Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Images réciproques du Brésil et de la France

 | 
Solange Parvaux
, 
Jean Revel-Mouroz

A. Les media culturels/Os media culturais

Le Brésil dans la littérature pour enfants et adolescents

Monik Bouvier

Texte intégral

1Écrire et publier pour la jeunesse, cela ne relève-t-il pas, pour l’auteur et pour l’éditeur, de critères qui dépendent de leurs exigences respectives ? La spécificité du public, en effet, oriente la création et l’édition dans une voie en harmonie avec la conception de ce que peut être ce domaine littéraire pour répondre aux besoins, aux aptitudes et aux aspirations des lecteurs. Instruire, plaire et donner à rêver, tout en étant accessible.

2Au-delà du plaisir qu’ils prennent à s’identifier au personnage, l’enfant et l’adolescent n’ont-ils pas besoin que le livre développe leur aptitude à s’ouvrir à l’autre et à mieux comprendre ainsi ce qui est différent d’eux ? La lecture leur offre, certes, la possibilité de satisfaire leur recherche d’identification à des héros qui vivent les mêmes expériences, les mêmes rêves, à un moment donné de leur évolution et, par là, correspond au jeu narcissique du miroir. Il semble souhaitable cependant que, par ailleurs, les livres leur permettent d’étendre le champ de leurs connaissances et de leurs valeurs, de favoriser le déploiement de leur imagination créative, de repousser les limites de leur imaginaire.

3Dans la littérature écrite à leur intention, les jeunes lecteurs trouveront-ils l’occasion d’élargir et d’approfondir leur image du brésil, celle qui leur vient des clichés en vogue, de la publicité, de la télévision ou de l’école ?

4Au cours de l’étude d’une cinquantaine d’ouvrages publiés surtout entre 1972 et 1986, concernant le brésil, écrits en français ou traduits, notre intention a été de dégager les caractéristiques de l’image qu’ils en proposent, à partir des sujets retenus en précisant leur fréquence et la manière dont on les aborde. En effet, selon l’âge du lecteur, la nature de l’ouvrage – reportage ou récit de voyage, fiction – selon que l’auteur est ou non brésilien, le choix du thème et la façon de le traiter reflètent des motivations différentes.

5Quel sera donc l’éventail de livres, ayant trait au Brésil, offert aux jeunes par les rayonnages qui leur sont réservés dans les bibliothèques ou chez les libraires ? Bien souvent, d’une part, de beaux livres aux titres prometteurs et qui font le tour du Brésil, d’une région ou d’une ville, en une centaine de pages et de photographies et, d’autre part, des romans dont on a pu entendre parler ou dont le résumé aura intrigué ?

6Quel Brésil y découvrira-t-on ?

7Parmi les ouvrages écrits en français, traduits cependant pour certains de l’anglais, nous avons retenu quelques exemples de reportages illustrés, de récits de voyages et de romans que la Bibliothèque municipale de Pau, notamment, tient à la disposition des enfants et des adolescents.

8Comment, en effet, ne pas être attiré par les titres prometteurs des livres que publient explorateurs et cinéastes au retour de leurs voyages ? Bien qu’ils ne leur soient pas particulièrement destinés, la fascination des belles photographies, qui ne sont pas sans effet sur le besoin d’ailleurs, amènera les jeunes habitués des bibliothèques à feuilleter ces livres de voyages, en accordant, il est vrai, plus d’intérêt aux illustrations qu’au texte ; celui-ci, n’assurant bien souvent que le lien entre les photographies, sacrifie fréquemment au parti pris de l’humour facile et de la phrase percutante et se révèle ainsi un commentaire plus ou moins superficiel.

  • 1 Douglas Botting – Rio de Janeiro, Time-life, « Les Grandes Cités », 1975.
  • 2 Marcel Isy-Schwart – Brésil, Paradis de l’Aventure, « Coup d’œil sur le monde », éd. Presses de la (...)
  • 3 Marcel Isy-Schwart – Brésil, Terre Magique, « Connaissance du monde », éd. Presses de la Cité, 198 (...)

9Dans ce cas, la découverte du Brésil ne se fera pas, en priorité, grâce à l’expression écrite mais par la documentation photographique. Un exemplaire de la collection « Grandes Cités » de Time Life est consacré à Rio de Janeiro1. Le texte, relativement sobre et objectif, présente un historique de la ville, l’évolution de son urbanisme, les monuments modernistes et la conquête de leur espace vital par les déshérités, et, naturellement, les principaux pôles d’attraction : le carnaval et la samba, les mystères des cultes spirites, le paradis au bord de la mer. Dans les collections « Coup d’œil sur le Monde » et « Connaissance du Monde », Marcel Isy-Schwart propose deux titres alléchants Brésil, paradis de l’aventure2 et Brésil, terre magique3. L’expédition relatée dans le premier a pour but la chasse aux orchidées et aux oiseaux-mouches mais elle débute dans le Rio de 1976 et nous entraîne, via Brasilia, dans le Haut-Xingu puis dans la Serra de Xique-Xique, dans l’État de Bahia. C’est dans la capitale de celui-ci, et en plein carnaval que se terminera le voyage après une brève incursion à Santa Teresa (Espírito Santo). Ce qui correspond bien au titre de la collection, un coup d’œil sur... et mieux vaut qu’il permette des photographies inédites. Le deuxième livre cité, de 1981, après un rappel historique concernant surtout l’Amazonie, suivi des très habituelles reprises (la frénésie du carnaval, les Indiens, le football, les sortilèges de la mer et le culte de Yemanjá) décrit la transposition folklorique de la lutte entre les Chrétiens et les Maures, à Pireneópolis !... puis la messe des vachers, près de Salgueiro (Pernambouc) et enfin l’envoûtement de la montagne d’or, la Serra Pelada, gigantesque taupinière, véritable mirage pour des dizaines de milliers d’orpailleurs. En somme, le kaléidoscope d’un Brésil d’exception et à sensation, pour le regard européen mais demeurant, sans doute aussi, assez loin des préoccupations quotidiennes de beaucoup de Brésiliens, tout au moins pour ce qui est de l’Amazonie, du Nordeste et de Pireneópolis...

  • 4 Helen et Franck Schreider – L’Amazone, National Geographic Society, trad. de l’américain, Flammari (...)

10Publiée par la National Geografic Society, Amazone4, une monographie illustrée dont le but pédagogique et scientifique est nettement indiqué. Les explorateurs commentent leur périple, de la source jusqu’à l’embouchure du fleuve, et consacrent de nombreuses pages à l’aventure du caoutchouc et à la métamorphose de Manaus ; ils font allusion au plan Rondon, au projet de la SUDAM et aux activités de différents organismes dans le domaine sanitaire. Enfin, ils insistent sur la nécessité de la mise en valeur de l’Amazonie, grâce à des plans rationnels et favorables aux investissements.

11Dans les précédents livres illustrés dont il vient d’être question comme dans l’ensemble des ouvrages étudiés, l’Amazonie tient une très grande place. En effet, le contenu essentiel d’une bonne moitié d’entre eux lui est consacré, privilégiant ou présentant concurremment, l’un ou plusieurs de ses visages, les Indiens, la ruée vers le caoutchouc, l’or ou les minerais, l’exubérance de la flore et la diversité de la faune, ou enfin les contes et les légendes. Il nous a paru intéressant de nous interroger sur les possibles raisons qui font prévaloir cette image du Brésil, d’autant plus que les auteurs des livres concernés, exception faite de ceux qui présentent l’aspect mythologique, ne sont pas brésiliens et que, dans le reste des ouvrages, ces thèmes ressurgissent le plus souvent.

  • 5 Alain Gheerbrant – Expédition Orénoque-Amazone, coll. Exploits, éd. Gallimard, 1974.
  • 6 Bernard Lelong – La Rivière du Maïs, éd. Lattès, 1974.

12Cependant, certains récits de voyage qui traitent de l’Amazonie ne font qu’effleurer le secteur brésilien. C’est le cas d’une adaptation pour les plus jeunes, du texte de Alain Gheerbrant, Expédition Orénoque-Amazone5, publiée chez Gallimard, dans la collection « Exploits » : au sortir de la Sierra de Parima, le Brésil, c’est la savane et la civilisation sous forme d’empreintes d’animaux, de poteaux et de lignes, mais surtout de tasses de café, sur un petit plateau d’argent. Celui encore de la Rivière du maïs6 qui cite Levi-Strauss à propos de la tribu des Bororos et ne fait qu’une brève allusion à l’exploitation du caoutchouc.

  • 7 Richard Collier – Le Fleuve Oublié de Dieu, trad. de l’Américain par J. Papy et A. Coblence, éd. F (...)

13Ce thème, par contre, constitue l’essentiel d’un minutieux livre-reportage dédié à Walter Ernest Hardenburg, Le fleuve oublié de Dieu7. Un proverbe portugais, placé en exergue, en donne la teneur : « Au-delà de l’Équateur, pas de péché ». Tout paraît y être dit sur la grandeur, la prospérité et la décadence de la capitale du caoutchouc : architecture et urbanisme, fastes de la vie culturelle et quotidienne, façades de sophistication et ville de pionniers, haut-lieu de la finance... Dans les moindres détails, sont racontés l’histoire du produit miracle, le vol des semences d’hévéas et l’ascension d’un magnat du caoutchouc, José Arana, à l’origine du scandale du fleuve Putomayo, et établi à Iquitos, à Manaus et à Londres simultanément. C’est Walter Ernest Hardenbourg ingénieur engagé dans la construction de la ligne Madeira-Mamoré, dont on présente longuement les difficultés de réalisation, qui déclenchera la constitution de commissions d’enquêtes et l’ouverture d’un procès à Londres où José Arana sera finalement confondu. Ce reportage, très abondamment documenté, non sans mentionner l’action humanitaire du général Rondon et les retombées techniques de l’aventure du caoutchouc, se termine sur le cataclysme qui transforme la ville blanche en ville fantôme, en conséquence du triomphe des plantations en Malaisie.

