Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Images réciproques du Brésil et de la France

 | 
Solange Parvaux
, 
Jean Revel-Mouroz

B. L’image scientifique et technologique/A imagem científica e tecnolôgica

La présence française et l’implantation des sciences exactes et naturelles au Brésil

Maria Amélia Dantes

Texte intégral

1En cherchant dans le passé la façon dont ont évolué les rapports des hommes de science brésiliens avec la science française, nous devons considérer ces rapports sous deux niveaux.

  • 1 La suprématie des livres français a été constatée par X. Polanco, in Mathématiques et mathématicie (...)

2D’un côté, les rapports avec le monde culturel français, berceau de la civilisation, qui a accompagné les intellectuels brésiliens jusqu’aux années de l’entre deux guerres. Pendant cette période, le Brésil a entretenu d’intenses échanges culturels avec la France : la langue française a été, jusqu’à ce moment-là, la deuxième langue de la majorité des intellectuels brésiliens. C’est en français qu’arrivait au Brésil, non seulement la culture française, mais aussi celle des autres pays et notamment la culture scientifique. Ce phénomène est plus patent dans l’enseignement, secondaire et supérieur, qui employait largement des manuels d’auteurs français, et ce jusqu’à la deuxième guerre1.

3Pourtant, ce qui nous intéresse ici, c’est le rôle joué par les sciences françaises dans le processus d’institutionnalisation des sciences au Brésil. Dans ce texte, nous examinerons quelques moments significatifs de l’histoire des sciences au Brésil. Initialement, vers la moitié du XIXe siècle, le rôle du Positivisme et des théories évolutionnistes dans la diffusion d’un scientisme dans le pays ; encore au XIXe siècle, la présence de scientistes français et leur rôle dans la formation de quelques-unes des premières traditions scientifiques brésiliennes ; un troisième moment, de grand intérêt pour l’histoire des sciences au Brésil, est celui de la création des instituts des sciences biomédicales, créés d’après le modèle de l’Institut Pasteur de Paris ; finalement, dans la période de l’entre-deux guerres, la création des premières universités brésiliennes, les premiers centres de « science pour la science » dans le pays.

Le positivisme et l’institutionnalisation de la science dans la deuxième moitié du xix e siècle

4Nous pouvons affirmer que les débuts de l’institutionnalisation de la science au Brésil remontent à 1810, juste après l’arrivée du roi Jean VI, avec la création des premières écoles professionnelles de génie militaire et de médecine, créées selon le modèle des écoles françaises de la Révolution. C’est alors que fut créé, à Rio de Janeiro, le Musée National d’Histoire Naturelle, considéré jusqu’à la moitié du XIXe siècle comme le plus prestigieux centre brésilien d’études en Sciences Naturelles.

  • 2 F. Azevedo : A Cultura Brasileira, 4e édition, Brasilia, Ed. Université de Brasilia, 1963 1 (1re e (...)

5Cependant, l’existence d’une base institutionnelle n’a pas réduit « les disparités entre le progrès littéraire et le développement scientifique au Brésil », comme le rappelle Fernando de Azevedo dans son livre A Cultura Brasileira2.

  • 3 Voir Roque Spencer M. Barros, L’Illustration Brésilienne et l’Idée de l’Université, 2e éd., São Pa (...)

6C’est surtout vers la fin du Second Empire (1840 à 1889), que l’on observa une certaine valorisation des études scientifiques au Brésil, à la faveur d’une plus grande stabilité politique interne, de l’enrichissement dû à la production de café et d’une plus grande ouverture vers les valeurs culturelles et matérielles des sociétés industrielles. Au cours de ces années, les élites brésiliennes ont accueilli favorablement les théories philosophiques évolutionnistes en vogue en Europe. Parmi ces doctrines, c’est le Positivisme d’Auguste Comte qui s’est le plus rapidement et le plus profondément répandu parmi les intellectuels brésiliens. Cette large acceptation semble surtout être due à l’apport du Positivisme à un projet politique d’intégration du pays à la culture occidentale la plus avancée3.

