Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Images réciproques du Brésil et de la France

 | 
Solange Parvaux
, 
Jean Revel-Mouroz

B. L’image scientifique et technologique/A imagem científica e tecnolôgica

Brésil aidé ? Brésil partenaire ?

Guy Chassagne

Texte intégral

1Je vais seulement vous livrer quelques impressions personnelles sur l’évolution des échanges entre nos deux communautés scientifiques, technologiques et industrielles.

2Je distingue ces impressions des images, qui comportent toujours une part de rêve et d’a priori, et des habitudes de mode de pensée parfois trop « conservatrices ».

3Les scientifiquees, les ingénieurs, les techniciens et les industriels français voient maintenant des partenaires brésiliens. Cela varie selon les secteurs d’activités, et il n’est pas si facile de se dégager d’habitudes d’assistance, du côté brésilien comme du côté français, et de bien différencier ce comportement d’une aide thématique, qui a été l’un des objectifs du très fructueux accord CAPES-COFECUB.

4Dans le domaine scientifique, recherche fondamentale, recherche de base, les échanges sont faciles ; les accords entre le CNPQ et le CNRS sont précis, rigoureux, bien évalués ; les accords interuniversitaires, nombreux, fonctionnent bien en majorité, mais leur évaluation peut encore être développée pour en tirer le meilleur parti pour nos deux pays.

5Quelques exemples d’évolution pour illustrer mon propos :

  • en Philosophie, se développe bien une réelle École brésilienne aux côtés des écoles allemande, anglo-saxonne et française, et c’est le résultat d’une aide soutenue à l’Université de São Paulo, dont la continuité souhaitée a d’ailleurs pris une forme plus adaptée, c’est-à-dire des échanges scientifiques. Cette évolution, et ceci est caractéristique, s’est faite quelque peu dans la douleur, et ce qui maintenant relève de l’anecdote, a créé à l’époque un léger incident : la substitution d’échanges de chercheurs à une permanence, mi-aide, mi-assistance, d’un universitaire français, a été un peu laborieuse, mais finalement fructueuse entre de véritables partenaires !
  • en Mathématiques, et principalement à l’IMPA de Rio, les échanges et les aides ponctuelles revêtent une telle qualité qu’à leur occasion, se réunissent et coopèrent des mathématiciens brésiliens, français, chiliens, mexicains, argentins, etc., voire nord-américains ! C’est le meilleur test de succès de cette coopération.
  • en Physique, grâce aux initiatives du C.B.P.F. de Rio, de l’U.S.P. et de ses campus (São Carlos notamment) et de l’UNICAMP, à côté d’aspects assez théoriques a pu se développer une coopération expérimentale autour de grands équipements (LURE à Orsay), avec des approches et résultats théoriques remarquables ; un fruit bien tangible en est la contribution au projet national brésilien de laboratoire Synchrotron, qui se développe avec rigueur et détermination. La coopération a bien rempli son rôle d’aide à des physiciens brésiliens de talent international pour associer un travail expérimental à des aspects théoriques sur lesquels ils avaient dû, un temps, se cantonner, certes avec grand succès, dans une tradition bien illustrée par notre ami José Leite Lopes.

6Je ne reviendrai sur le bénéfice mutuel de l’accord CAPES-COFECUB que pour en rappeler une de ses évolutions les plus significatives dans le sens d’une collaboration scientifique, la codirection des thèses préparées par les chercheurs et la prise en compte des préoccupations scientifiques communes.

7Dans les domaines de la coopération technologique, ou relevant de l’ingéniérie, faisant appel à davantage de recherche appliquée, une coopération renforcée se développe et intéresse des secteurs variés, allant de l’espace aux nouveaux matériaux, en passant par l’automatique ou la chimie des substances naturelles. Cette coopération a des implications économiques évidentes : propriété industrielle et intellectuelle, confidentialité, ce qui montre bien que la partie brésilienne est devenue là encore un partenaire pouvant avoir parfois des intérêts économiques quelque peu divergents ! Il faut évoquer aussi la mise en œuvre d’une politique ouverte, mais rigoureuse et équilibrée, de transfert de technologie, impliquant des transferts de procédés, de savoir faire, de produits, mais aussi immatériels, à travers la formation des hommes.

