Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Images réciproques du Brésil et de la France

 | 
Solange Parvaux
, 
Jean Revel-Mouroz

B. L’image scientifique et technologique/A imagem científica e tecnolôgica

Le développement des sciences sociales au Brésil : naissance, formation systématique et expansion

Maria Isaura Pereira de Queiroz

Texte intégral

1Le terme Sciences Sociales sera pris ici dans son sens restreint, désignant seulement la Sociologie, l’Anthropologie et les Sciences Politiques. En établissant ce préalable, on présuppose que l’Histoire et la Géographie, dont la reconnaissance parmi les Sciences Sociales au sens large est plus ancienne, auraient, en conséquence, connu au Brésil un développement distinct. Il s’agit là, cependant, d’une question dont l’exactitude demande à être vérifiée par des recherches.

  • 1 La fondation de l’Institut à Rio de Janeiro démontre l’intérêt porté à de tels sujets qui s’est ma (...)

2Notons, toutefois, qu’en 1838 a été créé à Rio de Janeiro l’Institut Historique, Géographie et Ethnographique, doté, dès 1839, d’une revue trimestrielle dans laquelle des savants brésiliens et étrangers ont publié des essais, des petites monographies, des articles.1

  • 2 Herbert Baldus – Bibliographie Critique de l’Ethnologie Brésilienne, S.P., 1954, Musée Pauliste, C (...)

3Le premier texte ethnographique paru dans la Revue, en 1842, semble avoir été celui de José Machado de Oliveira. Il décrivait la célébration de la Passion du Christ, de la Semaine Sainte, dans un village indien Guarani de São Paulo dont la vie tribale, quoique atteinte par le processus d’aculturation, se maintenait à un niveau acceptable. L’auteur mettait en lumière le syncrétisme entre la religion catholique et les pratiques du culte aborigène, quoiqu’il n’ait pas, bien entendu, employé ce terme. Mais les faits parlaient d’eux-mêmes, ils étaient indiscutables et la modeste monographie reçut, plus d’un siècle plus tard, les commentaires élogieux de l’anthropologue Herbert Baldus dans son excellent Bibliographie Critique de l’Ethnologie Brésilienne2, qui la considéra digne de figurer parmi ce qui se faisait de mieux à l’époque.

4Pendant un siècle, les Sciences Sociales ont été développées au Brésil par les recherches d’autodidactes. On remarque d’abord une période où les travaux présentés portaient tous sur la population indienne. Il s’agissait, dans la plupart des cas, de données recueillies par l’observation directe de l’auteur.

5La Revue de l’Institut Historique, Géographique et Ethnographique est truffée de descriptions de villages indiens, ainsi que d’études linguistiques et d’articles d’Anthropologie Physique où abondent les mesures crâniennes.

6Herbert Baldus avance que ces premières recherches et leurs résultats auraient pris de l’essor sous l’influence de savants d’origine germanique qui, au XIXe siècle, ont sillonné le Brésil.

  • 3 Maria Leopoldina était la fille de l’empereur d’Autriche François 1er et de sa deuxième femme, l’i (...)
  • 4 Il est à noter que la Mission Française, invitée au Brésil par le roi Jean VI en 1816, était avant (...)
  • 5 Voir à ce sujet Maria Isaura Pereira de Queiroz, « Brésil, XIXe siècle : les précurseurs des Scien (...)

7En effet, c’est de Bavière que le prince régent Jean (futur Jean VI, roi du Portugal) fit venir la première mission scientifique, arrivée au Brésil en 1816. Par la suite, le mariage de l’héritier de la couronne portugaise, le prince Pierre (qui devint le premier empereur du Brésil, le célèbre Pierre Ier), avec la princesse autrichienne Marie Léopoldine de Habsbourg accrut vraisemblablement l’influence germanique dans le pays.3 Marie de Habsbourg aimait beaucoup les sciences, notamment la botanique, et quelques scientifiques faisaient partie de sa suite.4 Cependant, deux autres facteurs spécifiques à la société de l’époque peuvent également avoir suscité l’intérêt pour les aborigènes : la tendance à considérer l’Indien comme le symbole de l’identité brésilienne et l’intérêt pratique de l’utilisation de cette main-d’œuvre inexploitée perdue au fin fond des forêts.5

8Pendant les années 70, l’attention des chercheurs a été attirée par des problèmes autres, ayant trait à la persistance de certains complexes culturels qui marquaient profondément certains secteurs de la population. Il était question, d’une part, des descendants d’Africains et, d’autre part, de la survivance de coutumes archaïques héritées du Portugal.

  • 6 La meilleure étude sur les influences subies par Sylvio Romero est celle de Mello e Souza Antônio (...)

9Trois grands noms se sont alors illustrés, et leur contribution est encore de nos jours des plus notables. Parmi eux, citons premièrement Sylvio Romero, qui est à l’origine de la réflexion sur ces problèmes.6 Grand admirateur de Spencer, il combattait le positivisme qui influençait fortement, à l’époque, les étudiants en Droit et les militaires, engagés dans la propagande républicaine qu’ils souhaitaient rendre « scientifiquement » justifiée.

  • 7 Raymundo Nina Rodrigues est mort à Paris, en 1906. Il y avait publié, en 1900, son ouvrage L’animi (...)

10Le deuxième, Raymundo Nina Rodrigues, était un spécialiste des études sur les populations urbaines. C’est à lui que l’on doit la découverte du syncrétisme existant dans les cultes afro-brésiliens qui foisonnaient dans certaines villes, notamment à Salvador, où il demeurait. Nina Rodrigues, médecin psychiatre, se définissait comme un disciple de Charcot et nombreux furent ses travaux, publiés d’abord en français, à Paris, où il séjournait fréquemment.7

  • 8 Euclydes da Cunha – Os sertões, S.P., 1902.

11Le troisième, Euclydes da Cunha, s’est penché sur les luttes des pèlerins d’Antônio Conselheiro, à Canudos, et sur la survivance des mœurs et de façons de penser remontant au Moyen Age portugais, conservées intactes dans les sertões du Brésil.8 Par ailleurs, l’admiration qu’Euclydes de Cunha manifestait pour des auteurs anglais semble avoir exercé une influence importante sur ses travaux.

12Ces trois auteurs ont en commun leur grande préoccupation à établir le diagnostic d’une « identité brésilienne » et tous les trois affichent un scepticisme teinté d’une pointe de déception quant à la possibilité qu’une telle identité puisse un jour exister.

  • 9 Sylvio Romero – Estudos sobre a Poesia Popular no Brasil – Petrópolis, Ed. Vozes, 2a ed., 1963.

13A cet égard, le titre d’un des chapitres des Études sur la Poésie Populaire au Brésil, de Sylvio Romero, est significatif : « L’absence d’un caractère ethnique original ; le manque de cohésion ; la disparité d’éléments ; le présent et le futur. »9

14Il s’agit plutôt, comme on peut le constater, d’un véritable résumé des convictions des auteurs. La disparité des éléments constitutifs de la population brésilienne, variée dans ses traits culturels qui, selon nos trois auteurs, ne pouvaient pas s’amalgamer pour former un tout cohérent, aboutissait à l’absence de caractère original, ethnique et culturel, et créait une véritable impasse qui compromettait, dans le présent et dans l’avenir, la caractérisation du pays.

15Nul ne doute que l’abolition de l’esclavage et les problèmes soulevés par l’intégration des anciens esclaves dans la population ont contribué à l’émergence du pessimisme de ces auteurs. Il est intéressant de noter que la diversité de leur formation – droit, médecine, génie – et la disparité des courants de pensée dont ils ont subi l’influence ne semblent pas avoir produit des effets les amenant à se distinguer dans leur manière d’affronter et d’évaluer les problèmes.

  • 10 Mello e Sousa Antônio Cândido – « Informaçâo sobre a Sociologia em São Paulo » – S.P., jornal O Es (...)

16Cette même période a produit un autre auteur, resté presque inconnu, mais qui mérite d’être étudié car il se distingue complètement des autres. Il s’agit de Paulo Egídio de Oliveira Carvalho, professeur à la Faculté de Droit de São Paulo, grand admirateur de Durkheim. Il y a organisé des séminaires pour diffuser ses théories et tenta, sans succès, de fonder un Institut de Sociologie. Il n’a pas manqué de critiquer son maître sur des points qu’il jugeait discutables, notamment pour ce qui relevait des notions de normalité et de pathologie qui heurtaient sa conscience d’homme de loi.10

  • 11 Ajoutons, sur le sujet, que l’on soutient dans le présent essai une opinion contraire à celle de R (...)

17Il est intéressant d’observer que tous ces férus des Sciences Sociales n’acceptent pas passivement l’influence d’auteurs étrangers, en calquant sur eux leurs positions. L’acceptation d’une théorie ou d’une notion passe par le crible de la réalité qu’ils étudient, c’est-à-dire des différents problèmes de civilisation rencontrés dans les campagnes et dans les villes du pays11. L’acceptation ou le rejet est décidé en fonction des données qu’ils ont eux-mêmes recueillies ou de leurs expériences. Nina Rodrigues, par exemple, apporte tout le matériel qu’il a pu recueillir lors de ses recherches à Bahia, pour en discuter avec ses collègues européens. Il pouvait ainsi confronter ses vues avec celles de ses interlocuteurs – Tarde, Le Bon, Sighele, Rossi entre autres, des théoriciens pour la plupart, et en fonction de ces discussions il confirmait certaines notions, en corrigeait d’autres.

  • 12 Nina Rodrigues partait du réel pour discuter les théories de ses collègues étrangers. En Anthropol (...)

18Il faut remarquer que la recherche sur le terrain en Europe n’était qu’à ses débuts et que ce n’est que bien plus tard qu’elle s’imposera pleinement pour ce qui concerne l’Anthropologie. De ce fait, Nina Rodrigues fait figure de pionnier, y compris en Europe.12 Par ailleurs, il convient de ne pas oublier que c’est à cette même période que fut formulée la première grande théorie explicative du Brésil en tant que société et en tant que civilisation, la célèbre distinction établie par Euclydes da Cunha entre un Brésil de progrès sur le littoral, et un Brésil archaïque, à l’intérieur des terres. Cette théorie rencontra à l’époque un énorme écho et exerce, encore de nos jours, une certaine influence. Elle partait de la connaissance des réalités du pays et n’était en rien redevable aux influences étrangères.

19Au cours des premières années du XXe siècle, des chercheurs en Sciences Sociales ont continué à apparaître, mais ils n’ont pas eu, néanmoins, sur « les hommes de lettres » l’influence déterminante qu’ont exercée nos trois auteurs.

20Cependant, la secousse qui ébranla les Arts pendant les années 20, à São Paulo, eut de profondes répercussions sur les recherches postérieures en Sciences Sociales. Mario de Andrade, chercheur infatigable et omniscient, ne peut être oublié.

21Considéré à tort comme un folkloriste en raison de ses travaux de recherche, il fut, en réalité, un véritable spécialiste en Sciences Sociales, dont l’étude de la contribution méthodologique reste encore à faire.

22Il a cristallisé dans une oeuvre de fiction ce qui deviendrait par la suite la seule définition acceptable de la brésilianité : Macunaíma, à la fois indien, noir et blanc, représentait l’affirmation selon laquelle l’homme et la culture brésilienne étaient le mélange d’éléments de trois provenances, toutes les trois considérées maintenant à niveau égal et à égale importance.

23C’est à un écrivain et essayiste, et non pas à un scientifique, qu’échut la tâche de fournir la théorie explicative de l’amalgame que l’on observait dans le pays depuis les débuts de la colonisation. Il s’agit d’Oswald de Andrade qui, dans son interprétation de « l’anthropophagie », apporte un éclairage sur la façon dont s’opère le mélange des éléments pour composer une autre civilisation, en les dévorant et en les modifiant.

24Parallèlement à ces transformations sociales, on voit apparaître un souci profond de réformer l’enseignement en général et particulièrement l’enseignement supérieur. Un groupe d’éducateurs aux origines géographiques et aux formations fort diversifiées (São Paulo, Bahia, Minas Gerais) s’est dévoué pour faire avancer ces revendications et ces initiatives. Lourenço Filho, Anísio Teixeira, Fernando de Azevedo ont eu à cœur d’introduire de nouvelles techniques, de nouvelles disciplines et une nouvelle organisation dans un système éducatif dont l’inadéquation aux exigences des temps nouveaux était patente. Parmi ces nouvelles initiatives, on peut citer l’introduction de la Sociologie dans l’enseignement secondaire.

  • 13 Les écoles normales primaires correspondent au deuxième cycle de l’enseignement secondaire au Brés (...)

25En effet, dans les années 20, cette discipline est venue enrichir le cursus du Collège Pedro II, établissement secondaire modèle pour tout le pays. L’École Normale Primaire de Recife et l’Institut d’Éducation Caetano de Campos, de São Paulo, n’ont pas tardé à suivre l’exemple. On constate alors que le brassage ethnique et culturel du pays exigeait l’étude de cette science et, à plus forte raison, lorsqu’il s’agissait de former des instituteurs, appelés à instruire des enfants issus de civilisations aussi diverses.13

26Dans l’esprit de ces nouvelles perspectives, au cours des années 30, trois auteurs sont apparus qui ont eu un formidable impact sur leurs contemporains et sur la jeunesse estudiantine, y compris les lycéens.

27Un seul d’entre eux, Gilberto Freyre, était spécialiste en Sciences Sociales, au sens ici défini, puisqu’il était anthropologue. Les autres, Caio Prado Junior et Sérgio Buarque de Hollanda, étaient des historiens. Ils étaient cependant adeptes d’une vision des problèmes nationaux profondément marquée par le sceau des Sciences Sociales. Leur contribution rajoute un maillon dans la chaîne de la pensée brésilienne en Sciences Sociales et ne peut donc pas ne pas être mentionnée.

  • 14 Caio Prado Jr – Evolução Política do Brasil e Outros Estudos, S.P., Ed. Brasiliense, nouvelle édit (...)

28En 1934, Caio Prado Junior publiait le premier ouvrage brésilien de Sciences Sociales à interprétation marxiste. Dans l’introduction, il affirmait suivre une voie inédite – l’interprétation matérialiste – dans l’analyse de l’histoire brésilienne qui n’avait, jusque là, honoré que les épisodes et les héros intrinsèquement liés aux classes dirigeantes14.

  • 15 Sérgio Buarque de Hollanda – Raízes do Brasil, R.J., Librairie José Olympio Ed., 3e éd., 1956. Son (...)

29En 1936, Sérgio Buarque de Hollanda faisait publier son livre Racines du Brésil, chaudement accueilli comme un « classique né », où l’explication des spécificités de la société et de l’homme brésiliens se faisait à la lumière des facteurs socio-économiques. Son penchant pour la caractérologie laissait voir la nette influence d’Hegel et de Max Weber et c’est aussi à ce dernier qu’il devait sa tendance à l’utilisation de concepts polaires dans ses analyses.15

30Avec Maîtres et Esclaves, paru en 1936, Gilberto Freyre introduisait au Brésil une analyse tout à fait nouvelle où l’existence de couches sociales hiérarchisées devenait la référence fondamentale pour la compréhension des phénomènes culturels. Il a été aussi le premier chercheur en Sciences Sociales du pays à posséder une formation en la matière, car il a fait ses études dans une université américaine et y a défendu une thèse qui allait constituer plus tard le noyau de son livre. Sa perception novatrice de la culture brésilienne lui ménagea une place unique parmi les auteurs brésiliens, ses contemporains ou ceux qui le précédèrent : il exaltait la qualité « métisse » propre à cette culture, à l’instar du groupe de la Semaine d’Art Moderne, en faisant ressortir les avantages qui, à son sens, l’emportaient sur les aspects négatifs. Issue du brassage de traits d’origine européenne, africaine et indienne, cette culture s’était structurée dans le pays au fil des siècles et pénétrait toute la société, établissant un lien très fort entre ses différentes couches. Elle constituait ainsi un moyen de cohésion entre des individus placés à différents niveaux de l’échelle socio-économique et du pouvoir, ce qui devait contribuer à la solidification d’une structure qui, compte tenu des disparités sociales et des qualifications ethniques, aurait été vouée à toutes sortes de conflits et de ruptures.

  • 16 Gilberto Freyre – Trois de ses œuvres forment un ensemble important dans la totalité des œuvres de (...)

31La construction d’un sentiment de brésilianité et la solidarité interne, qui rendaient possible l’existence d’une nation telle que le Brésil, d’une si vaste étendue, reposaient sur l’existence d’une civilisation qui n’était plus ni européenne, ni africaine, ni indienne, tout en étant issue de ces trois civilisations à la fois, ce qui garantissait entre les différents secteurs sociaux des rapports, autant qu’il se pouvait, pacifiques16.

  • 17 Parmi les livres adoptés dans ces cours, on relève ceux de Fernando de Azevedo, Princípios de Soci (...)

32Les auteurs de cette décennie possédaient, comme leurs prédécesseurs de la fin du XIXe siècle, des influences et des formations variées et dans leurs œuvres s’entremêlent des références dont les origines sont elles aussi très diversifiées. Caio Prado Júnior est l’introducteur de la perspective marxiste dans le pays ; des penseurs et des historiens allemands ont marqué l’œuvre de Sérgio Buarque de Hollanda ; les courants américains d’Anthropologie et de Sociologie ont laissé leur empreinte sur les travaux de Gilberto Freyre. Cependant, sous un autre angle, les savants français, notamment Durkheim, ont eu à jouer un rôle assez important car leurs essais et leurs théories étaient l’élément de base de la formation des nouvelles promotions d’instituteurs, par ailleurs nombreux à se présenter aux concours d’accès à l’université17. Bien entendu ces élèves subissaient, eux aussi, l’influence d’auteurs brésiliens qui figuraient dans les bibliographies de leurs cursus et dont la lecture était souvent obligatoire.

33C’est précisément au cours de cette décennie qu’est intervenue une grande transformation dans le recrutement des futurs spécialistes des Sciences Sociales avec la création, à São Paulo, de deux institutions appelées à assurer l’enseignement systématique de ces disciplines : l’École Libre de Sociologie et de Politique, fondée en 1933, et l’École de Sciences Sociales, intégrée à la Faculté de Philosophie, Sciences et Lettres de l’Université de São Paulo.

  • 18 Un des fondateurs et grand animateur de cette École a été l’économiste Roberto Simonsen, banquier (...)

34L’École Libre de Sociologie et de Politique, établissement privé, a été créée à l’initiative de banquiers, d’industriels, d’hommes d’affaires et de membres des professions libérales qui estimaient indispensable l’apport d’une formation plus ample pour les dirigeants d’entreprises et les grands commis de l’État, susceptible de leur assurer une plus grande efficacité. C’est pourquoi le terme « Politique » ne correspondait pas, à leurs yeux, à la Science Politique proprement dite, mais plutôt à l’Économie Politique, pivot autour duquel gravitaient, lors des débuts de l’École, toutes les autres disciplines18.

35L’École a été pourvue d’un certain nombre de professeurs étrangers qui se sont établis à São Paulo pendant quelque temps : l’italien Antonio Piccarollo, en Sciences Politiques, l’anglais Radcliffe-Brown en Anthropologie, l’américain Samuel Lowrie et l’anglais Horace Davies en Sociologie, pour ne citer que ceux-là. Dès 1933, Horace Davies et Samuel Lowrie ont commencé des recherches quantitatives sur le niveau de vie et les caractéristiques des ouvriers de la ville de São Paulo, en donnant à leurs travaux une orientation tournée vers les possibilités pratiques d’utilisation. Cette orientation a été maintenue par les professeurs qui leur ont succédé, parmi lesquels on doit citer les allemands Herbert Baldus et Emile Willems et, surtout, l’américain Donald Pierson qui y enseigna pendant de longues années.

36L’École de Sciences Sociales rattachée à l’Université de São Paulo compta, elle aussi, dès ses débuts, sur la collaboration de professeurs étrangers. Cependant, quoique de manière générale l’organisation de l’U.S.P. coïncidât, dans ses objectifs les plus larges, avec ceux des fondateurs de l’École, la Faculté de Philosophie, Sciences et Lettres était appelée avant tout à remplir une tout autre fonction : la formation de professeurs pour l’enseignement secondaire et supérieur.

37On franchissait ainsi une étape dans l’enseignement national, où les postes de haut niveau, dans différentes disciplines, étaient occupés par des autodidactes qui n’étaient donc pas titulaires d’une véritable formation spécialisée dans la matière qu’ils enseignaient.

38Une nouvelle période s’ouvrait, où les professeurs de Chimie seraient formés en Chimie, et non plus en Pharmacie, ceux de Biologie, formés en Biologie et non plus en Médecine et ceux de Sciences Sociales, formés dans leurs disciplines spécifiques et non plus en Droit.

  • 19 Outre les professeurs cités, Paul Hugon, professeur d’Économie Politique, est venu aussi à São Pau (...)
  • 20 La présence de professeurs allemands dans les facultés de Sciences Sociales de São Paulo explique (...)

39Le cours de Sciences Sociales de l’Université de São Paulo a eu quelques-unes de ses chaires occupées par des professeurs appartenant à la Mission Française, envoyée pour contribuer au démarrage de la jeune Faculté. Claude Lévi-Strauss et Paul Arbousse-Bastide sont venus, d’abord, pour les Sciences Sociales. Le séjour du premier ne dura que deux ans. Lévi-Strauss a été remplacé, au début de l’année scolaire 1937, par Roger Bastide19. L’équipe enseignante a été complétée par les professeurs Fernando de Azevedo et Emílio Willems20. Comme les deux Bastide ont occupé leurs postes pendant longtemps, ce sont ces quatre professeurs qui ont eu en charge la formation des premières promotions.

40On peut ainsi mesurer la forte influence française qui a marqué les nouveaux promus, à laquelle contribua aussi Fernando de Azevedo, grand admirateur de Durkheim. L’influence française était, il est vrai, quelque peu contrebalancée par la présence d’Emílio Willems, de formation et d’origine allemandes, très attaché en outre à l’Anthropologie socio-culturelle américaine.

41Les relations qui se sont établies entre les deux cours, celui de l’École de Sociologie et Politique et celui de Sciences Sociales de l’U.S.P., étaient des relations d’échange et de coopération, aussi bien de la part des professeurs – et à plus forte raison parce que Emílio Willems enseignait dans les deux écoles-, que de la part des étudiants. Beaucoup d’entre eux ont suivi en même temps les cours des deux établissements. D’autres faisaient leur licence à l’U.S.P. et allaient ensuite à l’École de Sociologie et Politique préparer leur maîtrise, comme l’a fait Florestan Fernandes, puisque cette formation n’existait pas encore à l’U.S.P., où les études de 3e cycle débutaient avec le doctorat.

  • 21 Les étudiants en Sciences Sociales de São Paulo ont été plus favorisés que leurs collègues des aut (...)

42La création de ces formations à São Paulo a trouvé son pendant à l’Université du Brésil, appelée plus tard Université Fédérale de Rio de Janeiro, où des formations semblables ont été créées à peu près à la même période. Jacques Lambert, de l’Université de Lyon, y a enseigné la Sociologie ainsi que les Sciences Politiques pendant plusieurs années. Son action a été marquante pour le développement des Sciences Sociales, à cause de l’utilisation de la pratique de recherche comme le faisaient ses collègues de São Paulo. Cependant, c’est à São Paulo que les Sciences Sociales ont plus rapidement pris de l’essor, ce qui favorisa l’émergence d’un groupe de jeunes assistants-chercheurs dont la réputation ne tarderait pas à s’affirmer21.

  • 22 La remarque est de Djacir Menezes in O Brasil no Pensamento Brasileiro, R.J., INEP/MEC, 1957.

43On peut dire que la création des cours de Sciences Sociales à São Paulo ouvre un nouveau chapitre de l’histoire de la production intellectuelle dans ce domaine de la connaissance. La différence entre les anciens scientifiques sociaux et les nouveaux, frais émoulus de l’U.S.P., était indiscutable : les premiers, dépourvus de formation spécifique, formaient un groupe d’essayistes dont les recherches s’appuyaient notamment sur du matériel de nature historique, tandis que les deuxièmes, même si beaucoup d’entre eux se servaient aussi de la documentation historique, avaient une formation qui privilégiait la recherche de terrain et qui considérait l’observation directe comme l’élément capital de travail. On pourrait rajouter, en outre, que les premiers sont venus aux Sciences Sociales fortuitement, à partir d’une formation dans d’autres secteurs, ayant ou non des affinités avec elles : Droit, Médecine, Génie, etc.22.

44Il s’agissait d’autodidactes en Sciences Sociales qui passaient le relais à des spécialistes. Mais, s’ils étaient des spécialistes, ils n’étaient cependant pas ce que l’on pourrait appeler des professionnels, car leur formation était avant tout humaniste, avec les composantes qui la distinguent : l’intérêt pour le progrès humain ; la certitude que, pour ce faire, la science devait se tourner prioritairement vers les aspects fondamentaux et être la base d’une connaissance efficace pour de futurs projets d’action ; l’idée que l’expansion de l’enseignement était capitale et que l’accès à tous les niveaux de l’enseignement devait être assuré à tous les citoyens, sans distinction de sexe ou de classe, puisque l’enseignement était la clé de voûte du rapprochement entre les hommes et de la disparition des conflits.

45L’équipe enseignante de Sciences Sociales se positionnait de façon assez homogène par rapport à ces perspectives de travail, malgré la diversité de leurs origines. Ils tenaient tous à une formation faisant une large place aux recherches de terrain et se faisaient fort, dans la limite des maigres ressources allouées par l’U.S.P., de rendre effectif cet entraînement. Pour ce qui est des expériences de recherche, la contribution de Roger Bastide a été, sans aucun doute, fondamentale puisque l’on peut dire qu’il a couvert un énorme éventail de thèmes méthodologiques et de connaissances techniques. Il avait un penchant très prononcé pour les synthèses, à partir de l’utilisation critique de techniques variées de collecte de données.

46Dans ces synthèses, concrétisées par des articles et des essais faits à partir d’approximations entre des travaux divers, il soulevait des inférences et montrait de nouvelles voies pas encore empruntées. Par ailleurs, Bastide ne négligeait pas le matériel empirique, obtenu par le biais de l’observation directe ou de la documentation soigneusement examinée, qui méritait toujours de sa part une analyse minutieuse et un travail attentif et constructif. De plus, à un moment où les techniques quantitatives commençaient à peine à s’imposer au Brésil, il savait les associer aux méthodes qualitatives dans des études devenues des modèles de méthodologie, pour démontrer leur complémentarité dans la pratique, puisque les méthodes qualitatives permettaient de soulever les problèmes à étudier et les quantitatives permettaient de vérifier le degré d’intensité des phénomènes.

47Un autre aspect de sa manière d’agir a facilité l’intégration de son travail dans le contexte brésilien : il a en effet cherché à connaître, dès son arrivée, la production déjà élaborée dans ce pays en matière de Sciences Sociales, pour pouvoir ensuite commencer ses travaux à partir de ce qui était reconnu comme valable dans ce domaine, évitant ainsi de refaire ce qui avait été découvert et étudié avant lui.

  • 23 Voici ce qu’il disait : « Nous devons insister sur l’importance de l’œuvre de Nina Rodrigues, car (...)

48Ainsi, les travaux de Sylvio Romero, d’Euclydes da Cunha, de Manuel Querino, d’Arthur Ramos, ont constitué le point de départ des recherches de Bastide. Les travaux de Nina Rodrigues ont grandement contribué à ses recherches, comme il le reconnaît lui-même dans plusieurs de ses écrits qui font ressortir l’importance fondamentale de ce chercheur brésilien pour la Sociologie et l’Anthropologie Sociale en général23.

49L’éclectisme de Bastide était un de ses traits dominants, ce qui l’empêchait de s’enfermer dans le domaine de la Sociologie française ou européenne : il connaissait bien des sociologues allemands, notamment Max Weber, ainsi que des anthropologues américains et anglais. Quoique la Sociologie fût, à n’en pas douter, la perspective préférée de ses travaux, il n’hésitait pas à en utiliser d’autres si cela s’avérait nécessaire à la réalisation de ses recherches ou de ses cours. Le terrain de l’Histoire, de la Géographie Humaine, de la Psychologie Sociale, de la Psychanalyse, ont fait l’objet d’incursions de sa part pour y trouver des interprétations ou pour étayer ses théories.

50Lecteur infatigable, son érudition était fabuleuse ; doué d’une curiosité intellectuelle enviable, les problèmes les plus variés l’attiraient ; possédant une sensibilité artistique aiguë, ouvert à toutes les formes de l’affectivité, il considérait, en partant de la sensibilité religieuse, l’art et la religion comme deux manières d’accéder à des connaissances aussi valables que celles obtenues au moyen du raisonnement systématisé et scientifique.

  • 24 Roger Bastide a entretenu une grande amitié avec les créateurs de la Semaine d’Art Moderne, notamm (...)

51Une personnalité aussi riche en facettes et en nuances ne pouvait pas ne pas influencer fortement les étudiants qui suivaient ses cours, conquis également par sa simplicité et sa chaleureuse sympathie. Compte tenu de ses méthodes de travail, tournées vers la production du pays en Sciences Sociales, il confirmait le bien-fondé de la formation reçue par les étudiants au Collège Universitaire et dans les Écoles Normales car, pour lui aussi, les œuvres de Caio Prado Júnior, de Sérgio Buarque de Hollanda, de Gilberto Freyre, ajoutées à celles de leurs devanciers et, surtout, aux œuvres des écrivains de la Semaine d’Art Moderne qui eurent, à l’époque, un si fort impact sur la jeunesse du pays, constituaient la porte d’entrée pour la compréhension du Brésil24.

  • 25 Pendant les années 50 et 60 (quoique cette dernière décennie fût marquée par les gouvernements mil (...)

52Ce ne serait pas exagérer que de considérer Roger Bastide comme le lien entre les générations antérieures de savants brésiliens et les générations suivantes plus proches qui l’ont eu comme professeur et qui l’ont ainsi rattaché aux chercheurs qui ont suivi25. Grâce à son érudition sociologique et philosophique, il renforçait la présence française dans les Sciences Sociales et, en même temps, il assurait la promotion d’auteurs de diverses provenances.

53Si l’on ne peut pas dire qu’il a assuré, à lui tout seul, le changement de cap des travaux de Sciences Sociales au Brésil, on peut sans aucune crainte affirmer qu’il a nettement contribué à ce changement de cap.

54Par ailleurs, on relève, parmi les étudiants marqués par son influence, des noms qui, à leur tour, ont exercé une importante action formatrice sur les nouvelles générations d’étudiants.

  • 26 Roger Bastide et Florestan Fernandes – Negros e Brancos em São Paulo, Companhia Editora Nacional, (...)

55Parmi eux, Florestan Fernandes est celui qui a choisi de s’orienter vers une production scientifique très largement diversifiée d’après les thèmes abordés, avec une constante : le choix de collectivités pouvant être classées dans le bas de la hiérarchie socio-économique nationale. Lorsqu’il a étudié les jeux d’enfants, il l’a fait dans un quartier pauvre de São Paulo, peuplé d’immigrants. Ses travaux sur les Noirs, basés sur une recherche directe mémorable, subventionnée par l’UNESCO et dirigée par Bastide lui-même, considèrent ces populations dans leur condition de couche défavorisée et dévalorisée dans la société pauliste26.

56Lorsqu’il se tourna vers le problème des universités, il le fit sans perdre de vue l’inégalité des chances de départ, imposée par une puissante structure socio-économique aux jeunes issus des milieux défavorisés qui souhaitaient entrer à l’université. On aurait dit un preux chevalier, défenseur des pauvres et des opprimés. Aussi, quand il étudie la société bourgeoise brésilienne, c’est du bas vers le haut qu’il l’envisage.

  • 27 La contribution de Florestan Fernandes aux Sciences Sociales brésiliennes est très vaste : des étu (...)

57On pourrait penser que l’influence de la Sociologie française aurait été prédominante chez Florestan Fernandes, assistant de Fernando de Azevedo dans un premier temps, puis assistant et collaborateur de Roger Bastide. Tel ne fut pas le cas, quoique l’on puisse trouver quelques traits des maîtres français dans ses travaux. Ses premiers textes, en effet, portent encore l’empreinte du fonctionnalisme anglais, avec le souci de bien analyser l’organisation des collectivités et la dynamique qui les anime27.

  • 28 L’ouvrage Os Parceiros do Rio Bonito (N.d.T. : « Les Métayers de Rio Bonito ») est souvent considé (...)

58Par l’analyse d’un cas précis, celui des « Métayers de Rio Bonito » (Parceiros do Rio Bonito), Antônio Cândido de Mello e Sousa a pu suivre la progression de la déchéance rurale pauliste qui condamnait des petits producteurs plus ou moins indépendants à ne plus être que des migrants ou de la main d’œuvre agricole. Ce qui semblait être une simple étude de cas, constituait en réalité un travail où l’Histoire était en première ligne pour essayer de comprendre le présent – l’abaissement du niveau de vie de ces collectivités – et pour permettre d’étendre ensuite ces observations à tout l’État de São Paulo et à tout le pays. Cela permettait de démontrer qu’une transformation fondamentale était en marche qui aboutirait en peu de temps à la disparition pure et simple d’une catégorie sociale rurale. Cette transformation se rattachait, finalement, à la mutation qui s’opérait dans la société brésilienne qui, de société essentiellement agricole, devenait une société industrialisée. Dans ce véritable modèle d’étude sociologique par la méthodologie, la variété des techniques employées et la finesse des comparaisons qui permettent l’établissement des inférences, Antônio Cândido a tiré le meilleur profit des enseignements que Roger Bastide avait prodigués tout au long de ces années28.

59Tandis que Florestan Fernandes et Antônio Cândido se distinguaient par la variété de leurs contributions, deux autres savants inauguraient la voie de la spécialisation dans certains secteurs du réel national. L’anthropologue Egon Schaden s’est tourné vers les aborigènes et commence ses travaux en abordant brillamment la mythologie de différentes tribus qui avaient en commun la croyance au héros civilisateur. Il a montré, en une étude qui constituait une véritable étude des mentalités, à quel point cette croyance se rattachait aux structures tribales, puisque non seulement elle les expliquait mais, en outre, elle leur servait aussi de support.

  • 29 Dans A Mitologia Heróica das Tribos Indígenas no Brasil, R.J., Ministério de Educação e Cultura, 1 (...)

60Son attention a été attirée plus tard par les différents degrés d’aculturation des tribus guarani. En s’aidant de la recherche sur le terrain, de l’observation directe, de l’observation participante, il est à l’origine, dans le secteur d’Anthropologie de l’U.S.P., d’études se rapportant au présent des tribus indiennes29.

  • 30 La production de Lourival Gomes Machado n’est pas très vaste car il a été amené à délaisser ses re (...)

61Lourival Gomes Machado, à son tour, inaugura les études d’esthétique sociologique, suivant, lui aussi, les traces de Roger Bastide qui avait en charge les cours de Sociologie de l’Art et qui publiait constamment des articles sur le sujet dans des journaux et des revues. Professeur de Sciences Politiques, Lourival Gomes Machado a produit deux thèses dans le domaine de son enseignement. Cependant, c’est dans le domaine des Arts Plastiques, centre de son intérêt, que son influence a été plus forte. Excellent critique, doté d’une profonde connaissance des arts nationaux, notamment ceux de la période baroque, son action a débordé largement le cercle scientifique de l’U.S.P. pour atteindre la communauté artistique de l’État et du pays30.

  • 31 Ont été diplômés aussi, à peu près à la même période, de jeunes licenciés qui ont exercé avec tale (...)

62L’examen de ces quatre exemples n’épuise pas le vivier des premiers diplômés en Sciences Sociales de l’université de São Paulo. S’ils ont été choisis, c’est parce que, nommés tout de suite assistants, ils ont exercé très tôt des activités professionnelles qui les ont amenés à avoir des contacts étroits avec les étudiants, ainsi qu’une production intellectuelle plus continue et plus large31.

63Pendant cette même période, un autre chercheur se distinguait, dont la production égala celle des autres et dont les activités et l’action dans le pays furent plus vastes. Il s’agit de Darcy Ribeiro. Diplômé de l’École de Sociologie et Politique de São Paulo, il s’est installé à Rio de Janeiro pour travailler au musée National et ses recherches se tournèrent d’abord vers les populations indiennes.

64Cependant, contrairement à la plupart des chercheurs qui s’étaient jusqu’alors intéressés à ces communautés, il ne les a pas considérées comme des unités qui devaient être analysées individuellement, comme de petits univers clos, ainsi qu’on le faisait depuis le XIXe siècle, car il ne perdit pas de vue la société brésilienne globale dans laquelle les tribus s’inséraient au moment de son étude. En procédant ainsi, Darcy Ribeiro allait au-delà des orientations de l’école américaine qui l’avait formé et qui envisageait encore les tribus comme des communautés repliées sur elles-mêmes. Ce faisant, il dépassait les limites des courants théoriques qui avaient marqué sa formation.

  • 32 Déjà dans ses premiers travaux, cette orientation qui procède de la partie vers le tout était prés (...)

65Darcy Ribeiro n’est pas resté longtemps à son poste de chercheur : l’action éducative et ensuite l’action politique l’ont amené à occuper des fonctions bien différentes de celles pour lesquelles il avait été formé32.

66Le tableau que l’on a brossé ici correspond à un moment des Sciences Sociales au Brésil où les sujets d’enquête étaient encore très marqués par l’ensemble des recherches déjà réalisées dans le pays et par l’influence des différents professeurs, brésiliens et étrangers, qui dispensaient leurs cours dans les établissements alors existants. La ville de São Paulo, avec ses deux écoles possédant plusieurs professeurs étrangers, s’est distinguée dans ces domaines et a joui, dans le cadre du pays, d’un prestige croissant. L’université de São Paulo, surtout, s’est imposée de plus en plus par le niveau de sa production et par l’activité de son équipe enseignante. La diversité des origines et des formations des enseignants brésiliens et étrangers a sans doute contribué au caractère éclectique que l’on observe en cette première série de chercheurs brésiliens. Sur ce point, ils représentent aussi, d’une certaine façon, la continuité de leurs prédécesseurs.

67Cependant, une grande modification s’était opérée dans la façon de poser les problèmes. Ce n’était plus « l’homme brésilien » qui était au centre de leurs recherches, mais la « société brésilienne ». Ils ne cherchaient plus à définir les traits caractéristiques de la brésilianité ou les contours d’une « identité nationale ». C’étaient les structures socioéconomiques et les processus qui les animaient qu’ils cherchaient à diagnostiquer car, à leurs sens, ce sont eux qui imposeront leur marque à « l’homme brésilien ».

68Un point en commun liait les chercheurs nouvellement formés à leurs prédécesseurs, c’était l’attraction qu’ils avaient pour l’analyse de documents, pour la recherche tournée vers le passé dans le but de comprendre le présent par la reconstitution des temps passés. Pour ce faire, souvent, l’essai a été leur forme d’expression préférée, même s’ils ont, à un moment donné de leur carrière, effectué des recherches de terrain en se servant de l’observation participante.

69D’autres chemins se sont cependant ouverts pendant les années 50, à la suite des nouvelles promotions de licenciés qui tentent de faire carrière à l’Université ou dans la recherche, malgré la pénurie des postes offerts. Le développement de l’État et de la ville de São Paulo eut alors l’effet d’un puissant levier qui propulsa les structures universitaires vers de nouvelles ouvertures et les recherches en Sciences Sociales vers une expansion de plus en plus grande. Le marché du travail s’est peu à peu élargi pour ces spécialistes. La spécialisation s’est affirmée comme une tendance victorieuse, aussi bien dans le champ des procédés et des techniques, que dans celui des problèmes abordés, ou encore dans celui des théories qui ont constitué la base de leurs travaux.

70Cette grande diversification sera la caractéristique marquante de la période qui suit les années 60, dont l’originalité réside en la professionnalisation des scientifiques sociaux brésiliens. En effet, à partir de cette décennie, surgissent des associations réunissant des chercheurs et des enseignants dont le but est de définir une action politique commune pour garantir un marché du travail spécifique, pour défendre leurs droits et pour obtenir la création d’un statut de sociologue, d’anthropologue et de politologue.

71Simultanément, à l’université de São Paulo, les travaux tendent à une spécialisation de plus en plus accentuée et se concentrent autour des problèmes d’actualité : les déséquilibres du présent soulèvent l’intérêt et s’imposent fortement à l’étude des chercheurs. Définir comment se présente la société brésilienne ici et maintenant dans le but de l’améliorer, voilà le principal objectif des chercheurs.

72On peut donc distinguer trois moments dans le développement des Sciences Sociales au Brésil, à partir du XIXe siècle, et étendre ensuite ces étapes définies selon ce qui s’est passé à São Paulo, point « chaud » du mouvement, à tous les points du pays où ces études existaient avec, bien sûr, des variantes locales.

73En d’autres termes, mise à part la variation des moments où cela se produisait, le schéma semble avoir été partout le même : l’époque des essayistes, la période des spécialistes et leur entrée dans le monde professionnel.

74Pour ce qui est de l’influence des théories et des savants étrangers, il faut remarquer que la variété des orientations et l’éclectisme semblent avoir été dominants partout, dès la première phase, avec des hauts et des bas, selon les circonstances. Il est curieux d’observer qu’à São Paulo, au moment même de l’action de la Mission Française, l’influence de personnalités et de théories d’une autre provenance a été aussi intense que celle des maîtres français.

75Il faut aussi remarquer que la présence du marxisme, explicite ou larvée, est très tôt apparue et a déterminé une définition du « sociologue » par rapport à « l’anthropologue social et culturel » de plus en plus claire dans le pays, avec de profondes répercussions dans les travaux des politologues. Tandis que le « sociologue » a posé tout de suite le problème en termes de hiérarchie et de structure du pouvoir, les « anthropologues » – notamment ceux qui étaient dans le giron de l’Anthropologie Culturelle proche de l’école américaine, ou alors de l’Anthropologie Sociale marquée par le structuralisme – étaient attirés soit par les problèmes d’aculturation des populations indiennes ou immigrées, soit par la recherche de schémas de fonctionnement des petites communautés et sociétés à part, où l’on trouvait sous-jacente la question de la caractérisation de « l’homme » en tant que tel et non pas des sociétés avec leurs dialectiques variées.

76Tout semble indiquer que ce n’est que vers les années 70 que se dessine plus nettement une influence marxiste dans quelques travaux d’anthropologues, venant s’ajouter aux autres perspectives de travail. Il convient de noter, cependant, que les anthropologues qui ont choisi d’étudier les tribus indiennes existantes ont plutôt cherché à mener l’action politique pour leur défense, quelle qu’ait été l’orientation méthodologique suivie. On notait ainsi, chez quelques-uns d’entre eux, une flagrante contradiction entre la ligne suivie dans leurs travaux et leurs activités pour tenter d’influencer l’action des gouvernants en faveur des Indiens.

77Cela ne veut pas dire, pour autant, qu’en Sociologie toutes les études étaient réalisées selon une optique marxiste. Il n’en reste pas moins qu’entre deux extrêmes, celui de l’orthodoxie et celui des vernis d’influence marxiste, il existait une grande quantité de degrés intermédiaires dont la majorité était, et reste encore de nos jours, à caractère marxisant.

78Ces influences se révèlent dans la tendance à remettre aux facteurs économiques et à l’Histoire l’explication ultime des questions, en utilisant une analyse où les structures du pouvoir sont soigneusement dévoilées dans la dialectique interne qui se développe entre les différentes couches sociales.

79Des travaux suivant d’autres orientations continuent d’exister, mais en quantité moindre. Les chercheurs brésiliens semblent s’atteler à suivre la tendance générale du monde occidental moderne dont les savants suivaient plus ou moins cette direction.

80Toutefois, il convient de ne pas oublier l’énorme influence exercée très tôt, dès les années 30, par Caio Prado Junior sur ses confrères, à laquelle s’ajoute celle de Roger Bastide, marxiste des moins orthodoxes puisqu’il s’inspirait des théories de Georges Gurvitch, ainsi que l’énorme répercussion des travaux de Florestan Fernandes qui, très tôt, a développé sa propre interprétation du génial philosophe allemand. Ces trois chercheurs n’ont pas seulement marqué l’U.S.P. ; leurs études ont été diffusées dans tout le pays et ont inspiré de nombreux autres travaux.

81Une fois de plus on remarque la présence de différents foyers d’influences sur les scientifiques sociaux brésiliens qui ne se circonscrivent pas à un courant d’idées donné, qu’il soit national ou étranger. Dès le début des recherches en Sciences Sociales, la pluralité des inspirations a été un fait marquant. Il faut aussi observer l’importance des travaux réalisés dans le pays dès l’introduction de cette science, au XIXe siècle, au point qu’un scientifique de valeur tel que Roger Bastide a commencé ses recherches dans le prolongement de ce qui se faisait ou avait été fait dans le pays. C’est d’ailleurs pour cela qu’il parle de sa dette, entre autres, envers Arthur Ramos, son contemporain.

82Comme il a été dit ici, on vérifie, en suivant le fil de ses travaux, que le scientifique français est devenu un maillon important de la chaîne de production brésilienne en Sciences Sociales ; son apport à la formation de spécialistes est inestimable, même s’il ne fut pas le seul, dans la phase intermédiaire entre celle des essayistes et celle des professionnels.

  • 33 On peut évaluer cette expansion par l’accroissement des publications spécialisées. La Sociologie à (...)
  • 34 José Reginaldo Prandi a été frappé par l’accroissement de la demande de cours en Sciences Sociales (...)

83Le développement des Sciences Sociales dans la période actuelle est tout à fait spectaculaire, tant par la variété et le niveau des travaux que par l’intérêt éveillé parmi la population, de plus en plus consciente de l’ampleur de ses douloureux problèmes33. Cet intérêt se manifeste par le nombre important d’étudiants qui accourent s’inscrire aux cours ou qui sollicitent leur création dans les universités, et davantage encore par la vitesse avec laquelle, à partir des années 60, les universités se sont multipliées dans le pays34.

  • 35 Sans doute ce développement flagrant suit de près l’expansion en nombre des classes moyennes dans (...)

84Il est malaisé de fournir un tableau de ce qui existe actuellement, puisque des recherches fiables, effectuées dans les différents points clés et pouvant offrir les données indispensables à une synthèse sur tout le pays, font défaut35.

85Il faut remarquer aussi que la véritable situation de calamité nationale, qui s’accentue depuis la deuxième moitié des années 70 et qui ne cesse d’élargir le fossé entre l’aisance de quelques-uns et la misère du plus grand nombre, a influencé les recherches dans le sens d’une analyse et d’une interprétation partielles : on étudie à fond un fragment de l’ensemble socio-économique et culturel du pays, mais le contexte de la société globale, qui devait constituer l’indispensable toile de fond à une compréhension plus ample, n’apparaît que comme un schéma très succinct, quand on ne se limite pas à y faire une simple allusion.

86Les conclusions deviennent alors ponctuelles et il est ardu d’atteindre, par leur entremise, un niveau un peu plus élevé d’abstraction... Cependant, cette façon d’aborder les problèmes semble être la mieux à même de déboucher sur une action aussi immédiate que possible.

***

87Les recherches en Sciences Sociales fêteront bientôt leurs 150 années d’existence au Brésil. Pendant cette longue période où les travaux les plus divers se sont accumulés, une caractéristique est restée constante entre les différents auteurs qui ont cultivé ce secteur de la connaissance : l’Homme Brésilien, la société nationale, le Brésil, voilà les problèmes fondamentaux qui doivent être éclaircis.

88Tandis qu’en Europe, « l’humanité », « l’homme » et ses caractéristiques essentielles, la nature des sociétés et leur origine ont constitué les foyers d’intérêt pour l’apparition des Sciences Sociales et le développement des travaux et des théories, au Brésil, la curiosité ne s’est pas tournée et ne se tourne pas vers ces problèmes transcendentaux : ceux qui cultivent les Sciences Sociales restent perplexes devant le sphinx que sont le Brésil et son peuple. Ils imposent, alors, ce souci aux savants étrangers qui cherchent à développer ici leurs travaux : « l’anthropophagie » se fait aussi sentir dans les Sciences Sociales et le Brésil les dévore...

Notes

1 La fondation de l’Institut à Rio de Janeiro démontre l’intérêt porté à de tels sujets qui s’est manifesté, très tôt, dans le pays. L’exemple de Rio a été vite suivi, avec la création, dans d’autres capitales, d’instituts semblables assurant, eux aussi, la publication de revues. La Revista do Instituto Histórico e Geográphico Brasileiro existe toujours, mais elle a perdu son but initial, ethnographique, à une époque et dans des conditions pas encore déterminées.

2 Herbert Baldus – Bibliographie Critique de l’Ethnologie Brésilienne, S.P., 1954, Musée Pauliste, Commission du IVe Centenaire, pp.12-13.
Júlio César Melatti – L’Anthropologie au Brésil : Un parcours, Brasilia, 1983, Fondation Université de Brasilia, Série Anthropologie, n° 8, pp. 10-12.

3 Maria Leopoldina était la fille de l’empereur d’Autriche François 1er et de sa deuxième femme, l’impératrice Marie-Thérèse. Son mariage eut lieu en 1817.

4 Il est à noter que la Mission Française, invitée au Brésil par le roi Jean VI en 1816, était avant tout artistique. Des initiatives remarquables sont à son actif, parmi lesquelles l’Académie des Beaux-Arts.

5 Voir à ce sujet Maria Isaura Pereira de Queiroz, « Brésil, XIXe siècle : les précurseurs des Sciences Sociales » in Culture, Science et Développement (Mélanges en l’honneur de Charles Morazé), Toulouse, Privat Ed., 1979.

6 La meilleure étude sur les influences subies par Sylvio Romero est celle de Mello e Souza Antônio Cândido : La Méthode Critique de Sylvio Romero, S.P., Faculdade de Filosofia Ciências e Letras, Teoria Literária n° 1, 2a ed., 1963.

7 Raymundo Nina Rodrigues est mort à Paris, en 1906. Il y avait publié, en 1900, son ouvrage L’animisme fétichiste des nègres de Bahia, traduit et publié au Brésil plus tard, qui constitue un des grands classiques nationaux sur les religions afro-brésiliennes. Il a collaboré à plusieurs revues françaises et italiennes de l’époque dont : Annales MédicoPsychologiques, de Paris, Archives d’Anthropologie Criminelle, de Lyon, Archivio de Psichiatria, Scienze Penali ed Antropologia Criminale, de Turin. Il a été l’un des fondateurs de l’Institut de Psychologie des Peuples.

8 Euclydes da Cunha – Os sertões, S.P., 1902.

9 Sylvio Romero – Estudos sobre a Poesia Popular no Brasil – Petrópolis, Ed. Vozes, 2a ed., 1963.

10 Mello e Sousa Antônio Cândido – « Informaçâo sobre a Sociologia em São Paulo » – S.P., jornal O Estado de Sâo Paulo, Edition du IVe Centenaire, 25 janvier 1954.

11 Ajoutons, sur le sujet, que l’on soutient dans le présent essai une opinion contraire à celle de Roberto Schwartz dans Ao Vencedor, as Batatas, S.P., Duas Cidades, 1977 ; id., As idéias fora do lugar, S.P., Estudos Cebrap n° 3, 1973. Voir aussi, dans une optique contraire à celle de R. Schwartz, Ortiz Renato, Cultura Brasileira e Identidade Nacional, S.P., Ed. Brasiliense, 1985.

12 Nina Rodrigues partait du réel pour discuter les théories de ses collègues étrangers. En Anthropologie, cette façon de procéder semble avoir débuté en France dans la première décennie du XXe siècle, si l’on croit ce qu’affirme James Clifford dans Maurice Leenhardt, Paris, J.-Michel Place, 1987. A plusieurs reprises, Nina a montré que les facteurs sociaux, ignorés par les psychologues et psychiatres européens, étaient de la plus haute importance pour expliquer les phénomènes faussement étiquetés alors comme étant de la « folie collective ». Voir aussi l’introduction d’Arthur Ramos au livre posthume de Nina Rodrigues, As Coletividades Anormais, R.J., Civilização Brasileira, 1939.

13 Les écoles normales primaires correspondent au deuxième cycle de l’enseignement secondaire au Brésil, c’est-à-dire à ce que l’on appelle « collège » (N.d.T. : en France, niveau bac).
Ainsi, dès la fin des années 20, la Sociologie Générale et la Sociologie Éducative étaient introduites à la fin de l’enseignement secondaire. En 1931, enfin, leur enseignement est généralisé dans tout le pays, avec la Réforme de l’enseignement établie par le Ministre de l’Éducation, Francisco Campos. L’influence des théories durkheimiennes se faisait constamment sentir dans toutes ces innovations.

14 Caio Prado Jr – Evolução Política do Brasil e Outros Estudos, S.P., Ed. Brasiliense, nouvelle édition, 1953. Voir, du même auteur : História Econômica do Brasil, S.P., Ed. Brasiliense, 3e édition, 1953, et Formação do Brasil Contemporâneo (Colônia), S.P., Ed. Brasiliense, 4e édition, 1953, qui ont exercé une forte influence sur la jeunesse de l’époque et les générations postérieures d’étudiants.

15 Sérgio Buarque de Hollanda – Raízes do Brasil, R.J., Librairie José Olympio Ed., 3e éd., 1956. Sont aussi importants, pour les mêmes raisons : Caminhos e Fronteiras, R.J., Lib. José Olympio, 1re éd., illustrée, 1957 et Visão do Paraíso, R.J., José Olympio, 1959. Une des meilleures analyses de l’œuvre de Sérgio Buarque de Hollanda se trouve dans le livre d’Antônio Cândido, Teresina, etc. S.P., Ed. Paz e Terra, 1980, chapitre « Raízes do Brasil », p. 135.

16 Gilberto Freyre – Trois de ses œuvres forment un ensemble important dans la totalité des œuvres de cet auteur : Casa Grande e Senzala, R.J., Maria e Schmidt, 1936 ; Sobrados e Mocambos, R.J., José Olympio Ed., 3 volumes, 1951 ; Ordem e Progresso, R.J., José Olympio Ed., 2 volumes, 1959. Le premier livre de la trilogie est sûrement le plus connu de tous et a fait l’objet de traductions en plusieurs langues, dont celle de Roger Bastide, Maîtres et Esclaves, Paris, PUF, 1953.

17 Parmi les livres adoptés dans ces cours, on relève ceux de Fernando de Azevedo, Princípios de Sociologia, S.P., Ed. Melhoramentos, 5e édition, 1958, largement diffusé dans le pays et très imprégné des thèmes et de l’influence durkheimiennes.

18 Un des fondateurs et grand animateur de cette École a été l’économiste Roberto Simonsen, banquier et auteur d’une História Econômica do Brasil, 1937, qui mérite d’être cité.
Il faut remarquer que les organisateurs de l’École et ceux qui, à la même époque ont structuré l’IDORT – Institut d’Organisation Rationnelle du Travail – sont pratiquement les mêmes. Le but assigné à cet Institut était de développer la rationalisation de toutes les formes d’activités, notamment industrielles, à São Paulo. L’inefficacité et les failles détectées par ces hauts personnages de l’État pendant la Révolution de 1932 ont constitué une puissante motivation pour atteindre le meilleur rendement possible dans toutes les branches productives, par leur systématisation et par une formation plus perfectionnée de l’élément humain.

19 Outre les professeurs cités, Paul Hugon, professeur d’Économie Politique, est venu aussi à São Paulo où il a fait toute sa carrière. Cependant, il n’a exercé que très peu d’influence sur les étudiants en Sciences Sociales. Avec la création de la Faculté d’Économie et d’Administration, en 1947, il a pu intégrer le corps enseignant de cette nouvelle institution.
Les professeurs Paul Arbousse-Bastide et Roger Bastide, très amis, n’avaient aucun lien de parenté.

20 La présence de professeurs allemands dans les facultés de Sciences Sociales de São Paulo explique sans doute la forte influence d’auteurs comme Max Weber et Karl Mannheim, perceptible dès les premières promotions. Les livres de Max Weber circulaient parmi les étudiants, notamment l’édition espagnole d'Économie et Société, publiée en 4 volumes, en 1948, par le Fondo de Cultura de Mexico. Karl Mannheim avait été, lui aussi, traduit en espagnol et en 1950 parut la traduction brésilienne d’Idéologie et Utopie, faite par Emílio Willems et publiée par l’Editora Globo, de Porto Alegre, RGS.

21 Les étudiants en Sciences Sociales de São Paulo ont été plus favorisés que leurs collègues des autres États du Brésil, en raison d’une forte quantité de professeurs étrangers dans les unités d’enseignement paulistes, plus nombreux encore que les enseignants étrangers établis à Rio de Janeiro qui était pourtant, alors, la capitale du pays.
Outre Jacques Lambert, à Rio de Janeiro, on peut citer aussi Charles Wagley, anthropologue américain dont la contribution dans les États de Bahia et de Pará a été fort intéressante, pendant les années50.
Rappelons aussi le livre de Jacques Lambert qui eut une certaine influence sur les études brésiliennes : Le Brésil – Structure Sociale et Institutions Politiques – Paris, Armand Colin, 1953. La traduction brésilienne – Os Dois Brasis – est parue en 1959, R.J., INEP/MEC.

22 La remarque est de Djacir Menezes in O Brasil no Pensamento Brasileiro, R.J., INEP/MEC, 1957.

23 Voici ce qu’il disait : « Nous devons insister sur l’importance de l’œuvre de Nina Rodrigues, car elle est le point de départ des recherches qui suivirent », d’autant plus qu’il avait fait, à la fin du XIXe siècle, une découverte fondamentale, « celle du syncrétisme religieux entre les divinités africaines et les saints catholiques. C’est à lui que revient cette découverte et ce fut lui aussi qui, le premier, attira l’attention des chercheurs sur les formes modernes d’aculturation ». Voir Bastide : Les Religions Africaines au Brésil – Paris, PUF, 1960, pp. 28-29.

24 Roger Bastide a entretenu une grande amitié avec les créateurs de la Semaine d’Art Moderne, notamment avec Mário de Andrade, Flávio de Carvalho, Paulo Duarte et Sérgio Milliet, dans les publications desquels il a puisé beaucoup d’informations et des perspectives sur la société brésilienne. Son étude approfondie sur la littérature nationale et sur les poètes en particulier, a constitué pour lui un moyen privilégié pour comprendre cette société sous un tout autre angle.
Pour ce qui est de l’utilisation de la poésie, voir : De la poésie comme Méthode Sociologique, réponse à Sérgio Milliet, poète, qui niait la possibilité d’une telle utilisation, in Pereira de Queiroz, Maria Isaura : Roger Bastide – Une Anthologie de Textes, S.P., Ed. Àtica, 1983, p. 81. Ce texte avait été publié tout d’abord par le journal Diário de São Paulo du 8 février 1946.

25 Pendant les années 50 et 60 (quoique cette dernière décennie fût marquée par les gouvernements militaires qui se sont succédé jusqu’au milieu des années 80), les Sciences Sociales connurent un essor considérable, avec élargissement des perspectives, multiplication des thèmes et des problèmes, diversification et modernisation des techniques de recherche, etc...
Ce mouvement se prolonge pendant les années 70 et 80.

26 Roger Bastide et Florestan Fernandes – Negros e Brancos em São Paulo, Companhia Editora Nacional, 1959 (Traduction Française : Les Relations Raciales à São Paulo).

27 La contribution de Florestan Fernandes aux Sciences Sociales brésiliennes est très vaste : des études sur les relations raciales au Brésil, l’introduction de l’optique sociologique dans les études du folklore, l’analyse des transformations de la structure sociale nationale, des essais sur des problèmes universitaires et sur les orientations politiques nationales, etc. Ses travaux, au début, révélaient des influences de l’Anthropologie Sociale anglaise, comme le montrent le contenu et les titres de ses deux premières thèses. Par la suite, ils ont été de plus en plus marqués par l’analyse marxiste et l’on peut constater de nettes influences de Max Weber dans ses interprétations. D’ailleurs, un des premiers travaux de Fernandes a été la traduction d’une œuvre de Marx, Contribution à la Critique de l’Économie Politique, suivie de la « Postface », sur laquelle F. Fernandes attirait l’attention dans son introduction, en faisant remarquer l’importance de ce texte pour la Sociologie. Ce texte a été retrouvé par Kautsky et publié pour la première fois en1903.
Pour mieux comprendre les différences entre les premières œuvres de F. Fernandes et celle qui suivirent, comparer, par exemple A Organização Social dos Tupinambá ou A Função Social da Guerra na Sociedade Tupinambá, publiés pendant les années 50, et A Revolução Burguesa no Brasil, édité à Rio, Ed. Zahar, 1975.

28 L’ouvrage Os Parceiros do Rio Bonito (N.d.T. : « Les Métayers de Rio Bonito ») est souvent considéré comme la contribution fondamentale d’Antônio Cândido à la Sociologie et constitue des exemples d’une histoire des mentalités, avant la lettre (N.d.T. : en français dans le texte).
Son ouvrage, Formation de la Littérature Brésilienne (Moments Décisifs), publié par la Librairie Martins, en 2 volumes, en 1959, en est la preuve, s’il en fallait une. Dans ces deux volumes, on retrouve à nouveau son souci de répondre à la problématique : « qu’est-ce que la société brésilienne ? qu’est-ce que l’homme brésilien ? » à laquelle on cherche à répondre actuellement au moyen de la production intellectuelle, interprétée cependant en fonction du contexte socio-historique dans lequel elle apparaît.
Antônio Cândido cherche à trouver dans son ouvrage – et il y parvient – un point d’équilibre entre, d’un côté, les procédés historiques et sociologiques et, d’un autre, les méthodes d’analyse proprement littéraires.

29 Dans A Mitologia Heróica das Tribos Indígenas no Brasil, R.J., Ministério de Educação e Cultura, 1959, Egon Schaden innovait, car il allait dans le sens d’une « histoire des mentalités ». Remarquons que sa thèse de doctorat (publiée plus tard sous le titre ci-dessus), a été soutenue à la fin des années 40, et a fait l’objet d’une publication par la Faculté de Philosophie de l’U.S.P. De ce point de vue, Egon Schaden était, lui aussi, un précurseur.

30 La production de Lourival Gomes Machado n’est pas très vaste car il a été amené à délaisser ses recherches pour occuper, pendant longtemps, le poste de Directeur d’Art de l’UNESCO, charge qu’il honora jusqu’à sa mort. Son Retrato da Arte Moderna no Brasil, S.P., Département de Culture, 1947 et surtout l’ouvrage Barroco Mineiro, S.P., Perspectiva, EDUSP, 1969, méritent cependant d’être cités.

31 Ont été diplômés aussi, à peu près à la même période, de jeunes licenciés qui ont exercé avec talent leurs activités et dont la production est de grande qualité.
Voir, par exemple, Mello e Souza, Gilda Rocha, dont la thèse de doctorat, publiée commercialement seulement maintenant, représente un travail de Sociologie Esthétique sans pareil : O Espírito das Roupas, S.P., Companhia das Letras, 1987. Voir également un travail de pionnier, pour l’instant unique, de Lucila Hermann, Guaratinguetá, 120 anos da evolução de uma cidade.

32 Déjà dans ses premiers travaux, cette orientation qui procède de la partie vers le tout était présente. Voir, par exemple, Culturas e Línguas Indîgenas no Brasil, R.J., in Educaçâo e ciências socias, vol. 2, n° 6, 1957.
Cette manière d’aborder les problèmes va s’affirmer par la suite, comme on peut le constater dans Frontières Indigènes de la Civilisation, Paris, Union Générale d’Éditions, Collection10/18, 1979.
Peu de sociologues ou d’anthropologues présentent une carrière aussi mouvementée que celle de Darcy Ribeiro qui, à partir de 1960, a abandonné les travaux de recherche pour embrasser la carrière politique, qu’il mène de front actuellement avec celle d’écrivain.

33 On peut évaluer cette expansion par l’accroissement des publications spécialisées. La Sociologie à elle seule compte 459 publications de 1939 à 1959, c’est-à-dire pendant les 29 années ici étudiées, postérieures à la fondation de l’Université de São Paulo.
De 1960 à 1982, c’est-à-dire la période qui couvre à peu près les années de répression militaire (N.d.T. : le coup d’État militaire eut lieu le 31 avril 1964 et la censure fut institutionnalisée par l’A.I. 5, en 1967), malgré tout le poids de la censure, 1 012 ouvrages sont publiés.
La production en Anthropologie et en Sciences Politiques est peut-être moindre, mais la comparaison de l’expansion de la Sociologie dans ces deux périodes est un signe révélateur de l’intérêt grandissant pour ces domaines de la connaissance.
Ana Maria Bianchi – Evoluçâo Temática da Sociologia Brasileira (Relatório Final de Pesquisa), S.P., FINEP/FIPE, 1985.

34 José Reginaldo Prandi a été frappé par l’accroissement de la demande de cours en Sciences Sociales dans les années 70, alors que le marché du travail ne donnait pas de signes d’un développement à la hauteur ou d’être, du moins, proportionnel à celui des demandes. En 4 ans, rien qu’à São Paulo, les étudiants de niveau Licence sont passés de... 7 721 à 10606.
En analysant ce qui se passait à l’U.S.P., il a constaté que 20 % de ces étudiants fréquentaient en même temps d’autres facultés de l’USP ou d’autres universités : Droit, Économie, Médecine ou Écoles d’ingénieurs, et envisagent les Sciences Sociales comme un complément indispensable à leur formation. L’existence de cours du soir dans le Département de Sciences Sociales leur permettait de mener conjointement les deux formations, d’autant plus que le cours du soir, plus long et plus souple, exigeait un nombre de disciplines plus réduit, par années colaire.
José Reginaldo Prandi Os Futuros Cientistas Sociais, S.P., Département de Sciences Sociales AJSP, 1980.

35 Sans doute ce développement flagrant suit de près l’expansion en nombre des classes moyennes dans le pays – et leur subdivision en une multiplicité de sous-niveaux – qui, tout en s’accroissant, revendiquaient une formation à la fois plus spécialisée et plus humaniste.
Il serait très intéressant d’étudier l’association de ces deux contraires dans le cadre du développement de l’enseignement au Brésil. Dans le domaine des Sciences Sociales, elle a eu comme conséquence le phénomène diagnostiqué par José Reginaldo Prandi.
Par ailleurs, les années 60 à 80 ont été marquées, au Brésil, et en particulier à São Paulo, par la multiplication des universités publiques et privées et par l’expansion des cours de Sciences Sociales. Rien que dans l’État de São Paulo, on dénombre quatre universités publiques, sept universités privées et plus de trois cents institutions d’enseignement supérieur, sans lien avec des universités. Aux trois universités de l’État de São Paulo vient s’ajouter une université fédérale, l’Université Fédérale de São Carlos.
Une autre manifestation de l’essor pris par les Sciences Sociales est la multiplication des congrès, colloques et réunions scientifiques dont la périodicité est annuelle.
Au cours du premier semestre, en février, a lieu l’Assemblée Générale de l’Association Brésilienne d’Anthropologie, qui prévoit 11 tables-rondes et 24 groupes de travail. Ensuite, en mai, a lieu la Rencontre Nationale du Centre d’Études Rurales et Urbaines, qui réunit des représentants de multiples institutions pour discuter des recherches en cours. Cette manifestation a compté, lors de XIVe réunion, l’année dernière, sur la présence de représentants de 42 institutions de tout le pays. Au mois de juillet, les organismes de recherche participent au congrès scientifique national de la Société Brésilienne pour le Progrès de la Science, qui fêtera cette année sa 40e réunion. Au mois d’août, l’Association des Sociologues de l’État de São Paulo réunit ses membres à l’U.S.P. Finalement, en octobre, a lieu l’importante manifestation que sont les Assises de Sciences Sociales du pays, avec 36 groupes de travail.
On trouvera difficilement, aujourd’hui, un autre pays que le Brésil qui fasse preuve d’un aussi vif intérêt pour les Sciences Sociales.

Auteur

Centre d’Études rurales et urbaines. Département de sociologie. FFLCH.USP – Université de São Paulo.

© Éditions de l’IHEAL, 1991

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540