Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Images réciproques du Brésil et de la France

 | 
Solange Parvaux
, 
Jean Revel-Mouroz

A. Les media culturels/Os media culturais

L’image de la France dans la littérature brésilienne (paradoxes du nationalisme)

Leyla Perrone-Moisés

Texte intégral

1Dans son livre Voyage fait en la terre du Brésil (1563) Jean de Léry transcrit la salutation adressée aux Français par les Indiens tupinambas : « Maïr, deagotoren amabé morubi ». Traduction : « Français, tu es bon, donne-moi les bracelets de perles de verre ». Dans une autre salutation, les mêmes Indiens disaient : « Vous nous avez apporté de belles choses que nous n’avons pas chez nous ». Cette réception admirative des choses françaises par les Brésiliens resterait la même pendant les trois siècles suivants ; seulement, les bracelets de perles de verre se sont transformés en d’autres objets, parmi lesquels les livres.

2Si l’on parcourt rapidement l’histoire de la littérature brésilienne, on vérifie non seulement la présence constante de l’influence française, mais aussi son action effective, à des moments décisifs de cette histoire, pour aider les Brésiliens à prendre leur propre chemin. C’est de ce paradoxe d’une altérité qui incite à trouver une identité dont je m’occuperai ici.

3Jusqu’à la fin du XVIIIe siècle, il n’y a pas de « littérature brésilienne », mais seulement des manifestations coloniales de la littérature en langue portugaise. La formation de la littérature brésilienne, comme celle de toutes les littératures latino-américaines, est concomitante à la création de la Nation. Or, le concept de « Nation » nous venait d’Europe, à travers la France.

4La Révolution française a inspiré toutes les guerres d’indépendance américaines. Au Brésil, les premières tentatives d’émancipation politique ont été effectuées par des lettrés de Minas Gerais, lecteurs des Encyclopédistes français. Les « idées françaises » et les livres où elles étaient exposées circulaient sous le manteau, et elles en ont conduit plus d’un en prison.

5L’image de la France était alors l’image même de l’insoumission et de la liberté, opposée à l’oppression portugaise. Il n’y avait donc pas de raison pour refuser l’influence française ; au contraire, dépendre de cette influence était une manière d’être indépendant.

6Sur le plan de la production littéraire, l’inspiration du néo-classicisme français a permis à nos poètes « arcadiens » les premières réflexions sur les relations de l’homme avec la nature, de la civilisation avec le primitivisme. La sensation d’exil de ces Brésiliens européens qu’étaient nos premiers hommes de lettres trouvait, dans la thématique pastorale, un imaginaire adéquat. Selon Antonio Candido : « Les houlettes des bergers virgiliens, plantées dans le sol brésilien, ont fleuri en coiffes de plumes ». (Formação da literatura brasileira, Vol. I).

7Jusqu’à ce point de l’histoire, il n’y a aucune particularité dans nos relations avec les idées et les formes artistiques françaises ; des phénomènes analogues sont arrivés dans les autres pays latino-américains.

8A partir du début du XIXe, nos relations avec la culture française vont se resserrer d’une manière originale et même paradoxale. Le premier paradoxe, historique, est celui de notre indépendance, proclamée par un roi portugais. On peut dire que ce fait unique a été provoqué par un Français : Napoléon. Fuyant les troupes de Junot, le roi D. João VI est parti au Brésil (1807) ; la cour portugaise y est restée assez longtemps pour que son fils, D. Pedro nous affranchisse d’eux-mêmes (1822). Tout indique que D. João VI ne gardait pas trop de rancunes par rapport à la France puisque, une fois installé à Rio, il a appelé une Mission française chargée de développer les arts et les sciences. En réalité, le Portugal était déjà une colonie culturelle de la France. Et, par un curieux mécanisme de compensation, ceux qui avaient été vaincus par Napoléon voulaient avoir, dans leurs cours, exactement la même esthétique et les mêmes artistes qui glorifiaient l’Empereur français ; c’était le cas du peintre Debret, intégrant de la Mission française.

9Nous étions donc, nous autres Brésiliens, doublement voués à l’influence française : soit avec le Portugal, soit contre lui. Alceu Amoroso Lima, discourant en 1968 à l’Institut de France, soulignait ces circonstances : « si notre indépendance politique a été une conséquence indirecte des guerres napoléoniennes (...) notre indépendance culturelle a été une conséquence directe de l’influence française ».

