Versión clásicaVersión móvil
OpenEdition Books

Images réciproques du Brésil et de la France

 | 
Solange Parvaux
, 
Jean Revel-Mouroz

A. Les media culturels/Os media culturais

Le Brésil dans la bande dessinée diffusée en France

Brigitte Abad-Vega

Texto completo

1La reconnaissance de la bande dessinée en tant que moyen d’expression digne d’intérêt – et donc d’étude – est récente et fragile. Pourtant, sa spécificité, à savoir la combinaison de langage écrit et d’images, en fait un support riche de significations pour l’analyse des représentations mentales.

2Rassembler un ensemble d’albums de bandes dessinées faisant mention du Brésil n’est pas une tâche facile. Quelques noms, très connus, de l’amateur et du professionnel, s’imposent immédiatement : Lauzier, Pratt, Wolinski, et, par conséquent, leurs productions respectives.

  • 1 Les chiffres entre parenthèses renvoient à la liste du corpus.

3La recherche systématique sur fichier ne s’avère pas très fructueuse : sur l’ensemble des titres dont nous disposons ici, trois font expressément référence au Brésil ou à l’une de ses régions (6, 11, 16)1, deux nous mettent sur la piste (8, 9), mais dix ne nous renseignent en rien sur le lieu de l’action.

  • 2 A l’exception de J.-C. Camano, P. Gaumier (Glénat, Édition et Diffusion) et de F. Cassard que je re (...)

4Interrogés, les éditeurs, libraires, bibliothécaires, journalistes, amateurs, sont, dans un premier temps catégoriques2 : hormis celles des auteurs déjà cités, il n’existe pas d’autres bandes dessinées faisant référence au Brésil. L’Égypte, le Far-West, l’Afrique « reviennent souvent », mais le Brésil...

5Cette première constatation fournit déjà quelques éléments de réflexion :

    • 3 Ce qui n’est pas contredit par la prépondérance de l’école belge sur la bande dessinée destinée aux (...)

    Le Brésil n’arrive pas en tête des pays de prédilection de la bande dessinée. Le fait n’est pas surprenant, si l’on tient compte de l’influence qu’exercent certains facteurs sur la détermination de ses centres d’intérêt : les programmes scolaires d’histoire (l’Égypte), le cinéma (le Far-West), l’histoire coloniale (l’Afrique)3.

  • Le Brésil n’est pas, dans le domaine de la bande dessinée, l’un des pays les plus porteurs d’un cachet historique (l’Égypte), légendaire (le Far-West) ou exotique (l’Afrique), auquel la bande dessinée a coutume de se référer lorsqu’il s’agit de subdiviser le groupe des pays lointains.

  • Mais c’est bien à ce groupe de pays (lointains) que l’on rattache automatiquement le Brésil lorsqu’on l’évoque. On cherche loin, la notion d’éloignement provenant aussi bien de la distance spatiale, temporelle que culturelle, si l’on se réfère aux trois pays cités « en exemple » par mes interlocuteurs.

  • 4 Hergé : Tintin et l'oreille cassée, Paris, Casterman, 1979.
  • 5 Hermans : Bernard Prince, Bruxelles, Lombard, 1980.

6L’océan Atlantique et l’équateur enfin franchis, il s’agit ensuite de situer l’action. Plusieurs récits, en effet, se déroulent « quelque part en Amérique latine », ou bien dans un pays « imaginaire » ; Tintin se rend en Palombie4, Bernard Prince au Panacongua5. Dans ce cas, la connotation est toujours hispanique : les noms propres, les types physiques, les vêtements, les paysages, les monuments évoquent surtout les Andes ou le Mexique, de préférence précolombiens.

7Si l’Europe bédéphile perçoit bien le continent latino-américain dans son unité, moins clairement dans ses différences, il lui est impossible d’intégrer le Brésil dans cet ensemble. Elle l’exclut, ou l’assimile au monde hispanique.

8Les ouvrages de notre corpus confirment cette double tendance. Tendance à l’exclusion : quand on pense au Brésil, on ne pense plus à l’Amérique latine. Si le personnage se déplace, c’est pour un autre continent. On arrive de Singapour, d’Albuquerque ou d’Istanbul, et l’on repart pour Rome, Athènes ou Paris. Notons tout de même deux exceptions. Cristal (6) se rendra au Brésil puis au Pérou. Corto Maltès, la marin de Hugo Pratt (7), croise souvent dans la mer Caraïbe et l’Atlantique, passant de Paramaribo à Bahia ou à Basse Terre. Les contingences maritimes ne permettent pas, il est vrai, les mêmes fantaisies que les déplacements aériens. De plus, le fait que Pratt ait vécu et commencé sa carrière de dessinateur en Argentine explique probablement son approche différente (et différenciée) du continent latino-américain et, nous le verrons, du Brésil.

