Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Images réciproques du Brésil et de la France

 | 
Solange Parvaux
, 
Jean Revel-Mouroz

B. L’image scientifique et technologique/A imagem científica e tecnolôgica

Transfert de connaissances, transfert de technologie et coopération France-Brésil

José Leite Lopes

Texte intégral

Introduction : les origines européennes de l’amérique latine

1Pour bien comprendre l’importance du transfert de connaissances et du transfert de technologie dans le développement d’un pays comme le Brésil – et des pays d’Amérique latine –, il est certainement intéressant d’examiner, d’une manière succincte, l’évolution de ces pays à partir des XVIe et XVIIe siècles c’est-à-dire à l’origine de la science moderne en Europe.

2Quel fut, en effet, le développement de la culture et de la science en Amérique latine ?

3Nous savons tous que des civilisation avancées furent construites par des peuples qui habitèrent le plateau central du Mexique – dont la structure sociale, l’architecture, les arts plastiques, les observations astronomiques, les systèmes cosmogoniques et les théologies ont atteint les niveaux les plus élevés.

  • 1 J. Soustelle, Les hautes cultures précolombiennes, Encycl. Universalis, vol. I, 1133-1142, Paris (1 (...)

4« Cinq millénaires au moins se sont écoulés entre la découverte de l’agriculture (par ces peuples) et l’invasion espagnole qui mit fin à l’histoire autochtone. La plus ancienne des hautes civilisations du Mexique que l’on connaisse fut, sans doute, à ses débuts, contemporaine de la XXIIe dynastie d’Égypte, de Salomon et de la Grèce homérique, alors que l’âge d’or Maya se situe à l’époque où Mahomet fonda l’Islam, et l’ascension impériale aztèque commence au moment où apparaît Jeanne d’Arc. Fertiles à coup sûr en événements dont nous ignorons à peu près tout, ces siècles engloutis ont heureusement laissé en témoignage des œuvres d’art qui portent la marque des civilisations successives dont elles sont issues »1 : les Olmèques et les Toltèques, les civilisations de Teotihuacan, de Xochicalco, de Monte Alban et de Tula, les Mayas et les Aztèques, entre autres.

5En Amérique du Sud, la région andine fut également le siège de peuples qui développèrent de riches cultures, parmi lesquelles les Chibcha, les Mochicas, la culture de Nazca, l’empire Wari, l’empire Chimu et, vers le XVe siècle après J.C., l’empire Inca. Dans les terres basses de l’Amérique du Sud, la culture marajoara développée entre le VIIe et le XIVe siècles après J.C. à l’embouchure de l’Amazone au Brésil, s’est distinguée par une agriculture intensive et des artisans remarquables.

6Des guerres successives entre les peuples du plateau du Mexique ont conduit, sous l’impulsion de Itzcoatl et Moctezuma Ier, à l’hégémonie de l’empire aztèque sur presque tout le territoire du Mexique, du XIVe siècle au début du XVIe siècle. Cet empire comprenait, d’après Soustelle, des peuples de langue nahuatl, otomi, huaxtèque, totonèque, mixtèque, zapotèque et maya. Mais ces luttes intestines préservaient le patrimoine culturel des peuples dominés qui finalement s’enrichissaient par l’apport de leurs cultures propres.

7L’invasion de ces territoires d’Amérique par les Espagnols et par les Portugais au XVIe siècle, marqua l’interruption – certainement tragique – de l’histoire des civilisation autochtones.

Le xvie siècle et l’europe

8Vers la fin du XVe siècle, émergeait du Moyen-Âge, l’Europe Occidentale soumise à des transformations profondes qui aboutiraient à imprimer une nouvelle vision du monde aux hommes de l’Église, aux théologiens, aux intellectuels. La découverte de l’antiquité païenne et chrétienne, et de textes oubliés, a fasciné ces hommes et contribué à la rupture avec l’héritage médiéval.