10Après l’indépendance, nos ressentiments contre le Portugal nous amèneront à un rapport direct avec la France, vue comme libertaire et internationale, opposée au Portugal, oppresseur et provincial. Enfin, si nous voulions nous franciser, nous n’avions pas besoin d’intermédiaires.

11L’histoire de notre romantisme n’est pas une simple histoire d’influence ; il y a eu un véritable processus de collaboration technique, comme on dirait aujourd’hui. Nous avons eu un pré-romantisme franco-brésilien, auquel ont participé des Français restés au Brésil après la Mission et d’autres visiteurs.

12C’est un Français, Ferdinand Denis, auteur de la première ébauche d’une histoire de la littérature brésilienne, qui a indiqué à nos écrivains le chemin à suivre : l’exploration des thèmes locaux, nature tropicale et Indiens. A la même époque un autre Français, François de Monglave, traduisait en français le poème épique Caramuru, de Santa Rita Durão, lui donnant une inflexion romantique et révélant ainsi, aux Brésiliens, les virtualités de cette œuvre (Voir Antônio Candido, « Estrutura litérária e função histórica », in Literatura e sociedade).

13Les Français nous ont donc fourni la carte du trésor : ce trésor que Châteaubriand avait trouvé en Amérique du Nord. Enchantés, nos écrivains romantiques ont découvert ce que nous avions sur place : des forêts et des Indiens. Il est donc compréhensible que notre romantisme ait été baptisé à Paris, comme l’héroïne indienne du Caramuru ; un groupe de jeunes Brésiliens y a fondé la revue Niterói (1836), sous les bénédictions des patrons français ci-dessus cités.

14Notre idylle avec la France sera désormais sans nuages, pendant un siècle. Selon Wilson Martins, le XIXe siècle brésilien est « un immense gallicisme » (História da inteligência brasileira, Vol. II). Nous avons eu, au Brésil, des répliques de tous les grands auteurs français, avec des résultats divers, qui vont de la copie servile et diluée à la création d’œuvres originales, où la source est absorbée et l’influence devient intertexte, c’est-à-dire nouveau texte qui dialogue à un niveau d’égalité avec le texte tuteur.

15Le grand paradoxe est alors installé : l’inspiration française permet l’originalité brésilienne, d’autant plus que l’« originalité » et le « nouveau » sont des valeurs prônées par les esthétiques véhiculées par la France depuis le romantisme. Tout ce qui est spécifiquement brésilien dans notre littérature du XIXe – l’indianisme de Alencar et de Gonçalves Dias, la poésie libertaire de Castro Alves, l’analyse de notre société urbaine chez Aluísio Azevedo – a eu comme déclencheurs Châteaubriand, Victor Hugo et Zola. « Toujours la France, à la source des plus nationalistes de nos écrivains eux-mêmes » (Alceu Amoroso Lima).

16Si notre Empire a été francisé, notre République ne le sera pas moins. Comme on sait, la devise de notre drapeau – « Ordre et progrès » – est une citation d’Auguste Comte.

17Dans les dernières années du XIXe un épisode montre, de façon exemplaire, le paradoxe de ce nationalisme à la française. Il s’agit de la fondation de l’Académie Brésilienne de Lettres. Ayant des objectifs nationalistes tels que la réunion des écrivains nationaux et la fixation de la langue brésilienne dans un dictionnaire, notre Académie a été conçue comme une copie de l’Académie française : nombre de membres, système de fonctionnement, uniformes, etc. Il ne manquait qu’un palais français pour que nos académiciens se sentent plus conformes à l’original. Bienveillante, la France a comblé ce désir, en leur offrant une réplique du Petit Trianon (immeuble aujourd’hui plus déplacé que jamais, pressé entre la circulation folle de la plage du Flamengo et les gratte-ciels qui affrontent les montagnes).

18Pendant tout le XIXe il y avait eu un consensus favorable à l’égard de la France. Les déclarations d’amour étaient fréquentes et sans réserves, comme celle de Junqueira Freire, auteur d’un manuel de rhétorique très répandu : « Suivons la France parce qu’elle est le phare qui éclaire tout le monde civilisé » (Elementos de Retôrica national, 1869).

