Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Images réciproques du Brésil et de la France

 | 
Solange Parvaux
, 
Jean Revel-Mouroz

B. L’image scientifique et technologique/A imagem científica e tecnolôgica

Recherche et formation en science du sol : un exemple de coopération franco-brésilienne

Alain Ruellan

Texte intégral

1Au Brésil, comme dans bien des pays du monde, le sol est mal connu de ceux qui l’utilisent et en vivent. Bien des échecs agricoles, bien des exodes ruraux, résultent, partiellement, de cette méconnaissance.

2D’une façon plus générale, on constate que la connaissance du sol, la reconnaissance de ses traits, de son « anatomie », de sa morphologie, ne font pas partie de la culture populaire : chacun sait décrire une plante, un animal ; mais très rares sont ceux qui savent décrire, reconnaître un sol, très rares sont ceux qui savent utiliser un sol en fonction de ce qu’il est morphologiquement.

3Des recherches scientifiques détaillées, menées au cours des vingt dernières années, démontrent :

  • que la fertilité d’un sol est très largement fonction de ses caractères morphologiques : en particulier de ses structures (forme et dimension des mottes, que les pédologues appellent des agrégats), de ses porosités, des distributions verticales et latérales de ses couches (que les pédologues appellent des horizons) ;
  • que bien des aspects de la fertilité chimique, physique, biologique, des sols ne peuvent être sérieusement découverts, évalués, qu’au travers d’une observation détaillée de leur anatomie : les couleurs, les structures, les porosités, et bien d’autres traits, doivent être observés avec soin, dans des tranchées ouvertes à cet effet ; ils peuvent, et doivent, être interprétés en terme de fertilité avant tout prélèvement pour analyses de sol.

4Depuis 1972, je développe un enseignement dans ce sens, fondé sur des recherches auxquelles je participe depuis les années 1960 (recherches menées principalement dans le cadre de l’ORSTOM, puis de l’INRA, et qui ont permis de mettre au point une nouvelle démarche d’étude des sols : l’analyse structurale de la couverture pédologique) :

  • j’ai progressivement élaboré cet enseignement dans le cadre de l’École Nationale Supérieure Agronomique de Rennes, en France ;
  • depuis 1983, je fais cet enseignement à l’Université de São Paulo, au Brésil, dans le cadre de la post-graduation organisée par le Professeur José Pereira de Queiroz Neto (cours donné dans le cadre des accords CAPES-COFECUB) ;
  • depuis 1985, et surtout depuis 1987, je développe cet enseignement, au Brésil, vers les ingénieurs et techniciens agricoles et vers les petits producteurs agricoles : dans le cadre d’un projet Technologies Alternatives de la FASE, deux sessions, de 10 jours chacune, ont eu lieu en 1987, l’une à Ouricuri dans le Pernambuco, l’autre à Francisco Beltrão dans le Paraná (organisées dans le cadre des accords FINEP-GRET) ; certains des ingénieurs et techniciens agricoles ayant suivi cet enseignement ont déjà entrepris de le redonner à des groupes d’agriculteurs.

5L’expérience acquise progressivement, toujours appuyée sur la poursuite de recherches scientifiques menées en parallèle, permet de tirer les conclusions suivantes :

  • le grand intérêt de tous les utilisateurs des sols, quels que soient le type et le niveau de leur formation, pour cette approche morphologique de la connaissance et de l’utilisation des sols ; cet intérêt est beaucoup plus fort au Brésil qu’en France ;
  • la grande richesse des contacts, de l’échange, qui s’établissent au cours de ces enseignements entre le chercheur et l’utilisateur ; ces contacts et échanges sont, si le chercheur le souhaite, particulièrement faciles au Brésil ;
  • la résistance, étonnante, de certains milieux scientifiques, français et brésiliens, à l’innovation scientifique et à l’interpellation par les utilisateurs ;
  • les énormes possiblités qu’offre le Brésil en matière d’innovations scientifiques et pédagogiques : il y a au Brésil, à la fois l’espace, l’ouverture d’esprit, l’intelligence des moyens de communication, qui facilitent le développement d’expériences originales ;
  • l’intérêt d’associer, dans la coopération franco-brésilienne, institutions gouvernementales et non-gouvernementales : cela permet, en particulier, d’établir une meilleure chaîne de relations entre les milieux scientifiques et les utilisateurs de la recherche ;
  • la nécessité de mettre au point une véritable et complète chaîne pédagogique de l’enseignement des aspects morphologiques de la Science du Sol au service de l’agriculture paysanne.

