Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Images réciproques du Brésil et de la France

 | 
Solange Parvaux
, 
Jean Revel-Mouroz

B. La transmission de l’image du Brésil dans le système éducatif/A transmissão da imagem do Brasil no sistema educativo francês

L’image de la France dans les manuels scolaires brésiliens

Carlos Pereira de Carvalho e Silva

Texte intégral

1Il n’est guère possible de parler de l’image de la France dans les livres scolaires brésiliens sans nous reporter à la propre histoire de l’éducation au Brésil et à l’influence de la culture française sur la culture brésilienne. C’est pourquoi notre communication adoptera le plan suivant.

2I – Présence de la culture française dans la vie quotidienne au Brésil – Une constatation de l’empreinte de la culture française dans la vie des Brésiliens, par la simple description d’objets et de situations désignés par des mots français.

3II – Situation historique des influences françaises sur la culture brésilienne et dans l’histoire de l’éducation au Brésil – Analyse des principaux moments de l’éducation brésilienne, de l’origine à nos jours, et leur rapport à la culture française.

4III – Résultat de l’analyse de l’image de la France dans le livre scolaire brésilien – Comment la France est présentée aux élèves du primaire et du secondaire au Brésil.

5IV – Conclusions – Pour les échanges France-Brésil.

Présence de la culture française dans la vie quotidienne au brésil

6Au cours d’un voyage à travers le Brésil, surtout dans les régions du Nord-Est et du Sud-Est, si vous êtes à la recherche d’un hôtel, vous en trouverez sûrement un, simple mais de bon goût, qui s’appelera « Deville », « Carré », « Village », ou bien « Chez Nous ». S’il vous faut un restaurant, vous en verrez qui, parfois non sans quelque prétention, s’appellent « La Bohème », « Le Coin », « Le Bistro », « Ile de France » etc. De toutes façons, dans n’importe quelle grande ville du Brésil vous pourrez choisir au « menu » un « tournedos Chateaubriand », un « filet » de poisson à « Belle Meunière », un « filet » sauce « champignon » ou « aux herbes de Provence ». Même si, bien souvent, l’orthographe s’écarte de l’original, elle cherche toujours à reproduire les sons de la langue française. Les « boates » (entendez « boîtes de nuit ») s’appellent « Tom Marron », « Bateau Mouche », « Chat Noir » ou « Papillon » ; le service y est « à la française » et vous serez accueillis par le « maître » et des « garçons » pleins d’attention.

7A São Paulo ou à Rio vous pourrez prendre le « métro » pour aller au « cinéma », assister à un film de Godard, Louis Malle ou Truffaut. Yves Montand ou Brigitte Bardot sont toujours connus du public.

8De bon matin le Brésilien sort pour acheter son pain « français », ou se rend au bistrot du coin et demande un sandwich de fromage « en France ». S’il habite dans une région de climat plus frais il aura sans doute son « cache-col », puis il ira acheter son « journal » qui dernièrement parle beaucoup de Le Pen, de Chirac et de Mitterrand. Pendant la journée il lui faudra sans doute aller à la banque payer quelque « carnet » (mensualité d’un achat à crédit), et mettant en doute une de vos affirmations, il portera son index au-dessous de son œil et, tirant vers le bas, vous dira « aqui,ó », avec le même geste que le Français dit « mon œil ».

9Chez lui, il y aura toujours un « abat-jour » ou un « cachepot ». Si son intérieur est plus cossu, il aura un « canapé », une « psyché », une « étagère », un « buffet », une « console », et un miroir « biseauté ». Dans une région plus froide il y aura même une « cheminée » et les toits seront de tuiles dites « françaises ».

10Sur les tables les plus simples, vous trouverez des « croquettes » et la « purée » de pommes de terre, et les plus riches offriront « soufflés », « fricassées », « mousses » et « pavés ».

11Dans les rues, vous pourrez voir de nombreuses « boutiques » et « ateliers » d’art et, si vous le voulez, achetez un « souvenir », et, « en passant », découvrez les magasins « chics ». Les femmes portent des jupes « godets », de légers « plissés », « soutiens » (curieusement amputés de « gorges ») et « peignoirs », le tout réalisé à partir de « croquis » et de « maquettes ». Si vous voulez acheter un parfum, cherchez Dior ou Courrèges et Dr Payot ou Lancôme pour les produits de beauté, et pour vous renseigner sur la mode, les revues « Manequim » ou « Vogue » vous donneront les derniers conseils de Pierre Cardin.

  • 1 Les dessins faits, par ailleurs, par les élèves brésiliens qui ont participé à l’enquête sur l’Ima (...)

12Il n’est personne qui n’ait entendu parler de Jules Verne, de Napoléon, de Charles de Gaulle ou de Jacques Cousteau. Les personnages des feuilletons télévisés se rendent à Paris, la ville de la Tour Eiffel, de l’Arc de Triomphe, du Cancan et de l’amour libre1. Les rues bien souvent, au Brésil, portent des noms d’auteurs, d’artistes français ou de personnages de l’histoire de France, surtout de ceux qui ont une certaine importance dans l’histoire du Brésil.

13Nous ne citons ici que quelques exemples des éléments les plus banals qui font partie du quotidien du Brésilien des vingt dernières années, il y en aurait bien d’autres mais le plus surprenant est que tous ces exemples qui sont pourtant si évidents, passent inaperçus de la grande majorité de la population. On étonnerait beaucoup un jeune d’aujourd’hui si on lui montrait que son vocabulaire quotidien comporte de nombreux mots français : la conscience de la présence du corps étranger dans la langue s’est diluée, sa différence s’est fondue, phagocytée par notre culture, nous nous le sommes approprié.

14Toutefois les dernières années ont vu, grâce à la diffusion télévisée des sports, des personnalités comme Michel Platini et Alain Prost réintroduire un pays qui s’appelle la France dans le Brésil populaire. Tout récemment, en 86 et 87, grâce aux échanges France-Brésil, tout au moins dans les grandes villes comme Rio et São Paulo, on a pu remarquer les événements culturels : danse, théâtre, cinéma, émissions de télévision et de radio, promus par les entreprises et les institutions françaises. Les journaux brésiliens de leur côté sont devenus plus sensibles aux informations de la vie politique et des événements en France. A la télévision les spots publicitaires les plus récents ont fréquemment recours à l’image de la France.

