Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Images réciproques du Brésil et de la France

 | 
Solange Parvaux
, 
Jean Revel-Mouroz

B. L’image scientifique et technologique/A imagem científica e tecnolôgica

La vision réciproque au travers des coopérations scientifiques institutionnelles

Alain Perraud

Texte intégral

1J’ai la lourde tâche de parler après le professeur Leite Lopes.

2Ce que je voudrais dire, avant d’entrer dans le sujet par rapport aux intervenants de ce matin, c’est qu’on ne sait plus très bien ce qu’est cette coopération. Je pense qu’il est nécessaire qu’on repose le problème.

3Je pense qu’à notre manière à nous, qui sommes de l’ORSTOM, du CIRAD, c’est-à-dire des organismes institutionnels français coopérant et travaillant en dehors de la France, nous pensons qu’elle doit être institutionnelle, et elle peut l’être au Brésil parce que, justement au Brésil, il y a des structures, il y a un ministère – avec tous ses défauts – mais il y a un ministère, il y a un CNPQ, il y a l’équivalent de l’INRA qui s’appelle EMBRAPA, etc. Nous avons des structures avec lesquelles nous pouvons travailler, il existe des laboratoires, des universités et des locaux, des endroits. Il y a aussi des chercheurs, il y a des gens. Ainsi, avant de parler de cette coopération et de toujours vouloir aller travailler « sur » et non pas « avec », je pense que notre grand avantage à nous, c’est de pouvoir : on est de grands privilégiés ; on est des permanents. On nous envoie hors de France pour travailler longtemps, en habitant avec les gens et je pense que c’est comme ça que nous pouvons la connaître et peut-être la construire aussi, en tout cas la faire vivre. Ainsi pour reprendre les paroles de Guy Martinière, on fait de la recherche « avec » et non pas de la recherche « sur ».

4Je représente ici à la fois l’ORSTOM et le CIRAD qui est également un groupement, le groupement frère des institutions de recherche qui travaillent en dehors de la France. Je représente donc la direction générale de ces deux institutions et je vais donc parler au nom de ces deux institutions dont des représentants sont présents dans la salle.