  • 8 Richard Chapelle – Les Hommes à la Ceinture d’Écorce, éd. Flammarion, 1978-1979.

14Dans l’avant-propos d’un reportage sur les Indiens du fleuve Aripuana, Les hommes à la ceinture d'écorce8, sont dénoncés les effets néfastes de la civilisation et des missionnaires, le colonialisme et le paternalisme, qui n’aboutissent qu’à la marginalisation et à la disparition. Par contre, la FUNAI, dans le sillage de Rondon et grâce aux frères Vilas-Boas, est réhabilitée, car le discrédit qui aurait pu peser sur cet organisme ne serait dû qu’au fait de particuliers isolés et au peu de moyens financiers mis à sa disposition. Un long chapitre rappelle l’histoire des Indiens : la Préhistoire d’abord, puis les mesures prises par les gouvernements portugais et brésilien, la Charte Pombaline de 1750 et le décret de 1845 leur octroyant quelques droits, enfin plus tard, les orientations positivistes des actions de Rondon, du SPI et de la FUNAI. Le reportage fait état, ensuite, des différentes expéditions, qui, à partir de 1960, déclenchent les réactions hostiles des Indiens, dans le cadre de leur résistance au percement de nouvelles routes ou de leurs affrontements avec les orpailleurs. Après une description désabusée de Brasília, l’auteur relate son séjour chez les Cintas Largas, à l’humeur plutôt contemplative et chez les Suruis, plus féroces et plus raffinés : vie quotidienne et habitat, organisation sociale, bigamie, langue, cérémonies, légendes et croyances. Le voyage est bouclé par la visite d’une exploitation mystérieuse et illégale de rubis et de diamants, à Pimenta Bueno (Rondônia).

  • 9 Lucien Bodard – Massacre des Indiens, Le cercle du nouveau livre d’Histoire, éd. Gallimard, 1970.

15Les plus âgés des lecteurs pourront lire Massacre des Indiens9, dont le titre précise sans équivoque la prise de position de Lucien Bodard. Récit de voyage très détaillé, certes, mais surtout abondamment commenté par l’auteur qui donne libre cours à son indignation et exprime des jugements catégoriques, dans style où les envolées lyriques le disputent aux traits cinglants d’ironie et d’humour, sur l’ensemble des problèmes de l’Amazonie d’hier et d’aujourd’hui. Ce violent réquisitoire transmet par ailleurs, une somme impressionnante d’informations concernant les principaux événements et les grandes personnalités qui ont marqué le Brésil depuis environ un siècle. Rondon, l’épopée du caoutchouc, le scandale du Putomayo, la construction de la voie ferrée Madeira-Mamoré, la ruée vers le minerai, les Vilas-Boas et Meireles, en ce qui concerne l’Amazonie, puis Canudos, les sécheresses, Lampião, le Padre Cícero, la Colonne Prestes, Gétúlio Vargas, Juscelino Kubitschek, la fondation et l’évolution de Brasilia dom Helder Câmara, pour ne donner que quelques exemples, et parmi les plus célèbres, qui fournissent la matière aux très fréquents et très longs passages, bien au-delà de simples digressions, qui s’articulent autour de l’histoire de nombreuses tribus indiennes et du sort qu’elles ont connu.

  • 10 Madeleine Aubert – Kanavi, Le Petit Indien d’Amazonie, « Des Enfants et des Animaux », éd. F. Nath (...)
  • 11 Dominique Darbois – Manuela, la Petite Brésilienne, éd. Nathan, 1975.

16Dans le domaine de la fiction, les ouvrages écrits en français sont assez peu nombreux et de qualité inégale pour notre propos. Pour les plus jeunes lecteurs, chez Nathan, plusieurs livres où l’image tient la plus grande place. Ce sont des collections, à fonction surtout instructive, et organisées autour de vastes thèmes, se rapportant plutôt à l’Amérique du Sud en général qu’au Brésil en particulier : Les Grands Explorateurs, Les Grands Voyages (Christophe Colomb, Magellan), Les Animaux d’Amérique du Sud, Les Plus Belles Légendes (Incas, Mayas et autres Indiens d’Amérique latine). Cependant deux séries, qui font un tour du monde des enfants, présentent deux titres qui concernent le Brésil : Kanavi, le petit Indien d’Amazonie et Manuela, la petite Brésilienne10-11. Aux confins de la Guyane et du Brésil, Kanavi est en parfaite harmonie avec la nature, la famille et la tribu, libre de toutes contraintes notamment scolaires... il ne se soucie que d’acquérir le savoir-faire paternel pour s’assurer survie et autonomie. Les nombreuses photographies confirment, aux yeux du petit Français, l’étrangeté d’un monde heureux avec lequel on cherche à le familiariser cependant. Mais ce petit Indien mythique lui semblera jouir d’une enfance idyllique et totalement ludique. Manuela n’a pas davantage d’épaisseur psychologique, sinon moins encore, elle devient prétexte ou support à une initiation très sommaire au Brésil d’abord, puis à la découverte de Salvador. Grâce aux aptitudes et aux déplacements qui sont prêtés pour les besoins de la cause à l’enfant, le lecteur est informé de l’histoire et de l’architecture de la ville, des multiples facettes de l’héritage africain – artisanat, fêtes, cultes et gastronomie – enfin il connaîtra les activités de la région, la pêche et la culture du cacao. L’artifice n’est sans doute pas très original mais il rend la leçon d’ethnologie plus accessible. Dans ces deux ouvrages, ou bien l’on fait rêver, ou bien l’on instruit sans trop vouloir en avoir l’air, et l’image ainsi produite du Brésil est bien le fruit de cette double orientation.

  • 12 Willard Price – Pièges en Amazonie, coll. Plein Vent, trad. de l’Américain par Wanda Vulliez, éd. (...)
  • 13 André Massepain – Les Flibustiers de l’Uranium, coll. Plein vent, éd. R. Laffont.

17Les éditions Robert Laffont se proposent dans la collection « Plein Vent » d’offrir aux adolescents « des romans d’aventure sur tout ce dont ils rêvent... » et deux ouvrages les emmènent en Amazonie : Pièges en Amazonie12 et Les flibustiers de l’uranium13, qui, l’un et l’autre, ont deux frères pour héros. Dans le premier, les jeunes Américains partent avec leur père, zoologiste, à la recherche de spécimens de la jungle, ce qui permet au lecteur de découvrir la faune et les affres de la navigation au milieu des rapides, lesquels, selon une interprétation qui se fonde sur une langue indienne, auraient pu être à l’origine du nom du fleuve : Amassona, briseur de rapides. Dans le deuxième roman, les frères, deux Français ceux-là, enlevés à New York, se retrouvent dans les parages du fleuve Outahy, et sont embauchés dans une usine clandestine de traitement de l’uranium, dirigée par d’anciens nazis, exploitant, jusqu’à la pire déchéance physique et morale, les Indiens des alentours. Le directeur, ami du Docteur Menguele, sera confondu par sa secrétaire israélienne, membre d’un commando spécialisé dans la recherche des anciens nazis réfugiés au Brésil. Un ingénieur brésilien purge, dans l’usine, une peine pour subversion politique et participation aux luttes paysannes armées dans le Mato Grosso ; auparavant il a connu l’exil, la prison et les tortures, il est présenté comme une victime de la répression de la Junte Militaire dont l’auteur critique les agissements ; bien qu’il ignore officiellement cette usine, appartenant à une multinationale et fournissant le marché noir de l’uranium, le gouvernement y trouverait son compte, grâce à des arrangements financiers et autres... Les miradors, l’encadrement allemand font régner la terreur et le racisme, dans le secret le plus absolu ! La participation d’un missionnaire dominicain, très sceptique sur le bien-fondé du progrès technique, s’il ne sert pas la justice, et regrettant que l’homme « civilisé » ne soit pas plus attentif aux valeurs des Indiens, permettra de démasquer ce camp d’extermination, rappelant Jérôme Bosch. L’auteur, André Massepain, ne se contente donc pas, dans cette fiction, de décrire « L’Enfer Vert », sans pour autant négliger de l’utiliser en tant que tel comme décor, il y inscrit un enfer humain, posant des problèmes moraux et politiques, et intégrant des faits contemporains, historiques ou scientifiques. Par ailleurs, l’introduction d’anciens nazis parmi les personnages pourra paraître un subterfuge commode pour permettre la multiplication et le durcissement des mesures cyniques et révoltantes prises à l’encontre des Indiens.

  • 14 Huguette Perol – La Jungle de l’Or Maudit, « Les Maîtres de l’Aventure », éd. de l’Amitié, G.T. Ra (...)