15Pour la population brésilienne dans son ensemble tout se passe comme si les liens entre les deux pays commençaient seulement maintenant à se resserrer. Bien sûr, une personne de plus de 30 ans, cultivée, aura un niveau d’informations et de connaissances de la langue bien supérieur ; le Brésil a beau s’être éloigné d’une attitude francophile, les élites intellectuelles et sociales respirent encore la culture française. Mais la population brésilienne est constituée en grande partie de jeunes qui ont, presque tous, perdu aujourd’hui tout contact avec une culture étrangère, qui ne soit pas la culture américaine. Celle-ci par contre est présente partout : dans les habitudes, dans le système scolaire, dans l’alimentation rapide et pas chère, au cinéma, dans les séries télévisées, dans le tourisme, et dans le monde de la musique – du pire rock au meilleur jazz.

16Ce changement culturel a commencé à se produire après la fin de la seconde guerre mondiale, alors que l’hégémonie française déclinait et que les États-Unis entreprenaient leur ascension.

Situation historique des influences françaises sur la culture brésilienne et sur l’éducation au brésil

17Les Grandes Découvertes ont été réalisées en pleine période d’expansion et de conquêtes de l’Ancien Monde, et, dans ce contexte, le Brésil a surgi comme une terre riche, pleine d’attraits, offrant de nouveaux défis et de nouvelles possibilités de vie, attirant des peuples divers. Bien que Portugais et Espagnols aient été reconnus par le Vatican propriétaires légitimes des terres découvertes, ils ne furent pas les seuls à visiter les côtes brésiliennes : avant même la découverte de Cabrai en 1500, et durant des siècles, savants, historiens et aventuriers français, hollandais, anglais et allemands découvrirent le Brésil et parfois même tentèrent de s’y établir. A l’époque de la découverte, de jeunes Français vinrent même s’installer, apprirent les langues indigènes et servirent d’interprêtes à leurs compatriotes voyageurs.

18Malgré l’immensité de son territoire, les différences régionales, les caractéristiques diverses de la colonisation de chaque région, et malgré les diverses influences étrangères, nous pouvons pourtant affirmer que le Brésil est marqué par une vision française du monde. Même si aujourd’hui l’image de la France s’est considérablement éloignée, il n’en reste pas moins que, en termes de formation culturelle, l’influence française a été définitive, transmise de deux modes : soit directement à travers les relations entre les deux pays, soit indirectement à travers la colonisation même des Portugais pour lesquels la France représentait le modèle culturel.

19Dès le début de la colonisation du Brésil, en effet, tout ce qui avait trait à l’enseignement était aux mains du clergé, jésuites, prêtres de divers ordres et même prêtres séculiers venus du Portugal et d’autres pays d’Europe. Cependant, quelle que soit leur origine, leur langue de culture, en dehors du latin, était le français. L’importance de ce véhicule culturel conférait à la France le rôle de berceau de l’intellectualité et du développement culturel, rôle incontesté, même en Europe, jusque vers 1950.

60 % de livres français dans les bibliothèques

20Une donnée importante qui permet de mesurer l’ampleur de l’hégémonie culturelle de la France est la place que le livre français occupe dans les bibliothèques qui se constituèrent au Brésil, d’abord bibliothèques de collèges religieux et de couvents puis, plus tard, bibliothèques d’états et d’universités.

21Les congrégations religieuses masculines installées au Brésil étaient originaires du Portugal, bien sûr, mais aussi d’Allemagne, de Hollande, d’Espagne et d’autres pays ; cependant tous possédaient, dans leur fonds de bibliothèque, plus de 60 % de livres français (originaux ou traductions d’autres langues). La théologie et la philosophie au Brésil étaient essentiellement en langue française jusqu’aux environs de 1950, époque de l’arrivée des Allemands qui seront à l’origine de la « théologie de la libération ». En 1870, sous le 2nd Empire, des conflits opposant le pouvoir religieux des jésuites au pouvoir politique de l’empereur entrainèrent une réforme qui permit l’entrée successive de religieux français, imposant ainsi les livres éducatifs et livres de prières en français. Les religieux s’occupant par ailleurs de l’enseignement, les livres scolaires étaient exclusivement en français et, en conséquence, plus tard, tous les livres des bibliothèques des écoles supérieures, dans tout le pays. Aujourd’hui encore on peut considérer qu’environ 50 % des ouvrages des grandes bibliothèques brésiliennes, publiques ou particulières, ont une origine française.

22Avant 1808, date à laquelle la capitale du royaume du Portugal est transférée à Rio de Janeiro, devant la menace de l’invasion des troupes napoléoniennes, l’éducation au Brésil était preque exclusivement réduite à l’enseignement des sciences humaines et des lettres classiques. Il était dispensé par les congrégations religieuses (essentiellement les jésuites), par les écoles officielles et par d’innombrables maîtres d’écoles éparpillés dans tout le pays. Ces maîtres d’école ne pouvaient transmettre que le contenu de leur propre bagage culturel ; aussi était-il possible de trouver dans les régions les plus isolées, dans une petite ville de l’État de Bahia, de Pernambuco ou de Minas Gerais, l’enseignement du latin, du français, de la philosophie et parfois même du grec.

23D’après la thèse de Nerilda Gomes, les jésuites, bien qu’ils aient étudié en français, n’enseignaient pas cette langue à leurs élèves afin de garantir et de consolider l’hégémonie du portugais au Brésil. De 1759 à 1814, les jésuites portugais, jugés trop puissants, sont expulsés du Brésil et remplacés après 1814 par des jésuites italiens, français et espagnols ; ceci a eu pour conséquence l’ouverture du Brésil aux langues étrangères et en particulier au français, grâce à la protection du Marquis de Pombal.

24Pendant tout le XVIIe siècle, toutes les manifestations et insurrections contre le gouvernement portugais, du nord au sud du pays, étaient considérées influencées par « les idées françaises ».

25A partir de 1834, l’enseignement primaire et secondaire, jusque-là à la charge de l’administration locale, passe à la charge de la Province, qui n’avait que peu de conditions pour l’organiser et le contrôler. Les facultés, ne reconnaissant pas l’enseignement officiel, donnent un grand poids aux écoles privées, religieuses ou non. On assiste donc, de 1840 à 1890, à la prolifération d’écoles secondaires qui cherchent à fournir un enseignement de qualité.

