Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Images réciproques du Brésil et de la France

 | 
Solange Parvaux
, 
Jean Revel-Mouroz

B. L’image scientifique et technologique/A imagem científica e tecnolôgica

Les images scientifiques, techniques et industrielles : un enjeu de la coopération franco-brésilienne

Guy Martinière

Texte intégral

Pour une analyse scientifique des relations culturelles internationales

1Dans le vaste domaine des relations culturelles internationales, le champ des relations scientifiques et techniques, celui que l’on appelle aujourd’hui communément la coopération scientifique et technique, mérite d’être identifié avec attention. Certes, il ne constitue qu’un des aspects, souvent considéré comme mineur, de ces échanges intellectuels où l’on a l’habitude de se complaire, tant le monde des idées a trouvé et trouve encore dans les arts et la littérature un miroir naturel d’expression. Sans doute même, peut-on considérer que, sans la fécondation inhérente aux échanges intellectuels, le milieu des arts et des lettres serait bien en peine d’exprimer la vitalité du monde des idées. Toutefois, si l’objet des échanges culturels donne matière à une pratique inépuisable, constituant elle-même la matière première d’innombrables discours, il faut bien reconnaître que l’analyse scientifique des relations culturelles internationales est encore balbutiante. A fortiori, l’analyse scientifique des relations culturelles scientifiques et techniques internationales.

2Pourtant, les spécialistes des relations internationales commencent à relever le défi de la science et de la culture. On sait désormais que le domaine culturel est à la fois un domaine de production, de diffusion et de consommation d’objets symboliques créés par une société contribuant à façonner les mentalités, à orienter les sentiments ; en tant que tel, il est un agent des relations internationales dont on peut décrire les actions. Mais ce domaine est aussi un terrain d’affrontements où divers groupes et forces antagonistes interviennnent et dont l’action s’opère soit de façon explicite (par exemple, les accords de coopération), soit, le plus souvent, d’une manière détournée ou occulte ; ce domaine culturel est alors aussi un enjeu qui se situe au cœur des rapports de force de communication en vue de l’imprégnation des opinions publiques. Dès lors, entre l’analyse du « faire » et celle du « faire savoir », se dessinent toutes les ambiguïtés de la notion d’information et d’image où la dimension scientifique de la culture a pris la place que l’on sait, en France, au Brésil et ailleurs, à tel point que les pouvoirs publics et les organismes internationaux lui ont même reconnu un rôle au carrefour de l’éducation, de la science et de la culture.

  • 1 Guillen (Pierre), Avant-propos, p. 129 du no 46 de la revue Relations internationales, consacré au (...)

3Ne soyons donc pas « angéliques » : la coopération scientifique et technique n’est pas un domaine éthéré ce n’est pas pour autant non plus un champ clos de combats où tous les coups sont permis, même si, comme l’écrivait récemment Pierre Guillen : « en raison de l’importance des enjeux accouchement d’une civilisation nouvelle sous l’empire des innovations scientifiques et techniques, risquant d’entraîner un reclassement et d’aggraver les disparités entre les peuples et les aires culturelles –, la concurrence ne l’emporte-t-elle pas sur la coopération dans les relations scientifiques internationales ? »1

4Ce n’est donc pas tout à fait par hasard – ou par commodité intellectuelle – si les membres du comité de pilotage de ce colloque ont décidé de consacrer une journée et demie dont, notamment la dernière journée, celle qui imprègne le moment consacré aux conclusions générales, à l’analyse des images scientifiques et techniques dans ce colloque. La place de ces images scientifiques dans le cas particulier des images réciproques entre le Brésil et la France est symboliquement plaquée sur la nouvelle image du Brésil, celle de son émergence : elle permet d’articuler les images scientifiques et techniques, à travers les sciences humaines et sociales, aux images culturelles. Mais elle ouvre aussi la voie aux images technologiques transmises par les acteurs économiques, domaine où excelle le monde des entreprises. Or, précisément, dans ce domaine, celui des techniques et de la maîtrise des innovations, à travers sa dimension amont – scientifique – et sa dimension aval – industrielle et commerciale – se situe une clé des relations actuelles entre le Brésil et la France : coopération et/ou concurrence ? On s’efforcera donc d’articuler notre analyse des relations scientifiques et techniques aux enjeux économiques du secteur industriel, secteur que les spécialistes des relations internationales ont davantage l’habitude d’évoquer. La manière dont nous répondrons à cette question pourra aider à ouvrir la porte d’une phase nouvelle de la coopération entre les deux pays ; elle pourra aussi laisser aller les choses en l’état, c’est-à-dire se poursuivre selon les habitudes prises. Mais n’était-ce pas pour bousculer ces habitudes que le Projet France-Brésil a été conçu ?