18La jungle de l’or maudit14, aux éditions de l’Amitié, qui publient plusieurs titres en rapport avec le Brésil d’ailleurs, raconte l’aventure d’un jeune Cearense qui, suivant l’exemple de son grand-père, parti en d’autres temps faire fortune dans l’exploitation du latex, quitte sa misère pour tenter l’aventure des chercheurs d’or, à Maues, sur le fleuve Tapajós. L’auteur greffe sur ce thème, naturellement, une description du Manaus, de la jungle, mais aussi, et c’est plus original, des légendes d’Amazonie. Ticuan, le dieu ailé qui veille sur les eaux et Uirapuru, l’oiseau magicien, noir comme la suie et jaune comme l’or, au chant rare mais qui porte bonheur. Le mythe de l’El Dorado, souverain de Manoa, à propos duquel la postface fait un historique de la fièvre de l’or du XVIIe siècle à nos jours. Bien sûr, le héros trouve un gros diamant rapidement ; bien sûr, on le lui vole dans des circonstances tragiques, mais le monde des orpailleurs est vu avec sobriété et simplicité, ce qui le rend accessible au jeune lecteur français, d’autant que des notes expliquent, à la fin, les mots ou les faits qui n’auraient pu être saisis d’emblée.

  • 15 Michel Grimaud – Les Contes de La Ficelle, « Bibliothèque de l’Amitié », éd. de l’Amitié, G.T. Rag (...)

19Chez le même éditeur, Les contes de la ficelle15, après un long périple en bateau, relatent l’organisation, les abus et les dangers de tous ordres d’une exploitation d’hévéas dont il est tout à fait exceptionnel de s’échapper. C’est pourtant ce que réussira le héros. Pourchassé par les contremaîtres, il affronte l’enfer de la jungle, rencontre des chasseurs d’indiens, de connivence avec les représentants du SPI et grassement payés par un riche Brésilien qui ainsi pourra acquérir légalement des terres car elles auront été, au préalable, vidées de leurs occupants légitimes. Enfin, grâce à un jeune Indien qu’il sauve des griffes des rabatteurs, il partagera, avec enthousiasme, la vie des Yanomami, au point de se marier. Le conteur, certes, est totalement conquis : « Les Indiens ne sont pas les sauvages que l’on prétend qu’ils sont pour mieux les pourchasser et les exploiter ; leur société est fondée sur le partage et l’égalité, ils respectent les règles du code moral qu’ils se sont donné, ils ont une mythologie, des croyances, des chants, des danses, une culture, quoi !... Le malheur pour eux, c’est que l’Amazonie possède un sous-sol d’une richesse fantastique ! » Cependant la vision n’est pas idyllique... D’humeur belliqueuse, les tribus pratiquent les enlèvements de femmes, les représailles, voir le cannibalisme. Lors d’une expédition, le héros perd le crédit qu’il s’était acquis dans la tribu : les guerriers, superstitieux, rebelles à l’autorité et à la discipline, ne tiennent aucun compte de sa stratégie et le rendent responsable de la défaite. Ainsi s’écroule le rêve, plutôt paternaliste, d’unifier les tribus et de prolonger son bien-être personnel ; les Indiens le rejettent. Pourtant, avec amertume et nostalgie, le conteur confesse qu’il y aurait beaucoup à apprendre des Indiens. Mais quelle confiance peut-on accorder à ce conteur, ne répond-il pas au surnom de « La ficelle » ? Un vagabond, par un soir d’orage, se met à raconter ses aventures à la famille qui lui a offert l’hospitalité ; ces aventures, les a-t-il vécues, rêvées ou lues, le samedi, à la bibliothèque de Marseille, ville qu’il n’aurait jamais quittée ? Ni l’auditoire ni le conteur ne se prononcent vraiment sur leur authenticité. Il n’en reste pas moins que cette fiction au deuxième degré ne s’écarte pas des faits dont le lecteur aura pu être informé par ailleurs, et que l’auteur a su conférer au récit d’une expérience, quelque peu exceptionnelle, un visage juste et vraisemblable.

  • 16 Huguette Pirotte – L’Enfer des Orchidées, coll. Travelling no 1, éd. Duculot, 1972.

20Aux éditions Duculot, la collection « Travelling », qui se propose de cerner de près les réalités de notre temps et d’en finir avec un genre édulcoré pour mieux satisfaire les exigences des jeunes d’aujourd’hui, consacre son premier numéro au Brésil, L’enfer des orchidées16. Sur l’aventure d’un jeune homme à la recherche de son père ethnologue se greffe une somme considérable de faits se situant plus particulièrement dans le Brésil central et septentrional et dont on garantit l’authenticité, même s’ils apparaissent incroyables ou affreux. Un souci d’exactitude préside à la description de l’environnement naturel et humain : relief, climat, faune et flore, villes-champignons et villages indiens, mœurs locales et pratiques de la vie quotidienne. Les allusions à un passé plus ou moins récent ne sont pas exclues, les Bandeirantes ou Rondon, pas plus que les digressions sur le carnaval, les bidonvilles ou le football. Malgré la densité du roman, l’essentiel du propos n’échappera pas au lecteur, à savoir la dénonciation de tous les abus et de toutes les injustices qui se commettent dans ces régions. L’auteur explique les conditions scandaleuses du travail dans les mines ou dans les exploitations d’hévéas, vers lesquelles des trafiquants cupides acheminent une main d’œuvre dont ils exploitent le malheur. La fiction intègre même les frères Vilas-Boas, devenus les Vilas-Lobos ! Dans l’épilogue, un personnage propose la transformation du SPI en SPB, service de protection de tous les Brésiliens... A la fin du roman, une note définit celui-ci comme l’envers du décor, l’envers de la « féerie brésilienne » de Marcel Isy-Schwart et précise les ouvrages qui ont été consultés.

21Compte tenu des réserves qui parfois peuvent être faites sur le fond et sur la forme, tels qu’ils sont, il est évident que les ouvrages analysés plus haut, tous d’auteurs non-Brésiliens, permettent une approche de l’Amazonie, matière à description ou à narration, appréhendée par un auteur qui lui reste extérieur ; il n’est pas moins clair que ces textes et ces illustrations satisfont le besoin d’ailleurs des lecteurs. En effet, la large part accordée aux particularités géographiques de la région répond à la demande d’exotisme dans l’espace. L’étrangeté du milieu aquatique, exubérant, féerique, le foisonnement végétal et animal, symphonie ou cacophonie, et jusqu’aux dangers qui attisent l’imagination et supposent un dépassement de soi ; tout ce symbolisme fascine les caractères épris d’aventure. D’autant que cette aventure peut ne pas se limiter à l’espace et devenir culturelle, voire économique. Retour, imaginaire il est vrai, au mode de vie des Indiens, en symbiose avec la nature, et perspectives de mise en valeur d’un milieu souvent encore vierge et prometteur. Le choc des civilisations et de leurs valeurs, aux antipodes les unes des autres, se manifeste en Amazonie, théâtre de scandales et de violentes polémiques qui remettent en question les rapports entre la politique, le développement économique, le progrès technique, et la morale. Pendant longtemps, l’Amazonie est restée une contrée lointaine et mythique, inaccessible, pour la majorité des Brésiliens eux-mêmes, mais depuis un siècle, à des degrés divers et d’une manière sporadique, elle est devenue l’enjeu d’intérêts économiques considérables, débordant les perspectives brésiliennes. Ces intérêts se font de nos jours plus pressants et mettent le Brésil dans la nécessité de réagir pour intégrer et développer cette région qui représente un atout indispensable pour l’évolution globale du pays. Les textes cités semblent, dans leur majorité, privilégier le milieu naturel et mythique, y situant des aventures déjà liées au passé. Selon Euclides da Cunha, l’Amazonie serait pourtant la dernière page de la Genèse qu’il resterait à écrire...

22Traitant fondamentalement de l’Amazonie, les livres étudiés précédemment évoquaient néanmoins, avec plus ou moins d’insistance, par le biais de l’intrigue ou l’occasion de digressions, le Nordeste, terre de misère que l’on finit par abandonner. Lucien Bodard, dans l’ouvrage cité plus haut (9) parle de fuir une mort sèche pour une mort humide ! Selon un ordre inversé, lié à la fréquence des thèmes abordés dans les livres retenus, nous passerons, nous, de l’Amazonie au Nordeste...

23En effet, par le nombre important des livres qui s’y rapportent, les problèmes du Nordeste brésilien apparaîtront aux lecteurs ; ces ouvrages, dans la majorité des cas, s’adressent plutôt aux adolescents et leur présentent, grâce à des traductions, plus ou moins récentes, des œuvres de romanciers appartenant au mouvement régionaliste d’il y a une bonne cinquantaine d’années. Le littoral et l’intérieur, les plantations et la sécheresse, ou encore Recife et Salvador.

  • 17 Aurélia Montel – José du Brésil, éd. Delagrave, 1967.

24Mises à part ces traductions, dont il sera traité plus loin, quelques livres en français abordent le thème nordestin. Delagrave, déjà en 1967, publie les aventures de José du Brésil17, orphelin cearense. Son protecteur détient un secret qui permettra la richesse du village, c’est pour cette raison qu’il sera tué par un bandit. José et les autres habitants quittent le village atteint par la sécheresse. Les errances qui conduisent d’une manière presque obligatoire vers l’Amazonie des pierres précieuses, du caoutchouc et des Indiens, s’inscrivent ici dans l’intrigue qui oppose le désir de vengeance de l’adolescent à la cupidité du bandit cynique et cruel ; ce qui colore d’affectivité le périple, bien sûr, mais permet d’ajouter un volet supplémentaire, relativement moins connu, à la présentation du pays.

  • 18 Mário Fiorani – Cangaceiros, Ballade Tragique, trad. de l’italien Nicole Levi Dagnino, éd. Cimarro (...)

