Versione classicaVersione mobile
OpenEdition Books

Images réciproques du Brésil et de la France

 | 
Solange Parvaux
, 
Jean Revel-Mouroz

B. L’image scientifique et technologique/A imagem científica e tecnolôgica

Images de la technique et représentations collectives : une comparaison France-Brésil (et Suède)

Alain Gras, Sophie Poirot-Delpech e José-Manuel Carvalho de Melo

Testo integrale

1Nous sommes aujourd’hui doublement du côté de l’imaginaire : par ce colloque qui a pour thème Les images réciproques de la France et du Brésil comme par notre recherche sur les « dimensions imaginaires » dans la diffusion des technologies de pointe dans des cultures aussi différentes que celles de la France, de la Suède et du Brésil. La notion d’imaginaire est, par nature sans doute, à délimitations floues (à moins qu’il ne s’agisse d’images digitales, mais n’anticipons pas). Mise à l’honneur par l’anthropologie, reprise par l’anthropologie historique (comme aiment à se désigner maintenant certains de nos historiens), elle est de plus en plus souvent associée aux concepts de social ou de collectif (jusque dans les médias, ce qui ne contribue pas à la préciser). Mais l’imaginaire est à et de tout le monde et nous continuons à le préférer à d’autres notions plus connotées et en fin de compte aussi peu rigoureuses, dans la mesure où il balaie plus largement et profondément le champ des représentations collectives.

  • 1 Cf. L’édition récente de Jean de Léry, Histoire d’un voyage fait en la terre du Brésil (Introductio (...)

2Nous mettrons donc aujourd’hui notre recherche sous les auspices d’une image, scène inaugurale, pour ne pas dire primitive, des rencontres entre la France et le Brésil : le Rocher de Villegaignon où débarqua, un beau jour de novembre 1555, le théologien protestant Jean de Léry. Le projet de l’amiral de Villegaignon était de créer au Brésil une « France Antarctique » à l’abri des persécutions religieuses. En fait, l’expérience fut brève et le rocher le théâtre d’affrontements violents entre catholiques et tenants de la religion réformée, sous le regard étonné des indiens Tupis1.

3Cette scène nous intéresse à plusieurs titres. Elle met d’abord en scène des acteurs bien connus de nous qui travaillons en France, en Suède et au Brésil : une certaine forme de catholicisme latin, une éthique protestante en train de se forger et les Brésiliens d’alors et ce même si, bien sûr, ces acteurs se sont mêlés et ont bien changé jusqu’à devenir presque méconnaissables. Il nous faut espérer aussi que notre expérience sera moins éphémère... Mais il ne faut pas se leurrer ou dissimuler les difficultés... Le travail ensemble est passionnant, stimulant, mais bien souvent difficile : nos cultures se heurtent dans leur façon d’appréhender nos recherches, nos rythmes et nos façons de travailler diffèrent, divergent et parfois, même, s’annulent. L’éclatement du Rocher de Villegagnon est un risque que nous courons bien souvent. Ces difficultés sont accentuées par le fait qu’il n’y a pas de groupe leader et que chaque équipe nationale travaille en toute liberté (liberté qui a pour pendant l’autonomie financière puisque chacun est financé par son propre pays). Les mises au point théoriques et méthodologiques sont souvent de longs marathons au cours desquels « l’image de l’autre » n’est autre chose qu’une figure obsédante de la pensée française. Mais, nous le comprenons de mieux en mieux, toutes ces difficultés font partie intégrante du travail, passages obligés de « l’immersion culturelle » indispensable à toute approche inter-culturelle.

4La scène originelle du Rocher de Villegagnon nous intéresse également en prenant le texte de Léry sur les Indiens et le Brésil comme un mythe fondateur des relations (de voyage, scientifiques ou académiques) entre la France et le Brésil et qui, en tant que tel, continue d’agir sur elles. On se souvient comment Lévi-Strauss, pris de nostalgie devant la modernité de l’Avenida Rio Branco, se rassure : « Mais, dit-il, j’ai dans la poche Jean de Léry, bréviaire de l’ethnologue ». Il a, dans Tristes tropiques, des pages très belles et significatives sur la continuité entre la colonisation et l’ethnologie, celle-ci se voulant rédemptrice de celle-là. Cette relation n’est-elle pas fondatrice et tout Français débarquant au Brésil n’a-t-il pas Tristes tropiques dans un coin de sa poche et, enfoui à l’intérieur, Jean de Léry avec son regard bienveillant certes, mais missionnaire..., curieux, colon déjà et malgré tout convaincu de la supériorité de sa civilisation (même si celle-ci est en crise !) ?

