Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Images réciproques du Brésil et de la France

 | 
Solange Parvaux
, 
Jean Revel-Mouroz

A. Les media culturels/Os media culturais

Interactions sémiotiques entre la France et le Brésil

Norma Tasca

Texte intégral

« Le futur entre dans le présent sur le mode d’altérités »
M. de Certeau

1Sociétés et cultures peuvent aujourd’hui, saturées de communication, établir des échanges et confronter les images d’elles mêmes qu’elles se renvoient réciproquement. Elles sont ainsi susceptibles de devenir des objets de connaissance, permettant des études comparatives et justifiant le surgissement de régions disciplinaires responsables du traitement des constituants propres aux différents domaines des activités humaines, pouvant servir à un rapprochement en vue de l’établissement de la singularité des structures sociales.

2Cependant, quelle est la place de l’autre, habitant de l’imaginaire ? La question, au-delà de son impertinence, ouvre non seulement la possibilité d’une interrogation sur le rôle de cet autre dans la dynamique des sociétés, mais elle permet en outre et principalement de donner un sens aux études comparatives issues de notre époque.

3L’autre est, à vrai dire, une référence ambigüe : prisonnier du code socio-culturel qui dénie sa différence en le localisant dans les limites propres à un temps et à un espace déterminés, il est simultanément l’irréductible altérité qui est au principe même du progrès. L'autre n’est ainsi pas sans incidence sur le développement et l’avenir d’un groupe qui l’intègre et accepte la confrontation. Autrement dit, les groupes sociaux peuvent être vus comme des effets produits par la présence hétérogène de l’autre : terme d’une alternative nécessaire à l’enrichissement des expériences humaines, qu’elles appartiennent au domaine scientifique, technique ou autre, dans l’espace social qu’il traverse et sur lequel il opère, laissant ses traces. C’est dire qu’il est à l’origine de leurs avatars. D’où l’importance primordiale d’une interrogation portant sur cet autre : il est précisément le lieu où s’inscrit la dynamique d’une structure, sa discontinuité et son renouvellement. Toute étude comparative devrait pouvoir intégrer l’ampleur de son impact structurel, pour saisir les structures envisagées au-delà de leur dimension statique, c’est-à-dire, pour donner un sens à l’appel de l’autre qu’elles convoquent.

***

4C’est de cette dynamique qui s’inscrit aussi dans les postulats et les procédures scientifiques, produits des interactions entre des autres singuliers, que je vais rapidement vous parler, respectant les limites de temps qui me sont imposées. Plus précisément, il sera ici question des résultats des interactions de connaissances et de méthodes concernant les structures socio-culturelles entre la France et le Brésil.

5La science sémiotique sera le lieu à partir duquel je mesurerai l’impact de Vautre dans la recherche, malgré les modèles théoriques qui, nous le savons tous, ne nous permettent guère de penser à ce qui leur est irréductible tout en étant leur condition première. Même si une des origines de la science des significations se trouve inscrite dans une expérience singulière des Tristes tropiques, la démarche proprement scientifique qui la caractérise s’en trouve dissociée ou, du moins, ne rappelle pas le fond duquel elle s’est détachée pour se conférer un statut propre.

L’héritage de la sémiotique

6Sémiotique et sémiologie sont aujourd’hui deux disciplines distinctes au sein des sciences sociales, avec leurs méthodes et leurs objets spécifiques. Si la dernière prend le signe pour objet, le définissant selon une optique saussurienne ou peirceenne, la sémiotique, quant à elle, s’intéresse aux systèmes signifiants et se définit comme une science de la signification, affirmant, à travers la méthodologie qu’elle propose, sa différence par rapport à la science des signes envisagée par Saussure ou par Peirce. Construisant son objet comme une architectonique de paliers de signification, elle se place au niveau où toutes les pratiques sociales peuvent être saisies indépendamment de leur mode de manifestation. D’où son importance actuelle, qui dépasse les limites de son territoire propre : elle peut, étant conçue de la sorte, être une méthodologie pour les sciences sociales et humaines qui s’occupent des faits sociaux et humains, visant leurs lois.

7Ainsi conçue en France, cette sémiotique, développée autour de A.J. Greimas et de ses collaborateurs, est la synthèse de courants scientifiques importants : de la linguistique (F. de Saussure, L. Hjelmslev, E. Benveniste) d’une part, de l’anthropologie (G. Dumézil, W. Propp, C. Lévi-Strauss) d’autre part.