Les images scientifiques, techniques et industrielles dans les enquêtes d’opinion et les débats politiques

Une mesure de l’impact du rayonnement français

  • 2 L’Express du 27 janvier au 2 février 1984 : « La France est-elle encore une grande puissance », pp (...)

5Une enquête publiée par l’hebdomadaire français à grand tirage L’Express, dans son numéro daté du 27 janvier au 2 février 1984, nous donne une idée de l’impact de l’image culturelle, technologique, industrielle de la France au Brésil. Certes, cette enquête internationale commandée par L’Express et France-Inter, une chaîne de radio d’État, réalisée par l’Institut GALLUP, n’était pas destinée à évaluer la seule image scientifique, technologique et industrielle de notre pays et le Brésil n’était pas le seul pays concerné2. Le thème général de l’enquête était ciblé par la question : « La France est-elle encore une grande puissance ? » Posée le 9 décembre 1983, soit un peu moins de trois ans après l’arrivée de la « gauche » au pouvoir, cette question était liée aux débats d’une actualité politique fertile en rebondissements que les récentes polémiques journalistiques sur le « déclin », dans les derniers mois de l’année 1987, ont relancés, dans une autre perspective de l’histoire du septennat du Président Mitterrand.

6Toutefois, les éléments de réponse en provenance du Brésil méritent considération. A la question posée : « La France est-elle une grande puissance, une puissance moyenne ou une petite puissance ? », « le » Brésil affirmait que la France était bien une « grande puissance » avec 28 % de réponses favorables, au second rang juste après l’impression des Japonais (30 %) et avant celle des Espagnols (27 %), alors qu’elle apparaissait une « petite puissance » vue des États-Unis (27 %) et de la Grande-Bretagne (26 %). Même si 57 % des Brésiliens interrogés voyaient dans la France une « moyenne puissance », ce dernier pourcentage était l’estimation la plus faible des sept autres nations sollicitées. Un tel résultat laissait donc paraître un des plus forts taux de sympathie francophile chez nos amis brésiliens. Ce qui, a priori, n’est pas particulièrement étonnant. Mais surtout cette impression se trouvait étayée par la première place obtenue par cette image de la France auprès des Brésiliens en matière de technologie et d’industries de pointe et en matière d’armements, et la seconde en matière de production industrielle d’exportations et de rayonnement culturel parmi les autres pays interrogés. Enfin, – et cette remarque n’était sans doute pas sans incidence sur l’évolution même de la situation politique au Brésil en 1984 –, la question posée : « Depuis l’arrivée de la gauche au pouvoir en 1981, l’influence de la France a-t-elle augmenté, diminué ou est-elle restée la même ? », 36 % des Brésiliens répondaient favorablement, ce qui plaçait le Brésil largement en tête des pays ayant cette vision « positive » et « sympathique » de la vie politique française.

7Néanmoins, la tendance générale reflétée par cette enquête était sans ambiguïté : en dépit d’un tel taux de sympathie accumulée et qui apparaît très fort, notamment dans les domaines technologiques, industriels et culturels, la vision d’ensemble de l’enquête est pessimiste et traduit la position de la France par une courbe descendante. Cette perspective d’infléchissement est d’ailleurs confirmée par le fait que la France n’est située qu’au troisième rang par nos amis brésiliens parmi les pays européens qui comptent le plus en Europe, après la Grande-Bretagne et la République fédérale d’Allemagne. Il sera tout à fait intéressant de noter si de telles caractéristiques se trouvent ou non confirmées par les enquêtes qui seront réalisées au Brésil lors de la présentation du second volet de ce colloque sur les images réciproques, qui devrait se tenir au Brésil en 1989.