9La tendance à l’assimilation se manifeste clairement, il fallait s’y attendre, au niveau linguistique. Tous les auteurs ont eu à cœur de placer dans les bulles (ou phylactères) émanant des autochtones quelques expressions dans ce qui devait être en principe leur langue maternelle. Signalons pour ne plus y revenir une « hacienda », quelques « gracias » et que l’on orthographie volontiers « señor » ou « piraña » ! Les citations qui suivront seront reproduites telles que dans le texte. Certains auteurs ont, au contraire, eu le souci d’émailler leur texte d’expressions idiomatiques correctes (« puxa », « meu deus » etc.). Le procédé devient toutefois un peu excessif chez Lauzier, qui a rédigé de nombreuses répliques en portugais, sans traduction.

10Au terme de cette première étape, nous découvrons un Brésil qui n’a pas d’image-clé dans le monde de l’édition et une frontière plutôt floue avec l’Amérique hispanique. Pourtant, des auteurs ont choisi de s’intéresser au Brésil. Voyons ce qui a retenu leur attention.

Le corpus

Les auteurs

11Les albums considérés ayant été édités très récemment (1970-1987), c’est une représentation très contemporaine du Brésil que j’analyserai. Le corpus est essentiellement européen. L’influence de la production étrangère est une tradition dans la Bande Dessinée. Il serait par exemple inconcevable d’ignorer l’Italien H. Pratt, qui a influencé de nombreux auteurs et dessinateurs. Rubino fait partie aussi de l’Ecole italienne. W. Eisner, dessinateur nord-américain de l’après-guerre qui représente la tradition a été réédité en 1979. Il est toutefois le seul représentant des Etats-Unis. On a déjà signalé l’importance de la Belgique, francophone ou flamande dans les diffusions françaises. Les albums étrangers traduits en français étant aussi largement diffusés et vendus que les nationaux, et contribuant tout autant à forger dans l’imaginaire français des images du Brésil.

Le public

12La majorité des albums retenus peut être considérée comme destinée aux enfants/adolescents. Ceux de Pratt et de Rubino intéressent davantage le groupe adolescent/adulte. Wolinski/Pichard et Lauzier s’adressent incontestablement à des adultes.

Le genre

13Une première approche typologique permet de distinguer trois genres. Le genre classiquement dénommé « aventure » domine largement : 11 volumes sur 16. L’aventure est ici entendue au sens large, à savoir tout récit présentant comme plausible une situation se déroulant hors du quotidien du lecteur et hors des règles de sa propre société.

14L’intrigue et la distribution des rôles fonctionnent sur un modèle bien connu : le héros (journaliste, archéologue, détective) recherche quelque chose (reportage, cité disparue) ou veut empêcher un événement de se produire (trafic, conspiration). Il doit alors affronter un groupe ennemi, mené par un leader, dont les buts sont contraires aux siens. L’aventure a lieu pour chaque album dans un pays différent, et ce sont les éléments caractéristiques du pays d’accueil – ou supposés tels – qui donnent au récit sa couleur. L’archétype du genre culmine dans le personnage de série (8 volumes sur 11) qui définit le centre d’intérêt et détermine la continuité d’une suite d’albums. Le pays étranger apparaît en tant que variante, décor, et comme un ailleurs. Ailleurs que chez soi et ailleurs que dans le volume précédent.

15Le Brésil n’est, dans ce contexte, ni mieux, ni plus mal traité qu’un autre pays. Il nous revient de déterminer quels éléments sont considérés comme constitutifs du genre aventure au Brésil.

16Proche du genre aventure, dont il retient l’opposition stéréotypée héros/méchants, le récit d’histoire légendaire (7, 8, 9) s’en distingue néanmoins en puisant dans l’histoire du Brésil sa source d’inspiration. La légende du cangaço et l’épopée des chercheurs d’or sont les 2 thèmes à dimension épique retenus par la bande dessinée.

17Enfin, Wolinski, connu pour son humour « bête et méchant », et Lauzier, par le recours à la dérision, se rattachent au genre satirique.

Les lieux

18L’Amazonie arrive nettement en tête des terrains d’action privilégiés, suivie par le Nordeste (5 récits, dont 4 sur le littoral bahianais, 1 dans le sertão). Deux récits ont lieu à Rio de Janeiro, deux dans le Mato Grosso. L’état de São Paulo et celui du Minas sont représentés par un récit chacun.

***

Le retour à l’état de nature

19Le Brésil de la bande dessinée est peu urbanisé. À l’exception de la ville de Rio ou d’une incursion de quelques pages dans les rues de « San » Salvador de Bahia, c’est un pays de grands espaces, vierges de toute trace de présence humaine. Le Brésil est peu peuplé, sauf par les protagonistes.

20Ses grands espaces sont souvent déserts. On y tolère toutefois la « hutte », le « campement » ou la « paillotte ». Si une construction apparaît, c’est alors une « luxueuse villa » ou un « repaire clandestin », les deux toujours « complètement isolés ».

L’Amazonie

21La « jungle d’Amérique du Sud », la « forêt vierge amazonienne » sont le cadre de nombreux récits. Seuls les albums faisant mention, bien que de manière parfois allusive (par la situation sur une carte ou le nom d’un fleuve par exemple) du Brésil ont été sélectionnés. Lien ténu, puisque l’Amazonie est conçue comme une entité géographique et physique autonome, comme un monde à part, clos et délimité, sans relation avec l’extérieur. Quatre de nos récits ne font pas référence à d’autres régions du Brésil ; dans quatre cas une escale à Brasilia ou à Rio de Janeiro est nécessaire pour arriver au but. Seul Cristal (6) partage son périple entre l’Amazonie brésilienne et Bahia.

