Versión clásicaVersión móvil
OpenEdition Books

Images réciproques du Brésil et de la France

 | 
Solange Parvaux
, 
Jean Revel-Mouroz

A. Les media culturels/Os media culturais

Rapport de synthèse

Georges Boisvert

Texto completo

1Au cours de la séance de l’après-midi du 3 décembre consacrée à la construction de l’image du Brésil dans l’héritage culturel français ont été entendues neuf communications. Trois se rapportaient à la réception des influences françaises au Brésil et à des aspects de l’image de la France dans ce pays : L’influence de la France dans la littérature brésilienne (Mme Perrone Moisés) ; Les interactions sémiotiques entre la France et le Brésil (Mme Tasca) ; Identité et image : le Brésil et la France au travers de la publicité (Mme Lechuga Panella). Six traitaient des images du Brésil répandues en France par divers media : La constitution historique des images (M. Carelli) ; L’image du Brésil dans « la Revue des Deux Mondes« de 1831 à 1888 (M. Dantas) ; L’image de l’Amazonie dans la littérature française (M. Riaudel) ; L’image du Brésil à travers la littérature pour enfants et adolescents (Mme Bouvier) ; Le Brésil dans la bande dessinée diffusée en France (Mme Abad Vega) ; L’image du Brésil en France à travers la musique (Mme Dreyfus).

2De la communication de Mme Perrone Moisés se dégage l’idée que l’histoire de l’influence de la France sur la littérature brésilienne est faite d’une succession de paradoxes qu’il faut interpréter comme autant d’actes d’« anthropophagie », dans le sens que donnait à ce mot Oswald de Andrade, anthropophagie qui par conséquent s’est avérée extrêmement féconde.

3Mme Tasca a évoqué l’importance de l’expérience brésilienne dans l’élaboration de la pensée du Professeur Claude Levi-Strauss, notamment en ce qui concerne la sémiotique. En retour, cette science connaît actuellement au Brésil d’importants développements attestés par la création d’une association de sémioticiens et la publication d’une revue spécialisée.

4Mme Lechuga Panella, en s’appuyant sur une série d’images publicitaires proposées à l’attention de la salle au moyen de la projection de diapositives, a montré que dans la rhétorique de la publicité les figures sont identiques en France et au Brésil. Les différences apparaissent seulement dans les symboles utilisés.

5Dans la série des communications du second groupe, celle de M. Carelli a eu pour objet de décrire la naissance et l’évolution de la représentation du sauvage brésilien en France depuis André Thévet. Les illustrations qui ornent les ouvrages de cet auteur montrent qu’initialement la figure du sauvage brésilien a été modelée sur des représentations existant dans l’imaginaire européen avant la découverte du Nouveau Monde. Les traits ainsi fixés ont été reproduits dans l’image de l’amérindien rapportée à l’ensemble du continent, dont elle est devenue le symbole. Les représentations des sauvages au XVIe siècle exprimaient deux attitudes antinomiques, d’attirance et de répulsion, selon qu’il s’agit de l’homme à l’état de nature vivant dans une sorte de bonheur originel, ou au contraire du monstre carnassier à tête de chien, voire étrangement acéphale. Au XVIIIe siècle l’homme brésilien est devenu plus distant, ses traits se sont amalgamés à ceux des Hurons et des Iroquois. Au début du XIXe, Jean-Baptiste Debret a eu quelque difficulté à dépasser cette image stéréotypée. Longtemps celle-ci s’imposera encore aux visiteurs français du Brésil, qui s’en tiendront souvent à la vision contrastée d’une « animalité joyeuse et féroce ». Il faudra attendre le XXe siècle pour que quelques-uns se mettent à observer le pays et ses premiers habitants avec un regard neuf.

6M. Riaudel a parlé ensuite des représentations de l’Amazonie dans la littérature française. L’image de cet espace relativement autonome par rapport à l’ensemble du Brésil s’est d’abord construite à partir de récits de voyageurs ou de missionnaires espagnols. Puis, après l’expédition de La Condamine (1745), les Français sont émus par l’odyssée de Godin des Odonais et de son épouse qui fournit le thème de la pièce L’heureux naufrage. Un peu plus tard, Bernardin de Saint-Pierre place en Amazonie une utopie, matière d’un roman dont Alexandre Dumas donnera une adaptation. Jules Verne en fait le cadre des aventures racontées dans A jangada (1881). Au XXe siècle la représentation de l’Amazonie se reconstruit à partir d'Ecuador d’Henri Michaux et de la version française, par Biaise Cendrars, de A Selva de Ferreira de Castro.