Dilemmes et défis de l’imagologie du Brésil

8Le nombre impressionnant de communications présentées ici donnera surtout une idée des images que le Brésil diffuse en France et de la manière dont il est perçu. Notre propos ne consiste pas à présenter les résultats d’une recherche exhaustive mais à dessiner quelques profils impressionnistes qui se révèleront peut-être des hypothèses de travail non conformistes. Il n’est guère risqué d’affirmer qu’en dehors d’un cercle très étroit de spécialistes, les images scientifiques et techniques du Brésil en France ne sont pas des mieux perçues. Même dans le domaine des sciences humaines où, pourtant, la créativité brésilienne a largement fait ses preuves, notamment en sociologie et en économie, l’image globale du Brésil n’est pas très « positive ». Ignacy Sachs a bien montré comment, en dépit du fait que l’on pouvait soutenir en France une thèse universitaire par semaine sur le Brésil, la communication était difficile à passer. Peut-être une telle perception est-elle aussi due au fait que les résulats des travaux des chercheurs en sciences sociales donnent des images très « critiques » des problèmes brésiliens, notamment des problèmes de développement ?

9En tout cas, la vision « négative » du pays apparaît prépondérante, dissimulant d’autant les « qualités » scientifiques que la recherche en sciences sociales porte en elle-même. Cet effet pervers n’a-t-il pas, dès lors, tendance à occulter les « progrès » d’une recherche scientifique condamnée à mettre en évidence les « difficultés » et les « drames » du sous-développement, voire, dans le meilleur des cas, les « spécificités » de la situation brésilienne, de la « brésilianité », en regard des « normes » des sociétés développées ? Voilà donc un des défis que la politique brésilienne de « rayonnement culturel » aura à relever. Et cette correction d’image ne sera pas facile à réaliser car qui oserait affirmer que le Brésil ne doit pas faire face aux « problèmes de développement » ?

10En fait, il faut bien reconnaître que les problématiques dominantes des sciences sociales dans les années 1960-1970, articulés sur les dilemmes du couple « développement/sous-développement », ont fait du Brésil un des exemples types de ce mal-développement que les économistes et sociologues ont décrit avec d’autant plus de rationalité scientifique qu’ils s’attachaient à montrer la nécessité de « structurer » autrement le pays : l’impasse Nord-Sud n’était-elle pas la résultante d’une crise de société dont les effets pervers nécessitaient un nouvel ordre économique international où les entreprises multinationales n’assureraient plus le fonctionnement premier de la division fondamentale du travail ? Le Brésil, « pays-clé du Tiers Monde », selon l’expression d’Édouard Bailby, était donc perçu à travers les drames du quadrilatère de la faim et du polygone de la sècheresse ; le Nord-Est apparaissait comme « la » réalité tragique d’un sous-continent pour lequel le mot « croissance » était synonyme de croissance des écarts sociaux, croissance de développement inégal. La « terre des contrastes » de Roger Bastide signifait d’abord l’exacerbation des contrastes face aux pays développés d’Europe et aux États-Unis. Les images « noires » du Brésil étaient donc d’autant plus mises en valeur que la sociologie apparaissait comme l’art ultime de sauver le Brésil. Et l’effet de « dictature », de « régime militaire » ne faisait qu’amplifier la critique des intellectuels, à l’intérieur comme à l’extérieur du pays, afin de mieux assumer l’espérance démocratique et la quête d’un nouveau Brésil.

  • 3 Cité d’après Le Monde du 15 janvier 1974. Sur ce point, cf. l’ouvrage de Jacques Chonchol et Guy M (...)

11Dès lors, fallait-il s’étonner que ces mêmes locaux du Sénat au Palais du Luxembourg aient abrité les 12 et 13 janvier 1974, un Colloque européen sur le Brésil, organisé par les partis politiques français signataires du Programme commun de gouvernement, à savoir le Parti communiste, le Parti socialiste et le Mouvement des radicaux de gauche, ainsi que par diverses organisations syndicales dont la Fédération de l’Education nationale et d’autres organisations notamment de juristes ? Le journal Le Monde, dans son édition du 15 janvier 1974, citait alors longuement des extraits des interventions de François Mitterrand et de Robert Fabre, sous le titre : « Les partis de gauche dénoncent les visées expansionnistes du Brésil ». Le Monde précisait : « Le colloque présidé par M. François Mitterrand, a étudié les implications de « l’expansionnisme brésilien » dans tous les domaines économiques, politiques, militaires et stratégiques... M. Mitterrand a estimé que le Brésil apparaissait comme « la force montante dans un continent en plein désordre où les forces de police l’emportent sur les forces politiques. Le Brésil, a-t-il dit, concluait Le Monde, est le gendarme de l’Amérique latine, mais si l’on remonte à la source, on trouve l’impérialisme américain qui obtient au Brésil un puissant relais doué d’une grande capacité d’expansion »3.

