Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Images réciproques du Brésil et de la France

 | 
Solange Parvaux
, 
Jean Revel-Mouroz

A. L’image culturelle/Imagem cultural

L’image du Brésil au travers des traductions littéraires

Jacqueline Penjon et Anne-Marie Quint

Texte intégral

1Nous avons examiné les traductions d’œuvres littéraires en France (en laissant délibérément de côté la littérature enfantine et les revues) depuis l’indépendance du Brésil en 1822.

2Dès 1824 paraissent les Poésies de Gonzaga, suivies en 1829 du Caramuru de Santa Rita Durão. Il s’agit dans le premier cas de l’œuvre d’un poète dont les amours brisées par une justice inique faisaient un personnage à la destinée particulièrement émouvante ; dans le second cas, d’une épopée qui raconte des épisodes de l’occupation du Brésil, décrit la nature tropicale et exalte des héros tant indiens que portugais. L’image du Brésil qui ressort de ces deux œuvres s’inscrit tout à fait dans le goût romantique de l’époque.

3Il faut attendre les toutes dernières années du siècle pour retrouver de la littérature brésilienne traduite en français. Entre 1896 et 1929, on a l’impression que la vision romantique du Brésil subsiste et s’enrichit, grâce à la publication du roman de Taunay,. Inocência ; des œuvres indianistes d’Alencar, Les fils du soleil (O Guarani) et Iracema ; du roman de Coelho Neto Macambira (O Rei Negro : Romance bárbaro) dont le héros est un esclave noir à la dignité exemplaire ; de deux œuvres d’Afrânio Peixoto dont l’action se déroule dans le sertão et la région de Bahia. La traduction de Canaan de Graça Aranha offre une image plus complexe avec le thème de l’immigration et le débat sur les valeurs respectives des races. Dans tous ces livres il y a une constante : la vision impressionniste de la nature. Les premières traductions de Machado de Assis en 1910 et 1911 tranchent sur ce paysage : le héros carioque des Mémoires posthumes de Bras Cubas, riche bourgeois raté, est représentatif d’une vision pessimiste de la société, aussi valable pour le Brésil que pour l’Europe.

4Dans la période 1930-1970, l’image du Brésil se diversifie, parallèlement à la publication des travaux de Roger Bastide, Gilberto Freyre, Josué de Castro, et grâce à l’action du Parti Communiste. On prend conscience en France de l’existence des « contrastes ».brésiliens. Sans doute retraduit-on des classiques : Le Guarany, et Les Mémoires d’Outre-Tombe de Bras Cubas et on y ajoute Dom Casmurro et Quincas Borba de Machado de Assis, Les Mémoires d’un sergent de la milice, de Manuel Antônio de Almeida, Les terres de Canudos (Os Sertões) de Euclydes da Cunha. Mais à côté de cela, le Nordeste et ses problèmes économiques et sociaux entrent en scène : la culture de la canne à sucre et le « cangaço » avec L’enfant de la plantation et Cangaceiros de José Lins do Rego, la sécheresse chez Graciliano Ramos, les luttes sans merci pour la possession de la terre ou les difficultés du petit peuple multiracial des villes dans les romans du cycle du cacao ou de Bahia de Jorge Amado. En contraste, surgit la conquête du sud dans Le temps et le vent de Érico Veríssimo. C’est dans les années 60 que sont publiées les œuvres de Guimarães Rosa, où le cadre rural de Minas Gerais est utilisé par l’auteur pour poser en termes métaphysiques le problème de la place de l’homme dans le monde. Pour le public français, cette œuvre se détache des romans sociaux plus ou moins engagés cités antérieurement et met en évidence des préoccupations esthétiques et philosophiques. L’esthétique était déjà essentielle dans le premier roman de Clarice Lispector, Près du cœur sauvage, publié en 1954. Cette nouvelle image littéraire du Brésil est à rapprocher de quelques publications d’œuvres poétiques dont le mérite revient avant tout à Pierre Seghers : Adalgisa Neri, Vinicius de Morais, Murilo Mendes, Manuel Bandeira, Cecília Meireles sont traduits. Une Anthologie de la poésie brésilienne contemporaine est couronnée par l’Académie Française en 1954.