22« Paulette en Amazonie », « La chasse », « Safari dans l’enfer vert », « Swastika », « Aux médianes de Cymbolia », « Histoire sans héros », « Sortilèges à Bahia », « Caramba ! », « Opération caïman », plongent les protagonistes (nord-occidentaux) dans l’univers « d’une extrême sauvagerie » (15) de la jungle amazonienne. Le même sort attend d’ailleurs les chasseurs farfelus de papillons géants dans le Mato Grosso (1). S’aventurer en Amazonie représente toujours une « expédition dangereuse » (1) et pas toujours voulue. Le voyage commence dans 3 cas sur 9 par un accident d’avion.

23L’Amazonie représente un « défi aux lois naturelles » (14) parce que la force de la nature s’impose aux hommes :

24« Nous nous arrêtons de plus en plus souvent pour un repos de quelques minutes. Entre la forêt et maintenant quelques rochers de moississures et de mousse, chaque pas est une entreprise » (10, p. 66).

25Le monde végétal et minéral, omniprésent, semble doté d’une vie propre :

26« Le courant souvent violent nous jette sans cesse vers les rives touffues. La forêt trempe littéralement dans l’eau en deux murs impénétrables » (10, p. 62).

27On ne peut se fier à ce que l’on voit : le terrain est « spongieux » (14), ou formé d’une « étendue de colchão » que l’on confond avec une piste d’atterrissage (6) ; les pétales des fleurs sont « empoisonnés » (14). Le danger réside également dans ce que l’on ne voit pas, mais soupçonne, enfoui dans le « fouillis de la végétation » (1), masqué par le « rideau de feuillage » (14) ou les « murs impénétrables » de la forêt (10). « L’humidité démente » (10) oppresse, la « peur rend fou » (2), « l’enfer vert » emprisonne.

28Dissimulée dans les profondeurs de cet « univers hostile », la faune : boa, anaconda, « crojada », jaguar, puma, caïman, piranha, sont tous prêts à attaquer. Un seul de nos protagonistes se plaint des moustiques mais son compagnon sera dévoré par un puma (2).

29Les attaques ont toujours lieu à l’improviste, qu’elles proviennent des ennemis, embusqués, des animaux, tapis, ou des éléments, déchaînés :

30« Le ciel se couvre subitement, le vent se lève, et un déluge d’enfer s’abat sur la forêt » (10, p. 62).

31Le monde végétal et animal est redoutable par les dangers identifiables qu’il recèle. Il est fascinant par le domaine « étrange et mystérieux » (10) qu’il laisse à peine entrevoir, le mystère qu’il génère que l’homme ne peut jamais percer. La jungle représente la nature à l’état premier, à l’état brut ; elle est « matrice » (10) d’un retour aux origines de la vie, mais aussi protectrice des « ombres de la mort » (10). La jungle renvoie aux valeurs vraies, fondamentales (la vie, la mort), constitue par conséquent l’essence de l’aventure. Le seul fait de plonger dans ses entrailles un groupe de « gringos » suffit à créer l’événement, le traumatisme. Il faudra s’en sortir, échapper à « l’enfer vert ». C’est par exemple le thème d’« Histoire sans héros », qui est plutôt une histoire sans Brésiliens. Le scénario est basé sur les efforts déployés par un groupe de passagers rescapés d’un accident d’avion pour regagner « la civilisation ». Le danger provient ici de la nature et d’elle seule.

32L’Indien, quand il apparaît, participe de cet univers étranger et mystérieux. Flanqué des attributs de son indianité (nudité, maquillage, arc et flèches), il se tait. Lorsqu’il parle, lorsqu’il se raconte, ce n’est déjà plus un Indien, tel Tucan, le guide des Blancs, vêtu à l’occidentale, « renégat et ivrogne », rejeté par sa tribu (13).

33Privé d’une parole propre, l’Indien ne s’exprime que de manière détournée. Il « avoue » (sous la contrainte, 1) ; il menace (« Je t’aurais emmené au village et nous t’aurions mangé », 13) ; il prédit l’avenir (des autres) en lisant dans le feu ; dans ce cas, il lui arrive de pratiquer la glossolalie (7).

34Même lorsqu’on ne le confond pas avec un « fantôme » (14), ses motivations, à l’égal de son masque de peinture, restent impénétrables. Il se refuse à se rendre à tel endroit (1, 16) sans s’expliquer, disparaît « sans prévenir » (1), se soumet ou se révolte sans que l’on sache pourquoi.

  • 6 Sur la vision « rousseauiste » du sauvage, voir Le sauvage à la mode dir. J.-L. Amselle, Paris, Le (...)

35Ni hostile, ni complice, l’Indien semble néanmoins doté de l’intelligence et du discernement innés au « bon sauvage »6 pour distinguer parmi les Blancs le héros de ses ennemis. Passif et résigné, soumis et exploité, il ne sort de sa neutralité que de manière imprévisible, et pour tuer.

