Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Images réciproques du Brésil et de la France

 | 
Solange Parvaux
, 
Jean Revel-Mouroz

B. La transmission de l’image du Brésil dans le système éducatif/A transmissão da imagem do Brasil no sistema educativo francês

Étude-pilote sur la perception que quelques groupes d’étudiants brésiliens ont de la France en 1987

Arlete Marques Galvão de Queiroz Castilho

Texte intégral

1Cette étude a été faite à partir d’une enquête réalisée par l’Associations de Professeurs de Français de 11 États de Brésil.

2Cinquième pays du monde en étendue, avec ses 8.511.965 km2 1, divisé en cinq régions géographiques très disparates, le Brésil est une mosaïque constituée par différentes cultures, de larges contrastes économiques et sociaux qui ont exigé, lors de la réalisation de ce sondage, une approche en même temps unique – permettant le rassemblement final des témoignages, et diversifiée – tenant compte des particularités régionales.

3L’enquête a donc été réalisée dans les capitales des États suivants : Pará, Alagoas, Paraíba, Rio Grande do Norte, Sergipe, Goiás, Rio de Janeiro, qui en a assuré la coordination, São Paulo, Paraná et District Fédéral, chargé de la synthèse finale, dans des villes parsemées sur la presque totalité de cet immense territoire.

4Puisqu’il était nécessaire (faute de temps et de ressources matérielles et financières) de réduire l’univers à étudier, nous avons décidé de travailler uniquement avec des étudiants des établissements de l’enseignement public. Pour mieux comprendre le choix des groupes d’élèves avec lesquels nous avons travaillé, il serait utile de rappeler l’organisation du système éducatif brésilien.

5L’enseignement régulier au Brésil est divisé en trois nivaux, à savoir : le premier degré (séries de 1ère à 8ème, pour des élèves de 7 à 14 ans), deuxième degré (séries de 1ère à 3ème, pour des élèves de 15 à 18 ans) et troisième degré (ou universitaire).

6Nous avons donc choisi comme champ d’études les 6e et 7e séries du Premier Degré (qui correspondent en France à la 5e et la 4e) et les 1re et 2e séries du Deuxième Degré (qui correspondent en France à la Seconde et la Première), travaillant ainsi avec des jeunes de 12 à 18 ans en moyenne. Le choix des groupes dans chaque ville a été fait par tirage au sort à partir d’une liste exhaustive des écoles enseignant d’autres langues étrangères que le Français : nous avons voulu par là éviter toute contagion, toute influence directe pouvant être exercée par les professeurs de Français et/ou par les manuels de Français Langue Etrangère sur l’imaginaire des jeunes.

7Après l’élaboration et la réalisation d’un sondage ouvert destiné à établir un inventaire préalable de la perception des jeunes étudiants, nous avons abouti au questionnaire définitif ainsi constitué : une première partie formée par 12 questions dont 4 « à choix multiples » et 8 « réponses ouvertes » ; une deuxième partie où les étudiants étaient invités à s’exprimer librement par dessins.

8Dans le but de reconstituer l’imaginaire des jeunes brésiliens, leur regard sur la France et les Français, sans transformer le sondage en un simple test de connaissances, nous avons fait appel à des indicateurs indirects, à des réponses plutôt affectives que cognitives.

9Les questions proposées étaient les suivantes :

10Environ deux mille questionnaires ont été distribués dans 80 établissements et nous en avons analysé 1 651. 89 % des étudiants consultés ont de 12 à 18 ans (8 % ayant plus de 18 ans), 61,3 % du total étant du sexe féminin et 37,6 % du sexe masculin.

11Tout d’abord, sur le plan cognitif, par des réponses objectives, nous constatons que les jeunes brésiliens ont des connaissances très limitées sur la France et les Français. Ils sont capables à 80,6 % de situer géographiquement la France dans le monde mais, par contre, il n’y a que 15,9 % qui sont capables de nommer une autre ville française que Paris, cette dernière étant citée par 63,9 % d’entre eux.

12En ce qui concerne l’Histoire de France, leurs connaissances ne leur permettent de citer que les noms de Napoléon Bonaparte (16,8 %) et du Président François Mitterrand (5,0 %).

