Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Images réciproques du Brésil et de la France

 | 
Solange Parvaux
, 
Jean Revel-Mouroz

B. La transmission de l’image du Brésil dans le système éducatif/A transmissão da imagem do Brasil no sistema educativo francês

L’image du Brésil dans les manuels de français à l’usage des lycées

Jean-Marc Civardi

Texte intégral

1« Notre monde vient d’en trouver un autre », écrivait Montaigne. Il semble, à la lecture des manuels scolaires de français pour les lycées depuis 1970, que nous ne l’ayons toujours pas exploré. « Qu’est-ce que le Brésil ? » ou « Qu’est-ce que la littérature ? » pourrait demander un moderne Candide. En effet, nous avons examiné une soixantaine d’ouvrages à l’usage du second cycle classique ou technique, et nous n’avons trouvé que trois textes d’auteurs brésiliens et environ une vingtaine de mentions concernant le Brésil, pour la plupart axées sur Montaigne et Lévi-Strauss, tant le Brésil se limite à l’Amazonie ! Cette vision lacunaire et restreinte d’un tel pays est d’autant plus regrettable que l’étude d’auteurs étrangers n’est nullement interdite dans le cadre des cours de français, puisque les instructions officielles précisent : « En plus des auteurs français, le programme mentionne des textes d’auteurs étrangers traduits. On s’assurera de la qualité de la version française. Le professeur ouvre ces domaines aux élèves selon son projet et le temps qui lui est imparti ». Il ne s’agit pas cependant d’accabler les auteurs de manuels ou les professeurs puisque, à partir de la seconde, l’enseignement est surtout dirigé vers l’épreuve de français, écrite et orale, du baccalauréat et donc vers une bonne connaissance de l’histoire littéraire française. Pourtant un espoir est peut-être permis pour les lettres brésiliennes et portugaises (encore plus mal représentées !) car, depuis quelques années, on assiste à un heureux retour à des manuels chronologiques, qui pratiquent l’intertextualité et mettent en rapport des auteurs et des œuvres français et étrangers. Nous ne pouvons que souhaiter une plus grande ouverture d’esprit ; c’est pourquoi, après avoir étudié le bilan plutôt négatif de la présence du Brésil dans les livres de français, que ce soient les auteurs mentionnés ou bien l’image de ce pays, il nous faudra comparer la place et l’importance de cette littérature par rapport à celles d’autres littératures étrangères, plus et mieux représentées.

La portion congrue

  • 1 C. Biet, J.-P. Brighelli, J.-L. Rispail XXe siècle p. 123.
  • 2 C. Biet, J.-P. Brighelli, J.-L. Rispail XXe siècle p. 443.
  • 3 B. Barthélémy Littérature p. 339-341.

2La littérature brésilienne commence au XXe siècle, plus exactement en 1937, avec un extrait de Capitaine des Sables1 de Jorge Amado, où ce texte illustre une certaine image de l’enfance, en relation avec un extrait de La Guerre des boutons de Louis Pergaud et un autre de Sa Majesté des mouches de William Golding. Dans le même volume récent des éditions Magnard, on trouve un texte d’Augusto Boal, « Les Enfants du public », tiré de Jeux pour acteurs et non-acteurs, Pratique du Théâtre de l’opprimé (1979)2, à côté d’un extrait de La Leçon d’Ionesco et de Les Origines humaines de J.P. Brisset, tout cela invitant à une réflexion d’une part sur le théâtre, d’autre part sur un certain ridicule de l’enseignement. Il semblerait donc que la littérature brésilienne soit une littérature de l’enfance, sinon dans l’enfance... Enfin, un manuel moins connu propose comme texte complémentaire à Tristes Tropiques un article de Josué de Castro sur le sous-développement3, tiré d’un numéro du Courrier de l’Unesco, en précisant simplement les fonctions officielles de l’auteur et non sa nationalité.

  • 4 Ch. Biet, J.-P. Brighelli, J.-L. Rispail Guide des auteurs... p. 264.