12Toutefois les images du Brésil telles que les débats politiques les propulsaient dans l’opinion publique en France n’étaient pas limitées à cette vision « critique » des réalités. A ces images « noires » faisaient pièce des images « roses », idylliques, articulées sur le thème de la promotion du « miracle brésilien » et destinées à séduire les acteurs économiques internationaux afin d’attirer des investissements « étrangers ».

  • 4 Cité d’après Le MOCI, Moniteur du Commerce International, du 15 octobre 1973.
  • 5 Cité d’après Le Monde du 27 octobre 1973.

13Depuis plusieurs années, et surtout depuis 1971, date de l’exposition industrielle française de São Paulo inaugurée par Valéry Giscard d’Estaing alors Ministre de l’Économie et des Finances, arrivé symboliquement en « Concorde », la politique gouvernementale brésilienne de croissance économique, sans occuper toujours la une des grands quotidiens, provoquait en France et en Europe une certaine curiosité parmi les décideurs du monde économique. Ces derniers apparaissaient sensibles à l’évocation des extraordinaires « progrès » accomplis par ce pays en voie de devenir une « nation industrielle », ce qui tenait du « miracle ». On peut citer, par exemple, un numéro spécial du Moniteur du commerce international, revue spécialisée du Centre français du commerce extérieur, daté du 15 octobre 1973, qui présentait ce titre de couverture : « Brésil : enrichissez-vous ». L’éditorial de la même revue précisait : « Prenant à son compte la célèbre formule de Guizot (« Enrichissez-vous »), M. Delfim Netto a déclaré que « pour être riche, il était nécessaire de se rassembler ». Cette citation est empruntée à une présentation à la presse de la prochaine exposition Brésil export 73 qui aura lieu à Bruxelles du 7 au 15 novembre prochain. Caractérisant assez bien l’esprit de la politique économique brésilienne actuelle, elle dévoile en même temps le but fondamental de l’exposition : inviter les Européens à venir s’enrichir au Brésil afin que le Brésil puisse continuer à s’enrichir. Les entreprises françaises, concluait l’auteur de l’éditorial, ont montré depuis quelque temps qu’elles étaient sensibles à cette invitation »4. Quant à la campagne publicitaire destinée stricto sensu à couvrir l’événement du Brasil export 73, elle était ciblée sur le thème : « les gens avec qui vous aimeriez parler au Brésil sont à Bruxelles » et placée sous une phrase choc : « Le Brésil ne produit pas que du café »5.

14Dès lors, cette campagne promotionnelle exceptionnelle du Brésil en Europe s’attachait à évacuer toutes les images économiques et politiques « négatives » et « critiques », notamment les images sociales contrastées, pour transmettre essentiellement les images du progrès technique et industriel d’une nation en train de dépasser les dilemmes du développement/sous-développement grâce aux vertus d’une exceptionnelle fécondité de la réalité brésilienne : l’argent, le profit. La promotion des belles images ne pouvait être ressentie que de façon provocatrice par les élites universitaires et scientifiques françaises, qui accomplissaient alors un effort important pour accueillir, dans des conditions souvent difficiles, un nombre important de brillants chercheurs et intellectuels brésiliens obligés à l’exil. Il en résulta un profond divorce entre d’une part le monde scientifique français et brésilien, habitué à une coopération intellectuelle née de l’esprit des missions de formation universitaire dont la plus connue fut la mission universitaire française à l’Université de l’Etat de São Paulo à partir de 1934, et d’autre part, le monde économique. Il en résulta aussi une utilisation presque exclusivement technique d’une coopération officielle mise en place par l’Accord de coopération technique et scientifique de 1967, au détriment d’une coopération scientifique qui mettait l’accent sur le caractère « fondamental » des recherches et se détachait de ses applications technologiques.

15Mais après tout, cette incompréhension n’était pas si grave aux yeux des décideurs économiques d’alors dans la mesure où la politique des grands contrats « pharaoniques » était définie en termes de grands travaux clés en mains et où la politique d’implantation d’unités de production des entreprises était pensée en termes de technologies transférées délocalisées utilisant des industries de main-d’œuvre à faible coût salarial, des industries polluantes, etc. Bref, à ce moment, la coopération scientifique et technique s’identifiait surtout à la formation de techniciens et ingénieurs brésiliens qui se révélait nécessaire pour le fonctionnement des unités de productions implantées sous le contrôle de cadres supérieurs acceptant de s’expatrier dans la perspective d’un argent-roi. Nous vivions l’âge d’or de la coopération « version » Agence pour la coopération technique industrielle et économique (ACTIM) qui voyait le Centre français d’information industrielle économique (CEFI) de São Paulo jouer un rôle de bras séculier.

