Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Images réciproques du Brésil et de la France

 | 
Solange Parvaux
, 
Jean Revel-Mouroz

B. La transmission de l’image du Brésil dans le système éducatif/A transmissão da imagem do Brasil no sistema educativo francês

L’image du Brésil dans les manuels d’histoire-géographie

Janine Le Sann, Marie-France Schapira, Hervé Thery et Marie-Hélène Touzalin

Texte intégral

Introduction

  • 1 La liste des manuels analysés et leur numéro d’identification sur les matrices figurent en annexe 6 (...)

1Prétendre analyser l’image du Brésil qui apparaît dans les manuels d’histoire-géographie français suppose que l’on définisse un corpus : le travail qui suit porte sur l’analyse d’un groupe de manuels scolaires1, pour l’essentiel des manuels des classes de 5e et des classes Terminales. Nous avons choisi de limiter notre étude, à quelques exceptions près, à cet ensemble pour une raison simple : c’est le seul niveau où se trouvent des passages sur le Brésil de quelque consistance, se prêtant à l’analyse à la fois qualitative et quantitative que nous voulions mener.

2Ce fait est en soi une indication : ce sont les classes où les programmes prévoient explicitement une étude du Brésil, et nous aurons plusieurs fois l’occasion de souligner l’extrême importance de ces programmes officiels. Paraphrasant une formule célèbre dans le Brésil sucrier du XVIIe siècle (« Pas de Noirs, pas de sucre, pas de Brésil ») nous pourrions placer en exergue de cette étude « Pas de programmes, pas de chapitre, pas de Brésil ».

3Nous devons à ce propos souligner avec force l’indigence de l’information historique sur le Brésil dans ces manuels : par la force des choses nous avons surtout analysé les manuels de géographie, sa place dans les manuels d’histoire est moins que congrue. Il serait instructif de demander à des bacheliers qui était Tiradentes, quel était le régime politique du Brésil entre 1822 et 1889, voire qui était Getulio Vargas, une figure historique pourtant non négligeable, ne serait-ce que dans une perspective comparatiste.

4Voulant analyser l’image du Brésil nous avons jugé intéressant de mener cette étude à l’aide d’images, c’est-à-dire en utilisant les méthodes de la graphique définie par Jacques Bertin, plus précisément par l’utilisation de matrices qui permettent d’analyser et de classer visuellement l’information. Analyser des images par des images n’est donc pas un jeu de mots ou de miroirs, c’est aussi en la circonstance utiliser l’outil adapté : le nombre des manuels traités est trop grand pour permettre une analyse ligne à ligne, et trop petit pour justifier le recours à une analyse statistique, informatisée ou non. Nous avons donc choisi d’insister sur les thèmes choisis par les auteurs, que ce soit dans leurs textes (et dans les textes qu’ils citent) ou dans les images du Brésil, au sens littéral, qu’ils donnent à voir (par la carte ou la photographie), et d’en restituer la synthèse par d’autres images, matrices et cartes, qui sont le résumé de notre travail.

  • 2 Nous tenons à remercier ici celles qui ont bien voulu nous fournir leurs manuels, l’indispensable m (...)

5Pour cette étude nous avons été amenés à distinguer, parmi les thèmes que traitent les auteurs, ceux qui sont étudiés en détail (plusieurs paragraphes, une carte, une ou des photos, un ou plusieurs textes cités), ceux qui sont traités plus rapidement (l’un ou l’autre de ces éléments), ceux enfin qui sont absents. Par là il faut entendre non pas que le mot-clé qui les caractérise et que l’on retrouve sur les matrices (la liste en a été faite au vu du contenu des manuels) n’est pas présent – les auteurs ont visiblement le souci d’être complets et de ne rien oublier – mais que d’autres lui ont été préférés. Nous souhaitons donc que l’on ne s’attache pas à faire de notre travail un test comparatif ou un quelconque tableau d’honneur, mais à essayer d’appréhender dans son ensemble l’image du Brésil qui ressort de la production française de manuels, dont on verra au demeurant qu’elle est assez homogène à chaque époque et que l’on y distingue plus de transformations dans le temps que de disparités de maison d’édition à maison d’édition.2

La méthode (Tous les tableaux sont présentés à la fin de la traduction portugaise)

6Dans les manuels du premier et du second cycles nous avons examiné le contexte dans lequel se situent les passages sur le Brésil (du chapitre cohérent à l’exemple cité), les thèmes brésiliens traités dans le texte, les cartes et les photographies représentant le Brésil (pour ces dernières en relevant à la fois leur thème et leur localisation).

