Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Images réciproques du Brésil et de la France

 | 
Solange Parvaux
, 
Jean Revel-Mouroz

B. L’image scientifique et technologique/A imagem científica e tecnolôgica

La coopération en géographie

Milton Santos

Texte intégral

1Je suggère deux étapes dans la coopération entre la France et le Brésil. Elle commence par la venue en France de Carvalho, géographe dont beaucoup parmi nous, ne connaissons pas le nom mais qui a publié la plupart de ses travaux en France, et non au Brésil ; elle se poursuit avec la présence à Rio de Janeiro de Francis Jaulin et l’arrivée au Brésil de Pierre Monbeig, l’un des grands formateurs parmi les géographes français, qui a créé une école, et établi les racines d’une grande partie de ce que l’on fait encore aujourd’hui au Brésil. A São Paulo, Monbeig s’intéressait plutôt aux questions de géographie humaine, et à Rio, Ruellan à celles de géographie physique. A ces deux noms, sans aucun doute les plus importants de l’influence française au Brésil, nous pourrions ajouter, pour la même période, celui de Pierre Desfontaines.

2Ensuite s’amorce une phase que j’appellerai de transition, fort importante, marquée par la présence au Brésil de Jean Tricart, de Michel Rochefort, qui resta peu de temps mais écrivit un très beau livre sur le Brésil, qui fut ensuite publié en France à plusieurs reprises, et à chaque fois actualisé. Pierre George a également apporté une contribution importante, même s’il n’a jamais enseigné dans une chaire brésilienne. Jean Dresch, mais aussi Jacqueline Beaujeu-Garnier, Bernard Kayser, Jean Roche, etc.

3A cette étape succède une phase d’influence plutôt diffuse. C’est pourquoi, dans l’intérêt de ceux qui souhaitent pouvoir continuer et même renforcer la coopération franco-brésilienne, je pense qu’il vaut mieux parler de l’avenir que du passé. Je voudrais reprendre les mots prononcés hier par M. Moniot : « la vraie question est celle de nos intentions », et y ajouter cette phrase : « l’image se construit aussi dans la pratique ». Je pense pouvoir en parler et avoir autorité pour le faire car cela fait plus de deux ans que je travaille en France avec des Français et au Brésil également, et ceci sans fausse humilité, d’ailleurs il n’est pas bon d’être humble en une telle circonstance.

4L’image se construit aussi dans la pratique ; celle-ci doit être perfectionnée chaque jour. Et les formes qu’elle prend doivent être périodiquement reprises en vue de leur actualisation, du chemin parcouru par les Université de São Paulo.

5uns et les autres, selon les disciplines et les progrès qu’ils font dans chacun des pays, et qui vont permettre, en fonction de ces données concrètes, d’établir les bases d’une coopération qui soit vraiment acceptée, non simplement dans les discours mais aussi dans le travail de tous les jours et dans le cœur des chercheurs.

6La perspective d’une réunion similaire, l’an prochain au Brésil, nous oblige à penser qu’il faut rapidement passer aux faits, c’est-à-dire qu’il ne faut pas qu’on se réunisse l’année prochaine au Brésil sans qu’un projet de travail en commun soit établi, un projet viable qui tienne compte des possibilités concrètes du Brésil et de la France.

7Dans les sciences exactes, dans les sciences naturelles biologiques, un vrai travail en coopération est déjà possible.

8En sciences humaines, je doute fort que ce travail en coopération soit réellement en cours, excepté dans certains cas particuliers. Nous travaillons ensemble, mais ce n’est pas toujours (ou même rarement) un travail en coopération, ce qui est regrettable pour les deux partenaires. Je sais que c’est plus difficile de le faire, mais je sais que c’est possible car des exemples le prouvent. Je citerai, ici, en passant, l’exemple de l’équipe conjointe de l’Institut des Hautes Études de l’Amérique Latine et son laboratoire associé qui fait un travail en commun avec des chercheurs brésiliens, sur des problèmes choisis en commun, et travaillés de commun accord. D’autre part, je voudrais citer l’effort fait par la Maison des Sciences de l’Homme où des échanges sont chaque année organisés. Je pense qu’il faudrait multiplier ces initiatives. Les instruments de coopération ne sont pas très nombreux, ni très souples, il faudrait en multiplier le nombre et les doter de l’élasticité nécessaire, afin de pouvoir incorporer des institutions et des personnes dont le profil ne correspond pas exactement aux instruments disponibles actuellement.

9Je pense qu’il faut aussi que s’établisse une évaluation qui ne soit pas uniquement une mécanique des actions, mais aussi des résultats proprement scientifiques. Pour cela, j’oserais suggérer des rencontres bilatérales périodiques en sciences sociales.