Les premières écoles

26L’enseignement féminin commence, au Brésil, avec la venue d’un plus grand nombre de Français, à partir de 1815, date à laquelle le Portugal renoue des relations avec la France. La plupart de ces Français se concentrent à Rio, attirés par la cour, mais d’autres se dirigent vers Pernambuco, Maranhão et Bahia. Dans les années 1820, il y avait, au Brésil, entre deux et trois mille Français et, parmi eux, la mission artistique de 1816 invitée par l’empereur Dom Jean VI pour fonder l’Académie des Beaux-Arts. Elle compte, dans ses rangs, Joaquim Lebreton, les peintres Nicolas-Antoine Taunay et Jean-Baptiste Debret, les sculpteurs Auguste Taunay, Marc et Zéphyrin Ferrez, l’architecte Grandjean de Montiguy, le graveur Simon Pradier, l’ingénieur Pierre Dillon et de nombreux artisans. Les femmes qui vinrent alors étaient célibataires ou chefs de famille et exercèrent au Brésil des professions comme modiste, « marchande de mode », professeur de langue et professeur de musique. Même si certaines n’exerçaient que la fonction de préceptrice, c’est à elles que nous devons l’ouverture des premières écoles de jeunes filles ; jusque-là en effet les-femmes se contentaient d’une éducation domestique qui se limitait à apprendre à lire, écrire et compter.

27A la fin du XIXe siècle le Baron de Rio Branco, désirant donner aux femmes des ambassadeurs brésiliens une éducation de haut niveau, facilite l’entrée au Brésil de diverses congrégations, particulièrement celles d’origine française qui commencèrent à développer l’enseignement d’une véritable caste sociale. Bien évidemment dans la plupart de ces écoles tous les cours – sauf le cours de portugais – étaient en français et les livres scolaires venaient de France.

28A la fin des années 30, la loi Capanema interdit l’enseignement généralisé en français mais maintient l’enseignement de la langue dès la première année du primaire et tolère l’usage du français pour les prières et certaines activités : fêtes, théâtre, conférence, etc. Peu à peu cependant les congrégations abandonnent les usages étrangers et finissent par laiciser leurs établissements. A l’heure actuelle, la plupart de ces écoles sont devenues des écoles privées laïques, dans lesquelles le français ne fait plus même partie des matières enseignées.

L’influence dans l’enseignement supérieur

29Les livres scolaires français sont utilisés dans les premiers établissements d’enseignement supérieur jusqu’aux années 30. C’est le cas des premières écoles de médecine par exemple qui, bien qu’au départ d’orientation portugaise, ont vu rapidement leurs étudiants diplômés se lier à la France où beaucoup allaient parfaire leurs études. De retour au Brésil ceux-ci rapportaient une bibliographie et une orientation françaises. L’influence américaine ne se fera sentir qu’à partir de 1940.

30Les écoles de droit qui, dès leur origine, sont étroitement liées à l’enseignement humaniste des écoles de philosophie et lettres classiques, continuent sous influence française jusque vers 1950.

31La même situation se retrouve dans le domaine de la philosophie, où certains travaux sont écrits parfois directement en français.

32Ceci arrive aussi dans le domaine de la littérature.

33Le positivisme règne sans partage chez les intellectuels brésiliens de la seconde moitié du XIXe siècle : à partir de 1850 les orientations des écoles de Droit, de Médecine, de l’École Polytechnique de Rio ainsi que de l’École Navale et de l’Académie Militaire s’affichent ouvertement émules du positivisme scientifique.

34A la fin du siècle, la floraison de gallicismes est telle qu’elle en arrive à provoquer une forte réaction.

35En 1889, la Marseillaise est chantée dans les rues à l’occasion de la proclamation de la République.

36Pendant tout le XIXe siècle, de nombreux ouvrages décrivent le Brésil et sa population (littérature qui s’ébauche déjà au XVIe et XVIIe siècles), leurs auteurs sont français, anglais ou allemands, aventuriers, artistes ou savants. La plupart des auteurs anglais et allemands sont traduits en français.

37A l’aube du XXe siècle, l’éducation est encore bien européanisée et les idées positivistes sont en pleine effervescence.

La nationalisation des années trente

38A partir de la fin des années 30, les manuels scolaires brésiliens du premier et second degrés, bien qu’obéissant à une structure didactique française, sont tous brésiliens, aussi bien dans les écoles publiques que dans les écoles privées. Mais la consultation d’ouvrages étrangers dans les écoles supérieures et dans le second degré est encore fréquente jusqu’aux années 60.

39Les premières universités brésiliennes sont créées dans les années 20 et 30 par un décret qui réunit les écoles supérieures déjà existantes. D’un côté, sont réunies les écoles de formation des professions libérales (médecine, droit, école d’ingénieurs, pharmacie, etc.) et, de l’autre, les écoles supérieures de philosophie qui sont destinées à la formation de professeurs du secondaire, obéissant en ceci aux principes du positivisme pour lequel la philosophie rassemble et régit les autres savoirs.

40La fondation de la Faculté de Philosophie, Lettres et Sciences Humaines de l’Université de São Paulo en 1934 constitue la première initiative de création d’un foyer intellectuel qui n’ait pas une vocation de formation professionnelle (elle perdra cette caractéristique par la suite).

41De nombreux intellectuels français prennent part à ces fondations et nous pouvons citer le rôle important de certains qui devaient devenir célèbres comme Emile Bréhier, Roger Bastide, Jacques Lambert, Claude Levis-Strauss et Fernand Braudel qui participèrent à la fondation de la Faculté des Lettres et Sciences Humaines de l’Université de São Paulo. Certains resteront un certain temps dans les universités brésiliennes, d’autres viendront ensuite, fuyant le nazisme pendant la seconde guerre mondiale. Aujourd’hui encore les échanges entre les universités brésiliennes et les universités étrangères sont fréquents, mais ce sont les échanges avec les États-Unis qui dominent.

42Les années soixante sont d’une importance capitale pour comprendre les changements qui se sont produits dans l’éducation brésilienne, la situation actuelle de l’enseignement et, donc, celle du livre scolaire brésilien.

La loi de « directives et bases »

43En 1961, est approuvée la loi de « Directives et Bases de l’Éducation », qui vise à implanter un système public d’éducation populaire. Il faut noter que, bien que l’objectif premier de cette loi ait été la démocratisation de l’enseignement, elle favorisait aussi l’enseignement privé qui obtenait ainsi la participation des organismes administratifs, des subventions des pouvoirs publics, l’élargissement des équivalences de diplômes et autres privilèges.

44En 1962, sont créés des fonds de financement de l’enseignement du 1er, 2e et 3e degrés, divisés en 3 parts égales, représentant en tout 9 % de la recette nationale. Le primaire, qui jusque-là n’avait compté que sur des crédits dérisoires, était le grand favorisé.

45Cette même année, un Plan National d’Éducation lance une campagne d’alphabétisation intensive, dans tout le pays, ainsi qu’une campagne de publication de livres scolaires, en grands tirages, destinés aux niveaux primaire et moyen. Les dépenses en éducation atteignent 11,2 % du budget national, elles diminueront par la suite. Dans les dernières années, cette participation a grandi.

