Versión clásicaVersión móvil
OpenEdition Books

Images réciproques du Brésil et de la France

 | 
Solange Parvaux
, 
Jean Revel-Mouroz

A. L’image culturelle/Imagem cultural

Rapport de synthèse

Michèle Mattelart

Texto completo

1Cette première table ronde de la section intitulée : « L’émergence du Brésil : une nouvelle image » a été consacrée à l’image culturelle. Elle a porté sur les aléas du regard sur l’autre, des échanges avec l’autre à partir de quatre territoires si je puis dire : le premier étant la traduction d’ouvrages brésiliens en France (le premier mais que je traiterai à la fin de ce rapport) et trois autres marqués par les médiations de l’art et de la technique audiovisuelle mais aussi par les politiques de représentation de l’image : la télévision, le cinéma et les arts plastiques.

2Sur télévision, cinéma, arts plastiques, trois contributions ont été faites, celle de Philippe Henriot, celle de Sylvie Pierre et celle de Roberto Pontual.

3Tandis qu’au débat sur l’image du Brésil à travers les traductions ont participé Clélia Pisa, Georges Boisvert, Anne-Marie Quint, Jacqueline Penjon, Anne-Marie Métailié, Ligia Fonseca Ferreira et Georges Meudal.

4D’abord si vous voulez, je tracerai brièvement l’état des lieux.

5Un constat divers mais dans la majorité de ces domaines très peu réjouissant. Le constat en effet est, tout au moins dans le domaine des arts plastiques, celui d’une dégradation. Après la curiosité, il semble qu’aurait gagné en France vis-à-vis du Brésil l’indifférence, voire l’ignorance. J’emprunterai à Roberto Pontual ses conclusions : l’image du Brésil dans le secteur des Arts Plastiques n’existe plus, elle n’a plus de quoi se constituer, mieux vaut, disait-il, le malentendu, tel celui commis par le franciscain Thevet au milieu du XVIe siècle ou celui d’un Debret au XIXe que le silence des yeux clos.

6On peut espérer que l’exposition Modernidade-l'Art brésilien du XXe siècle qui s’ouvre dans les jours qui viennent au Musée d’Art Moderne de la Ville de Paris, contribue à rompre ce silence.

7Quant au cinéma, malgré le rôle de certaines figures clefs de l’histoire du cinéma en France et exception faite de cette période des années 60 où fleurit en Europe, en Italie et en France en particulier, une pensée tiers-mondiste qui accueillera avec ferveur les premières manifestations du Cinema Novo, malentendus et préjugés au sein notamment de certains milieux de la critique cinématographique parisienne vont s’accumuler. Préjugés et malentendus qui persistent et qui, alliés aux obstacles structurels, tels ceux opposés par la politique de programmation des circuits commerciaux, font par exemple qu’un des films les plus représentatifs de la toute récente production brésilienne n’ait pas eu droit à l’affiche et n’ait pas eu accès au public français.

8L’image de l’étranger passe mieux quand elle est proposée en super production et par un réalisateur dont le nom est très largement connu du grand public, à grand renfort de publicité médiatique. Il est bien évident que Bertolucci et le Dernier Empereur passera mieux que le film Cabra marcado para morrer (Un homme à abattre) d’Eduardo Coutinho qui pourtant a reçu le premier prix aussi bien du festival de Rio que du festival de La Havane.

9La rétrospective du cinéma brésilien qui a eu lieu à Beaubourg cette année même, constitue certes une initiative sans précédent, mais l’ordinaire de notre rapport au cinéma brésilien se résume à un privilège d’initiés, dans la mesure où il reste « ghettoïsé » dans les cinémas d’Art et d’Essai.

10L’intervention sur le cinéma de Sylvie Pierre terminait sur un souhait : que l’on favorise la place du cinéma brésilien à la télévision française. Je ne puis que m’associer à ce souhait mais c’est pour moi l’occasion de souligner ici un paradoxe, en effet bien qu’on assiste à l’explosion de l’image télévisuelle, à la multiplication des canaux de diffusion, cela est loin de signifier qu’il y ait plus d’espaces réservés à la culture de l’autre, à l’image de l’autre. Et je crois qu’en effet c’est une bataille qu’il faut livrer.