9L’organisation ecclésiastique contenait l’essence de la vie intellectuelle de l’Europe et dominait les lycées et les universités ; on commençait néanmoins à questionner Aristote, et les universités en Italie, les grands maîtres de la Sorbonne au début du XVe siècle, les presses qui existaient déjà dans les grandes villes d’Allemagne avant 1470, ont vu l’éclosion de nouveaux penseurs – les humanistes – qui ont dû recourir aux princes – seuls capables de résister aux avertissements et aux interdictions de l’Église.

  • 2 R. Mandron, From humanism to science, 1480-1700, Penguin Books 1985.

10Selon le Cardinal le Bret, cité par Robert Mandron2, « le roi François 1er, qui méritait l’appellation de Père des Lettres, dépassa tous ses prédécesseurs en magnificence. En voyant que l’université de Paris était devenue très peu active et que l’étude des belles-lettres y était totalement négligée, comme si elle était plongée dans la barbarie, il fonda ce fameux collège (le Collège de France) avec douze professeurs de tous les domaines des arts et des sciences »2

11Sous le royaume de Henri VIII, en Angleterre, John Fisher fonda le St. John’s Collège à Cambridge (1511), Richard Fox organisa le Corpus Christi Collège à Oxford (1511) et un Collège de Médecins fut établi par Henri VIII sur l’avis de Tunstall. Erasme de Rotterdam, invité par Guillaume Budé à s’installer à Paris, préféra faire des voyages en Europe, à Rome, à Paris, en Angleterre, à Turin, à Venise, à Bâle, et défia les autorités et les institutions par ses études sur l’antiquité et ses efforts pour reconstruire l’Église, rêvant d’un retour à sa pureté originelle.

12Un espace européen de culture et de recherche s’est ainsi formé graduellement. Des hommes tels que Théophrastus Paracelse en Italie et en Suisse, Jean Lefèvre d’Etaples à Paris, Hermann van der Becke à Strasbourg, Erasme et Copernic, Guillaume Budé, John Colet, Giovanni Battista della Porta, parmi tant d’autres, furent les agents d’une fermentation intellectuelle qui devait conduire, en dernière analyse, à la Réforme, aux mouvements de contestation des Églises, aux guerres religieuses et, finalement, à l’esprit scientifique du XVIIe siècle.

13En Europe, les progrès techniques déjà remarquables dans la technologie architecturale des cathédrales au Moyen-Âge, donnèrent lieu à l’École des navigateurs de Sagres au Portugal, d’où émana l’organisation de la découverte des nouveaux continents de l’Amérique.

14Au début du XVIe siècle, après les premiers contacts avec les nouvelles terres, Espagnols et Portugais s’installèrent en Amérique centrale et en Amérique du Sud tandis que la colonisation de l’Amérique du Nord par les Anglais prit un siècle de retard.

Le système colonial, ses interdictions et le transfert de la cour portugaise au brésil

15La domination des peuples de l’Amérique par les Espagnols et les Portugais fut suivie dans ces régions de l’établissement d’un système d’exploitation coloniale qui dura environ trois siècles.

16Le retard du développement de la science et de la technologie en Amérique latine est essentiellement dû aux caractéristiques de ce système colonial.

17Il faut tout d’abord tenir compte du fait qu’au début de cette colonisation l’enseignement au Portugal et en Espagne était contrôlé par des ordres religieux. Pendant le règne de Jean III, l’université de Coimbra au Portugal était dirigée par les jésuites. Les rigueurs de la Sainte Inquisition s’étendirent en péninsule ibérique et la fermentation intellectuelle des années 1500 qui, en France, en Angleterre et en Allemagne, constituait un défi à l’Église, était essentiellement absente du Portugal. L’enseignement scientifique expérimental qui au début du XVIIe siècle commençait à se développer en Europe et qui suscita, en 1660, la création de l’Académie des Sciences de Paris et de la Royal Society de Londres était absent dans les royaumes portugais et espagnol.

