Desktop versionMobile version
OpenEdition Books

Images réciproques du Brésil et de la France

 | 
Solange Parvaux
, 
Jean Revel-Mouroz

B. L’image scientifique et technologique/A imagem científica e tecnolôgica

Dimension culturelle, influences idéologiques et images scientifiques dans l’histoire des relations scientifiques franco-brésiliennes, 1850-1940

Patrick Petitjean

Full text

1Les relations scientifiques entre le Brésil et la France occupent une place importante, du moins jusqu’à la deuxième guerre mondiale, en comparaison avec les liens existants avec d’autres pays européens. Une telle importance n’était pas, a priori, une donnée immédiate : le Brésil avait des relations économiques et politiques privilégiées avec le Portugal et l’Angleterre, puis avec les États-Unis à partir de l’entre-deux-guerres. Ses traditions scientifiques et universitaires ont été longues à se constituer, plus longues même que dans d’autres pays d’Amérique latine, malgré l’existence de scientifiques importants, mais isolés, au XIXe siècle.

  • 1 Voir les registres d’élèves de l’École des Ponts et Chaussées, de l’École Centrale des Arts et Man (...)

2D’un autre côté, le Brésil n’a quasiment jamais occupé une place importante dans les préoccupations de l’État français, qui avait d’autres priorités : ses colonies, mais aussi l’Europe centrale ou les Balkans, pays qui ont fourni au tournant du XXe siècle les plus forts contingents d’étudiants étrangers en France1. Il semble enfin que la France ait mis longtemps à se préoccuper de développer des institutions scientifiques et universitaires à l’étranger, ou d’avoir une politique scientifique dans ses colonies.

3Les relations scientifiques franco-brésiliennes ont connu deux moments particulièrement intenses :

4Les années 1875-1890, avec les invitations faites à Gorceix, Couty, Guignet, Liais, entre autres ; avec les missions scientifiques brésiliennes en Europe ; et avec les liens de Pedro II avec plusieurs savants français, dont Pasteur, Quatrefage, J.B. Dumas, etc.

5Les années 1923-1940, avec l’institutionnalisation des échanges : déjà en 1907, avait été créé un « Groupement des universités et grandes écoles de France pour les relations avec l’Amérique latine » (Groupement, en abrégé, dans la suite de ce texte). Il avait eu des succursales à Rio, et surtout à São Paulo, où l’Union scolaire franco-pauliste fut à l’origine d’échanges d’étudiants et d’universitaires. La guerre avait interrompu leurs activités. En 1922, était fondé à Rio un « Institut franco-brésilien de haute culture » (Institut, en abrégé, dans la suite de ce texte), qui organisa des séjours croisés de plusieurs dizaines de scientifiques français et brésiliens jusqu’à la deuxième guerre mondiale.

Les relations scientifiques dans leur contexte

6Cependant, malgré de tels moments denses, ces relations scientifiques restent marquées par de profondes discontinuités, et paraissent même aléatoires. Elles restent très morcelées et dispersées ; elles peuvent rebondir d’une discipline à l’autre, d’une époque à l’autre ; elles prennent parfois des détours importants, s’appuyant sur des affinités sur les plans idéologiques, politiques, religieux...

  • 2 Reinboldt, A Química no Brasil, in F. De Azevedo, As ciências no Brasil, ed. Melhoramentos, Rio, 1 (...)

7Les origines familiales du physiologiste Miguel Ozorio de Almeida, qui fut, entre 1920 et 1950, le principal animateur brésilien de l’Institut, illustrent ces détours et ces rebonds. Son père, Gabriel Ozorio de Almeida, avait été élève-ingénieur à l’École Polytechnique de Rio, au début des années 1870. C’était l’époque où cette école venait d’être rebaptisée, et ses programmes transformés selon le modèle français, après un voyage de Pedro II en Europe ; il y avait visité de nombreuses institutions scientifiques et rencontré des savants. Il chercha à implanter des laboratoires scientifiques au Brésil, pour l’enseignement, mais aussi pour que les professeurs y fassent des travaux personnels de recherche. Si Gorceix, fondateur de l’École des Mines d’Ouro Preto, est le plus connu des scientifiques français que Pedro II fit venir, il y eut aussi Ernest Guignet, un polytechnicien, chimiste, auteur de travaux sur le verre, qui finira directeur de la manufacture des Gobelins. Ernest Guignet créa le premier laboratoire brésilien de chimie industrielle, à l’École Polytechnique de Rio. Gabriel Ozorio de Almeida travailla dans ce laboratoire, et fit même une communication à l’Académie des Sciences de Paris2 en commun avec Guignet. Cette communication fut transmise par Pedro II lui-même, membre associé de cette académie. Il y transmettra d’ailleurs aussi d’autres travaux de Guignet, de Liais, etc.

  • 3 Ataulfo de Paiva, Palavras sobre Miguel Ozório de Almeida, in Revista da Academia Brasileira das L (...)

8Gabriel Ozorio de Almeida, grand bourgeois conservateur mais libéral, eut, par la suite, des contacts suivis, et des débats politiques avec... Jean Jaurès3.

  • 4 Miguel Ozorio de Almeida, A nossa estação de alta cultura, O Globo, Junho 1929.
  • 5 Dossier personnel de Paul Rivet à l’Académie Brésilienne des Sciences.
  • 6 Miguel Ozorio de Almeida, Ambiente de guerra na Europa, Atlantica Editora, Rio, 1942.

