Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Images réciproques du Brésil et de la France

 | 
Solange Parvaux
, 
Jean Revel-Mouroz

A. L’image culturelle/Imagem cultural

Le cinéma brésilien en France : Les amis il faut que ça change !

Sylvie Pierre

Texte intégral

  • 1 Patrick Brion, un des plus grands érudits cinéphiles vivants. Il est responsable de la programmati (...)

1La gigantesque rétrospective de cinéma brésilien organisée en 1987 par le Centre Pompidou et le Brésil m’avait donné un gigantesque espoir : un pareil effort aurait dû porter quelques fruits décisifs. La télévision française aurait pu organiser quelque rétrospective, elle aussi, à l’un de ses fameux horaires tardifs de ciné-clubs, au moins. Ces rétrospectives, nous les attendons toujours. Allô, allô, Patrick Brion1 !

2Des films brésiliens dans les salles commerciales, vous en voyez sortir, vous, cher ami ? Citez-m’en un pendant les six derniers mois ? Vous seriez, mon ami, bien en peine...

3Les petits ghettos culturels banlieusards où devant quatre pelés (qui parfois, paix à leur système pileux, les pauvres courageux... ne sont même pas quatre mais à peine deux...), on se déplace à huit, dont les réalisateurs eux-mêmes, pour présenter des chefs-d’œuvre en pure, très pure, presque perte culturelle (je parle bien sûr de l’admirable hommage au cinéma brésilien de la négritude organisé au printemps dernier, admirablement bien organisé, par mes amis Alain Michel Assouane, Rosangela Meletti et Dominique Dreyfus à Champigny) : j’en ai ras le bol de tout ça, voyez-vous, cher ami. Si la France ne veut rien savoir du Brésil, via le cinéma de ce pays, dont l’obsession depuis toujours, est précisément, de parler du pays, eh bien, que la France aille donc... qu’elle aille donc aux fèves, comme on dit au Brésil.

4De jeunes réalisateurs, et réalisatrices, font aujourd’hui de très beaux films au Brésil, et qui plus est, des films qui n’ont rien d’hermétique (comme on avait pu le reprocher à certains films du Cinema Novo, il y a vingt ans, et qui pourtant, eux, remportèrent en France un accueil souvent fort chaleureux du public et de la critique) : où voit-on ces films ? Avec beaucoup de chance, ils apparaissent jusqu’aux festivals, et puis ils sont enterrés.

5Le cinéma coûte très cher. Et dans un pays de démentielle inflation comme le Brésil, imagine-t-on ce que la réalisation d’un film de long métrage peut coûter de sang et de larmes ? Alors, à quoi bon parvenir jusqu’à la consécration symbolique d’un festival, s’il n’existe aucune chance pour le cinéma brésilien de parvenir jusqu’aux salles françaises ?

6Autrement dit, le problème numéro un du cinéma brésilien, en France, aujourd’hui, c’est d’être acheté par des distributeurs français, et surtout par des télévisions françaises.

7Et ce cinéma possède toutes les qualités requises pour y parvenir.

8Premier exemple d’excellent film qui me vient à l’esprit : Songes de jeune fille de Tereza Trautman, film terminé en 1988, vu à Biarritz. Très beau film. Bon : je croirai qu’il vaut la peine de doctement discourir sur la réception du cinéma brésilien en France quand j’aurai vu ce film – qui est tellement meilleur qu’un Claude Sautet médiocre qu’on verra, lui dix fois – passer à la télévision un soir à vingt heures trente, en version française. Why not ?

9Comprenez-vous, cher ami ce que j’essaie de vous dire : la vie est si brutale, si urgente, il faut tellement y faire de choix... ! Mon choix en l’occurence consiste à vous dire que cela n’a rigoureusement aucun intérêt pour le cinéma brésilien d’aujourd’hui que la Sylvie Pierre blablate doctement sur le sujet – qu’elle connaît pourtant par cœur – du type de réception qu’il reçoit en France. Car cette réception est purement et simplement trop mauvaise aujourd’hui pour qu’il vaille la peine d’en parler.

10Ou si vous préférez la chose sous la forme d’un abstract : LE CINÉMA BRÉSILIEN EN FRANCE : FAUT QUE ÇA CHANGE !

11Et pour ne pas finir tout de même sur une note trop lugubre, je rappellerai (ou dirai, car peu le savent) que le plus bel exemple récent de co-production entre le Brésil et la France en matière de cinéma est un film de Paulo Cesar Saraceni, Natal da Portela. et que, pour un avenir que j’espère proche, il faudra avoir l’œil sur Amor vagabundo, de l’excellent réalisateur Hugo Carvana, qui ne fut pas seulement un des acteurs les plus inspirés de Glauber Rocha : il savait aussi, lorsqu’il vivait à Paris vers 1968, imiter le parigot qui rouspète dans les bistrots. Avec tant d’affection pour notre pays.

12A l’heure où les épreuves de ce texte me sont données à corriger, la mélancolie et la crainte que rien ne change en matière de ciné-Brésil/France ne font que s’accentuer. J’apprends, en effet, que le négatif du très beau Natal da Portela continue à être séquestré en France. Problème de « divida externa », bien sûr. Mon dieu du ciel ! L’amitié Brésil/France, c’est irrésistible. Et vice-versa, comme au cinéma où l’écran nous regarde.

Notes

1 Patrick Brion, un des plus grands érudits cinéphiles vivants. Il est responsable de la programmation cinématographique sur FR3.

Auteur

Chargé de cours, département de Cinéma, Université de Paris VIII.

© Éditions de l’IHEAL, 1991

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540