36L’Indien est un solitaire. A l’exception des deux cas de massacres (13, 15), où la dimension collective est importante, et où, par conséquent « les Indiens » vivent en « tribu », un seul Indien suffit à représenter l’indianité. L’image de l’Indien a un tel « rendement symbolique » qu’un seul individu suffit à la faire fonctionner.

37Le plus souvent présenté en tant que victime ou bien comme un élément neutre, l’Indien, par la singularité de son comportement et l’imprévisibilité de ses réactions est néanmoins partie prenante de cet univers du danger qu’est la jungle amazonienne.

Les terres de l’intérieur

38Le sertão brûlé d’ocre et de rouge sombre (8), le Mato Grosso aride de couleurs sable et marron (4), les reliefs du Minas constrastés à l’encre de Chine (9), offrent leurs vastes étendues tourmentées au western brésilien.

  • 7 « terreiros » : l’auteur veut, selon toute vraisemblance, parler des « posseiros ».

39Dans ce paysage austère, les caractères sont rudes, les affrontements violents : cangaceiros/soldats, fazendeiros/« terreiros »7, jagunços/garimpeiros se livrent une lutte sans merci. Les comptes se règlent alors au fusil.

Bahia

40De Bahia, on retient surtout la douceur de vivre des plages du littoral. L’eau, le sable, les palmiers se détachent sur des pastels jaunes, bleus, orangers. Des pêcheurs, des barques, des masures, un mode de vie simple et rustique : on pêche, on fait griller le poisson, on danse sur la plage.

41La sérénité (« je vivais depuis plusieurs mois dans une paillote sur la plage de Bahia... mon bonheur était total »), la « solitude absolue » (11), ne sont perturbées que par les petits drames de la vie quotidienne qui relèvent alors de la « chronique » (5).

La ville

42Ainsi que nous l’avons déjà remarqué, la représentation de la ville est minoritaire dans la bande dessinée consacrée au Brésil. Salvador de Bahia, par exemple, n’a droit qu’à une poursuite de deux pages dans des ruelles étroites et anonymes. En revanche, Rio de Janeiro, ville du luxe et de la modernité architecturale est le théâtre de deux récits.

43Rio, « la plus belle ville du monde » (12) est une ville d’images fausses, images que l’on dénonce pour mieux les dessiner, images que l’on critique avec complaisance.

44Rio n’est pas « la plus belle ville du monde » (vignette : Pain de Sucre/Corcovado/bord de mer), ni « la plus joyeuse » (vignettes : foule de Carnaval) puisque la femme que Franck Cappa aime va mourir d’un cancer. L’argent et le confort (vignettes : automobile décapotable, yacht, boîte de nuit, champagne) ne font pas le bonheur puisque Teresa disparaît. Frank Cappa se retrouve face à sa solitude (vignette : homme seul marchant sur une immense plage déserte la nuit) (12).

  • 8 Rocinha.

45De même, le luxe et la modernité du « Rio Sheraton Hotel » où descend le « baroudeur » Ian Harlan, complaisamment mis en avant (vignettes : vue panoramique de l’immeuble, bar, piscine, salle de gymnastique, plage privée) sont toujours contrastés par la misère de la favela « Roucinha »8 (vignettes : vue générale et baraquements) et par l’aspect sordide d’un hôpital-banque de sang du quartier de Maracana (vignette : façade de l’hôpital) (4).

46Rio n’est pas la ville que l’on imagine, mais ce que l’on imagine existe bel et bien. Rio, ville des contrastes, certes, ville comme les autres, peut-être, mais sans aucun doute ville fascinante par son étalage de luxe.

Le « gringo » et les autres

47Le Brésil ne fait irruption dans la bande dessinée qu’à partir du moment où il est visité par un « gringo », un « baroudeur sans frontières » ou même un extraterrestre.

48Si deux albums ne mettent en scène que des Brésiliens, dans ce cas aussi, on remarque la présence d’un « gringo ». Dans « La macumba du gringo » (8), « Gringo Vargas » est le seul protagoniste à ne pas être nordestin ; quant au héros de Rubino (9), « il a des cheveux jaunes comme les gringos qu’on voit sur les journaux » et n’est pas « garimpeiro » ; il vient du sud du pays.

49Le « gringo » correspond au prototype du héros solitaire et justicier incarné par le « Spirit » (3). Il se rend au Brésil pour des raisons professionnelles : Frank Cappa, Ian Harlan, Tif et Tondu sont journalistes ; les trois membres du « Brelan de dames », Harry Chase, sont détectives ; Bruno Brazil est en « mission spéciale » ; Corto Maltès loue ses services et son bateau, Cristal, l’extraterrestre, ses pouvoirs spéciaux.

50Quand l’expédition est « scientifique », on se déplace en groupe. Paulette et les passagers d’« Histoire sans héros » sont des accidentés. Michel, le « gringo » de Lauzier est le seul à avoir choisi de partager pour son plaisir le quotidien des Bahianais.

Les ennemis

51Les ennemis du « gringo » sont eux aussi européens ou nord-américains. Ils se répartissent en trois groupes : le nazi, le délinquant ou le professeur fou. Ces trois éléments peuvent d’ailleurs se combiner entre eux ou s’ajouter.