7Pour étudier l’image du Brésil dans la littérature pour enfants et adolescents, Mme Bouvier a examiné un corpus d’une cinquantaine d’ouvrages publiés de 1972 à 1986, composé de beaux livres illustrés de photos se rapportant à l’ensemble du Brésil et aussi de romans. La moitié environ de ces ouvrages concerne l’Amazonie, vue par un regard extérieur avec, comme thèmes principaux, les Indiens, la quête du caoutchouc, de l’or ou des pierres précieuses, des contes et des légendes, le tout dans le décor d’une nature exubérante, peuplée d’une faune étrange et variée. Par ailleurs le Nordeste est souvent évoqué, mais surtout à partir de traductions de textes brésiliens, avec le littoral des plantations et l’intérieur aride, les grandes métropoles de Recife et Salvador. Il est à souhaiter que de tels livres, attrayants et instructifs, fassent aussi connaître d’autres aspects du Brésil.

8En analysant l’image du Brésil dans la Revue des Deux Mondes au XIXe siècle, M. Dantas a constaté que cette publication, qui traduit la sensibilité de la grande bourgeoisie conservatrice et libérale, suit avec attention de 1831 à 1889 l’évolution de la situation du seul état monarchique d’Amérique. Entre ces deux dates, quarante articles y ont été consacrés au Brésil. Il s’agit d’une part de récits de voyages où persistent les clichés de l’imagerie romantique et d’autre part de bilans généraux dressés au terme de chaque décennie. C’est là que sont portées des appréciations lucides et souvent critiques sur la réalité de ce pays, notamment à propos de l’esclavage, de la concentration foncière, de la monoculture, de la destruction des sols et de la dépendance vis-à-vis de l’étranger.

9Dans son exposé sur l’image du Brésil en France à travers la musique, Mme Dreyfus a décrit l’évolution de cette image en rapport avec les phases successives de la réception de la musique brésilienne par le public français. Au début des années vingt, la samba apparaît incluse dans un ensemble de modalités musicales venues de l’Amérique du Sud, celle-ci étant sentie comme un univers intermédiaire entre l’Afrique (trop primitive) et l’Europe. Plus tard ce sont les mélodies d'Orfeu Negro et l’adaptation par Dario Moreno de Madureira chorou. Jusque-là le Brésil est identifié au Carnaval avec ses débordements dionysiaques. C’est pourquoi, lorsqu’arrive la Bossa nova, le public français qui attend du Brésil de la « musique à danse », au rythme « endiablé », manifeste d’abord une sorte d’incompréhension. La critique musicale exploite des motifs susceptibles d’exciter l’imaginaire français (Bahia, Rio, Copacabana...). A la fin des années soixante, la Bossa nova séduit enfin, associée au mythe de la douceur de vivre du paradis tropical et à l’image stéréotypée de la femme brésilienne, brune, pulpeuse et sensuelle, et cela au moment où le mouvement soixante-huitard juxtapose et oppose au Brésil du Carnaval le Brésil des favelas. Mais la musique brésilienne, jalousement défendue à ce stade de son évolution par des admirateurs trop zélés, se marginalise. Entre ce qu’attend le public français et ce qu’offrent les créateurs brésiliens, un malentendu s’interpose. Des stéréotypes vivaces font obstacle à l’accueil de la nouveauté et à la reconnaissance du changement.

10Présentée par Mme Abad Vega, l’image du Brésil dans la bande dessinée diffusée en France est aussi irréelle qu’inquiétante. Le Brésil est un espace immense, peuplé de rares habitants environnés d’une nature hostile et en butte aux forces du mal souvent incarnées par le personnage du « nazi ». Dans cet espace se déploie l’action d’un justicier (gringo ou extra-terrestre) qui incarne les forces du bien et finit par les faire triompher. En son absence, la seule arme efficace dont disposent les victimes est la « magie noire », caractérisée par des pratiques rappelant les rites du Candomblé. Le Brésil est la terre d’élection de celui qui, possédant la force, cherche à imposer un idéal de justice et de liberté.

11Pour tenter de tirer une conclusion de cette série de communications portant sur des domaines très divers des échanges entre le Brésil et la France, on pourrait dire que dans le sens France-Brésil, il y a assimilation par la nation réceptrice d’un certain nombre d’emprunts fécondants selon le phénomène d’« anthropophagie » décrit par Oswald de Andrade. Dans le sens inverse, la réception chez nous des images se rapportant au Brésil apparaît faussée dès l’origine des échanges par des représentations préexistantes, réductrices et déformantes qui constamment empêchent d’avoir une vision exacte de ce pays. Certes, des progrès sont enregistrés, inégaux selon les domaines considérés, et de toute manière insuffisants. Les résultats positifs obtenus jusqu’à présent doivent encourager à persévérer dans les efforts déployés pour produire des images plus fidèles à la réalité.

Autor

Professeur, université de Paris III.

© Éditions de l’IHEAL, 1991

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540