5Depuis les années 70, on compte environ 75 œuvres de littérature brésilienne publiées en France sur un total approximatif de 125 depuis 1824, c’est-à-dire 60 %. Ces chiffres suffisent à souligner l’intérêt croissant des éditeurs et du public pour cette littérature, intérêt qui est en partie la conséquence du succès de la littérature latino-américaine en général, mais aussi l’influence des médias (un exemple : la publication de L’esclave Isaura, de Bernardo Guimarães, en 1986, a coïncidé avec le feuilleton télévisé tiré du roman), et encore de la place acquise par le Brésil parmi les grandes puissances économiques. Ainsi les œuvres traduites autour des quinze dernières années rendent-elles mieux compte de la complexité et de la diversité de la littérature brésilienne. L’image qui semble se dégager n’est plus seulement celle d’un monde tropical exotique, ou d’un contexte tiers-mondiste marqué par les conflits sociaux avec, il est vrai, quelques aperçus plus esthétiques.

6C’est maintenant que l’on a enfin accès aux grands écrivains des débuts du modernisme (Mário de Andrade avec Macounaima en 1978, Oswald de Andrade avec Anthropophagies en 1982). On complète ou on publie les œuvres de grands auteurs devenus des classiques : Esaü et Jacob, L’aliéniste de Machado de Assis ; L’Athénée de Raul Pompéia en 1980 ; Premières histoires de Guimarães Rosa en 1982 ; São Bernardo de Graciliano Ramos en 1986 ; un roman de Lúcio Cardoso, sept de Clarice Lispector, etc. De nombreux romanciers contemporains ont au moins une œuvre traduite : Ivan Ângelo, Antônio Callado, José Cândido de Carvalho, Autran Dourado, Rubem Fonseca, Osman Lins, Dyonélio Machado, Josué Montello, Raduan Nassar, Nélida Piñon, Rachel de Queirós, João Ubaldo Ribeiro, Moacyr Scliar, Márcio Souza, Antônio Torres, etc. Il est impossible de tirer une image unique de cette multiplicité. Les images se superposent : la vie urbaine, l’exode rural, la violence dans les relations humaines, les revendications de tous ordres (des femmes, des opprimés, etc.), sans oublier l’accent érotico-social des derniers romans de Jorge Amado.

7Malgré ce foisonnement, on n’a pas un reflet fidèle de ce qu’est la littérature brésilienne actuelle. Ainsi, le conte et la chronique, genres si vivants, sont-ils sous-représentés par rapport au roman : on ne trouve guère que Monteiro Lobato en 1970, Carlos Drummond de Andrade et Dalton Trevisan en 1985, Lygia Fagundes Telles et Edilberto Coutinho en 1986. La situation est pire pour la poésie : les efforts de Pierre Seghers n’ont pas eu de suite, non par manque de poètes au Brésil, mais sans doute faute d’intérêt en France : seul Drummond a eu droit à une anthologie bilingue en 1973. Et que dire du théâtre : il est fort peu connu chez nous, mis à part Le jeu de la miséricordieuse ou Le testament du chien d’Ariano Suassuna (1970) et Madame Marguerite de Roberto Athayde (1975).

8Au terme de ce panorama qui n’est évidemment pas exhaustif, quelques remarques nous semblent nécessaires :

  • Pendant de longues années les publications espacées dans le temps ont favorisé la formation de clichés qui s’ajoutaient à ceux que véhiculaient des œuvres non littéraires (sociologie, musique, cinéma, médias, etc.).
  • Il est artificiel de prétendre définir l’image du Brésil donnée par les traductions littéraires, dans la mesure où le lecteur moyen n’a pas une vision globale, mais se contente de l’image que lui suggère le livre auquel il a eu accès souvent par hasard, ou au mieux, l’auteur qui l’a intéressé.
  • Le lecteur est parfois induit en erreur par le critique ou l’éditeur qui projette dans un ouvrage ses propres a priori : c’est ainsi qu’on a pu présenter en 1983 Machado de Assis comme « le grand-papa de Jorge Amado », ou, en 1986, l’héroïne de L’opéra des morts de Autran Dourado comme « Une lady Chatterley du Nordeste », alors que le roman se situe dans le Minas Gerais et que Dona Rosalina n’a que peu de points communs avec lady Chatterley.
  • Le choix des œuvres traduites a visiblement été au début celui des traducteurs qui faisaient passer ainsi leurs goûts dans le public (Garay de Monglave au XIXe, Philéas Lebesgue dans les années 30, etc.). A l’heure actuelle, ce sont plutôt les éditeurs qui choisissent.

BIBLIOGRAPHIE

9voir après la traduction, page 638.

© Éditions de l’IHEAL, 1991

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540