3On retrouve d’ailleurs ce trio d’auteurs dans les grands tableaux synoptiques et chronologiques du volume XXe siècle des éditions Magnard puisque, dans la colonne « Production écrite étrangère », sont seulement cités La Terre aux fruits d’or, Capitaine des Sables et Terre violente de J. Amado, Géopolitique de la faim de J. de Castro et Jeux pour acteurs et non-acteurs... d’A. Boal. Il n’est pas fait mention là non plus, pour aucun auteur étranger, de sa nationalité. Voilà une littérature qu’il est rapide d’étudier ! Quand à l’Index des auteurs, utilisable pour les quatre tomes de cette collection, il mentionne seulement J. Amado4 et cite d’autres œuvres : Cacao, Suor, Bahia de tous les saints, Seara vermelha, Os Subterrâneos da libertade, Gabrielle et Dona Flor e sens dois maridos.

  • 5 Ch. Biet, J.-P. Brighelli, J.-L. Rispail XXe Siècle p. 174.

4Vous serez également surpris d’apprendre que le Brésil ne possède aucun artiste, sculpteur ou peintre. En effet, la plupart des manuels, surtout les plus récents, sont assez illustrés ; mais si des œuvres d’artistes européens, nord-américains, sud-américains, asiatiques, sont présentes, aucune œuvre brésilienne n’apparaît. Dans le domaine de l’architecture, lorsqu’il est question du baroque, on montre bien sûr des réalisations italiennes, allemandes, espagnoles, mais le Brésil, comme le Portugal, n’est jamais évoqué. Il est vrai que cette lacune se retrouve souvent aussi dans des ouvrages traitant de l’histoire de l’Art, ne jetons donc pas la pierre, si vous me passez l’expression. Le volume XXe siècle des éditions Magnard évoque simplement, pour 1936, Le Corbusier « sollicité par Niemeyer pour le projet de Brasilia »5.

  • 6 Ch. Biet, J.-P. Brighelli, J.-L. Rispail XXe Siècle p. 690.

5Quant au cinéma, domaine que les classes de français permettent facilement d’aborder, il est lui aussi présent, que ce soit la production française ou internationale, dans un certain nombre de manuels, mais le cinéma brésilien se réduit à Antonio das mortès (sic) de G. Rocha (sans précision de nationalité)6 !

6Notre récolte est donc bien maigre. Mais si l’on interrogeait l’homme de la rue, ou même des enseignants et des documentalistes, obtiendrions-nous davantage de résultats ? L’éventail des œuvres littéraires et artistiques serait-il plus large et plus complet ? Il est permis d’en douter. Cela dit, il est souhaitable que des ouvrages pédagogiques soient moins schématiques. En tout cas, lorsque des textes d’auteurs français, cette fois, évoquent le Brésil, nous découvrons une autre image, elle aussi restrictive : l’Amazonie (ou plus largement la vie sauvage), à laquelle l’espace et l’histoire brésiliens semblent se réduire.

Le temps suspendu

  • 7 A. Lagarde, L. Michard, XXe Siècle p. 231.
    R. Perru, C. Launay Thèmes et Réalités (1re) p. 92.
    B. Bar (...)
  • 8 A. Chassang, CH. Senninger Recueil de textes littéraires français (XVIe siècle) p. 229.
    J. Thoraval, (...)
  • 9 CH. Biet, J-P. Brighelli, J-L Rispail XXe Siècle p. 590.
  • 10 A-M. Marina-Mediavilla Textes et civilisation p. 96.
  • 11 R. Perru, C. Launay Thèmes et Réalités (1re) p. 101-102.
  • 12 J. Thoraval, J-C. Coiffet, R. Rousseau, Y. Rousseau Est-ce ainsi... T.2 p. 79-81.
  • 13 R. Fehr Textes, images, activités (2nd) p. 17.