Affrontements et enjeux de la coopération scientifique et technique

La coopération scientifique entre la formation des élites universitaires et les impératifs économiques de l’assistance technique

16Telle était donc l’application première de l’Accord de coopération technique et scientifique signé entre le Brésil et la France en 1967. A ce moment, le Brésil du « miracle » faisait un effort particulier pour assurer la formation professionnelle des techniciens et ingénieurs dans des centres techniques spécialisés, en marge des universités et des organismes de recherche habitués à donner la priorité aux recherches fondamentales.

17Le résultat prioritaire était la création ou le développement de centres de recherches techniques créés par des ministères spécialisés ou des entreprises d’État s’efforçant de s’initier et de maîtriser le processus d’innovation des pays industrialisés afin de mieux adapter leurs activités à des secteurs industriels considérés comme stratégiques. L’essor du Centre technique aérospatial (CTA), du Centre de recherche en télécommunications créé par Telebras, du CENPES créé par Petrobras, le développement de l’Entreprise brésilienne de recherche agricole (EMBRAPA), du Secrétariat spécial à l’informatique (SEI), de l’Institut national de propriété industrielle (INPI), etc., s’affirmèrent au moment où le rôle des agences de financement telles la FINEP (Financement d’études et projets) ou le Fonds national de développement scientifique et technique (FNDCT) était clairement défini dans le cadre du premier Plan triennal de développement scientifique et technologique en 1973. Seules quelques universités brésiliennes purent alors saisir les opportunités d’une telle « technicisation » de la recherche comme la Coordination des programmes de doctorat en ingénierie (COPPE) de l’Université fédérale de Rio de Janeiro.

18En fait, la coopération scientifique et universitaire ne pouvait demeurer trop longtemps en marge de cette coopération technique alors que, de plus, les besoins généraux en formation du Brésil se révélaient grandissants. Aussi, différents accords complémentaires de coopération, à prédominance scientifique cette fois, ne devaient pas tarder à être signés. Ils allaient donner à la communauté scientifique des deux pays des moyens financiers nouveaux et réguliers. Entre 1975 et 1981, plusieurs arrangements, complémentaires de l’accord technique et scientifique de 1967, furent conclus et la vague commença par l’arrangement complémentaire signé en 1975 entre le Centre national de la Recherche scientifique (CNRS) et le Conselho nacional de desenvolvimento científico e tecnológico (CNPQ), anciennement Conselho nacional de pesquisas. Elle se traduisit au niveau universitaire par l’accord cadre de coopération interuniversitaire placé sous la double responsabilité du Comité français d’évaluation de la coopération universitaire avec le Brésil (COFECUB) et la Coordenação do aperfeiçoamento de pessoal de nível superior (CAPES) en 1978. La première application de cet accord interuniversitaire fut élaborée dans la perspective d’une formation universitaire de type « assistance aux régions les moins développées du Brésil ». Cette formation fut donc prioritairement mise en place avec les régions du Nordeste. Certes, elle laissait de côté les résultats obtenus lors de la constitution de réseaux de chercheurs et d’enseignants de haut niveau, notamment avec les universités brésiliennes du Centre et du Sud, qui s’étaient trouvés en situation d’opposition aux décideurs politiques à partir de 1964. Mais elle contribua à réintroduire une partie de la communauté scientifique des deux pays dans une politique de coopération scientifique alors dominée par des préoccupations de transferts techniques immédiats. Dès lors, de nouveaux acteurs vont apparaître dans le complexe de coopération. Et ces nouveaux acteurs vont découvrir, parfois avec surprise, l’intensité des liens tissés par les réseaux de chercheurs avant 1964.