5Pour nous cette recherche doit être faite sur projets communs et intérêt réciproque. Elle est menée avec des équipes mixtes ; on travaille avec une équipe brésilienne – on ne va pas travailler tout seul – et on travaille avec soit un chercheur français, soit un groupe de chercheurs français, qui sont permanents, je le répète. On a des moyens communs : ces moyens sont constitués, du côté français par les chercheurs, à la charge des institutions françaises, et du côté brésilien par les moyens de travail, fournis par l’institution d’accueil. Bon, les choses ne sont pas toujours aussi idéales, il existe aussi des moyens supplémentaires, complémentaires. L’université brésilienne n’a pas toujours les moyens nécessaires : cela dépend où l’on est au Brésil, dans le nord, dans le sud ; certaines universités sont riches, d’autres, pauvres. Donc le CNPQ, c’est-à-dire l’institution qui rassemble, aide et assure des compléments, et du côté français aussi, le CIRAD ou l’ORSTOM, apportent de temps en temps des compléments de budget, de fonctionnement, d’équipement. Donc moyens communs et enfin résultats communs, c’est-à-dire que nous publions ensemble, tout en ayant aussi une certaine liberté : n’importe quel scientifique a la liberté intellectuelle de publier ensuite les résultats dans les revues scientifiques, les congrès, que ce soient les Brésiliens ou les Français. Alors pour exécuter, pour mettre en œuvre, nous avons deux instruments, c’est-à-dire deux grandes conventions générales, dont l’une avec le CNPQ qui regroupe toutes nos interventions vis-à-vis des universités et des instituts brésiliens ; c’est surtout l’ORSTOM qui collabore avec le CNPQ. Nous avons 23 projets avec eux. Cela regroupe à peu près 35 chercheurs permanents sans compter les allocataires et les jeunes. Le CIRAD est aussi représenté, mais plus faiblement ; par contre une autre convention existe avec l’EMBRAPA (qui est donc l’INRA locale et qui reprend surtout la coopération du CIRAD, c’est-à-dire la coopération de recherche appliquée agronomique), avec 15 chercheurs du côté CIRAD et 7 du côté ORSTOM ; il y a également de petites coopérations avec la SUDENE ou autres, ce qui fait un total d’environ 60, 65 personnes en permanence. Bien sûr, c’est le résultat d’aujourd’hui, notre coopération a commencé il y a environ une quinzaine d’années par des opérations ponctuelles, personnelles. C’est par les contacts que l’on arrive à créer des liens ; moi-même je suis reparti au Brésil il y a 13 ans comme professeur à l’université de Salvador dans l’État de Bahia où l’on a été chargé d’animer une post-graduation en géo-science. La multiplication de tous les petits accords que l’on a faits, a conduit donc en 1980-81 à cette évidence qu’il était préférable de faire ces grandes conventions regroupant toutes nos opérations. Ce qui est intéressant, en 1986-87, c’est que les projets ont mûri, que les choses ont avancé, qu’il y a beaucoup de résultats et que les nécessités d’évaluation se sont fait jour ; nous nous sommes donc évalués aussi bien du côté français. L’ORSTOM et le CIRAD ont leur comité d’évaluation propre. Du côté brésilien, on a aussi mis en place une évaluation qui a été faite, au début, d’une façon interne par le CNPQ ; maintenant, après la réunion qui s’est tenue il y a environ un mois, on est arrivé à une deuxième étape beaucoup plus importante, c’est-à-dire qu’au CNPQ, il n’existe plus simplement la coopération internationale avec des technocrates, mais il existe aussi des scientifiques, il existe particulièrement une direction de la planification. Nous allons avoir un groupe de travail qui va pendant quelques mois essayer de mettre en place un programme de nos priorités, les priorités du CNPQ de l’autre. Pour cela, bien sûr, il fallait que le CNPQ vive et évolue ; nous sommes très heureux de voir que justement, sous l’influence du Professeur Pavan, l’ancien Président de la Société brésilienne pour le Progrès de la Science, ce CNPQ se transforme et arrive à être beaucoup plus intéressé par une programmation que par une simple gestion des produits individuels comme c’était avant. Nous arrivons donc à programmer nos affaires. Ce groupe a pour objectif d’abord d’éviter l’éparpillement, d’essayer de regrouper les projets et d’améliorer son évaluation, ainsi que la diffusion des résultats, ce qui est un très gros problème, c’est même le plus gros. L’autre objectif de ce groupe de travail va être d’identifier et de définir les lignes nouvelles de recherche sur des propriétés et des priorités communes. J’ai parlé beaucoup de CNPQ, Alain Brapa a aussi a peu près le même souci ; nous sommes en train de nous auto-évaluer l’un l’autre et de parvenir maintenant à des évaluations conjointes de nos projets. On en arrive aussi, en restant sur les idées générales, à sortir du cadre bilatéral ; nous nous sommes mis d’accord cette année, d’une façon tout à fait officielle, pour envisager sur le plan trilatéral, c’est-à-dire qu’à partir de nos accords ORSTOM-CNPQ ou ORSTOM-EMBRAPA ou CIRAD aussi (puisque c’est la même chose), nous allons aller d’une volonté commune, vers les pays africains ou les autres pays de l’Amérique latine. Pour ce qui est de la formation, on a parlé du faible nombre de jeunes Français qui pouvaient aller au Brésil. Nous