Versione classicaVersione mobile
OpenEdition Books

Images réciproques du Brésil et de la France

 | 
Solange Parvaux
, 
Jean Revel-Mouroz

B. La transmission de l’image du Brésil dans le système éducatif/A transmissão da imagem do Brasil no sistema educativo francês

Rapport de synthèse

J. Penjon e A.-M. Quint

Testo integrale

1Les communications de la matinée de vendredi constituaient le second volet de la partie intitulée : « La construction de l’image du Brésil dans l’héritage culturel français », et devaient s’attacher à cerner « la transmission des images du Brésil dans le système éducatif », vision qui devait être complétée par deux communications « réciproques », qui devaient analyser la transmission des images de la France dans le système éducatif au Brésil.

2M. Chonchol a ouvert la séance en rappelant la richesse et la variété des relations entre le Brésil et la France au cours de l’histoire. M. Garrigue a ensuite souligné l’importance de l’enseignement dans la construction d’images réciproques. C’est à l’école en effet qu’on doit substituer aux images éclatées une représentation globale et progressive. Mais il y a loin de l’intention à la réalisation. Et il faut sans cesse veiller à débusquer les stéréotypes qui se glissent dans les manuels scolaires et qui se renouvellent d’ailleurs au fur et à mesure que les approches évoluent. D’où la nécessité de rééquilibrer les manuels scolaires, de ne pas se borner à donner aux élèves une connaissance faussement objective, basée sur des données purement géographiques ou économiques, mais de faire une place à la culture, à l’art, aux modes de vie, à tout ce qui fait que la civilisation d’un pays aussi différent de la France que le Brésil s’affirme dans son originalité, sa promesse d’une « Amérique pour demain ».

3Un document vidéo « Images du Brésil », réalisé par le C.N.D.P., donne la parole à des jeunes d’âge varié. Pour les collégiens, le rêve et les clichés surgissent aussitôt. Pour ceux qui ont eu une connaissance directe du pays, les choses sont différentes : de l’enthousiasme du jeune lauréat du concours organisé en 1987, pour qui sa famille d’accueil à Rio est une seconde famille, à la passion d’un jeune guitariste pour les accords de Baden Powell, en passant par la surprise de l’institutrice qui a découvert au Sud un Brésil dont le climat et l’agriculture sont ceux des pays tempérés, les impressions spontanées rendent compte de la diversité des images.

4Cependant, l’enquête réalisée auprès d’élèves de collèges et de lycées par une équipe de professeurs du secondaire, et présentée par Mme Cécile Tricoire et M. Ahmed Silem, montre qu’un certain nombre de stéréotypes sont toujours présents dans les réponses spontanées des adolescents de 12 à 18 ans. Deux images du Brésil (en gros) se dégagent des mots qui reviennent le plus souvent pour évoquer ce pays, ainsi que des champs sémantiques : d’une part, celle du ludisme (Brésil du Carnaval, du soleil, de la fête), d’autre part, celle des contraintes socio-économiques (la misère, la faim, le sous-développement, la dette). Il est remarquable que certaines réponses fassent apparaître une claire conscience de l’influence des déterminants médiatiques dans la formation de telles images. On perçoit un caractère fortement émotionnel et affectif dans cette double vision du Brésil chez les jeunes : elle semble combler un besoin de mythes.

5Les communications suivantes analysent la façon dont le Brésil est présenté dans les manuels scolaires qui doivent en principe ordonner les connaissances souvent disparates des enfants, leur donner une base cohérente. Encore faut-il que les programmes officiels fassent une place au Brésil.

6On constate, selon M. Théry, une évolution encourageante dans les manuels de géographie, ce qui s’oppose à une absence presque totale dans les manuels d’histoire. C’est que le Brésil figure explicitement dans les programmes des classes de 5e et de Terminale. L’image du Brésil s’est nettement modifiée au cours des 10 dernières années ; le texte, les cartes de plus en plus nombreuses et précises, les illustrations, surtout des photos, cherchent à donner l’image d’un grand pays avec d’immenses possibilités et des conflits fonciers. Une image trop contrastée, souvent. On a l’impression que ce qui était au départ intuition de recherche pour le scientifique devient trop facilement dans le manuel vérité acquise. D’où un rééquilibrage nécessaire, visant à une présentation plus nuancée.

7Dans les manuels de français, qu’ont analysés Joëlle Chassin et Anita Pires Saboia pour les collèges et Jean-Marc Civardi pour les lycées, on constate que les textes choisis d’auteurs brésiliens traduits sont bien peu nombreux, moins encore dans les manuels des lycées que dans ceux des collèges. Les auteurs français qui parlent du Brésil sont un peu mieux représentés, mais ce qui est frappant c’est qu’on retrouve dans les thèmes évoqués une double lecture : le Brésil, pays de l’aventure, lieu du rêve et du voyage initiatique par excellence ; et le Brésil, pays du tiers-monde, avec ses problèmes de faim, de pauvreté, d’inégalités sociales. Lorsque la modernité est évoquée, c’est plutôt sous un aspect négatif, comme l’envers du tiers-mondisme. Ceci est surtout vrai pour les manuels de collèges, ceux des lycées se révélant particulièrement indigents en textes écrits par les Brésiliens ou sur le Brésil.