7Ces données ont été recueillies dans des tableaux à double entrée, quatre pour chacun des deux cycles. Le traitement commence par la traduction de ces données numériques en langage visuel (étape 2, figure p. 414). Pour les thèmes nous avons choisi d’utiliser des tonalités différentes et ordonnées selon que le thème est absent (blanc), présent (gris) ou traité en détail (noir). Le tableau des données est donc ici entièrement traduit en des plages blanches, noires et grises.

8La deuxième étape consiste à rapprocher les colonnes les plus noires les unes des autres, et les plus blanches entre elles (3), puis à recommencer l’opération pour les lignes. Le matériel matriciel mis au point au Laboratoire de Graphique des Hautes Études en Sciences Sociales permet de réaliser les rapprochements, par permutation, des lignes et des colonnes.

9De nouvelles permutations entre lignes et/ou colonnes peuvent être nécessaires afin d’améliorer l’homogénéité des taches noires, blanches et grises, la manipulation s’arrêtant lorsque le chercheur estime avoir atteint l’image optimale, la plus contrastée, celle qui fait le mieux apparaître des groupes cohérents.

10Les groupes d’objets sont alors séparés par des lignes renforcées et numérotées en chiffres romains (5), les groupes de caractères des colonnes également séparées par des traits plus épais, et désignées par des lettres (6). Des groupes de données se trouvent alors isolés : AI, AII, ADI, BI, BII, BIII, CI, CII, CIII, etc. (7).

11Les objets du groupe BI apparaissent dans le petit exemple fictif ci-dessus fortement caractérisés par le caractère B, les objets du groupe CII marqués par les caractères de C5 (caractère 5 et 3). La caractérisation des objets de groupes I et II est moyenne pour les caractères A et B, et les groupes restants sont interprétés comme faibles ou nuls.

12L’interprétation du tableau de données transformé en matrice permet d’émettre des hypothèses, de distinguer des groupes d’objets et de caractères, en l’occurence des thèmes évoqués à propos du Brésil et des manuels scolaires, qui peuvent être vérifiées en retournant à la source. Cette méthode permet de maintenir un contact permanent avec les données et d’approfondir la réflexion pas à pas.

13Lorsque l’un des axes de la matrice (x ou y) contient des données de localisation géographique, les résultats de la classification par permutation peuvent être reportés sur une ou plusieurs cartes. C’est le cas des matrices sur le thème et la localisation des photographies du Brésil relevées dans les manuels, les groupes formés sur la matrice sont alors cartographiés pour vérifier si leur distribution spatiale fait apparaître un ordre spatial parallèle à la classification matricielle des données (cf. schémas pages suivantes).

14L’interprétation des cartes est liée à celle de la matrice et en est complémentaire, leur légende est celle de la matrice. Chaque groupe individualisé sur celle-ci est représenté sur un fond de carte, chaque carte permettant une analyse fine de la localisation des thèmes de chaque groupe (en l’occurrence la localisation des photos illustrant chaque thème).

15La matrice des photographies quant à elle représente quantitativement les données de chaque groupe : les traits représentent par leur épaisseur le nombre de photographies d’un lieu donné illustrant le thème concerné. Nous avons distingué les cas où la photographie représente un lieu précis (cercle) un état brésilien ou une région (carré).

Le premier cycle

Le contexte

16Le plan choisi pour aborder le Brésil apparaît ici très dépendant du programme (voir p. 415) : à la dispersion d’avant 1987 s’oppose nettement l’alignement de tous les manuels postérieurs sur un plan unique : le premier groupe les rassemble tous, sans exception, et ne figure dans ce groupe qu’un seul manuel antérieur. La parution du nouveau programme a eu ici un effet de nivellement évident, plus aucun manuel ne place le Brésil dans le cadre général de l’Amérique, ou du sous-développement, tous le placent dans le cadre de l’Amérique latine (le chapitre précédent du programme) et, on le verra, sous l’angle particulier des contrastes du développement.