25C’est ce thème qui sera développé dans un ouvrage de caractère plutôt didactique, traduit de l’italien, Cangaceiros, Ballade tragique18, surtout consacré à Lampião et replaçant le phénomène du banditisme social dans son contexte géographique, historique et sociologique. Ainsi cette figure mythique, sans contenu révolutionnaire, davantage de justicier que de redresseur de torts, est-elle présentée dans les multiples facettes de son caractère, dans ses relations avec l’Eglise, le Padre Cícero notamment, avec Prestes, et également avec le pouvoir et les grands propriétaires. Sa mort, dont les circonstances sont discutées, sera vengée par son second, Corisco ; mais avec lui meurent les « paladins d’un monde perdu, pour qui le banditisme avait été la seule manière d’exister dans un monde en décomposition ». L’auteur informe le lecteur sur le système policier, les pratiques électorales, le fanatisme religieux et les sectes spiritualistes, évoque Canudos et Antônio Conselheiro, Pedra Bonita et Antônio Silvino et cite souvent Euclides da Cunha. Le texte, illustré à gros traits naïfs cernant des coloris vigoureux, suivi d’un tableau chronologique de 1500 à 1940, constitue, somme toute, une initiation assez complète et plutôt objective au Nordeste de l’intérieur, au Sertão.

  • 19 Nicole Vidal – Miguel de la Faim, « Les Maîtres de l’Aventure », éd. de l’Amitié, G.T. Rageot, 197 (...)

26Miguel de la faim19, paru en 1973, a été réédité en 1984, aux éditions de l’Amitié et l’on peut se demander pourquoi, d’une édition à l’autre, ont disparu des extraits de journaux et de livres : Le Tiers Monde trahi (Dom Helder Câmara), La Géographie de la faim (Josué de Castro), Terres vivantes (René Dumont) et Le Joug (Francisco Julião). Ces passages avaient pour mérite d’apporter une intéressante information sur la région et éclairaient d’une lumière authentique la lecture du roman. Selon la notice de l’auteur, il s’agit d’une histoire actuelle, celle d’une famille de bouvier aux prises avec la misère, dans la région de Natal : sécheresse, sous-alimentation, abus de pouvoir de la part du gérant de l’exploitation et de ses hommes de main, anaphalbétisme et chômage, superstitions et mysticismes. L’exode à Recife où la situation se durcit encore ; c’est le cycle du crabe dans les bidonvilles, la violence, la répression, l’éclatement de la famille, les petits métiers et les trafics de main-d’œuvre. L’échec du père à Belo Horizonte et la nostalgie de la terre natale leur font préférer le retour au village, où ils vivront clandestinement. Bien sûr, le dénouement pourra paraître par trop optimiste : grâce aux initiatives d’un ingénieur de la SUDENE et à l’attitude bienveillante du fils du propriétaire, on creuse un puits, on installe des moyens d’irrigation et on fonde une école. L’ensemble du roman, cependant, sait rendre crédible par la sobriété du style, par la justesse des détails et des dialogues, une situation de détresse qu’il n’y a pas lieu, du reste, d’exagérer.

27De ces trois derniers livres, le premier équilibre plus ou moins les thèmes de l’Amazonie et du Nordeste, et si la manière dont ils sont traités apparaît superficielle, c’est peut-être dans leur coexistence qu’il faut en chercher la raison, au moins en partie. Par contre, d’une manière instructive ou romanesque, les deux autres ouvrages approfondissent réellement leur sujet.

  • 20 Yves Mauffret – Rencontre à Rio, « Bibliothèque de l’Amitié », éd. de l’Amitié, G.T. Rageot, 1969.

28En dehors de ces deux pôles, l’Amazonie et le Nordeste, deux thèmes très porteurs, bien peu de livres en langue française donnent au lecteur l’occasion de découvrir d’autres régions du Brésil. La Bibliothèque de l’Amitié avait publié, en 1969, Rencontre à Rio20, roman dont le contenu est essentiellement affectif ; en effet la réalité brésilienne n’est qu’effleurée au hasard de l’intrigue romanesque. Le carnaval permet la rencontre d’un mousse français qui fait escale à Rio et d’un jeune cireur de chaussures, habitant les bidonvilles de Copacabana et dont le père, breton, après un séjour dans le Nordeste a été dévoré par les piranhas, poissons tristement célèbres de l’Amazone. Ce père mystérieux est-il venu se réfugier au Brésil après avoir collaboré avec les Nazis ? Rassuré sur ce point, l’adolescent quitte le Brésil pour regagner la Bretagne de ses origines, vrai symbole d’exotisme pour lui...

  • 21 Jacques Da Cunha – Severo, « Le Nouveau Signe de Piste », éd. L’Épi de Jeunesse, Alsatia, 1978.
  • 22 Jacques Da Cunha – Le Seigneur d’Arangua, ibidem, 1979.
  • 23 Jacques Da Cunha – Claudio, ibidem, 1982.

29Que dire des trois romans dont Jacques da Cunha situe l’action au Brésil, sinon que ce pays sert à varier les circonstances qui permettent d’exalter une conception de l’adolescent, marquée par l’idéalisation conformiste. Ces romans sont publiés par les éditions L’Épi de Jeunesse, dans la collection « Nouveau Signe de Piste » : Severo21, Le Seigneur d’Arangua22 et Claudio23. L’adolescent d’une quinzaine d’années – car une certaine misogynie est latente – a invariablement sur son entourage, un ascendant physique et moral irrésistible, il accomplit des prouesses aussi invraisemblables que les situations qu’il doit affronter ; ces adolescents sont, il est vrai, d’une trempe exceptionnelle, d’une intelligence supérieure et de race blanche, blonds aux yeux bleus... Des parents, disparus dans des circonstances mélodramatiques, ressurgissent, à la faveur d’un « deus ex machina » comme pour expliquer les qualités des héros par la « dignité » de leur naissance. S’il y a lieu, une éducation stricte et conventionnelle leur permettra de briller sur les courts de tennis, fréquenter la société des clubs et des plages à la mode du littoral du Sud-Est. Les châtiments corporels et les humiliations, acceptées sinon attendues, ne sont pas exclues. Une note précise que « ces mœurs patriarcales, assez dures et autoritaires » sont réprouvées par l’auteur mais justifiées par les origines nordestines de ceux qui les exercent. Cette conception exaltée et élitiste, d’un romanesque échevelé, gêne beaucoup la crédibilité que l’on sera enclin à accorder au monde sur lequel elle se greffe, qu’il s’agisse des lieux choisis comme cadre, qu’il s’agisse de l’authenticité des réactions humaines. Severo hérite d’une grande propriété dans l’État de São Paulo et y maîtrise avec justice et bonheur, les subversions liées à l’occupation de ses terres. Philippe, le Seigneur d’Arangua, dernier descendant d’une famille de grands propriétaires, règne sur son domaine, au cœur du Mato Grosso, triomphant des hommes et de la nature. Les leçons d’un jeune et brillant précepteur, venu de France, le feront passer rapidement d’une existence plutôt primitive, en pleine jungle, à la civilisation de raffinés citadins. Enfin Claudio résiste à la déchéance morale à laquelle risquait de l’entraîner sa vie misérable dans le bidonville de la Rocinha, à Rio ; heureusement une succession de hasards lui fait retrouver sa famille, très respectable, ainsi jouira-t-il d’une existence décente... L’auteur étoffe l’ambiance brésilienne par des éléments très divers : les scouts, les Indiens, les orpailleurs, le carnaval, les cultes spirites, la flore et la faune ! Et – serait-ce lié à son patronyme ? – l’auteur insère de nombreux mots portugais, parfois des expressions ou des phrases, ce dont nous traiterons ci-après.

30Les partis pris sont tels que l’auteur ou l’éditeur en viennent à préciser leurs positions. En annexe au Seigneur d’Arangua, on explique le contraste, « très marqué au Brésil », entre la vie agréable du garçon très gâté, de famille aisée, et celle « peu enviable » du gosse des bidonvilles ! L’avertissement qui précède Severo informe sur le problème de la « désappropriation » des terres. L’orientation politique se fait plus claire dans ces affirmations : l’accélération, depuis 1964, des mesures sociales et de la réforme agraire, la nécessité pour les grands propriétaires de « transformer » les lois, par suite de leurs difficultés de trésorerie, enfin la préférence que les déshérités déclarent pour les terrains déjà défrichés, ceux des grandes propriétés, à ceux que leur attribuent les municipalités...

31Par ailleurs, dans la réédition de Claudio, en 1982, l’avant-propos de l’éditeur semble prévenir le reproche d’invraisemblance et de racisme qui pourra être fait au roman ; mais il en garantit plutôt la véracité du contenu : « Ça ne passera pas auprès des lecteurs de « Signe de piste » qui sont des gens sérieux. Et puis naturellement, il faut que votre Claudio soit de race blanche, sans quoi il n’y aurait pas de salut ! Bref, j’ai traité mon ami – l’auteur – d’horrible raciste aux imaginations mélodramatiques ». Un peu plus loin, on affirme que, pour les Noirs et les Métis, il n’y a aucun espoir de se reclasser, quelle que soit leur intelligence naturelle car ils ont trop l’habitude de l’humiliation et du vice, en vivant dans les bidonvilles, pour avoir même l’idée de s’en sortir.

  • 24 Frédéric Mauro – La Vie quotidienne au Brésil, au temps de Pedro II (1831-1889), éd. Hachette, 198 (...)