8La création du Ministère de la Science et de la Technologie (MCT) a entraîné des demandes précises et planifiées de coopération technologique. Un intérêt marqué se développe pour un nouveau type de coopération technique impliquant les scientifiques, les technologues et les industriels, pour des projets relevant de la recherche-développement. Et là il serait naïf et peu constructif de ne pas se préoccuper de confidentialité et de propriété intellectuelle et industrielle. C’est aussi un nouvel aspect de notre coopération.

9Il est de notre intérêt mutuel de bien distinguer les échanges scientifiques et les transferts de technologie, pour que notre coopération soit sans ambigüité et garde ce caractère de cordialité si précieux. D’ailleurs sous l’impulsion d’hommes éminents comme Jacques Marcovitch (U.S.P.), Raymond Saint-Paul et Jean-Jacques Salomon (CNAM – Paris), une réflexion profonde et précise s’est préoccupée de l’aspect international du transfert de technologie et de ses diverses implications. Une nouvelle preuve de la qualité de notre coopération s’en dégage : toute la communauté latino-américaine s’est associée à leurs travaux !

10Ainsi, et j’en suis heureux pour nos amis brésiliens, une page d’assistance est tournée et fait place soit à une aide à bénéfice mutuel, soit à des échanges, soit à une collaboration partenariale, dans un respect réciproque qui nous est cher.

11D’ailleurs, quand je réfléchis à cette coopération, je pense moins à des projets ou à des structures qu’aux hommes qui les animent et en sont responsables. Et c’est un des traits de notre coopération : la sympathie et l’amitié gomment les petites difficultés de tout travail en commun.

12La transparence, sans arrière-pensée, prévaut dans nos rapports ; communiquer, s’informer mutuellement, échanger des points de vue sont tout naturels et je n’ai jamais assisté à une conclusion de séance de travail qui ne soit empreinte de cette cordialité vraie. Cela provient aussi d’une assez bonne proximité de forme de raisonnement et d’approche des problèmes, avec d’ailleurs tous les inconvénients engendrés, de tendance au bureaucratisme ou au centralisme !

13Personnellement, j’ai un très grand espoir dans une nouvelle tendance de la coopération, plus décentralisée, s’enrichissant par une participation commune à des projets extérieurs, que ce soit en Afrique, en Europe... ou en Amérique ! Cela semble maintenant possible, grâce à la montée de notre coopération mais aussi par le fait du volontarisme des acteurs responsables, des hommes qui s’estiment. Pourquoi ne pas lorgner vers les formules qui font les beaux jours de la Communauté Européenne et envisager de nouvelles formes de coopération s’inspirant des programmes européens, qu’ils soient universitaires (ERASMUS, COMETT) ou scientifiques et techniques (ESPRIT, RACE, BRITE, EUREKA...)

14Pour terminer sur une note humaniste et pleinement efficace, nous devons renforcer nos échanges d’hommes, en tous secteurs, à travers des projets variés (bourses de formation par la recherche, stages scientifiques et industriels, travaux post-doctoraux, etc.). Un outil moins institutionnel et plus flexible me paraît nécessaire, il a déjà été évoqué par d’autres participants éminents, une fondation franco-brésilienne mérite de voir le jour, elle pourrait recevoir des fonds publics et privés et se doter d’un comité paritaire de prospective et d’évaluation. Ma mémoire a certes déjà enregistré des appels dans ce sens, mais aussi des promesses de participation et de contribution très positives.

15Alors que naisse et que vive cette Fondation !

Auteur

Professeur à l’Université des Sciences et Techniques du Languedoc à Montpellier, chargé de la valorisation de la Recherche et des Relations avec l’Industrie.

© Éditions de l’IHEAL, 1991

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540