10En géographie, je dois dire que je pars d’ici, maintenant très dépité car depuis longtemps ces rencontres ont lieu avec des collègues de l’Europe de l’Est, c’est-à-dire de Hongrie, de Pologne. D’autres vont commencer cette année avec le Japon, qui est pourtant très loin de la France. Et l’on n’a toujours pas pensé à organiser des rencontres systématiques et annuelles entre géographes français et géographes brésiliens, afin que chacun puisse y présenter ses travaux. Pourtant j’ai bien l’impression que l’on travaille en géographie au Brésil, de même, j’en suis sûr, qu’on le fait en France.

11Dans le cas brésilien, je pense que la situation mérite d’être détaillée. Je ne peux pas le faire, mais j’aimerais rappeler que ce type d’échanges est déjà en cours avec d’autres pays, avec des collègues américains, par exemple, ainsi que canadiens et espagnols. Cette façon de travailler existe donc déjà. On est attentif aux recherches qui sont faites dans les pays partenaires et souvent on tire parti du travail fait en commun, et on le proclame. Ces rencontres auraient un intérêt supplémentaire, celui d’élargir le nombre de participants à ces échanges, au-delà des partenaires habituels. En ma qualité de « client permanent », c’est-à-dire habitué à la France, je pense que si l’on organisait au Brésil des rencontres entre géographes français et brésiliens, beaucoup de géographes brésiliens qui n’ont pas la chance que j’ai de pouvoir venir ici une ou deux fois par an (parfois invité par des collègues français, en particulier par des géographes) pourraient bénéficier de la connaissance de ce que font les géographes français, et ceci serait également fructueux pour la diffusion de livres et d’articles. Ces rencontres pourraient être aussi suivies, accompagnées, prolongées par des séjours ; ce serait, disons, une sorte d’économie de la rentabilité qui augmenterait la coopération. Tout cela constitue un projet, un programme que j’aimerais voir établi avant la réunion de l’année prochaine. Je souhaite que ce ne soit pas impossible. Je pense qu’il y aurait aussi intérêt à augmenter les sources, valoriser les diverses actions et les divers acteurs de la coopération et éviter la sous-utilisation de certains collègues brésiliens (je le dis en toute franchise) qui se plaignent d’être sous-utilisés par des collègues français. Ni la gentillesse, ni les dîners, ni les billets pour parcourir la France ne font défaut, mais la question n’est ni touristique ni gastronomique. Elle est scientifique. Chaque fois que nous venons en France, nous aimerions rencontrer des collègues avec qui discuter, tout simplement discuter. Cela veut dire qu’il faut perfectionner les questions de réciprocité.

12En ce qui concerne les enseignants, mais aussi les étudiants, je pense que la politique de publication conjointe des résultats de recherches faites ensemble s’impose. Je soutiens ici la proposition d’Ignacy Sachs. Simplement, je dirai à Ignacy Sachs que ses statistiques sont incomplètes parce que, dans certaines disciplines, on ne tient compte que des travaux des Français. C’est-à-dire qu’un Brésilien qui travaille en France, écrit en français, publie en français, ne participe pas à l’histoire de sa discipline en France.

13Je parle de répertoire et non de l’importance que l’on acquiert en dépit des décisions officielles. Ce à quoi je fais allusion, les gens qui sont dans la salle le savent très bien. Quand on travaille un an, ou un semestre, on publie en anglais, on participe à une bibliographie anglo-saxonne. Puisque maintenant la France diffuse le répertoire des activités françaises... il faut qu’elle puisse s’y tenir ; c’est-à-dire que je parle de mon souci d’assurer la continuité de cette coopération, de trouver les façons qui puissent satisfaire les deux partenaires.

14Or, dans le domaine scientifique, on ne peut être satisfait que si le travail est reconnu. Vous excuserez la franchise de mes propos. Ceux qui me connaissent savent bien que j’ai toujours été comme ça. Dans mon cas, j’ai dépassé la cinquantaine, je ne me pose plus le problème de la reconnaissance et je peux me permettre de parler franchement.

15Je pense qu’une politique plus ouverte pourrait être établie. Et si j’insiste, c’est parce que cela se pratique déjà en France, même si ce n’est pas généralisé. Il suffit de voir les pratiques adoptées à l’Institut des Hautes Études d’Amérique Latine, dont le travail en commun est vérifiable. Car le travail en commun qui n’est pas vérifiable ne fait pas partie de l’histoire de la discipline. Je pense aussi à la Maison des Sciences de l’Homme. Je parle donc de choses concrètes qui se pratiquent déjà en France et devraient être généralisées.

16Excusez-moi si j’ai été un peu long ou si le ton que j’ai adopté pour vous parler n’est pas conforme à celui tenu au cours de colloques dans des maisons aussi austères que celle-ci, mais je tiens beaucoup à la coopération franco-brésilienne et c’est ce qui justifie mon franc-parler.

© Éditions de l’IHEAL, 1991

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540