7La prise en compte de la diffusion du Positivisme au Brésil pour l’étude des relations scientifiques entre le Brésil et la France est très importante, non seulement parce qu’elle contribua à valoriser des études scientifiques, souci présent, par exemple, dans les orientations politiques pour l’éducation de la fin du siècle, mais aussi parce qu’elle permit l’accès à certains domaines de la tradition scientifique française. L’image de la science française véhiculée par les textes positivistes n’était pas actualisée, cependant, elle finit par contribuer au développement d’une production brésilienne en philosophie et dans quelques disciplines scientifiques.

  • 4 La première thèse d’inspiration positiviste, Plan et Méthode pour un Cours de Physiologie, a été s (...)

8Les idées positivistes, apportées par de jeunes Brésiliens venant d’Europe, ont été introduites au Brésil vers 1850, et se sont rapidement répandues parmi les professionnels des écoles de génie militaire et de médecine. Arrivant au Brésil comme les représentantes de la science positiviste4 moderne, les œuvres de Comte séduisaient les jeunes professionnels brésiliens par leur ouverture et par leur rigueur logique.

  • 5 Voir H. Rheinboldt : « La Chimie au Brésil », in F. Azevedo, Les Sciences au Brésil ; 2e vol., São (...)

9Nous assistons alors au début d’une production de thèses universitaires d’inspiration positiviste, qui s’étend jusqu’à la fin du XIXe siècle, dans différents domaines scientifiques : les Mathématiques, la Physique, la Chimie, la Médecine. L’analyse de ces textes nous révèle que c’est surtout en tant que production érudite et rhétorique que les sciences « positives » ont été introduites au Brésil. La valeur de ces thèses est inégale, cependant quelques-unes d’entre elles sont d’une érudition étonnante. Calquant leur structure sur celle des œuvres de Comte, elles font appel à l’Histoire des Sciences et se caractérisent par une grande rigueur de méthode (du point de vue des principes de la philosophie positiviste). Néanmoins, elles étaient en général déphasées par rapport aux acquis scientifiques les plus récents. Seuls les positivistes hétérodoxes, comme Álvaro Joaquim de Oliveira qui diffusait les nouvelles théories de la Chimie Organique,5 firent exception.

  • 6 Dès le XIXe siècle, au Pernambouc, des philosophes formés dans la tradition positiviste, comme Tob (...)

10C’est donc par l’œuvre des positivistes que débuta au Brésil la production d’études scientifiques, notamment dans les différents domaines des mathématiques et de la médecine. L’enseignement des mathématiques dans les écoles professionnelles brésiliennes a gardé l’empreinte de la philosophie positiviste jusqu’aux premières décennies de notre siècle. Ce sont des mathématiciens formés dans cette tradition, tel Oto de Alencar, qui, vers 1900, ont suscité un mouvement de critique des œuvres scientifiques de Comte6. Il est difficile de comprendre son œuvre sans se référer à la tradition inaugurée par le Positivisme.

Les scientifiques français et la création de quelques centres de recherche scientifique au brésil

11Jusqu’ici nous avons traité d’une valorisation des études scientifiques qui, en tant que partie intégrante de la culture européenne, s’est répandue au Brésil. L’étude du développement de centres de recherche scientifique brésiliens nous montre, cependant, que la présence de chercheurs étrangers a été déterminante pour la formation de quelques-uns de ces centres.

12Pendant le XIXe siècle, les séjours au Brésil de scientifiques étrangers ont été multiples. Des voyageurs naturalistes de différentes nationalités ont exploré le territoire brésilien et fait la description du milieu physique, de la faune, de la flore et des sociétés locales. Ils faisaient parfois partie d’expéditions officielles soutenues par leurs gouvernements ou étaient simplement des voyageurs isolés ayant le goût de l’aventure, à la recherche des mystères du monde tropical.

  • 7 Le Musée Impérial de Rio de Janeiro n’a pas réussi à former, jusqu’à la moitié du XIXe siècle, une (...)

13Si leurs expéditions ont été bénéfiques pour la science européenne, avec l’élargissement de la connaissance des différentes régions du globe et l’enrichissement des musées européens, elles n’ont que très peu contribué à la dynamisation de la recherche au Brésil7. Il est vrai aussi que les élites locales faisaient montre de peu d’intérêt pour l’implantation de l’activité scientifique.

