Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Images réciproques du Brésil et de la France

 | 
Solange Parvaux
, 
Jean Revel-Mouroz

A. L’image culturelle/Imagem cultural

Intellectuels, culture de masse et culture populaire

Michèle Mattelart

Texte intégral

1Je viens de cosigner un livre intitulé Le carnaval des images qui se rapporte précisément à la production de télévision au Brésil et qui rentre dans le débat qui a lieu à l’intérieur de la classe intellectuelle brésilienne sur ce problème. Car s’il y a bien une question intéressante pour un chercheur en Sciences Sociales aujourd’hui c’est bien cette question cruciale des contradictions ou pour le moins des tensions entre culture de masse et culture populaire. Une culture de masse qui est de plus en plus aujourd’hui, dans cette phase avancée de l’ère de l’industrialisation culturelle, soumise aux lois de la rationalité économique. Il se fait que les intellectuels brésiliens sont depuis quelque temps alertés par cette question. Pourquoi ? Eh bien, je dirai parce que la télévision brésilienne est une machine de production commerciale extrêmement puissante, dont le savoir-faire (modélisation, marketing présents à chaque étape du processus de fabrication) n’a rien à envier aux industries culturelles les plus performantes sur les marchés internationaux. Or cette télévision, et notamment la TV Globo, exploite/explore (il faut noter l’équivalence de ces deux termes dans la langue portugaise) les mythes véhiculés par la littérature « populaire », la littérature de cordel par exemple, ou de certaines histoires comme celles de Jorge Amado.

2Avec cette volonté que j’ai de résumer très brièvement mon propos, je ne pourrai ici bien évidemment que rappeler certains des grands termes du débat et tendre une passerelle, si vous voulez, avec ce que disait Sylvie Pierre.

3Je rappellerai la fureur qui prenait un cinéaste comme Glauber Rocha, une des figures majeures du Cinema Novo, lorsqu’il fustigeait certains des représentants de cette classe intellectuelle brésilienne qui s’étaient compromis à son avis dans la télévision Globo. Et il parlait justement de quelque chose qui interpelle beaucoup le chercheur en communication de masse aujourd’hui. Il parlait de ces nouvelles formes de culture télévisuelle comme de nouvelles formes du populisme commercial et il les fustigeait parce que, selon lui, ces nouvelles formes culturelles simplifiaient le peuple et que, disait-il, le peuple pouvait être affamé, le peuple pouvait être pauvre, mais il n’était jamais simple. Il revendiquait la complexité du peuple.

4Il est très intéressant en effet pour un chercheur en Sciences Sociales ici en France d’interroger ces contradictions fondamentales qui apparaissent à l’intérieur de la classe intellectuelle brésilienne, opposant notamment le Cinema Novo à la télévision, les opposant comme deux esthétiques différentes, deux idéologies différentes. Il est très intéressant de voir quels sont les termes du désaccord ou quels sont les termes de l’accord, comment certains intellectuels justifient cette compromission qui est la leur, cet engagement qui est le leur, dans la production de produits identifiés aujourd’hui comme « populaires » parce que consommés par un vaste public. De là, doit partir un débat qui s’interroge sur le nouveau sens acquis par ce mot « populaire » et qui mesure toute la distance qui le sépare maintenant de la signification qu’il avait pour les mouvements culturels des années 60, par exemple, au Brésil.

5De son côté, dans les années soixante, aussi, en 1965 exactement, l’Italien Umberto Eco a frappé une expression qui est demeurée utile : « Apocalyptiques » et « Intégrés ». Autour de ces deux pôles, il définissait l’attitude des intellectuels face à la culture de masse. « Intégrés », ceux qui voyaient dans la multiplication des biens de la culture de masse, un procès de démocratisation de la culture. « Apocalyptiques », ceux qui, au nom de la défense de l’idée de culture qui avait prévalu avant le défi posé par son industrialisation, en dénonçaient la chute dans la vulgarité de la marchandise.

6Aujourd’hui, les intellectuels brésiliens participent, de par les circonstances qui leur sont faites par leur télévision, à ce débat. Un débat sur lequel ne manquent pas de peser les implications dans l’histoire des luttes sociales et culturelles qu’évoque le mot « populaire ».

Auteur

Chercheur.

© Éditions de l’IHEAL, 1991

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540