7De Montaigne à Lévi-Strauss, les seuls habitants du Brésil sont les Indiens. En effet, cinq manuels7 proposent le fameux texte de Montaigne sur « les Cannibales » (Les Essais I, 31), en rappelant que cet auteur avait eu l’occasion de rencontrer « des indigènes du Brésil » à Rouen en octobre 1562. D’autre part, un texte du même écrivain apparaît souvent : il s’agit d’un extrait du chapitre 6 du livre III (intitulé « Des Coches ») et dont la dernière partie commence par la célèbre formule : « Notre monde vient d’en trouver un autre ». Montaigne, ici, ne traite pas seulement du Brésil mais du Nouveau Monde en général, puisqu’il s’inspire de l'Histoire générale des Indes de Lopez de Gamara. On le rencontre également dans cinq manuels8. Certes ces textes sont importants pour inculquer aux élèves la notion de relativité des cultures et pour faire remarquer que Montaigne fonde le mythe du bon sauvage. Mais en ce qui nous concerne, le problème est que dans ces ouvrages le Brésil ne réapparaît qu’au XXe siècle et donne l’impression que rien n’a changé puisque l’on parle encore des Indiens. Le Brésil semble hors de l’espace-temps et sa diversité est complètement ignorée. Bien entendu, les extraits de Tristes Tropiques de C. Lévi-Strauss sont les plus nombreux : sur les Bororo9, sur les Nambikwara10 (mais sans aucune précision géographique), sur plusieurs peuples11. En plus du Mato-Grosso, l’Amazonie est aussi présentée par un texte de J. Meunier sur « Le mythe du mauvais sauvage »12, d’après son livre Massacres en Amazonie, et par un extrait de Amazonie, terre inachevée d’Yves Manciet13. Certes, ces choix procèdent de bons sentiments, pédagogiques ou autres, mais ils ne font qu’entretenir une image vraiment trop étriquée du Brésil et de ses territoires sauvages. Le Brésil est grand comme seize fois la France ; pourtant, aux yeux des élèves, son importance et sa diversité culturelle peuvent passer pour inversement proportionnelles à sa superficie !

  • 14 B. Lecherbonnier Textes français et histoire littéraire (XXe siècle) p. 324.
  • 15 . R. Perru, C. Launay Thèmes et Réalités (1re) p. 76.
  • 16 Ch. Biet, J-P. Brighelli, J-L. Rousseau, Y. Rousseau Est-ce ainsi... T.2 p. 12.
  • 17 J. Thoraval, J-C. Coiffet, R. Rousseau, Y. Rousseau Est-ce ainsi... T.2 p. 12.
  • 18 R. Perru, C. Launay Thèmes et Réalités (1re) p. 100.
  • 19 R. Perru, C. Launay Thèmes et Réalités (1re) p. 93.

8Le même phénomène se retrouve exactement dans les illustrations. En effet, les seules gravures ou photographies concernant le Brésil ne montrent que divers aspects de la vie indienne : « le visage peint » d’une femme caduveo14, photographies d’indiens15, plus particulièrement Bororo16, Waura « décorant un gigantesque vase de terre cuite »17, une demeure indigène18, la « récolte de l’eau distillée »19 (gravure de Théodore de Bry, du XVIIIe siècle). Bien entendu, ces illustrations sont en regard des textes de Montaigne et de Lévi-Strauss. Là encore, s’il est bon que les élèves découvrent l’existence de mœurs bien différentes des nôtres, il est dommage qu’on ne leur fasse pas découvrir d’autres paysages brésiliens, ruraux ou urbains, traditionnels ou modernes. Il est vrai que le très petit nombre d’auteurs brésiliens rencontré dans les textes ne facilite pas la tâche. Espérons que les manuels d’histoire et de géographie soient plus complets et ne s’en tiennent pas à ce triste topique que devient le monde amazonien.

9Pourtant si le Brésil n’a qu’une toute petite place dans les manuels de français, si son image est celle d’un espace immuable et d’un temps suspendu, d’autres pays, y compris d’Amérique latine, sont très bien représentés par leurs écrivains ou leurs artistes.

De l’inégalité parmi les écrivains

10Tout en cherchant quelle était l’image du Brésil, nous avons noté, au fur et à mesure de notre enquête, les auteurs étrangers que nous avons rencontrés dans les livres. Nous n’avons pas fait de statistiques ni de pourcentages parce que nous n’avons pas toujours pu déterminer la nationalité ou la langue de certains écrivains (c’est d’ailleurs un défaut des manuels, parfois, de ne pas préciser ces données) ; nous ne pouvons donc prétendre que nous sommes exhaustif mais nous croyons que le palmarès suivant est représentatif de la place donnée aux littératures étrangères :

11* anglais : 273 textes pour 144 auteurs dont 171 textes anglais pour 71 auteurs
102 textes américains pour 73 auteurs

12* allemand : 191 textes pour 71 auteurs dont 180 textes allemands pour 64 auteurs
11 textes autrichiens pour 7 auteurs

