Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Images réciproques du Brésil et de la France

 | 
Solange Parvaux
, 
Jean Revel-Mouroz

A. L’image culturelle/Imagem cultural

La présence de la littérature brésilienne dans les bibliothèques parisiennes

Lígia Fonseca Ferreira

Texte intégral

1Nous nous sommes proposé de voir comment la littérature brésilienne est représentée dans les bibliothèques municipales de la ville de Paris, à travers les traductions et les ouvrages en langue portugaise. En même temps, nous avons pu nous apercevoir que l’objet de notre enquête présuppose des enjeux dans la formation du bibliothécaire, dans la mécanique de la circulation de ces livres jusqu’à leur arrivée en bibliothèque, les modes de promotion et diffusion, notamment des ouvrages traduits ainsi que dans les outils bibliographiques d’information générale sur le Brésil et de sa production littéraire (par exemple des bibliographies commentées à l’intention des bibliothécaires, enseignants ou usagers des bibliothèques).

2D’une manière générale, il est très difficile d’indiquer le nombre exact de titres dont disposerait chaque bibliothèque, surtout en ce qui concerne les traductions, car la plupart d’entre elles ne sont pas informatisées. Il s’y ajoute des problèmes de classement – le reflet le plus immédiat de la formation du bibliothécaire et de ses images sur la littérature brésilienne. Donnons-en quelques exemples : les ouvrages en langue portugaise, souvent minoritaires (sauf à Beaubourg, où il existe 354 titres d’auteurs brésiliens en portugais pour 74 traductions) sont soit rassemblés dans une sous-section de la rubrique « littérature étrangère », dans un classement par langue, où se trouvent les littératures portugaise et brésilienne ; soit on les retrouve tout simplement dans le rayon « littérature hispano-américaine », comme c’est le cas de la Bibliothèque Mouffetard-Contrescarpe où cohabitent des livres en portugais ou traduits, par exemple, La Reine du Bal et Un chapeau pour voyager de Zélia Gattai, Macunalma ou encore des ouvrages du Portugais Miguel Torga. A la bibliothèque d’information publique du Centre Georges Pompidou, deux ouvrages de Machado de Assis étaient classés « littérature portugaise », malgré l’avertissement « traduit du brésilien » sur la couverture très soignée des éditions Métailié. Ceux-ci ne sont que de petits exemples de ce qui peut se passer dans les bibliothèques publiques ayant trait aux images sur le Brésil, à partir de ces vieilles et très récurrentes équivoques sur la langue – au Brésil, « se habla espanol » – et se répercutant, donc, dans la classification, ce qui peut, d’une manière ou d’une autre, rendre difficile l’accès à ces ouvrages.

3La plupart des ouvrages traduits étant classés « romans » se rangent à côté de tous les autres ouvrages appartenant à ce genre, toutes littératures confondues. Dans ce cas aussi, l’accès n’est pas moins problématique (et lorsque je pense à l’accès à cette littérature brésilienne, j’essaie de prendre en compte le lecteur néophyte, car c’est surtout celui-ci qu’il importe de captiver, de séduire). Dans la plupart des bibliothèques, et je prends l’exemple d’une bibliothèque assez vivante comme l’est la Bibliothèque Mouffetard-Contrescarpe (située au cœur du Quartier Latin et à proximité de la Sorbonne et d’autres écoles, ce qui définit un public majoritairement universitaire, « bien informé », au goût assez « formé » et évoluant d’une façon très autonome dans l’espace d’une bibliothèque), il n’est pas de rubrique « littérature brésilienne » dans le fichier général : les entrées se font par « auteur » ou par nom de pays. Dans ce cas, la rubrique « Brésil » est présentée sous différents aspects – vie politique, économique, sociale, guides touristiques, récits de voyages, ouvrages sur la littérature brésilienne, etc. –, avec des ouvrages en langue française écrits principalement par des auteurs français. Toujours dans la même bibliothèque, Macunaíma de Mario de Andrade, Un chapeau pour voyager de Zélia Gattai, et Mémoires de prison de Graciliano Ramos, sont classés « témoignages et documents » ; c’est-à-dire qu’à la consultation du fichier, le lecteur intéressé doit aller à l’entrée « auteurs » ou directement à la rubrique « témoignages et documents » pour repérer les deux ouvrages que nous citons.

4A titre d’exemple en ce qui concerne les fonds, nous avons pu effectuer un petit relevé dans la Bibliothèque Faidherbe dans le 11e arrondissement, une des rares à présenter un catalogue informatisé à côté du fichier classique, où l’on aurait, donc :

5– 40 ouvrages généraux sur le Brésil (en français ou en portugais) ; 2 ouvrages sur la littérature brésilienne ; 0 ouvrage en édition bilingue (absents aussi dans la plupart des bibliothèques, alors qu’il y en aurait au moins deux ou trois titres de grand intérêt pour le public en général) ; 70 ouvrages en langue portugaise (auteurs brésiliens et portugais, mais seulement 26 restent en rayon, et cela depuis l’été 87, car le reste étant peu demandé, n’est sorti que sous commande expresse).