18Ainsi, au Brésil, les premiers lycées furent fondés par des jésuites et l’enseignement – du latin et des lettres – qui y était donné s’adressait aux maîtres de la terre. En 1554 les pères Nobrega et Anchieta fondèrent le Lycée jésuite de Piratininga (São Paulo), qui fut suivi de lycées similaires à Pernambuco, Rio de Janeiro et Maranhão.

19La presse était interdite – un décret royal émis par le roi du Portugal le 6 juin 1747 ordonna la destruction du premier atelier graphique fondé par le père jésuite Francisco de Faria à Rio.

20L’activité scientifique se limita, jusqu’au XIXe siècle, aux travaux des missions de chercheurs européens envoyés pour étudier la flore, la faune, les richesses naturelles de ces régions.

21Le Marquis de Pombal expulsa les jésuites du Portugal en 1759 et décida en 1768 une réforme de l’université de Coimbra et créa un observatoire, des laboratoires scientifiques et l’enseignement des mathématiques.

  • 3 J.P. Berthe, Amérique Espagnole, Enclyclopedia Universalis, vol. 1, 1045, Paris 1985.
  • 4 Vingt ans avant, la Constitution des États-Unis était adoptée.

22José Bonifacio de Andrade e Silva, minéralogiste, Alexandre Rodrigues Ferreira, naturaliste, et l’astronome Lacerda e Almeida firent leurs études dans cette université mais le grand changement qui eut des répercussions sur le développement de la science et de la culture au Brésil fut l’installation à Rio en 1808 du roi Jean VI qui fuyait le Portugal envahi par Napoléon3. L’ouverture des ports brésiliens aux bateaux autres que les bateaux portugais facilita l’entrée dans le pays d’ouvrages scientifiques et de grandes missions de recherche scientifique. On enregistra alors entre 1808 et 1821 la création de cours d’anatomie et de chirurgie à Bahia et à Rio, le Jardin Botanique à Rio, la Bibliothèque Publique (1810), origine de l’actuelle Bibliothèque Nationale, et l’Académie Militaire à l’origine de l’École Polytechnique de Rio. Le premier journal brésilien ne fut publié qu’en 18084.

23Le laboratoire de chimie est ouvert en 1812 et six ans plus tard le Musée Royal, à l’origine de l’actuel Musée National, destiné, selon le décret royal, à stimuler et propager des études dans les sciences de la nature dans « le Royaume du Brésil, qui contient des millions d’objets dignes d’observation et d’examen, capables d’être employés au bénéfice du commerce, de l’industrie et des arts, et que je souhaite favoriser comme source de richesses ». L’interdiction de la presse (1747) et celle de l’installation d’usines et de fabriques au Brésil (1785) ne fut abolie qu’en 1808.

24A cette époque, l’Angleterre, qui dominait l’économie du Portugal, a réussi à conclure un traité en 1810 avec le roi Jean VI, selon lequel les produits importés de l’Angleterre par le Brésil étaient soumis à une taxe douanière inférieure à celle imposée aux produits manufacturés provenant du Portugal. Le traité de Methuen fit du Brésil une colonie de l’Angleterre par Portugal interposé. Le cadre de missions étrangères venant étudier les richesses naturelles des tropiques – Auguste de Saint-Hilaire, Von Martius et Varnhagen, Spix et Lund – resta inchangé jusqu’au dernier quart du XIXe siècle. L’Observatoire National successivement dirigé par Emmanuel Liais, Louis Cruls et Henrique Morizé fut fondé en 1827. L’École Polytechnique naît de l’École Centrale en 1874 et l’École des Mines est fondée à Ouro Preto en 1876, sous la direction de Henri Gorceix, pour former des ingénieurs des Mines et des géologues. Un important musée fut fondé en 1888 à Belém dans la région amazonienne, par Emilio Gœldi, et l’Institut Agronomique fut ouvert à São Paulo en 1890.

25Deux calamités, la peste et la fièvre jaune à Rio de Janeiro et à Santos, et une maladie du café, ont été à l’origine, au début de ce siècle, de la naissance de deux instituts, berceaux de la recherche scientifique dans le domaine des sciences biologiques, à São Paulo.