5C’est conscients de ce trait, et pour tenter d’infléchir cette tendance, que nous cherchons à mettre en place un système de collaboration équilibré grâce auquel s’échangent des regards croisés entre les différentes cultures. C’est dans cet esprit que nous avons tenté d’élaborer un cadre des représentations des différentes cultures dans des domaines intéressant notre recherche (technique de pointe, écosystème, etc., cf. le tableau supra p. 874).

  • 2 Bastide, Roger « Le problème des mutations religieuses », in Cahiers internationaux de sociologie, (...)

6Ces aspects religieux ou littéraires peuvent sembler bien éloignés des technologies de pointe. Il n’en est rien et, pour rester dans l’univers mythologique des relations France-Brésil, rappelons cette observation de Roger Bastide : « Dans les églises chrétiennes, et en particulier dans l’Église Catholique, on préfère, pour établir, sous les nouveautés, la continuité d’une tradition, parler d’émergence plutôt que de mutations. Comme si toutes les nouveautés apportées par les mutations étaient déjà présentes dans le noyau archaïque du sacré, mais sous une forme latente, recouverte et cachée, dont l’histoire ne ferait qu’expliciter les virtualités »2. On observe à l’inverse que dans le champ des technologies « de pointe », toute technique nouvelle est systématiquement qualifiée d’innovante et, par là-même, porteuse de mutations (sociales, culturelles, etc.) radicales comme pour dissimuler les continuités et la solidarité de ces technologies nouvelles avec la société et les cultures. Nous ne saurions mieux expliquer la spécificité de notre regard que par ce rapprochement : c’est précisément cet autre côté de la médaille, ce revers de l’innovation technique qui nous intéresse dans l’étude des technologies de pointe.

7Que la technologie soit un élément de la culture, plus personne aujourd’hui ne le conteste, en revanche la sociologie s’est encore fort peu préoccupée de la manière dont une technique se développe en créant sa propre niche écologique. Lorsqu’un artefact humain naît, il s’adapte dans une sorte de co-évolution avec le système social, et il se peut fort bien que cet artefact soit mis hors jeu s’il ne trouve pas sa place comme porteur de sens dans la culture en question. On peut, sans aucun doute, voir dans ce mécanisme de conflits co-adaptatifs une des raisons de l’échec des politiques de transferts de technologie qui ne se préoccupent pas du sens que prend la technique dans la culture réceptrice.

8Notre recherche a pour ambition de cerner le problème en comparant trois pays, de civilisations très différentes : la Suède, la France et le Brésil, dans deux secteurs, à savoir la bureautique, que l’on peut considérer comme une technique de masse, et l’aéronautique, qui fait partie de la high-tech dont les acteurs sont essentiellement européens, américains et japonais. Toutefois, il fallait, avant d’étudier la diffusion des innovations dans ce secteur, brosser un tableau plus général de la manière dont les diverses cultures concernées réagissaient à quelques grands problèmes socio-techniques. Nous avons donc brossé à grands traits quelques aspects de ce que l’on peut nommer l’imaginaire technologique de ces pays. Fondée sur la lecture de documents et surtout l’immersion culturelle, notre approche, complétée par une vision compréhensive au sens de Max Weber, peut être qualifiée d’anthropologique.

9Du reste, la tendance actuelle, après le désenchantement des grandes théories et des méthodes quantitatives, est celle d’un renouveau de la sociologie de l’acteur qui peut être saisi dans son intériorité de nombreuses manières, et dont les histoires de vie constituent un exemple qui a conquis aujourd’hui droit de cité. Plus généralement, on s’intéresse ainsi aux « raisons » des individus, c’est-à-dire aux rationalisations qui traversent le social jusque dans ses acteurs les plus infimes, plutôt qu’aux stratégies des macro-acteurs qui font semblant d’avoir de bonnes raisons ou auxquels on impute de bonnes raisons (même a contrario du style « c’est la faute aux multinationales » ou en France « c’est à cause de l’Iran »).

