Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Images réciproques du Brésil et de la France

 | 
Solange Parvaux
, 
Jean Revel-Mouroz

B. L’image scientifique et technologique/A imagem científica e tecnolôgica

La coopération scientifique et technologique

Christian Vauge

Texte intégral

1Ma contribution à ce Colloque sur les images réciproques de la France et du Brésil consistera à rappeler les débuts, de 1973 à 1976, de la coopération institutionnelle entre les deux pays, dans les domaines de la science et de la technologie.

2La dimension modeste de ce témoignage personnel s’accordera bien, me semble-t-il, avec le temps dont nous disposons pour l’entendre...

3J’ai eu, en effet, le privilège et l’honneur d’être le premier attaché scientifique nommé à l’Ambassade de France au Brésil, à Brasilia. J’ai occupé ces fonctions durant près de quatre années, de 1973 à 1976.

4L’objet de ma mission tenait en peu de mots : donner au Brésil une image plus exacte de la dimension scientifique acquise par la France au terme de quinze années d’efforts soutenus dans tous les domaines de la technologie avancée : énergie nucléaire, industrie aéronautique et spatiale, informatique et télécommunications, entre autres résultats d’une recherche fondamentale extraordinairement active et motivée par les objectifs ambitieux de l’épopée gaullienne.

5Le constat que l’on eût dressé en 1973 des relations scientifiques franco-brésiliennes n’aurait pu dissimuler leur ténuité, au terme d’un lent mais inexorable effritement. Pour les chercheurs brésiliens, le temps était loin de la référence obligée à la tradition scientiste française, vivante illustration des thèses d’Auguste Comte. Déployée en apothéose avec l’école pastorienne, elle avait jeté ses derniers feux avec l’épopée aéronautique, – de Santos-Dumont à l’Aéropostale – et les échanges technico-militaires de la mission Gamelin. Pour leur part, les chercheurs français s’étaient retournés vers leur propre pays, épuisé par deux conflits majeurs. Précisément, à l’issue de la seconde guerre mondiale, les scientifique brésiliens et français ne partageaient plus guère qu’une référence commune aux États-Unis, nouveau pôle mondial d’attraction culturelle et technologique.

6Durant cette période, la coopération directe entre la France et le Brésil, encore vigoureuse en sciences humaines, s’était cristallisée, en sciences exactes et médicales, autour de quelques équipes, – sinon de quelques hommes-, résistant dans leurs universités respectives contre ce lent, puissant et irrationnel courant centrifuge. Au plan institutionnel, quelques moyens venaient aider ces équipes, dispensés par les services culturels et de coopération des deux pays. Durant quelques années, l’accent fut mis sur les relations scientifiques, techniques et commerciales dans le domaine nucléaire, par l’établissement à Rio de Janeiro d’un attaché français ad hoc.

7La création, en 1973, d’un poste d’attaché scientifique à l’Ambassade de France au Brésil, – à Brasilia –, traduisait avant la lettre la volonté des deux pays de transcender leur image réciproque traditionnelle et d’offrir, pour le Brésil, celle d’une nouvelle puissance technologique, dont la vitalité s’exprimait symboliquement dans l’audace architecturale de sa nouvelle capitale ; pour la France, celle du renouveau d’un humanisme scientifique, dont les grands programmes technologiques en cours attestaient la réalité.

8Des résultats concrets viennent rapidement confirmer que les deux pays sont intéressés à explorer les facettes de cette nouvelle image.

9Dès 1973, un accord sur l’informatique est signé à Brasilia, qui prévoit l’échange d’enseignants et d’experts afin d’accompagner le programme de développement industriel brésilien.

10La même année, une délégation brésilienne se rend à la base spatiale de Kourou, en Guyane française. Des relations suivies sont établies avec le Centre national d’Études spatiales et conduisent, en décembre 1973, à la signature d’un accord prévoyant, notamment, l’utilisation du centre guyanais pour des campagnes de lancement brésiliennes. Cette coopération se développera rapidement pour aboutir, entre autres thèmes, à la participation logistique du Brésil aux lancements d’ARIANE.

11Les télécommunications, très liées aux activités spatiales, font l’objet d’un accord de coopération en mai 1975, rapprochant les deux pays autour des techniques de réseaux à multiplexage temporel, précurseurs des grands réseaux à circulation de données des années 1990.

12Dans le domaine médical, le Brésil et la France avaient gardé un contact autour de quelques chercheurs universitaires. La dramatique épidémie de méningite de 1974 devait renouer des relations au plan fondamental et industriel. Grâce à l’efficacité du Ministère brésilien de la Santé et au dynamisme de l’entreprise Mérieux, l’épidémie est rapidement circonscrite, au terme d’une gigantesque campagne de vaccination. Ce temps fort des relations franco-brésiliennes a beaucoup contribué au renouveau des échanges dans le domaine médical, notamment en immunologie parasitaire, pharmacologie et administration hospitalière.

13En recherche fondamentale, les deux pays aboutirent rapidement à un accord touchant à de nombreux domaines, signé en octobre 1975 entre le Conselho nacional de Pesquisas et le Centre national de la Recherche scientifique. Douze ans après sa signature, cet accord donne ses pleins effets et témoigne de l’attachement des deux pays à leurs échanges scientifiques.

14En raison du premier choc pétrolier, les années 70 restent placées sous le signe de l’énergie. Le renouvellement de l’accord décennal de 1964 sur l’énergie nucléaire laissa espérer, un temps, une grande coopération scientifique et industrielle dans ce domaine. Le choix brésilien en faveur de la R.F.A. déçut cette espérance, même si des accords partiels sur la recherche fondamentale et des sujets périphériques furent conclus avec des partenaires français. On avait touché là une limite, pour l’époque et le thème, à la capacité des deux pays d’assumer leur nouvelle image. Celle de la France comme partenaire industriel « au long cours » était-elle trop pâle encore ? Une coopération accrue en hydro-électricité démontra la fragilité de cette hypothèse et aida à tourner la page...

15Plus de dix ans ont passé. Les rapports scientifiques et techniques franco-brésiliens ont évolué vers un partenariat équilibré, traduisant la progression spectaculaire du País que vai pra frente. Désormais, la France et le Brésil assument pleinement leur statut de puissance technologique, au terme d’une véritable révolution culturelle où les deux pays ont surmonté leur fascination toute latine pour les sciences du verbe et de l’abstrait, n’en conservant que l’humanisme pour aborder les défis du XXIe siècle. Cette communauté d’expérience et la qualité des relations actuelles donnent à penser, j’en suis convaincu, que c’est dans le domaine des sciences et de la technologie que le Brésil et la France trouveront le meilleur dans leurs échanges à venir.

Auteur

Attaché scientifique à l’Ambassade de France au Brésil (1973-1976).

© Éditions de l’IHEAL, 1991

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540