9Ce fut donc une ambiance à la fois francophile, scientifique et libérale : elle contribua, sans nul doute, à pousser trois des enfants de la famille dans la même voie, pour jouer, à des degrés divers, un rôle important dans le développement scientifique du Brésil et dans les relations avec la France. Alvaro a passé deux ans à l’Institut Pasteur de Paris au début du XXe siècle ; avec Miguel, il introduisit la physiologie moderne au Brésil. Branca publia plusieurs travaux en biologie, et s’occupa de l’Institut à partir de la fin des années 1930. Miguel, enfin puisa dans sa formation une certaine idée de « la science pure et désintéressée », de « la science pour la science » ; cela l’amena à participer à la fondation de l’Académie brésilienne des sciences, à se battre contre une conception trop utilitariste de la science, y compris vis-à-vis de certains de ses amis français ou brésiliens de l’Institut4. Le même état d’esprit, au nom de la séparation entre science et politique, entraina sa démission en 1937 de l’Académie brésilienne des sciences, pour tenter de s’opposer à l’exclusion de Paul Rivet5. Il participa enfin à un cercle de scientifiques progressistes français, avec Laugier, Piéron, etc6.

10D’autres hasards ou suites d’événements, marquant les relations scientifiques franco-brésiliennes, pourraient être analysés : par exemple, la chaîne qui mène de Pedro II à Georges Dumas, en passant par Mistral et les Félibriges. Ou encore, celle qui part des premier voyageurs français au Brésil : l’image de l’indien brésilien (« l’homme naturel », le « bon sauvage ») prend le contre-pied de celle des monstres de la littérature géographique de l’époque : cette image fut beaucoup utilisée par les philosophes du XVIIIe siècle, précurseurs de la Révolution française ; laquelle sera, en retour, une composante essentielle de l’image de la France au Brésil ; et, hasard encore, Affonso Arinos de Mello Franco fera en 1939 à la Sorbonne, une série de conférences pour le compte de l’Institut, sur le sujet : « l’indien brésilien et la Révolution française ».

11Cette complexité traduit, avant tout, l’immersion des relations scientifiques dans leur contexte historique, social et culturel, politique et scientifique. Toutes les dimensions qui interviennent ne sont pas toujours faciles à identifier, et interfèrent le plus souvent. Plusieurs chaînes causales différentes peuvent aboutir à l’existence d’une activité scientifiques conjointe, à sa persistance, à son succès ou à son échec. Mais, dans une phase où le tissu scientifique brésilien n’est pas encore tout à fait constitué, où communauté et traditions scientifiques n’en sont qu’à leur naissance, où enfin la volonté institutionnelle française est encore très faible dans ce domaine, il est souvent difficile de hiérarchiser ces chaînes causales, de mettre de l’ordre derrière les apparences de hasard.

Le français, langue scientifique

12Il est pourtant possible de mettre en évidence une série de traits communs et de continuités sur toute la période 1850/1940. Il est possible aussi de les relier, en partie, aux images croisées du Brésil et de la France, ou encore au rôle de certaines individualités.

Le rôle du français

  • 7 Xavier Polanco, Mathématiques et mathématiciens, communication au symposium sur le rôle de la scie (...)

13Une première de ces continuités est la place occupée par la langue française comme langue scientifique au Brésil : langue pour la formation, mais aussi langue pour la communication, entre Brésiliens, avec les Français, et, plus largement, pour assurer l’intégration des savants brésiliens dans la communauté scientifique internationale. On peut mesurer cette place du français dans les domaines scientifiques en étudiant les anciennes bibliothèques. Ainsi, une statistique préliminaire a été faite sur un inventaire de la bibliothèque de l’École Polytechnique de São Paulo, datant des années 1910, et portant sur 3350 ouvrages : 71 % d’entre eux sont en français (dont des traductions de l’allemand), 13 % en portugais, 8 % en anglais... Le catalogue de la Faculté de droit de São Paulo donne, pour sa partie scientifique, des indications équivalentes. Une étude bibliométrique beaucoup plus complète a été faite sur un catalogue ancien (1925) de la bibliothèque de l’École Polytechnique de Rio7.

Langue et volonté hégémonique

  • 8 Revue de l’Amérique Latine, no4, avril 1922, p. 372.

14On peut d’ailleurs lire dans la revue du Groupement en 1922, ces remarques sur le livre scientifique, dans un article qui se fait l’écho d’un rapport de Georges Dumas8 : « ... la langue française doit rester le véhicule de toute la pensée européenne : la langue et l’esprit français sont le filtre des idées de ce continent (l’Amérique latine). C’est donc le français qui doit transmettre toutes les ondes spirituelles. Tout ce que les nations d’Europe, même les germaniques, donnent à la culture humaine, et par ce que ces efforts contiennent d’universel, il est juste et utile que cela soit présenté sous le label français à nos amis d’Amérique. C’est donc la nécessité d’offrir, traduites en français, toutes les grandes œuvres européennes, que nous a exposée le Professeur Georges Dumas. En particulier pour les œuvres de la science allemande – la traduction française sera à la fois une explication et une garantie... ».

Langue et image

  • 9 Miguel Ozorio de Almeida, réception de l’ambassadeur d’Ormesson à l’Académie Brésilienne des Lettr (...)
  • 10 Allocution d’Epitacio Pessoa le 24/05/1919 à la Sorbonne, in Revue internationale de l’enseignemen (...)
  • 11 Miguel Ozorio de Almeida, A mentalidade cientifica no Brasil, in Homens... (voir note 14), p. 205.

15Cette importance du français comme langue scientifique du Brésil, renvoie, bien sûr, à la fois à l’influence culturelle générale, et à l’utilisation du français, à cette période encore, par la communauté scientifique internationale. Mais elle renvoie aussi à une certaine représentation de la pensée scientifique française : en particulier son caractère « universel » (et c’est le seul pays auquel les Brésiliens accordent cette image), héritage de la Révolution française9. Telle est la marque du « génie français », qui combine « élégance, clarté, logique »10 C’est aussi un « esprit de finesse »11 « capable de saisir la vérité des choses ». Et, bien sûr, il est toujours opposé à la nature « pratique » de l’esprit anglo-saxon.