8Pour ce qui est de mon propos ici, je ne retiendrai que l’héritage anthropologique et le nom de C. Lévi-Strauss.

Interactions originaires

  • 1 C. Lévi-Strauss – Tristes tropiques, Paris, Plon, 1955, p. 114.
  • 2 Tristes tropiques, p. 18.

9Nommé membre d’une mission universitaire française au Brésil, il a été dans la période 1935-1938 Professeur de l’Université de S. Paulo, de la fondation de laquelle il a encore participé1. De 1935 à 1939 il a organisé plusieurs missions ethnographiques à l’intérieur du pays où il a fait l’expérience des sociétés indigènes, prolongeant la confrontation vécue dans les espaces urbains qui lui offraient eux aussi une diversité des mœurs, de coutumes, une variété d’objets qui nourrissaient sa réflexion et qui annonçaient ce qui serait le travail d’un chercheur qui commençait en effet à ce moment-là, auprès des groupes indigènes du Brésil central, « à inventorier et à comprendre » en quoi consistait la différence de chaque monde qu’il parcourait. Et avant de partir vers sa première expérience d’ethnologue, il avoue qu’il ne pouvait pas imaginer « le rôle involontaire » que lui et ses collègues de la Mission française allaient jouer dans l’évolution de la société brésilienne2.

  • 3 p. 50.

10Dans son texte Tristes tropiques, c’est ainsi qu’il rend compte de l’image qu’il se faisait du Brésil avant son départ : « le Brésil et l’Amérique du Sud ne signifiait pas grand chose pour moi. (...) Les pays exotiques m’apparaissaient comme le contre pied des nôtres, le terme d’antipode trouvait dans ma pensée un sens plus riche et plus naïf que son contenu littéral. (...) Chaque animal, chaque arbre, chaque brin d’herbe, devait être radicalement différent (...). Le Brésil s’esquissait dans mon imagination comme des gerbes de palmiers contournés, dissimulant des architectures bizarres, le tout baigné dans une odeur de cassolette, détail olfactif introduit subrepticement, me semble-t-il, par l’homophonie inconsciente perçue des mots « Brésil » et « grésiller » mais qui, plus que toute expérience acquise, explique qu’aujourd’hui encore je pense au Brésil comme à un parfum brûlé »3.

  • 4 p. 104.

11L'autre va en effet déconcerter le voyageur européen lors de son arrivée. Il y constate l’étrangeté du paysage qui, dit-il, « ne rentre dans aucune des catégories traditionnelles »4. Il s’agit d’un autre espace, mais aussi d’une autre temporalité avec un découpage qui confère un sens propre au présent vécu, n’ayant pas l’habitude du passé qui cède toujours sa place au désir du nouveau. Celui-ci seul existe dans ce nouveau monde articulant un autre langage. Étranges sonnaient pour lui les noms de la faune et de la flore, dont il a du faire l’apprentissage, mais aussi ceux, baroques pour une oreille européenne, de ses élèves de l’université. Le contraste ressenti s’étend partout, non sans que le voyageur s’interroge sur son expérience de la différence des mœurs, des coutumes, des institutions et aussi des images réciproques des Brésiliens, pour l’élaborer après et rendre ainsi compte du déplacement des frontières qui balisaient ses valeurs et ses assurances.

12Ce n’est pas là, par hasard, dans ce déplacement des certitudes acquises, permis par l’interaction avec l’autre et avec les systèmes qui organisent sa vie et ses expériences, dans ce manque de limites reconnues que cette confrontation installe, qui se construit le savoir de l’ethnologue, nécessairement tissé de l’altérité de l'autre ?

13La découverte de cette société autre avec ses pratiques culturelles signifiantes ainsi que celles des Bororo du Mato Grosso Central, des Caduveo du Sud, ou des Nambikwara, installés entre Cuiaba et l’Amazonie, avec lesquelles il entrait en interaction le faisait déjà remarquer à l’époque dont on peut parler, pour faire référence à l’ensemble des coutumes d’un peuple, des systèmes, lesquels ne sont pas illimités, s’offrant comme un répertoire idéal possible de reconstituer, susceptible en outre de permettre le choix de certaines combinaisons.

14Ces premières réflexions suscitées par l’espace social hétérogène du Brésil, définit comme un ensemble signifiant structuré à tous ses niveaux, allaient prendre sa forme la plus élaborée dans les années 50 et 60, avec l’extension que C. Lévi-Strauss faisait de la théorie sausssurienne à la sociologie et à l’ethnologie. La rencontre avec Saussure, il l’a faite à travers la méthodologie proposée par l’École de Prague et à partir des structures élémentaires de la langue, des modèles logiques, il a pu considérer les termes de parenté comme des éléments de signification intégrés en systèmes.