52Les méchants exploitent ou massacrent les Indiens, trafiquent ou volent (de l’or, du sang, du caoutchouc, des formules secrètes), conspirent à la perte de l’humanité.

53Trois des intrigues sont axées sur les agissements d’une organisation nazie reconstituée au Brésil, deux sur ceux d’un individu fasciste exerçant son influence sur un groupe. Les nazis installés au Brésil se consacrent à la réactivation de leurs projets anti-sémites (par la recherche d’un poison, ou d’un élixir de jeunesse pour leur usage) ou bien sont reconvertis dans l’extermination des tribus indiennes. La provenance du nazi ou du fasciste ne fait aucun doute : Herbert Van Kist, le colonel Hans Schutz, Werner Schweinhund, Karlheinz Hagetrummer, Shapiro incarnent les génies du Mal. Hitler lui-même a survécu, entouré de ses lieutenants, moribond sur une chaise roulante (17) ou isolé sous une cloche de verre au milieu de la jungle (16).

54Les ennemis du « gringo » sont aisément reconnaissables : le leader est toujours quinquagénaire, le plus souvent chauve et bedonnant, vêtu de couleur kaki, qu’il soit ou non identifié comme un nazi. Une variante physique est représentée par le brun, barbu, sec, au regard halluciné.

Les Brésiliens

55Les rôles principaux étant distribués, le Brésilien occupera dans ce règlement de compte le second rôle, voire celui de figurant.

56L’exemple le plus net du second rôle est évidemment fourni par le rôle du second. Les « chasseurs d’hommes » fascinants ont pour adjoints respectifs Wilson Silveiro et Luis Ortega, pilotes, organisateurs du circuit, guides (13,15). Belhem dirige l’exécution des fouilles archéologiques du professeur Brooks (10). Le Dr Krauss a pour complice Caldas, le fazendeiro (4). Le « professeur M », scientifique brésilien s’allie aux nazis (17). Mais le « gringo », ignorant ces hommes de main, n’aura de cesse d’affronter son égal : le nord-occidental.

57Dans l’autre camp, celui des héros positifs, il arrive que le gringo dispose d’un adjoint.

58Le jeune Caesarinho, gamin bahianais astucieux et vénal trahira Cristal dans un premier temps, puis, devenu son ami, lui sauvera la vie (6).

59Ian Harlan « est venu spécialement d’Europe pour aider son ami », João Costa ; mais de fait, c’est ce dernier qui aide le premier. De même, la présidente de « l’association brésilienne des donneurs volontaires de sang », bien qu’informée, est impuissante à lutter contre le gang de trafiquants ; elle fournit à Ian les informations qu’elle ne sait utiliser. Le cousin de João Costa, médecin brésilien, est assassiné dès sa première tentative d’opposition au gang (4).

60De toute évidence, les Brésiliens, même mobilisés, ont du mal à résoudre par eux-mêmes leurs propres problèmes. Certains de leurs compatriotes n’ont pas du tout conscience d’une réalité. Dans le cas des chasses à l’Indien (13, 15), c’est le « gringo » qui découvre la situation, il est le seul « à voir » les événements.

61Autre éventualité : les Brésiliens savent ce qui se passe, mais n’interviennent pas. Les Indiens de « Paulette » par fatalisme : « A quoi ça sert de se venger ?... Nous risquons de nous faire tuer... Nous allons nous laisser vivre. Pour une race condamnée comme la nôtre, c’est un grand luxe » (16) ; ceux de « La montagne », par peur : « ils se sont enfuis... car il paraît que des monstres hantent cette région » (1) ; les pêcheurs de l’Ile Grande, par lucidité : « Nous ne sommes que des pauvres pêcheurs, nous ne pouvons pas nous battre avec ces hommes, ce sont des capangas, des tueurs professionnels » (5) ; les favelados, par impuissance : « Ils ont besoin d’argent » (4).

62La seule arme dont disposent les Brésiliens est la « magie noire », appelée « macumba » (8), ou assimilée au candomblé (6, 7,11).

63La magie est conçue comme un savoir et un pouvoir surnaturel exercé par une « mãe de santo », ou dans un cas par « l’ogan, organisateur du candomblé » (6).

64La « mãe de santo » est dotée de pouvoirs multiples, grâce à une « prédisposition naturelle ». Elle pratique la transmission de pensée avec les humains, la divination par le tarot, communique avec les « esprits », interprète leurs messages, ressuscite les morts.

65La même personne peut également « guérir », et dans ce cas elle est « bonne » ou apparaître comme une « vieille sorcière » lorsqu’elle réincarne son mari dans le corps d’une mouette (4). « L’ogan », lui, pratique l’envoûtement (« ils veulent s’emparer de ton esprit ») en s’alliant à « la puissance des Dieux » (6).

66Pratique individuelle, aux vertus hétéroclites, « la magie noire des nègres brésiliens » permet de « passer dans une autre dimension ». Dans le « monde ésotérique de la macumba », la frontière entre la vie et la mort est abolie : « Dans ce pays, les ombres peuvent parler » (7), les morts marchent dans le monde des vivants (8).