32Enfin, les adolescents que l’histoire intéresse pourront lire l’étude concernant le règne de Dom Pedro II, dans la série La vie quotidienne24 édité chez Hachette. L’ouvrage qui s’appuie sur de nombreux documents et récits de voyage, présente les contrastes qui marquent la fin de l’époque impériale à Rio, l’évolution du Nordeste et les changements qui surgissent à São Paulo. L’auteur traite également de quelques aspects plus ponctuels : l’instruction, la presse, les femmes, l’influence européenne et certains phénomènes sociaux, tels la prostitution, l’alcoolisme, sans omettre les grandes préoccupations de l’époque, la lutte contre les épidémies et la suppression de l’esclavage. Cette lecture, plus sérieuse pour le jeune public, est facilitée par d’abondantes notes explicatives et suivie d’une bibliographie.

  • 1 Citons également certains contes brésiliens inclus dans des recueils : Contes et Légendes de Guyan (...)

33Cette analyse ne prétend nullement avoir épuisé les lectures offertes aux jeunes, dans les conditions définies plus haut, à savoir des ouvrages en langue française concernant le Brésil1. Cependant l’échantillonnage donnera, semble-t-il, un aperçu des horizons brésiliens ainsi présentés – géographiques, historiques, sociaux ou culturels. Un aspect particulier retiendra maintenant notre attention, pour des raisons évidentes, l’aspect linguistique : l’introduction de la langue portugaise, dans ces textes rédigés en français.

  • 2 Nous nous limiterons à quelques exemples :
    – orthographe : barimbau, caxaça, ingleza, paulisto, cop (...)

34Quand il s’agit de rendre accessibles des réalités que la langue française ne nomme pas, quelles sont les pratiques adoptées ? Certains auteurs utilisent le mot portugais, le glosent dans le texte même ou l’expliquent en note. Cependant, on ne peut qu’être étonné de la grande liberté prise à l’encontre de la forme même du mot ; « liberté », dans ce cas, paraît un euphémisme indulgent car il s’agit plutôt d’une négligence regrettable : la vérification ne s’imposerait-elle pas ? Comment expliquer cette négligence sinon par un mépris de ce qu’est l’autre dans sa différence, de ce qui fait la spécificité de sa langue ? N’est-ce pas logique d’exiger un effort d’exactitude, simple preuve d’honnêteté intellectuelle, surtout de la part de ceux qui prétendent rendre « plus brésilien » un texte en y introduisant des éléments linguistiques locaux, alors que ce n’est pas toujours indispensable. Au cours de nos lectures, nous avons relevé des exemples significatifs2. Sans nous attarder sur la grande « fantaisie » de l’accentuation graphique et sur la désinvolture en ce qui concerne l’orthographe des mots d’usage, nous avons constaté certaines tendances : la déformation des mots, pure et simple, par ignorance, l’incohérence dans le cas de répétitions dans le même texte, voire dans la même page, l'impossibilité de reproduire correctement des citations, chansons, poèmes ou dialogues, quand on se risque jusque-là, et enfin le recours sans scrupules à une autre langue, – ne s’agit-il pas de la même famille linguistique ?

35Exception faite de l’originalité de quelques mots d’italienb, la langue substituée est bien évidemment l’espagnolb. Nous citerons par ailleurs quelques répliques qui ne feront que répéter des clichés rebattus. Un Péruvien d’Iquitos : « Le portugais, ça n’est que de l’espagnol mal prononcé... » La seconde, dans la bouche d’un douanier brésilien : « Ne vous en faites pas, vous apprendrez vite, après tout, l’espagnol, ça n’est que du portugais mal prononcé ! »4 Mais, contrairement aux apparences, il n’y a évidemment, dans la réalité, ni symétrie ni équilibre entre les deux langues. Ailleurs15, un autre échange : « On dirait que tu parles espagnol et pourtant je n’y comprends rien ! – Bien sûr, petit, c’est du portugais ! » Le Brésil n’est donc pas un pays hispanophone et pourtant... De toute évidence plus étudié que le portugais, hors des pays dont il est la langue nationale, et depuis tellement plus longtemps, l’espagnol fait beaucoup de tort à cette langue-sœur, en s’interposant comme un écran, en raison d’une connaissance mieux partagée. On ne peut que déplorer que des ouvrages concernant le Brésil renforcent la confusion trop répandue à propos de la langue.

36Découvrir un pays à travers sa littérature, en « version originale », c’est bien sûr un privilège pour qui s’en est donné les moyens. Cependant, les connaissances et les aptitudes humaines n’étant pas illimitées, l’accès direct au texte en « langue étrangère » ne sera pas possible pour tous. Restent les traductions. Par ailleurs, il nous a paru intéressant de montrer comment les jeunes lecteurs pourront accéder à un certain nombre de légendes brésiliennes, participant parfois, il est vrai, d’un fonds universel, grâce à des initiatives de réécriture ou d’adaptation.

  • 25 Huguette Perol – Contes d’Amazonie, « Monde en Légendes », éd. Hatier.

37Dans la collection « Mondes et Légendes », chez Hatier, Contes d'Amazonie25 dont Huguette Pérol se fait seulement l’écho. Il s’agit d’une cosmogonie, d’une genèse mythologique, du surgissement des éléments et des êtres fabuleux qui les habitent. L’Amazonie, empire des eaux essentiellement marqué par la féminité, n’est qu’un enfantement merveilleux, une suite de métamorphoses qui fascinent les Indiens. Gardé par les animaux dans leur paradis, le feu demeure inaccessible : un colibri, sauvé par un Indien, s’en embrase l’extrémité de la queue pour le porter aux hommes. Jaci, la lune, c’est une jeune fille qui, à force de mirer dans l’eau son visage, noirci de genipape pour l’amour de son frère, s’y est finalement noyée. Pour échapper à sa solitude, Jaci dépêche sur terre son héraut, le jaguar, pour qu’il engendre Guaraci, le soleil, qu’elle épousera ensuite. Mais, par suite de l’ardeur de leur amour, la terre s’enflamme et la lune, renonçant au soleil, verse tant de larmes que celles-ci donnent naissance au fleuve. Jaci rythme l’existence des Iamabas, les Amazones qui se rassemblent annuellement pour y pêcher la muiraquita, perle verte dont elles ornent le cou du mari choisi, lequel doit disparaître avant la nouvelle lune sous peine de mort. Comment expliquer l’origine de la flore ou de la faune amazoniennes ? Le nénuphar, c’est l’étoile des eaux offerte à la caresse de la lune, la jeune fille engloutie par l’onde pour y avoir cherché le Prince de Lune qui devait enchanter sa vie. Le dauphin rose, le boto, appartient au royaume aquatique, il y retourne et y entraîne le fils de l’Indienne qu’il a séduite. Yemanjá, déesse des eaux aurait créé le cocotier en métamorphosant une Indienne pleurant son amour pour un Portugais reparti en Europe. Pour calmer la faim des humains, le manioc naît sur la tombe d’une enfant, à la peau blanche comme la fleur de coton et aux cheveux pâles comme l’hévéa. A l’époque où l’Amazonie n’était qu’un désert aride, les Dieux ont exterminé les hommes, trop belliqueux, et, de leur substance, ont créé une terre fertile ; leurs nerfs, ce sont les filons d’or. Le guaraná, enfin, est le fruit de l’arbuste auprès duquel ont été retrouvés, fléchés, côte à côte, tels Roméo et Juliette, les deux jeunes amants dont les tribus étaient ennemies. Mais le vrai héros des Indiens serait Apuricaba, né sous le double signe de Jaci et de Tupan, le dieu du jour. Son épouse, Irubia, le rejoint quand il s’enfonce dans la forêt pour ne pas pactiser avec les Portugais, qui pourtant l’enfermeront dans la cale d’un bateau. Mais son destin s’accomplit : il plonge dans le fleuve et dort dans les bras de Yemanjá.

  • 26 Béatrice Tanaka – La Fille du Grand Serpent, Contes du Brésil, éd. La Farandole, 1973.
  • 27 Béatrice Tanaka – Le sage Bahira et son fils, « Légende d’indiens d’Amazonie », éd. La Farandole, (...)
  • 3 jaboti ou jabuti : tortue de forêt.
    cotia ou cutia : petit rongeur à la fourrure dorée.
    maguari : hé (...)
  • 4 Nous venons du Portugal, Germaine Finifter, coll. L'Arbre à livres, éd. Syros, 1986.

38Les éditions La Farandole publient deux recueils. Dans le premier, Béatrice Tanaka réécrit et illustre La fille du grand serpent26, dans le deuxième, elle adapte et met en images Le sage Bahira et son fils27. Huguette Pérol avait aussi raconté la naissance du grand serpent, enfant d’une femme hideuse et perverse, précipitée dans le fleuve par la tribu, mais que le génie du Mal épousera ; ce serpent démesuré ne s’éveille que pour annoncer l’été et effrayer les Indiens, car ses yeux jettent des éclairs terrifiants. Mai-Tuna, sa fille, constitue le titre de l’anthologie de Béatrice Tanaka, dont le contenu dépasse le thème amazonien. Les Indiens craignent la nuit et son avènement sur terre symbolise le désordre et le bouleversement du monde : les serviteurs de Mai-Tuna désobéissent et deviennent des singes car ils ont ainsi répandu la nuit sur terre. Les autres contes liés à l’Amazonie mettent en scène des animaux personnifiés : le jaguar, symbole de puissance, est dominé par le jaboti3 et la cotiac, plus petits mais plus astucieux ; le maguari4 est victime du sommeil qu’il cherche à dominer afin de manger sans cesse. D’autres fables ne situent ni dans l’espace ni dans le temps les êtres plus ou moins mythiques qu’ils évoquent ; certaines cependant témoignent de l’héritage africain : un forgeron ambitieux découvre finalement le bonheur dans l’acceptation de sa condition première. Dans le Minas Gerais, à Vila-Rica, Chico-Rei prouve que la liberté peut être recouvrée par le travail, la solidarité et l’astuce...