26Pour le gouvernement, il s’agissait d’ouvrir les ports de Rio de Janeiro et de Santos aux immigrants en provenance de l’Europe pour remplacer les esclaves libérés dès 1888, et protéger l’exportation du café. Ce ne fut qu’à partir de 1930, avec la rupture de la prédominance du système d’exportation du café et les débuts de l’expansion du capitalisme industriel, que se dessina une politique éducative et scientifique. Après la réunion des Facultés de Médecine, de Droit et de Génie en universités, à Rio en 1920, et à Minas Gerais en 1927, naquit l’université de São Paulo en 1934 avec la création d’une Faculté de Philosophie, des Sciences et des Lettres. A Rio, en 1935, Anísio Teixeira organise l’université du District Fédéral, comprenant la Faculté des Sciences, l’École d’Éducation, l’Institut des Beaux-Arts, la Faculté de Philosophie et de Lettres et la Faculté d’Économie et de Droit, donnant lieu, en 1939, à la Faculté Nationale de Philosophie.

Le transfert de connaissances aux états-unis et au brésil – les années trente

27La création de l’université de São Paulo en 1934 et celle de l’université du District Fédéral à Rio de Janeiro en 1935 coïncida avec le début d’une émigration vers les États-Unis d’éminents hommes de culture et chercheurs scientifiques.

28C’est l’époque du grand transfert de connaissances scientifiques de l’Europe vers les États-Unis à cause de la montée du nazisme et du fascisme, le plus grand transfert de ce siècle, un transfert de connaissances qui a donné des fruits et a eu des conséquences extraordinaires dans le domaine de la recherche scientifique et du développement des technologies dans le monde.

29Ces hommes, obligés de quitter l’Europe menacée par une victoire possible du totalitarisme, ont eu la chance de trouver l’accueil adéquat aux États-Unis où les universités et laboratoires de recherche avaient un développement convenable, étaient organisés hors du pouvoir public et capables de recruter des professeurs et chercheurs sur la base de leur activité et de leur production scientifique.

30Parmi ces hommes on peut citer, par exemple, Claude Chevalley, Jacques Hadamard, André Weil, Jean Dieudonné, les grands mathématiciens français, à côté d’Albert Einstein, Johan Von Neumann, Eugène P. Wigner, Leos Szillard, Edward Teller, Georges Placzeck, Enrico Fermi, Emilio Segre, Sergio De Benedetti, Joseph Jauch et tant d’autres, y compris de jeunes universitaires ayant une formation solide, obtenue dans les lycées et universités d’Europe.

31Pourquoi cette différence entre la colonisation des États-Unis et celle des nations de l’Amérique latine ? Voilà une question qui demande évidemment des réponses diverses, étant donné la complexité du sujet.

32Je voudrais tout de même souligner l’importance, en Espagne et au Portugal, d’un milieu qui à partir du XVe siècle contrastait avec l’effervescence intellectuelle des autres pays de l’Europe Occidentale.

33Si les émigrants n’étaient pas des intellectuels ni des génies – ceux qui partirent à la recherche de travail et de nouveaux moyens de vie – j’oserais dire que, à côté de ces facteurs, l’absence de contestation de l’Église et de fermentation intellectuelle, et la domination des ordres religieux dans la vie de l’Espagne et du Portugal constituèrent d’autres facteurs importants qui accentuèrent la différence de colonisation.

34Selon Jean-Pierre Berthe,3 « L’Église militante et conquérante d’âmes cède de plus en plus la place à une Église établie, dominée par le clergé séculier, alourdie de richesses matérielles et plus soucieuse dans l’ensemble de la splendeur extérieure du culte que de conquête spirituelle ». Elle est dans ces territoires qu’on appelait les Indes, « l’alliée des possédants et la garantie de l’ordre colonial ». Une garantie qui fut assurée par des universités fondées très tôt, peut-être les plus anciennes des Amériques, comme celles de Lima et de Mexico (1551-1553) – et qui ne contribuèrent pas, comme celles des États-Unis, plus récentes, à l’éclosion de la culture et de la science modernes. Ce ne fut qu’au XVIIIe siècle, sous l’influence d’idées nées en France, avec l’importation des livres, et la présence d’hommes imbus de la nouvelle philosophie, que la Couronne d’Espagne favorisa la culture, la connaissance scientifique, ouverture qui comme nous l’avons vu, a dû attendre l’entrée des armées napoléoniennes au Portugal en 1808 pour s’introduire ensuite au Brésil.