8Il est clair que les manuels de portugais, qu’a analysés Mme Bouvier-Lacroix, font une place importante au Brésil. Mais peut-être la distinction n’a-t-elle pas été assez nette entre, d’une part, les manuels du secondaire proprement dits, où s’affirme une volonté d’informer les élèves aussi complètement que possible sur tous les pays où l’on parle portugais, au moyen de textes littéraires ou documentaires, de photographies ou de cartes, en exploitant des thèmes très variés ; et d’autre part, les méthodes d’apprentissage de la langue portugaise, qui se soucient parfois fort peu de propager ou non des stéréotypes, et qui s’adressent à des publics précis, soigneusement ciblés.

9On pourrait s’étonner, et même se réjouir, de voir apparaître le Brésil dans des manuels d’espagnol, comme le fait remarquer Mme Emery, si on ne se rendait compte que cette situation aboutit à entretenir l’assimilation, encore trop fréquente, du Brésil aux pays américains de langue espagnole. C’est donc une confusion qu’il conviendrait d’éviter.

10Ce panorama des images du Brésil chez les jeunes et dans les manuels qui leur sont offerts en France a été heureusement complété par une vision réciproque grâce à l’enquête, symétrique de celle qu’avait organisée Mme Tricoire, que nous a présentée Mme Marques Galvão de Queiroz Castilho sur l’image de la France telle qu’elle apparaît chez de jeunes brésiliens de l’enseignement public secondaire. Il est frappant de remarquer combien, là aussi, les clichés ont la vie dure, et combien persiste la vision de la France, pays de jolies femmes, du bien manger, du bien boire, avec Paris, capitale du luxe et de la mode, dont la Tour Eiffel nous a valu des dessins plutôt cocasses et inattendus. Là aussi, les images sont fortement marquées par celles que transmettent les médias, surtout télévisuels.

11Quant aux manuels scolaires brésiliens, l’analyse qu’en a présentée M. Pereira de Carvalho e Silva fait clairement ressortir qu’ils donnent de la France une multiplicité d’images, qui se contredisent, se confirment, s’informent, se complètent. On ne peut faire l’histoire de la littérature brésilienne sans mentionner le pôle d’attraction qu’a représenté la France au XIXe siècle et au XXe jusque vers 1930. En histoire tout court, les corsaires français, les philosophes, la révolution de 1789, sont évoqués. Mais dans les manuels de géographie, la France n’est plus considérée que comme une partie de l’Europe. Les manuels de portugais ne contiennent guère de textes étrangers traduits ; et les manuels de français proposent des images qui varient sensiblement selon le niveau d’études, les plus riches étant évidemment ceux qui s’adressent aux étudiants d’université.

12Au terme de cette matinée, on peut conclure que l’intérêt des jeunes Français pour le Brésil et des jeunes Brésiliens pour la France est réel, et fortement marqué affectivement. De façon réciproque, le Brésil et la France sont des pays de rêve, où l’imaginaire prend toute sa force : au Carnaval, au soleil, au café, au football correspondent Napoléon brandissant son drapeau et la Tour Eiffel entourée de boutiques de modes et de danseuses de cancan. Dans les deux cas, on a une connaissance très lacunaire des réalités culturelles et économiques des deux pays. Ce sont ces lacunes que devraient combler les manuels scolaires. Ils ne le font qu’en partie, et les orientations sont nettement différenciées dans les deux cas : en France, c’est en géographie que les élèves ont l’occasion épisodique d’avoir un maximum d’informations ; au Brésil, c’est en histoire et en littérature. Dans les deux pays, une meilleure diffusion de l’enseignement de la langue de l’autre pourrait sensiblement modifier cette situation. Mais alors que le portugais demeure une langue très minoritaire dans l’enseignement secondaire français, le français a complètement perdu pied dans l’enseignement secondaire public au Brésil. Il est utile de faire ces constatations, même si elles ne sont pas gratifiantes. Il semble indispensable de publier in extenso les enquêtes réciproques auprès des élèves, si riches en informations ; et il faudrait que tous les participants à cette table ronde prennent conscience de la nécessité de veiller à ce que les manuels scolaires offrent des images actuelles de plus en plus variées de nos deux pays, en s’ouvrant largement à tous les domaines culturels.

© Éditions de l’IHEAL, 1991

Condizioni di utilizzo http://www.openedition.org/6540