Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Images réciproques du Brésil et de la France

 | 
Solange Parvaux
, 
Jean Revel-Mouroz

B. L’image scientifique et technologique/A imagem científica e tecnolôgica

L’apport du Brésil aux études en Sciences Sociales et Humaines

Frédéric Mauro

Texte intégral

1Nous avons l’habitude de rappeler ce que les Européens et en particulier les Français ont apporté comme contribution au développement au Brésil des Sciences Sociales et Humaines. Mais on n’insistera jamais assez sur ce que le Brésil a apporté de ce point de vue à la France. Il ne faut pas s’étonner de constater, en effet, que les plus prestigieux leaders du renouveau de ces disciplines en France ont fait partie de la mission française venue à São Paulo à partir de 1934 créer la Faculté de Philosophie, Sciences et Lettres de l’université déjà illustre par sa Faculté de Droit. On sait bien que la frange pionnière de Pierre Monbeig, le structuralisme de Lévi-Strauss et la sociologie psychiatrique de Roger Bastide sont des concepts élaborés au Brésil et grâce à l’expérience brésilienne de leurs auteurs. Je voudrais dire ici que même l’Histoire y a trouvé son compte. L’Histoire, direz-vous, la Science du passé dans un pays neuf qui n’a pas de passé ? Détrompez-vous. Élève de Fernand Braudel au lendemain de la guerre, je puis témoigner que ce qu’il nous apportait du Brésil était sans doute ce qu’il y avait de plus riche dans son enseignement : un autre sens du temps et de sa relativité, un sens nouveau et aigu de l’espace, une conscience profonde de la diversité des cultures, de leur interprétation, de leur parallélisme parfois. J’avais publié à la demande de Braudel un compte rendu des travaux de G. Debien sur les Antilles dans ce numéro des Annales ESC de 1948 qui eut assez de succès pour qu’on en fît ensuite un Cahier des Annales. Et à ce compte rendu, Braudel ajoutait un post-scriptum comparant ce petit monde antillais à celui décrit par Gilberto Freyre dans Casa grande e Senzala. C’est peut-être cette note qui encouragea Gallimard à faire traduire par Roger Bastide le chef-d’œuvre de l’anthropologue brésilien. Une Histoire à la fois géographique et économique, anthropologique et culturelle, attachée aux structures qui bougent avec lenteur, bref une Histoire à la Brésilienne, n’était-ce pas précisément le programme des Annales ?

2Cela ne veut pas dire que l’inverse n’est pas vrai et que l’influence de la Science historique française n’a pas été profonde au Brésil. Elle aurait pu être plus forte si nous avions possédé réellement une structure d’accueil permanente et efficace pour nos chercheurs. Cette structure existe au Mexique avec l’IFAL et le CEMCA et au Pérou avec l’IFEA, à Madrid avec la Casa de Velazquez. Mais ni à Lisbonne, ni au Brésil, on ne trouve l’équivalent. A São Paulo où la Faculté de Philosophie a été, nous l’avons vu, créée par des Français, seul un bâtiment de l’Alliance Française, à l’entrée du Campus, abrite un « Centre de Documentation Scientifique et Technique du CNRS ». On me dit que ce Centre s’intéresse aussi maintenant aux Sciences Humaines. A Rio nous avons voulu un moment créer une cellule permanente au sein du CEPEDOC de la Fondation Vargas, célèbre pour ses archives personnelles, ses archives orales et son hémérothèque. Le CNRS n’a guère favorisé notre entreprise. C’est le moins que l’on puisse dire. Les collègues de la commission d’Histoire, enfermés dans leur hexagonalisme, n’ont pas vu son intérêt. D’où un déséquilibre malgré nos efforts et quelques réussites entre le nombre de spécialistes français du Pérou (un vrai brain trust pour certains présidents péruviens) ou même du Mexique et ceux de l’Amérique latine orientale, Rio de la Plata ou Brésil. Si nous pensons que le Brésil est pour la France un investissement rentable, il faut changer de politique.

Auteur

Professeur, Université de Paris X et IHEAL.

© Éditions de l’IHEAL, 1991

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540