46C’est à cette époque-là que le livre scolaire commence sa diversification, s’éloigne de l’influence européenne se rapprochant du pragmatisme américain qui peu à peu devait envahir l’enseignement brésilien.

47La prise du pouvoir par les militaires en 1964 a entraîné le départ de nombreux intellectuels brésiliens qui sont allés se réfugier à l’étranger. La France a certes accueilli un grand nombre de Brésiliens mais les États-Unis ont su investir. Ainsi un accord entre le Ministère de l’Éducation et Culture et l’Agence américaine pour le Développement International (USAID), préparé dès 1964, fut ratifié en 1967. Cet accord contribua, avec d’autres événements, à orienter l’enseignement vers la formation professionnelle, en investissant dans la formation d’enseignements aux États-Unis, et implantait la réforme universitaire de 68 selon le modèle américain : investir en « personnes qui travaillent » et non plus en philosophie et lettres classiques.

48Les années soixante-dix se caractérisent donc par une orientation dont le slogan « assez de poésie, de philosophie et de théorie, mettons-nous au travail », peut donner une idée.

49Nous aimerions ici attirer l’attention sur les résultats, presque vingt ans plus tard, de ces réformes entreprises durant les années 60 et 70.

Les résultats du pragmatisme

50La moyenne des élèves du 2nd degré qui sont entrés à l’université à partir de 1973, n’ont pas de culture générale ; ils ne savent lire aucune langue étrangère. Bien que l’anglais soit devenu pratiquement la seule option de langue étrangère dans les écoles, son enseignement n’atteint pas les buts fixés. L’espagnol, langue très proche du portugais et qui était couramment lue par les élèves du 2nd degré jusqu’en 1960, est ignoré. Les difficultés de lecture ne concernent pas seulement les langues étrangères, mais aussi la langue portugaise. D’après Terezinha Rios, professeur à l’Université Catholique de São Paulo, les élèves jugent de la difficulté de lecture d’un livre à sa grosseur. Ces élèves entrent à l’université à la recherche d’un savoir spécialisé en vue d’une formation professionnelle. Pour certains professeurs, l’étudiant qui déclare savoir le français apparaît comme un élève au-dessus de la moyenne.

51Ces trois dernières années ont vu naître des mouvements plus fortement critiques dans de nombreux secteurs de l’éducation. Ceci a eu pour conséquence la révision générale des programmes et des méthodes, à tous les degrés, une demande plus exigeante de création d’espace pour le développement intellectuel, une révision des livres scolaires et la recherche de ce qui a été perdu dans le virage pragmatique.

52Ici, il est important de mentionner que ce sont les professeurs de français qui, bien que réduits à un très petit espace, prirent l’initiative de s’organiser pour proposer des alternatives. C’est ainsi que, à partir de 1977, a surgi le « Français Instrumental » dans les universités, avec pour but d’aider l’étudiant dans son domaine spécifique (chimie, physique, etc.). Cet étudiant, qui n’avait pas eu accès au français dans le second degré, en avait besoin comme instrument de compréhension des textes et de son propre travail. C’est pourquoi de nouveaux abordages méthodologiques ont été développés dans le but de faciliter l’utilisation rapide et la compréhension de textes en français. Les enseignants prirent conscience que le monolinguisme représentait une grande menace d’appauvrissement culturel et une entrave à une réflexion plus ample et plus créative. Aujourd’hui s’est développée une véritable thèse en défense du plurilinguisme, soutenue non seulement par les professeurs de français mais aussi par les professeurs d’autres langues étrangères, surtout d’allemand, d’italien et d’espagnol.

Une nouvelle recherche de la qualité

53Les directives actuelles du Ministère de l’Éducation aux écoles publiques orientent vers la recherche de la qualité de l’enseignement. Il y a, d’autre part, un souci d’élaborer des programmes qui tiennent compte des progrès scientifiques et des différentes méthodes et processus pédagogiques, sans toutefois rechercher un modèle étranger à appliquer au Brésil.

54Il existe aussi un retour vers l’Amérique Latine et vers l’intégration des pays qui la composent. C’est pourquoi dans certains Etats du Brésil on a proposé récemment d’inclure l’enseignement de l’espagnol dans les programmes du 2nd degré.

55Nous montrons ci-dessous un tableau de la situation de l’enseignement du français dans les écoles brésiliennes.

Brésil – 1987

Élèves du primaire et du secondaire (écoles publiques)

28 000 000

Élèves du second cycle du secondaire (le français peut être au programme)

3 000 000

Élèves étudiant le français

293 000

Données de l’Ambassade de France et du Ministère brésilien de l’Éducation

Brésil – 1987

Universités publiques et nombre d’étudiants..

48 (560 000 élèves)

Universités privées et nombre d’étudiants

27 (840 000 élèves)

Total

75 (1 400 000 élèves)

Étudiants inscrits à un cours de français

10 000 (0,7 %)

Données de l’Ambassade de France et du Ministère brésilien de l’Éducation

Brésil – 1987

Étudiants des cours de français comme U.V. de licence

1 000

Étudiants des cours de français hors cursus

2 500

Étudiants des cours de français instrumental

6 500

Total

10 000

Données de l’Ambassade de France

São Paulo – 1987

Professeurs de langues et littératures étrangères de l’enseignement officiel

Total des professeurs (universitaires compris)

86 745

Total des professeurs d’anglais

7 632

Total des professeurs de français

89

Total des professeurs d’espagnol

15

Données du DRHU du Secrétariat à l’Éducation de l’État de São Paulo

Résultat de l’analyse de l'image de la france dans le livre scolaire brésilien

56La première constatation que l’on peut faire après un premier examen est qu’il n’existe pas « une » image de la France mais plusieurs. Il existe plusieurs France dans les manuels scolaires : la France des cathédrales gothiques, la France des corsaires, des arts, la France de la bataille d’Alger, la France de Descartes, la France de 1789... des images qui se contredisent, se confirment, s’infirment, se complètent, si bien que l’on pourrait en dire, comme de la sphère de Pascal, que son centre, c’est-à-dire sa vérité, est dans toutes et en même temps dans aucune.

Données du CIE et de la CENP

Histoire du Brésil

57Dans les premières références, les Français apparaissent comme corsaires ou contrebandiers qui venaient chercher le bois brésil et dont la présence sur les côtes brésiliennes menaçait le droit de propriété des Portugais. Cette présence cependant apparaît comme essentielle pour le début de la colonisation du Brésil : « Le Portugal ne commença la colonisation du Brésil qu’en raison du déclin de son domaine sur le commerce en Asie et de la présence de contrebandiers sur nos. côtes (en particulier de Français) » (História do Brasil, Francisco Silva, ed. Moderna, 1983, p. 28).