19En ce sens, cette application institutionnelle de la coopération scientifique et universitaire marquait le couronnement d’une politique de formation fondée sur le transfert de connaissances dont la période missionnaire avait inauguré l’expérimentation en territoire brésilien entre les deux guerres mondiales au moment de la création des universités au Brésil. Michel Paty, José Leite Lopes et quelques autres vous diront les succès de cette formation de chercheurs missionnaires qui, jusqu’au milieu de ce XXe siècle, ont utilisé le « laboratoire » brésilien pour cadre de formation et de recherche, mettant au point de nouvelles connaissances et contribuant à former les premières générations d’universitaires brésiliens. Ces générations s’étaient attachées à « brasilianiser » « leurs » sciences, qu’il s’agisse des sciences humaines et sociales ou des sciences de la nature et de la vie. On a vu que, lorsque la communauté scientifique et universitaire en France a traversé la grave crise d’adaptation des années 1960-1970 qui transforma un enseignement exclusivement fondé jusqu’alors sur l’éloge de la culture désintéressée en un enseignement prenant en compte les valeurs de la technicité, alors que l’irruption massive du savoir-faire a dépassé le cadre strict de la formation des écoles d’ingénieurs pour remettre en cause les traditions universitaires, le pilotage par l’aval technico-industriel a provoqué bien des ruptures dans le dialogue franco-brésilien instauré par des communautés scientifiques traumatisées par le choc politique de 1964. Mais la réintroduction de la dimension scientifique dans la coopération, à partir de 1975-1980, va rapidement entraîner une révision de ce pilotage par l’aval en dépassant le cadre, devenu trop étroit, de la coopération conçue sous l’angle exclusif des transferts de connaissances. Cette mutation s’est produite à un moment où, dans le « Brésil de l’après-miracle », selon l’expression de Celso Furtado, le poids de la communauté scientifique, symbolisé par l’action de la Société brésilienne pour le progrès de la science (SBPC), a pesé avec force sur la démocratisation du pays et l’évolution de la société civile.

Les nouveaux horizons scientifiques, techniques et industriels de la recherche en coopération

20Au même moment, dans les principaux pays industrialisés, l’importance d’un pilotage par l’amont scientifico-technique de la troisième révolution industrielle, apparaissait comme l’élément majeur d’un nouvel enjeu. On sait comment, en France, au début des années 1980, un nouveau dialogue s’est instauré entre la science et l’industrie. Dès lors, une nouvelle forme de relations de coopération entre la France et le Brésil ne pouvait pas ne pas s’esquisser. Dans ce nouveau modèle de coopération, le transfert des connaissances, peu à peu, cède la place à une stratégie de recherches conjointes, dite recherche en coopération.

21Cette stratégie donne une autre dimension à la politique de formation générale grâce à l’identification d’objectifs répondant à des besoins considérés comme prioritaires par les deux parties. D’autre part, cette recherche en coopération prend délibérément en compte l’enjeu de développement industriel des applications techniques d’une recherche scientifique conjointe qui a elle-même dépassé sa phase missionnaire et réintroduit le potentiel des réseaux de haut niveau mis en place par les chercheurs avant 1964. En ce sens, elle tire vers un « plus » scientifique la coopération d’assistance universitaire née du premier accord CAPES-COFECUB de 1978 à la fois dans le cadre régional nordestin et en lui permettant de dépasser ce cadre grâce à l’introduction dans son sein des universités du Centre et du Sud. En ce sens aussi, elle induit les dimensions de recherche technique dans la programmation des travaux de recherche de haut niveau avec une élite de la communauté scientifique brésilienne qui désormais fait masse et n’est plus « limitée » à de brillantes individualités. Cette stratégie de recherches conjointes s’élabore sous nos yeux, selon deux schémas, entre partenaires européens, mais aussi entre pays industrialisés et pays nouvellement industrialisés comme le Brésil. Elle montre combien la phase des transferts technologiques clés en main sur la base de grands contrats commerciaux chère au monde des entreprises apparaît obsolète.

22L’impact de cette stratégie de recherche en coopération est donc en train de modifier le système des relations industrielles franco-brésiliennes à un moment où le Brésil, perçu sur les marchés comme un nouveau concurrent en raison de l’impact de sa stratégie d’exportation, définit ses propres objectifs de gap technologique, de maîtrise de l’innovation. En effet, au début des années 1980, les effets des politiques de grands contrats se sont épuisés. Les milieux industriels des pays développés hésitent à considérer le Brésil comme un de ces lieux traditionnels d’accueil privilégiés, encouragés par les milieux financiers inquiets du processus de remboursement de l’endettement. Après la phase d’engouement dont le Brésil du « miracle » avait bénéficié dans les années 1970, la presse financière spécialisée ne présente plus ce pays comme un terrain opportun d’investissement. Fascinés par la séduction asiatique, y compris même par le dynamisme concurrentiel des « nouveaux dragons », cette presse ne pardonne pas au Brésil d’apparaître comme un nouveau concurrent sur les marchés tiers. Elle s’irrite de voir détourner les objectifs d’assistance et de transferts techniques des années 1970 vers un profil de concurrence stimulé par la valeur des capacités technologiques d’adaptation ajoutée aux produits transférés clés en main. Elle s’irrite de la mise en place de « réserves de marché » concernant les produits de technologies de pointe nées de la troisième révolution industrielle où la nouvelle articulation entre science et technologie présente l’enjeu industriel fondamental. Dès lors, si l’on n’y prend suffisamment garde, les nouveaux objectifs de cette recherche en coopération risquent de buter sur des incompréhensions, et les milieux industriels sont loin d’avoir le monopole de telles incompréhensions.