Les textes

17Cinq groupes de manuels apparaissent sur la matrice : le premier est constitué par un seul ouvrage, publié par les éditions Bordas en 1982, et qui fait figure de précurseur : la reprise de l’ouvrage de 1978 (no 9 sur la matrice) met en rapport le chapitre sur « l’économie brésilienne » avec « dialogues et dépendances », un changement d’approche sensible qui correspond à un changement d’équipe.

18Le deuxième groupe (B) est constitué par l’ensemble des manuels sortis en 1987, dont l’analyse matricielle souligne la parenté : le changement des programmes a provoqué une homogénéisation des manuels, c’est un point important sur lequel nous aurons à revenir. Un groupe secondaire (C) est formé par ceux de ces mêmes manuels qui abordent moins de thèmes.

19Le groupe D est remarquable par la convergence sur quelques thèmes du groupe III (la place du café principalement, secondairement les ressources naturelles et la présence des firmes multinationales), qui date une série de manuels sortis entre 1978 et 1981 et les distingue nettement des plus récents.

20Le groupe E enfin est formé par des manuels qui ne font qu’effleurer le cas brésilien : ce sont tous des ouvrages plus anciens (à l’exception du Hatier 1982, qui est peut-être une mise à jour simplifiée du manuel de 1978 (no 6).

  • 3 Au sens large, bien entendu, tous ceux qui ont écrit sur le Brésil à partir d’une expérience de pre (...)

21Quels sont les thèmes qui marquent ces différentes générations de manuels ? (voir p. 416). Le groupe IV est formé de thèmes sporadiquement abordés et peu représentatifs. Le groupe III, déjà cité, est celui qui date la génération 1978-1981. Les groupes II et surtout I sont ceux qui apparaissent en force dans les manuels récents. On peut remarquer une différence entre les thèmes mis en avant : les manuels 13 et 19 insistent sur le groupe II, qui est celui des thèmes explorés par les chercheurs3 français ayant récemment travaillé sur le Brésil (Amazonie, fronts pionniers, migrations, contrastes régionaux, secteur informel), ce qui est peu étonnant puisque dans ces deux cas des chercheurs engagés dans ces travaux ont participé à l’équipe de rédaction. Le groupe I, le plus important, montre les atouts et les réalisations du Brésil (immensité, puissance industrielle, grands aménagements, modernisation agricole), mais insiste aussi sur les problèmes qu’affronte le Brésil d’aujourd’hui, (dette, faim et misère, problèmes agraires, dépendance, explosion démographique), une approche balancée et prudente, induite en grande partie par le programme qui attire l’attention sur « les contrastes du développement ».

22L’analyse des groupes de thèmes confirme donc celle des générations de manuels : l’introduction des nouveaux programmes a eu un effet décisif sur la présentation du Brésil dans les manuels du premier cycle, le plus important car il est souvent la première information cohérente que les élèves reçoivent sur le Brésil, et touche toute la classe d’âge, contrairement au second cycle.

Les cartes

23L’analyse des thèmes des cartes met à part deux manuels déjà distingués pour les choix des thèmes : l’insistance sur les thèmes de recherche récents s’accompagne du recours plus large à la carte (voir p. 417). Globalement cette utilisation augmente d’ailleurs pour les manuels plus récents, le nombre de thèmes traités par la carte s’accroit nettement au fil des années, si l’on met à part ici encore quelques précurseurs (1, 6,14).

24Les thèmes cartographiés sont d’une part un certain nombre de faits de base, dont on imagine mal de ne pas donner la carte (groupe I, agriculture, densité de population, industrie et mines), certains de ces thèmes étant plus systématiquement présents dans les manuels plus anciens (relief, économie, place dans l’Amérique latine), ils contribuent à les individualiser en ce que ce sont souvent les seules cartes qui y figurent (absence de cartes sur les thèmes des groupes III et IVa, que les manuels plus récents abordent).

Les photographies

25Sur cette matrice les lignes indiquent les thèmes des photographies choisies pour illustrer les passages concernant le Brésil et les colonnes les lieux où ces photos ont été prises (voir p. 420 et 422).

26Les thèmes retenus peuvent être classés en quatre groupes au vu de l’analyse matricielle : le premier réunit les images industrielles, les paysages des grandes villes, dont on montre à la fois les aspects modernes et les contrastes entre habitat moderne et bidonvilles. Pour illustrer ce thème les auteurs choisissent souvent le cas de Brasilia, mais plus encore celui de Rio de Janeiro, dont les favelas apparaissent souvent.