14Comme il a déjà été dit, dans la seconde moitié du XIXe siècle, une idéologie scientiste s’est répandue dans le Brésil, renforcée par les demandes d’une société qui se modernisait.

15Après 1870, le gouvernement impérial a pris une série de mesures visant à l’actualisation de l’enseignement professionnel et à l’amélioration de l’efficacité des institutions scientifiques du pays.

16Pour ce faire, des missions officielles ont été envoyées en Europe et l’on a fait venir des professeurs et des scientifiques étrangers. Quelques-uns d’entre eux sont restés suffisamment longtemps pour pouvoir contribuer efficacement à l’implantation de centres de recherche et à la formation de traditions scientifiques.

  • 8 voir L. Pyenson, Cultural Imperialism and Exact Sciences : German Expansion Overseas 1900-1930, Ne (...)

17Sans doute, on ne peut pas identifier l’empereur Pedro II à l’Etat brésilien ; toutefois, quelques-unes des mesures les plus importantes concernant les sciences, prises par le gouvernement impérial, ont été influencées par lui. L’empereur, qui était un féru de sciences, l’ami personnel de scientifiques français et membre correspondant de l’Académie des sciences de Paris, est à l’origine de quelques-unes des plus importantes mesures en faveur des sciences. C’est grâce à lui que l’on a préféré engager des chercheurs français et non pas des scientifiques allemands comme cela s’est produit dans les autres pays d’Amérique latine8.

  • 9 L’étude la plus complète sur cette école est le livre de J. Murilo de Carvalho, L’École de Mines d (...)

18C’est ainsi qu’Henri Gorceix a été chargé de la création de l’École des Mines d’Ouro Preto, première de ce genre dans le pays, en 18769. Jouissant d’un grand respect parmi les géologues français, doté d’un esprit aventurier, Gorceix a cherché à renouveler l’enseignement, en y introduisant les méthodes de recherche scientifique. Son action lui a valu l’opposition des professeurs des écoles de Génie plus anciennes, mais aussi l’appui manifeste de l’Empereur.

19La chute de l’Empire l’a obligé à arrêter son action : il n’a pas pu réaliser son projet d’établir la carte géologique de la province de Mivas Gerais ; mais son œuvre – l’École des Mines – a marqué son époque et c’est elle qui a formé les premières générations de géologues brésiliens.

  • 10 A vrai dire, Liais a imposé comme condition pour accepter le poste de directeur, le détachement de (...)

20L’empereur a également invité l’astronome français Emmanuel Liais pour diriger l’Observatoire de Rio de Janeiro, créé en 1827, mais qui ne s’est détaché de la tutelle de l’école de Génie pour devenir un centre de recherches qu’en 1870, avec l’arrivée de Liais10.

21Astronome de métier, disciple de Le Verrier et de Faye à l’Observatoire de Paris, Liais connaissait déjà le Brésil où il avait séjourné en 1858, pour observer l’éclipse solaire et procéder à des explorations sur le littoral du Pernambouc et sur les fleuves das Velhas et São Francisco. Il connaissait donc déjà la géographie brésilienne et l’astronomie de l’hémisphère sud lorsqu’il a assumé la direction de l’Observatoire de Rio de Janeiro.

22Pendant sa gestion, il a mieux équipé l’observatoire et a favorisé les échanges avec d’autres observatoires. Sa gestion a été de courte durée – 1870 à 1881 –, mais l’ingénieur belge Louis Cruls, son disciple, a continué son travail jusqu’en 1908.

  • 11 Lors de ce congrès, l’accord de positions entre les astronomes brésiliens et français a été patent (...)

23Pendant cette période, l’institution brésilienne a pris toute sa place dans la communauté astronomique internationale, en échangeant des publications ou en participant aux réunions, comme celle de 1884, à Washington, pour choisir le méridien de référence et l’heure internationale11, ou celle de 1887, à Paris, pour élaborer le programme international de l’établissement de la carte du ciel par photographie.

  • 12 voir Ronaldo R.F. Mourão, « L’Astronomie au Brésil » in M.G. Ferri et S. Motoyama (eds), História (...)