39Ces textes permettent d’élargir les horizons de l’imaginaire des enfants en leur faisant connaître des êtres fabuleux, nouveaux et différents, même si la portée morale ou philosophique de ces contes rejoint l’universel. Cependant, comme le note la narratrice, l’habillage est différent ; le diablotin devient le Saci, négrillon né de la noix d’un palmier et de Curupira, esprit des forêts. L’ensemble de ces contes, naturellement, traite de la quête du bonheur et de la vérité, de la connaissance du monde et de soi-même, et est comparé à Uirapuru, l’oiseau porte-bonheur dont le chant exprime, à lui seul, les chants de tous les autres oiseaux. Il peut ne pas paraître exagéré d’y voir le symbole de la pluralité culturelle du Brésil.

40Le sage Bahira et son fils, légende déjà citée et recueillie en 1937 par Nunes Pereira, interprète la disparition, en tant que peuple et culture, de la tribu des Cauaiua-Parintintins, comme la conséquence d’un conflit entre les générations. Le père, plein d’imagination et de courage, apporte à sa tribu le feu, le savoir-faire, alors que le fils se laisse aller à la paresse et au confort, en ne songeant qu’à profiter de l’acquis. La postface de cette fable, assez proche de La Fontaine – Le Laboureur et ses enfants – indique que les descendants de cette tribu ont fini dans des bidonvilles, ouvriers agricoles ou chômeurs.

  • 28 Ferreira de Castro – Forêt Vierge, traduit par Biaise Cendrars, 1930.

41En ce qui concerne les textes brésiliens traduits, nous insisterons sur ceux qui s’adressent plus particulièrement aux jeunes lecteurs ; cependant nous introduirons notre étude en mentionnant le cas d’un roman portugais sur l’Amazonie que pourront lire les adolescents. En effet, Forêt vierge28, de Ferreira de Castro, a été traduit par Biaise Cendrars qui présente cette autobiographie romancée comme un document vrai, le témoignage, sans surenchérissement, d’une expérience humaine douloureuse, liée à l’émigration et aux conditions lamentables de la vie dans une exploitation d’hévéas, au tout début du siècle. L’illustre traducteur loue la véracité des faits et la scrupuleuse fidélité de parole mais avoue la difficulté extrême à laquelle il s’est heurté au moment de traduire, et ce, malgré sa connaissance du pays et de la langue, à cause de l’emprise de la phrase portugaise, la séduction du style voluptueux et chatoyant. Cette remarque de Biaise Cendrars ne fait que rappeler, – est-ce nécessaire ? – combien difficile est la tâche du traducteur... Cependant, ces dernières années, quelques livres brésiliens sont ainsi devenus accessibles à la jeunesse française.

  • 29 Lygia Bojunga Nunes – Angélique a des Idées, trad. par Noémi, éd. La Farandole, « Mille épisodes » (...)
  • 30 Lygia Bojunga Nunes – La Fille du Cirque, trad. par Alice Raillard, éd. Flammarion, 1981.
  • 31 Lygia Bojunga Nunes – La Maison de La Marraine, trad. par Noémi, éd. La Farandole, « Mille épisode (...)

42Grâce aux romans de Lygia Bojunga Nunes, les plus jeunes reconstruisent le monde de leurs rêves. Angélique a ses idées29 situe l’action dans le monde animal, plein d’humour et de fantaisie, néanmoins marqué par les préoccupations matérielles des petites gens et traite de la difficulté d’accepter d’être ce que l’on est ; la solution au problème de l’identité apparaît dans la création d’une pièce de théâtre, à l’initiative des deux héros. Porc feint d’être un autre, il transforme son nom en Port et dissimule sa queue en tire-bouchon : il ne supporte pas sa condition de cochon. Il rencontre Angélique, la cigogne, qui a émigré au Brésil parce qu’elle refusait le mensonge sur le rôle, universellement attribué à ses congénères, dans la naissance des enfants. De leur harmonie renaîtra le passé d’Angélique, ce qui favorisera leur propre bonheur, Port s’acceptant comme Porc, et la quiétude de tous leurs amis qui ont participé à la pièce. La fille du cirque30, Maria reconstruit en imagination sa vie heureuse avec ses parents, au cirque, pour échapper à son existence présente d’orpheline recueillie par une grand-mère autoritaire et riche. Pour distraire sa petite fille, celle-ci ne lui a-t-elle pas acheté la vieille aux histoires, misérable pauvresse qui s’étouffe de nourriture dès que l’occasion lui en est donnée, et la grand-mère de commenter, cynique : « Ce n’est pas un cadeau cher pour qui a de l’argent ! » N’est-ce pas là une manière, brutale sans doute, mais efficace de faire sentir les injustices sociales ? La traductrice fait précéder le texte du troisième roman, La maison de la marraine31, d’une information simple et objective sur le Brésil et Rio, en particulier sur ce qu’est le carnaval pour les classes défavorisées : musique et costumes, rêve et oubli, épuisement et endettement. Les contrastes sociaux sont concrétisés à travers les deux héros : Vera, de famille aisée, se laisse entraîner par la fantaisie d’Alexandre qui a quitté le bidonville de Copacabana et ces petits métiers – vendre des cacahuètes ou des glaces sur la plage, héler les taxis – qu’il exerçait pour réduire la pénurie familiale. A la recherche de la « maison de la marraine », il a rencontré un paon, symbole de beauté, de bonheur et de rêve, dont il raconte l’histoire fantastique et les amours contrariées, à Vera. Le lecteur sera sensible aux difficultés que connaît le jeune garçon pour survivre et fréquenter l’école et le suivra dans sa fuite de la réalité misérable, grâce à sa capacité d’imagination et à sa complicité avec les animaux et les choses. Il croira à la magie de la mallette de la maîtresse et de la maison enchantée qui abolit tous les problèmes et signifie le bonheur atemporel, lequel ne s’atteint que par le pouvoir de rêver un monde à soi et de le recréer par le dessin quand l’enchantement vient à disparaître.

43L’ancrage dans la réalité brésilienne est sans doute important dans ce dernier roman, comme il l’a été montré plus haut, mais il n’est sensible, dans les deux premiers, que par les noms propres, toponymes et patronymes ; en effet, l’essentiel réside dans la fuite de la réalité concrète et présente, la possibilité de remonter ou d’abolir le temps pour se replonger dans un passé heureux, par la magie du cirque, du théâtre ou de se construire un bonheur futur par le rêve et l’abandon au fantastique. Et ces réactions devant la vie peuvent être comprises et partagées par des jeunes de n’importe où.

  • 32 Ana Maria Machado – Une Grande Petite Fille, « Ma première Amitié », no 46, éd. de l’Amitié, G.T. (...)

44Au pays où l’on cultive le manioc et le haricot noir, Helena se pose des questions qui ressemblent en bien des points à celles d’Alice, de Lewis Carroll : la recherche de son identité et de la vérité du monde. Dans le contexte Une grande petite fille32. Helena est déroutée dans cette quête par l’image que les autres lui renvoient d’elle-même à travers le langage, par l’épreuve du miroir et par les illusions de la perception. Le voyage initiatique qu’elle entreprend lui permettra de confronter son questionnement à l’existence de l’autre : le garçon Tipiti porte, par analogie, un nom de chose et Flavia se dit : « inventrice de mots, lesquels ne sont que des jouets qu’elle ouvre pour voir ce qu’il y a dedans ». Voilà des rencontres qui ne la rassurent pas du tout sur le langage. Ne détiendrait-il pas la vérité absolue ? Et la perception ? pas davantage... En effet, arrivés au village, les trois enfants voient un monstre a cinq pattes, mais c’est un photographe derrière son appareil sur trépied. Comment identifier une telle chose lorsque l’on ne l’a jamais vue auparavant ? On prend une photo, et le cliché impose une prise de conscience : la taille respective des enfants et celle d’un arbre, plus petit qu’eux dans le lontain, et pourtant... La relativité du monde de la connaissance – temps, distance, essence des êtres et des choses – concerne l’enfant, sans distinction de nationalité, quand il s’interroge sur ce qui l’entoure. Le bénéfice que l’héroïne pourra tirer du voyage, à défaut de la découverte de la Vérité, sera l’ouverture aux astres, la sensibilisation aux valeurs de la solidarité, de l’amitié et de la tendresse entre les êtres.

  • 33 Jorge Amado – La Balle et le Footballeur, coll. « Un ami raconte », éd. ILM, trad. par Claeys-Desb (...)

45C’est sans doute avec La balle et le footballeur33 que le jeune lecteur découvrira Jorge Amado et, peut-être le Brésil, par l’une des premières images qu’il aura retenues de ce pays. Une page de texte, une page d’illustration, grande et belle vignette rappelant la bande dessinée. Perce-Filets, sphère magique, championne des terrains brésiliens, tombe amoureuse du plus mauvais gardien de but, séduite par son maillot caramel ! Jorge Amado, avec tendresse et humour, rend possible cet amour fatal de l’Étoile pour le ver de terre. Ils se marièrent et vécurent heureux... Voilà une approche autrement poétique et charmante du football ! La postface d’Alice Raillard paraît tout à fait judicieuse puisqu’elle fournit des informations objectives et précises sur le pays et sur l’auteur. S’il est marqué par les contrastes économiques et sociaux, le Brésil est aussi un pays jeune et moderne, résolument tourné vers le futur... et il n’est ni superflu ni trop tôt pour faire savoir que l’on n’y parle pas l’espagnol...

