Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Images réciproques du Brésil et de la France

 | 
Solange Parvaux
, 
Jean Revel-Mouroz

B. L’image scientifique et technologique/A imagem científica e tecnolôgica

Rapport de synthèse

Ignacy Sachs

Texte intégral

1La seconde partie de l’après-midi de vendredi a été consacrée aux sciences sociales. Nous avons entendu trois communications qui ont été complétées par trois interventions de membres de la table ronde.

2Je suivrai l’ordre chronologique et m’en excuse. Je commence donc par la communication dont je suis responsable et qui a essayé de situer la place des sciences sociales brésiliennes à Paris à partir de deux recensements. Un premier, fait par le GRECO 26, des thèses soutenues en sciences sociales et humaines sur le Brésil entre 1980 et 1984 : 5 ans, plus de 200 thèses – résultats qui montrent un échange très vivant entre la France et le Brésil, un apport important des jeunes chercheurs brésiliens en France ; quant aux auteurs brésiliens traduits en France, l’ordre de grandeur est de 300 titres que nous avons pu recenser sur un peu plus de 20 ans, ce qui n’est pas beaucoup en termes quantitatifs. Parmi ces titres, certains sont très importants pour le développement en France, mais en termes quantitatifs le résultat reste faible.

3On peut faire trois suggestions à partir de ce constat :

  • Songer à faire un annuaire de thèses brésiliennes.
  • Comme nous disposons aujourd’hui d’un service de microfichage des thèses et que l’université de Brasilia a déjà accompli un effort très important en rapatriant à Brasilia toutes les thèses sur l’Amérique latine soutenues dans les universités américaines, essayer de faire une opération semblable pour ce qui est des thèses sur le Brésil soutenues en France.
  • Essayer de rattraper notre retard pour ce qui est de la connaissance de la production des sciences sociales brésiliennes en commençant une collection de recueils thématiques et en espérant qu’une telle collection puisse se faire sur un principe de réciprocité. C’est-à-dire qu’il y aurait aussi une collection de recueils thématiques de travaux de chercheurs français en sciences sociales, publiés en portugais au Brésil.

4La seconde communication, de Marion Aubrée, portait sur l’image et l’influence du Brésil chez les anthropologues français.

5Marion Aubrée nous a montré l’importance du Brésil comme champ de recherche pour l’anthropologie française en distinguant deux courants qui se réclament de Lévi-Strauss et de Roger Bastide ; les uns partent à la recherche d’un pôle d’altérité et étudient les sociétés primitives, les autres s’engagent dans l’anthropologie urbaine, en particulier dans les métropoles tentaculaires, et s’attachent aux problèmes d’identité culturelle, à partir d’un problème central qui est celui des cultes afro-brésiliens, autour desquels la recherche s’est fortement concentrée.

6Marion Aubrée a en particulier parlé d’anthropologues français, comme Pierre Verger, qui essaient de comprendre ces cultes afro-brésiliens du dedans. (De toute façon, un résumé de quelques minutes ne peut pas rendre la richesse de cette communication que vous lirez dans les Actes du Colloque).

7Il en est de même pour ce qui est de la communication de Maria Isaura Pereira de Queiroz, qui se situait dans la perspective des influences et qui a montré, notamment, qu’il y avait une influence française culturelle diffuse, une manière d’être française qui arrivait jusqu’à la « casa grande » des planteurs par le truchement des couturières françaises interposées et des esclaves qu’on envoyait pour apprendre la couture française auprès de ces couturières, alors que paradoxalement, les influences françaises sur les sciences sociales du Brésil du XIXe siècle étaient relativement limitées, en particulier parce que S. Romero était un anti-positiviste. Par contre, un savant brésilien qui a longtemps vécu en France, R. Nina Rodrigues a joué un rôle très important, participant à l’étude de la psychologie des peuples.

8Ce qui est important, ce qui se dégage de sa communication, c’est que la culture scientifique brésilienne en sciences sociales est une culture qu’elle a modestement appelé « éclectique », et que moi, personnellement, je qualifierais de culture qui fait des synthèses heureuses entre des influences multiples, y compris des influences françaises.

9Deux points originaux de sa présentation ont consisté à montrer comment Roger Bastide, dont l’importance pour toute une génération de chercheurs en sciences sociales brésiliens ne demande pas à être démontrée, finalement n’a pas tellement fait pour diffuser la pensée française, puisqu’il a été lui-même « dévoré » par le Brésil. On voit ici le caractère « anthropophagique » de la culture brésilienne.

10Le second point, c’est que les vingt dernières années, au contraire, ont été vingt années d’influence française très importante, sous le régime autoritaire de la France qui est le lieu où convergent de nombreux chercheurs brésiliens et, de ce fait, l’influence de notre recherche s’est faite de plus en plus grande. C’était la troisième communication.

11Ces communications ont été complétées par les interventions du professeur Mauro, qui a montré quelle a été l’importance du Brésil pour les historiens français, en particulier pour tout ce courant d’histoire géographique et tout le sens de l’espace. M. Mauro a aussi formulé un souhait, le souhait de créer une base d’accueil permanent pour les chercheurs français allant au Brésil, à l’image de ce qui s’est déjà fait dans de nombreux pays. Maria Isaura Pereira de Queiroz, en plaidant en faveur d’une intensification des échanges, a aussi fait une suggestion assez importante, à savoir qu’il serait intéressant que nos thésards fassent leurs recherches au Brésil sous la direction d’un professeur brésilien. Ceci, bien entendu, ouvre la possibilité d’un type nouveau d’articulation entre deux universités puisque la réciproque peut aussi être vraie. Au lieu d’envoyer un thésard brésilien faire toute sa thèse ici, il ferait une partie de son cursus sous la direction d’un professeur français, mais sa thèse serait présentée au Brésil.

12Milton Santos a lui aussi plaidé pour plus d’échanges et pour plus de flexibilité, pour plus de réciprocité dans la façon de travailler. Il a fait une suggestion, une suggestion de rencontres périodiques entre géographes brésiliens et géographes français afin qu’ils puissent échanger leurs résultats, les géographes brésiliens le font déjà avec leurs homologues de plusieurs autres pays.

13Le dernier intervenant de la table ronde était Jacques Lautman, qui souligne l’ouverture du CNRS aux échanges internationaux. En même temps, il nous a dit que certaines ressources étaient sous-utilisées, souvent par manque de projets de qualité, et cela a donné lieu à quelques échanges vifs avec la salle.

Auteur

Directeur d’Etudes, EHESS.

© Éditions de l’IHEAL, 1991

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540