35Dans les années trente, la physique nucléaire commençait à se développer aux États-Unis où Ernest Lawrence et Stanley Livingstone inventèrent le cyclotron. La structure des universités américaines s’est révélée adaptée au développement des activités des physiciens arrivés d’Europe.

36Un transfert de connaissance s’est produit au Brésil dans les années trente, avec l’organisation des universités de São Paulo et de Rio de Janeiro.

37D’éminents historiens et sociologues, venus de France, sont arrivés à São Paulo, tels que F. Braudel, Roger Bastide, Claude Lévi-Strauss, le géographe Pierre Monbeig. De l’Italie sont venus les mathématiciens Luigi Fantappié et Giacomo Albanese, les physiciens Gleb Wataghin et Giuseppe Occhialini. A Rio, arrivèrent l’épistémologue René Poirier, le sociologue Jacques Lambert, et A. Ombredane, psychologue, Fortunat Strowski, critique littéraire, J. Gros, spécialiste en science politique, et de l’Italie les mathématiciens Gabriele Mammana et Achille Bassi, le physicien Luigi Sobrero. Ce fut en 1934 que des recherches scientifiques commencèrent avec succès à São Paulo dans le domaine des rayons cosmiques et de la physique théorique et plus tard en physique nucléaire. A Rio, la même année, la recherche en physique des diélectriques et de l’état solide avec Costa Ribeiro, P.S. Rocha et F.M. Oliveira Castro a commencé avec l’arrivée de l’allemand Bernhard Gross.

Les échanges a partir de l’après-guerre

38Dans les années quarante-cinquante, les mathématiciens André Weil, J. Dieudonné et Jean Delsarte jetèrent les bases d’une collaboration avec l’université de São Paulo, et Laurent Schwartz et d’autres membres du Groupe Bourbaki, auquel appartenaient également les mathématiciens précédents, développent des liens avec l’université, le Centre Brésilien de Recherches Physiques – CBPF – et l’Institut de Mathématiques Pures et Appliquées à Rio.

39Dans ses premières années, le CBPF a reçu en physique la visite de Cécile Morette de Witt, physicienne spécialisée en théorie des particules.

La coopération en physique

40Les premiers contacts des physiciens expérimentateurs brésiliens avec leurs collègues français s’établirent à partir des années quarante-cinquante grâce à l’action de Louis Leprince-Ringuet, professeur au Collège de France et à l’École Polytechnique, et directeur d’une équipe de recherches en rayons cosmiques, qui entraîna la collaboration des Brésiliens Roberto Salmeron, César Lattes et Ugo Camerini. Le Centre d’Études Nucléaires fondé à Saclay dans l’après-guerre, et le Centre de Recherches Nucléaires de Grenoble ont contribué à une coopération de plus en plus importante avec des physiciens brésiliens dans le domaine de la physique nucléaire et des particules et de la physique de l’état solide ; des physiciens comme João Alberto Meyer, José Israel Vargas, y ont travaillé pendant plusieurs années. Pendant presque vingt ans, j’ai également eu l’honneur et la joie d’être Professeur titulaire à l’université Louis Pasteur de Strasbourg et d’y diriger un groupe de Physique Théorique des Hautes Énergies, au Centre de Recherches Nucléaires. Un nombre croissant de chercheurs brésiliens font des séjours de travail dans les universités et centres de recherches français et il s’établit un échange équivalent de visiteurs français au Brésil. Avec Strasbourg, des liens de collaboration se sont établis entre l’équipe de M. J.P. Adloff et J.M. Friedt avec le groupe de l’effet Mossbauer dirigé par Jacques Danon au CBPF, collaboration qui s’est intensifiée au cours des dernières années ; et G. Poupeau, chercheur à Grenoble, est allé dans le cadre d’accords bilatéraux faire des recherches au CBPF sur la Géophysique Nucléaire. Pratiquement, toutes les universités brésiliennes qui ont des groupes actifs dans le domaine de la recherche physique ont des programmes de collaboration avec des institutions françaises. Je mentionnerai la coopération entre le Groupe de l’Accélérateur Linéaire de l’université de São Paulo et la Division de Physique Nucléaire du Centre de Recherches Nucléaires de Strasbourg ; les programmes de collaboration entre l’équipe de M.C. Cohen-Tannoudji, du Collège de France, et celle de M. Moysés Nussenzveig à l’université Catholique de Rio.