Déclin du français comme langue scientifique

  • 12 Vital Brasil, L’ophidisme, São Paulo, 1914.
  • 13 Georges Raeders, Dom Pedro II e os sábios franceses,, Atlantica Editora, Rio, 1944 (rapporté dans (...)

16Au-delà de ces représentations officielles, déformées et stéréotypées, il y a la réalité des évolutions scientifiques, et du développement des influences allemandes et américaines au Brésil. Et si le français est resté la langue globalement dominante pour la science jusqu’aux années 1930, elle a surtout résisté pour les ouvrages généraux de formation face aux langues autre que portugaises. Mais sa situation s’est fortement dégradée dès le début du XXe siècle, en ce qui concerne des savoirs plus spécialisés ou des travaux scientifiques plus récents, et certaines disciplines. Ainsi Vital Brasil, de l’Institut Butantan à São Paulo, publia son premier ouvrage scientifique important en français, mais, déjà, la plupart de ses références concernaient d’autres langues12. Oswaldo Cruz fit apprendre l’allemand à ses chercheurs (en plus du français qu’ils savaient déjà). Et Amoroso Costa fit remarquer en 1925 que les ouvrages mathématiques les plus récents de l’École Polytechnique de Rio dataient de la fin de l’Empire13.

Miguel Ozorio de Almeida

  • 14 Miguel Ozorio de Almeida, Homens e coisas de ciencia, Editora Monteiro Lobato, São Paulo, 1925.
    A V (...)
  • 15 Miguel Ozorio de Almeida, A Alta Cultura e sua organisação, in A vulgarisação..., p. 137.
  • 16 Miguel Ozorio de Almeida, A Ciênciapela ciência, in Homens... », p. 127.

17Au delà de la langue elle-même, c’est en référence aux ouvrages (et aux idées) de Pasteur, de Poincaré, et d’autres, sur le rôle de la science, que le noyau de mathématiciens, physiciens et biologistes, fondateurs de l’Académie brésilienne des sciences, se battit pour la reconnaissance de la « science pure », indépendamment des applications éventuelles. Miguel Ozorio de Almeida, en particulier entre les deux guerres, publia de nombreuses critiques d’ouvrages généraux écrits par des scientifiques français, critiques où il reprit les thèmes qui lui tenaient à cœur sur la science, le travail scientifique et leurs implications sociales. Il s’appuya ainsi sur des ouvrages de Charles Richet, Urbain, Boutroux, Paul Janet, Brunschwicq, Alexis Carrel... Il écrivit des analyses ou des hommages, sur Descartes, Pasteur, Painlevé, Gley, Richet14. Ses conceptions ont été synthétisées dans une conférence qu’il prononça en 1925 à l’Association brésilienne d’éducation, intitulée : la haute culture et son organisation15, ou dans un article de la même époque dont le titre est tout un programme : la science pour la science16.

  • 17 Miguel Ozorio de Almeida, Impressões sobre o nosso ensino superior, in Homens..., p. 199 : « ... L (...)

18Cela le conduisit, par ailleurs, à percevoir très tôt les contradictions induites par la formation de chercheurs brésiliens à l’étranger, et les difficultés de leur ré-adaptation aux conditions d’activité scientifique au Brésil17.

Le brésil, terre de mission

Autour de l’exposition universelle de 1889

19Une deuxième continuité se mainfeste dans la persistance, parmi les milieux scientifiques français, d’une image traditionnelle du Brésil, comme « terre pleine de promesses », à découvrir et à explorer, avec comme débouchés, le développement d’une influence politique et commerciale. Cette image n’est guère originale, et ne distingue pas les scientifiques du reste de la société française. Elle vient de loin, et plus particulièrement de la remise à l’honneur des récits des premiers voyageurs français par Ferdinand Denis ; cela contribua, au milieu du XIXe siècle, à la formation des premiers groupes de pression en faveur du Brésil, qui furent particulièrement actifs autour de l’exposition de 1889. Ce fut un moment où les prémisses de développement économique du Brésil furent mis en avant, notamment à l’aide des scientifiques invités par Pedro II. Certains participants brésliliens de cette exposition se retrouvèrent d’ailleurs au Groupement, 20 ans plus tard, comme Affonso Celso.

Paul Le Cointe

  • 18 Paul Le Cointe, dossier aux Archives, carton F17-2983A.

20Cette image se retrouve aussi chez Paul Le Cointe, personnage important par la durée de son activité scientifique au Brésil. Préparateur à l’Institut de chimie industrielle de Nancy, il sollicita en 1891 une mission pour aller explorer l’Amazonie18 dans la zone frontalière avec la Guyane. Son but était d’en étudier les ressources naturelles, pour préparer l’installation de colons français, il l’écrivit sans ambages dans sa demande18.

21Cette mission lui fut d’abord accordée, puis refusée après son arrivée à Manaus, en raison des contestations de frontière entre le Brésil et la France. Il mena quand même les explorations projetées, en tira plusieurs articles scientifiques, et devint directeur du musée commercial du Para à Belém.

  • 19 Paul Le Cointe, L’Amazonie brésilienne, ed. Augustin Challamel, Paris, 1922.

22En 1892, il publia un livre sur l’Amazonie, ses ressources, ses habitants19, structuré comme un plaidoyer pour la mise en valeur par des Français de cette région : « l’Amazonie constitue une source intarissable et facile à exploiter de matières premières très recherchées par l’industrie moderne », et d’inciter les autorités françaises à s’en préoccuper.

  • 20 Paul Le Cointe, in Revue française du Brésil, no27, janvier 1936.

23Le Cointe créa ensuite l’Institut de chimie appliquée de Belém20 ; il finit dans les années 1930, consul de France à Belém, poursuivant, semble-t-il sans beaucoup de résultats, son combat pour l’implantation d’entreprises françaises en Amazonie.