24L’observatoire de Rio avait alors un corps d’astronomes apte à réaliser des recherches de haut niveau, même s’il ne disposait pas toujours d’aides financières gouvernementales. Malgré ces difficultés, il a participé avec succès au programme international d’observation du passage de Vénus par le disque solaire, en 1882. Il n’a pas pu, cependant, réaliser la carte du ciel brésilien par photographie, ce qui a été fait par l’observatoire de La Plata, en Argentine12.

25La reconnaissance du rôle social d’un observatoire dans les sociétés modernes a facilité l’action inaugurée par Liais et poursuivie par Cruls (dès qu’il avait été créé, l’observatoire de Rio de Janeiro assurait des services tels que l’établissement de l’heure locale et l’élaboration des éphémérides).

26La situation n’était pas aussi aisée dans d’autres branches de la recherche non appliquée, comme la Physiologie, qui a aussi bénéficié de la présence d’un chercheur français, le biologiste Louis Couty.

27Disciple de Vulpian et de Brown-Sequard, Couty était venu au Brésil pour occuper le poste de professeur de biologie agricole à l’École Polytechnique de Rio de Janeiro mais, à la demande de l’empereur Pedro II, il a accepté la direction du futur Laboratoire de Physiologie du Musée d’Histoire Naturelle de Rio de Janeiro.

  • 13 voir José R. Valle « Quelques aspects de l’évolution de la Physiologie au Brésil », in M.G. Ferri (...)

28La physiologie était, au XIXe, un secteur prestigieux de la science française, à cause notamment des travaux de Claude Bernard. C’est au contact de son œuvre que Pedro II, lors d’un séjour en Europe, en 1872, a conçu le projet de création de ce premier centre d’études physiologiques brésilien13. Avec des subventions très restreintes, Couty et son collaborateur, le médecin brésilien João Batista Lacerda, ont réalisé des recherches pionnières sur la flore et la faune brésilienne. Ces recherches ont été poursuivies sous la direction de Batista Lacerda après la mort de Couty. Pourtant, ils n’ont pas réussi à imposer une tradition de recherches en physiologie, car le milieu médical brésilien était très réfractaire à cette nouvelle conception de la médecine expérimentale.

Un exemple de transplantation de modèles institutionnels : la création des instituts de sciences bio-médicales au brésil

  • 14 Les scientifiques des premières décennies de ce siècle considéraient comme traditionnel et suranné (...)

29Cet exemple de transplantation réussie date de la fin du XIXe, début du XXe siècle. La création des centres de recherches microbiologiques est considérée comme un jalon dans l’histoire des sciences au Brésil, pour y avoir introduit une conception novatrice de la science, la science de laboratoire14.

30La microbiologie jouissait d’un grand prestige en Europe et ouvrait, avec la physiologie, des perspectives plus scientifiques à la médecine, par l’usage systématique de l’expérimentation. Les premiers succès, comme le contrôle de l’hydrophobie par le vaccin dû à Pasteur, en 1885, ont poussé les chercheurs du monde entier à se mettre « à la chasse aux microbes ».

  • 15 L’Institut Pasteur lui-même se consacrait à l’étude des maladies tropicales. L’Institut de Médecin (...)
  • 16 Jusqu’à la fin du XIXe, l’idéologie du système colonial a répandu la croyance de l’insalubrité dan (...)

31La microbiologie a été ainsi intégrée aux mœurs et a révolutionné les programmes gouvernementaux de santé publique, puisqu’elle permettrait de contrôler les maladies tropicales qui rendaient difficile le processus de colonisation15. Le contrôle des maladies infectieuses, qui ternissaient l’image du pays à l’étranger, devenait impérieux pour permettre la venue de travailleurs immigrés européens pour l’agriculture16.

32C’est pourquoi le gouvernement a favorisé l’introduction des études microbiologiques au Brésil, puisque, on l’a vu, le milieu médical brésilien n’y était pas favorable.

33Dès 1883, l’empereur Pedro II avait invité, sans succès, Pasteur à développer des études sur la fièvre jaune au Brésil. L’Institut Pasteur, créé alors à Rio de Janeiro, se limitait à fabriquer du sérum anti-rabique. Sous la République, des programmes de santé publique ont vu le jour, inspirés des théories microbiennes modernes. Le projet de création du service sanitaire de São Paulo, élaboré en 1892, était un modèle complet du genre, avec des institutions de recherche et de production de médicaments, de contrôle de l’hygiène et d’inspection des aliments.