  • 5 Anthropologie structurale, Paris, Plon, 1974, p. 79.

15« Nous voudrions apprendre des linguistes – disait-il dans son Anthropologie structurale – le secret de leur succès. Ne pourrions-nous pas, nous aussi, appliquer au champ complexe de nos études – parenté, organisation sociale, religion, folklore, art – ces méthodes rigoureuses dont la linguistique vérifie chaque jour l’efficacité ? »5.

16C’est-à-dire, si la volonté d’intelligibilité des ensembles signifiants hétérogènes a amené C. Lévi-Strauss vers la linguistique qui lui permettait d’en extraire les unités constitutives et de les organiser en systèmes – même s’il admettait qu’il n’était pas possible de pousser assez loin le parallèle entre la langue et les autres ensembles sociaux et humains –, par cette extension il rejoignait les préoccupations du sémioticien. Il lui apprend à son tour que la constitution d’une sémiotique de la culture présuppose la mise en évidence de l’existence d’une architecture profonde, édificatrice des pratiques culturelles signifiantes, et lui montre l’importance des ensembles binaires d’unités distinctives dont le rôle, au-delà des surfaces manifestées qu’ils régissent, était d’être un principe organisateur.

17Dans Tristes tropiques on lit :

  • 6 p. 60.

18« Tout paysage se présente d’abord comme un immense désordre qui laisse libre de choisir le sens qu’on préfère lui donner. Mais... le sens auguste entre tous n’est-il pas celui qui précède, commande, (...) explique les autres »6 ?

19Du continu au discontinu : c’est à travers la démarche qui vise l’établissement de l’inventaire des unités et leur insertion dans un réseau relationnel que ce sens auguste, représenté sous forme d’une structure profonde, pourra être repéré au-delà du désordre de la surface observée. On connaît aujourd’hui la généralité du modèle sémiotique qui s’en est inspiré. Il est postulé comme un invariant de l’activité humaine significative, localisé antérieurement à sa manifestation dans une substance quelconque.

Le retour

20La sémiotique que C. Lévi-Strauss, à travers son expérience vécue en partie dans l’espace brésilien, a aidé à construire, est repartie vers le Brésil. Elle est aujourd’hui adoptée par les chercheurs en vue d’une connaissance approfondie des manifestations socio-culturelles de l’univers brésilien.

  • 7 Je vais m’inspirer tout au long de ce parcours sur le travail que Maria Lucia Santaella Braga, Pré (...)

21L’existence de la sémiotique ainsi que de la sémiologie, au Brésil, est toute récente pour qu’on puisse en faire l’histoire. Il est toutefois possible de tracer un parcours propre à ce champ du savoir qui s’étend des années 50 à nos jours7.

22Au tout début, dans les années 50, des prolegomènes du savoir sémiotique et/ou sémiologique naissant se manifestent dans un lieu hétérogène et riche, celui du courant « concrétiste » en poésie, qui se constitue à la suite de la révolution langagière et artistique instaurée par le Modernisme. Et ceci parallèlement aux études linguistiques qui se ressentent à leur tour de l’élargissement du champ scientifique en y participant.

23Après ces premiers pas dans un domaine inconnu, on assiste à l’ascension de la discipline, à travers la lecture des traductions des œuvres des sémioticiens connus en Europe surtout U. Eco, A.J. Greimas, J. Kristeva, etc...) mais aussi aux États-Unis (C.S. Pierce). Il s’agissait plutôt d’une aventure conceptuelle qui se réalisait au-delà ou en-deçà des spécificités épistémologiques. Celles-ci, en effet, n’empêchaient toujours pas les migrations des concepts d’un champ théorique à l’autre ou encore le rapprochement de théories incompatibles. L’insouciance théorique obéissait au désir du (re)nouveau méthodologique. Ce n’est, il paraît, que dans les cinq dernières années que la délimitation du champ sémiotique s’est fait plus nettement. Les échanges, matériels et intellectuels, accrus par l’intensité des communications en sont à l’origine. Il y a ainsi aujourd’hui des groupes organisés autour des codes théoriques et méthodologiques différents. En effet, les théories sémiotiques et/ou sémiologiques partagent les espaces universitaires (de S. Paulo, Rio de Janeiro, Rio Grande do Sul, Rio Grande do Norte, Paraiba, Panamá, Brasilia) et se disputent Facultés, Départements, Centres et Associations. L’Association Brésilienne de Sémiotique, fondée en 1974, est divisée en Associations Régionales, ayant chacune des projets de recherche diversifiés.

