Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Images réciproques du Brésil et de la France

 | 
Solange Parvaux
, 
Jean Revel-Mouroz

A. L’image culturelle/Imagem cultural

Littérature brésilienne en France aujourd’hui : questions de la pratique de l’édition

Clélia Pisa

Texte intégral

1Beaucoup de problèmes que la traduction du livre brésilien rencontre en France ne sont pas propres au Brésil. D’autres littératures étrangères les connaissent aussi. Le cas brésilien est peut-être seulement plus ardu.

2L’intérêt que cette littérature éveille grandit. Le savent bien lecteurs, traducteurs, conseillers littéraires ou agents qui ont l’habitude d’en parler aux maisons d’édition françaises. Au refus poli et en général immédiat qui jadis leur était opposé, pratiquement dix fois sur dix, lorsqu’ils proposaient un livre brésilien, s’est substitué un intérêt évident.

3Certes, le résultat en sera encore souvent un refus. Demeure pourtant chez les éditeurs le désir de prendre connaissance d’une littérature. Cela est sans doute lié à la place grandissante que le Brésil occupe dans les média français. Il s’agit désormais d’un pays dont on parle. Il est vrai que la France, elle aussi, s’ouvre davantage à l’étranger.

4La question de savoir si tout livre peut être traduit à n’importe quel moment dans une autre langue reste posée. Mais on ne peut pas dire que tout est possible à tout moment. Le choix de l’époque où sera proposée une traduction est important, comme l’est la période où celle-ci paraîtra.

5Tout le monde connaît l’exemple de livres essentiels de telle littérature qui, traduits, n’eurent aucune répercussion en France et réédités ensuite furent lus. La qualité des traductions n’est pas nécessairement responsable de ces comportements différents. Il y a un temps pour tout. Mais les règles qui définissent de façon indiscutable ses propriétés n’existent pas.

6Le domaine de la traduction du livre étranger est celui de l’absence de lois garantissant le succès. Cette incertitude est à la fois l’écueil de l’entreprise et sa grandeur.

7Combien de Brésiliens ne sont-ils pas étonnés d’apprendre que certains livres qui viennent de paraître chez eux et qui y ont du succès ne passeront pas nécessairement la rampe de la traduction en France ? Peut-être parce qu’ils sont trop exclusivement brésiliens ou, au contraire, parce qu’ils ne le sont pas du tout. Comme ni les certitudes ni les lois n’existent en la matière, il faut se fier au flair des spécialistes qui sont des gens vivant à la fois deux cultures différentes. Leur flair, même si on ne le définit pas avec précision, donne souvent des réponses assez semblables.

8Il y a des livres qui un jour devront être traduits parce qu’ils font partie du patrimoine culturel du pays. Cependant, même pour ces livres-là, il n’est pas certain que la bataille d’une éventuelle traduction sera gagnée.

9Faire traduire un livre brésilien en France exige une très longue patience. Un livre peut être refusé par plusieurs éditeurs à la fois et, quelques années après, être accepté ou même convoité par plus d’un éditeur.

10Le temps joue donc un rôle considérable dans la traduction d’un ouvrage littéraire et cela de plusieurs façons. Ainsi, entre le jour où l’éditeur français reçoit pour la première fois tel roman brésilien de, disons, deux cents pages et le moment de sa parution, le délai le plus bref pour la prise de décision, l’exécution de la traduction et la publication de l’ouvrage est de l’ordre de deux ans. Souvent ces délais sont plus longs.

11Une décision de publication d’une traduction est donc prise dans un certain contexte intellectuel, politique, artistique. Peut-être à ce moment-là est-on en train de parler du Brésil à la télévision d’une manière qui rappelle en quelque sorte le livre, ou a-t-on vu la sortie d’un film dont le sujet en est proche, ou encore certains articles de presse disent des choses qui éveillent l’intérêt pour son contenu.

12Arrive l’époque de sa publication. Le contexte général a changé. On ne parle plus du Brésil de la même façon. La valeur du livre demeure, mais autour de lui tout a bougé. L’éditeur qui espérait éveiller l’intérêt de la presse tout à fait naturellement se trouve devoir lutter âprement pour qu’on parle de son ouvrage. Car la question cruciale de la sortie d’un livre est, en effet, comment en faire parler. Il faut faire savoir au public que le livre existe.

13La proposition de traduire un ouvrage débute par un dialogue entre deux personnes dont l’une veut faire passer quelque chose d’une culture et d’une langue que l’autre ignore. Ce dialogue doit éveiller de l’intérêt sans faire naître de la méfiance.

14Il est inutile de chercher à abuser sciemment l’interlocuteur d’une maison d’édition. Cela finit toujours par se savoir. Il faut donc dire la vérité. Dire la vérité ne signifie pas qu’on ne se trompe pas. Reste que présenter un livre de façon précise et concise est un art bien complexe.

15Les maisons d’édition françaises n’ont pas l’habitude de recevoir des textes étrangers déjà traduits. Cela étonne les Brésiliens qui souvent souhaitent faire traduire leurs ouvrages pour les présenter ainsi aux éditeurs. Ce n’est pas seulement qu’un tel procédé n’est pas usuel. Il ne faut pas, non plus, négliger le danger que présente une traduction quelque peu imparfaite arrivant sur la table d’un éditeur. C’est la condamnation certaine et définitive d’un livre.