6Un autre repérage au hasard nous montre que toutes les bibliothèques visitées ont au moins une vingtaine de titres de J. Amado, au moins 6 titres de Clarice Lispector, et d’une façon générale tous les titres publiés chez Stock ou A.-M. Métailié, comme c’est le cas, par exemple, de la Chronique de la maison assassinée. Celui-ci avait l’air d’être le titre récent le plus retenu, le plus connu des bibliothécaires, qui ont souvent fait allusion non seulement à la qualité de la présentation esthétique des éditions Métailié, facteur d’attrait naturel pour les gens du métier, mais aussi à la publicité qui a entouré la parution de ce livre, notamment grâce aux articles dans les rubriques littéraires de la presse écrite en général et spécialisée. Nous avons, ainsi, pris un cas au hasard, sans le désir de faire de la publicité pour les uns ou les autres. Cependant, ces échos, parvenus dans les entretiens avec des bibliothécaires, reflètent, en particulier, l’importance et l’articulation d’une sorte de « réseau » dont nous-mêmes, présents à cette table ronde, en sommes l’exemple : il y a évidemment le choix des titres à traduire, les maisons d’édition et les traducteurs avec « seus ossos do ofício », que nous placerions dans le circuit interne de ce réseau. Mais il y a l’autre bout de la chaîne, le lecteur qu’on veut s’efforcer de transformer en consommateur, non seulement au sens commercial du terme, mais il se peut que, tout d’abord, il se doive d’être un consommateur culturel, et cela peut découler d’une sensibilisation faite aussi bien par la critique qu’au sein d’une bibliothèque en tant qu’espace de découverte. C’est, donc, motivée par ces aspects qu’il nous a paru pertinent d’évoquer, ne serait-ce que rapidement lors de cette table-ronde, la présence de la littérature brésilienne dans les bibliothèques parisiennes, avec, bien sûr, ses retombées dans la formation (et de même, dans les dispositifs d’information) des bibliothécaires, agents diffuseurs privilégiés de livres, de littératures (au pluriel), donc, d’images également. N’oublions pas qu’en France, on essaie de plus en plus d’unifier des actions touchant à la fois bibliothèques, libraires, éditeurs, enseignants et public.

7Pour une des raisons déjà évoquées, c’est-à-dire, la non-informatisation des services, et encore, dans ce cas-là, il aurait fallu monter un programme spécial à cette fin, les données concernant les prêts sont assez vagues, ce qui nuit un peu à notre envie de savoir, à travers les prêts, si les traductions d’ouvrages brésiliens pourraient être considérées comme une partie « vivante » ou « endormie » dans les bibliothèques. D’une façon empirique encore, nous avons, à la Bibliothèque Mouffetard-Contrescarpe, consulté les cartes de prêt de quelques ouvrages pour en voir les résultats depuis 1985 :

  • Capitaine de Sable : 19 prêts ;
  • Gabriela : 17 prêts (sur un seul exemplaire, il y en a deux) ;
  • Tocaia : 26 prêts ;
  • Boutique aux miracles (J. Amado) : 14 prêts ;
  • Esaü et Jacob : 4 prêts ;
  • L’Aliéniste : 4 prêts ;
  • Dom Casmurro (M. Assis) : 0 prêt ;
  • La Belle et la Bête : 20 prêts ;
  • La passion selon G.H. (C. Lispector) : 167 prêts ;
  • Chronique de la maison assassinée (L. Cardoso) : 10 prêts ;
  • Macunaíma (M. de Andrade) : 5 prêts ;
  • Sergent Getúlio : 7 prêts ;
  • Vila Real (J.U. Ribeiro) : 3 prêts ;
  • Anthropophagies (O. de Andrade) : 2 prêts ;
  • Premières Histoires (G. Rosa) : 12 prêts ;
  • Maíra (D. Ribeiro) : 10 prêts ;
  • L’Opéra des morts (A. Dourado) : 2 prêts ;
  • Reunião/Réunion : 2 prêts ;
  • Conversation extraordinaire avec une dame de ma connaissance » (C.D. de Andrade) : 9 prêts ;
  • Sécheresse : 6 prêts ;
  • São Bernardo (Graciliano Ramos) : 3 prêts ;
  • La Reine du bal : 2 prêts ;
  • Un chapeau pour voyager (Zélia Gattai) : 7 prêts.

8Cet aperçu, quoique très incomplet et rapide, peut cependant nous pousser à la constatation que, à part Jorge Amado et Clarice Lispector, tous les autres auteurs, et non des moindres, qui ponctuent ce panorama de la littérature brésilienne traduite en France, ne sont guère connus (lus) des usagers de nos bibliothèques, et pas davantage des bibliothécaires, comme nous l’a montré notre enquête auprès d’une trentaine de bibliothécaires.