10Ces « raisons » se comprennent alors dans un « rapport aux valeurs » propre à chaque culture et elles se découvrent à travers l’image qu’elles donnent d’elles-mêmes. Ceci explique l’intérêt d’une approche croisée car l’étranger voit souvent plus clairement que l’autochtone cet imaginaire social où s’enracine la rationalité. Prenons le cas du rapport à la « nature » : sur le tableau, on notera que l’attitude brésilienne est essentiellement prédatrice, tandis que la française marque une distance avec une volonté de maîtrise, ou mise au pas de la « raison » (cartésienne), la suédoise, pour compléter le tableau, marque au contraire un respect profond. Les politiques technologiques suivent ces orientations « imaginaires ». Par exemple, dans le choix des sources énergétiques ou de substituts au pétrole, on notera la prédation qu’est la culture extensive de canne à sucre du Pro-alcool, le caractère hautain et scientiste du tout nucléaire d’EDF, l’équilibre écologique recherché dans le géothermique suédois.

  • 3 Philippe d’Iribarne, A la mode de chez nous Culture nationale et gestion d’entreprise. Publié au (...)
  • 4 Michio Morishima, Confucianisme et capitalisme, Flammarion, Paris, 1983.

11Le fait de partir d’un paradigme global, une vision du monde au sens de Weber, pour aboutir à des modes de fonctionnement au niveau le plus concret n’est donc qu’un procédé heuristique, car la démarche se fonde, il faut le répéter, sur l’analyse du comportement des acteurs et de leurs rationalisations. Les paradoxes apparents sont alors éclairés d’un jour nouveau. Un livre de Philippe d’Iribarne sortira bientôt3 qui compare le management ouvrier aux États-Unis, en Hollande et en France. On y verra, entre autres choses, que le formalisme américain produit dans l’entreprise des situations qui, à des yeux français, paraissent relever du carcan bureaucratique le plus étroit. Et il y a quelques années déjà, Michio Morishima publiait un magnifique ouvrage sur le Japon, Confucianisme et Capitalisme,4 dans lequel il montrait la pérennité des solutions adoptées par les Japonais depuis deux mille ans, solutions qui passent toutes par un détournement inattendu du confucianisme, entré au Japon il y a près de quinze siècles. Détournement qui consiste à oublier la première valeur de l’éthique chinoise, le don, ce qui change complètement le sens de la seconde, la loyauté, qui devient fondamentale mais perd son sens moral absolu au profit d’une interprétation en termes de relation personnelle du type suzerain-vassal.

  • 5 S. Buarque de Holanda, Raízes do Brasil, ed. José Olympio, Rio de Janeiro, 1a ed., 1985.

12Or, il se trouve que le Brésil a déjà eu un épigone de Max Weber en la personne de Sérgio Buarque de Holandia. Son ouvrage Raízes do Brasil5 reste, malgré le tour polémique qu’avait ce travail à l’époque, un réservoir inépuisable d’images pour comprendre le Brésil, et véritablement l’appréhender de l’intérieur. Par exemple, a propos de l’éthique du travail, Sergio Buarque ne fut pas le premier, et n’est pas le dernier, à insister sur la spécificité de la colonisation portugaise à la fois par rapport à l’espagnole et par rapport à celle du nord du continent américain. Mais, plus que les autres, il met en place cet élément comme une pièce d’un puzzle que la sociologie doit reconstruire.

  • 6 Hanna Arendt, Condition de l’Homme Moderne, Gallimard, Paris, 1963.