58Du XVIe au début du XVIIIe siècle, le Brésil subit trois invasions françaises ; la première, dans la baie de Rio de Janeiro, aura comme conséquence la fondation par les Portugais de la ville de Rio de Janeiro.

59Vers la fin du XVIIIe siècle, quand commencent les mouvements pour rejeter la domination portugaise, la France apparaît surtout comme l’inspiratrice des idées révolutionnaires. Ces « idées françaises » par elles-mêmes ne sauraient suffire à faire éclore les mouvements dont nous allons parler plus loin, mais elles leur servent de support idéologique. Les manuels scolaires en ont claire conscience en donnant à ces mouvements des raisons avant tout d’ordre économique et politique.

60La conjuration de 1789 (Inconfidência Mineira), premier mouvement insurrectionnel à revendiquer l’indépendance du Brésil, s’appuie ouvertement sur les idéaux de la Philosophie des Lumières. Bien que ce mouvement ait été rapidement écrasé, « les idées politiques de la Révolution Française continuent à affluer au Brésil, y compris par l’intermédiaire des francs-maçons ». (Ibid, p. 100).

61« Déjà en 1798, vers le milieu de l’année, des pamphlets subversifs circulaient à Salvador ; les livres français étaient lus ». Ce passage se rapporte aux préparatifs de la Révolte des Tailleurs (Revolta dos Alfaiates), encore une révolte de l’Amérique du Sud, « fascinée par la fantastique image de la Révolution Française » (Estudos de História do Brasil, vol. I, Francisco Teixeira, Ed. Moderna, 1971, p. 183).

62En 1808, sous la menace des troupes napoléoniennes, la famille royale portugaise, gentilhommes et fonctionnaires compris, vient s’installer au Brésil qui devient ainsi le siège du gouvernement portugais. Ce fait allait avoir des conséquences décisives pour l’accession à l’indépendance du Brésil. En 1815, le Brésil accède à la condition de Royaume Uni au Portugal et Algarves. Un fait curieux à ce sujet : « L’initiative de ce changement ne provint pas du Roi Dom João VI mais de Talleyrand, ministre français au congrès de Vienne ». (Francisco, Silva, op. cit., p. 108).

63Un an plus tard « arriva au Brésil la mission artistique française, qui allait avoir une grande influence sur les arts plastiques au Brésil » (Ibid, p. 111). Il convient de signaler la présence dans cette mission de Jean-Baptiste Debret, peintre des moeurs brésiliennes.

64En 1817 éclate l’Insurrection de Pernambuco. « L’attirance pour les « idées françaises » est énorme, propageant leur influence dans les loges maçonniques, dans les sociétés secrètes et même dans le séminaire de Olinda ». (Francisco Teixeira, op. cit., p. 185). La même source d’inspiration se révèle dans la Confédération de l’Equateur, rebellion séparatiste qui éclata en Pernambuco en 1824.

65Dans les événements qui aboutissent à l’indépendance du Brésil en 1822, « il faut accorder une place spéciale à la participation de l’aristocratie brésilienne, au rôle extraordinaire et de la franc-maçonnerie et de la presse ». (Francisco Silva, op. cit., p. 121). Après l’Indépendance, la France continue à tenir le rôle de matrice culturelle : en 1824 Pedro Ier octroya à la nation une Constitution « moulée dans les idées françaises et anglaises et avec quelques influences de la Constitution portugaise ». (Ibid, p. 126).

66La même situation se retrouve dans la campagne abolitionniste. « Une autre manière de susciter le mouvement abolitionniste fut d’organiser des sociétés, clubs et comités abolitionnistes. Cette méthode commença en France où fut créée une Société pour l’Abolition de l’Esclavage, qui se ramifia rapidement dans d’autres pays et acquit un caractère international ». (Estudos Sociais, Elza Nadai, ed. Saraiva, 1979, p. 71).

67Le mouvement républicain, victorieux en 1889, subissait une forte influence du positivisme français « Les militaires encore influencés par le positivisme d’Auguste Comte prirent des positions politiques importantes dans les questions les plus significatives de l’époque – abolitionnisme et républicanisme ». (Francisco Silva, op. cit., p. 188).

68Page 77 du livre de Elza Nadai nous pouvons lire : « Le 14 juillet 1889, des manifestations furent réalisées pour commémmorer l’anniversaire de la prise de la Bastille et de la Révolution Française de 1789 ». Le 15 novembre 1889, jour de la proclamation de la République, « il se forma un cortège de plusieurs milliers de personnes, parcourant les rues de la ville au son de la Marseillaise ». (Fazendo a História, Aquino-André-Ronaldo, Ao Livro Técnico, p. 56).

69A partir de la République, les références à la France et aux Français sont plus rares, mais l’image de la France comme matrice culturelle est toujours renforcée.

70Voici ce que dit Elza Nadai, p. 62 de l’ouvrage cité : « La France, bien qu’elle n’ait pas eu la même importance que l’Angleterre dans les relations commerciales, a toujours représenté une matrice culturelle pour le Brésil. Son influence s’est faite sentir dans les activités intellectuelles, artistiques ou philosophiques. L’élite sociale brésilienne cherchait à assimiler la culture française, ne fût-ce que dans ses aspects les plus superficiels ».

71Outre ce type de commentaires, les livres font référence aux philosophes, savants, artistes et écrivains européens et particulièrement aux français.

72A propos de la littérature du XVIe et XVIIe siècles, citons :

73« En France, apparaissent Corneille, auteur de pièces de théâtre célèbres comme le Cid, inspirée de la reconquête de l’Espagne ; Molière, auteur de comédies qui critiquent la société française de l’époque, comme l’Avare, le Malade Imaginaire ; Racine, grand auteur de tragédies comme Phèdre, Iphigénie, inspirées des histoires et légendes de l’Antiquité, La Fontaine, qui écrivit les Fables, histoires d’animaux qui parlent et se comportent comme les humains ». (História do Brasil, Sérgio Buarque de Holanda, vol. I, ed. Nacional, 1973, p. 70). Sur la même page, la référence à la littérature anglaise occupe 3 lignes et la littérature espagnole en occupe 2. Page 57 du second volume, se trouve une note qui est révélatrice de la position relative qu’occupe la France, dans l’optique des livres scolaires : « La poésie de cette époque-là (deuxième moitié du XIXe siècle) eut une expression riche et variée aussi bien en Europe qu’en Amérique. Signalons Tennyson et Browning en Angleterre, Carducci et Pascoli en Italie, Baudelaire, Verlaine, Mallarmé et Rimbaud en France ».