nous sommes mis d’accord pour casser une espèce de tabou : c’est-à-dire l’envoi jusqu’à maintenant, selon le souhait du Brésil, de chercheurs confirmés « senior » ; les cheveux blancs apportent, paraît-il, beaucoup de sabedoria. Je n’en suis pas tellement sûr ! On a essayé à ce qu’il y ait toujours la possibilité de faire venir de jeunes chercheurs avec nous et avec les équipes brésiliennes. Le CNPQ aussi bien que l’EMBRAPA sont tout à fait d’accord maintenant pour accueillir des jeunes allocataires VSNA – jeunes chercheurs – à condition bien sûr qu’ils ne soient pas isolés et qu’ils travaillent dans une équipe où il y a évidemment des Français et des Brésiliens. Il est évident que, par ailleurs, la formation est toujours une de nos priorités dans ces missions de courte durée. J’ai insisté sur le fait que nous étions en permanents, mais nous avons aussi tout un volet de missions de courte durée, de missions d’appui qui sont, elles, parfaitement réciproques : nous avons chaque année un flux d’une trentaine de chercheurs de part et d’autre, français et brésiliens, qui traversent l’Atlantique dans les deux sens et qui viennent donc pour information, mission d’évaluation de projets, découverte d’installations de laboratoires, etc., mais aussi de travail, c’est-à-dire qu’ils viennent pour travailler dans des équipes, compléter des points. On se connaît bien maintenant, on est arrivé à élaborer des missions d’appui les plus longues possible et nous partons vers une politique de missions de longue durée, c’est-à-dire celles des « thésards », des gens qui séjournent longtemps dans les laboratoires français. Des exemples, je pourrais vous en citer beaucoup, mais j’indiquerai dans leurs grandes lignes, les principaux secteurs où nous travaillons : l’Amazonie, bien sûr, où nous avons des programmes d’écologie générale, aussi bien de botanique, de pédologie que d’hydrologie, d’hydro-biologie, l’hydrologie (mesurer l’Amazone, c’est le rêve de n’importe quel hydrologue et faire l’interminable inventaire des poissons de l’Amazonie), le domaine de l’anthropologie avec l’étude de la dynamique des populations, que ce soit pour observer les Cabocles ou ce qui se passe dans les quelques résidus de peuples indiens ; tout ce qui est géographie, cette Amazonie qui se fait bouffer par tous les côtés et donc les frontières agricoles, les maladies, la fièvre jaune... j’en passe, enfin vous voyez, en Amazonie, il y a des tas de choses à faire. Le Nordeste est aussi très important pour nous, avec tout ce que comporte l’association de la pédologie, de l’hydrologie : savoir gérer l’eau et étudier tout ce qui est eau, sol et plantes. On étudie aussi pour l’ensemble du Brésil (et à partir des universités de São Paulo principalement), tout ce qui est couvertures superficielles, que cela soit en agronomie par le biais de la pédologie ou que cela soit en métallogénie avec l’étude des multiples ressources minières qui existent au Brésil, les paléo-climats, pour comprendre ce qui s’est passé et ainsi comprendre comment cela va se passer ensuite, ou mieux connaître le climat du Nordeste, la conservation des sols, la dégradation des sols, les banques de données etc... Et tout cela en harmonie. Tout cela, c’est la base, comme le répétait notre ami le Professeur Leite Lopes. C’est nécessaire, mais on a seulement survolé toutes les activités que l’on fait avec le CIRAD et évoqué, de façon rapide et donc trop brève, des projets longs, coûteux, très intéressants (coûteux pour les deux parties), très intéressants comme par exemple en Amazonie le projet Palmier à huile qui peut être cité en exemple comme projet de coopération. Nous avons fait bénéficier le Brésil de 40 ans de recherche sur le projet Palmier à huile. Nous lui avons offert la génétique moderne mais en contrepartie nous avons rechargé toutes nos batteries pour recommencer pendant je ne sais pas combien d’années des recherches nouvelles à partir de toute la ressource génétique des palmiers de l’Amazonie, c’est incommensurable. On ne peut pas faire deux poids deux mesures et savoir dans ce projet qui a gagné, je n’en sais rien ! Je crois que les deux ! Le riz, le programme riz, est aussi un programme très intéressant ; le riz fluvial qui est un des fleurons de la recherche du CIRAD en Afrique, est aussi une recherche menée depuis longtemps au Brésil entre autres, à l’Institut agronomique de Campinas. Nous avons mis nos moyens en commun, nos découvertes en commun, au Brésil, dans l’Institut de l’EMBRAPA à Goiânia ; il en est sorti (cela fait maintenant 4 ans que l’on coopère) et il en sort chaque année maintenant des variétés nouvelles, beaucoup plus productives, beaucoup plus adaptées, qui peuvent non seulement faire le bonheur des producteurs du Brésil, mais aussi de ceux des pays tiers africains dont j’ai parlé, je crois. Je vais m’arrêter là sur ce futur triangulaire qui est aussi, je pense, très important dans notre coopération bilatérale.

6N.B. : Les responsables de la publication des actes ont tenu à ce que cette transcription d’une communication orale apparaisse telle quelle et regrettent la disparition tragique et prématurée de son auteur.

Auteur

Délégué de l’ORSTOM au Brésil.

© Éditions de l’IHEAL, 1991

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540