  • 34 Jorge Amado – Le Chat et l'Hirondelle, trad. par Alice Raillard, éd. Stock, 1983.

46Autre histoire d’amour, mais les héros, encore de conditions sociales différentes, même si ce sont des animaux, ne pourront triompher des convenances et des préjugés. C’est le récit poétique, écrit par Amado pour son fils, en 1948 : Le chat et l’hirondelle34. L’enfant comprendra sans doute difficilement les « parenthèses », pleines d’humour, où l’auteur se confie sur les choix et les contraintes qu’implique l’écriture, mais il sera charmé par ce monde animal, si drôlement représenté par l’illustration de Carybé, et intéressé par les réactions des héros, qu’ils lui soient familiers ou un peu moins, comme le serpent à sonnettes, le crapaud buffle ou le sabiá. Conçu un peu comme un dessin animé, le récit intègre à l’action la chronologie, division de l’année et du jour, la météorologie et l’environnement végétal grâce à des allégories originales : le Temps, sous ses différentes formes, les Saisons, la Matinée, la Nuit, le Jaquier et le Goyavier.

47Ces deux fables, par leur portée universelle, témoignant de la sensibilité du plus connu des auteurs brésiliens, toucheront d’emblée le jeune lecteur français.

  • 35 Jorge Amado – Capitaine des Sables.
  • 36 Jorge Amado – La Terre aux fruits d’Or, trad. par I. Meyrelles, éd. Messidor, 1986.
  • 37 Jorge Amado – Terres du bout du Monde, ibidem.

48Pour les plus âgés, d’autres romans traduits du même auteur, notamment Capitaine des sables35 ou La terre aux fruits d’or36 très récemment paru aux éditions Messidor. Présenté comme la suite de Terres du bout du monde37, récit de la phase héroïque de la conquête des terres pour y planter du cacao, ce roman s’attache plutôt au drame de l’économie cacaoyère et relate comment ces mêmes terres passent des mains des grands propriétaires à celles des exportateurs. A la conquête féodale épique succède la conquête impérialiste qui ne s’élève pas, le plus souvent, au-dessus du drame mesquin des fluctuations financières et des ambitions personnelles.

  • 38 Rachel de Queiroz – L’Année de la Sécheresse, éd. Stock, 1986.
  • 39 Rachel Queiroz – João Miguel, ibidem.
  • 40 Rachel Queiroz – Dora, Doralina, ibidem.
  • 41 José Lins do Rego – L’Enfant de la plantation.
  • 42 Graciliano Ramos – Sécheresse.

49Outre Jorge Amado, comme nous l’avions indiqué plus haut, un certain nombre de traductions d’auteurs qui ont écrit, quelquefois avant 1930 mais surtout depuis cette date, permet à la jeunesse une approche du Nordeste brésilien. Citons notamment de Rachel de Queiroz, L’année de la sécheresse38, João Miguel39 et Dora, Doralina40, de José Lins do Rêgo, L’enfant de la plantation41 et de Graciliano Ramos, Sécheresse42.

50Dans le cas de ces livres traduits, le regard porté sur la réalité n’est plus extérieur, celui de « l’étranger », comme c’était le plus souvent le cas des ouvrages relatifs à l’Amazonie, il est brésilien ou même nordestin. Cependant, il paraît évident que le Nordeste constitue le deuxième pôle exerçant son attraction sur les traducteurs et les éditeurs.

  • 43 José Mauro de Vasconcelos – Rosinha, mon Canoë, trad. par Alice Raillard, 1979.
  • 44 José Mauro de Vasconcelos – Mon Bel Oranger, trad. par Alice Raillard, éd. Stock, 1971.
  • 45 José Mauro de Vasconcelos – Allons Réveiller le Soleil, trad. par Alice Raillard, éd. Stock, 1975.

51Toutefois, un auteur brésilien a connu, grâce à la traduction, un succès universel auprès de la jeunesse, c’est José Mauro de Vasconcelos. L’un de ses romans, Rosinha, mon canoë43, concerne, il est vrai, l’Amazonie. José Orocó ne vit que par la communication, le dialogue avec l’environnement, créé et intériorisé par sa capacité d’imagination. Le mystère de l’Amazonie s’en trouve dévoilé grâce à la personnification des éléments, de la végétation, dotés non seulement d’un langage mais aussi d’une âme et d’une vie propre. Le protagoniste a directement et magiquement accès à la nature et aux objets, notamment à sa barque-confidente. La jungle explique ses propres réactions à l’égard des hommes ; l’Indien formule avec humour ses sentiments sur les Blancs et les touristes en particulier : il se moque de leur goût pour l’exotisme facile, en leur vendant des flèches faites en série et sans soin ! Ce monde amazonien, foisonnant d’échanges, d’authenticité et de sens effraie pourtant un médecin de São Paulo qui internera José Orocó afin de le « vider de sa magie intérieure ». Par le biais de l’allégorie de l’hôpital, représentation à la fois réductrice et intensifiée d’une société moderne difficile à vivre, le roman traite finalement de questions essentielles pour tout être humain : la vieillesse et la mort, la raison et la folie. En outre réapparaissent les thèmes chers à l’auteur, à savoir le pouvoir du langage, la nécessité de nommer et la relation à l’autre. En effet, c’était là l’essentiel des deux autres romans plus connus sans doute de Vasconcelos Mon bel oranger44 et Allons réveiller le soleil45. Tant de lecteurs se sont passionnés pour les aventures réelles ou fictives de Zézé, enfant à Rio ou adolescent à Natal ! Son énorme besoin de tendresse et de communication ne trouve de remède que dans la création de confidents imaginaires avec qui il entretient des relations régulières et compensatrices, dans une sorte de monologue dédoublé, impliquant un interlocuteur fictif mais individualisé, qu’il s’agisse d’un arbre, d’un crapaud ou de Maurice Chevalier !

  • 46 Antonieta Dias de Moraes – Trois Garçons en Amazonie, bibliothèque internationale, éd. F. Nathan, (...)
  • 47 Antonieta Dias de Moraes – Tonico et le secret d’État, ibidem.
  • 48 Zélia Gattai – Zélia coll. Mon Bel Oranger, trad. par Mario Carelli et Dominique Nunes, éd. Stock.

52D’autres romans brésiliens pour enfants ont été traduits, notamment de Antonieta Dias de Moraes, Trois garçons en Amazonie et Tonico et le secret d’État46-47, dépourvus de l’authenticité et de la densité qui font le charme des textes de Vasconcelos. Par contre, la récente traduction de Zélia Gattai, outre l’avantage de relater une expérience originale, celle d’une famille d’émigrés italiens, montre grâce à cette autobiographie Zélia48 la vie quotidienne à São Paulo, au début du siècle. C’est le moment de constater l’absence presque totale de cette ville, de Brasilia ou du Sud dans notre inventaire, comme sujet de roman. Et pourtant, Monteiro Lobato a écrit pour la jeunesse ; le roman de Erico Veríssimo, Clarissa, à notre connaissance, n’a pas été traduit et, Maíra, de Darcy Ribeiro, concernant Brasília demeure difficile d’accès au jeune lecteur.

  • 49 La princesse Guenon, trad. par P. Léglise-Costa’ édition bilingue, coll. Folio Junior, éd. Gallima (...)
  • 50 Les Trois Têtes d’or, édition bilingue, coll. L’Arbre à Livres, éd. Syros, 1986.
  • 51 Au Royaume de Caligonie, édition bilingue, ibidem, 1986.

53En 1986, la publication de plusieurs éditions bilingues permet d’envisager une meilleure connaissance de la littérature luso-brésilienne, parmi les jeunes. En effet, la première initiative, en 1981, La princesse Guenon49, et deux des titres de 1986 sont consacrés au Portugal. Ce sont des exemples un peu particuliers puisqu’ils concrétisent des expériences vécues dans des collègesd où l’on enseigne le portugais comme première langue : Les trois têtes d’or50 et Au royaume de Caligonie51.

  • 52 Contes d’expression portugaise Portugal, Brésil, Afrique. Choix, traduction et notes par Solange Pa (...)
  • 53 Jorge Amado – L’Enfant du Cacao, édition bilingue, trad. par Alice Raillard, éd. Messidor/La Faran (...)

54Par ailleurs, dans les Contes d’expression portugaise52, neuf extraits sur seize concernent le Brésil. La sélection des auteurs et des thèmes, hors des sentiers battus, mis en évidence plus haut, montre des comportements sociaux et des réactions psychologiques, qui sont ceux des Brésiliens de classe moyenne, dans des situations actuelles. Le lecteur découvre l’humour dont font preuve les Brésiliens dans les difficultés quotidiennes. L’édition bilingue, commentée dans des notes explicatives, permet au lecteur non lusophone d’accéder à cette dimension psychologique et authentique du pays. En 1986 également est sortie une autre édition bilingue d’un roman de Jorge Amado, L'enfant du cacao53, autobiographie poétique, située dans le sud de l’État de Bahia, qui, tout en relatant la période héroïque des plantations de cacao, pose le problème des souvenirs d’enfance et raconte les premières découvertes littéraires de l’auteur, lors de son séjour dans un collège de Jésuites. Là encore la traductrice a jugé utile de commenter les mots ou notions qui résistent à la traduction, pour permettre une meilleure compréhension.

  • 54 Fleur, Téléphone et Jeune Fille et autres contes brésiliens, trad. C. Orfila, J. Penjon, A.-M. Qui (...)