67Le « gringo » s’incline devant cet instrument de pouvoir redoutable que la « mãe de santo » met éventuellement à son service. En dernière analyse – c’est-à-dire en dernière page – il professe néanmoins un agnosticisme ambigu. « Étais-je vraiment envoûté ?... Qui sait ? Il n’y aura pas de réponse, je crois », déclare Cristal, dont les pouvoirs « extraterrestres » (ubiquité, transmission de pensée) ne font, eux, aucun doute (6). Quant à Frank Cappa, il conclut : « Je suis blanc, occidental, athée, ne crois pas à toutes ces choses depuis longtemps, et pourtant... » (11). Corto Maltès reconnaît prudemment que « cette aventure dépasse [son] entendement », mais accepte l’explication de son ami, le philosophe Steiner, selon laquelle « l’absolu n’existe pas, ni dans un sens, ni dans l’autre... Tout est possible » (7).

68Quand il n’est pas complice, le Brésilien est victime, victime/enjeu de la lutte des nord-occidentaux et victime/instrument du triomphe du héros.

69Les Indiens, nous l’avons vu, sont victimes des chasseurs d’hommes ou des savants démoniaques qui les soumettent au travail forcé. Passif, peureux ou flegmatique, l’Indien est secourra par le « gringo ». Sa révolte, ou plutôt sa vengeance, intervient dans le déroulement de la stratégie de lutte du « gringo » : Frank Cappa, après les avoir vaincu tous les deux, livre le fasciste Shapiro à l’Indien « Caraja » (13). Ailleurs, les Indiens tuent Belhem, l’exploiteur, au moment où le conflit est déclaré avec le groupe d’explorateurs (10). De même, les Indiens ne s’avisent de tirer (des flèches) sur les nazis qu’au moment où ceux-ci agressent Paulette (16).

70Le favelado, lui, alimente le trafic d’une banque de sang « pour un peu d’argent ». Victime de la « pression sur les pauvres » exercée par les « industries pharmaceutiques multicontinentales », il se fait « pomper le sang ». Victimes consentantes et irresponsables : « Pour la plupart dénutris et porteurs de maladie... pour quelques cruzeiros, ils cachent leur état »... et transmettent l’hépatite virale B hors de leurs frontières. Le favelado est également victime de plus pauvres, les « marginaux » qui l’agressent et lui volent son argent.

71Le gang de trafiquants mené par le Dr Krauss assisté du fazendeiro Caldas sera démantelé grâce à l’intervention d’un groupe de « terreiros » venus du Minas, où ils n’ont pas réussi à vaincre Caldas. Oswaldo Campos, le « terreiro » (chapeau et bottes de « cow-boy ») est le bras armé de l’Irlandais Ian Harlan (6).

72Complice ou victime, instrument ou enjeu, le Brésilien n’agit que rarement pour son propre compte. Et lorsqu’on croit enfin le cerner dans un rapport interindividuel (l’idylle de Frank Cappa et de Teresa, (12), il/elle se dérobe. Teresa, pauliste, ne veut rien révéler de son secret et, comme l’Indien d’Amazonie, préfère s’enfuir. Insaisissable, le Brésilien confine quelquefois à la transparence ; Frank Cappa ne s’en va-t-il pas faire une cure de « solitude absolue » auprès de ces « gens simples et bons » de Bahia ? (11)

73Les seules victimes actives, personnages à part entière, sont les « cangaceiros » de H. Pratt. Ce sont les seuls Brésiliens à énoncer un discours propre, un discours politique, celui de la révolte, et dont la problématique constitue la trame du récit. Les cangaceiros existent à travers leur violence, assumée et revendiquée : « J’ai compris que l’injustice se paie par l’injustice et la violence par la violence » (7). Violence teintée de mysticisme dans la légende du cangaço ou « le sang se lave avec le sang » (8).

  • 9 Henri Moniot : Sociétés et civilisations non occidentales dans l’enseignement de l’histoire en Fran (...)

74Mais justement, c’est bien de légende dont il s’agit, et d’histoire (presque) ancienne. Ne convient-il pas alors de replacer cet intérêt pour le Brésilien/acteur dans la tendance « de la pensée occidentale contemporaine [à] se représenter les autres dans le passé », ainsi que le remarque H. Moniot9 à propos de l’enseignement de l’histoire. Les trois scénarios de notre corpus ne mettant en scène que des Brésiliens dans un cadre spécifique à leur histoire (7, 8, 9) évoquent respectivement le Brésil des années 1917, 1938, 1927.

  • 10 L’épisode de la trahison du prophète Sabino (8) est probablement inspiré de la nouvelle de J.-L. Bo (...)

75Les personnages brésiliens sont reconnus au passé et dans leur dimension légendaire ou irrationnelle. H. Pratt reprend les thèmes chers à Glauber Rocha – la rivalité, l’alliance, la trahison – et s’intéresse, lui aussi, à la retranscription du mythe. Corisco, le prophète Sabino10, « Sebastião, o libertador », n’en sont que les vecteurs.

76Nous avons constaté plus haut que la « mãe de santo » est également un personnage à part entière, car maîtresse de l’univers de l’irrationnel. Le candomblé est assimilé à la « magie noire », la croyance religieuse au mysticisme.

