Desktop versionMobile Version
OpenEdition Books

Images réciproques du Brésil et de la France

 | 
Solange Parvaux
, 
Jean Revel-Mouroz

B. L’image scientifique et technologique/A imagem científica e tecnolôgica

Boursiers français vers le Brésil : bilan et perspectives

Serge François und Denis Seigneur

Volltext

1L’envoi d’étudiants et de jeunes chercheurs français vers le Brésil a connu des fortunes diverses, avant de se stabiliser.

2On peut distinguer deux phases bien distinctes.

3La première, jusqu’à la fin des années 1970, recouvre les échanges dits « traditionnels », c’est-à-dire ceux proposés par chaque pays (Itamaraty pour le Brésil, Ministère des Affaires étrangères pour la France) dans le cadre des protocoles bilatéraux d’échanges culturels et de coopération scientifique et technique.

4Le recrutement des candidats français (4 à 5 boursiers par an), relativement confidentiel (départements de portugais essentiellement) était très « généraliste », comme c’est le cas dans la grande majorité des accords bilatéraux où la notion de contingent l’emporte sur celle de « projets ». Les conditions d’octroi étaient également relativement minimales :

  • Niveau licence en portugais ou dans une autre discipline (en cours ou acquise),
  • Connaissance de la langue portugaise,
  • Acceptation d’un établissement d’enseignement supérieur brésilien.

5Celles-ci drainaient, par conséquent, une population certes parfois de qualité, mais dispersée et peu porteuse d’enjeu.

6Puis, pour des raisons de crédits, l’Itamaraty mit fin soudainement et unilatéralement à l’accueil de nos ressortissants, situation mal accueillie, on s’en doute, par la partie française, qui malgré d’innombrables démarches, tant officielles qu’officieuses, ne put faire revenir les autorités brésiliennes sur leur décision.

7C’est pour cette raison, compte tenu de l’importance croissante du Brésil tant sur le plan des échanges économiques internationaux que sur celui de la recherche dans certains domaines scientifiques de pointe, que le Ministère des Affaires étrangères se proposa, dès mars 1982, de recréer un programme de bourses en faveur des étudiants et des jeunes chercheurs français titulaires au minimum d’un DEA ou d’un diplôme équivalent qui, en vue d’une spécialisation ou d’un complément de formation souhaiteraient se rendre, pour une période de 6 mois à un an, dans un laboratoire ou un établissement d’enseignement supérieur spécialisé brésilien. Toutefois, des recherches in situ sans point d’attache universitaire brésilien particulier pourraient également être envisagées.

8Dans l’un et l’autre cas, le postulant devrait élaborer un projet de recherche précis et détaillé, faire preuve d’une connaissance suffisante du portugais et de l’anglais et fournir des appréciations de son directeur de thèse français et d’autres professeurs portant sur la qualité scientifique du projet ainsi que sur la capacité du candidat à le mener à bien. Une lettre d’accueil d’un ou de plusieurs centres supérieurs brésiliens constituerait également un élément indispensable dans la confection du dossier.

9Une commission nationale de sélection réunissant des spécialistes des disciplines examinées se tiendrait alors au Ministère des Affaires étrangères afin de sélectionner une dizaine de candidats parmi ceux qui présenteraient les meilleurs projets.

10S’agissant des domaines susceptibles de retenir l’attention, une enquête fut menée auprès des milieux professionnels concernés. Celle-ci terminée, les disciplines suivantes furent retenues :

  • Agronomie,
  • Agro-alimentaire,
  • Biologie,
  • Énergies renouvelables,
  • Énergies nouvelles,
  • Médecine,
  • Médecine vétérinaire,
  • Chimie pharmaceutique,
  • Problèmes relatifs au développement économique du Nord-Est,
  • Transport et Urbanisme.

11Mais dans l’esprit du Ministère, cette liste ne devait pas être limitative et pourrait donc être remaniée autant que de besoin.

12Enfin, le niveau universitaire minimal pour concourir à ce programme fut fixé dès l’origine au troisième cycle, afin d’écarter tous les projets trop généralistes ou encore les étudiants désireux, pour diverses raisons, d’acquérir un diplôme brésilien dont la reconnaissance au plan international est encore incertaine.

13Parallèlement à cette définition individuelle, le Département s’employa à ce que les accords CAPES-COFECUB identifiant chaque année un certain nombre de projets d’intérêt mutuel, servent de cadres logistiques à l’accueil des boursiers français.

Bilan

14Globalement positif puisque ce programme semble répondre entièrement à la population universitaire et scientifique française identifiée ci-dessus.

Perspective

151) Renforcement des liens qui unissent ce programme aux actions menées par l’accord CAPES-COFECUB, qui s’est concentré jusqu’à présent beaucoup plus sur les problèmes d’accueil des étudiants et jeunes chercheurs brésiliens en France. Ce rapprochement, nécessaire, ne doit pas toutefois être l’occasion de fermer la porte aux demandes « non-intégrées », la diversité des domaines d’intérêt sur le Brésil dépassant largement le cadre strict des accords officiels. A cet égard, la plus grande souplesse dans l’appréciation des projets est requise et c’est dans cette optique que travaille, une fois par an, le jury national de sélection.

162) Il serait souhaitable, dans la perspective de la prochaine rencontre du groupe mixte franco-brésilien de coopération scientifique et technique, d’interroger à nouveau nos interlocuteurs brésiliens sur les possibilités qu’ils auraient de s’associer financièrement à la continuation de ce programme, toutes les démarches entreprises jusqu’à présent, tant par le Département que par le Poste, ayant été infructueuses. Il convient, à ce propos, de leur rappeler que dans la grande majorité des échanges officiels d’étudiants ou de chercheurs signés au niveau gouvernemental, les bourses sont accordées par le pays d’accueil et non par le pays d’envoi.

Tableau de répartition des boursiers de 1982 à 1987

Tableau de répartition des boursiers de 1982 à 1987

Abbildungsverzeichnis

Titel Tableau de répartition des boursiers de 1982 à 1987
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/5270/img-1.jpg
Datei image/jpeg, 101k

Autoren

Chef du Bureau de la formation des Français à l’étranger, Ministère des Affaires Étrangères.

Chargé de mission au Ministère des Affaires Étrangères.

© Éditions de l’IHEAL, 1991

Nutzungsbedingungen http://www.openedition.org/6540