13On se souvient, par exemple, de la clarté du trait lorsque, soulignant que les colonisateurs de langue latine étaient tout autant des marginaux et des exclus que les anabaptistes germains et les têtes rondes saxons, il montre que les premiers s’identifiaient aux puissants de la métropole et aux plus archaïques de ceux-ci, les seigneurs terriens, alors que les seconds rejetaient en bloc les systèmes politiques et de pensée du vieux continent (et jusqu’à quel point ne peut-on voir dans cet état de fait imaginaire la source profonde de l’extraordinaire résistance des latifundiaires brésiliens à toute idée de réforme agraire ?). C’est ainsi que se constituèrent deux gigantesques États, l’un fondé sur l’éthique de l'arbeit als beruf et de la liberté individuelle, l’autre calqué sur un modèle non pas issu de la Renaissance mais directement dérivé de l’Antiquité et fondé sur la culte de l'otium. Cette représentation du rapport au travail doit alors être rapprochée du modèle d’Hanna Arendt, décrit dans son essai sur la condition de l’homme moderne6. Elle rappelle, en effet, qu’en Europe le Moyen Age avait préparé l’homme de la Renaissance grâce au prestige acquis par l'homo faber, l’artisan qui se projetait dans son œuvre et qui se distinguait radicalement de l’ouvrier antique, simple animal laborans. Ainsi à l’aube de la modernité, sont en place trois types de rapport au travail, chacun central dans une culture : Yhomo faber en Europe qui ne disparaîtra véritablement qu’au XIXe siècle, l'animal laborans qui ne jouit pas de son produit mais poursuit l’œuvre de Dieu chez les puritains américains – on sait le succès qu’aura cette vision des choses-, l’homme de loisir (i.e. de temps non contraint) comme idéal masculin dans le sud de l’Amérique.

14Ces catégories sont évidemment « idéal-typiques » et ne correspondent ni à la réalité passée dans son ensemble, ni à la situation actuelle, mais elles constituent un socle culturel sur lequel se sont édifiées des nations qui malgré leurs différences ont toutes accueilli la modernité. Et ces facteurs socio-culturels sont toujours agissants aujourd’hui, même s’il changent de sens. Ainsi, pour continuer le même exemple, la France comme le Brésil font aujourd’hui partie des pays où le travail est une valeur fondamentale, mais derrière des nécessités apportés par la modernité et sa technique, se profilent des critiques, des résistances, des détournements, qui prennent source dans une culture clandestine toujours vivace. Les bases théoriques de notre travail sont donc en place, pour la suite nous laissons au lecteur le soin d’étudier attentivement le tableau ci-après, car une présentation synoptique en dit souvent plus qu’un long discours.

Techniques de pointe

France

15Grande importance : rester au moins symboliquement dans le peloton de tête de la compétition internationale.

16Liées à l’idée de grandeur nationale : préférence pour les grands projets à haute densité d’innovation technologique (archétype : modèle Concorde).

17Consensus lié à la volonté d’indépendance et dans la tradition culturelle de créativité technologique.

18L’aéronautique comme secteur privilégié.

Brésil

19Consensus sur le développement par la technologie, dont celle de pointe et lourde.

20Valeur symbolique d’indépendance nationale.

21Liées à la nécessité du développement conçu comme processus technologique.

22« On a les ressources, reste à acquérir le savoir-faire ».

Suède

23Consensus sur la nécessité de poursuivre le développement technologique et sur son rôle dans la puissance du pays (à travers l’exportation en particulier).

24Conviction de détenir la compétence, voire l’excellence technologique.

France

25Discours technique comme camouflage.

26Acceptation naïve de la notion de maîtrise du risque technologique.

Brésil

27Agression constante de la nature, marque du civilisé par rapport au sauvage (indien « écologiste » mais rétrograde) plutôt big is beautiful et grandeur en termes de puissance, de quantité.

Suède

28Respect de la nature, voire communion, ces caractères marquant le civilisé.

29Plutôt small is beautiful.

Développement. Progrès

France

30Progrès facteur de bien-être mais aussi de puissance.

31L’État comme acteur privilégié et moteur idéologique autant qu’économique.

32Foi dans l’État comme détenteur du savoir.

33Pas de contestation des choix technologiques mais méfiance latente et scepticisme sur l’avenir.

Brésil

34Nécessité historique, la technique en est le moyen perçu comme privilégié.

35Trois phases symboliquement présentées :

  1. acheter et expérimenter les techniques,

  2. utiliser et développer,

  3. concevoir et fabriquer tout seul.

36Le Brésil comme pays pilote du Tiers Monde.

37Méfiance envers les capacités de l’État à réaliser l’objectif du progrès.

Suède

38Conçu comme une morale, une obligation quasi-religieuse (tradition luthérienne inner-directed) liée au sentiment d’identité nationale et d’excellence.

39Progrès comme facteur régulateur.

40Développement conçu comme homéostatique.

41L’État puissance tutélaire comme acteur privilégié.

Images de techniques spécifiques

Informatique

France

42Facilement acceptée.

