Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Images réciproques du Brésil et de la France

 | 
Solange Parvaux
, 
Jean Revel-Mouroz

A. L’image culturelle/Imagem cultural

L’image du Brésil en France au travers des traductions

Georges Boisvert

Texte intégral

1Pour engager un échange de vues sur « l’image du Brésil en France au travers des traductions », voici quelques observations inspirées par l’examen d’un corpus bibliographique constitué au moyen de deux ouvrages : la Bibliographie franco-brésilienne (1551-1957) établie par Georges Raeders avec la collaboration d’Edson Nery da Fonseca (Rio de Janeiro, 1960) et la version préliminaire du Catalogue des auteurs brésiliens traduits en France de 1824 à 1987, réalisée par Estela dos Santos Abreu (Rio de Janeiro, mars 1987).

2Le corpus ainsi obtenu n’est certes pas exhaustif : un recensement actuellement effectué par le L.I.S.H. sous l’égide du CNRS aurait déjà enregistré un nombre de titres bien supérieur. De plus, il comprend plusieurs ouvrages d’auteurs brésiliens publiés en français, dont les mentions ne précisent pas si ce sont des traductions ou bien des textes directement écrits en langue française qui peuvent n’avoir jamais été édités en portugais. Toutefois il englobe à peu près l’essentiel et permet des constatations qu’un inventaire plus étendu et plus précis ne ferait probablement que confirmer.

3Tout d’abord, quelques chiffres :

4– Sur près de 1 200 ouvrages en langue française se rapportant au Brésil, enregistrés par Raeders pour la période 1822-1957, environ 300, c’est-à-dire le quart, sont des traductions ou ont été écrits par des Brésiliens.

5– Sur les quelque 350 ouvrages d’« auteurs brésiliens traduits en France » qu’a recensés Estela de Abreu pour la période 1824-1987, 200 appartiennent à la littérature, soit 57 %. Les autres concernent les sciences naturelles et la médecine, les sciences humaines et sociales, l’économie, la politique, les beaux-arts et la religion.

6Donc, dans l’ensemble, les traductions et les textes assimilés représentent le quart des ouvrages en français sur le Brésil et sur ce quart, plus de la moitié sont des ouvrages littéraires.

7– Au long des 166 années qui s’écoulent de 1822 à 1987, le rythme de publication des traductions a évidemment varié. D’après ces variations peuvent être distinguées quatre périodes :

  1. De 1822 à la première guerre mondiale (1822-1917) : 163 traductions ; moyenne annuelle : 1,7.
  2. De la première guerre mondiale à la deuxième (1918-1944) : 74 traductions ; moyenne annuelle : 2,7.
  3. De la deuxième guerre mondiale à l’instauration de la dictature militaire au Brésil (1945-1964) : 70 traductions ; moyenne annuelle : 3,5.
  4. De 1965 à 1987 : 200 traductions ; moyenne annuelle : 8,7.

8Ces chiffres font apparaître une accélération du rythme de publication des traductions. Parallèlement, la proportion des textes littéraires dans l’ensemble des ouvrages traduits augmente de façon continue. En gros, pour chacune des périodes considérées, elle est respectivement de 15 %, 45 %, 60 % et 70 %. De ces données numériques on peut inférer que l’image du Brésil en France au travers des traductions s’est progressivement enrichie et diversifiée, qu’elle a gagné en netteté et en fidélité.

9Si d’autre part on examine les conditions dans lesquelles ont été produites les traductions françaises d’ouvrages brésiliens depuis la proclamation de l’indépendance, on peut distinguer deux phases : la première couvre un peu plus d’un siècle, de 1822 à la veille de la deuxième guerre mondiale ; la suivante correspond aux cinquante dernières années.

10Jusqu’à la fin de l’entre-deux-guerres, le français reste d’un usage courant dans les relations internationales. Pour l’élite brésilienne, largement ouverte à l’influence culturelle de la France, il est l’instrument privilégié des communications avec l’étranger. Il est la langue prioritairement employée par les Brésiliens eux-mêmes pour diffuser des informations sur leur pays, sur leurs travaux et sur leurs réalisations. Dans le même temps, au Brésil et en France, c’est par l’intermédiaire de gens appartenant à l’oligarchie brésilienne ou liés à elle que s’établissent les contacts culturels entre les deux pays. Ce sont ces gens qui guident leurs interlocuteurs français dans le choix des ouvrages à traduire, et ce choix obéit à leurs goûts et à leurs intérêts. Comme le Brésil développe alors en direction de l’Europe une action de propagande visant à attirer de la main d’œuvre et des capitaux, il s’ensuit que l’image du Brésil en France convaincre le public français que ce pays possède des ressources immenses, que c’est un vaste espace ouvert à l’aventure, un pays de progrès où le travail et le talent conduisent à la fortune, où de surcroît la terre se pare des splendeurs de la nature tropicale. L’image ainsi donnée s’accorde avec l’esprit du célèbre ouvrage d’Afonso Celso, Porque me ufano do meu país, dont la traduction française, Pourquoi je m’enorgueillis de mon pays, paraît en 1901. En ce qui concerne la littérature, le but visé est de montrer que l’on sait au Brésil s’élever à la hauteur des maîtres français. Mais le public français apprécierait surtout chez les écrivains brésiliens, au dire du traducteur Manoel Gahisto les descriptions de paysages, les évocations de « la lutte toujours ardente contre les forces écrasantes de la nature tropicale », les « effets du pittoresque » mêlés aux « émotions des spectacles grandioses du désert », l’analyse des « modalités spéciales de la passion dans les cœurs des primitifs » et les récits des « violents faits divers qui en résultent ». Nature, lutte. violence, tropical, pittoresque, grandiose, primitif, sont donc les mots-clés de la représentation du Brésil suggérée par les traductions d’ouvrages littéraires.

11Après la deuxième guerre mondiale se précise dans les rapports culturels franco-brésiliens un changement déjà perceptible pendant les années trente. Au Brésil, de nouvelles couches sociales ont ravi à l’oligarchie traditionnelle le monopole de la politique et de la culture. Du côté français, la mission universitaire envoyée à São Paulo avant la guerre a amorcé le développement d’un nouveau type de contacts. L’essor des liaisons aériennes rend possible une intensification des relations. Simultanément, le climat international est perturbé par la mise en question de la suprématie et des « valeurs » de l’Occident, par la naissance de la guerre froide, par les ébranlements de la décolonisation, par l’émergence du Tiers-Monde. Alors est révélée peu à peu au public français par des traductions qui se succèdent à un rythme plus rapide, toute une face cachée du Brésil, en opposition à l’image précédente. Le Brésil des déséquilibres économiques et sociaux, du sous-développement avec son cortège de misères (faim, chômage, analphabétisme, violence), des tensions interculturelles que ni le syncrétisme, ni la miscigenação ne parviennent à réduire totalement. A partir de 1964 et de l’instauration de la dictature militaire, cette image s’assombrit davantage malgré les efforts des milieux officiels pour imposer les clichés du « miracle brésilien ». Certes, on traduit encore des ouvrages, et non des moindres en qualité, qui, même s’ils laissent entrevoir l’envers du décor, entretiennent la vision du paradis tropical. Mais désormais, l’image du Brésil en France au travers des traductions est une image complexe et contrastée, assurément plus conforme à la réalité qu’elle ne l’a été dans le passé. Si l’on admet que la connaissance de la vérité ne peut avoir que d’heureux effets sur la compréhension mutuelle des peuples, il n’y a pas lieu de le déplorer.

Auteur

Professeur à l’Université Paris III.

© Éditions de l’IHEAL, 1991

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540