34Le chercheur français Félix Le Dantec a pris, pour peu de temps, la direction de l’Institut bactériologique. C’est un médecin brésilien, Adolf Lutz, qui avait fait ses études en Europe, qui lui a succédé. Conquis par la microbiologie, il a fait débuter les travaux sur les maladies infectieuses existant au pays.

  • 17 Sur l’Institut de Manguinhos, voir Nancy Stepan, Beginnings of Brazilian Science, New York, Scienc (...)

35Cependant, le plus important institut brésilien d’études microbiologiques, l’Institut de Manguinhos, n’a été créé qu’en 1900, à Rio de Janeiro. Centre de production de sérums et de vaccins contre les épidémies de peste bubonique dans un premier temps, dirigé par le médecin brésilien Oswaldo Cruz, qui s’était spécialisé à l’Institut Pasteur de Paris, l’Institut est devenu par la suite un centre de médecine expérimentale17.

  • 18 A ce moment, se trouvait au Brésil une mission de l’Institut Pasteur de Paris, composée, entre aut (...)

36Pourtant, ses activités n’ont pas été tout de suite reconnues. Au cours des premières années, lors des campagnes de combat contre le moustique responsable de la fièvre jaune, en 1903,18 et lors des vaccinations obligatoires contre la variole, en 1904, il a du affronter l’hostilité de la population et des milieux médicaux.

37Ce n’est qu’après 1907, quand il a reçu la médaille d’or du Congrès international d’hygiène, à Berlin, que l’on se mit à considérer l’Institut de Manguinhos comme la plus prestigieuse institution scientifique brésilienne. Ainsi, en 1927, était créé à São Paulo, selon le modèle de Rio, l’Institut biologique, pour étudier et combattre les maladies qui ravageaient les plantations de café.

La présence de scientifiques étrangers dans les premières universités brésiliennes

38Les premières universités brésiliennes ainsi que l’enseignement de la « science pour la science » et la formation de chercheurs datent des années 30 : l’Université de São Paulo – U.S.P. – a été créée en 1934 et l’Université du District Fédéral (Rio de Janeiro), en 1935. La création de ces universités et la venue de chercheurs étrangers ont joué un rôle déterminant pour le développement des traditions modernes de recherche en sciences humaines, exactes et naturelles. Leur naissance a constitué l’acmé d’un mouvement initié dans les années 20, pour la modernisation de l’enseignement et, en particulier, pour l’implantation d’études supérieures en sciences pures, puisque les institutions scientifiques prestigieuses étaient les centres de sciences bio-médicales appliquées.

  • 19 J. Jerônimo Alves, en études doctorales à l’U.S.P., prépare une thèse sur L’Histoire de la Physiqu (...)

39D’après de récentes études19, cette campagne pour la science pure et pour l’implantation d’universités au Brésil subissait l’influence de la communauté scientifique française, ce qui révèle la persistance, parmi les élites brésiliennes de l’entre-deux guerres, d’un sentiment francophile assez fort.

40Ainsi, l’Académie Brésilienne de Sciences, l’Association Brésilienne d’Education comptaient plusieurs francophiles parmi leurs membres. De même, les fondateurs de l’U.S.P., Júlio de Mesquita Filho, Paulo Duarte, journalistes, et Armando de Oliveira Salles, entrepreneur et politicien, étaient des francophiles convaincus.

  • 20 Voir G. Martinière : Aspects de la Coopération Franco-Brésilienne. Transplantation Culturelle et S (...)

41Pendant les premières années de ce siècle, le gouvernement français a œuvré dans le sens du resserrement des liens culturels et d’amitié entre la France et les pays d’Amérique du Sud, dont le Brésil. La création du Groupement des universités et grandes écoles pour les relations avec l’Amérique latine, en 1908, en est la preuve tangible. Le Groupement a développé, en coopération avec le Brésil, un programme régulier de conférences d’intellectuels français au Brésil et d’intellectuels brésiliens en France20.