24Avec la même absence d’écho, Gorceix avait fait de nombreuses conférences en France, lors de voyages, alors qu’il était à la direction de l’École des mines d’Ouro Preto, ou après son retour définitif de 1891 : les mines brésiliennes du Minas Gerais ne tentaient guère les industriels français.

Les présidents du Groupement

  • 21 Paul Appell, in Revue internationale de l'enseignement, no60, p. 200.

25Mais cette image du Brésil est aussi celle véhiculée par des scientifiques français qui, sans être allés au Brésil, patronnèrent le lancement du Groupement en 1907. Son président de 1910, Paul Appell, reçut en ces termes le maréchal Fonseca à la Sorbonne21 : « Votre pays est presque aussi grand que l’Europe. En utilisant les facteurs extérieurs nécessaires, il deviendra l’un des plus puissants du monde. Il peut prétendre, avec le sens artistique en plus, à un épanouissement industriel et commercial égal à celui des États-Unis du Nord. Vous avez tous les climats et toutes les zones, les richesses minières et la fécondité des sols ; vos fleuves larges et profonds comme des mers, tombent des hauts plateaux en développant une énergie pouvant fournir plus de 800 millions de chevaux-vapeurs, capable de mouvoir vos trains et vos usines. Pour développer vos ressources, il faut des ingénieurs et des savants. Le Groupement ne s’occupe pas du côté économique, mais il peut indirectement favoriser les relations d’affaires entre votre pays et la France, en aidant le Brésil à former et à perfectionner ses savants et ses ingénieurs ».

  • 22 Lucien Poincaré, in Revue internationale de l’enseignement, no 73, p. 241.

26Lucien Poincaré, le président du Groupement en 1919, reçut Epitacio Pessoa dans des termes équivalents22 : « Le Brésil eut toujours, pour nous Français, un intérêt particulier, avec ses immensités, ses climats divers, ses froides montagnes, ses plaines brûlantes, sa végétation luxuriante, ses diamants, son or, ses oiseaux au brillant plumage. Il représente à nos imaginations, un pays de rêve et de poésie, où, aux heures mélancoliques, notre pensée se plait à se transporter ».

27Quelques années après, Georges Dumas avait un discours proche, pour justifier les actions du Groupement et de l’Institut, dont il était le principal animateur français.

Luttes d’influences

  • 23 Lettre de Georges Dumas du 6/9/1935 à Marx, archives du Service des Œuvres du Ministre des Affaire (...)

28Les scientifiques ne se distinguent guère des autres élites intellectuelles ou politiques de l’époque, dans leur adhésion idéologique à l’expansion européenne, à sa mission civilisatrice et bienfaitrice. Peut-être même ont-ils tenu ce discours plus longtemps que d’autres. A l’approche de la deuxième guerre mondiale, à un moment pourtant où la rivalité franco-allemande prenait un contenu différent en raison de la montée du nazisme, Georges Dumas n’hésita pas à écrire aux autorités françaises, en parlant des scientifiques juifs ou progressistes fuyant l’Allemagne nazie, et dont l’embauche à l’Université de Rio était envisagée : « le ministre avait en mains une liste de 50 à 60 Allemands, tous expulsés d’Allemagne. Il m’a promis de n’en engager aucun : j’ai dit que les meilleurs expulsés avaient été engagés en Europe, et que le reste était des rossignols. Il est indispensable que nous fassions cette organisation universitaire au Brésil sans le concours d’étrangers, car tous les postes d’influence pourront être utiles en cas de guerre, et en cas de paix, marqueront pour toujours le Brésil de notre empreinte »23 (NDR : « étrangers », à savoir ni français ni brésiliens...).

29Certainement, le lieu d’où parlaient ces scientifiques n’était pas neutre : ils parlaient en tant qu’animateurs d’institutions officielles, chargées des échanges franco-brésiliens, ou ils cherchaient à justifier leurs projets au Brésil auprès des autorités de tutelle. Sans doute également, un professeur qui venait dans les années 1920/30 au Brésil pour donner des conférences pendant deux mois à l’invitation de l’Institut, n’avait pas exactement le même discours que Georges Dumas, qui organisait ces voyages pour le Ministère des Affaires Étrangères. Il ne se posait pas les mêmes problèmes. Mais tous ces discours éclairent la politique suivie à cette époque, et mettent en relief les convergences qui pouvaient exister entre une certaine représentation traditionnelle du Brésil et les intérêts stratégiques des milieux dirigeants français.

L’enseignement technique supérieur

30Avec une telle convergence, il est alors moins surprenant de rencontrer une troisième continuité dans les échanges franco-brésiliens tout au long de cette période : la dominance des « sciences appliquées », médecine, chimie ou physique industrielles.

La Société de l’Enseignement Supérieur et le Groupement

31Cette continuité est même basée en partie sur l’existence en France d’un groupe social, les réformateurs universitaires laïcs, qui avaient constitué au début de la Troisième République une association, la Société de l’Enseignement Supérieur (SES), pour promouvoir des réformes du système universitaire : développement de la recherche, constitution d’universités plus cohérentes que la simple fédération de facultés, création d’instituts techniques supérieurs. Pasteur en fut un des fondateurs. Ceux qui créèrent le Groupement en étaient également membres, ou même dirigeants. Parmi ceux qui écrivirent dans la revue de la SES au début du XXe siècle, figuraient nombre de membres des futures missions universitaires de Rio et Sâo Paulo, ou de conférenciers de l’Institut.

32Le Groupement et la SES avaient en commun parmi leurs animateurs des scientifiques comme Le Chatelier et Appell (Sorbonne), Pelletan (École de Mines), Guillet (École Centrale)... Il faut signaler que Le Chatelier fut un des principaux propagandistes du taylorisme en France (et également adversaire des thèses d’Einstein...), qu’il publia de nombreux rapports sur la formation des ingénieurs par les universités, et qu’il eut aussi une influence importante au Brésil.