74Cette position privilégiée ne se retrouve cependant pas en architecture, peinture et sculpture, domaines où la présence française ne se fait sentir qu’à partir des chapitres consacrés au XVIIIe siècle et suivants.

75L’ouvrage cité reproduit dans son premier volume de la page 22 à 25, 44 à 48 et 70 à 73 des tableaux et des photographies de sculptures et de chefs d’œuvres d’architecture qui illustrent la période qui va de la Renaissance à la fin du XVIIe siècle : on n’y trouve aucune œuvre française. En revanche dans les périodes suivantes la France occupe une place d’honneur.

Littérature brésilienne

76L’étude de la littérature dans les manuels scolaires brésiliens renforce l’image de la France comme « matrice culturelle ». En ce qui concerne la littérature de l’époque coloniale, il n’y a que peu de références aux Français, si ce n’est dans la littérature dite « d’information », produite par les voyageurs, les savants et les aventuriers, où apparaissent deux auteurs : André Thévet (1509-1592) avec « Les Singularités de la France Antarctique », et Jean de Léry (1534-1611) avec « Histoire d’un Voyage fait en la Terre du Brésil ».

77A partir du romantisme, cependant, les manuels attestent l’influence déterminante de la littérature française sur la littérature brésilienne. Voici comme exemples quelques extraits du livre « Súmulas de Literatura Brasileira », de Cândido de Oliveira (ed. Gráfica Biblos) :

78« Avec le mouvement romantique, nous abandonnons le Portugal et nous plongeons au sein de la France. Nous changeons de modèle littéraire. La France nous fournissait les modèles, la France qui nous enthousiasmait ». (p. 58).

79« Surgit alors le réalisme en prose et le mouvement parnassien en poésie. Le Brésil continue ainsi à recevoir l’influence de la France ». « Balzac est le créateur du roman moderne » (p. 97).

80« Le mouvement réaliste en poésie reçoit la dénomination particulière de mouvement parnassien. Le nom vient de la revue littéraire française « Le Parnasse Contemporain », autour de laquelle se réunirent Théophile Gautier, Théodore de Banville, Leconte de Lisle, José Maria de Hérédia, Charles Baudelaire, Sully Prudhomme et d’autres poètes ». (p. 115).

81« Le mouvement symboliste commence, en France, à la fin du XIXe siècle ; des poètes comme Verlaine, Mallarmé, Rimbaud, donnent une nouvelle structure à la poésie » (p. 126).

82Le poète Manuel Bandeira a écrit un manuel de littérature destiné particulièrement aux élèves du secondaire : « Noções de História das Literaturas », Ed. Fundo de Cultura, 6e édition 1969. Le livre traite des littératures de l’Antiquité, des littératures européennes, asiatiques, des littératures de langue portugaise et des littératures américaines. Dans ce livre, il est intéressant d’observer à nouveau que la littérature française est celle qui obtient le plus grand nombre de pages (62) après la littérature brésilienne, quand même (172 pages). A la littérature portugaise ne sont consacrées que 36 pages, viennent ensuite la littérature anglaise (24 pages), italienne et espagnole (18 pages chacune) et allemande (16 pages). Les autres n’obtiennent que des références encore plus réduites.

Histoire mondiale

83Dans les livres d’histoire mondiale, ce n’est que dans les chapitres qui traitent les temps modernes et l’époque contemporaine que la présence de la France devient plus importante. Le concept même d’Ancien Régime, qui désigne le système socio-politique de l’Europe occidentale moderne, correspond plus particulièrement à l’organisation française. Quand les livres traitent cette période, ils accordent une place prépondérante à la France ; ils traitent plus succintement l’Angleterre, et les pays restants sont étudiés sous la rubrique « Autres nations européennes ». On n’omet pas de signaler les quatre penseurs les plus importants dont les livres fondent l’absolutisme, deux d’entre eux étant français : Jean Bodin et Bossuet. C’est la même France qui établit les bases de l’État moderne, qui plus tard produira la philosophie des Lumières remettant en question l’absolutisme royal.

84« Les auteurs les plus célèbres, surtout par l’influence que leurs travaux exercèrent sur la politique des principales nations européennes, furent les Français » (História Geral Moderna e Contemporânea, Elza Nadai, ed. Saraiva, 1986, p. 102). Suivent deux pages de synthèse des idées de Montesquieu, Voltaire et Rousseau. Page 104, on peut lire : « La philosophie des Lumières fut d’abord française. Et comme la France représentait un modèle pour l’Europe, ou mieux, pour les élites européennes, les autres nations connurent la philosophie des Lumières ».

85Il est à noter qu’il n’est fait nulle part mention de l’influence qu’a exercée l’Angleterre sur la pensée philosophique.

86Quand les livres abordent le passage du féodalisme au capitalisme, une grande place est accordée à la révolution industrielle en Angleterre et aux révolutions de 1789 à 1848 en France, cette période incluant également les guerres napoléoniennes. Bien que dans les chapitres suivants la France continue à être présente, elle n’obtient plus la même prépondérance.

87Il y a cependant un sujet qui mérite de retenir un peu plus longuement notre attention. Il s’agit de la question de l’expansion européenne, et surtout de la colonisation française en Afrique et en Asie. Ce sujet prend un poids important dans la construction de l’image de la France, surtout au Brésil. Si les livres scolaires plus anciens traitaient ce sujet sur un ton neutre, il n’en est plus de même dans les livres récents qui adoptent un ton critique beaucoup plus sévère.

88« Les régions inexplorées de l’Afrique et de l’Asie allaient offrir un vaste territoire pour un pillage systématique qui s’étendit jusqu’à la fin de la première moitié du XXe siècle et qui persiste encore dans certaines régions ». (História Moderna e Contemporânea, Renato Mocelin – ed. do Brasil, p. 87).

89« Le colonialisme français utilisa les mêmes méthodes que le colonialisme anglais. Souvent de connivence avec les oligarchies indigènes pour exploiter ensemble les richesses naturelles, parfois dominant par l’usage de la force » (Ibid, p. 89).

90« L’exploitation de la Chine et de l’Inde, de l’Algérie et de l’Afrique du Sud fut violente et inhumaine envers les populations autochtones ». (Ibid p. 90).