  • 21 Cité par S. Schwartzmann, Formation de la Communauté Scientifique au Brésil, 1979, São Paulo, Comp (...)

42Néanmoins, des facteurs d’ordres divers ont fait que des professeurs français n’ont pas été choisis pour occuper les chaires de sciences exactes et naturelles dans les premières universités brésiliennes. Júlio Mesquita en témoigne : « Nous conservions pour la France, leader de la démocratie libérale, les chaires dont dépendait directement la formation spirituelle des futurs élèves : la philosophie, la sociologie, l’économie politique, la politique, la géographie humaine, les lettres classiques et la langue et la littérature françaises »21.

  • 22 Ce n’est qu’après la deuxième guerre que l’U.S.P. a commencé à recevoir des scientifiques français (...)

43Pour la branche des sciences exactes et naturelles, on a fait appel à des professeurs d’autres pays22. La situation instable de l’Allemagne a favorisé l’engagement de chercheurs pour la chimie et l’histoire naturelle. A l’U.S.P., Rheinboldt et Hauptmann ont canalisé les recherches en chimie vers la physico-chimie et la chimie organique. Breslau et Rawitscher, professeurs de zoologie et de botanique, ont apporté non seulement les tendances en recherche, mais aussi l’organisation même des Centres universitaires allemands en histoire naturelle. Wataghin, en physique, a développé avec ses élèves des recherches en physique atomique, dans des domaines où il avait fait des stages en Italie, en Angleterre et, plus tard, aux Etats-Unis.

44Avec la montée du nazisme, les États-Unis, qui ont accueilli un grand nombre de scientifiques européens, sont devenus un des plus importants centres scientifiques mondiaux. Les premières générations de Brésiliens formées dans les universités ont vécu ce processus : pendant les années de guerre, toute une génération de scientifiques brésiliens, avec l’appui financier de la Fondation Rockfeller, s’est spécialisée aux États-Unis.

45Le renforcement des liens politiques, économiques et culturels entre le Brésil et les États-Unis a contribué à ce que le rôle de référentiel culturel et scientifique, autrefois joué par la France, le soit désormais par la puissance nord-américaine. Ce transfert s’est considérablement accentué dans la période post-guerre, avec l’abandon progressif du français comme langue scientifique.

46Dans cette courte étude sur la présence scientifique française dans le processus d’implantation de l’activité scientifique au Brésil, ont été présentés quelques-uns des canaux les plus importants des relations entre les deux pays : la diffusion des idéologies, la transplantation de modèles institutionnels et la présence de scientifiques français au Brésil.

47Dans les cas ici étudiés, il devient patent que l’affinité culturelle et politique entre les deux pays est à la base de la prépondérance de la tradition scientifique au Brésil sur, par exemple, la tradition scientifique allemande à la fin du XIXe siècle et au début du XXe.

48Ce qui a finit par déterminer quelques-unes des caractéristiques de cette première phase de l’implantation de l’activité scientifique au Brésil.

Notes

1 La suprématie des livres français a été constatée par X. Polanco, in Mathématiques et mathématiciens – Étude Bibliométrique du Catálogo Sistémático da Biblioteca da Escola Politécnica do Rio de Janeiro, étude inédite, contribution au Symposium sur l’Histoire du rôle de la science dans les relations entre le Brésil et la France, réalisé à São Paulo, du 15 au 18.09.87.

2 F. Azevedo : A Cultura Brasileira, 4e édition, Brasilia, Ed. Université de Brasilia, 1963 1 (1re ed. 1944) p 368.

3 Voir Roque Spencer M. Barros, L’Illustration Brésilienne et l’Idée de l’Université, 2e éd., São Paulo EDUSP/Convívio, 1986 1 (1re éd. 1959.) Selon lui, la réceptivité, notamment à la théorie comtienne des trois états, est due à sa parfaite conformité à la réalité brésilienne.

4 La première thèse d’inspiration positiviste, Plan et Méthode pour un Cours de Physiologie, a été soutenue en 1844 à la Faculté de Médecine de Bahia par Justiniano da Silva Gomes, qui affirmait : « En conformité avec la méthode positiviste, aujourd’hui employée dans toutes les branches de la science, il faut tâcher d’analyser complètement les phénomènes, aussi bien intrinsèquement qu’extrinsèquement, sans se préoccuper de la cause qui les produit ».