27Le deuxième thème est celui des grands équipements (routes, barrages, etc.) : l’Amazonie et Itaipu sont les choix les plus fréquents.

28Le troisième groupe est formé par des paysages naturels et des scènes de la vie rurale : Amazonie et Nordeste y viennent en tête, mais São Paulo est souvent choisi pour l’agriculture modernisée.

29Le quatrième enfin est centré sur les types humains, portraits et scènes de rues : ici encore l’Amazonie est bien représentée.

30Les cartes tirées de l’analyse de la matrice, chacune correspondant à l’un des groupes qui y sont apparus, montrent bien cette prépondérance de l’Amazonie (sans précision de lieu, ou parfois la ville de Manaus), qui n’est atténuée que dans le premier groupe par la place des grandes villes du Sudeste : à cette exception près les auteurs privilégient les images spectaculaires et exotiques de l’intérieur par rapport à celles du Brésil développé.

Le second cycle

Le contexte

31La plupart des manuels analysés (no 1 à 11) correspondent au programme de 1983 des classes Terminales, et sont parus cette même année, à deux exceptions près (il s’agit de refontes postérieures) (voir p. 415). Dans ce programme le Brésil n’est plus étudié en tant que tel, mais intégré à l’étude du sous-développement ou des inégalités du développement : il y figure comme l’un des trois exemples proposés, avec l’Inde et l’Afrique de l’Ouest. Les manuels 12 à 16 sont destinés à des sections ou classes différentes et ont été retenus à titre de comparaison, le Brésil y apparaît comme illustration de quelques grands thèmes (terminales G, Seconde) ou en tant que tel (BEP).

32Cette place particulière influe sur l’image donnée du Brésil. Elle lui vaut tout d’abord d’être présent, seul pays d’Amérique latine à avoir cet honneur puisque le Mexique est tout au plus évoqué, et l’Argentine tout à fait absente (rappelons qu’elle figurait naguère dans la liste des grandes puissances étudiées obligatoirement).

33Le programme incite en outre à une comparaison entre les cas de l’Inde et du Brésil (alors que l’on pourrait attendre une comparaison avec d’autres pays d’Amérique latine, qui est rarement faite). On choisit souvent d’opposer le « modèle brésilien », extraverti, fondé sur les exportations, dominé par les firmes multinationales, et la « voie indienne » d’économie planifiée, auto-centrée, à fort secteur public. Cette comparaison, souvent implicite, mène fréquemment à un jugement de valeur, à une préférence pour la seconde voie, qui est tout à fait défendable mais parfois biaisée par le fait que l’on ne retient de chacun des pays que les faits extrêmes qui servent la démonstration : qui connaît le Brésil sait qu’il y existe aussi un important secteur public, que les exportations représentent moins de 10 % du PIB, et qu’une présentation plus nuancée serait nécessaire.

34Plus généralement l’inclusion du Brésil dans cet ensemble du sous-développement amène soit à le dissoudre complètement dans un plan thématique (où n’apparaissent que quelques exemples brésiliens ou au mieux que quelques passages sur son agriculture, ses villes, etc.), soit à lui consacrer un chapitre où l’accent est mis sur quelques aspects privilégiés parce que l’auteur les juge utile à la compréhension du sous-développement. Dans ce cas l’accent est souvent mis sur les contrastes sociaux et régionaux, particulièrement importants au Brésil, alors que l’Inde sert plutôt à montrer les problèmes de la croissance démographique, et l’Afrique de l’Ouest à illustrer la dépendance économique et les problèmes agricoles. L’image du Brésil en est donc faussée, par construction.

Les textes

35Trois groupes de thèmes composent l’image du Brésil construite dans les manuels du second cycle (voir p. 418).

36a – Une grande puissance partagée entre l’État et les multinationales, marquée par les contrastes sociaux et régionaux, les conflits fonciers. Le résultat de la manipulation matricielle résume ici on ne peut mieux l’impression ressentie à la lecture de ces manuels, ces thèmes sont évidemment ceux qui pour les auteurs constituent l’originalité du Brésil dans l’ensemble des pays sous-développés. Ces thèmes sont le tronc commun aux trois groupes de manuels, le point fort des groupes A et B (ce dernier en ajoutant d’autres), et encore très présent dans le groupe III qui est constitué pour l’essentiel de livres non destinés aux classes terminales (BEP, classes préparatoires).