16Proposent des livres aux maisons d’édition, soit les personnes qui souhaitent en faire ultérieurement la traduction, soit les agents littéraires, les lecteurs, les conseillers littéraires ou bien les auteurs et les éditeurs brésiliens qui les adressent directement de leur pays.

17Toute maison d’édition s’appuie pour une prise de décision ultérieure sur des conseillers littéraires et des lecteurs. Leur nombre est plus ou moins grand selon la taille de la maison. En règle générale les conseillers littéraires sont attachés à une ou deux maisons si celles-ci ne sont pas des rivales. Leurs responsabilités sont plus larges que celles des lecteurs. Ceux-ci n’interviennent pas dans une prise de décision. Ils sont extérieurs aux maisons d’édition et peuvent être appelés à donner leur avis par plusieurs éditeurs à la fois.

18Les uns et les autres écrivent des rapports où se trouve résumé le contenu du livre, à quoi s’ajoute un commentaire qualitatif. Faire de tels rapports suppose une bonne connaissance de la littérature étrangère en question, mais aussi une connaissance de la société française où le livre doit paraître.

19Si le rapport présenté est négatif, les choses en restent là. Le livre, en règle générale, est refusé. Cependant si le rapport présenté est positif, alors le livre sera lu par un autre lecteur encore, par le conseiller littéraire, s’il ne le connaît pas. En supposant toutes ces opinions favorables, l’éditeur prendra alors sa décision qui ne sera pas, elle, automatiquement affirmative.

20D’autres considérations pèsent dans sa décision, comme le coût de traduction et de fabrication du livre. Ces coûts varient naturellement selon la taille du livre. La traduction l’enchérit. Le prix de celle-ci représente entre 50 % et 60 % du prix de la fabrication. Les tirages de départ envisagés ne dépassent guère 3 000 exemplaires. Les équilibres à établir sont donc délicats.

21L’éditeur espère toujours qu’il vendra bien son édition. S’il souhaite jouer un rôle culturel, il pense aussi à l’état du marché. Vendre la moitié du tirage initial d’un livre traduit du portugais est considéré un résultat très favorable. Cela n’arrive pas souvent.

22Or, selon différentes sources, une maison d’édition d’une taille déjà importante doit vendre 2 200 exemplaires pour couvrir ses frais. Ce chiffre est légèrement inférieur si elle est plus petite. On voit donc que l’opération n’est pas rentable. Il faut éviter qu’elle ne le soit de façon systématique si on veut développer le nombre d’ouvrages traduits. Penser à des aides devient nécessaire. Elles peuvent être de deux sortes.

23Une aide à la traduction permet d’alléger les charges que supportent les maisons d’édition. L’État français, grâce au Centre National des Lettres en offre certaines. Ces aides du CNL, malgré leur nombre, ne peuvent pas répondre à toutes les demandes présentées par les éditeurs puisque sont aidées ainsi toutes les littératures étrangères.

24L’UNESCO en propose aussi. Elles vont aux livres qui font partie du patrimoine culturel de l’humanité selon une liste établie par cet organisme. Cette aide est plutôt proposée à un traducteur. Il doit alors trouver l’éditeur qui publiera l’ouvrage qu’il souhaite traduire. Ces deux aides, dont l’intérêt est évident, ne couvrent qu’une petite partie de la demande des éditeurs. Récemment, une fondation privée brésilienne, VITAE, a donné des aides à la traduction d’un certain nombre d’ouvrages brésiliens. C’est une politique qui doit être fortement appuyée. Une aide systématique permettant de couvrir les coûts de la traduction du livre brésilien vient d’être proposée par l’Institut National du Livre (INL) du Ministère de la Culture brésilien.

25Obtenir que la diffusion des livres, une fois ceux-ci publiés, soit la plus large possible est, à l’évidence, à la fois un but et une nécessité. L’importance de la presse est à souligner encore une fois. Convaincre les journalistes, vaincre leur résistance est fondamental.

26Sans doute faudra-t-il imaginer également de nouvelles formes d’appui aux nombreuses bibliothèques publiques qui en France sont un point de rencontre entre le lecteur et le livre. Informer les personnes qui s’en occupent que tel livre est paru est un premier pas. Cette information, quoi qu’on en pense, n’est pas automatique.

27Mais il ne suffit pas de donner aux bibliothécaires un titre et un nom d’auteur. Il faudra parler du contenu du livre, éveiller leur attention avec des moyens à étudier. Peut-être faudra-t-il organiser des cycles de conférences sur la littérature brésilienne. Pour cela trouver un nombre suffisant de conférenciers, leur procurer une certaine compensation financière pour l’effort qu’ils accomplissent en allant parler ici et là de cette littérature.

28Le problème aujourd’hui n’est plus essentiellement celui d’intéresser les éditeurs qui semblent davantage réceptifs au livre brésilien. Actuellement les questions primordiales sont plutôt de faire savoir que le livre est traduit, qu’il existe, d’éveiller l’attention des lecteurs. Si de bonnes réponses sont trouvées ici, c’est l’ensemble de la présence du livre brésilien en France qui sera modifié car alors les ventes se développeront et le nombre d’éditeurs intéressés sera lui aussi chaque fois plus large.

Auteur

Conseiller littéraire.

© Éditions de l’IHEAL, 1991

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540