La promotion de nouvelles images : une politique coordonnée de communication

23Certes, des expériences nouvelles sont tentées comme en témoigne la réunion du Symposium franco-brésilien sur les technologies de pointe qui a eu lieu à São Paulo entre le 30 mars et le 3 avril 1987. Organisé conjointement par le Comité français des manifestations économiques à l’étranger (CFME) du Centre français du commerce extérieur et la Fédération des industries de l’État de São Paulo (FIESP), ce symposium s’efforçait d’identifier les « nouveaux horizons » de la coopération technique et industrielle en s’attachant à prendre en compte la dynamique nouvelle de la coopération scientifique.

24D’autres exemples montrent que ce nouvel état d’esprit gagne du terrain. Ainsi, certaines entreprises d’origine française dont les filiales ont joué un rôle dans la stratégie d’adaptation des technologies transférées conforme à la dynamique d’une industrialisation substitutive d’importation de l’économie brésilienne, envisagent de mieux intégrer le nouveau potentiel brésilien de recherche – développement (R/D) dans leur propre stragégie d’expansion tant sur le marché intérieur brésilien que sur les marchés d’exportation du Brésil. En ce sens, un intérêt nouveau est porté sur les projets de recherche en coopération sur objectifs identifiés que s’attache à promouvoir la nouvelle coopération scientifique et technique entre les deux pays.

25Mais le véritable enjeu des relations industrielles franco-brésiliennes actuelles consiste à provoquer une nouvelle vague d’intérêt réciproque susceptible d’amener des entreprises brésiliennes et françaises de moyenne et petite dimension aux qualités d’innovation technologique certaines, à entrer dans le jeu de la coopération. Dans la mesure où la formule actuelle des zones d’innovation ou des parcs technologiques et scientifiques a permis de concrétiser sur le terrain, y compris le terrain financier, le domaine de la production industrielle, la relation établie récemment entre science et industrie, entre communauté scientifique, créateurs d’entreprises et ingénieurs, crée une opportunité nouvelle de coopération qui devra se dessiner dans les vingt prochaines années. Toutefois, pour avoir quelque chance de réussite, cette stratégie relationnelle nouvelle ne doit plus seulement impliquer les décideurs nationaux mais aussi les décideurs régionaux car ce sont eux qui exercent aujourd’hui une grande part d’orientation dans les choix de coopération de ces zones d’innovation ou de ces parcs technologiques. Convaincre ces nouveaux acteurs, par ailleurs sollicités à l’accomplissement de multiples tâches, suppose la mise en place d’une nouvelle politique de sensibilisation et de communication se traduisant par l’émergence de nouvelles images destinées à mieux cerner les réalités brésiliennes et françaises susceptibles de favoriser cette évolution.

  • 6 In La Recherche, no 199, mai 1988, pp. 684-693.

26On peut estimer que tel est, notamment en partie, l’intérêt de cet accord diplomatique d’un type nouveau appelé « Projet France-Brésil », qui a été signé par les ministères des Affaires étrangères des deux pays en octobre 1985, à l’occasion de la visite officielle au Brésil du Président de la République française, François Mitterrand. Telle est, dans cette perspective, l’importance de ce colloque consacré à l’analyse de ces « images réciproques ». Nous sommes ici pour mieux évaluer l’importance de la coopération scientifique, technique et industrielle entre le Brésil et la France, afin d’affiner la promotion des images scientifiques et techniques du Brésil en France. Nous constatons que ces images méritent d’abord d’être mieux perçues par les communautés scientifiques des deux pays qui sont d’ailleurs les principaux acteurs concernés. Ainsi, en plus de ce colloque, la publication prochaine d’un ouvrage collectif permettra de mieux tracer les lignes de force qui ont marqué vingt ans de coopération franco-brésilienne en science et technologie. Mais la publication d’enquêtes et de reportages doit contribuer à préciser cette évolution. La publication attendue de l’enquête de Martine Barrère dans la revue mensuelle La recherche, intitulée « La science au Brésil : des Monts et Merveilles » ne peut que mieux faire comprendre en France certains aspects des mutations de la société brésilienne. Comme le constate Martine Barrère « depuis la restauration de la démocratie au Brésil en 1985, la science est devenue une priorité nationale. Pourquoi ? Peut-elle jouer un rôle dans le développement du pays ? »6.