6Cette chaîne pédagogique est en cours d’élaboration au Brésil. Les principaux documents, maillons de la chaîne, seront les suivants :

  • 1 Ce film est disponible à la Médiathèque des Trois Mondes, 63 bis rue du Cardinal Lemoine, 75005 Pa (...)

7Terra Pra Viver : un film ESCOM de Eliseu Ewald, Sílvia Nicola et Alain Ruellan, selon un scénario de Alcione Aráujo, réalisé par Eliseu Ewald (film de fiction, tourné en 35 mm couleur, durée d’1 heure). L’objectif de ce film1, réalisé avec beaucoup de soin et des acteurs connus, est la sensibilisation des agriculteurs, et des techniciens qui les accompagnent, au problème de la nécessité d’une bonne connaissance de son sol pour pouvoir rester sur sa terre. Le film est prêt depuis la mi-1988 (financements principaux : Embrafilm, Fondation pour le Progrès de l’Homme).

8Un livret (cartilha) et un montage audiovisuel, réalisés à partir des images et des dialogues de Terra Pra Viver : ils permettront d’organiser, à la suite de la projection du film, des débats, des séances d’explications, pour ceux que le film aura motivés. Ces documents seront mis au point courant 1989.

9Un livret (cartilha), d’une trentaine de pages très illustrées, d’enseignement de la morphologie des sols : ce livret aura pour objectif de transmettre aux petits producteurs agricoles ce qu’ils peuvent facilement faire pour observer la morphologie de leurs sols et interpréter cette morphologie en terme de fertilité. Une première rédaction de ce livret a été élaborée par Paulo Borges de Oliveira (FASE) ; elle est en cours de mise au point.

10Un document plus élaboré, établi à partir du cours donné par Alain Ruellan à l’Université de São Paulo depuis 1983 (Post Graduation du Département de Géographie) et à la FASE en 1987 (Ouricuri et Francisco Beltrão). Un premier texte a été mis au point et diffusé, en août 1987. Il doit être repris pour illustration et impression.

11L’utilisation de ces divers documents est prévue de la façon suivante (débat en cours) :

  1. Poursuite et multiplication des cours dans les Universités : l’objectif est la formation des jeunes ingénieurs et techniciens agricoles.
  2. Poursuite et multiplication des cours destinés aux techniciens et ingénieurs qui travaillent auprès des petits producteurs agricoles (utilisation du document D) : il s’agit de leur donner les moyens de conseiller et de former les agriculteurs. Les institutions gouvernementales et non-gouvernementales devront collaborer pour la réussite de ces cours.
  3. Diffusion, par les institutions gouvernementales et non-gouvernementales, du film Terra Pra Viver : cette diffusion devra toujours être réalisée par des personnes ayant déjà reçu la formation 1 ou 2 et capables d’utiliser les documents B.
  4. Formation, sur le terrain, des agriculteurs sensibilisés par Terra Pra Viver : cette formation sera assurée par des personnes ayant reçu la formation 1 ou 2, en s’appuyant sur le document C.

12Si les moyens financiers ne font pas défaut, l’ensemble de la chaîne, qui fonctionne déjà partiellement, devrait être opérationnel fin 1989.

Notes

1 Ce film est disponible à la Médiathèque des Trois Mondes, 63 bis rue du Cardinal Lemoine, 75005 Paris.

Auteur

INRA. Université de Rennes.

© Éditions de l’IHEAL, 1991

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540