Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Images réciproques du Brésil et de la France

 | 
Solange Parvaux
, 
Jean Revel-Mouroz

B. L’image scientifique et technologique/A imagem científica e tecnolôgica

Les images réciproques à travers la coopération scientifique franco-brésilienne

Claire Giraud

Texte intégral

1La coopération scientifique avec le Brésil revêt une importance particulière pour le CNRS. La base de données internationales BADIN du CNRS (base expérimentale) a recensé pour l’année 1987 jusqu’en octobre 1987 :

  • 152 coopérations
  • 96 stagiaires brésiliens.

2Ce qui place le Brésil à la première place des pays d’Amérique Latine. Par ailleurs, il convient de rappeler que le CNRS a signé en 1975 un accord avec son homologue brésilien le CNPq. Il s’agissait du premier accord bilatéral avec un organisme de recherche d’Amérique latine.

3Cet accord visait à atteindre l’un ou l’autre des 3 objectifs suivants :

  1. La formation par la recherche généralement à la demande d’une institution brésilienne.
  2. Des travaux menés sur le terrain par des chercheurs français qui trouvent au Brésil des conditions favorables pour les travaux. Par exemple le fait que la majeure partie du Brésil soit située dans l’hémisphère austral rend celui-ci intéressant pour les astronomes, l’évolution des latérites de part et d’autre de l’Atlantique est un sujet qui mobilise l’intérêt d’une large communauté de géologues. La partie tropicale du pays intéresse les biologistes (maladies spécifiques). Enfin, les problèmes sociologiques de tous ordres que posent les changements politiques, la croissance et le développement des populations elles-mêmes, intéressent les spécialistes des sciences humaines.
  3. Des travaux menés en commun par des équipes françaises et brésiliennes.

4A l’heure actuelle, au travers des coopérations internationales du CNRS avec le Brésil, on peut distinguer 3 images qui correspondent à 3 niveaux :

5Le 1er niveau concerne la formation doctorale.

6En effet, ce sont les activités à l’initiative des chercheurs et gérées par les laboratoires. Il s’agit d’aider un pays à inaugurer des activités dans une nouvelle discipline ou sur un thème nouveau. De nombreux étudiants brésiliens ont poursuivi leurs études et préparé une thèse en France.

7Les thèmes privilégiés ont été et sont encore essentiellement : Les sciences physiques pour l’ingénieur et en particulier : l’informatique, l’électronique, l’automatique.

8La chimie, en particulier la catalyse.

9La physique de la matière condensée et la physique du solide.

10La géologie.

11A titre d’exemple, je rappellerai que le Laboratoire d’Automatique et d’Analyse des Systèmes de Toulouse a accueilli entre 250 et 300 stagiaires brésiliens, ce qui traduit la vitalité des échanges dans le domaine de l’informatique, l’électronique et l’automatique.

12Parallèlement à cette formation par la recherche, de nombreux enseignants et enseignants-chercheurs ont effectué des missions qui avaient à l’époque un objectif d’enseignement dans des domaines nouveaux qui ne pouvaient pas être assurés par le Brésil. Il convient aussi de souligner l’importance des séjours de longue durée de jeunes chercheurs français en tant que coopérants, séjours qui ont permis de créer des laboratoires au Brésil.

13Cette formation se poursuit à l’heure actuelle.

14Le 2e niveau concerne les programmes de recherche conjoints. Lorsque ces chercheurs et enseignants brésiliens sont retournés au Brésil, ils ont voulu poursuivre cette collaboration en élaborant des programmes de recherche conjoints. Je parlerai ici des coopérations inscrites dans le cadre de l’Accord CNRS-CNPq et qui sont gérées par la Direction des Relations et de la Coopération Internationales du CNRS.

15Cet accord signé en 1975 entre le CNRS et le CNPq prévoit actuellement le financement annuel d’une trentaine de programmes de recherche fondamentale conjointement sélectionnés après évaluation scientifique effectuée par chacun des organismes. Ces programmes comportent des missions de courte durée de part et d’autre.

16Les thèmes privilégiés sont entre autres :

  • Les mathématiques
  • La physique atomique et moléculaire
  • Les matériaux
  • L’informatique
  • La mécanique
  • La catalyse
  • Les substances naturelles
  • L’astronomie
  • La géologie
  • La biologie génétique
  • L’économie
  • La sociologie
  • L’histoire des sciences

17D’autre part, un premier essai de coopération interrégionale a été réalisé au cours d’un colloque franco-latino-américain de physique qui s’est tenu à Buenos-Aires en 1986. Ce colloque a réuni des physiciens latino-américains, (brésiliens, argentins, chiliens, mexicains), et européens (français et italiens).

18Enfin, il semble utile de dire que depuis plusieurs années, de véritables coopérations se sont élaborées qui se traduisent par des séminaires, des échanges de chercheurs et des publications communes. A cet égard, il est procédé actuellement en accord avec le CNPq à une évaluation a posteriori des programmes de recherche conjoints qui ont reçu un financement depuis 3 ans dans le cadre de l’accord CNRS-CNPq.

19Une première estimation fait apparaître que sur 78 programmes (renouvellements non compris), 22 programmes ont fait l’objet de publications conjointes dans des revues internationales, ce qui montre la qualité de la recherche. En conséquence, la notion d’évaluation devient un élément essentiel de la négociation avec le partenaire brésilien.

20Les Programmes Internationaux de Coopération Scientifique (PICS) représentent le 3e niveau de cette coopération.

21Depuis 1985, le CNRS a mis en œuvre la politique des PICS. Ces programmes sont déclarés d’un commun accord prioritaires dans la coopération et reçoivent de ce fait une garantie de financement pendant au moins 3 ans et un traitement privilégié par d’autres sources de financement possibles (du côté français, CNRS-départements scientifiques et Ministère des Affaires Étrangères). Une participation financière est également demandée à la partie étrangère. Ainsi le CNRS a transmis une proposition de PICS au CNPq à partir d’un programme de recherche conjoint déjà en cours dans le cadre de l’accord CNRS-CNPq et qui a fait l’objet de publications conjointes. Il s’agit d’un programme concernant la physique atomique et moléculaire et physique des lasers. La proposition est à l’étude au CNPq.

22Par ailleurs, un programme intégré en chimie a été élaboré lors de l’implantation au Brésil du Programme National d’appui à la chimie (PRONAQ) en 1982. Une opération catalyse a permis la formation doctorale en France et des missions de courte durée au Brésil, la création de laboratoires par de jeunes chercheurs français dans le cadre de leur service militaire et pendant le séjour de longue durée au Brésil du coordinateur français, enfin la mise en œuvre de programmes de recherche conjoints en collaboration avec des pôles technologiques.

23En conclusion, ces 3 niveaux montrent de façon évidente que la coopération ne peut être efficace que si elle tient compte des spécificités du pays et que si elle a une continuité dans le temps. Les éléments qui constituent ces 3 niveaux ne forment qu’un grand ensemble indissociable.

24Il importe également de faire ressortir que dans certains secteurs liés à des recherches susceptibles d’applications technologiques, il est nécessaire de prendre en compte les aspects économiques qui jouent un rôle déterminant pour le développement ultérieur des relations et où la notion de partenariat devient une réalité.

Auteur

Chef du Bureau Amériques à la Direction des Relations et de la Coopération Internationale du CNRS.

© Éditions de l’IHEAL, 1991

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter