Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Images réciproques du Brésil et de la France

 | 
Solange Parvaux
, 
Jean Revel-Mouroz

B. L’image scientifique et technologique/A imagem científica e tecnolôgica

L’influence en France de la recherche brésilienne en sciences sociales

Ignacy Sachs

Texte intégral

1Je commencerai par analyser une situation qui est quelque peu paradoxale et je me permettrai ensuite de formuler quelques suggestions pour y porter remède à l’avenir.

2J’ai sous les yeux un catalogue, un inventaire de thèses en sciences sociales et humaines sur le Brésil soutenues dans les universités françaises, catalogue établi par le GRECO 26 sous la responsabilité d’Hélène Rivière d’Arc entre 1980 et 1984.

3Il y a plus de 200 thèses soutenues sur le Brésil.

4Lorsque le listing est sorti de l’ordinateur, nous avons été agréablement surpris. Cela fait presque une thèse par semaine (si l’on oublie les vacances).

5Il y a beaucoup de domaines et d’universités représentés, non seulement les universités parisiennes, mais aussi les universités de province, une problématique diversifiée avec une certaine dominante des thèmes économiques, avec un fort contingent de thèses de linguistique, de littérature et d’histoire de l’art. Une situation donc tout à fait favorable.

6Je dirai pour ma part que les sujets comparatifs où les universités françaises pourraient être très utiles aux chercheurs brésiliens manquent peut-être.

7Nous avons donc une présence très forte de jeunes chercheurs brésiliens parmi nous : ils apportent une contribution importante à nos travaux de recherche. Des universités françaises participent à leur formation. Évidemment ces thèses sont de qualités inégales, comme cela arrive partout. Il y en a d’excellentes, et de moins bonnes. Je dois dire que j’ai été un peu étonné de voir une revue brésilienne prêter au recteur de l’Université de São Paulo des propos quelque peu intempestifs sur les thèses de 3e cycle soutenues en France dans les universités de Paris et de province. J’espère qu’il s’agit tout simplement d’une maladresse de journaliste.

8On a ainsi une situation favorable, mais qui tranche avec l’absence de publications de ces thèses. Elles sont bien entendu accessibles grâce à un fichier central et nous commençons à servir un service de microfilms et microfiches des thèses. Elles sont donc accessibles.

9Je pense, pour ma part, qu’elles sont peu exploitées ; en tous cas, elles ne donnent pas lieu, pour le moment, à beaucoup de publications. Quelques-unes ont été publiées sous forme de livres, d’autres ont fait l’objet d’articles ; mais le nombre de ces publications reste faible comparé à l’importance de la recherche effectuée en France.

10Certaines de ces thèses ont été par la suite éditées au Brésil. Elles mériteraient de faire l’objet d’une étude. On pourra peut-être la faire, mais ce n’est pas l’essentiel. Cette constatation qu’il y a beaucoup de recherches effectuées mais peu de publications amène à la seconde partie de mon dyptique qui est moins optimiste.

11Nous avons essayé de préparer un répertoire bibliographique des auteurs brésiliens en sciences sociales et humaines publiés en français entre 1965 et 1987. J’ai la première version de ce travail réalisé par Laure Emperaire qui recense 299 publications en 22 ans (articles ou ouvrages), à partir de fichiers consultés à la Fondation Nationale des Sciences Politiques, à l’IHEAL et à la Maison des Sciences de l’Homme. Cela représente de 7 000 à 8 000 références sur le Brésil.

12Nous nous sommes également servi du Catalogue des auteurs brésiliens traduits en France de 1824 à 1987. C’est un catalogue préparé par Santos Abreo, non encore publié, et qui a été préparé par le Bureau du Livre au consulat de France à Rio. Un ouvrage extrêmement important. Il peut y avoir des erreurs dans cette bibliographie, mais elle donne l’ordre de grandeur :

13300 publications en plus de 20 ans, soit 225 articles et 75 titres d’ouvrages.

14Je pense qu’en terme quantitatif c’est peu de chose. C’est aussi très dispersé du point de vue du lieu de publication (29 éditeurs, 88 périodiques), des auteurs et des thèmes d’ouvrages.

15Il y a, en revanche, une certaine concentration, puisque 7 auteurs, tels que Madame Queiroz et Monsieur le Ministre Celso Furtado, qui sont fort heureusement présents à cette table, ainsi que F.H. Cardoso, Luciano Martins et Paulo Freire, se partagent le quart des publications recensées. Ceci est tout à fait à leur honneur et nous avons pu profiter de leur présence à Paris et de leurs travaux.

16Bien entendu, l’évaluation à laquelle je me suis livré n’est qu’un exercice statistique qui ne préjuge en rien de la qualité des travaux ; je pense que parmi ceux-ci, certains ont joué un rôle très important pour la recherche sur le développement en France. Le fait est qu’il y a très peu de publications si l’on songe à la vitalité des sciences sociales au Brésil. Cette constatation, jointe à la première, me permet de suggérer 3 actions. La première est qu’il serait utile – non pour le passé mais à l’avenir – de songer à la publication d’un annuaire des thèses sur le Brésil soutenues en France, qui pourrait, par exemple, contenir quelques articles plus longs à partir d’extraits des meilleures thèses et des résumés qui soient plus qu’une simple recension bibliographique des autres thèses, de façon à constituer un outil de travail.

17Comme nous sommes en ce moment en train d’effectuer le microfichage des thèses, nous pourrions encore songer à transférer ces microfiches dans une bibliothèque brésilienne.

18Lors de sa dernière visite à Paris, le recteur de l’Université de Brasilia nous a dit qu’il venait de signer un accord important pour le transfert à la bibliothèque de l’Université de Brasilia de l’ensemble des thèses sur l’Amérique latine soutenues dans les universités nord-américaines. C’est un travail assez gigantesque qui a été rendu possible grâce à l’appui d’une fondation privée, la Xérox. Cela a permis évidemment d’utiliser la loi sur le mécénat, proposée par Monsieur le Ministre Furtado. Il y a eu également une participation du gouvernement brésilien. Cela représente une opération très importante qui fait qu’à l’avenir, la bibliothèque de Brasilia deviendra la principale source d’information sur l’ensemble de ce qui a été réalisé concernant l’Amérique Latine aux États-Unis.

19Je me demande si, à un niveau plus modeste, nous ne pourrions pas faire un effort semblable avec les microfiches des thèses sur le Brésil soutenues dans les universités françaises. Il faut réfléchir aux modalités : faut-il prendre les thèses soutenues avant 1985 ou se contenter de mettre sur pied un dispositif qui travaillera à partir de maintenant ?

20Enfin, la troisième proposition va dans le sens inverse.

21Pour ma part, je pense depuis longtemps que nous avons un retard à rattraper au niveau des traductions des travaux de nos collègues brésiliens en sciences sociales et j’aimerais proposer que nous essayions de mettre sur pied une collection de recueils thématiques. C’est-à-dire de définir un certain nombre de thèmes et d’essayer de susciter, en collaboration avec des collègues brésiliens, la participation des principaux protagonistes du débat brésilien sur le thème en question.

22Soyons réalistes, nous ne pouvons pas avancer très vite, mais je pense que, au rythme de 1 à 2 volumes par an, cela constituerait en France une bibliothèque sur les sciences sociales au Brésil.

23Si cette proposition pouvait être réalisée dans des conditions de réciprocité, nous aurions en même temps une occasion de présenter dans de meilleures conditions, en particulier aux étudiants des universités brésiliennes, la contribution française dans le domaine des sciences sociales concernant certains thèmes choisis d’un commun accord par le CNRS, le CNPQ, ou tout autre organisme de collaboration bilatérale.

Auteur

Directeur d’études à l’EHESS.

© Éditions de l’IHEAL, 1991

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540