33Ces réformateurs étaient à contre-courant des tendances traditionnelles de l’université française. Avec le Groupement, ils cherchaient à contrecarrer cette « image » à l’étranger. Paul Appell, dans la suite de son discours de 191021 dénonçait « ce préjugé que notre enseignement supérieur serait plus théorique que pratique », et développait tout un plaidoyer en faveur des instituts techniques récemment créés dans les universités françaises.

Convergences franco-brésiliennes

34Dans le domaine des applications de la science, il y avait une parfaite adéquation entre les demandes exprimées par les Brésiliens et ce groupe d’universitaires français. En fait, les demandes brésiliennes étaient très anciennes, depuis Pedro II, et avaient trouvé un répondant limité en France : Daubrée mit deux ans pour trouver Gorceix. A l’époque, il s’agissait d’initiatives individuelles, de scientifiques comme Daubrée et Pasteur qui acceptaient de servir de relais à Pedro II pour le recrutement de volontaires français pour le Brésil. Au XXe siècle, avec la fondation du Groupement et de l’Institut, cela devint une politique collective et officielle.

  • 24 Les voyages de José Domingos Freire, Teixeira Martins et du Visconde de Saboia ont donné lieu à de (...)

35Les demandes brésiliennes étaient d’ailleurs fondées sur les enquêtes précises, comparatives entre les différents systèmes en vigueur en Europe. Des missions scientifiques avaient été envoyées dans les principaux laboratoires, et Pedro II lui-même en avait visité à plusieurs reprises lors de ses voyages en Europe. En 1877 notamment, José Domingos Freire soulignait24 la manque de moyens des laboratoires français de chimie, en comparaison avec leurs homologues allemands, au moment même où Pasteur lançait un cri d’alarme identique.

Modèles français

  • 25 Victor de Silva Freire, Alguns dados recentes sobre ensino technico, in Annuario da Escola Polytec (...)

36Dans le cadre de sa réflexion sur l’enseignement supérieur technique en France, la SES avait mené plusieurs enquêtes, notamment dans d’autres pays. Certaines de ces enquêtes ont été directement utilisées dans les débats brésiliens sur le même problème. Le rapport de Pelletan sur le modèle allemand et celui de Guillet sur le modèle américain sont longuement commentés par Victor de Silva Freire en 190725. Ce dernier, alors professeur à l’École Polytechnique de São Paulo, était un ancien élève de l’École des Ponts et Chaussées de Paris, fondateur, puis administrateur jusque dans les années 1950, du lycée franco-brésilien de São Paulo. Il reprit certaines des conclusions de Pelletan : la critique du caractère trop abstrait et trop généraliste du modèle français pour l’enseignement technique supérieur (on y fait 10 fois plus de mathématiques qu’en Allemagne). Il refusait aussi le bachotage permanent des écoles d’ingénieurs en France. Il se prononça donc en faveur de l’implantation du modèle allemand au Brésil. Il avait d’ailleurs indiqué au passage deux points communs entre les systèmes brésiliens et français : l’omniprésence des cours magistraux, au détriment des travaux pratiques, et la finalité de cet enseignement, à savoir non pas former des ingénieurs opérationnels, mais réussir des concours pour occuper des postes dans la haute administration publique. Selon lui, le système allemand ne présentait pas de tels défauts...

  • 26 Luis Castanhede de Almeida, Os cursos de engenharia no Brasil e o regimen universitario, in « Revi (...)

37Les modèles français furent donc beaucoup décriés au Brésil, mais heureusement, il y avait toujours d’autres universitaires français qui, partisans de réformes en France, pouvaient être appelés à la ressource pour justifier des réformes au Brésil : le modèle français s’y combattait au nom de Guillet, Le Chatellier ou Appell. Un rapport de la SES souligne-t-il encore en 1917 l’échec des tentatives de réformes du système français, et la supériorité persistante de l’Allemagne en matière d’enseignement technique supérieur ? Il sert de référence en 1926 à un professeur de l’École Polytechnique de Rio, Luis Castanhede de Almeida pour proposer une réforme de son établissement26. Il signalait d’ailleurs que toutes les réformes effectuées précédemment en France avaient été reproduites au Brésil, et qu’il fallait continuer avec ce nouveau rapport. Il faisait aussi remonter l’insuffisance de l’enseignement technique supérieur en France et au Brésil à leurs communes origines latines...

L’Institut technique franco-pauliste

38Un an plus tôt, en 1925, les autorités de l’État de São Paulo avaient créé l’Institut technique franco-pauliste, qui, contrairement à l’Institut de Rio, se plaçait directement sur le terrain de la science appliquée. Son but était de « diffuser les progrès de la culture technique française ». Pendant plusieurs années, il fit venir des scientifiques français à São Paulo, choisis par Georges Dumas dans des créneaux imposés par les Paulistes : hygiène, électrotechnique, psychologie appliquée, etc.

Les richesses et complexités du contexte

  • 27 Claude Lévi-Strauss, Tristes Tropiques, Paris, Plon, 1955.

39Parmi la multiplicité des facteurs jouant un rôle dans les échanges scientifiques franco-brésiliens, il a été toujours mis en avant, jusqu’à présent, le rôle joué par la dimension culturelle et idéologique, en particulier par les « images ». Il faudrait développer plus l’analyse (mais cela dépasserait le cadre de ce colloque) des secteurs sociaux qui, au Brésil ou en France, ont été moteurs de ces échanges. Cette dimension transparaît un peu dans ce qui précède, mais il s’agit d’une toute autre mise en perspective des mêmes faits, complémentaire de l’approche retenue par la présente communication. On peut quand même signaler la parfaite entente, remarquée par Lévi-Strauss27 entre Georges Dumas et le « grão fino » brésilien de l’époque, un milieu dirigeant plus concerné par le fétichisme des dernières découvertes scientifiques françaises, et par la fréquentation de conférenciers prestigieux, que par le développement des bases scientifiques de leur pays. De ce point de vue d’ailleurs, l’évolution de Georges Dumas est significative : conférencier scientifique en 1908, 1911, 1922, 1925, il se contenta, par la suite, d’être représentant « intellectuel » du Ministère des Affaires Étrangères.