13* italiens : 106 textes pour 50 auteurs

14* Antiquité : 82 textes pour 28 auteurs dont 8 textes de la Bible
47 textes grecs pour 16 auteurs
27 textes latins pour 11 auteurs

15* espagnol : 82 textes pour 34 auteurs dont 50 textes espagnols pour 21 auteurs
17 textes argentins pour 5 auteurs
4 textes chiliens pour 1 auteur
3 textes cubains pour 1 auteur
3 textes colombiens pour 1 auteur
2 textes mexicains pour 2 auteurs
1 texte bolivien pour 1 auteur
1 texte guatémaltèque pour 1 auteur
1 texte péruvien pour 1 auteur

16* langues slaves : 65 textes pour 32 auteurs dont 58 textes russes pour 26 auteurs
4 textes polonais pour 4 auteurs
3 textes tchécoslovaques pour 2 auteurs

17* japonais : 27 textes pour 16 auteurs

18* langues Scandinaves : 11 textes pour 7 auteurs dont 8 textes suédois pour 4 auteurs
2 textes norvégiens pour 2 auteurs
1 texte danois pour 1 auteur

19* hongrois : 5 textes pour 2 auteurs

20* grec moderne : 4 textes pour 3 auteurs

21* turc : 3 textes pour 2 auteurs

22* indien : 2 textes pour 2 auteurs

23* albanais : 1 texte

24* portugais : 1 texte

25* roumain : 1 texte

26* yiddish : 1 texte

27(Un cas particulier est celui de la littérature hollandaise, représentée par 3 auteurs de 9 textes, mais tous en latin du XVIe ou du XVIIe siècle).

28Les ouvrages de français pour les classes de lycée sont donc ouverts aux littératures étrangères, on ne peut que s’en féliciter. Pour certains pays le panorama est assez complet, du XVIe siècle jusqu’à nos jours ; les élèves apprennent à connaître non seulement des écrivains mais aussi des cinéastes, des économistes, des chanteurs. Le Brésil serait sûrement bien placé dans un « hit-parade » ; cependant il est loin d’avoir la faveur des auteurs de manuels. C’est d’autant plus flagrant que certaines langues latines sont fort bien représentées, comme l’italien et l’espagnol.

  • 20 F. Claudon, P. Goudey, R. Smadja Littératures étrangères de l’époque contemporaine p. 154-158.

29A ce sujet, lorsque, trop peu souvent, des livres traitent des écrivains sud-américains, le Brésil reste dans l’ombre des pays de langue espagnole, ce qui n’étonnera personne. Par exemple, dans une bonne collection, un volume récent traite des « littératures étrangères de l’époque contemporaine » ; un sous-chapitre est tout à fait révélateur de ce que nous disions : « La découverte d’une autre Amérique : le roman hispano-américain » (comprenant des textes de M.A. Asturias, A. Carpentier, G. Garcia-Marquez). Après l’intérêt vient donc la déception. De même, à la fin de l’ouvrage, dans de grands tableaux de « chronologie historique et littéraire 1880-1980 », il n’est fait aucune mention du Brésil20. Faut-il accuser matériellement le manque d’espace ?

  • 21 CH. Biet, J-P. Brighelli, J-L. Rispail XVIe–XVIIe siècle p. 69.

30D’ailleurs, on pourrait même se demander si le Brésil existe, puisque, en remontant plus haut dans l’histoire et en feuilletant les volumes portant sur le XVIe siècle, au chapitre des Grandes Découvertes, on lit les noms de Vasco de Gama, de Magellan, voire de Pigafetta, quelques remarques sur les progrès de la navigation, mais peu de précisions sont données sur les voyages eux-mêmes. Seule une édition récente21 offre une carte des « grands voyages » mentionnant « Alvarez Cabrai 1500 » mais sans indication explicite du pays découvert, ainsi qu’une reproduction de « portulan de 1553 » montrant l’Amérique du sud. Apparemment les enseignants qui préparent aujourd’hui ces anthologies ne sont pas pris par le « vertige atlantique » de nos ancêtres et l’interdisciplinarité tant recommandée reste rare.