13La Marseillaise, pour 27,1 % d’entre eux est le nom d’une artiste peintre française, seul 12,3 % savent qu’il s’agit là de l’hymne national français.

14La langue parlée en France est, pour 46,1 % des jeunes, la même que celle parlée en Belgique. Mais pour 42,2 % on la parle aussi en Autriche et pour 41,1 % aussi en Hollande. Ils ignorent donc que le français est parlé sur d’autres continents que l’européen (une infime minorité ayant indiqué le Sénégal et la Canada).

15Dans le domaine artistique, le manque d’informations est encore plus frappant : les étudiants interrogés ont eu le plus grand mal à indiquer des noms français liés à la littérature, à la peinture et à la sculpture.

16Par contre les seules touches de modernité ou d’actualité dans le tableau, plutôt classique, esquissé par les jeunes brésiliens se sont révélées dans le domaine de la musique, du sport et de la politique. Le football étant le sport préféré des brésiliens et encore sous l’effet de la dernière coupe du Monde, 30,8 % des étudiants ont cité le nom de Platini comme celui d’un sportif célèbre. Aussi grâce à l’intérêt qu’ils portent aux courses automobiles, le nom d’Alain Prost est connu de 6 % des jeunes qui, sans doute, suivent de près les Grands Prix de Formule 1 pour accompagner la performance des coureurs brésiliens.

17Grâce au concert qu’il donné récemment aux États-Unis et qui a été diffusé en direct au Brésil par une chaîne nationale de télévision et, par conséquent, grâce à la présentation de ses musiques dans des émissions radiophoniques au long de quelques semaines, le nom de Jean-Michel Jarre a pu être cité par 16,2 % des jeunes comme celui d’un musicien français renommé. A souligner aussi le caractère universel de sa musique et son air XXIe siècle qui touche plus facilement la jeunesse.

18La politique aussi a fourni le nom d’une personnalité connue des brésiliens : 12,7 % des étudiants ont cité le nom du Président François Mitterrand comme étant celui d’un politique célèbre.

19Ce qu’il faut bien remarquer ici c’est l’absence totale de noms français liés aux sciences.

20Il n’y a donc pas chez les jeunes étudiants brésiliens interrogés de connaissances concrètes sur la France et les Français, sur leurs réalisations ni dans le passé ni dans le présent sauf comme nous l’avons démontré avant, dans des sujets qui les intéressent particulièrement et qui sont, par conséquent, plus ou moins exploités par les médias locaux.

21Cette absence de savoir est due à leur propre formation scolaire, centrée plutôt sur la réalité et sur les problèmes brésiliens que sur l’universalité. En effet, les objectifs de l’éducation au Brésil sont la réalisation personnelle de chaque individu, la conscience de la citoyenneté et la spécialisation professionnelle, fondés sur les principes de l’unité nationale, de liberté et de solidarité humaine.

22Par ailleurs, il faut tenir compte de l’influence massive des modèles nord-américains, actuellement imposés par les médias au Brésil.

23Malgré tous ces aspects, il existe chez les jeunes Brésiliens un côté affectif2 très fort envers la France. L’absence d’informations précises laisse chez eux une large place à la fantaisie à partir de laquelle ils construisent leur imaginaire3.

24Ainsi, la France est le pays où l’on rêve d’aller en villégiature, le tourisme étant pour 49,6 % des jeunes son attrait principal. Là, bien sûr, c’est la Tour Eiffel qui leur vient à l’esprit, dans 22 % des cas. D’ailleurs la deuxième partie du questionnaire, celle d’expression libre, n’a fait que renforcer les réponses qui la précédaient : 34,2 % des étudiants ont dessiné la Tour Eiffel4, 8,7 % ont dessiné des paysages, de belles maisons, des jardins, des châteaux et des églises, et 3,4 % ont dessiné le drapeau français (24,6 % n’ayant pas fait le dessin).

25Lorsque les jeunes pensent à la France, c’est souvent à l’élégance, au charme5, au chic, au bon goût qu’ils font allusion, des aspects socioculturels étant présents à 34,3 %. Cette idée se traduit par exemple, dans les mots français qu’ils ont su reproduire même s’ils n’apprennent pas le Français à l’école : « bonjour » (16,1 %), « Merci beaucoup » (13,3 %) et « monsieur » (10,7 %) à côté, bien sûr, de quelques « dormez-vous »,6, « Frères Jacques », « chouchou », « oh là, là ! » et « can-can ».