9Ce n’est pas notre propos ici, mais une étude plus détaillée concernant des aspects divers de la réception de la littérature brésilienne en France ne manquerait pas d’être très opportune à présent. Pays aux facettes multiples engendrant de multiples modes d’expression littéraire, il serait injuste de considérer que l’ensemble des auteurs traduits en France – nombre qui ne tend qu’à croître – ne suffit pas à illustrer la richesse et la variété d’une littérature latino-américaine des plus fertiles. Nous voudrions ici attirer l’attention sur le travail qu’il y a à faire dans plusieurs instances complémentaires, afin de dynamiser les connaissances de la littérature brésilienne auprès du public français, transformant le « sens unique » de la consommation littéraire française telle qu’elle a lieu au Brésil, en « une avenue » à « deux voies », et pourquoi pas à « quatre voies », si littérature française et littérature brésilienne sont respectivement embrassées par les notions amplificatrices de « francophonie » et « lusophonie », lesquelles relient quatre continents.

Conclusion

10Lorsque nous envisageons de mieux faire connaître une littérature étrangère en France, nous ne négligeons pas le fait que cette tâche s’inscrit dans la politique de promotion du livre et du livre étranger en général ; cet aspect, que nous ne saurions développer à présent, doit cependant être pris en considération dès que l’on veut avoir une vue non partielle des problèmes concernant une littérature en particulier, et ainsi en arriver à des conclusions et, principalement, à des démarches pratiques susceptibles de provoquer des résultats concrets. Un effort de promotion de la littérature brésilienne dans les bibliothèques n’est donc pas à négliger. Comment ?

11Tout d’abord, par un travail d’information et de sensibilisation auprès des bibliothécaires, à travers la participation dans des stages de recyclage, à travers des outils bibliographiques affinés pour la recherche documentaire, par exemple, une bibliographie commentée de ce qui illustre la littérature brésilienne, voire lusophone, en France, de même que par l’utilisation de l’espace que peut proposer une bibliothèque pour la réalisation de conférences, lancements de livres ou expositions recouvrant à la fois la littérature et des domaines complémentaires. Dans nos entretiens, plusieurs bibliothécaires ont regretté qu’aucune action reliée aux bibliothèques n’ait eu lieu lors de la venue exceptionnelle de 20 écrivains brésiliens en mars dernier : une manifestation aurait pu être prévue au sein de la Bibliothèque Publique d’information du Centre Pompidou, qui joue un rôle relais pour l’ensemble des bibliothèques parisiennes dans la formation et recyclage du personnel.

12Nous retenons, en plus, quelques suggestions, comme un plus grand nombre d’éditions bilingues, de titres pour enfants et la jeunesse, et de contes brésiliens, lesquels, à l’avis de nos bibliothécaires, peuvent servir d’appât pour le lecteur non habitué de la littérature brésilienne.

13Dernière suggestion importante : le service technique des bibliothèques parisiennes souhaiterait pouvoir élargir les fonds en langue portugaise, et éventuellement transformer une des bibliothèques en fonds spécialisé dans ce domaine ; pour autant, on aimerait pouvoir contacter des organismes qui puissent orienter les choix et les démarches pour les commandes, d’au moins une quinzaine d’exemplaires par titre, commande prioritaire de titres d’auteurs déjà traduits en France, mais aussi de titres récents et représentatifs de notre littérature non traduits également. Je crois que du côté brésilien, l’Instituto Nacional do Livro (Brésil) pourrait servir d’interlocuteur à ce service.

14Même si la bibliothèque de Cergy-Pontoise se trouve en dehors de la ceinture parisienne, nous aimerions dire quelques mots sur une expérience originale réalisée dans cette bibliothèque. Par l’effort de la bibliothécaire en chef, Mme Danset, en 1986, pendant un mois et demi, il y a eu une vaste animation culturelle sur les littératures lusophones. La première motivation fut donc d’associer un événement, c’est-à-dire le lancement de l’année France-Brésil, à la promotion d’une littérature. On a tout d’abord commencé par acheter tous les titres traduits en français (il s’agit d’ailleurs, de l’une des rares bibliothèques possédant l’intégralité de cette collection), ce qui a représenté un gros effort budgétaire en vue de cette acquisition. Un stage pour les bibliothécaires a été organisé pendant une semaine, pendant laquelle des spécialistes en littérature et cultures d’expressions lusophones ainsi que des traducteurs sont venus apporter leur collaboration. Il s’est agi d’un stage plein de découvertes ; découverte, tout d’abord de cultures nouvelles, de la langue portugaise numériquement représentative dans l’ensemble des langues les plus parlées, découverte de littératures et d’auteurs, depuis Guimarães Rosa et Machado de Assis jusqu’à Eça de Queirós, Pires et Miguel Torga.

15N.B. : Communication originellement présentée en français.

Auteur

Universidade Estadual de Campinas, Brésil.

© Éditions de l’IHEAL, 1991

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540