19Vers la fin du siècle, cependant, pointent les premiers soupçons. Joaquim Nabuco, dans un discours prononcé à l’Académie Brésilienne de Lettres en 1897, disait qu’il fallait affranchir « la langue de Camoens et de Herculano » de l’influence des lectures et des études faites en français, puisque cette influence « corrompait notre vocabulaire ». Le même Nabuco, à l’inauguration du Real Gabinete Português de Leitura de Rio, regrettait que les Brésiliens ignorent le Portugal. « Ce que le Brésilien lit, dit-il, est ce que la France produit. Il est, par l’intelligence et par l’esprit, citoyen français ; il est né parisien (...) il voit tout comme le verrait un Parisien exilé de Paris » (apud Wilson Martins, op. cit., Vol. IV). Or, Nabuco lui-même avait fait ses débuts en français et à Paris...

20Le critique José Veríssimo, à son tour, proteste contre la circulation excessive des auteurs français au Brésil, dans des livres exempts d’impôts et dans de nombreuses traductions ; selon lui, cela était nuisible aux auteurs nationaux (apud Antônio Candido, Formação da literatura brasileira, Vol. II). Cette même plainte peut être entendue, encore aujourd’hui, dans toutes les rencontres d’écrivains brésiliens ; elle concerne maintenant les livres étrangers en général.

21Mais ces soupçons et ces plaintes étaient encore occasionnels à la fin du XIXe. Au début du XXe ce qui prédomine est toujours un discours amoureux adressé à la France. Ayant embrassé l’idéologie de la latinité, nos hommes de lettres disent des choses de ce genre : « France, foyer éternel de lumière et de beauté, pays de la raison claire et des pensées nobles – terre resplendissante de la latinité. (...) Fière, chevaleresque, vaillante et généreuse, la France nous est chère (...) nous aimons cette France, grande et immortelle (...) nous l’adorons encore, plus que jamais, pour avoir lutté si bravement », etc. (Elysio de Carvalho, La France éternelle, discours de bienvenue à Paul Fort, 1922).

22Et puisque nous sommes en 1922, parlons de notre modernisme. Aussi nationaliste que notre romantisme, le mouvement moderniste brésilien commence en 1922, après le voyage de Tarsila do Amaral et Oswald de Andrade... à Paris. De nouveau, la France nous permet de découvrir ce que nous avions déjà : l’art nègre et primitif en général (qui inspirait les cubistes parisiens), le tropicalisme (que Biaise Cendrars pratiquait), l’anti-rationalisme (que les surréalistes proposaient).

23Au long du XXe siècle, cette longue histoire d’amour avec la France connaîtra des moments moins heureux. On dirait que la sorcellerie s’est retournée contre le sorcier. Voici comment : la France a inventé la latinité, et avec celle-ci, l’Amérique latine ; celle-ci crée et développe alors l’idéologie de la « latino-américanité » (le « mundonovismo » hispano-américain) qui, pour s’affirmer, va refuser la culture européenne. Les écrivains brésiliens veulent être latino-américains sans ingérences étrangères, resserrant leurs liens avec les hispano-américains.

24Un autre discours va alors apparaître. Monteiro Lobato, nationaliste et latino-américaniste, dira dans les années 40 : « Quel dommage pour le Brésil que le monde, pour lui, soit la France et rien que la France ! Cette bêtise nous aveugle, nous empêche de voir et d’admirer de grandes œuvres tellement supérieures à la quincaillerie que Paris nous repasse et que nous recevons comme des singes, sans aucun discernement critique » (Críticas e outras notas).

25Plus récemment Darcy Ribeiro, dans un livre de 1977, dénonçait les valeurs européennes comme des « verres déformants » qui empêchent les cultures latino-américaines d’avoir « une image authentique du monde » et « une conception juste d’elles-mêmes ». Selon l’anthropologue et romancier brésilien, il s’agit d’un véritable complot (trama) qui doit être « démasqué » (desmascarada), pour que nous puissions reconquérir notre « authenticité culturelle ». Il signale « l’expansion européenne » comme l’ennemie no 1 de notre autonomie culturelle, et la « rupture avec cette aliénation » comme notre objectif prioritaire. La grande contradiction du livre de Darcy Ribeiro, c’est qu’il y défend une « culture métisse », de laquelle l’élément « blanc », européen, serait évincé. Ce livre correspond à un moment de latino-américanité exaltée, pour des raisons politiques très compréhensibles. Le même Darcy Ribeiro, dans un autre état d’esprit, en tant que secrétaire de la Culture de l’État de Rio, a été le principal promoteur de la Maison France-Brésil, musée des relations franco-brésiliennes.