37B – Les thèmes issus de la recherche.

38Les géographes français ont beaucoup travaillé au Brésil depuis plus de cinquante ans, depuis qu’une mission universitaire française a contribué à la fondation de l’Université de São Paulo. Dans cette équipe de jeunes professeurs, qui comprenait entre autres Roger Bastide, Claude Lévi-Strauss et Fernand Braudel, figurait un géographe, Pierre Monbeig, qui a formé et orienté les premières générations de géographes brésiliens, et développé à son retour les études brésiliennes en France : fondateur et directeur de l’Institut des Hautes Études de l’Amérique latine, d’un laboratoire associé au CNRS, il a dirigé des recherches sur le Brésil, dont on retrouve dans ce groupe la trace fidèle. Sa thèse portait sur les fronts pionniers, et l’on retrouve ici ce thème, qui a continué à fasciner les géographes français, avec ceux de la maîtrise de l’espace et de la formation du territoire, également présents. Ce groupe de chercheurs à ensuite travaillé en Amazonie, mais aussi dans le Nordeste, sur les phénomènes pionniers toujours, qui s’appuyaient dans les années 70 sur de grands équipements (routes, barrages, périmètres irrigués), et provoquaient souvent une forte croissance urbaine, tous thèmes que l’on retrouve ici. Il se confirme donc, on l’avait supposé pour le premier cycle, que les résultats de la recherche géographique passent dans ces manuels. Cela se marque dans le choix des textes cités, des cartes reproduites, et dans la présence parmi les auteurs des chapitres brésiliens de plusieurs géographes liés directement au laboratoire dirigé par Pierre Monbeig (Michel Foucher et Hervé Théry) ou ayant participé à des recherches les associant à ce laboratoire (Claude Bataillon). Ce groupe de thèmes apparaît surtout dans les manuels du groupe B, qui l’ajoutent au tronc commun du groupe I, mais aussi, plus diffus, dans ceux des groupes A et C.

39c – Une image complémentaire de l’image principale du groupe I se dessine ici, avec l’opposition traditionnel/moderne et la croissance démographique rapide. Elle concerne surtout les manuels non destinés aux classes terminales et reprend de façon plus synthétique et brutale l’image détaillée par les manuels plus classiques. S’y ajoutent des notations négatives (endettement, bidonvilles, dépendance) sur lesquels certains manuels sont plus prolixes, et des analyses de la composition ethnique de la population brésilienne (société multiraciale, présence des Indiens, des Noirs), souvent présentes mais sans que cela constitue un thème structurant.

40On peut partir de cette présence diffuse pour montrer ce qui ne figure plus dans ces manuels, les thèmes disparus ou du moins passés au second plan. Le thème du métissage en est un, comme celui de la grande puissance tropicale. En dehors de l’unique manuel de seconde, pris comme témoin, et où le Brésil sert d’illustration à des phénomènes zonaux, un seul autre manuel tire argument de l’appartenance du Brésil à la zone tropicale. D’autres thèmes se sont plus effacés encore, comme celui de la sécheresse, qui était au premier plan dans les années 60, quand les écrits de Josué de Castro étaient beaucoup cités, et il est à noter que la grande sécheresse de 1979-1984 ne semble pas avoir trouvé d’écho dans les manuels. On ne mentionnera ici que pour mémoire le thème du « pays neuf », qui a totalement disparu, alors qu’il était très présent dans les années 50 et 60.

Les cartes

41Quatre groupes de manuels peuvent être distingués au vu de cette matrice, dont le premier est formé par un seul manuel, abondamment illustré de cartes originales (il forme à lui seul le groupe de cartes IVb) (voir p. 419). Le quatrième (groupe D) est particulièrement peu illustré, ce qui s’explique pour l’un d’entre eux (15) par le fait que c’est un mémento destiné aux classes préparatoires. Les deux autres groupes se distinguent par le nombre de thèmes traités sous forme de cartes.