91Un des manuels reproduit même un tract qui circulait en Indochine, à la fin du XIXe siècle, s’adressant au colonisateur français :

92« A vos yeux nous sommes des sauvages, d’obscurs animaux (...) vous craignez de nous approcher comme si nous étions des objets de répulsion... Prisonniers d’un système de domination qui mine notre énergie, nous sommes réduits à l’impuissance. C’est pourquoi seuls les mendiants osent se présenter aux bureaux français ». (Geografia, vol. IV, Melhem Adas, ed. Moderna, 1986, p. 84).

93« Le séparatisme du Biafra fut encouragé par l’entreprise française Elf-Aquitaine, intéressée par le pétrole de cette province » (Ibid, p. 98).

94« Le colonialisme français en Indochine suivit les modèles généraux de la colonisation européenne, c’est-à-dire, l’usage de la force et du mythe de la supériorité raciale » (Ibid, p. 84).

95Quand ils traitent la décolonisation de l’Afrique et de l’Asie, les livres le font en montrant une certaine sympathie pour la lutte des peuples colonisés. Le mérite de la libération est attribué à l’héroïsme et à la détermination des « peuples opprimés ». Il est intéressant cependant de noter que certains livres mentionnent, comme un des facteurs de la colonisation, la « naissance d’une conscience anti-colonialiste dans la propre métropole » (Ibid, p. 53).

96« Aussi bien en Europe que dans les pays colonisés, surgissent des leaders politiques ou intellectuels qui s’affirment par la conscience anti-impérialiste et assument courageusement la défense de la liberté et du droit à l’autodetermination et au développement des peuples opprimés » (História Geral, Elza Nadai, ed. Saraiva, 1986, p. 250). Dans la même page, l’auteur mentionne : « les vastes secteurs de la population de la métropole qui commencèrent à critiquer le processus de développement qui se faisait au détriment de l’exploitation violente d’autres peuples ».

97A propos de la bataille d’Alger : « Les troupes françaises, de 500 mille hommes environ, occupèrent Alger et réalisèrent un violent massacre non seulement des principaux leaders du F.L.N., mais aussi de la population civile arabe (...). En France l’opinion publique fut divisée ». (Fazendo História, Aquino, André, Ronaldo, Ed. Ao Livro Técnico, pp. 195-196).

98Pour les jeunes, dont la connaissance de la France n’est plus aussi régulièrement informée qu’auparavant, il ne peut exister que difficilement l’image d’une France de la réflexion critique et de la quête d’idéaux humanistes. Il est difficile de savoir quelle place la critique du colonialisme peut laisser à la mention de « la formation d’une conscience anti-colonialiste en métropole ». La tendance idéologique de chaque professeur doit, sans doute, permettre les degrés de prise de conscience divers chez les élèves.

Géographie

99Si l’on compare les manuels de géographie aux manuels d’histoire, l’espace consacré à la France diminue sensiblement. La prépondérance, en effet, est accordée ici au critère économique. Des chapitres particuliers sont consacrés aux États-Unis, à l’Union Soviétique, à la Chine, au Japon et à l’Allemagne Fédérale. La France et l’Angleterre, pour leur part, sont dans certains livres étudiées avec l’ensemble des pays européens, mais dans la majorité elles se voient attribuer une ou deux pages chacune. Leur contenu offre invariablement une vision très positive.

100En général, l’image de la France est celle d’un pays moderne, avec une économie stable, et très fortement industrialisé. Les données se répètent de livre en livre : un des plus forts cheptels bovins de l’Europe, des voies ferrées modernes, un excellent réseau routier, une agriculture forte, etc... Le pays affronte la crise énergétique avec la construction de centrales hydro-électriques et nucléaires, et avec l’utilisation de l’énergie solaire.

101Les problèmes sont reconnus et signalés : pénétration des capitaux américains et allemands, balance commerciale déficitaire, dépendance en matières-premières, chômage.

Langue portugaise

102Les manuels de langue portugaise n’offrent que rarement des textes traduits. Dans les livres examinés, nous n’en avons relevé que trois. Deux textes d’auteurs français – Saint-Exupéry et Goscinny, et un d’auteur anglais – Lewis Carrol.

Langue française

103Pour terminer, un mot des manuels d’enseignement du français produits au Brésil. Comme d’habitude dans les manuels de langue étrangère, le but est de séduire les élèves par les merveilles de la civilisation décrite, quelle que soit la langue. L’image de la France que nous proposent les abondantes illustrations – plan de Paris, cathédrales, arcs de triomphe, tours – est celle d’un véritable paradis touristique et culturel.

104Mais on ne peut se référer aux livres de langue sans aborder la méthodologie d’apprentissage qui les sous-tend. Les livres analysés se répartissent clairement en trois types distincts de méthodologie de l’enseignement du français.

  1. méthodologie traditionnelle : caractérisée par les textes littéraires avec exercices d’explication de textes et grammaire. L’image donnée est neutre, celle d’un pays hors de la réalité et sans problèmes.
  2. méthodologie audio-visuelle : caractérisée par l’emploi d’exercices structuraux et de la grammaire implicite. La France apparaît plus vivante et on y parle même du problème du chômage.
  3. méthodologie de l’approche communicative : cette approche se caractérise par la prise en compte du contexte social et économique des élèves, des acquis de la linguistique, psycho-linguistique et socio-linguistique ; par l’utilisation des recherches dans les domaines de la lecture, de l’ethnographie de la communication et de l’analyse du discours. On y trouve l’image d’une France vivante avec ses qualités et ses défauts, ses difficultés et ses facilités.

105Les méthodes audio-visuelles sont en général utilisées dans le second degré, alors que les universités utilisent plutôt les méthodes d’approche communicative. Ces dernières sont probablement appelées à s’imposer dans le secondaire dans un bref délai.

Conclusions

106Ce serait une grande naïveté anthropologique que de croire que trois siècles d’une forte influence française puissent nous être retirés en cinquante ans. La présence de la France est dans le mot, dans le geste, dans la façon de voir et penser le monde, et il importe peu que se superposent à elle d’autres influences, elles ne font que s’ajouter.

107Les exemples de cet état de fait sont bien concrets : notre journalisme qui, dès 1945, a choisi le modèle du « lead » américain, n’en a pas pour autant abandonné la combativité et l’humanisme caractéristique du journalisme français ; et si la grande masse des universités a opté pour fonctionner à l’américaine, il en existe toutefois qui ont réussi à survivre aux années 60 et 70, tout en se maintenant comme bastion de l’humanisme ; c’est le cas de la Fondation Getulio Vargas de Rio de Janeiro ou de l’Université Catholique de São Paulo.