5 Voir H. Rheinboldt : « La Chimie au Brésil », in F. Azevedo, Les Sciences au Brésil ; 2e vol., São Paulo, Ed. Melhoramentos, p 56.

6 Dès le XIXe siècle, au Pernambouc, des philosophes formés dans la tradition positiviste, comme Tobias Barreto, avaient initié la critique des conceptions philosophiques de Comte, en s’appuyant sur les œuvres de philosophes allemands.

7 Le Musée Impérial de Rio de Janeiro n’a pas réussi à former, jusqu’à la moitié du XIXe siècle, une collection représentative de la richesse de la nature brésilienne.

8 voir L. Pyenson, Cultural Imperialism and Exact Sciences : German Expansion Overseas 1900-1930, New York, Peter Lang, 1985.

9 L’étude la plus complète sur cette école est le livre de J. Murilo de Carvalho, L’École de Mines d’Ouro Preto – le poids de la gloire, São Paulo, Companhia Editora Nacional, 1978.

10 A vrai dire, Liais a imposé comme condition pour accepter le poste de directeur, le détachement de l’École Polytechnique.

11 Lors de ce congrès, l’accord de positions entre les astronomes brésiliens et français a été patent : la France et le Brésil ont été les seuls pays à voter contre le choix du méridien de Greenwich comme méridien de référence.

12 voir Ronaldo R.F. Mourão, « L’Astronomie au Brésil » in M.G. Ferri et S. Motoyama (eds), História das Ciências no Brasil, São Paulo, EDUSP 1980, 2e vol. pp 409-441.

13 voir José R. Valle « Quelques aspects de l’évolution de la Physiologie au Brésil », in M.G. Ferri et S. Motoyama, op. cit. 1er vol. pp 171-173

14 Les scientifiques des premières décennies de ce siècle considéraient comme traditionnel et suranné le type de science développé dans les musées d’Histoire Naturelle. Voir, par ex., M.O. de Almeida, La Mentalité Scientifique au Brésil, conférence prononcée au Jornal do Comércio, Rio de Janeiro, 26.08.1920.

15 L’Institut Pasteur lui-même se consacrait à l’étude des maladies tropicales. L’Institut de Médecine Tropicale de Londres 1899), (Liverpool (1899), Hambourg 1900) étaient de la même époque.

16 Jusqu’à la fin du XIXe, l’idéologie du système colonial a répandu la croyance de l’insalubrité dans les régions tropicales. La Microbiologie, en séparant l’étiologie des maladies des conditions climatiques, a renforcé le processus d’auto-valorisation des anciennes colonies.

17 Sur l’Institut de Manguinhos, voir Nancy Stepan, Beginnings of Brazilian Science, New York, Science Hist. Publ., 1976.

18 A ce moment, se trouvait au Brésil une mission de l’Institut Pasteur de Paris, composée, entre autres, par les chercheurs Marchoux, Simond et Salimbeni, qui a développé des recherches sur le processus de transmission de la fièvre jaune.

19 J. Jerônimo Alves, en études doctorales à l’U.S.P., prépare une thèse sur L’Histoire de la Physique au Brésil de 1920 à 1950. Une autre référence est le livre de D. Pestre, Physique et Physiciens en France, 1818-1940, Paris, Ed. Archives Contemporaines, 1984.

20 Voir G. Martinière : Aspects de la Coopération Franco-Brésilienne. Transplantation Culturelle et Stratégie de la Modernité, 1982, Paris, Presses Universitaires de Grenoble, Maison des Sciences de l’Homme.

21 Cité par S. Schwartzmann, Formation de la Communauté Scientifique au Brésil, 1979, São Paulo, Companha Editora Nacional, p 200.

22 Ce n’est qu’après la deuxième guerre que l’U.S.P. a commencé à recevoir des scientifiques français, comme le mathématicien André Weil, de l’École Bourbaki, de grande influence dans la production mathématique brésilienne.

Auteur

Département d’Histoire, Faculté de Philosophie, Lettres et Sciences Humaines – Université de São Paulo – Brésil.

© Éditions de l’IHEAL, 1991

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540