42Parmi ces thèmes certains semblent presque obligatoires : population et agriculture forment le groupe I, présent dans pratiquement tous les manuels, sauf ceux du groupe D déjà cité. D’autres sont fréquemment cartographiés, plus souvent dans le groupe A que dans le groupe B, les groupes III et IV enfin le sont sporadiquement. Pas de conclusions bien nettes à en tirer, les auteurs choisissent de traiter tel ou tel thème par le texte, la carte ou la photographie au gré des documents disponibles. On ne trouve pas ici de stratégie particulière à telle ou telle maison d’édition, ni une bien grande originalité du cas brésilien : la carte est souvent le moyen commode de traiter ce que le manque de place et l’accent mis sur certains aspects forts du modèle brésilien de développement amènent à négliger dans le texte.

Les photographies

43La dispersion est ici plus grande que dans le premier cycle, la matrice le montre (voir p. 421 et 423). Seul le groupe I (en particulier le thème « paysages urbains modernes) montre une certaine concentration, un privilège accordé à São Paulo, qui domine dans le second cycle comme l’Amazonie et Rio de Janeiro dominaient dans le premier. Rio de Janeiro ne retrouve une place importante que dans le groupe II, comme type de ville affligée de bidonvilles (il est bien rare que l’on montre ceux d’autres villes brésiliennes). Pour le reste la dispersion est la règle, matrice et cartes le montrent.

44De cette analyse on peut tirer une petite liste de photographies « vedettes » dans les manuels, à l’usage des futurs auteurs :

  • le paysage urbain moderne de São Paulo

  • les bidonvilles de Rio de Janeiro

  • les routes transamazoniennes

  • les barrages d’Itaipu.

Conclusion : quelle image ?

45Quelle est en définitive l’image du Brésil qui ressort de ces manuels ? Il semble que l’on puisse en retenir quelques aspects saillants

46a – La puissance : le Brésil est présenté comme une nouvelle grande puissance, ou une puissance émergente, dotée de ressources importantes, notamment d’espace et de richesses naturelles. Mais cette image positive est accompagnée de sérieuses limitations (points 3 et 4).

47b – L’espace. Le cas brésilien fascine les géographes par la présence de sa « frontière », tant dans le passé (avec les « cycles économiques » qui ont contribué à la genèse du territoire) qu’aujourd’hui (grands aménagements, fronts pionniers). La recherche géographique a largement étudié ces thèmes, notamment en Amazonie, et produit des documents qui trouvent leur place dans les manuels, aussi bien dans le premier que dans le second cycle (cela apparaît nettement sur les matrices des thèmes, voir points 3.2. et 4.2).

48c – Le rôle pervers de la recherche. Le problème est qu’il s’installe parfois une boucle de rétroaction positive entre les curiosités des chercheurs (elle-même fonction de l’évolution de la réalité brésilienne et de leurs propres préoccupations), l’axe fixé par les auteurs des programmes et l’application de ces consignes par les auteurs des manuels. Cette boucle se referme sur elle-même si les auteurs des manuels sont eux-mêmes des chercheurs spécialistes du Brésil, ou s’en inspirent. Ce fonctionnement en vase clos a pour effet de grossir les traits, par simplification et souci de clarté, par manque de place aussi, et pour inconvénient de gommer ce que l’analyse de départ pouvait avoir de nuancé. Par simple effet de résonance les intuitions ou les démonstrations provisoires du début deviennent vérités acquises en bout de course, et surtout tendent à prendre tout l’espace disponible pour traiter du Brésil.

49Il en découle que l’image du Brésil présentée par les manuels scolaires est gauchie, simplifiée, réductrice, que les auteurs en oublient parfois de présenter des faits simples et évidents, qu’un enfant ou un adolescent devrait connaître. Ils les oublient parce qu’ils y sont conduits par la lecture et l’utilisation de la littérature existante, celle de spécialistes préoccupés par leur axe de recherche du moment, et par la contrainte forte des consignes officielles, elles-même informées par la lecture de ces spécialistes.

50d – Un thème plus obliquement traité est celui des problèmes sociaux, notamment la question de la terre (peut-être parce qu’en cinquième un chapitre spécial est consacré aux problèmes agraires en Amérique latine). Antérieurs aux récents débats sur la réforme agraire les manuels s’en tiennent au constat, on ne le saurait le leur reprocher (d’autant moins qu’à cette date on ne peut guère attendre de changement dans ce domaine). Le thème de la dépendance est fréquemment évoqué, notamment par le biais de la dette.