108C’est un fait que nos élèves du 2e degré ne connaissent pas la France comme on la connaissait autrefois. L’image qu’ils en ont est très fragmentée. Le manque de connaissance de la langue et l’absence d’informations régulières dans les médias, rendent encore plus difficile le rapprochement culturel.

109Aujourd’hui nous ne pouvons plus parler d’une influence culturelle : la facilité des moyens de communications a réduit les dimensions de la planète et les influences sont diverses et réciproques. Par exemple, le Brésil a beau avoir vécu dans les années 70 et au début des années 80 un processus politique bien particulier qui aurait dû apparemment l’éloigner de la France, on peut toutefois percevoir encore dans le milieu de l’Éducation les mêmes discussions que le structuralisme français d’Althusser, Bourdieu, Foucault, Passeron ou Snyders nous proposaient à la fin des années 60. Dans de nombreuses disciplines des écoles secondaires la méthode d’enseignement est d’origine française, et continue à être employée même sans conscience du fait. A l’université, les bibliographies utilisées par les professeurs comportent, selon les domaines, de 20 à 80 % de livres d’auteurs français.

110La réalisation de débats comme celui-ci, résultat d’un ensemble d’efforts communs, représente une contribution décisive pour un resserrement de relations et d’échanges entre nous.

111Dans les 3 ou 4 mois derniers, un mouvement critique de réflexion et de révision se manifeste dans toutes les disciplines. Il faut investir dans ce réveil de la conscience devant tout ce qui vient d’arriver. Il faut investir dans cette conscience de la présence française dans notre culture.

112Il suffit de regarder autour de nous pour retrouver la France dans la philosophie, la littérature, au cinéma, dans l’architecture, dans l’urbanisme, dans les arts plastiques...

Personnalités consultées

1131 – Beatriz Ricardina Magalhães, professeur du Département d’Histoire de l’Université Fédérale de Minas Gerais.

1142 – Célia Freire d’A. Fonseca, professeur du Département d’Histoire de l’Institut de Philosophie et Sciences Sociales de l’Université Fédérale de Rio de Janeiro.

1153 – Claudie Monteil, directrice-gérante de la librairie française de São Paulo.

1164Gaudêncio Torquato do Rêgo, professeur du Département de Journalisme de l’Université de São Paulo.

1175Helena Chamlian, professeur du Département d’Éducation de l’Université de São Paulo.

1186 – Henrique C.L. Vaz, professeur de philosophie de la Faculté de Philosophie de l’Université Fédérale du Minas Gerais.

1197Isidoro Blikstein, président de la Commission de Pos-Graduation, professeur au Département de Lettres Classiques de l’Université de São Paulo.

1208 – Laura Galery, professeur du Département de Lettres Modernes de l’Université Fédérale de Minas Gerais.

1219 Madalena Viola, orientatrice de l’École Sacré-Coeur de Jésus, São Paulo.

12210 – Magda Soares, professeur du Département d’Éducation de l’Université Fédérale de Minas Gerais.

12311 – Marcelo V. Coelho, ex-recteur de l’Université Fédérale de Minas Gerais, professeur du Département de Parasitologie.

12412 – Maria Alice Nogueira, professeur du Département d’Éducation de l’Université Fédérale de Rio de Janeiro.

12513 – Maria Laura M. Lopes Leite, professeur de l’Institut de Mathématique de l’Université Fédérale de Rio de Janeiro.

12614 – Maria Lúcia Shaeffer, professeur du Département d’Éducation de l’Université de Sào Paulo.

12715 – Maria Sabina Kundman, professeur du Département de Français de l’Université de São Paulo.

12816 – Mário Carneiro, professeur du Département de Mathématique de l’Université de Minas Gerais.

12917 – Nerilda Salazar Bergo e Gomes, du Laboratoire de Programmes du Secrétariat à l’Éducation de l’État de la Guanabara.

13018 – Regina M. Martin Carneiro, professeur du Département de Sciences Politiques de l’Université de Minas Gerais.

13119 – Terezinha Azeredo Rios, professeur chargé de cours de l’Université Catholique de São Paulo.

13220 – Zita de Paula Rosa, professeur d’Histoire, fonctionnaire de la Coordination des Études et Normes Pédagogiques de l’État de São Paulo.

Institutions consultées

1331 – Centre d’informations Statistiques du Secrétariat à l’Éducation de l’État de São Paulo.

1342 – Département du Personnel du Secrétariat à l’Éducation de l’État de São Paulo.

1353 – Coordination des Études et Normes Pédagogiques de l’État de São Paulo (Départements des Programmes et des Langues Modernes).

1364 – Associations des Professeurs de Français de l’État de São Paulo, de Rio de Janeiro et de Minas Gerais.

1375 – Bureau d’Action Linguistique des Services Culturels de l’Ambassade de France de São Paulo.

1386 – Consulat Général de France de Rio de Janeiro.

Bibliographie

NOTES

TITRE DES OEUVRES

1 – Raízes do Brasil,Sérgio Buarque de Holannda Liv. José Olímpio Editora, Rio 1977.

2 – História do Brasil, 3 vol., Pedro Calmon Comp. Ed. Nacional, S. Paulo 1937.

3 – História do Brasil,João Ribeiro, ed. revista e completada por Joaquim Ribeiro, Col. Brasileira de Ouro 1967.

4 – Grandezas e Misérias do Ensino no Brasil,Maria José Garcia Werebe, Dif. Européia do Livra, 1968.

5 – Vida Social no Brasil nos meados do sec. XIX,Gilberto Freyre, Inst. Joaquim Nabuco de ciências Sociais, Recife 1964.

6 – Aos Trancos e Barrancos, como o Brasil deu no que deu,Darcy Ribeiro, Ed. Guanabara, 1985.

7 – Éducation et enseignement des langues étrangères : une approche politique, Roberto Ballalai, artigo da Revista « Elos », número especial, VIII Congresso Nacional de Professores de Francês, « Le Français et les Amériques », Porto Alegre, RG. Sul, 1987.

8 – Os franceses no Brasil (1815-1822), Maria Beatriz Nizza da Silva, USP, artigo nos Anais da VI Reunião da SBPH, São Paulo, 1987.

Notes de fin

1 Les dessins faits, par ailleurs, par les élèves brésiliens qui ont participé à l’enquête sur l’Image de la France au Brésil, menée en milieu scolaire en 1987 (dont certains sont reproduits dans cet ouvrage), confirment tout à fait cette analyse (Note des coordonateurs).

Table des illustrations

Légende Données du CIE et de la CENP
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/5054/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 155k

Auteur

Président de la F.A.E. (Ministère de l’Éducation et de la Culture).

© Éditions de l’IHEAL, 1991

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540