Desktop versionMobile Version
OpenEdition Books

Images réciproques du Brésil et de la France

 | 
Solange Parvaux
, 
Jean Revel-Mouroz

A. L’image culturelle/Imagem cultural

Réflexion sur édition et images

Anne-Marie Metailié

Volltext

1Je voudrais apporter quelques éléments techniques du fonctionnement de l’édition à l’intérieur de toutes ces images, parce que cela me paraît très important, et que cela conditionne les images et j’aimerais d’autre part vous communiquer quelques chiffres qui, peut-être, vous donneront matière à réflexion.

2La publication d’un livre est une activité économique et le livre doit en principe être rentable. On a évoqué l’augmentation importante du nombre des traductions faites entre 1966 et 1987, mais cela s’inscrit tout simplement dans l’augmentation de la production générale de l’édition avec l’instauration d’un système de distribution et de vente qui s’appelle l’« office » : l’éditeur envoie ses livres en librairie, il est payé et le libraire peut les retourner dans les trois mois et être remboursé. Alors vous voyez l’économie qui peut se créer avec des systèmes de traites à 90 et 120 jours. Si vous avez besoin d’argent, vous envoyez des livres au libraire qui vous paye, ensuite s’il ne vend pas, vous remboursez. Vous vous trouvez pris dans une spirale dans laquelle, pour avoir de l’argent, il faut produire et pratiquer une course en avant pour aller plus vite que le remboursement.

3C’est une donnée très importante de l’augmentation considérable de la production de livres, dans laquelle s’inscrit cette augmentation du nombre de traductions sur le Brésil.

4D’autre part, un livre brésilien littéraire se vend entre 1 200 et 2 500 exemplaires. Avec la vente de ces exemplaires-là, vous ne remboursez pas la traduction, vous ne remboursez pas la fabrication. On nous a expliqué que les images du Brésil sont plus complexes pour les Français. Mais les chiffres de ventes des livres montrent le contraire. On vous a dit : en général on vend à 2 500 exemplaires. Jorge Amado vend bien, mais il n’est pas un vrai best-seller. Par contre cet été, il y a eu un vrai best-seller sur le Brésil, traduit de l’américain. C’est la saga d’une famille amazonienne. Cela s’appelle La forteresse verte. Ce livre a beaucoup plu, il a fait 40 000 exemplaires. Le public retrouvait un stéréotype intéressant et pas du tout cette complexité qu’on essaye de leur présenter en publiant de la vraie littérature. Et cela me paraît une donnée importante pour une réflexion sur les images du Brésil. Ce que je dis est un peu pessimiste mais cela me paraît devoir vous être dit. Cela s’inscrit dans le cadre d’une commercialisation qui est très importante dans la diffusion des images du Brésil. Il y a cependant tout un travail qui est fait depuis quelques années sur le changement des images par les journalistes qui répercutent vraiment auprès du public, avec des conséquences économiques plus ou moins grandes, le travail culturel qu’on essaye de faire.

Autor

© Éditions de l’IHEAL, 1991

Nutzungsbedingungen http://www.openedition.org/6540