Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Images réciproques du Brésil et de la France

 | 
Solange Parvaux
, 
Jean Revel-Mouroz

B. L’image scientifique et technologique/A imagem científica e tecnolôgica

Approches de l’histoire des relations scientifiques entre le Brésil et la France : phases d’influence, styles scientifiques, aspects culturels et institutionnels

Maria Amélia Dantes, Michel Paty et Patrick Petitjean

Texte intégral

1Cet ensemble de contributions comprend :

2• Introduction

3• La présence française et la formation de traditions et sciences exactes et naturelles au Brésil
par Maria Amélia DANTES

4• Exemple d’influence scientifique et culturelle : les voies spécifiques de la physique mathématique
par Michel PATY

5• Dimension culturelle, influences idéologiques et images scientifiques franco-brésiliennes, 1850-1940
par Patrick PETITJEAN

Introduction

6L’ensemble des trois communications qui suivent constitue un exposé à trois voix, rapportant quelques aspects d’une recherche en cours, objet d’une collaboration franco-brésilienne. La nature même du thème de cette recherche, portant sur le rôle de la science dans l’histoire des rapports entre le Brésil et la France, imposait qu’elle soit l’objet d’une collaboration entre des historiens des sciences des deux pays. On pourrait voir dans ce travail qui est à quelque degré une coopération, comme un appel de miroirs réfléchissant sans fin, où l’image reçue de la science d’un pays se réfléchit, s’absorbe ou se réfracte, renvoyant une autre image, qui n’est plus dès lors l’image d’elle-même, mais celle d’une interaction entre cette science et un contexte, des circonstances et des acteurs, différents de son lieu d’origine. Ce n’est pas toutefois seulement d’images comme reflets qu’il s’agit ici, mais de réalités bien tangibles, comme les conditions et les caractères d’une tradition scientifique – la tradition brésilienne, de sa préparation à sa naissance et à son développement – dans sa relation avec une autre, plus ancienne, mais également sujette à des variations, et caractérisée par des aspects spécifiques et contingents, la tradition scientifique française.

  • 1 Voir M. Paty et P. Petitjean « Sur l’influence scientifique française au Brésil aux XIXe et XXe si (...)
  • 2 Cahiers des Amériques Latines, Nelle série, 4, Hiver 1985, 31-48. Simpósio « A História do popel d (...)

7Le thème de l’histoire des relations scientifiques entre le Brésil et la France, tel que nous l’abordons ici, est une part d’une collaboration commencée voici trois ans dans le cadre d’un accord CNRS/CNPq avec le soutien de la DCST du Ministère des affaires étrangères français et celui de la FAPESP brésilienne, sur l’épistémologie et l’histoire des sciences1. Une première étape du travail de recherche a été marquée par la réalisation, en septembre dernier à l’Université de São Paulo, d’un Symposium de trois jours sur le sujet2. Cette réunion, conçue davantage comme un séminaire de travail que comme une conférence, a vu la présentation de contributions de recherche (une douzaine, sur des aspects divers) ainsi que des échanges méthodologiques et thématiques entre des spécialistes de diverses disciplines (histoire, sociologie, etc.), le tout couronné par une séance de témoignages d’acteurs où des éléments inédits ont été révélés, ayant trait notamment à la constitution et aux premiers pas de l’Université de São Paulo, à l’influence du bourbakisme au Brésil, et à une magnifique mise en perspective de la collaboration entre la France et le Brésil dans les sciences biologiques et médicales du début du siècle jusqu’aux lendemains de la deuxième guerre mondiale, faite par Carlos Chagas Filho. Cette réunion à São Paulo a marqué, semble-t-il, l’ouverture d’une deuxième étape de notre collaboration, orientée sur une recherche plus systématique et élargie à d’autres chercheurs et institutions, au Brésil notamment. A long terme, il est dans notre intention d’effectuer des travaux comparatifs sur des situations historiques diversifiées, avec d’autres pays partenaires (européens, américains, asiatiques, du Proche-Orient, d’Afrique), l’idée étant d’interroger par ce biais certaines racines de la dépendance scientifique et technique, dans le cadre d’un programme d’études sur Science et Empire (entendons par Empire ce qui a trait aux grandes puissances coloniales, surtout du XVIIIe au XXe siècle).

8Pour le cas Brésil-France, le thème est en soi déjà très riche, des savants-voyageurs du XVIIIe siècle aux fondations d’Écoles et d’instituts, au XIXe, et jusqu’aux échanges actuels, et il a été nécessaire, pour les communications à la présente table-ronde, de se limiter à quelques aspects, que nous pensons significatifs et qui représentent trois modalités distinctes du sujet qui nous occupe, tant par les sujets évoqués que par les genres des analyses opérées, différents mais complémentaires. Il va de soi que ces communications ne brossent pas un tableau général du thème qui nous occupe ; nous avons préféré porter à la connaissance des participants de cette rencontre sur les images réciproques quelques aspects inédits, circonscrits et relativement précis.

Notes

1 Voir M. Paty et P. Petitjean « Sur l’influence scientifique française au Brésil aux XIXe et XXe siècle ».

2 Cahiers des Amériques Latines, Nelle série, 4, Hiver 1985, 31-48. Simpósio « A História do popel da ciência nas relações Brasil e França », Universidade de São Paulo, 15-18 de setembro 1987.

Auteurs

Departemento de História, Faculdade de Filosofia, Letras e ciências humanas Universidade de São Paulo, São Paulo, Brésil.

Équipe REHSEIS (Recherches épistémologiques et historiques sur les sciences exactes et les institutions scientifiques). ER 318 du C.N.R.S., Paris.

Équipe REHSEIS du C.N.R.S., Paris, et Centre de Recherches Nucléaires, Strasbourg.

© Éditions de l’IHEAL, 1991

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540