Spécificités du travail scientifique, Marie Curie, Auguste Chevalier

40Les dimensions scientifiques sont immergées dans un ensemble plus vaste, où la dimension culturelle joue un rôle fondamental, en particulier dans une phase initiale du développement scientifique. Mais cela ne doit pas conduire à négliger l’autonomie que peut acquérir un travail scientifique (y compris en collaboration), à négliger sa logique basée sur son contenu scientifique, même à ce stade embryonnaire. Si l’établissement de relations scientifiques peut être déterminé par un contexte, des secteurs sociaux, des intérêts stratégiques bien constitués, le travail réalisé acquiert un intérêt en lui-même, une dynamique propre ; et ses conséquences échapper aux conditions originelles.

  • 28 Simon Schwartzmann, Formação da communidade científica no Brasil, Editora nacional, Rio, 1979.

41Par exemple, des raisons diplomatiques (le prestige de la France) avaient certainement poussé Georges Dumas à faire inviter Marie Curie à Rio en 1926 dans le cadre de l’Institut. Les Brésiliens n’avaient d’ailleurs probablement pas les mêmes motivations : Einstein était venu en 1925, et l’Académie des Sciences était en pleine lutte pour la reconnaissance des activités scientifiques. L’Institut était encore très étroitement lié à l’Académie, avec Miguel Ozorio de Almeida, Amoroso Costa, Henrique Morize, Carlos Chagas, etc28. Marie Curie avait sans nul doute d’autres raisons encore. Et les conséquences de son voyage semblent avoir marqué leurs effets encore dans un autre domaine : une contribution au développement des recherches sur le cancer au Brésil.

42C’est de la même façon qu’une convergence d’intérêts franco-brésiliens conduisit en 1928 à l’invitation du professeur Auguste Chevalier par l’École Polytechnique de São Paulo, sous l’égide de l’Institut technique franco-pauliste, pour des conférences et des recherches sur l’identification des matières du bois. Auguste Chevalier était professeur au Muséum d’histoire naturelle de Paris, spécialiste des bois tropicaux, ancien fondateur de l’Institut scientifique de Saigon, une des premières institutions scientifiques coloniales françaises. Il avait séjourné plusieurs années en Afrique, et animait l’association Sciences-Colonies : un scientifique « colonial » comme la France en a peu connu. Mais le travail qu’il a réalisé lors de son séjour à São Paulo pouvait être utilisé dans des sens différents par plusieurs secteurs de la société brésilienne, et avait un intérêt en lui-même.

43Les mêmes problèmes avaient déjà été posés par l’envoi en 1901/1904 d’une mission française à Rio (avec Marchoux et Simon) pour étudier la fièvre jaune.

Des facteurs catalyseurs

44Une autre question complexe soulevée par la spécificité des échanges scientifiques dans leur contexte, est celle des facteurs déclenchants : pourquoi, dans tel domaine, à tel moment, une collaboration s’établit, persiste, parmi un large éventail d’autres potentialités, parfois existantes depuis de nombreuses années. En posant cette question, et sans que cela soit un moyen de la résoudre totalement, on rencontre le rôle joué dans ces relations par une série de « catalyseurs », en particuliers les « images », les proximités idéologiques, ou par certaines personnalités qui viennent sur le devant de la scène en raison de leur position charnière.

Science et latinité

45La référence à la latinité est une de ces proximités idéologiques, évidente dans le domaine culturel, mais dont il faut questionner le rôle précis en ce qui concerne les sciences dites « exactes ». Le Groupement a fait de la latinité une des raisons de sa création, et, dès son origine, une référence fondamentale. Et cela bien que la création soit surtout le fait de physiciens, de mathématiciens, de responsables d’Écoles d’ingénieurs, de professeurs au Collège de France.

46Il pouvait sembler étrange de voir Paul Appell, mathématicien alsacien, faire l’apologie de la latinité en tant que président du Groupement. Il s’agissait en apparence d’une référence institutionnelle, révélatrice d’une stratégie d’intervention française en Amérique du Sud. Ce noyau scientifique fondateur fut progressivement remplacé par des animateurs plus proches des milieux littéraires, à l’exception de Georges Dumas. Mais, jusqu’au début des années 1930, il y eut encore beaucoup de scientifiques « exacts » parmi ceux auxquels l’Institut fit appel pour donner des conférences au Brésil.

La revue du Groupement, entre latinité et fascisme

47La revue du Groupement par contre ne refléta guère cette dimension scientifique. Elle fut, au contraire, organisée autour des aspects politiques et culturels de la latinité. Mais, si derrière une référence commune à la latinité, les rédacteurs pouvaient mettre des aspirations contradictoires, il n’en reste pas moins que, dans les années 1920, le contenu de la revue du Groupement subissait l’influence prépondérente des militants d’Action Française, admirateurs de Mussolini. Maurras lui-même y signa un article programmatique dès 1922 sur « les forces latines ». La revue disparut en 1932. Jusqu’à la fin, son directeur fut Charles Lesca, un riche franco-argentin, qui fit partie en 1910 de la délégation d’étudiants, envoyée par le Groupement à São Paulo, et qui, après la disparition de la revue, devint en 1936 propriétaire et rédacteur du journal fasciste Je suis partout. Ce fut lui, « grand ami du Brésil », décoré de l’ordre du Cruzeiro, qui fut appelé à la rescousse par le gouvernement brésilien, pour justifier l’exclusion de Paul Rivet de l’Académie Brésilienne des Sciences. Pendant la guerre, il fit de la surenchère pro-nazie avec Brasillach ; il fut condamné à mort à la Libération, et se réfugia en Argentine.