31Il s’agissait bien de faire une enquête et non un réquisitoire. Les horaires de français en lycée varient de deux heures à cinq heures par semaine et les instructions officielles précisent : « Parmi les textes littéraires, il est naturel d’accorder la priorité aux textes d’auteurs français. Cette option ne procède pas d’une volonté chauvine d’exalter la suprématie de notre littérature ». Pourtant, d’après les résultats que nous venons d’analyser, il ne faut pas s’étonner des méconnaissances et des idées reçues des élèves et donc, à travers les livres scolaires, il faudrait d’abord mieux informer les professeurs. Par exemple il n’est pas rare, chez les non-spécialistes, de rencontrer des enseignants qui croient que l’on parle espagnol au Brésil ou bien de voir dans les bibliothèque scolaires des ouvrages d’auteurs brésiliens classés parmi ceux des auteurs espagnols, en toute bonne foi d’ailleurs. Depuis le début des années quatre-vingt les manuels s’ouvrent davantage aux cultures et aux lettres étrangères ; la leçon de Montaigne, qui affirmait : « Il semble que nous n’avons autre mire de la vérité et de la raison que l’exemple et idée des opinions et usances du pais où nous sommes », paraît enfin retenue. Pourtant il est dommage qu’à notre époque l’océan atlantique reste un tel obstacle. Espérons que la tenue et les actes de ce colloque inciteront les éditeurs à revoir l’image simpliste et bien peu moderne du Brésil que nous avons étudiée et à augmenter la part de la littérature brésilienne dans les textes.

32VOIR BIBLIOGRAPHIE ET LISTE DES MANUELS CONSULTÉS
après la traduction (p. 467)

Notes

1 C. Biet, J.-P. Brighelli, J.-L. Rispail XXe siècle p. 123.

2 C. Biet, J.-P. Brighelli, J.-L. Rispail XXe siècle p. 443.

3 B. Barthélémy Littérature p. 339-341.

4 Ch. Biet, J.-P. Brighelli, J.-L. Rispail Guide des auteurs... p. 264.

5 Ch. Biet, J.-P. Brighelli, J.-L. Rispail XXe Siècle p. 174.

6 Ch. Biet, J.-P. Brighelli, J.-L. Rispail XXe Siècle p. 690.

7 A. Lagarde, L. Michard, XXe Siècle p. 231.
R. Perru, C. Launay Thèmes et Réalités (1re) p. 92.
B. Barthelémy Littérature p. 31-32.
J. Thoraval, R. Rousseau Est-ce ainsi... T.1 p. 88-89.
A.-M. Marina-Mediavilla Textes de civilisation (2nd) p. 105.

8 A. Chassang, CH. Senninger Recueil de textes littéraires français (XVIe siècle) p. 229.
J. Thoraval, J-C. Coiffet, R. Rousseau, Y. Rousseau Est-ce ainsi... T.2 p. 11.
A. Berthelot, F. Degea Textes français et histoire littéraire (Moyen-Age, XVIe siècle) p. 97.
Ch. Biet, J-P. Rispail XVIe–XVIIe siècle p. 72.
A-M. Marina-Mediavilla Textes de civilisation p. 107-108.

9 CH. Biet, J-P. Brighelli, J-L Rispail XXe Siècle p. 590.

10 A-M. Marina-Mediavilla Textes et civilisation p. 96.

11 R. Perru, C. Launay Thèmes et Réalités (1re) p. 101-102.

12 J. Thoraval, J-C. Coiffet, R. Rousseau, Y. Rousseau Est-ce ainsi... T.2 p. 79-81.

13 R. Fehr Textes, images, activités (2nd) p. 17.

14 B. Lecherbonnier Textes français et histoire littéraire (XXe siècle) p. 324.

15 . R. Perru, C. Launay Thèmes et Réalités (1re) p. 76.

16 Ch. Biet, J-P. Brighelli, J-L. Rousseau, Y. Rousseau Est-ce ainsi... T.2 p. 12.

17 J. Thoraval, J-C. Coiffet, R. Rousseau, Y. Rousseau Est-ce ainsi... T.2 p. 12.

18 R. Perru, C. Launay Thèmes et Réalités (1re) p. 100.

19 R. Perru, C. Launay Thèmes et Réalités (1re) p. 93.

20 F. Claudon, P. Goudey, R. Smadja Littératures étrangères de l’époque contemporaine p. 154-158.

21 CH. Biet, J-P. Brighelli, J-L. Rispail XVIe–XVIIe siècle p. 69.

Auteur

Professeur certifié de lettres classiques.

© Éditions de l’IHEAL, 1991

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540