27Mais, si la communauté scientifique des deux pays sera ainsi à même de mieux percevoir les enjeux actuels de la coopération scientifique, technique et industrielle, les autorités brésiliennes ont aujourd’hui conscience du fait que la promotion des images culturelles du Brésil ne passe plus par le seul truchement des spécialistes d’un pays qu’ils décrivent.

  • 7 Annales (Économie, Sociétés, Civilisations), 1948, no 4 : « A travers les Amériques latines », réé (...)

28La communication a connu un changement d’échelle qui a de multiples conséquences dans la mise en œuvre des politiques de relations culturelles internationales. Dans la grande vague médiatique qui va secouer le Brésil et la France, à l’heure des commémorations du centenaire de l’instauration de la République au Brésil 1889) (et du bicentenaire de la Révolution française, il est permis d’exprimer de grands espoirs sur l’exposition officielle que le Brésil présentera à la Cité des sciences et de l’industrie de La Villette. Prenant en main le propre destin médiatique du Brésil, affirmant désormais une dimension culturelle où la promotion des images scientifiques, techniques et industrielles joue un rôle clé dans la perception de puissance qu’il représente au niveau mondial au même titre que tant de nations développées, les décideurs politiques brésiliens ont choisi le nouveau laboratoire sur lequel les relations culturelles internationales du Brésil trouveront à s’exprimer. Qu’il me soit permis de trouver dans cette approche de l’imagologie relative aux « Amériques latines », chère à Fernand Braudel et aux collaborateurs de la revue des Annales de 1948 une leçon d’encouragement utile à cette œuvre de coopération scientifique dont nous sommes les acteurs tout autant que les témoins7.

Notes

1 Guillen (Pierre), Avant-propos, p. 129 du no 46 de la revue Relations internationales, consacré au thème : « Science, techniques et relations internationales », été 1986, pp. 127-294.

2 L’Express du 27 janvier au 2 février 1984 : « La France est-elle encore une grande puissance », pp. 12-19. L’enquête de Gallup international a été réalisée le 9 décembre 1983 sur la base d’échantillonnages nationaux représentatifs sauf au Brésil où l’enquête a été centrée sur São Paulo.

3 Cité d’après Le Monde du 15 janvier 1974. Sur ce point, cf. l’ouvrage de Jacques Chonchol et Guy Martinière : L’Amérique latine et le latino-américanisme en France, pp. 207 sq. Paris, L’Harmattan 1985, 332 p, colléc. Travaux et mémoires de l’Institut des hautes études de l’Amérique latine, no 37 (préface d’Antoine Blanca).

4 Cité d’après Le MOCI, Moniteur du Commerce International, du 15 octobre 1973.

5 Cité d’après Le Monde du 27 octobre 1973.

6 In La Recherche, no 199, mai 1988, pp. 684-693.

7 Annales (Économie, Sociétés, Civilisations), 1948, no 4 : « A travers les Amériques latines », réédité et augmenté dans le numéro quatre des Cahiers des Annales, Paris, Armand Colin, 1949, 208 p. Le « Jeu des portraits » comprend des « essais » notamment de Fernand Braudel, Marcel Bataillon, Frédéric Mauro, etc. Sur ce même domaine, on consultera l’article de Roger Bastide : « La psychologie ethnique en Amérique du Sud » in Revue de psychologie des peuples, janvier 1948, no 1, pp. 27-39. Enfin sur certains domaines complémentaires de l’analyse des relations franco-brésiliennes, cf. Guy Martinière : Aspects de la coopération franco-brésilienne. Transplantation culturelle et stratégie de la modernité, Paris, PUG, Maison des Sciences de l’homme, 1982, 224 p. Collection « Brasilia ».

Auteur

Historien : Université des Sciences Sociales de Grenoble. Ancien Commissaire Général adjoint du « projet France-Brésil ».

© Éditions de l’IHEAL, 1991

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540