Le Brésil, pays latin ?

  • 29 Aloysio de Castro, Paroles françaises au Brésil, ed. Briguiet, Rio, 1950 (30 ans de discours de ré (...)

48Côté brésilien, cette référence à la latinité fut aussi présente, mais moins ouvertement politique sans doute que dans la revue du Groupement. On parlait du Brésil comme de la « petite sœur latine » de l’Italie et de la France. Ce thème était très présent dans les discours des animateurs brésiliens de l’Institut, en particulier quand ils étaient membres de l’Académie des lettres, médecins, écrivains, politiciens... Miguel Ozorio de Almeida, lui-même, n’y échappa pas29. Il faut aussi s’interroger sur la signification de la référence latine au Brésil : comme d’ailleurs dans le cas de la France, qualifier le Brésil de pays latin est singulièrement réducteur. Mais c’est une vision répandue dans les élites brésiliennes « blanches » du début de ce siècle.

49Cette référence latine recoupait donc des projets politiques et sociaux variés ; elle avait été très utile pour justifier l’existence du Groupement, et était indispensable pour motiver ses animateurs. Mais elle était sans doute plus formelle et secondaire pour une bonne partie des conférenciers échangés dans le cadre de l’Institut.

Positivisme

  • 30 Georges Weisz, The emergence of modem universities in France, 1863-1914, Princeton University Pres (...)

50Plus importante pour les scientifiques était sans nul doute la référence au positivisme, conçue comme élément d’un contexte culturel global, et non pas comme adhésion aux détails de la doctrine de Comte. Elle reflétait surtout une certaine conception du rôle de la science et une idéologie sous-jacente dans les milieux scientifiques français du début du siècle. La science était considérée comme la seule à pouvoir fournir des valeurs morales et politiques aptes à remplacer la religion. Ces conceptions « laïques » étaient très présentes dans la SES, qui s’y référait pour attribuer aux universités un rôle important dans la rénovation nationale entreprise par la Troisième République30.

  • 31 Carneiro Leão, Une fête de l’amitié, discours au Jockey-Club, in imp. Jornal do commercio, Rio, 19 (...)

51Côté brésilien, ce fut avec des phrases comme « c’est aux savants qu’il faut confier notre destin », « la science doit guider l’effort humain en marche vers des vérités immuables », que furent accueillis à Rio en 1925 les quatre conférenciers de l’Institut31, à savoir Georges Dumas, Émile Marchoux, Paul Janet et Henri Germain-Martin. Que cette référence ait été dans les années 1920 plus le fait des Brésiliens que des scientifiques français invités au Brésil, ne doit pas conduire à en sous-estimer la prégnance. Peut-on d’ailleurs expliquer le rôle joué par Georges Dumas pendant plus de trente ans dans les relations scientifiques franco-brésiliennes, sans le situer à la confluence, justement, de la latinité et du positivisme ? Provençal, admirateur de Mistral, ses premiers travaux scientifiques avaient porté sur la psychologie de Comte et de Saint-Simon...

Pour une fondation franco-brésilienne de recherches

52Coexistence de plusieurs niveaux de facteurs, appui sur des « images » (même stéréotypées et superficielles), convergences d’intérêts, multiplicité des domaines concernés : cette richesse et cette complexité ont sans doute contribué au développement des échanges scientifiques franco-brésiliens, au succès du Groupement et de l’Institut. Pour simplifier à l’extrême, on pourrait dire que la volonté française d’influence politique au Brésil a aidé fortement Miguel Ozorio de Almeida à se battre « pour la science pure », même si le décalage entre les buts des uns et des autres étaient perceptible.

  • 32 Miguel Ozorio de Almeida, A collaboração cientifica entre a Franco e o Brasil, In Ensaios..., p. 2 (...)

53Mais dans les années 1930, l’Institut fut progressivement étouffé entre d’un côté ceux qui, français et brésiliens, mettaient l’accent sur la science dite « appliquée », et de l’autre ceux qui, français et brésiliens, se contentaient de conférences prestigieuses de culture générale, pour la bonne société « cultivée », de plus en plus éloignées de la science telle qu’elle se faisait. Cela avait conduit Miguel Ozorio de Almeida, sans succès d’ailleurs, à demander en 1929 un changement d’orientation de l’Institut4. Cela le conduisit en 193732 à demander, déjà, la création d’une caisse conjointe de recherches (une fondation franco-brésilienne), pour financer des séjours croisés de chercheurs et pour le développement de programmes communs. Miguel Ozorio de Almeida argumentait essentiellement à partir des problèmes précis qu’il avait lui-même rencontrés dans ses travaux, et dans ses relations avec Lapicque, Gley et Piéron. Mais les animateurs français de l’Institut et du Groupement se contentaient très bien de la situation existante, et cette demande resta sans écho.

54Posés il y a 50 ans, les problèmes du financement et de l’organisation de recherches conjointes franco-brésiliennes, ainsi que la question du contenu de ces recherches (la proportion de recherches de base et de recherches finalisées, pour employer les termes actuels), semblent conserver une certaine actualité : cette recherche, sur l’histoire des relations scientifiques franco-brésiliennes, permet d’en étudier les origines.

Notes

1 Voir les registres d’élèves de l’École des Ponts et Chaussées, de l’École Centrale des Arts et Manufactures ou de la Faculté des Sciences de Paris. Voir aussi les rapports d’activités de l’Office National des Universités aux Archives Nationales.