26Récemment, au Brésil, ce projet d’union latino-américaine (exploité parfois comme propagande électorale) a eu comme résultat l’introduction de la langue espagnole dans l’enseignement secondaire. Vu le nombre réduit d’heures consacrées aux langues étrangères dans nos programmes, la langue qui va être remplacée par l’espagnol est le français ; puisque l’anglais se défend bien tout seul, et pour d’autres raisons. Napoléon III, qui a inventé l’Amérique latine, serait bien étonné de voir cette latino-américanité qui s’éloigne de la France, et qui se tourne parfois contre elle, accusant le « colonialisme culturel » à l’égard de la France comme la cause de tous nos maux culturels. Et ce serait bien fait pour Napoléon III, puisque ses motivations n’étaient pas culturelles.

27Avec tous ces paradoxes, la France a eu un rôle très positif dans la formation et le développement de la culture brésilienne. L’histoire de notre littérature démontre que la culture française a toujours agi comme un révélateur, ce liquide qui fait apparaître les images latentes dans les négatifs photographiques. A vrai dire, les Français ne nous ont pas apporté des choses que nous n’avions pas, comme disaient les Tupinambas. Ils nous ont montré ce que nous avions et nous ont indiqué le mode d’emploi ; et, bien sûr, nous en avons trouvé d’autres.

28Telle a été, en gros traits, l’histoire de nos relations littéraires avec la France. Les marques françaises sont déjà incorporées à notre tradition, et nous ne pouvons pas les rejeter sans nous mutiler. Ainsi, la sympathie « naturelle » pour la culture française n’est plus, chez les Brésiliens, une simple singerie ou un éblouissement naïf. Cette sympathie provient de la présence de données françaises dans notre formation culturelle, à tel point qu’on ne peut pas comprendre la culture brésilienne si l’on ignore ces données.

29Lorsque nous serons finalement sûrs d’avoir une culture et une littérature originales, nous cesserons d’osciller entre l’admiration béate et le rejet xénophobe, tous les deux typiques des peuples coloniaux. Nos grands écrivains, sortant de la réception passive, ont procédé à une « dévoration » critique et transformatrice de la culture française (Voir Oswald de Andrade). Comme il arrive dans toutes les cultures, qui se sont toujours affirmées non en rejetant l’autre mais en l’assimilant autrement.

Bibliographie

NOTES

Oswald de Andrade, – Do Pau-Brasil à Antropofagia e às utopias, Vol. VI de Obras completas, 2a. ed., Rio de Janeiro, Civilização Brasileira, 1978.

Antonio Cândido, – Formação da literatura brasileira, 2 Vols., 3a. ed., São Paulo, Martins, 1969. Literatura e sociedade, São Paulo, companhia Editoria Nacional, 1967.

Elysio de Carvalho, – Os bastiões da nacionalidade, Rio de Janeiro, Anuário do Brasil, 1922.

Junqueira Freire – Elementos de Rhetorica Nacional, Rio de Janeiro, Eduardo & Henrique Laemmert, 1869.

Alceu Amoroso Lima, – « L’influence de la pensée française au Brésil », Communication lue dans la séance du 28 octobre 1968, Institut de France, Académie des Sciences Morales et Politiques.

Monteiro Lobato, – Conferências, artigos e crônicas, 13a. ed., São Paulo, Brasiliense, 1970.

Wilson Martins, – História da Inteligência Brasileira, Vol. II & IV, São Paulo, Cultrix, 1976.

Joaquim Nabuco, – Discours cité par L. Guilaine. In : Petit Temps, Paris, le 20 octobre 1897.

Darcy Ribeiro, – As Américas e a civilização, Petrópolis, Vozes, 1977.

© Éditions de l’IHEAL, 1991

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540