77Au passé comme au présent, le Brésilien est toujours perçu à travers une catégorie générique qui le définit de manière univoque. Cette catégorie est établie à partir de son appartenance ethnique, sociale ou mythique : Le Brésilien est indien en Amazonie, favelado, « marginal » ou médecin à Rio, fazendeiro, « terreiro » ou garimpeiro dans le Minas, jagunço, cangaceiro, capanga, soldat ou mãe de santo au Nordeste, pêcheur à Bahia.

La terre du mal

Le mal brésilien

78Le Brésil de la bande dessinée appartient sans conteste au groupe des pays du tiers-monde : pays du contraste entre la richesse et la pauvreté, pays de la violence, pays de la cruauté, pays du mysticisme. La dénonciation des maux brésiliens s’articule autour de trois thèmes : la misère et l’injustice sociale, l’illégalité et la corruption, le crime.

79En milieu rural, la misère des « paysans privés de ressources », des « terreiros... spoliés de leurs biens » (4), des « garimpeiros dont la ferme est hypothéquée » (9), est le fait des « riches » et « infects » fazendeiros « qui ne manquent pas au Brésil » (4).

80En ville, les « malheureux » s’agglutinent dans les favelas aux côtés des chômeurs et « autres marginaux ». Les enfants « délaissés par des parents trop pauvres pour les nourrir... mendient ou volent... et dorment dans la rue ». Cette pauvreté urbaine voisine avec la richesse « d’une minorité de privilégiés » et s’explique par « une croissance économique trop rapide et mal répartie » (4).

81Les pêcheurs de Bahia, même s’ils doivent « passer trois jours en mer pour quelques cruzeiros » ont toujours « du riz et des haricots » à la maison.

82Malheur à celui qui perd son bateau ou à celle que son mari abandonne, qui n’ont plus pour vivre « qu’un peu de riz et de farine et les enfants qui attrapent les crabes » (5).

  • 11 Coroneis.

83La corruption politique et l’illégalité sont volontiers dénoncées... dans le passé. L’histoire permet de mentionner « la révolte des Tenentes »... en 1922... hostiles à la corruption des politiciens au pouvoir » et de définir les « jagunços » comme des « tueurs à gages à la solde d’un grand propriétaire terrien » (9). Le gouvernement central laisse agir les « coronels »11 contre les « cangaceiros » (7) ou participe à la répression en envoyant son armée (8).

84Au présent, l’illégalité s’exprime par euphémisme : « Je connais le Spirit... une espèce de justicier, c’est çà ? Il doit se sentir un peu isolé ici » (3), ou par un paradoxe : « Nous allons traverser Rio de Janeiro. Mais en voiture vous ne verrez pas grand chose car il est obligatoire, ici, de rouler au moins à 60 km/h » (17).

85Alors que le journal « Globo », les associations et les milieux médicaux sont au courant, le gouvernement ne « voit » pas « une atteinte flagrante aux droits de l’homme ». Il faut « briser son inertie » et le « contraindre à légiférer », déclare la présidente de l’Association des donneurs de sang. Mais la démarche légaliste de cette énergique présidente n’est pas de règle parmi ses concitoyens. João Costa, son partenaire de scénario, veut « venger la mort de son cousin ». Les deux parviendront à leurs fins, grâce à l’aide du « gringo » (4).

86L’absence ou le laisser-faire des autorités conduisent plutôt au cynisme des profiteurs (« Vous n’imaginez pas le travail, ramasser des cadavres dans des stades de football après les grands matchs, les remonter jusqu’ici, les disséquer », (17), ou au fatalisme des victimes : « Il est des choses pour lesquelles justice ne sera jamais faite » (9).

Le mal absolu

87Peut-être parce qu’il a conscience de cet état de fait, ou parce que « çà, c’est un autre problème » (4), le « gringo » s’emploie, lui, à combattre le crime à l’échelle internationale. Ses préoccupations sont essentiellement d’ordre humanitaire et universaliste (lutter contre la chasse à l’homme, la conspiration contre l’humanité) ou à l’extrême rigueur d’ordre culturel (retrouver un joyau archéologique).

88Ses pouvoirs d’intervention s’exercent contre le Mal Absolu, symbolisé, nous l’avons vu, par le nazi ou par le scientifique fou.

89Le Brésil, terre de la misère et de l’illégalité, a offert un terrain favorable à la survivance du nazisme. Le démon extirpé d’Europe y a trouvé refuge. Les « amicales nazies » essaient de retrouver dans sa nature d’une richesse inépuisable « l’élixir de jeunesse » (17) ; d’autres se perdent dans les profondeurs de l’Amazonie ou se fondent dans le contexte de délinquance généralisée.

90L’occident « civilisé » se charge de rétablir l’ordre universel au Brésil, grâce à l’intervention du justicier solitaire ou, éventuellement, par la présence (caricaturée) des organisations humanitaires ou pseudo-scientifiques : « Nous sommes une commission d’enquête, pas l’Armée du Salut... Il n’y a que les Indiens qui nous intéressent... Allez mendier chez les gens de l’association philanthropique pour l’aide aux sous-développés, ils campent à une heure d’ici », répondent les ethnologues à Paulette, égarée en Amazonie (16).