2 Reinboldt, A Química no Brasil, in F. De Azevedo, As ciências no Brasil, ed. Melhoramentos, Rio, 1945.

3 Ataulfo de Paiva, Palavras sobre Miguel Ozório de Almeida, in Revista da Academia Brasileira das Letras, Vol. 86,1953.

4 Miguel Ozorio de Almeida, A nossa estação de alta cultura, O Globo, Junho 1929.

5 Dossier personnel de Paul Rivet à l’Académie Brésilienne des Sciences.

6 Miguel Ozorio de Almeida, Ambiente de guerra na Europa, Atlantica Editora, Rio, 1942.

7 Xavier Polanco, Mathématiques et mathématiciens, communication au symposium sur le rôle de la science dans l’histoire des relations scientifiques entre la France et le Brésil. São Paulo, Septembre 1987.

8 Revue de l’Amérique Latine, no4, avril 1922, p. 372.

9 Miguel Ozorio de Almeida, réception de l’ambassadeur d’Ormesson à l’Académie Brésilienne des Lettres, in Revue française du Brésil, no55, juin 1938.

10 Allocution d’Epitacio Pessoa le 24/05/1919 à la Sorbonne, in Revue internationale de l’enseignement, no73,1919, p. 245.

11 Miguel Ozorio de Almeida, A mentalidade cientifica no Brasil, in Homens... (voir note 14), p. 205.

12 Vital Brasil, L’ophidisme, São Paulo, 1914.

13 Georges Raeders, Dom Pedro II e os sábios franceses,, Atlantica Editora, Rio, 1944 (rapporté dans la préface de Tristão de Athayde).

14 Miguel Ozorio de Almeida, Homens e coisas de ciencia, Editora Monteiro Lobato, São Paulo, 1925.
A Vulgarisação do Saber, Ariel Editora, Rio, 1931
Ensaios, criticas e perfis, Briguiet Editora, Rio, 1938.

15 Miguel Ozorio de Almeida, A Alta Cultura e sua organisação, in A vulgarisação..., p. 137.

16 Miguel Ozorio de Almeida, A Ciênciapela ciência, in Homens... », p. 127.

17 Miguel Ozorio de Almeida, Impressões sobre o nosso ensino superior, in Homens..., p. 199 : « ... La vie scientifique en Europe, si elle donne une culture intellectuelle, ne constitue pas la meilleure préparation pour la vie scientifique au Brésil. Notre désorganisation et nos difficultés découragent ceux qui ont connu d’autres moyens, et qui se sont habitués à un travail productif. La ré-adaptation à notre milieu est très difficile. La solution de ce problème pourrait venir ainsi de la création d’une faculté des sciences où l’on regrouperait quelques-uns de nos savants, en complétant par quelques hommes de sciences venus de l’étranger. Vous pourrez objecter que ceux-ci s’habitueraient difficilement à notre contexte, étant formés de manière toute différente. Cependant, ce n’est pas ce qu’on observe. Le Brésilien, formé en Europe, a ses yeux qui restent tournés dans cette direction. Il veut transporter ici ce qu’il a vu là-bas, et qui est l’idéal pour lui. Devant l’impossiblité de cette transplantation, en règle générale, il se démoralise et se croise les bras. Il n’a pas eu le temps d’assimiler suffisamment les choses vues pour pouvoir les adapter sans toucher à leur sens profond, et de manière à pouvoir provoquer leur développement dans un contexte différent. C’est cette possiblité que, plus facilement, on retrouve chez un étranger « éclairé ». Quand il arrive ici, il s’attend à rencontrer des difficultés encore plus importantes que celles qu’il trouve en réalité. Il vient, s’attendant à tout, et disposé à tout accepter. Cela explique pourquoi les étrangers sont moins pessimistes que nous. En petit nombre, par une action directe, ils forment des disciples... ».

18 Paul Le Cointe, dossier aux Archives, carton F17-2983A.

19 Paul Le Cointe, L’Amazonie brésilienne, ed. Augustin Challamel, Paris, 1922.

20 Paul Le Cointe, in Revue française du Brésil, no27, janvier 1936.

21 Paul Appell, in Revue internationale de l'enseignement, no60, p. 200.

22 Lucien Poincaré, in Revue internationale de l’enseignement, no 73, p. 241.

23 Lettre de Georges Dumas du 6/9/1935 à Marx, archives du Service des Œuvres du Ministre des Affaires Étrangères, carton 443.

24 Les voyages de José Domingos Freire, Teixeira Martins et du Visconde de Saboia ont donné lieu à des rapports. Celui de Domingos Freire est à l’Institut Géographique-Historique de Rio.

25 Victor de Silva Freire, Alguns dados recentes sobre ensino technico, in Annuario da Escola Polytechnica, São Paulo, 1907.

26 Luis Castanhede de Almeida, Os cursos de engenharia no Brasil e o regimen universitario, in « Revista da Universidade do Rio de Janeiro », 1926, I, 1.

27 Claude Lévi-Strauss, Tristes Tropiques, Paris, Plon, 1955.

28 Simon Schwartzmann, Formação da communidade científica no Brasil, Editora nacional, Rio, 1979.

29 Aloysio de Castro, Paroles françaises au Brésil, ed. Briguiet, Rio, 1950 (30 ans de discours de réception de personnalités françaises à l’Académie des Lettres et à l’Académie de Médecine).

30 Georges Weisz, The emergence of modem universities in France, 1863-1914, Princeton University Press, 1983.

31 Carneiro Leão, Une fête de l’amitié, discours au Jockey-Club, in imp. Jornal do commercio, Rio, 1926.

32 Miguel Ozorio de Almeida, A collaboração cientifica entre a Franco e o Brasil, In Ensaios..., p. 204.

© Éditions de l’IHEAL, 1991

Terms of use: http://www.openedition.org/6540