26Dans l’imaginaire de ces jeunes, la vie quotidienne des Français est revêtue d’un air de luxe et de sophistication : à leur avis, les Français mangent beaucoup de pâtes mais aussi du faisan, du canard, du filet mignon, le tout arrosé de bons vins et de champagne.

27Même dans le domaine de la production industrielle, le leitmotiv est toujours le charme de la mode et les parfums, les griffes françaises étant très connues et vendues au Brésil7. Si les jeunes Brésiliens avaient à demander des cadeaux apportés de France ce seraient des parfums (16,2 %) ou des articles vestimentaires et des accessoires de mode8 (19,1 %) qu’ils demanderaient. Jamais les produits technologiques avancés tels que les micro-ordinateurs ou d’autres objets électroniques, ne serait-ce que des petits gadgets. D’ailleurs, ce côté industriel de pointe, progrès scientifique, n’apparaît pas comme un élément important de l’image qu’ils ont eue de la France. La présence française au Brésil, sa collaboration dans des projets techno-scientifiques brésiliens leur sont inconnues.

28En bref, la manière dont les jeunes brésiliens se représentent la France pourrait se résumer en deux images :

  • l’une, de Napoléon Bonaparte brandissant le drapeau français ;
  • l’autre, d’un Paris mythique et intemporel, avec une Tour Eiffel entourée de luxueux magasins de mode et d’articles de beauté.

29L’image que les jeunes brésiliens ont de la France en 1987 est bien loin d’être celle de la France de 1987.

30Cette vision stéréotypée de la France9, cette photo jaunie d’un pays lointain que l’on admire sans pourtant le connaître, est le résultat des quelques images transmises par la télévision (74,4 %), par quelques magazines (40,4 %) et par les livres (36,4 %). Si l’on voulait proposer aux jeunes une image de la France beaucoup plus actuelle et essayer de modifier le stéréotype, c’est beaucoup plus au niveau des médias qu’au niveau de l’école qu’il faudrait travailler.

31Ce sondage nous a confirmé que le système de valeurs des jeunes est construit sur l’admiration qu’ils portent à la gloire ; les jeunes admirent ceux qui ont du prestige, ceux qui sont à l’écran, ceux qui montent sur le podium. De telle façon qu’ils ont manifesté le désir d’interviewer des artistes (20,3 %), des sportifs (13 %) ou des politiques de grande envergure (9,8 %).

32Seulement par l’action des médias on pourrait envisager la transformation de la situation actuelle. Il s’agit là, nous le savons bien, d’une entreprise extrêmement difficile à cause du fait que les grandes chaînes de radio et télévision au Brésil sont privées et que les intérêts économiques y sont très forts. Néanmoins c’est la seule action qui aurait un impact important dans un pays aussi immense et décentralisé que le Brésil.10 Et l’on pourrait ainsi faire vivre la France de l’an 2000 en milieu scolaire brésilien.

33Ce travail n’aurait pas pu être réalisé sans la collaboration bénévole :

  • de l’Association des Professeurs de Français de l’État de Rio de Janeiro (coordination de l’enquête) ;
  • des Associations des Professeurs de Français des États de : Alagoas, Ceará, Goiás, Pará, Paraíba, Paraná, Rio Grande do Norte, São Paulo, Sergipe, et du District Fédéral (Brasília).
  • de Mme Ethel Bauzer Medeiros, Professeur des cours de 3e cycle, de Psychologie et d’Éducation à la Fondation Getúlio Vargas de Rio de Janeiro.
  • de Mme Christine Rivas Esquivel, Attaché Linguistique auprès de l’Ambassade de France à Brasília.
  • et de Mme Maria Aparecida Rodrigues, du Secrétariat à l’Éducation de l’État de Rio de Janeiro.

Auteur

Professeur de Français Langue Étrangère, Présidente de l’Association des Professeurs de Français du District Fédéral (Brésil).

© Éditions de l’IHEAL, 1991

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540