41Au CBPF, que je dirige depuis mon retour de Strasbourg en 1985, des chercheurs du groupe de physique théorique (A. Malbouisson, M. Novello, F.S. Aranha, J. Mignaco) ont des programmes de collaboration avec les universités de Paris VI et de Paris Sud, avec l’École Polytechnique et le Centre de Saclay (Mme Y. Choquet-Bruhat, MM. Pascal Lederer, G. Cohen-Tannoudji, De Calan), et nous espérons approfondir cette coopération dans le domaine de la physique expérimentale des hautes énergies, un domaine qui démarre dans notre laboratoire (J. Tiomno et A. Santoro) en coopération avec l’École Polytechnique (R. Salmeron), avec le Fermi National Laboratory aux États-Unis et avec le CERN.

42Par le passé – je le signale – des coopérants français ont fait des séjours de recherche au CBPF : je mentionne M. R. Lestienne (Paris), G. Labrosse (Orsay), P. Gavillet (CERN), A. Tonati (Paris), A. Volte (Paris) J. Danière (Lyon).

Conclusion

43En conclusion, je voudrais souligner l’importance des échanges scientifiques entre la France et le Brésil. Des accords de coopération comme celui entre le CNRS et le CNPQ permettent la réalisation d’une partie de ces échanges – les bourses destinées aux étudiants brésiliens par le gouvernement français, par la CAPES et le CNPQ du Brésil, contribuent à la formation de jeunes chercheurs, si nécessaires à mon pays.

44Les transferts de technologie sont les instruments les plus importants pour le développement économique du Brésil. Mais ces transferts ne doivent pas avoir un rôle passif – simple installation d’usines avec la formation technique d’ouvriers, d’ingénieurs, d’administrateurs. Ils doivent être accompagnés ou précédés de transferts de connaissances scientifiques. Il nous faut certainement des technologies inventées ailleurs, il faut les adapter au pays qui les reçoit ; sur place, l’invention de nouvelles technologies est néanmoins indispensable pour un développement non colonial de celui-ci. C’est pourquoi la science fondamentale, la recherche, l’effervescence intellectuelle d’hommes et de femmes préparés pour créer des matériaux nouveaux et de nouveaux mécanismes, pour interroger la Nature et pour s’interroger eux-mêmes, sont les éléments indispensables et les clés du développement.

45Pourrait-on inventer de nouveaux instruments pour améliorer la coopération France-Brésil dans le domaine des sciences ?

46Des réponses affirmatives à cette question seraient les bienvenues.

Notes

1 J. Soustelle, Les hautes cultures précolombiennes, Encycl. Universalis, vol. I, 1133-1142, Paris (1985).

2 R. Mandron, From humanism to science, 1480-1700, Penguin Books 1985.

3 J.P. Berthe, Amérique Espagnole, Enclyclopedia Universalis, vol. 1, 1045, Paris 1985.

4 Vingt ans avant, la Constitution des États-Unis était adoptée.

Auteur

Directeur du Centre brésilien de Recherches Physiques, Professeur Emérite de l’Université Louis Pasteur de Strasbourg.

© Éditions de l’IHEAL, 1991

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540