51e – Les contrastes. Cet aspect est d’autant plus fortement souligné que l’intitulé du programme de cinquième y invite directement et que la place du Brésil dans le programme des classes Terminales y incite nettement. Par souci pédagogique et par esprit de symétrie les auteurs traitent souvent ces contrastes par couples, ce qui amène à une vision dualiste du pays (régions vides et régions pleines, régions riches et régions pauvres, culture vivrières et d’exportation, latifundio et minifundio, favelas et quartiers riches, secteur moderne et secteur informel, État et multinationales, etc.), alors que la recherche récente tend plutôt à montrer que cette vision est insuffisante et que ces ensembles sont reliés et intégrés dans un système complexe.

52f – Dans cette image dualiste il n’y a guère de place pour les classes moyennes, les salariés urbains, les secteurs et les paysages les plus proches de ceux de l’Europe. La volonté de montrer ce qui est « typique », différent, ce qui dépayse, amène à forcer le trait vers les extrêmes, et les réactions de Français qui arrivent au Brésil est souvent de surprise devant des scènes banales, proches de celles qu’ils ont laissé derrière eux. Il est vrai qu’ils s’empressent ensuite de chercher ce qu’ils connaissent, le trouvent, et sont rassurés. Mais c’est là une toute autre histoire, qui dépasse de loin le cadre de cette petite analyse...

53Si toutefois elle devait avoir quelques suites, deux remarques s’impo-posent. La première est que les acquis récents de la recherche passent sans trop de peine dans les manuels, avec une inertie normale de quelques années, et l’on peut s’attendre à ce que les travaux récents sur le secteur informel et sa liaison avec le secteur « formel », sur le pouvoir local et les effets de la redémocratisation, sur le redéploiement de l’agriculture brésilienne dans les savanes des cerrados, par exemple, se diffusent dans le milieu des auteurs de manuels et apparaissent dans les prochaines générations de manuels, quand les derniers parus seront remplacés. Mais en dehors de mises à jour et du retrait de manuels qui se sont mal vendus, il ne paraît de nouveaux manuels que quand les programmes changent.

54Cette constatation nous amène à la seconde remarque : le poids déterminant des programmes, de leur architecture et de leur libellé. Prescrits aux élèves, les acheteurs et utilisateurs finaux, par des professeurs très soucieux du programme, les manuels ne s’en écartent pratiquement jamais, se permettant tout au plus de petits réaménagements. De ce fait, on l’a vu en 5e et en Terminales et l’on pourrait le voir également dans les autres classes, la façon dont le Brésil est présenté dépend étroitement de la place qu’il tient dans le texte officiel. Nous avons dit que le Brésil n’avait pas trop à se plaindre, puisqu’il y figure alors que d’autres pays non moins intéressants en sont absents. Mais il y est dans une position particulière, en illustration d’idées générales – justes au demeurant – sur le Tiers Monde, les contrastes régionaux et le « voies de développement » suivies par quelques grands pays. Malgré les efforts de quelques auteurs pour donner malgré tout du Brésil une image équilibrée, ce point de départ reste sensible dans l’image qui en est tracée.

55Il n’est évidemment pas question ici de faire le procès des programmes, d’autant qu’ils reflètent ce qui était naguère les préoccupations des chercheurs : ces deux thèmes, les contrastes internes du Brésil et le « modèle brésilien » ont été largement étudiés par eux, et le sont encore, et c’est probablement pour les avoir lus que les concepteurs des programmes en ont fait le fil directeur pour l’analyse du Brésil. Mais ce faisant ils ont corseté cette analyse, ils ont conduit les auteurs à forcer le trait, d’autant plus qu’ils trouvaient dans la littérature existante ample matière à illustrations de ces thèmes, et pour cause. Décidément, le Brésil est un sujet trop sérieux pour être laissé aux seuls brésilianistes, et les programmes un trop grand enjeu pour être laissés aux seuls inspecteurs...

56Une image ne se décrète pas mais elle peut être secrétée par des circonstances mal maîtrisées : sans doute vaudrait-il mieux que celle que donnent du Brésil les manuels français soit discutée par les parties intéressées, qu’on la place au centre de cette discussion et qu’on fasse en sorte que son élaboration soit un des objectifs, clairement affirmé, des passages que l’on décide de consacrer au Brésil.