43Largement diffusée sans résistance sérieuse.

44Intellectualisée, camouflée (rapport Nora-Minc).

Brésil

45Peu menaçante pour le social.

46Preuve de la compétence nationale (liée à un autre secteur privilégié : l’aéronautique, comme en France).

Suède

47Conçue comme maîtrisable.

48Pas dangereuse, favorise les échanges, la communication, l’efficacité de l’État.

Énergie

France

49Contente d’elle-même.

50Assurance hautaine des décideurs.

51Moyen d’affirmation de la compétence technologique et du savoir-faire de haut niveau.

52Liée à l’idée d’indépendance nationale.

53Pas de résistance.

54Négation du risque : on « contrôle ».

Brésil

55Dangereuse parce que menaçant l’ordre naturel à très long terme et l’humain à court terme.

56Mais démonstration supplémentaire de la compétence en même temps que la maîtrise sociale de la technologie (référendum).

57Pas de lien perçu avec la bombe.

Énergies de substitution au pétrole autres que l’énergie nucléaire

France

58Peu d’intérêt pour la question.

59Peu de considération pour ces techniques vues comme rustiques ou rudimentaires.

60Mythe contradictoire de l’énergie solaire et de la richesse des océans.

Brésil

61Symbole de l’indépendance nationale dans le respect de la tradition (cultures industrielles extensives et prédatrices).

62Liées à la notion d’immensité du patrimoine écologique.

Suède

63Nécessaires pour écarter le nucléaire dans le respect des traditions (non prédatrices d’où valorisation de la géothermie, de l’éolienne, etc.)

Conclusion

  • 7 Voir aussi notre rapport « Les Facteurs socio-culturels et leurs dimensions imaginaires dans la dif (...)

64Ces représentations fournissent un cadre mental. Elles constituent un support subjectif aux choix technologiques qui peuvent freiner, réorienter ou même faire échouer les diverses politiques (cas du nucléaire au Brésil et en Suède7). Dans tous les cas, les techniques se transforment en s’appliquant, elles ne correspondent pas, à l’usage, aux conceptions qu’en eurent les décideurs et les ingénieurs ; le social se les réapproprie en quelque sorte pour les transformer, les traduire et leur donner un sens nouveau. La place de la technologie dans le développement ne renvoie donc pas seulement à des discussions d’ordre technique, elle implique au contraire un large débat qui doit inclure les facteurs que l’on pourrait considérer, dans un style archaïsant, comme appartenant à « l’Esprit des Peuples ».

Note

1 Cf. L’édition récente de Jean de Léry, Histoire d’un voyage fait en la terre du Brésil (Introduction de Sophie Delpech – Co-auteur de ce texte) – Ed. Plasma, Paris, 1980.

2 Bastide, Roger « Le problème des mutations religieuses », in Cahiers internationaux de sociologie, janv.-juin 1969, p. 9.

3 Philippe d’Iribarne, A la mode de chez nous Culture nationale et gestion d’entreprise. Publié au Sevil – Paris.

4 Michio Morishima, Confucianisme et capitalisme, Flammarion, Paris, 1983.

5 S. Buarque de Holanda, Raízes do Brasil, ed. José Olympio, Rio de Janeiro, 1a ed., 1985.

6 Hanna Arendt, Condition de l’Homme Moderne, Gallimard, Paris, 1963.

7 Voir aussi notre rapport « Les Facteurs socio-culturels et leurs dimensions imaginaires dans la diffusion des techniques avancées » PIRTTEM/CNRS, Paris,1987.
A. Gras e S. Poirot-Delpech « Au doigt et à l’œil » – L’imaginaire des techniques de pointe, à publier à L’Harmattan, Paris.

Autori

Centre de Sociologie des Arts (EHESS/CNRS)/Centre d’Études Comparatives des Techniques, des Connaissances et des Pratiques (CETCOPRA-Université de Paris 1, Panthéon-Sorbonne).

Centre de Sociologie des Arts (EHESS/CNRS)/Centre d’Études Comparatives des Techniques, des Connaissances et des Pratiques (CETCOPRA-Université de Paris 1, Panthéon-Sorbonne).

COPPE-Université Fédérale de Rio de Janeiro.

© Éditions de l’IHEAL, 1991

Condizioni di utilizzo http://www.openedition.org/6540