’essor industriel du pays. Formation d’ouvriers qualifiés et de techniciens. Direction et encadrement français de Rhodia.

9Actuellement : véritable collaboration, par le travail en commun d’équipes pluridisciplinaires mixtes franco-brésiliennes, sur des programmes de recherche appliquée, des projets de fabrication, des démarrages d’ateliers. Formation d’ingénieurs et de cadres multinationaux, c’est-à-dire utilisables dans tout pays où le groupe Rhône-Poulenc est implanté dans le monde. Échange de stagiaires de toutes les branches d’activité – de tous les « métiers » – du groupe, échange en particulier de chercheurs dans les centres de recherches de Rhodia et de Rhône-Poulenc. Direction et encadrement brésilien de Rhodia, phase ultime du développement planifié et réussi de cette coopération.

Si rhodia m’était contée... !

10Je ne peux résister au plaisir d’évoquer aujourd’hui, brièvement hélas, cette histoire passionnante. Si 1987 est, on l’a rappelé, le 20e anniversaire de la coopération scientifique France-Brésil, c’est en 1919 donc qu’a commencé la coopération industrielle de Rhône-Poulenc avec le Brésil, quand des pionniers de l’expansion qui s’appelaient Nicolas Grillet et Henri Sannejouand, qui sans qu’on ait eu à leur « apprendre à oser », osaient entreprendre, fondèrent la première filiale géographique du groupe : Rhodia. Aujourd’hui elle est toujours la première, en date mais aussi en importance. Elle est aussi au Brésil un peu la carte de visite de Rhône-Poulenc et dans une certaine mesure de la France, d’une France dynamique et libérale.

11L’histoire de la fondation de Rhodia commence par le choix du site, Santo André, État de São Paulo (réseau routier, voie ferrée, rivière), le choix du terrain de la future usine et son défrichement, la construction d’une briqueterie, pour la commercialisation du tube lance-parfum désormais accessoire indispensable des bals de carnaval, dont le propulseur était le chlorure d’éthyle. Importé d’abord il fut rapidement fabriqué sur place, ce qui nécessitait de disposer d’acide chlorhydrique et d’éthanol. Qu’à cela ne tienne ! On ferait de l’alcool vert, entendez par là de l’alcool de fermentation de canne à sucre. D’où l’achat d’une fazenda, immense exploitation agricole, et mise en culture extensive de canne ; édification d’une distillerie. Parallèlement, montage d’un atelier d’acide chlorhydrique, un des grands acides minéraux de l’industrie chimique. Ça y était. C’était le début d’une extension logique et continue. Grands acides minéraux : bientôt suivit la fabrication de l’acide sulfurique (procédé aux chambres de plomb !). Éthanol : la chimie de l’éthanol s’imposait : acide acétique, acétate de cellulose. Et ainsi de suite, jusqu’à la palette largement diversifiée actuelle de produits pharmaceutiques, industriels, textiles, que l’on connaît... Une épopée !

Conclusion

12Pour conclure, je voudrais simplement souligner qu’après une coopération industrielle France-Brésil – ou plus précisément Rhône-Poulenc/Rhodia – de 68 ans maintenant, le bilan est positif pour les deux parties contractantes. Elle est fondée sur le respect et l’amitié mutuels. Elle honore les pionniers, les bandeirantes, mais aussi leurs successeurs qui, contre vents et marées, ont su maintenir, et continuent à aller de l’avant.

Auteur

Ingénieur-chimiste, Rhône-Poulenc.

© Éditions de l’IHEAL, 1991

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540