55Devant la difficulté de cerner ce que l’on peut appeler la littérature pour les adolescents, nous n’avons pas cité d’autres traductions que pourtant ce jeune public pourrait lire avec profit et plaisir, car il faudrait alors s’engager dans des appréciations spécifiques, liées à la maturité de chaque individu. Cependant, la lecture en édition bilingue d’un recueil de contes brésiliens, Fleur, téléphone et jeune fille54 paraît tout à fait recommandable pour ceux qui souhaitent entrer plus avant dans la littérature brésilienne... Car l’avantage de l’édition bilingue d’un texte de littérature étrangère va de soi et cette solution tend sans doute vers l’idéal ; nous constatons qu’elle est encore peu adoptée et seulement à ses débuts dans le domaine de la littérature brésilienne pour la jeunesse.

***

56L’ouverture à la réalité brésilienne, dans la littérature pour le jeune public, est relativement récente et la traduction des textes susceptibles d’intéresser ce public l’est encore davantage. Pour diversifier, compléter et donc améliorer l’image que se fera le jeune lecteur de ce qu’est réellement et actuellement un pays aussi multiple et aussi mouvant que le Brésil, grâce à la littérature, l’une des voies, sinon la meilleure, à savoir l’édition bilingue qui pourrait en résulter, l’une des voies ne serait-elle pas d’intensifier cet élan de traductions vers les textes brésiliens à la portée de ce lecteur particulier ? Il semblerait alors souhaitable, en outre, d’étendre les recherches à des domaines géographiques ou culturels qui n’ont pas encore trouvé la place qui leur revient dans la présentation, dès lors, plus fidèle du pays, envisagé dans sa multiplicité et dans son évolution.

Notes

1 Douglas Botting – Rio de Janeiro, Time-life, « Les Grandes Cités », 1975.

2 Marcel Isy-Schwart – Brésil, Paradis de l’Aventure, « Coup d’œil sur le monde », éd. Presses de la Cité, 1976.

3 Marcel Isy-Schwart – Brésil, Terre Magique, « Connaissance du monde », éd. Presses de la Cité, 1981.

4 Helen et Franck Schreider – L’Amazone, National Geographic Society, trad. de l’américain, Flammarion, 1976.

5 Alain Gheerbrant – Expédition Orénoque-Amazone, coll. Exploits, éd. Gallimard, 1974.

6 Bernard Lelong – La Rivière du Maïs, éd. Lattès, 1974.

7 Richard Collier – Le Fleuve Oublié de Dieu, trad. de l’Américain par J. Papy et A. Coblence, éd. Fayard, 1970.

8 Richard Chapelle – Les Hommes à la Ceinture d’Écorce, éd. Flammarion, 1978-1979.

9 Lucien Bodard – Massacre des Indiens, Le cercle du nouveau livre d’Histoire, éd. Gallimard, 1970.

10 Madeleine Aubert – Kanavi, Le Petit Indien d’Amazonie, « Des Enfants et des Animaux », éd. F. Nathan, 1977.

11 Dominique Darbois – Manuela, la Petite Brésilienne, éd. Nathan, 1975.

12 Willard Price – Pièges en Amazonie, coll. Plein Vent, trad. de l’Américain par Wanda Vulliez, éd. R. Laffont.

13 André Massepain – Les Flibustiers de l’Uranium, coll. Plein vent, éd. R. Laffont.

14 Huguette Perol – La Jungle de l’Or Maudit, « Les Maîtres de l’Aventure », éd. de l’Amitié, G.T. Rageot, 1984.

15 Michel Grimaud – Les Contes de La Ficelle, « Bibliothèque de l’Amitié », éd. de l’Amitié, G.T. Rageot, 1984.

16 Huguette Pirotte – L’Enfer des Orchidées, coll. Travelling no 1, éd. Duculot, 1972.

17 Aurélia Montel – José du Brésil, éd. Delagrave, 1967.

18 Mário Fiorani – Cangaceiros, Ballade Tragique, trad. de l’italien Nicole Levi Dagnino, éd. Cimarron, 1979.

19 Nicole Vidal – Miguel de la Faim, « Les Maîtres de l’Aventure », éd. de l’Amitié, G.T. Rageot, 1973, rééd. 1984.

20 Yves Mauffret – Rencontre à Rio, « Bibliothèque de l’Amitié », éd. de l’Amitié, G.T. Rageot, 1969.

21 Jacques Da Cunha – Severo, « Le Nouveau Signe de Piste », éd. L’Épi de Jeunesse, Alsatia, 1978.

22 Jacques Da Cunha – Le Seigneur d’Arangua, ibidem, 1979.

23 Jacques Da Cunha – Claudio, ibidem, 1982.

24 Frédéric Mauro – La Vie quotidienne au Brésil, au temps de Pedro II (1831-1889), éd. Hachette, 1980.

25 Huguette Perol – Contes d’Amazonie, « Monde en Légendes », éd. Hatier.

26 Béatrice Tanaka – La Fille du Grand Serpent, Contes du Brésil, éd. La Farandole, 1973.

27 Béatrice Tanaka – Le sage Bahira et son fils, « Légende d’indiens d’Amazonie », éd. La Farandole, 1979.

28 Ferreira de Castro – Forêt Vierge, traduit par Biaise Cendrars, 1930.

29 Lygia Bojunga Nunes – Angélique a des Idées, trad. par Noémi, éd. La Farandole, « Mille épisodes », 1979.

30 Lygia Bojunga Nunes – La Fille du Cirque, trad. par Alice Raillard, éd. Flammarion, 1981.

31 Lygia Bojunga Nunes – La Maison de La Marraine, trad. par Noémi, éd. La Farandole, « Mille épisodes », 1978.

32 Ana Maria Machado – Une Grande Petite Fille, « Ma première Amitié », no 46, éd. de l’Amitié, G.T. Rageot, 1984.

33 Jorge Amado – La Balle et le Footballeur, coll. « Un ami raconte », éd. ILM, trad. par Claeys-Desbans, 1984.

34 Jorge Amado – Le Chat et l'Hirondelle, trad. par Alice Raillard, éd. Stock, 1983.

35 Jorge Amado – Capitaine des Sables.

36 Jorge Amado – La Terre aux fruits d’Or, trad. par I. Meyrelles, éd. Messidor, 1986.

37 Jorge Amado – Terres du bout du Monde, ibidem.

38 Rachel de Queiroz – L’Année de la Sécheresse, éd. Stock, 1986.

39 Rachel Queiroz – João Miguel, ibidem.

40 Rachel Queiroz – Dora, Doralina, ibidem.

41 José Lins do Rego – L’Enfant de la plantation.

42 Graciliano Ramos – Sécheresse.

43 José Mauro de Vasconcelos – Rosinha, mon Canoë, trad. par Alice Raillard, 1979.

44 José Mauro de Vasconcelos – Mon Bel Oranger, trad. par Alice Raillard, éd. Stock, 1971.

45 José Mauro de Vasconcelos – Allons Réveiller le Soleil, trad. par Alice Raillard, éd. Stock, 1975.

46 Antonieta Dias de Moraes – Trois Garçons en Amazonie, bibliothèque internationale, éd. F. Nathan, 1974.

47 Antonieta Dias de Moraes – Tonico et le secret d’État, ibidem.

48 Zélia Gattai – Zélia coll. Mon Bel Oranger, trad. par Mario Carelli et Dominique Nunes, éd. Stock.

49 La princesse Guenon, trad. par P. Léglise-Costa’ édition bilingue, coll. Folio Junior, éd. Gallimard.

50 Les Trois Têtes d’or, édition bilingue, coll. L’Arbre à Livres, éd. Syros, 1986.

51 Au Royaume de Caligonie, édition bilingue, ibidem, 1986.

52 Contes d’expression portugaise Portugal, Brésil, Afrique. Choix, traduction et notes par Solange Parvaux, Jorge Dias da Dilva, Jacqueline Penjon, éd. Presses Pocket, 1986.

53 Jorge Amado – L’Enfant du Cacao, édition bilingue, trad. par Alice Raillard, éd. Messidor/La Farandole, 1986.

54 Fleur, Téléphone et Jeune Fille et autres contes brésiliens, trad. C. Orfila, J. Penjon, A.-M. Quint, M. Carelli, éd. L’Alphée, 1980.

Notes de fin

1 Citons également certains contes brésiliens inclus dans des recueils : Contes et Légendes de Guyane, par Arlette de Bennetot, éd. F. Nathan, 1968 (Prince Cayenne et Princesse Bélem) ; Histoires merveilleuses des cinq continents, racontés aux enfants par Ré Soupault et Philippe Soupault, éd. Seghers, réédité en un volume en 1985. (L’Étoile, La Yara, La Femme-Grenouille).

2 Nous nous limiterons à quelques exemples :
– orthographe : barimbau, caxaça, ingleza, paulisto, copoeira, capueira, castagnas, grafino, granfinos, Maracanão, sesmania, churrasquo, vové, Paî, Papaï, caxueira, sertan, sertâo, secco, abraso,etc.
– italien : Mamma, la Mamma
– espagnol : senõr, señhor, Don, Doña, con serteza, cabeza, Maracaña, Porta del Sol, o país do arbol Brasil et même : fuego, bacalao, Buenos dias !
enfin le mot : feijão – feyao, feijaôs, feyãodos ! Viada hermosa, olé !

3 jaboti ou jabuti : tortue de forêt.
cotia ou cutia : petit rongeur à la fourrure dorée.
maguari : héron.

4 Nous venons du Portugal, Germaine Finifter, coll. L'Arbre à livres, éd. Syros, 1986.

Auteur

Professeur agrégé de portugais.

© Éditions de l’IHEAL, 1991

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540