Conclusion

91Le Brésil, entité géographique et physique, est surtout peuplé des phantasmes de la France des droits de l’homme, républicaine et légaliste. Appréhendé à travers le filtre d’un particularisme folklorique ou d’une vision universalisante qui le dépasse, tour à tour objet d’un discours humaniste ou apocalyptique, le Brésil de la bande dessinée, territoire incontrôlable et incontrôlé est le lieu « où tout est possible ».

92Dans ce contexte manichéen, les Brésiliens, assimilés par chaque auteur à une catégorie générique particulière, sont d’abord caractérisés par leur passivité et leur fatalisme. L’identité brésilienne apparaît dans sa dimension active dans le domaine du légendaire et de l’irrationnel.

93La représentation du ou des Brésilien(s) dans la bande dessinée peut néanmoins être estimée comme « globalement positive ». En effet quels que soient les attributs qu’on lui prête, le Brésilien est soit excusé (et assisté), en raison de son statut de victime, soit apprécié pour la neutralité bienveillante qu’il observe à l’égard du héros, soit valorisé à travers sa dimension spécifique.

  • 12 A.M. Montenegro : Les mass media en Amérique latine, Annales des pays d’Amérique centrale, No 6, In (...)

94L’image du Brésil véhiculée par la bande dessinée diffusée en France n’est pas, dans ses grandes lignes, particulière à ce moyen d’expression. Elle est tout à fait comparable à l’image proposée par l’ensemble de la production cinématographique nord-occidentale. L’analyse de contenu de la presse française à propos du Brésil12 fait également apparaître des éléments similaires à ceux relevés dans cette étude.

95La bande dessinée, point de convergence – et d’inspiration – d’autres formes d’expression culturelle, participe à la représentation de l’autre dans l’imaginaire français, et reproduit, de manière parfois exacerbée ou caricaturale, la vision dominante d’une société sur une autre.

Bibliografía

CORPUS

(1) Breysse – La montagne de la peur, Paris, Fleurus, 1970.

(2) Dany, Van Hamme – Histoire sans héros, Bruxelle, Lombard, 1982.

(3) Eisner Will – Caramba ! (Spirit), Paris, Albin Michel, 1985.

(4) Jarry – Le venin écarlate (Les baroudeurs sans frontières), Marcinelle-Charleroi, Dupuis, 1985.

(5) Lauzier – Chroniques de l’Ile Grande, Bruxelles, Dargaud, 1977.

(6) Marcello, Maric – Sortilèges à Bahia (Cristal), Marcinelle-Charleroi, Dupuis, 1987.

(7) Hugo Pratt – Sous le signe du Capricorne (Corto Maltès), Paris, Casterman, 1979.

(8) Hugo Pratt – La macumba du gringo, Bruxelles, Dargaud, 1985.

(9) Rubino – Garimpeiros, 1927, in « Corto » no 13, Casterman, 1987.

(10) Schuiten, Renard – Aux médianes de Cymbolia, Paris, Humanoïdes Associés, 1980.

(11) Manfred Sommer – Frank Cappa au Brésil, Paris, Humanoïdes Associés, 1984.

(12) « Jangada »

(13) « Carnaval »

(14) « La chasse »

(15) Vance, Albert – Opération Caïman (Bruno Brazil), Bruxelles, Lombard, 1976.

(16) Vernal, Renaud – Safari dans l’enfer vert (Brelan de dames), Bruxelles, Lombard, 1983.

(17) Wolinski, Pichard – Paulette en Amazonie (Paulette), Paris, Éditions du Square, 1975.

Notas

1 Les chiffres entre parenthèses renvoient à la liste du corpus.

2 A l’exception de J.-C. Camano, P. Gaumier (Glénat, Édition et Diffusion) et de F. Cassard que je remercie pour leur collaboration à la constitution de ce corpus.

3 Ce qui n’est pas contredit par la prépondérance de l’école belge sur la bande dessinée destinée aux enfants et adolescents français dans les années 50/60 : Tintin, Blake et Mortimer, Alix l’intrépide, Jerry Spring, Spirou, Lucky Luke, Buck Dany ont été créés par des Belges.

4 Hergé : Tintin et l'oreille cassée, Paris, Casterman, 1979.

5 Hermans : Bernard Prince, Bruxelles, Lombard, 1980.

6 Sur la vision « rousseauiste » du sauvage, voir Le sauvage à la mode dir. J.-L. Amselle, Paris, Le Sycomore, 1979.

7 « terreiros » : l’auteur veut, selon toute vraisemblance, parler des « posseiros ».

8 Rocinha.

9 Henri Moniot : Sociétés et civilisations non occidentales dans l’enseignement de l’histoire en France : portée et problème didactiques, 16e congrès international des sciences historiques, Stuttgart, août 1985.

10 L’épisode de la trahison du prophète Sabino (8) est probablement inspiré de la nouvelle de J.-L. Borges : « Tres versiones de Judas », in Prosa completa, vol. 1, Barcelone, Bruguera, 1979.

11 Coroneis.

12 A.M. Montenegro : Les mass media en Amérique latine, Annales des pays d’Amérique centrale, No 6, Institut d’études politiques, Université d’Aix-Marseille III.

© Éditions de l’IHEAL, 1991

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540