Annexes

Annexes

Le Brésil dans les programmes : de Jules Ferry à 19554

Programme de 1874
Arrêté du 23 juillet 1874

Classe de seconde
Amérique du Sud
Formation territoriale. Constitution et population des États. Empire du Brésil et républiques d’origine espagnole. Colonies européennes. Villes principales.

Programme de 1880
Arrêté du 2 août 1880, B.A. n 456,1880, p. 890

Classe de seconde
Afrique, Asie, Océanie, Amérique
Insister sur : l’Égypte, l’Empire des Indes, l’Indo-Chine, la Chine, le Japon, l’Asie russe, les États-Unis, le Brésil, les colonies britanniques et néerlandaises.

Programme de 1902
Arrêté du 31 mai 1902, B.A. no 1522,1902, t LXXI, p. 760.

Classe de sixième
Amérique : notions de géographie physique ; notions de géographie politique et économique (n’insister que sur le Canada, les États-Unis, le Mexique, le Brésil, le Chili, la République Argentine).
Relations avec l’Asie, l’Océanie et l’Europe ; immigration.

Programme de 1905
B.A., no 1684 et 1689, t LXXVIII, p. 713
Circulaire du 28 juillet 1905, complétée par l’arrêté du 28 juillet 1905

Classe de sixième
République Argentine et Brésil : géographie physique et économique développement de la colonisation.

Programmes de 1925/1941/1942/1946-47
Classe de philosophie
Les Principales Puissances Économiques du Monde
La République Argentine et le Brésil.
Programmes de 1947-48 : Identiques à ceux de 1945-46
Programme de 1952 : modifie le programme de sixième
Programme de 1955 : identique à celui de 1945-46.

Bibliographie

Ouvrages de premier cycle analysés

Éditeur

Niveau

Auteur/Collection

Date

1. Hachette

5e

coll. Pernet

1970

2. Belin

5e

Prévôt

1971

3. Hatier

5e

1974

4. Belin

5e

1978

5. Colin/Hachette

5e

1978

6. Hatier

5e

1978

7. Istra

5e

coll. Grell

1978

8. Magnard

5e

1984

9. Bordas

5e

1978

10. Delagrave

5e

1978

11. Bordas

5e

1982

12. Hatier

5e

m.a.j. 1982

13. Belin

5e

1987

14. Bordas

5e

1987

15. Hachette

5e

1987

16. Hatier

5e

1987

17. Istra

5e

1987

18. Magnard

5e

1987

19. Nathan

5e

1987

Ouvrages de second cycle analysés

Editeur

Niveau

Auteur/Collection

Date

Belin

TABCD

G. Dacier

1983

2. Belin

TABCD

Collection Knafou

1986

3. Bordas

T

Collection Bethemont

1983

4. Bréal

Collection A. Gauthier

1983

5. A. Colin

T

Collection Baleste

1983

6. Delagrave

T

Collection Froment-Kienast

1983

8. Hachette

T

Collection Gregh

1983

9. Istra

T

Collection Grell-Gaudin

1983

10. Magnard

T

Col. Prevôt-Dupâquier

1983

11. Nathan

T

Nouvelle Col. Nathan

1984

12. A. Colin

T

Collection Baleste

1987

13. Belin

TG

1983

14. Delagrave

BEP 2

Col. Bertrand

1985

15. Nathan

BEP 2

Col. Pelanne-Bodin

1985

16. Nathan

Seconde

1987

Notes

1 La liste des manuels analysés et leur numéro d’identification sur les matrices figurent en annexe 6.2.

2 Nous tenons à remercier ici celles qui ont bien voulu nous fournir leurs manuels, l’indispensable matière première de notre étude.

3 Au sens large, bien entendu, tous ceux qui ont écrit sur le Brésil à partir d’une expérience de première main.

4 Cette collation a été réalisée par Isabelle Lefort, de l’École Normale Supérieure, que nous tenons à remercier ici.

Auteurs

Professeur à l’Université de Belo Horizonte

Professeur de second cycle, Chercheur au CNRS.

Chargé de Recherche. CNRS (CREDAL).

Professeur de premier cycle.

© Éditions de l’IHEAL, 1991

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540