24Soit intégrée aux curricula de la licence, du 2e et du 3e cycles, soit ayant un statut disciplinaire plus important – par exemple, à l’Université Catholique de S. Paulo il est possible de préparer une maîtrise et un doctorat en communication et sémiotique – ce champ du savoir vise une panoplie d’objets verbaux et non-verbaux, se développant dans un cadre interdisciplinaire, plus précisément dans le cadre des programmes de linguistique, théorie de la littérature, sciences de la communication, etc...

25D’autre part, le dialogue entre ces chercheurs qui se déplacent à l’intérieur du Brésil d’un État à l’autre pour échanger leurs expériences et confronter leurs résultats, les échanges internationaux, surtout avec les chercheurs français, italiens, allemands et américains qui organisent des séminaires dans les universités, sont à l’origine du développement important de la discipline dans ces dernières années. D’importantes recherches sont en cours, qui témoignent de ce développement et de l’état de richesse actuel de la discipline.

26Fidèle à l’approche française des objets socio-culturels, l’Université de S. Paulo, le Centre d’Études Sémiotiques de Araraquara et ses chercheurs se consacrent à l’analyse des discours sociaux, investissant le projet d’une sémiotique générale et contribuant à sa réalisation.

  • 8 Diana Luz Pessoa de Barros, op. cit. p. IV.

27La confrontation des modèles théorico-sémiotiques avec les altérités représentées par les différents matériaux socio-culturels que ces chercheurs se confèrent, visant leur saisie et leur description, a de fortes chances de laisser l’étrangeté opérer, déplaçant les limites du formalisme en vue des réajustements et/ou du progrès du projet sémiotique. Plaçant au centre de leurs préoccupations les différents textes de la culture brésilienne, « les valeurs des groupes (...), les visions du monde d’une société de classes, les traits et les marques d’une ou de plusieurs cultures »8, la recherche ne peut-elle réveiller ce que Michel de Certeau a qualifié de soupçon épistémologique ? Même si le modèle sémiotique est censé se construire au-delà d’un découpage social et historique, il n’y échappe pas entièrement. Seule la présence de l'autre est susceptible de le libérer de ces préalables, qui peuvent exister à l’état de presupposés, en lui restituant son avenir.

Conclusion

28Au-delà des images qu’elles se renvoient respectivement, le futur de chaque société, mais aussi de chaque domaine de la recherche est indissociable de leur interaction avec l'autre : autre préalable, le vrai, énigmatique noué à la contingence, qui sans être instauré commande le champ qu’il inaugure ou déplace.

29C’est-à-dire que la confrontation réciproque des produits imaginaires entre sociétés a un sens dans la mesure où et si elle permet de rendre compte de la manière dont chacune, dans un domaine précis de l’activité humaine et sociale, fait état de son interaction avec l’autre. Au-delà de la simple constatation de l’existence et de la forme de ces produits imaginaires, il y a la question de la constitution d’un domaine, d’un espace, d’un champ, d’une société. Constitution qui est liée à l’inscription de la différence qui, au sein des identités, opère sur leur affirmation, les déplaçant et les condamnant à une discontinuité permanente.

Notes

1 C. Lévi-Strauss – Tristes tropiques, Paris, Plon, 1955, p. 114.

2 Tristes tropiques, p. 18.

3 p. 50.

4 p. 104.

5 Anthropologie structurale, Paris, Plon, 1974, p. 79.

6 p. 60.

7 Je vais m’inspirer tout au long de ce parcours sur le travail que Maria Lucia Santaella Braga, Présidente de l’Association Brésilienne de sémiotique, a présenté lors du 3e Congrès International de Sémiotique à l’Université de Rosario et dont le titre est « La sémiotique au Brésil » ainsi que sur celui, concernant La Recherche Sémiotique en Amérique Latine, que Diana Luz Pessoa de Barros, Présidente du Centre d’Études Sémiotiques de Araraquara, a exposé lors du même congrès.

8 Diana Luz Pessoa de Barros, op. cit. p. IV.

Auteur

Université de Porto. Présidente de l’Association Portugaise de Sémiotique.

© Éditions de l’IHEAL, 1991

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540