11En revanche et à cause de cette multiplication précisément des besoins d’images, à cause de cette multiplication des besoins de programmation notamment télévisuelle, le Brésil fait maintenant figure d’acteur sur le marché international des programmes de télévision. A l’instar de plusieurs pays européens mais avec une attitude beaucoup plus frileuse que beaucoup de ces pays, la télévision française s’est ouverte aux productions brésiliennes. Tiédeur du public a-t-on remarqué, tiédeur aussi de nos télévisions en franc contraste avec l’impact cathartique qu’a cette production au Brésil, son pays d’origine, mais aussi dans de nombreux autres pays. Occasion pour nous de mesurer les distances, voire les contradictions entre deux systèmes de télévision inscrits dans des formations et des contextes culturels nationaux divers, occasion aussi pour nous de nous poser une question qui est aujourd’hui cruciale : pourquoi certaines télévisions, et je parle de la télévision brésilienne, sont-elles plus populaires que d’autres ? Cette question est particulièrement lancinante quand elle est posée à partir d’une société comme la nôtre qui a longtemps vécu avec un système de service public protégé par une idée de haute culture et avec un marché audiovisuel captif, question lancinante à un moment où l’éclatement des télévisions traditionnelles multiplie le besoin d’images et de programmes. La confrontation avec la télévision brésilienne semble remettre en jeu, c’est ce qui s’est dégagé de nos débats, au-delà de la modernité technologique et industrielle, les représentations des rapports entre des cultures situées historiquement de part et d’autre du clivage géo-politique Nord-Sud. Dans cette nouvelle phase des rapports culturels par industries interposées, le stéréotype ne continue-t-il pas à le disputer à l’intuition profonde pour redonner vie au vieux dilemme, affectivité-raison, Nature-Culture ?

12Je passerai maintenant au débat sur les traductions, sur l’image du Brésil donnée à travers les traductions d’ouvrages brésiliens en France. Un recensement exhaustif des traductions des livres brésiliens en France fait apparaître une très forte expansion dans la dernière période, à savoir la période située entre 1966 et 1987. Ce recensement permet par ailleurs de souligner la transformation complète de l’image du Brésil qui se produit à la fin de la seconde guerre mondiale, due notamment au fait suivant : alors que dans la première période, les traductions étaient proposées par des personnes appartenant à l’establishment, dans la seconde va s’opérer la diversification des sources et l’éventail des traductions proposées d’ouvrages brésiliens va considérablement s’élargir. Malgré tout et malgré donc l’actuel foisonnement, ce qui est traduit ne donne pas en France un reflet fidèle de ce qu’est la littérature brésilienne actuelle. On peut surtout déplorer cette déformation dans le domaine de la poésie.

13Soulignons un fait qui ne manque pas d’être intéressant : alors qu’à l’époque du boom latino-américain, le Brésil était exclu, c’est au moment où ils se désintéressent de ce boom que les éditeurs ont commencé à s’intéresser à la littérature brésilienne. Un regain d’intérêt qui ne serait pas sans rapport avec la plus grande place qu’occupe le Brésil dans les médias français. Il est à noter que les traductions ne dépassent jamais 1 500 exemplaires et il a été dit qu’il n’y aurait pas de best-seller. Mais je dois ajouter qu’à ce sujet une polémique est née à partir de la salle et l’on s’est demandé si l’on ne pouvait pas parler de best-seller à propos des traductions d’un auteur comme Jorge Amado.

14De ce débat se dégagent des propositions, une partie programmatique si vous voulez :

15Première proposition : établir une politique d’aide à la traduction pour l’éditeur qui favoriserait considérablement la publication d’ouvrages brésiliens en réduisant le coût de la traduction pour l’éditeur, car le coût de la traduction est souvent un obstacle que brandit ce dernier contre la traduction d’ouvrages bien évidemment.

16La deuxième proposition est celle d’établir une politique d’information aux bibliothèques. Ces bibliothèques où la présence de livres brésiliens, qui sont d’ailleurs classés avec les livres portugais, laisse beaucoup à désirer. Ceci d’après une enquête effectuée dans les bibliothèques parisiennes.

Autor

Chercheur.

© Éditions de l’IHEAL, 1991

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540